Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Première partie. Les premiers temps

L’entrée dans la carrière à Byzance au xie siècle : Michel Psellos et Jean Skylitzès

Éric Limousin

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Il existe toute une série d’articles de J. N. Ljubarskij, « Man in Byzantine Historiography from J (...)
  • 2 A. Kaldellis, The Argument of Psellos’ Chronographia, Leyde, 1999, cherche à décrypter le message (...)

1Michel Psellos, le plus important des savants byzantins du xie siècle, offre toujours aux historiens des défis intéressants, le premier d’entre eux consistant à tenter de reconstituer sa carrière et sa biographie1. Cela tient avant tout aux sources qui proviennent presque exclusivement des écrits dudit savant. Étonnamment, la plupart des historiens byzantins des xie et xiie siècles ne s’intéressent pas vraiment à celui qui se donne le premier rôle dans sa Chronographie2. Seul, Jean Skylitzès lui attribue une modeste place dans les événements de la seconde moitié du xie siècle en le mentionnant explicitement dans son œuvre.

  • 3 W. Seibt, « Ioannes Skylitzes. Kritische Untersuchengen zur Person des Chronisten », JÖB, 25, 1976 (...)

2Ce traitement de faveur n’est pas dû au simple hasard, c’est l’illustration des relations entre les deux auteurs de la seconde moitié du xie siècle. Partant de cette remarque, parfois faite par d’autres3, il faut préciser comment leurs biographies permettent d’expliquer pourquoi Skylitzès est apparemment le seul historien à accorder à Psellos le rôle politique que celui-ci s’accordait dans la Chronographie. Pour faire apparaître la singularité de cette relation entre deux hommes qui appartiennent à deux générations successives, le mieux est dans un premier temps d’analyser les passages dans les histoires des xie et xiie siècles qui mentionnent Michel Psellos.

  • 4 Né dans le premier tiers du xiie siècle, il semble avoir comploté contre Manuel Ier Comnène en 116 (...)
  • 5 Dans le livre I de Bryennios, les chapitres 7 à 10 sur l’origine des Seldjoukides sont un emprunt (...)
  • 6 Sur les concordances entre le texte de Bryennios et celui de Psellos, voir plus particulièrement A (...)

3Un premier groupe d’historiens, comprenant Nicéphore Bryennios et Michel Glykas, restent neutres ou muets à propos de Michel Psellos. Écrivant au xiie siècle, Michel Glykas ne cite pas Psellos mais ne l’utilise pas non plus4. Cependant, dans ses Ulè Historias, Nicéphore Bryennios reprend le texte de la Chronographie mais ne cite jamais Psellos dans la période 1071-1075, entre la bataille de Mantzikert et la révolte de Diogène qui fait suite au coup d’État des Doukas5. Dans cet exemple, Michel Psellos se trouve relégué dans le groupe anonyme de « l’entourage du basileus et du césar » formé par les conseillers et des fidèles des Doukas, désignation que Bryennios insère dans le texte de Psellos6.

  • 7 Né dans les années 1060-1070 à Andrinople, il est le fils du révolté de 1077-1078 selon A. Carile, (...)

4Ce silence est compréhensible car la plupart des faits relatés par le mari d’Anne Comnène sont postérieurs à la période de grande activité politique de Psellos. Après les années 1071-1073, Psellos est en disgrâce auprès de Michel VII Doukas, son ancien élève qui lui préfère successivement Jean de Sidè puis Niképhoritzès. Décrivant exclusivement les événements de 1070 à 1078 et les luttes entre les familles aristocratiques, Bryennios n’a pas de raison de privilégier le rôle politique d’un vieil homme en fin de carrière et bien loin des préoccupations de ses héros que sont ses parents et son futur beau-père Alexis Comnène7.

  • 8 La dernière édition du texte : Miguel Ataliates, Historia, intr. éd. trad. et comm. de I. Perez Ma (...)

5La seconde attitude est celle de Michel Attaleiatès qui inflige un sort peu enviable et peu charitable à Michel Psellos totalement absent de l’Historia8. On le cherche dans les grands moments de sa carrière. Vers 1047, au moment de la création des postes de nomophylax et d’hypatos des philosophes par Constantin IX Monomaque, Attaleiatès reste très vague, décrivant les innovations sans nommer les premiers titulaires (Jean Xiphilin et Michel Psellos) :

  • 9 Attaleiatès, Bonn, p. 21, l. 15-24, traduction P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle, Paris, 1 (...)

« Vainqueur encore dans cette bataille, l’empereur jouit de la tranquillité et s’adonna avec plaisir aux affaires civiles : il établit une école de droit et installa à sa tête un nomophylax. De plus, il fit monter au firmament de la science philosophique en nommant hypatos des philosophes, un homme qui l’emportait sur nous par la connaissance (gnôsis). Il pressa les jeunes gens de se former à la discipline des discours et sciences de la sagesse avec ce maître (didaskalos) qui rendait tout facile et en accordant d’impériales récompenses à ceux qui se distinguaient dans les discours publics9. »

6Attaleiatès lui reconnaît une influence intellectuelle indéniable mais ne le nomme pas et l’on doit deviner derrière la description du titulaire le portrait de Michel Psellos.

  • 10 J.-C. Cheynet, Pouvoir et Contestations…, op. cit., p. 68-70 ; Attaleiatès, Bonn, p. 53-59.

7Ensuite, l’ambassade auprès d’Isaac Comnène en 1056 qui correspond au grand moment politique de Michel Psellos, est totalement passée sous silence par Attaleiatès qui attribue tous les mérites à l’action du patriarche de Constantinople, Michel Cérulaire10.

  • 11 Ce passage est à l’origine d’un long débat historiographique à propos de la mort de Michel Psellos (...)
  • 12 Attaleiatès, Bonn, p. 296, l. 20 ; p. 297, l. 2, traduction P. Gautier, « Monodie inédite de Miche (...)

8Enfin, en 1078, il existe un autre passage de Michel Attaleiatès concernant Michel Psellos, dans lequel il décrit la mort d’un conseiller des empereurs nommé Michel de Nicomédie11 : « Michel moine, l’hypertime, qui fut à la tête des affaires publiques et dont la famille était originaire de Nicomédie, mourut aussi. C’était un personnage désagréable et hautain qui n’approuvait pas les généreuses libéralités du basileus. Le meurtre de l’hypographeus servit de prélude à sa mort12. »

  • 13 Psellos, MB V, n° 135, à Nicolas Sklèros, juge de l’Égée, p. 378-379 ; voir W. Seibt, Skleroi, p. (...)
  • 14 J. N. Ljubarskij, « Miguel Attaliates y Miguel Pselo (Ensayo de una breve comparaciòn) », Erytheia(...)

9La relation de cette mort d’un « Michel qui fut à la tête des affaires publiques » fait suite à la répression de la rébellion de Nicéphore Bryennios en avril 1078. Paul Gautier a démontré que ce Michel était bien Michel Psellos, car rien n’indique dans le passage de Michel Attaleiatès que Psellos soit né à Nicomédie et il n’y a donc pas de contradiction entre ce texte et la lettre de la collection Sathas n° 135 où il affirme être né près du monastère Ta Narsou à Constantinople, entre la Mésè et la Corne d’Or. On peut plutôt imaginer qu’il est né à Constantinople dans une famille issue de la région de Nicomédie13. Michel Attaleiatès est un farouche opposant des choix politiques de Michel Psellos, il a soutenu Romain IV Diogénès dès 1068 alors qu’il était juge, puis Nicéphore Botaneiatès contre Bryennios. Il règle quelque peu ses comptes mais ne peut taire le rôle d’un homme qui a dominé le paysage intellectuel de l’empire pendant plus de 30 ans14.

10Anne Comnène présente un cas intéressant, qui mériterait une étude plus approfondie, car elle n’accorde pas à Michel Psellos de rôle politique mais le cantonne au domaine intellectuel et affirme toute son admiration devant ses capacités intellectuelles.

  • 15 Anne Comnène, L’Alexiade, II, p. 34, l. 6-13.

« Celui-ci n’avait guère étudié sous des maîtres savants : grâce à des dons naturels et à la vivacité de son intelligence (nous), grâce en tout cas au secours de Dieu obtenu par la prière fervente de sa mère, qui veillait continuellement devant l’icône sainte de la Mère de Dieu dans le sanctuaire de Cyr et qui avec larmes intercédait ardemment pour son fils, il parvint au faîte de toute connaissance ; parce qu’il était également très versé dans la science des Grecs (hellenôn) et dans celle des Chaldéens (Chaldaiôn), il jouissait à cette époque d’une grande réputation de sagesse (sophia)15. »

  • 16 Elle connaît l’« encomium pour sa mère ». S. Linner, « Psellus Chronographie and Alexiade : some T (...)

11On en déduit qu’elle admire cet homme qui s’est fait sans maître grâce à ses dons naturels et à l’aide de Dieu qu’il a obtenue grâce à sa mère. Elle connaît l’œuvre de Psellos et a lu l’éloge à sa mère16.

  • 17 Anne Comnène, L’Alexiade, II, p. 34, l. 22-25.
  • 18 Ibid., p. 32, l. 14-19 : « Italos, tout en étant son disciple, avec son tempérament inculte et bar (...)
  • 19 J. N. Ljubarskij, « Why is the Alexiad a Masterpiece of Byzantine Litterature », F. Gouma-Pederson(...)
  • 20 J. N. Ljubarskij, « Why is the Alexiad… », art. cit., p. 169-186. Il établit le parallèle avec la (...)

12Politiquement, Anne Comnène place Psellos dans la dépendance des Doukas, écrivant qu’Italos « jouissait de la familiarité de l’empereur Michel Doukas et de ses frères ; bien qu’ils le missent au second rang après Psellos17 ». Mais contrairement à sa grand-mère Anne Dalassène, elle est plus favorable à cette famille dont est issue sa mère Irène. Ainsi, pour Anne, être proche des Doukas, n’est pas nécessairement une faute politique. Cependant, elle « utilise » Michel Psellos comme modèle du savant conforme aux préceptes philosophiques et religieux de la société à la fin du xie au début du xiie siècle. Il sert d’antithèse à Jean Italos et tout le discours d’Anne Comnène vise justement à dresser le portrait de la science dévoyée par Italos18. Elle a donc besoin de l’opposer à une science sage et conforme à l’éthique et à l’orthodoxie19. Pour cet usage, Michel Psellos lui paraît être le personnage idéal20 !

  • 21 Grand drongaire de la Veille et protasèkrètès, il tombe en disgrâce après 1118 et rédige son œuvre (...)
  • 22 Édité en 1839 avec le texte de Cedrenos, puis par H Sunecheia tès chronographias tou Ioannou Skuli (...)
  • 23 L’identification entre Skylitzès et le Skylitzès Continué est acceptée dans Flusin et Cheynet dans (...)
  • 24 C. Holmes, Basil II…, op. cit., p. 67-68 et 75-91.

13Dernier auteur avant Jean Skylitzès, Jean Zônaras21 : il procède à une légère adaptation du texte de Jean Skylitzès pour ce qui concerne les actions politiques de Michel Psellos. Cependant, Zônaras est utile pour l’histoire du texte de Skylitzès : en effet, la plupart des manuscrits de la Synopsis historiarum s’arrêtent en 1057 mais il existe une version longue du texte qui poursuit l’œuvre jusqu’en 1079, que l’on appelle le Skylitzès continué22, et on remarque que Zônaras se sert de la version longue qu’il attribue à Skylitzès23. On peut donc raisonnablement penser que les deux textes sont de Skylitzès24.

  • 25 Même si le problème du jugement de Skylitzès sur l’œuvre de Psellos reste entier (Historia Syntomo (...)

14Venons-en à Jean Skylitzès et donc au continuateur de Skylitzès. Il mentionne cinq fois Psellos : dans le prooimion25 ; au moment de l’ambassade de 1057 ; pendant l’été 1071 à la fin du règne de Romain IV Diogénès ; en octobre 1071 pour le coup d’État de Michel et Jean Doukas, et enfin vers 1074 qui correspond à la fin de l’influence de Michel Psellos au profit de Niképhoritzès.

15À propos de l’ambassade de 1056-1057, l’épisode est très connu mais mérite qu’on y revienne un peu en mettant les deux textes en parallèle.

  • 26 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 91-104.

16Skylitzès rend compte des faits « bruts », même si Zônaras arrive à faire encore plus court en supprimant les qualificatifs. Il leur est d’ailleurs impossible de faire aussi long que Psellos lui-même qui est intarissable lorsqu’il se met en scène26.

  • 27 Skylitzès Continué, éd. Bonn, p. 687 = éd. Tsolakis, p. 141.
  • 28 Skylitzès Continué, éd. Bonn, p. 702 = éd. Tsolakis, p. 152.
  • 29 P. Lemerle, Cinq études…, op. cit., p. 300-302.
  • 30 Skylitzès Continué, éd. Bonn, p. 706, l. 9 – 707, l. 1.

17Les autres mentions de Skylitzès sont encore plus ténues et moins significatives du pseudo-rôle historique de Michel Psellos. Pendant l’année 1071, avant et après Mantzikert, il est décrit par le continuateur de Skylitzès parmi ceux qui, avec Nicéphore Paléologue, souffrent de la méfiance de Romain IV Diogénès27. Ce dernier leur préfère d’autres conseillers, Psellos, constant dans son action, est disgracié en même temps que le césar Jean Doukas. Et ils réapparaissent tous ensemble autour de Jean Doukas au moment du coup d’État qui éloigne Eudocie Makrembolitissa soupçonnée d’être tentée par un retour de Romain IV Diogénès, libéré par Alp Arslan. Si l’on comprend bien le texte, c’est Michel Psellos qui est chargé de la déclaration de déchéance publique de Romain Diogénès28. La dernière mention de Michel Psellos est peut-être la plus touchante : lorsque Jean Skylitzès décrit la scène de l’éloignement de Michel Psellos au moment de la prise du pouvoir par Niképhoritzès29 : « Jean de Sidè est disgracié, il [Niképhoritzès] se chargea de tout pour lui et fit dépendre Michel [VII Doukas] de lui seul par des divertissements et des jeux puérils, il tint à l’écart par une action maladroite et sans effet Constantin Psellos l’hypatos des philosophes30. » Ne pouvant l’éliminer du fait de l’imbrication des relations entre Psellos et les Doukas, Niképhoritzès s’attaque d’abord au principal soutien de Michel Psellos, le césar Jean Doukas, rejeté dans l’opposition avec Psellos.

18Désormais le constat est fait, Skylitzès, suivi par Zônaras, attribue à Michel Psellos un rôle politique qu’il ajoute à l’aura intellectuelle admirée par Anne Comnène. Cependant, il ne consent à lui donner qu’un rôle politique accessoire. Il le décrit toujours agissant avec un autre dans les événements qui ont secoué la vie politique byzantine de la seconde moitié du xie siècle (Michel Cérulaire, Constantin Leichoudès et Alôpos en 1056, Nicéphore Paléologue en 1070-1071).

  • 31 La correspondance de Michel Psellos est assez éclatée en attendant une nouvelle édition annoncée d (...)
  • 32 Le juge des Thracésiens Serge Héxamilitès (DOSeals, 3, n° 2.27) peut être le Serge de la collectio (...)
  • 33 Il est malheureusement très difficile de s’y retrouver dans cette famille. Ils n’apparaissent qu’a (...)
  • 34 Psellos, M.B. V, n° 47 et 51, à Xèros, proèdre et juge des Thracésiens, p. 279-280 et 282-283. Pou (...)

19Dans la courte liste des historiens byzantins des xie-xiie siècles, Jean Skylitzès est bien le seul à être favorable à Michel Psellos et pour expliquer ce « petit » traitement de faveur, il faut préciser les relations existant entre les deux hommes. La clé se trouve dans les textes pselliens, ici deux lettres adressées à deux juges des Thracésiens, éditées dans la collection Kurtz-Drexl, les numéros 248 et 25431. Il apparaît rapidement que les deux fonctionnaires sont frères et se sont succédé au même poste. Parmi les identifications possibles des destinataires, nous pouvons proposer, malheureusement sans grande certitude, des Héxamilitai32 ou des Xèroi33. Dans ce dernier cas, il faut rapprocher ces lettres de deux autres adressées à un Xèros, proèdre et juge des Thracésiens34.

  • 35 Zônaras, XVIII-7, p. 672-673 pour Psellos et p. 673 pour Skylitzès-Thrakèsios.
  • 36 N. Oikonomides, Fiscalité et exemption fiscale à Byzance (ixe-xie s.), Athènes, 1996, p. 45-46 et (...)
  • 37 Sur les principes et évolutions de la roga, voir P. Lemerle, « Roga et rente d’état », REB, 25, 19 (...)

20Il s’agit donc de deux lettres de recommandation d’un même personnage : il est décrit dans la lettre n° 248 comme « celui qu’il vaut […] mieux appeler un pauvre Thrakèsios » (avec un jeu de mots sur le nom du thème et de la famille). Dans la n° 254, il est « le […] notaire homonyme de [son] thème ». Pour identifier ce notaire, on pense bien évidemment à Jean Skylitzès, appelé parfois Thrakèsios, puisque Zônaras dit qu’il s’est inspiré du Thrakèsios, en plus de Psellos, pour rédiger l’histoire pour le règne de Constantin X Doukas35. On peut donc affirmer, même s’il reste un doute sur le prénom de l’intéressé, que la famille a connu Psellos et a fait appel à lui pour favoriser le début de carrière de l’un d’entre eux. La question est de savoir de quelle manière ? Dans la lettre n° 248, il est écrit : « Ce pauvre Thrakèsios ayant été envoyé de ma part dans ton thème, où tu as déjà rendu des services à mes relations, [il] m’a demandé de faire en sorte qu’il soit sous ta protection (antilepsin) et reçoive un peu d’aide (ôphéleias). » Ce dernier terme d’ôphéleias peut être compris au sens premier, c’est-à-dire comme un secours, une aide précieuse pour favoriser la carrière. Que le juge de thème soit le plus à même de favoriser la carrière d’un jeune notaire-secrétaire byzantin n’est pas étonnant. Ce terme désigne également la surtaxe perçue par le collecteur d’impôt pour assurer la perception36. Il s’agit donc pour ce juge de prendre ce jeune homme à son service comme notaire et de lui permettre, avec beaucoup d’autres, de vivre grâce aux bénéfices tirés de la perception des impôts et du traitement du fonctionnaire (en particulier la roga)37.

  • 38 On sait peu de chose de l’aristocratie issue du thème des Thracésiens, quelques noms de familles s (...)
  • 39 Sur la richesse des aristocrates, on connaît la fortune des grands aristocrates, un peu moins cell (...)

21Dans la lettre n° 254, adressée donc à un frère du juge des Thracésiens à qui était adressée la précédente, Michel Psellos fait l’historique de la carrière de Thrakèsios au service de son frère et prédécesseur : il l’a embauché (premier succès de Michel Psellos), cependant il a été « muté » dans un autre thème et l’a emmené avec lui. Le notaire, animé par le mal du pays, demande à revenir dans son thème familial. Psellos demande au second juge de devenir à son tour le prostatès du notaire38. Autre élément de comparaison entre les deux lettres, le sort économique du notaire : le service de l’empereur semble lui réussir car si le Thrakèsios de la lettre n° 248 était ptôchos et n’avait même pas un cheval, celui de la lettre n° 254 demande aussi la protection pour sa famille, ses relations et sa maison, dont il n’était nullement question auparavant39.

  • 40 H. Ahrweiler, « Recherches sur l’administration de l’empire byzantin aux ixe-xie s. », BCH, 84, 19 (...)

22Reste un dernier point, toujours périlleux avec la correspondance de Psellos, la datation. Nous disposons toutefois de quelques éléments : s’il s’agit des Xèroi, l’un d’entre eux est titré proèdre dans une autre lettre de Psellos et ce titre est attribué aux kritai à partir des années 106040. Selon I. Thurn, l’éditeur du texte, Jean Skylitzès serait né vers 1045 et a dû être « employable » par l’administration à partir de ses 16-20 ans, ce qui daterait la première lettre des années 1060-1065.

23Pour conclure sur les relations entre les deux hommes, Skylitzès a une certaine gratitude envers Michel Psellos, reconnaissance pour l’homme de lettres, reconnaissance envers l’homme qui a facilité sa carrière. C’est finalement rafraîchissant et on en vient à espérer que ce soit vrai.

  • 41 J. Shepard, « A Suspected Source of Scylitzes’ “Synopsis Historiôn” : The Great Catacalon Cecaumen (...)

24Pour ce qui est de la façon d’écrire l’histoire de Skylitzès, on remarque un tiraillement entre ses sources et sa carrière, il semble bien qu’il soit tributaire d’une source proche ou issue de Katakalon Kékauménos et des familles de tradition militaire41, et dans le même temps il se pose comme le défenseur des lettrés.

25D’autre part, et pour dépasser le cas Michel Psellos / Skylitzès, on remarque que la postérité du polygraphe byzantin est intéressante pour dresser une typologie des historiens byzantins des xie-xiie siècles :

  • les adversaires farouches comme Michel Attaleiatès ;
  • les pragmatiques qui utilisent l’auteur comme Bryennios et Anne Comnène ;
  • les partisans comme Skylitzès (Zônaras lui fait écho) pour qui Psellos représente l’homme public idéal, alliant à la fois la culture et l’action politique.
  • 42 J.-C. Cheynet, Le monde byzantin…, op. cit., p. 183-184 ; P. Magdalino, « Byzantine Snobbery », Th (...)

26Il décrit ainsi l’homme paré de toutes ces vertus que mettent en avant les aristocrates de Constantinople42.

  • 43 Théophylacte d’Ochrida, Lettres, n° 27, à Grégoire Kamatèros Logariastès tou génikou, p. 218-221.

27Après coup, la position de Zônaras est celle qui prévaut, Psellos l’homme politique s’estompe derrière l’homme de lettres. L’éducateur de Michel VII Doukas est décrit et loué par Skylitzès, Zônaras, Anne Comnène. Même l’archevêque de Bulgarie, ancien maître des rhéteurs, Théophylacte d’Ochrida, dans une de ses lettres, mentionne la crainte que son ancien maître ne vienne tourmenter son sommeil, s’il ne trouve pas un poste à un de ses descendants43.

Une brève histoire des lettres

  • 44 G. Karlsson, Idéologie et cérémonial dans l’épistolographie byzantine, Uppsala, 1962, p. 14-32.
  • 45 Pour la traduction, toute ma reconnaissance va à Mikael Op de Coul qui s’est détourné un temps de (...)

28Toutes les lettres citées sont présentes dans le Parisianus græcus 1182, datant du xiiie siècle et qui est un des manuscrits les plus importants pour l’histoire de la production intellectuelle de Michel Psellos. Les deux lettres traduites ici sont au folio 256 v° pour la première, au folio 257 pour l’autre. Elles sont également présentes, avec des modifications mineures, dans le Laurentianus græcus 57-40, du xve siècle, au folio 96-96 v° pour la n° 248, et en deux exemplaires (aux folios 38 v° et 89 v°) pour la n° 254. Les variantes sont assez peu nombreuses et consistent principalement en des omissions et des simplifications entre le xiiie et le xve siècle. Ainsi dans la n° 248, la première phrase est résumée en « celui-ci est envoyé de ma part », dans la 254, c’est l’expression « homonyme de ton thème » qui est omise. Ces modifications se plaçant parfaitement dans la logique de ces recueils de lettres qui cherchent à « anonymer » les correspondances pour en faire des modèles, se plaçant là dans les principes énoncés par G. Karlsonn de « déconcrétisation de la réalité44 ». Elles ont été éditées trois fois, la première par T. Tafel qui les a attribuées à Eustathe de Thessalonique, erreur répétée dans la Patrologie Grecque, t. CXXXVI. Enfin, les deux savants E. Kurtz et F. Drexl regroupent en 1936 et 1941 de nombreux discours et lettres dans les volumes des Scripta Minora45.

  • 46 La lettre est sans destinataire mais la teneur donne la fonction du destinataire.

« Ce notaire, mais plutôt – pourquoi j’appelle notaire celui qu’il vaut donc mieux appeler un pauvre Thrakèsios ? Celui-ci donc, le pauvre Thrakèsios, ayant été envoyé de ma part dans ton thème, où tu as déjà accepté quelques services pour mes relations, [il] m’a demandé de faire en sorte qu’il soit sous ta protection et reçoive un peu d’aide.
Or observe comment moi je suis ton ami, si solide et si sincère, et que la demande est facile et aisée à accomplir, et compare-la à mon amitié, accomplis-la sans hésitation. En effet, ce notaire ne possède même pas un cheval et ne désire pas faire de grand gain, ce qui paraîtra modeste pour ton thème. Si en vue de notre amitié tu [l’accueilles] avec bienveillance, cela n’apparaîtra pas aussi modeste. »
Michel Psellos, KD II, n° 248, « à un juge des Thracésiens46 », p. 297-298, 15 l., Parisianus græcus 1182, xiiie siècle, f° 256 v° ;
Laurentianus græcus 57-40, xve siècle, f° 96-96 v°.
« Que la nature de ton frère par la nature soit un exemple pour toi de l’amitié la plus pure amitié et des [bonnes] dispositions envers moi qui suis ton frère par l’esprit, et envers ce notaire qui est homonyme de ton thème. En effet, étant issu de là, il a acquis le nom de ton éparchie. Donc dans une lettre j’avais demandé [à ton frère] quelque chose pour lui. Ayant accepté la demande avec joie, il avait bien fait le reste et avait compté cet homme parmi les plus sensés [de son entourage], il l’a accueilli jusqu’à ce qu’il change de thème. Mais celui-ci aime fortement sa patrie dans laquelle il désire rester.
Si donc tu veux bien observer cet exemple, en voyant ton frère, fais la même chose pour cet homme. Si tu as en toi-même un exemple de ton amitié envers nous, joins aux grâces antérieures une grâce identique pour le notaire, en te montrant bienveillant pour lui, sois son protecteur et porte-toi garant pour sa famille (oikias). Mais pourquoi te demander tout cela ? Si tu fais seulement une [grâce] pour ceux qui sont sous ton commandement, toutes les autres suivront ce premier bienfait. »
Michel Psellos, KD II, n° 254, au juge des Thracésiens, p. 301-302, 20 l. Parisianus græcus 1182, xiiie siècle, f° 257 ;
Laurentianus græcus 57-40, xve siècle, f° 38 v° et 89 v°.

Notes

1 Il existe toute une série d’articles de J. N. Ljubarskij, « Man in Byzantine Historiography from John Malalas to Michael Psellos », DOP, 46, 1992, p. 177-186 (Mélanges Kazhdan) ; « The Fall of an Intellectual : The Intellectual and Moral Atmosphere in Eleventh Century Byzantium », Sp. Vryonis (éd.), Essays on the Slavic World and the Eleventh Century, 1992, p. 175-181 ; « How should a Byzantine text be read ? », E. M. Jeffreys (éd.), Rhetoric in Byzantium, Papers from the 35th Spring Symposium of Byzantine Studies (Oxford 2001), Aldershot, 2001, p. 117-126 (Society for the Promotion of Byzantine Studies 11) ; « Michael Psellos in the History of Byzantine Literature : Some Modern Approaches », P. Agapitos et P. Odorico, Pour une « nouvelle » histoire de la littérature byzantine : problèmes, méthodes, approches, propositions : actes du Colloque international philologique, Nicosie-Chypre, 25-28 mai 2000, Paris, 2002, p. 107-116.

2 A. Kaldellis, The Argument of Psellos’ Chronographia, Leyde, 1999, cherche à décrypter le message philosophique, parfois hérétique, sous les aspects orthodoxes de la Chronographie.

3 W. Seibt, « Ioannes Skylitzes. Kritische Untersuchengen zur Person des Chronisten », JÖB, 25, 1976, p. 81-85 ; C. Holmes, Basil II and the Governance of Empire, 976-1025, Oxford, 2004, p. 60-91.

4 Né dans le premier tiers du xiie siècle, il semble avoir comploté contre Manuel Ier Comnène en 1166. Il est écarté et peut-être aveuglé. Son œuvre, largement opposée aux Comnènes, reprend une partie des critiques de Zonaras. ODB, II, p. 855-856 ; J.-C. Cheynet, Pouvoir et Contestations à Byzance (963-1210), Paris, 1990, p. 108-109.

5 Dans le livre I de Bryennios, les chapitres 7 à 10 sur l’origine des Seldjoukides sont un emprunt direct à Skylitzès. À partir du chapitre 13 (Mantzikert), les emprunts à Psellos sont de plus en plus importants pour devenir fondamentaux du chapitre 18 au chapitre 25 (du coup d’État des Doukas à la mort de Diogène).

6 Sur les concordances entre le texte de Bryennios et celui de Psellos, voir plus particulièrement A. Carile, « La Ulè Historias del cesare Niceforo Brienno », Aevum, 43/2, 1969, p. 56-88.

7 Né dans les années 1060-1070 à Andrinople, il est le fils du révolté de 1077-1078 selon A. Carile, « Il problema della identificazione del cesare Niceforo Brienno », Aevum, 38, 1964, p. 74, à compléter par id., « Il “cesare” Niceforo Bryennio », Aevum, 42/6, 1968, p. 429-454. Il est son petit-fils selon S. Wittek et S. De Jongh, « Le césar Nicéphore Bryennios, l’historien et ses ascendants », Byzantion, 23, 1953, p. 467, repris par P. Gautier dans l’introduction de l’édition du texte (Nicephori Bryennii historiarum libri quattuor, int., éd. trad. P. Gautier, Bruxelles, 1975 [CFEB IX]). Il épouse Anne Comnène vers 1097 et est nommé césar par Alexis Ier Comnène en 1111. Il rédige les Ulè Historias après son échec politique de 1118 et meurt à Constantinople vers 1136-1137. Mettant en avant les vertus de ces familles, il est parfois vu comme un précurseur du style de la romance byzantin. Sur les méthodes historiques de Bryennios, A. Carile, « La Ulè Historias… », art. cit., 43/4, p. 235-282.

8 La dernière édition du texte : Miguel Ataliates, Historia, intr. éd. trad. et comm. de I. Perez Martin, Madrid, 2002. En attendant, les références restent celle de l’édition de Bonn.

9 Attaleiatès, Bonn, p. 21, l. 15-24, traduction P. Lemerle, Cinq études sur le xie siècle, Paris, 1971, p. 223-224.

10 J.-C. Cheynet, Pouvoir et Contestations…, op. cit., p. 68-70 ; Attaleiatès, Bonn, p. 53-59.

11 Ce passage est à l’origine d’un long débat historiographique à propos de la mort de Michel Psellos. En dernier lieu A. Karpozelos, « When did Michael Psellos Die ? The Evidence of the Dioptra », BZ, 96, 2003, p. 671-677.

12 Attaleiatès, Bonn, p. 296, l. 20 ; p. 297, l. 2, traduction P. Gautier, « Monodie inédite de Michel Psellos sur Andronic Doukas », REB, 29, 1971, p. 159-164.

13 Psellos, MB V, n° 135, à Nicolas Sklèros, juge de l’Égée, p. 378-379 ; voir W. Seibt, Skleroi, p. 93-97 ; P. Gautier, « Précisions historiques sur le monastère Ta Narsou », REB, 34, 1976, p. 101-110 ; R. Janin, Constantinople byzantine, Paris, 1964, p. 395-396.

14 J. N. Ljubarskij, « Miguel Attaliates y Miguel Pselo (Ensayo de una breve comparaciòn) », Erytheia, XVI, 1995, p. 85-96 remarque que le ton subjectif est clairement annonce par les deux auteurs mais Michel Attaleiatès reste traditionnel dans la composition de son œuvre.

15 Anne Comnène, L’Alexiade, II, p. 34, l. 6-13.

16 Elle connaît l’« encomium pour sa mère ». S. Linner, « Psellus Chronographie and Alexiade : some Textual Parallels », BZ, 76, 1983, p. 1-9.

17 Anne Comnène, L’Alexiade, II, p. 34, l. 22-25.

18 Ibid., p. 32, l. 14-19 : « Italos, tout en étant son disciple, avec son tempérament inculte et barbare ne pouvait pénétrer dans les profondeurs de la philosophie, parce qu’il était absolument incapable de supporter un maître, même pour apprendre ; plein de témérité et de folle arrogance comme un barbare croyant surpasser tout le monde avant même que d’étudier, il se posa dès le début en adversaire de Psellos lui-même », et p. 32, l. 28 – p. 33, l. 5 : « Italos regardait toujours Psellos avec des yeux enflammés et furibonds bien que celui-ci comme un aigle planait au-dessus des subtilités d’Italos. »

19 J. N. Ljubarskij, « Why is the Alexiad a Masterpiece of Byzantine Litterature », F. Gouma-Pederson, Anna Komnena and her Times, New York, 2000, p. 180-186, affirme que si Anne Comnène défend l’orthodoxie la plus rigide ce n’est qu’à contre cœur. Mais il ne faut pas oublier qu’elle n’est pas très favorable à ces jeunes gens issus des écoles de philosophie de Constantinople (Anne Comnène, L’Alexiade, II, p. 37, l. 19-29). J.-C. Cheynet, Pouvoir et Contestations…, p. 367, interprète la révolte des Anémai comme une critique des choix stratégiques d’Alexis Ier Comnène par les familles anatoliennes qui avaient soutenu son oncle Isaac Ier (Exazènos, Kastamonitès, Kourtikios, Basiliakos, et Sklèros). Elles sont rejointes par quelques familles « civiles » Xèros et Solomon qui financent l’opération si l’on en croit Anne Comnène.

20 J. N. Ljubarskij, « Why is the Alexiad… », art. cit., p. 169-186. Il établit le parallèle avec la Chronographie : Anne est également le héros de son histoire, elle écrit « de mémoire » et elle utilise les mêmes artifices de composition. Alexis est quasiment immuable du début à la fin de l’Alexiade dans le style des « sculptural scene » (agalmata) qui figent les personnages lorsque les Byzantins comparent les hommes aux statues (J. N. Ljubarskij, « Man in Byzantine Historiography from John Malalas to Michael Psellos », DOP, 46, 1992, p. 177-186 [Mélanges Kazhdan]). Elle reprend la technique de Psellos de décrire de manière conventionnelle les aspects exterieurs des personnages a la difference des aspects moraux qui visent a etre specifiques a chacun. Ajoutons que de temps a autre, elle plagie des expressions de Psellos comme l’Alexiade, II, p. 38, l. 27-39, l. 6 lorsqu’elle decrit l’etat des lettres avant le regne de son pere.

21 Grand drongaire de la Veille et protasèkrètès, il tombe en disgrâce après 1118 et rédige son œuvre alors qu’il est moine à Sainte-Glykéria sur la Propontide. Dans son œuvre historique inspirée de Michel Psellos et Jean Skylitzès, il n’offre une vue originale que pour le règne d’Alexis Ier Comnène. Sur le personnage, voir ODB, III, p. 2229.

22 Édité en 1839 avec le texte de Cedrenos, puis par H Sunecheia tès chronographias tou Ioannou Skulitzè, éd. E. T. Tsolakis, Thessalonique, 1968. Malheureusement peu répandue, l’article continue à utiliser la vieille édition de 1839.

23 L’identification entre Skylitzès et le Skylitzès Continué est acceptée dans Flusin et Cheynet dans Skylitzès, Empereurs de Constantinople, trad. et comm. B. Flusin et J.-C. Cheynet, Paris, 2003, p. XXII.

24 C. Holmes, Basil II…, op. cit., p. 67-68 et 75-91.

25 Même si le problème du jugement de Skylitzès sur l’œuvre de Psellos reste entier (Historia Syntomos ou Chronographie), J. N. Ljubarskij, « Somes notes on the Newly Discovered historical Works by Psellos », To Ellènikon, Studies in Honor of Sp. Vryonis, vol. 1, New Rochelle/New York, 1993, p. 213-228. Il écrit : « Le résumé historique a été pratiqué avec le meilleur succès après les anciens […]. Bien sûr certains s’y essayèrent, comme le maître d’école sicilien, ou bien à notre époque, le consul des philosophes, l’hypertimos Psellos. » Il mentionne ici plus l’Historia Syntomos de Psellos que la Chronographie, Skylitzès, Thurn, p. 3, l. 6-7 et 16-18.

26 Michel Psellos, Chronographie, II, p. 91-104.

27 Skylitzès Continué, éd. Bonn, p. 687 = éd. Tsolakis, p. 141.

28 Skylitzès Continué, éd. Bonn, p. 702 = éd. Tsolakis, p. 152.

29 P. Lemerle, Cinq études…, op. cit., p. 300-302.

30 Skylitzès Continué, éd. Bonn, p. 706, l. 9 – 707, l. 1.

31 La correspondance de Michel Psellos est assez éclatée en attendant une nouvelle édition annoncée depuis longtemps par E. Papaioannou lorsqu’il a établi un répertoire : E. N. Papaioannou, « Das Briefcorpus des Michael Psellos vorarbeiten zu einer Kritischen Neuedition », JÖB, 48, 1998, p. 67-117. Les éditions les plus récentes sont les suivantes :
– une lettre dans l’article de Papaioannou ;
–une lettre dans Psellos, « A Letter of Michael Psellos to Constantine, Nephew of M. Cérulaire », éd. Snipes, GRBS, 22, 1981, p. 89-107 ;
– 38 dans Psellos, Quelques lettres de Psellos inédites ou déjà éditées, éd. P. Gautier, REB, 44, 1986, p. 126-197 ;
– huit après élimination des doublons avec l’article de Gautier paru quasiment dans le même temps, dans Psellos, Epistole inedite de Michele Psellos, éd. E. V. Maltese, Studi Italiano di Filologici Class., seria III, V/1, 1987, p. 82-98, V/2, 1987, p. 214-233 et VI/1, 1988, p. 111-134 ;– 208 dans C. Sathas, Messaionikè Bibliothèkè, vol. V, Paris/Venise, 1876-1877, p. 219-523 (desormais Psellos, MB V) ;– 274 lettres dans Psellos, Scripta Minora, ed. E. Kurtz et F. Drexl, Milan (desormais KD II). Dans ces deux collections, 9 lettres sont a retirer.

32 Le juge des Thracésiens Serge Héxamilitès (DOSeals, 3, n° 2.27) peut être le Serge de la collection Gautier (Psellos, Quelques lettres…, n° 27, à Serge juge des Thracésiens, p. 179-181). Le nom de famille correspond à un ethnique : Hexamilion (l’ancienne Lysimaque) = actuellement Bulaiyr sur les Dardanelles. La famille fournit une série de juges et de juristes aux xie-xiie siècles. V. Laurent, Vatican, p. 72-73 ; A. K. Wassiliou, « Die Familie Hexamilites. Ein Beitrag zur byzantinischen Prosopographie », Hellenika, 2002, p. 243-258.

33 Il est malheureusement très difficile de s’y retrouver dans cette famille. Ils n’apparaissent qu’au xie siècle mais tout de suite au premier plan puisque l’un d’eux est juge et magistre dans la Peira (XIV, 22 ; XLV, 11). C’est la seule famille dite civile qui entre dans la compétition pour le poste impérial et entre dans le groupe dirigeant autour des Comnènes. L’un d’entre eux, devenu éparque, est impliqué dans la conspiration des Anémai (P. Gautier, « Pantocrator », p. 117 ; Anne Comnène, L’Alexiade, III, p. 69-74 ; Zônaras, III, p. 745). On trouve encore des Xèroi au xiiie siècle : G. Schlumberger, Sigillographie, p. 716, n° 6. Sur la famille : W. Seibt, Bleisiegel, n° 155 ; J.-C. Cheynet, « Sceaux Byzantins de Londres », SBS, 8, 2003, p. 90-93.

34 Psellos, M.B. V, n° 47 et 51, à Xèros, proèdre et juge des Thracésiens, p. 279-280 et 282-283. Pour les amoureux des questions traitant des manuscrits, la lettre n° 47 est conservée dans les Parisianus græcus 1182, xiiie siècle, f° 200-200 v° et le Laurentianus græcus 57-40, xve siècle, f° 97-97 v°. Pour la n° 51, elle se trouve dans le Parisianus græcus 1182, f° 201 et l’Oxoniensis Baroccianus græcus 131, xiiie siècle, f° 203.

35 Zônaras, XVIII-7, p. 672-673 pour Psellos et p. 673 pour Skylitzès-Thrakèsios.

36 N. Oikonomides, Fiscalité et exemption fiscale à Byzance (ixe-xie s.), Athènes, 1996, p. 45-46 et 88.

37 Sur les principes et évolutions de la roga, voir P. Lemerle, « Roga et rente d’état », REB, 25, 1967, p. 77-100 et J.-C. Cheynet, « Dévaluations des dignités et dépréciations monétaires dans la seconde moitié du xie siècle », Byzantion, 53, 1983, p. 453-477. Pour le paiement des fonctionnaires, id., Le monde byzantin, vol. II, Paris, 2006, p. 140-141.

38 On sait peu de chose de l’aristocratie issue du thème des Thracésiens, quelques noms de familles somme toute modestes (Mauros, Sagopoulos), id., Pouvoir et Contestations…, p. 24-225 et Le monde byzantin…, op. cit., p. 419-420.

39 Sur la richesse des aristocrates, on connaît la fortune des grands aristocrates, un peu moins celle des « petits », id., « L’aristocratie byzantine (viiie-xiiie siècle) », Journal des Savants, juillet-décembre 2000, p. 281-322.

40 H. Ahrweiler, « Recherches sur l’administration de l’empire byzantin aux ixe-xie s. », BCH, 84, 1960, p. 71. Il s’agit des lettres de Psellos, MB V, n° 47 et 51, à Xèros, juge des Thracésiens, p. 279-280 et 282-283. Le thème de la lettre est proche des deux étudiées ici. En effet, dans la n° 47, il mentionne l’envoi d’un notaire dont Xèros peut améliorer le sort. Le thème principal de la correspondance entre Psellos et les juges est mentionné dans la n° 51 quand il fait allusion aux fonctions fiscales du kritès. Sur Psellos et l’Asie voir J.-C. Cheynet, « L’Asie Mineure dans la correspondance de Michel Psellos », Byz. Forsch., 25, 1999, p. 235-241.

41 J. Shepard, « A Suspected Source of Scylitzes’ “Synopsis Historiôn” : The Great Catacalon Cecaumenos », BMGS, 16, 1992, p. 171-181. Mais les recherches récentes sur Kékauménos, l’écrivain, montrent qu’il n’est pas très éloigné dans sa formation du milieu des écoles de Constantinople, voir C. Roueché, « The Rhetoric of Kekaumenos », E. Jeffreys, Rhetoric in Byzantium, Aldershot, 2003, p. 23-37.

42 J.-C. Cheynet, Le monde byzantin…, op. cit., p. 183-184 ; P. Magdalino, « Byzantine Snobbery », The Byzantine Aristocracy from the IXth to the XIIIth Century, Oxford, 1984, p. 58-78.

43 Théophylacte d’Ochrida, Lettres, n° 27, à Grégoire Kamatèros Logariastès tou génikou, p. 218-221.

44 G. Karlsson, Idéologie et cérémonial dans l’épistolographie byzantine, Uppsala, 1962, p. 14-32.

45 Pour la traduction, toute ma reconnaissance va à Mikael Op de Coul qui s’est détourné un temps de Théodore Prodrome pour m’aider, toutes les imprécisions restant de mon fait.

46 La lettre est sans destinataire mais la teneur donne la fonction du destinataire.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540