Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sirènes ou le savoir périlleux

 | 
Hélène Vial

Variations sur la Sirène dans la littérature de langue française du XVIIIe au XXe siècle

La sirène et ses dangers dans la poétique de Mallarmé

Salah Oueslati

Résumé

L’image de la sirène apparaît dans le poème qui ouvre le recueil de Stéphane Mallarmé et dans l’avant-dernière pièce du même livre. Un épisode d’« Un coup de Dés » évoque aussi l’image de cette « créature mignonne ». L’une des questions essentielles abordées dans ces poèmes est le rapport entre le poète et son public. À lire ces textes de ce point de vue, on se rend compte que, d’après Mallarmé, un péril particulier menace chacun des deux partenaires de l’aventure poétique. Mallarmé redoute que son écriture ne soit jugée rébarbative par un public habitué à la poésie limpide. Ce sera là un échec qu’une « trompe sans vertu » n’aura pas su empêcher. Le lecteur qui peut être séduit par la beauté de cette poésie risque, quant à lui, d’être victime d’une « immense plaisanterie » au cas où il prendrait la sirène pour autre chose qu’un être de fiction.

The image of the siren appears in the opening and the penultimate poems of the collection of Stéphane Mallarmé. Moreover, an episode of “Un coup de Dés” evokes the image of this “sweet creature”. One of the main questions dealt with in these poems is the relation between the poet and his public. Reading these texts from this perspective, we realize that, according to Mallarmé, a particular peril is menacing both partners of the poetic adventure. Mallarmé dreads that a public used to a limpid poetry shall judge his writing as boring. Thus, it would rather be a failure the alarm was unable to prevent. Concerning the reader who may be seduced by the beauty of this poetry, he risks to be a victim of a trick in case he takes the siren as something else than a fictive creature.

Texte intégral

  • 1 S. Mallarmé, Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1998, p. 4.
  • 2 Ibid., p. 44.
  • 3 Ibid., p. 380.

1Dans l’édition de ses Poésies qu’il a soigneusement préparée, Stéphane Mallarmé place à l’ouverture de son recueil un sonnet, « Salut1 », qui contient l’image d’« une troupe / de sirènes [qui] se noie […] à l’envers ». Un autre poème, « À la nue accablante tu », où apparaît « le flanc enfant d’une sirène2 », se situe, en guise d’épilogue, à l’avant-dernière place de ce livre. Un troisième texte, le plus célèbre peut-être de Mallarmé, « Un coup de dés jamais n’abolira le Hasard », contient, à son tour, un épisode où est évoquée « une stature mignonne ténébreuse / en sa torsion de sirène3 ». Ajoutons que deux autres pièces du même recueil, « Brise marine » et « Au seul souci de voyager », composées respectivement en 1865 et en 1898, développent la métaphore marine sans faire allusion au mythe de la sirène.

  • 4 Rancière J., Mallarmé. La Politique de la sirène, Paris, Hachette, 1996.
  • 5 Meillassoux Q., Le Nombre et la Sirène. Un déchiffrage du Coup de dés de Mallarmé, Paris, Fayard, (...)

2Ces poèmes qui développent le thème de la mer et de la navigation et qui reprennent plus particulièrement le mythe des Sirènes ne sont peut-être pas nombreux dans l’œuvre de Mallarmé. Mais la présence de l’épisode auquel nous faisions allusion dans le texte mallarméen le plus novateur, « Un coup de dés jamais n’abolira le Hasard », atteste de la valeur que ce mythe des Sirènes a dans l’imaginaire de l’auteur et dans sa poétique. Cette valeur est d’autant plus patente que les deux pièces, « Salut » et « À la nue accablante tu », où est développée l’image de la sirène occupent, l’une et l’autre, une place de choix dans le recueil de notre poète. Ce thème commande, semble-t-il, l’architecture de tout le livre. Pourtant, peu de travaux, à part l’étude de Jacques Rancière, Mallarmé. La Politique de la sirène4, et un autre livre, plus récent, de Quentin Meillassoux, Le Nombre et la Sirène5, ont abordé l’expérience poétique de Mallarmé d’un point de vue où le mythe de la sirène, parce qu’il est précisément mis en relief, peut apparaître comme un élément important dans l’univers mallarméen. Les deux études que nous venons de signaler n’abordent naturellement pas tous les aspects liés à ce sujet. Le livre de Meillassoux se présente essentiellement comme un décryptage du « Coup de Dés ». L’auteur de cet essai parle certes des deux autres poèmes, « Salut » et « À la nue accablante tu », mais il les examine surtout selon l’optique numérologique qu’il a choisie dans son déchiffrage : le nombre 707 qui correspond à la somme des mots dont se compose le « Coup de dés » est annoncé par les chiffres 70 et 77 qui correspondent au nombre de mots des deux autres poèmes. Dans son analyse, il commente, tout au long de plusieurs pages, « l’épisode de la sirène », mais il s’intéresse beaucoup plus au décodage du « Nombre » qu’il n’analyse le mythe lui-même. Rancière se place, quant à lui, d’un autre point de vue. Les deux poèmes « Salut » et « À la nue accablante tu » formulent, selon lui, deux hypothèses qu’envisage Mallarmé au sujet de son aventure poétique. Nous évoquerons plus loin comment Rancière interprète ces deux hypothèses et surtout comment il perçoit l’image de la sirène dans ces poèmes.

  • 6 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre livre : Oueslati S., Le Lecteur dans les Poési (...)

3Dans le présent travail, nous nous intéresserons essentiellement aux deux poèmes qui se situent aux deux limites du recueil de Mallarmé et nous mettrons surtout en relief le rapport entre écriture poétique et lecture. Il s’agira pour nous de poursuivre et d’approfondir une hypothèse de lecture que nous défendons depuis que nous avons commencé à travailler sur l’œuvre de cet auteur6. Les deux sonnets « Salut » et « À la nue accablante tu » thématisent, selon notre point de vue, cette relation entre le poète et son public. Ils évoquent, de façon symbolique, les deux moments du même procès (l’aventure poétique) et les deux partenaires qui y participent. Cette perspective où l’expérience poétique implique une double orientation (émission et réception) permet de mieux comprendre si le danger inhérent au chant de la sirène se situe du côté de la production ou de celui de la réception, s’il menace le poète ou son lecteur ou encore s’il menace les deux à la fois.

« Salut » et la troupe de sirènes

4Comme la plupart des commentateurs de Mallarmé l’ont souligné, les deux poèmes qui encadrent le recueil des Poésies se font écho de façon réciproque. Relisons le premier poème.

Salut

Rien, cette écume, vierge vers
À ne désigner que la coupe ;
Telle loin se noie une troupe
De sirènes mainte à l’envers.

Nous naviguons, ô mes divers 5
Amis, moi déjà sur la poupe
Vous l’avant fastueux qui coupe
Le flot de foudres et d’hiver ;

Une ivresse belle m’engage
Sans craindre même son tangage 10
De porter debout ce salut

  • 7 S. Mallarmé, Œuvres Complètes, op. cit., p. 4.

Solitude, récif, étoile
À n’importe ce qui valut
Le blanc souci de notre toile7.

5Ce poème, rappelons-le, a été composé en 1893 et a été lu pour la première fois, sous un autre titre : « Toast », à l’occasion du septième banquet de La Plume que présida Mallarmé. Que peut-on retenir de ce sonnet ?

6Arrêtons-nous au mot « écume » doublement mis en relief : il occupe le centre du premier vers et il est isolé entre deux virgules. Ce mot fait d’abord allusion à la mousse de champagne mais il désigne aussi le poème lui-même, c’est-à-dire ce que dit l’auteur du toast au moment où il lève le verre de vin mousseux pour saluer ceux à qui il s’adresse (ses confrères de La Plume, en premier lieu, mais aussi ses lecteurs). Ce même mot sera repris dans le poème épilogue, « À la nue accablante tu », et sera aussi doublement mis en valeur : il sera placé quasiment au centre du poème (v. 6) et sera également isolé entre deux virgules : « (tu / Le sais, écume, mais y baves) ». Le contexte de cette dernière pièce est différent de celui où le premier sonnet a été lu : il n’y a, dans ce dernier sonnet, ni banquet ni champagne, mais la métaphore de la navigation maritime constitue toujours le thème essentiel du texte et le mot « écume » désigne, encore une fois, la parole poétique au moment où elle est proférée.

  • 8 Agosti S., Lecture de « Prose pour Des Esseintes » et de quelques autres poèmes de Mallarmé, Chamb (...)

7Cette écume n’a d’autre vocation que de suggérer – ou ne sert qu’à suggérer – un « Rien », nous dit le texte ; elle est là « À ne désigner que la coupe ». Ce dernier mot « coupe » renvoie d’abord, comme nous venons de l’indiquer, au verre de champagne et fait allusion aussi à la coupe rythmique, comme l’ont remarqué tous ceux qui ont commenté ce sonnet. Mais, à notre avis, la signification de ce mot dépend aussi de ce qui sera dit au vers 7 du poème. La nef qui regroupe les poètes, ces « divers / Amis » de celui qui se tient sur la poupe, produit une écume au moment où elle « coupe / Le flot de foudres et d’hiver ». Retenons donc cette similarité entre le moutonnement évoqué dans « Salut » et l’écume qui bave dans « À la nue accablante tu ». Ici comme là, les mots du poème sont assimilés à un amas de bulles blanchâtres qui se forme quand le poète parle, quand il étale l’encre sur la page, une encre que Mallarmé veut blanche et non pas noire. Son « Salut », il le destine, en effet, « À […] ce qui valut / Le blanc souci de [la] toile ». Ce mot « écume » est essentiel chez Mallarmé. Stefano Agosti y voit la « métaphore d’une certaine écriture, laquelle, suspendant le système des oppositions qui régit la pensée occidentale, serait à même d’ouvrir […] un nouvel espace […] sur lequel dessiner […] des nouvelles arabesques, où la profondeur et la surface ne figurent plus en opposition mais participent d’une seule et même dimension8 ». Selon notre lecture, cette écume peut avoir une autre valeur symbolique : elle évoque, de façon implicite, un liquide séminal. L’ivresse, associée dans ce sonnet au « tangage » du bateau, exprime le plaisir que procure l’écume de champagne mais aussi la profération de la parole poétique. Et s’il dit ici qu’il ne craint pas le tangage de l’ivresse, nous verrons plus loin ce qu’il redoute.

8Cette image de l’écume suggérant une effervescence qui procure un plaisir enivrant a son revers : en même temps qu’ils sont assimilés à une « écume », les mots proférés par celui qui lève la coupe de champagne constituent un « vierge vers ». Perçue par celui qui écoute, cette écume fonctionne comme un voile qui s’interpose entre le lecteur et le sens non immédiat du texte. Pour saisir l’écriture poétique de Mallarmé, nous devons, en effet, tenir compte de cette complexité, de ce rapport où la parole non seulement implique une écoute, mais est hantée par les différentes façons dont elle peut être accueillie. En nous plaçant dans cette perspective, nous pouvons peut-être comprendre l’image développée dans les deux derniers vers du premier quatrain : « Telle loin se noie une troupe / De sirènes mainte à l’envers. »

9Ces deux vers disent implicitement – et c’est là un point qui nous semble essentiel – que le lecteur, à qui est proposé ce tableau, est placé dans une situation qui favorise l’illusion : comme la troupe de sirènes se noie à l’envers, celui qui se trouve face à ce spectacle ne peut pas percevoir correctement ou convenablement ce qui se déploie devant lui. Entrevoir ou pressentir la sirène quand celle-ci se noie à l’envers est d’autant plus difficile que la mer est écumeuse. De ce point de vue, cette comparaison constitue comme une règle de lecture qui suggère la nature du lien, de l’articulation que le discours poétique établit avec la circonstance qui l’occasionne. N’importe quel prétexte peut donner lieu à une prise de parole, à un discours poétique. Ce qui compte plus que tout autre élément, c’est la coupe, la course du bateau, la navigation poétique. Perçu du point de vue de l’émetteur du discours poétique, ce mouvement produit une écume. Mais perçu par le destinataire, le « blanc souci de la toile » est le signe de virginité de la parole poétique, une sorte d’hymen. Ne pas donner à cette corrélation l’importance qu’elle mérite, c’est peut-être sacrifier un aspect qui nous semble primordial dans l’écriture de Mallarmé et manquer ce par quoi la sirène – ce que cette poésie rêve d’être – est séduisante. Limitons-nous pour le moment à ces remarques sur « Salut » et passons à l’autre sonnet.

« À la nue accablante tu » et le problème d’énonciation

À la nue accablante tu
Basse de basalte et de laves
À même les échos esclaves
Par une trompe sans vertu

Quel sépulcral naufrage (tu 5
Le sais, écume, mais y baves)
Suprême une entre les épaves
Abolit le mât dévêtu

Ou cela que furibond faute
De quelque perdition haute 10
Tout l’abîme vain éployé

  • 9 S. Mallarmé, Œuvres complètes, op. cit., p. 44.

Dans le si blanc cheveu qui traîne
Avarement aura noyé
Le flanc enfant d’une sirène9

10Si nous mettons de côté la parenthèse ouverte entre les vers 5 et 6, nous remarquons que le sonnet se présente sous forme d’une seule phrase interrogative constituée de deux blocs reliés par un « ou » de coordination alternative : « […] Quel sépulcral naufrage […] Abolit le mât dévêtu / Ou cela que […] Tout l’abîme vain éployé […] aura noyé / Le flanc enfant d’une sirène ».

11La question porte sur ce qui a pu arriver au navire du poète. Et il importe de savoir qui pose cette question. Là réside l’une des difficultés essentielles du poème. La plupart des critiques semblent admettre que c’est le poète qui interroge l’écume. Mais cette approche se heurte, à notre avis, à la phrase mise entre parenthèses des vers 5-6, la seule qui soit ponctuée dans le poème : (« tu / Le sais, écume, mais y baves »). Observons que cette phrase implique avant tout une complicité entre celui qui parle et l’écume à laquelle il s’adresse. D’un autre côté, elle représente un énoncé parallèle à l’énoncé principal du poème. Il y a, selon notre lecture, deux énonciateurs dans le poème et non un seul.

12Les temps verbaux utilisés respectivement dans les deux phrases confirment la différence que nous voulons souligner entre ces deux énoncés parallèles : dans la phrase interrogative, nous avons un passé simple (« abolit ») et un futur antérieur (« aura noyé ») : l’acte de navigation et le naufrage qui semble avoir eu lieu sont antérieurs à l’énoncé interrogatif, contrairement à la situation évoquée dans la pièce liminaire des Poésies où l’expression « Nous naviguons » a une valeur performative. Nous pensons ainsi que dans « À la nue accablante tu », l’auteur, qui envisage de publier son recueil, se met à la place de son destinataire et le fait parler. Il se demande comment celui-ci le lira, comment il évaluera son expérience. Que celui qui parle en dehors des parenthèses pose une question sur ce qui a pu arriver au navire montre qu’il est loin de l’écume, qu’il lui est extérieur, et dans ce sens, ces parenthèses dessinent bien une frontière entre un intérieur et un extérieur. Celui qui s’adresse à l’écume est, quant à lui, bien informé. Deux éléments au moins montrent que c’est le poète lui-même qui énonce la phrase mise entre parenthèses : d’abord le mot « écume », que nous avons déjà commenté, signifie dans ce contexte la parole poétique ; ensuite, le décalage que nous avons signalé entre la question posée et l’acte de navigation disparaît ici. Voyons ce que comporte chacun des deux blocs de la phrase interrogative dont se constitue le sonnet.

La lecture redoutée

13Dans les deux quatrains, celui qui formule la question s’apparente à un observateur se trouvant face au dernier épisode d’un naufrage. Ces deux strophes peignent l’engloutissement du mât d’un navire (son épave suprême), nous font connaître les impressions de l’observateur placé face à ce spectacle et nous livrent une hypothèse que cet observateur formule au sujet de ce qu’il voit. Le « mât dévêtu » et les autres épaves déjà « abolies » renvoient, vraisemblablement, aux pièces poétiques de Mallarmé, et le tableau que peignent ces deux quatrains correspond au jugement qu’un lecteur déconcerté émet au sujet du recueil de ce poète. De multiples métaphores développées dans les huit premiers vers traduisent la position sévère d’un récepteur habitué à l’écriture poétique limpide et décontenancé, soudain, par l’hermétisme mallarméen. Ce lecteur perçoit les Poésies de Mallarmé avec un œil ennemi et les considère, à cause de leur inintelligibilité, comme un bégaiement incompréhensible.

14Des deux premiers quatrains se dégage l’idée d’un message qui ne se laisse pas décoder parce qu’il est, aux yeux de celui qui le reçoit, maladroitement codé. La plupart des images symbolisent l’impossibilité de la lecture. La nue accablante assombrit l’espace. « Basse de basalte et de laves » évoque, à son tour, une coulée qui noircit la mer. Cette noirceur s’oppose à l’écume blanche dont il sera question dans la deuxième partie du poème. Le verbe « baver » (v. 6), qui contient une forte charge ironique, renvoie à une bouche proférant des sons inintelligibles, mais il fait penser aussi à « bavure », signifiant dans ce contexte une écriture maculée. L’auteur est jugé impuissant, il se sert de l’encre non pour écrire mais pour barbouiller la page.

15L’idée d’opacité est ainsi exprimée par un certain nombre de métaphores faisant penser à une sorte d’écran fait de noirceur qui s’interpose entre un sujet observateur et ce que cet écran semble dissimuler. Le sujet observateur qui pose la question éprouve un sentiment d’accablement. Celui qui s’efforce de deviner ce qu’il pourrait y avoir au-delà d’une nue qui semble écraser l’espace ou au-dessous d’une coulée de lave, ou de déchiffrer ce qu’une main maladroite n’a pas su exprimer (en barbouillant la page au lieu d’y écrire clairement), ne peut être que découragé. Ces vers disent, à notre avis, l’angoisse de Mallarmé qui craint que son écriture ne soit jugée rebutante, qu’elle ne trouve aucune grâce auprès d’un public habitué à une poésie plus facile à lire.

La trompe et la sirène

16Les images que nous venons de commenter montrent que le destinataire n’arrive pas à lire les Poésies. Du côté du destinateur, la difficulté ou, plus grave encore, l’impossibilité de la lecture est vécue comme un échec, un drame de l’écriture. La « Basse de basalte et de laves » serait l’écueil sur lequel se serait fracassé le navire. Un récif, que redoutait précisément le poète navigateur de « Salut », a fait couler la nef. L’écume (que produit la navigation poétique) – suprême don que le poète destinait à ses lecteurs – a été gâtée, s’est noircie. Le chant que le poète voulait séducteur comme celui de la sirène s’est transformé en un son strident émis par une trompe de brume. Soulignons dans cette perspective que cette « trompe sans vertu » actualise un autre sens lié à la sirène : le signal d’avertissement émis en cas de danger. Les deux sens opposés se font ainsi écho : d’un côté, le chant magique et périlleux (dont il sera question dans les deux tercets), d’un autre côté la sirène d’alerte. Mais d’un cas à l’autre, le péril ne se situe pas au même endroit.

17La deuxième partie du sonnet évoque, selon notre lecture, non pas une crainte mais un souhait du poète. Nous retrouvons dans les deux tercets une écume comparable à un « si blanc cheveu qui traîne ». Dans ces deux tercets, tout exclut l’idée du naufrage. Nous assistons ici à l’enfouissement du « flanc enfant d’une sirène » par « l’abîme vain ». Ce tableau symbolise, à notre avis, le meilleur accueil dont rêve une écriture n’ayant à offrir au lecteur que la partie supérieure d’une sirène qui, dans ce sonnet, se présente dans une posture inverse par rapport à la « troupe » de « Salut » qui « se noie à l’envers ».

18Des deux quatrains aux deux tercets, nous passons du regard projeté par un œil ennemi au regard d’un lecteur séduit par une écume semblable à un « si blanc cheveu qui traîne ». Le voile qui tient lieu d’hymen n’a pas disparu, mais à la rugosité et à la noirceur du basalte ont succédé l’inconsistance et la blancheur de l’écume. Et surtout, la voix qui, dans les deux quatrains, était émise par « une trompe sans vertu », devient ici enchanteresse. À son tour, le danger changera de camp.

19Remarquons, avant de passer à cette question du danger lié à la sirène, que les deux tercets de ce poème opèrent une distinction entre le « blanc cheveu » qui se confond avec l’écume et ce que cette écume voile. Ce que l’abîme « aura noyé » est normalement invisible pour celui qui regarde. Il y a donc quelque chose qui se présente à l’œil de celui que le chant attire et quelque chose que cet observateur ne voit pas. Disons, pour aller rapidement, que cette division correspond, selon notre lecture, à la distinction que Mallarmé établit entre ce qu’il appelle « la couche suffisante d’intelligibilité » et le « rien » du « mystère » ou de l’« Idée ». Il y a d’un côté la lettre, le texte dans sa matérialité, et d’un autre côté ce que ce texte suggère ou ce à quoi il fait rêver. Ajoutons que le problème est moins dans cette distinction que dans la façon dont ces deux aspects sont articulés : les deux parties ne sont pas séparables, mais l’une est tangible alors que l’autre est purement mentale.

20Voyons donc quel type de péril comporte cette image de l’abîme vain qui « aura noyé / Le flanc enfant d’une sirène ». Jacques Rancière formule, dans l’essai que nous avons déjà cité, deux hypothèses :

  • 10 Rancière J., Mallarmé. La Politique de la sirène, op. cit., p. 23-24.

L’abîme vain de l’époque et du public n’est aucunement indifférent à la grandeur des « perditions hautes ». Frustré par les médiocrités de l’arrangement social, il aspire à ces perditions de la chimère d’or. […] Il les dévore là où il les trouve : les raffinés au spectacle du « crépuscule des dieux » tel qu’il se joue dans le temple wagnérien, les bourgeois dans les tragédies à l’antique de Ponsard, la plèbe à l’ordinaire du mélodrame. La fureur de cet « ouragan jaloux » ou de cette « émeute affamée » de grandeur ne peut qu’enfouir en son ventre dévorant la frêle sirène du poème nouveau. Mais cet enfouissement même peut s’entendre de deux manières opposées. Il peut être l’assimilation et le travestissement du poème nouveau par le monstre prêt à se parer de cela même qui le nie. Il peut être, à l’inverse, la dérobade par laquelle la sirène du poème nouveau se dissimule dans le ventre même du monstre10.

  • 11 Ibid., p. 24.
  • 12 Ibid.

21La question qui, à notre avis, s’impose ici est la suivante : la sirène est-elle une source de danger ou au contraire une cible ? Autrement dit, dans le contexte des deux tercets de ce poème de Mallarmé, s’il y a un danger, il ne peut pas menacer la sirène mais le public. Et Rancière lui-même écrit à la suite du passage que nous venons de citer : « les sirènes, à la différence des bateaux, ne se noient pas dans l’eau. Au contraire, elles s’y enfoncent pour se dérober au danger ». À notre avis, c’est l’assimilation établie par Rancière entre abîme et public qui pose problème. Cette assimilation le pousse à ce qui ressemble à une rectification du texte de Mallarmé : « Ce n’est pas l’abîme qui a noyé la sirène », soutient-il11. La sirène n’a rien à craindre parce qu’elle est elle-même prédatrice. L’abîme qui noie le flanc de la sirène constitue un danger pour le lecteur. Cet abîme engloutirait quiconque penserait descendre plus bas que le « cheveu qui traîne ». Mallarmé n’est pas Ulysse, comme le pense Rancière, car il ne pourrait être, à la fois, origine et cible du chant. La place d’Ulysse ici est celle que tient le lecteur et non le poète. Le danger qui guette le poète navigateur est, nous l’avons vu, d’une autre nature : c’est le récif invisible qu’une « trompe sans vertu » n’aidera pas à éviter. Quant au péril qui guette le lecteur, il est d’ordre herméneutique : croire à la réalité du « flanc » de la sirène noyé par « l’abîme vain ». Et Rancière ne manque pas de signaler ce point : « les sirènes n’existent pas, sinon dans les écrits des poètes12 ». Ce que l’abîme aura noyé, c’est précisément la partie de la sirène qui n’a pas de rapport avec le chant.

  • 13 Meillassoux Q., Le Nombre et la Sirène, op. cit., p. 12.

22Dégager cette répartition des rôles à partir des textes eux-mêmes est l’une des voies possibles pour lire les poèmes de Mallarmé. Dans son déchiffrage du « Coup de dés », Quentin Meillassoux choisit, nous l’avons déjà signalé, une perspective numérologique. Le raisonnement qu’il développe à partir des éléments qu’il découvre est, du point de vue où il se place, solide. Pourtant, et il le signale lui-même à plusieurs reprises, l’élucidation du code numérologique « ne va certes pas éclaircir le sens poétique du texte13 ». Voici comment Meillassoux commente l’épisode de la sirène que contient le « Coup de dés ». Après avoir rappelé que le Maître (le personnage essentiel du texte) a été englouti par le tourbillon, et signalé la présence d’une plume qui flottait et effleurait la toque ornant le front devenu invisible du héros, il écrit :

  • 14 Ibid., p. 109.

Mais voici soudain qu’émerge des eaux une sirène, à l’endroit précis où flottait la plume, comme si la créature des mers se coiffait de celle-ci à la place du Héros disparu. La plume, qui offre l’une de ses faces à la lumière, « ombrage » à l’inverse la sirène qu’elle pare – et, par jeu de mots, semble la rendre « ténébreuse », l’encolérer contre « un roc » que la créature « mignonne » évapore d’un coup bref de sa queue. Ce roc, nous pouvons l’identifier à la « toque » noire qui a la forme d’un sombre rocher émergeant des eaux […] La toque est la part de nuit du Maître […], alors que la plume est sa part stellaire (« lucide »)14.

23Que « la créature des mers » prenne la place du Maître et hérite sa coiffure confirme le rapprochement que nous avons établi entre poète et sirène. D’un autre côté, ce « roc », assimilé aussi à un « faux manoir » dans le même épisode, peut-il avoir un lien symbolique avec le « récif » de la pièce liminaire du recueil de Mallarmé et la « Basse de basalte et de laves » de l’avant-dernier poème « À la nue accablante tu » ? Et ce geste par lequel la « stature mignonne » sifflote le « roc » ne peut-il pas être interprété comme une alternative heureuse qu’envisage le texte de Mallarmé ?

Notes

1 S. Mallarmé, Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1998, p. 4.

2 Ibid., p. 44.

3 Ibid., p. 380.

4 Rancière J., Mallarmé. La Politique de la sirène, Paris, Hachette, 1996.

5 Meillassoux Q., Le Nombre et la Sirène. Un déchiffrage du Coup de dés de Mallarmé, Paris, Fayard, 2011.

6 Nous nous permettons de renvoyer le lecteur à notre livre : Oueslati S., Le Lecteur dans les Poésies de Stéphane Mallarmé, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2009.

7 S. Mallarmé, Œuvres Complètes, op. cit., p. 4.

8 Agosti S., Lecture de « Prose pour Des Esseintes » et de quelques autres poèmes de Mallarmé, Chambéry, Comp’Act, 1998.

9 S. Mallarmé, Œuvres complètes, op. cit., p. 44.

10 Rancière J., Mallarmé. La Politique de la sirène, op. cit., p. 23-24.

11 Ibid., p. 24.

12 Ibid.

13 Meillassoux Q., Le Nombre et la Sirène, op. cit., p. 12.

14 Ibid., p. 109.

Auteur

Enseigne la poésie française à l’université de Manouba (Tunisie). Il s’intéresse à la question de la réception du texte littéraire. Il a publié : Le Lecteur dans les Poésies de Stéphane Mallarmé, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2009. Ses recherches portent aussi sur le rapport entre poésie et sacré. Il a dirigé la publication de deux ouvrages collectifs : Poésie et Sacré dans les littératures méditerranéennes et moyen-orientales, Édition Sahar, 2010, et L’Illusion taxinomique, Éditions Media Graphic, 2012. Il a également publié des articles sur S. Mallarmé et V. Hugo. Il prépare actuellement un travail sur P. Verlaine.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540