Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sirènes ou le savoir périlleux

 | 
Hélène Vial

Fécondité littéraire des Sirènes homériques en terre grecque

Les Sirènes d’Apollonios de Rhodes : du désenchantement homérique au sortilège paysager

Laury-Nuria André

Résumé

La lecture homérico-centrée ne s’applique plus à la réécriture du passage des Sirènes chez Apollonios de Rhodes. Le poète alexandrin met en place des jeux intertextuels subtils qui désenchantent la version homérique des Sirènes, qui faisait de ces êtres détenteurs d’un savoir holistique des figures mortifères et négatives. Notre propos visera à montrer comment la déconstruction par l’intertextualité critique de la valeur des Sirènes homériques et leur mise en contexte paysager permettent à Apollonios de construire des figures ré-enchantées et positives, qui, par leur étroite association au paysage insulaire catoptrique, permettent de tenir un discours et de construire un savoir valide sur la forme du monde à l’époque hellénistique.

The Homeric-centered reading of the Sirens is no longer available to the understanding of the rewriting of the Sirens in Apollonius Rhodius. The Alexandrian poet sets up subtle intertextual games to disenchant the Homeric version of the Sirens in which they appear as holders of a holistic knowledge and are negative figures carrying death. Our aim will be to show how a critical intertextuality can deconstruct the value of the Sirens in Homer and how putting them in a landscape context allows Apollonius to build re-enchanted and positive figures, which, by their close association with the island and catoptric landscape, construct a correct speech and a real knowledge about the shape of the world during the Hellenistic period.

Texte intégral

  • 1 « En tout état de cause, la rencontre d’Ulysse et des Sirènes et celle d’Orphée et des Sirènes app (...)
  • 2 Homère, Odyssée, XII, 184-191.

1Lorsqu’on évoque les Sirènes de l’Antiquité, c’est immédiatement la référence homérique qui vient à l’esprit. Épopée fondamentale, matrice littéraire disponible à l’infini des relectures et des réécritures, l’Odyssée n’est pourtant pas la seule version épique du mythe des Sirènes dans la littérature antique. Un périple antérieur à celui d’Ulysse, menant les héros à la rencontre des femmes-oiseaux, est relaté dans une épopée postérieure à Homère de quelque cinq siècles. Apollonios de Rhodes raconte le mythe de Jason et des Argonautes, partis à la conquête de la Toison d’Or et qui, sur le chemin du retour, tout comme Ulysse, connaissent de nombreuses épreuves qui les éloignent de chez eux, et ce, jusqu’en Ausonie, région occidentale du bassin méditerranéen. Les deux récits présentent, à première lecture, de nombreuses similitudes qui ont souvent poussé la critique à voir une unité de traitement des Sirènes derrière la figure menaçante de cet être hybride1 détenteur d’un savoir holistique2.

  • 3 Voir les démonstrations de C. Cusset, « L’Italie vue d’Alexandrie : Homère revisité par Apollonios (...)
  • 4 À propos de la joute au cours de laquelle les Sirènes sont défaites, se reporter à Bettini M. et S (...)
  • 5 Nous allons le démontrer dans le développement de l’article.

2Pourtant, le caractère postérieur de la version hellénistique est essentiel dans la compréhension de l’image des Sirènes dans la littérature antique et de son évolution. Les singularités du texte alexandrin résident précisément dans l’acte de réécriture et la distance critique que le poète alexandrin met en place. La lecture homérico-centrée du mythe des Sirènes demande de ce fait à être nuancée sous peine de commettre un contresens par rapport aux intentions du poète épique hellénistique. La lecture herméneutique et intertextuelle du passage des Sirènes chez Apollonios de Rhodes fait émerger de nouvelles informations concernant les Sirènes et leur rapport au savoir. Le poète alexandrin, dans sa version, passe volontairement sous silence le fameux passage de l’enchantement du héros (ici Jason pour Ulysse) par le chant des Sirènes. Il s’agit d’un acte intertextuel fort qui, combiné à un faisceau de modifications narratives et stylistiques, contribue en réalité à « désenchanter » la version homérique des Sirènes3. De fait l’« échec » des Sirènes4 n’a pas la même valeur chez Homère que chez Apollonios et c’est l’enjeu au cœur de cette réécriture – le rapport des Sirènes au savoir – qui en est d’autant déplacé. Les Sirènes nous apparaissent moins comme des monstres dont l’hybridité est signe de leur cruauté ou de la menace qui pèse sur les héros que comme des figures métapoétiques5. Leur hybridité étant alors à comprendre comme le signe d’un rapport intertextuel et ludique au savoir multiforme de la Bibliothèque d’Alexandrie.

  • 6 Cusset C., « L’Italie vue d’Alexandrie », art. cit., p. 155.
  • 7 Voir à ce propos les analyses que nous en proposons : André L.-N., Formes et Fonctions du paysage (...)
  • 8 Ibid., p. 113-116.

3Comment comprendre dès lors cette distance prise vis-à-vis du modèle des Sirènes homériques alors même que « Jason ne passe par l’Italie que parce qu’Homère a déjà écrit qu’Ulysse devait y passer »6 ? C’est qu’il faut replacer le passage des Sirènes dans son contexte diégétique pour comprendre comment, de figures négatives, les Sirènes deviennent des figures paradoxalement positives, garantes métapoétiques de la validité d’un discours tenu sur le monde. L’épisode des Sirènes n’a pas de sens en lui-même, il ne se dissocie pas du récit unifié autour du périple insulaire ausonien. C’est alors que la géographie et le paysage nous aident à comprendre la place diégétique des Sirènes dans ce passage : elles orchestrent toute la description du voyage d’Argô au milieu des îles et de leur paysage au pouvoir catoptrique7. Point de bascule d’un groupe d’îles à un autre, les Sirènes et leur île avec laquelle elles se confondent se chargent alors de la même valeur diégétique et symbolique que les îles qui les entourent, Charybde et Scylla étant chez Apollonios de Rhodes perçues au travers de riantes figurations : des Néréides qui jouent avec Argô comme avec une petite balle dans une atmosphère ludique et apaisée8.

4Notre propos visera donc à montrer comment la déconstruction, par l’intertextualité critique, de la valeur négative de l’association homérique entre Sirènes et savoir aide Apollonios de Rhodes à construire, par une mise en contexte paysager, des figures ré-enchantées et positives, qui, associées au paysage insulaire catoptrique, permettent de tenir un discours légitime et de construire un savoir valide sur la forme du monde à l’époque hellénistique.

  • 9 La critique est essentiellement allemande (H. Fränkel), anglo-saxonne (R. Hunter), italienne (E. L (...)
  • 10 Voir à ce propos Effe B., « The similes of Apollonius Rhodius : intertextuality and epic innovatio (...)
  • 11 Voir, entre autres études, Acosta-Hughes B. et Cusset C., « Héraclès comme figure de l’archaïsme d (...)
  • 12 Les éléments narratifs similaires apparaissent en gras dans la traduction.

5Si les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes sont une œuvre qui a longtemps été mésestimée par la critique qui n’y a lu que superficiellement une réécriture plus ou moins servile d’Homère, aujourd’hui les nombreuses publications9 et l’intérêt toujours croissant pour la littérature et la culture hellénistiques dans l’ensemble du monde universitaire ne permettent plus de maintenir une telle vision. Apollonios de Rhodes est un poète innovant10, bien inscrit dans son temps et dans la culture alexandrine façonnée à la cour des Ptolémée et autour du Muséion. Sa réécriture dénote bien plus souvent une distance critique qu’elle n’est une copie servile du modèle homérique11. L’un des exemples les plus significatifs de l’attitude de l’Alexandrin face au Poète par excellence est sans doute le périple effectué par les Argonautes en Ausonie, et plus précisément le moment du périple qui relate la rencontre entre les héros et les Sirènes. Si les similitudes sont évidentes avec la version homérique, comme le prouve le tableau suivant12, en revanche, l’analyse stylistique et narratologique montre la prise de distance de l’Alexandrin.

  • 13 Traduction de V. Bérard (Paris, Les Belles Lettres, « CUF », 2002 [1924] pour le t. II).
  • 14 Les traductions du texte d’Apollonios de Rhodes sont les nôtres dans l’ensemble de l’article.

Les Sirènes chez Homère ( Odyssée , XII, 37-47, 158-164 et 182-191)

Les Sirènes chez Apollonios de Rhodes ( Argonautiques , IV, 885-920)

ταῦτα μὲν οὕτω πάντα πεπείρανται, σὺ δ᾽
[ἄκουσον,
ὥς τοι ἐγὼν ἐρέω, μνήσει δέ σε καὶ θεὸς αὐτός. Σειρῆνας μὲν πρῶτον ἀφίξεαι, αἵ ῥά τε πάντας [40] ἀνθρώπους θέλγουσιν, ὅτις σφεας
[εἰσαφίκηται.
ὅς τις ἀιδρείῃ πελάσῃ καὶ φθόγγον ἀκούσῃ Σειρήνων, τῷ δ᾽ οὔ τι γυνὴ καὶ νήπια τέκνα οἴκαδε νοστήσαντι παρίσταται οὐδὲ γάνυνται, ἀλλά τε Σειρῆνες λιγυρῇ θέλγουσιν ἀοιδῇ [45] ἥμεναι ἐν λειμῶνι, πολὺς δ᾽ ἀμφ᾽ ὀστεόφιν
[θὶς
ἀνδρῶν πυθομένων, περὶ δὲ ῥινοὶ μινύθουσι. ἀλλὰ παρεξελάαν,
[…]
Σειρήνων μὲν πρῶτον ἀνώγει θεσπεσιάων φθόγγον ἀλεύασθαι καὶ λειμῶν᾽ ἀνθεμόεντα. [160] οἶον ἔμ᾽ ἠνώγει ὄπ᾽ ἀκουέμεν · ἀλλά με
[δεσμῷ
δήσατ᾽ ἐν ἀργαλέῳ, ὄφρ᾽ ἔμπεδον αὐτόθι μίμνω, ὀρθὸν ἐν ἱστοπέδῃ, ἐκ δ᾽ αὐτοῦ πείρατ᾽ ἀνήφθω. εἰ δέ κε λίσσωμαι ὑμέας λῦσαί τε κελεύω, ὑμεῖς δὲ πλεόνεσσι τότ᾽ ἐν δεσμοῖσι πιέζειν.
[…]
ῥίμφα διώκοντες, τὰς δ᾽ οὐ λάθεν ὠκύαλος νηῦς ἐγγύθεν ὀρνυμένη, λιγυρὴν δ᾽ ἔντυνον ἀοιδήν · δεῦρ᾽ ἄγ᾽ ἰών, πολύαιν᾽ Ὀδυσεῦ, μέγα κῦδος
[Ἀχαιῶν,
[185] νῆα κατάστησον, ἵνα νωιτέρην ὄπ
[ἀκούσῃς.
οὐ γάρ πώ τις τῇδε παρήλασε νηὶ μελαίνῃ, πρίν γ᾽ ἡμέων μελίγηρυν ἀπὸ στομάτων ὄπ᾽
[ἀκοῦσαι,
ἀλλ᾽ ὅ γε τερψάμενος νεῖται καὶ πλείονα εἰδώς. ἴδμεν γάρ τοι πάνθ᾽ ὅσ᾽ ἐνὶ Τροίῃ εὐρείῃ [190] Ἀργεῖοι Τρῶές τε θεῶν ἰότητι μόγησαν, ἴδμεν δ᾽, ὅσσα γένηται ἐπὶ χθονὶ πουλυβοτείρῃ.

[885] Ἠμος δ’ἄκρον ἔβαλλε φαεσφόρος οὐρανὸν
[Ἠώς,
δὴ τότε λαιψηροῖο κατηλυσίῃ ζεφύροιο βαῖνον ἐπὶ κληῖδας ἀπὸ χθονός · ἐκ δὲ βυθοῖο εὐναίας εἷλκον περιγηθέες ἄλλα τε πάντα ἄρμενα μηρύοντο κατὰ χρέος · ὕψι δὲ λαῖφος [890] εἴρυσσαν τανύσαντες ἐν ἱμάντεσσι κεραίης. νῆα δ’ἐυκραὴς ἄνεμος φέρεν. αἶψα δὲ νῆσον καλήν, Ἀνθεμόεσσαν ἐσέδρακον, ἔνθα λίγειαι Σειρῆνες σίνοντ’Ἀχελωίδες ἡδείῃσιν θέλγουσαι μολπῇσιν, ὅτις παρὰ πεῖσμα βάλοιτο. [895] τὰς μὲν ἄρ’εὐειδὴς Ἀχελωίῳ εὐνηθεῖσα γείνατο Τερψιχόρη, Μουσέων μία · καί ποτε Δηοῦς θυγατέρ’ἰφθίμην ἀδμῆτ’ἔτι πορσαίνεσκον ἄμμιγα μελπόμεναι · τότε δ’ἄλλο μὲν οἰωνοῖσιν, ἄλλο δὲ παρθενικῇς ἐναλίγκιαι ἔσκον ἰδέσθαι. [900] αἰεὶ δ’εὐόρμου δεδοκημέναι ἐκ περιωπῆς ἦ θαμὰ δὴ πολέων μελιηδέα νόστον ἕλοντο, τηκεδόνι φθινύθουσαι · ἀπηλεγέως δ’ἄρα καὶ τοῖς ἵεσαν ἐκ στομάτων ὄπα λείριον. οἱ δ’ἀπὸ νηὸς ἤδη πείσματ’ἔμελλον ἐπ’ἠιόνεσσι βαλέσθαι, [905] εἰ μὴ ἄρ’Οἰάγροιο πάις Θρηίκιος Ὀρφεὺς Βιστονίην ἐνὶ χερσὶν ἑαῖς φόρμιγγα τανύσσας κραιπνὸν ἐυτροχάλοιο μέλος κανάχησεν ἀοιδῆς, ὄφρ’ἄμυδις κλονέοντος ἐπιβρομέωνται ἀκουαὶ κρεγμῷ · παρθενικὴν δ’ἐνοπὴν ἐβιήσατο φόρμιγξ. [910] νῆα δ’ὁμοῦ ζέφυρός τε καὶ ἠχῆεν φέρε
[κῦμα
πρυμνόθεν ὀρνύμενον · ταὶ δ’ἄκριτον ἵεσαν
[αὐδήν.
ἀλλὰ καὶ ὧς Τελέοντος ἐὺς πάις, οἶος ἑταίρων προφθάμενος, ξεστοῖο κατὰ ζυγοῦ ἔνθορε πόντῳ Βούτης, Σειρήνων λιγυρῇ ὀπὶ θυμὸν ἰανθείς· [915] νῆχε δὲ πορφυρέοιο δι’οἴδματος, ὄφρ’
[ἐπιβαίη,
σχέτλιος. ἦ τέ οἱ αἶψα καταυτόθι νόστον ἀπηύρων, ἀλλά μιν οἰκτείρασα θεὰ Ἔρυκος μεδέουσα Κύπρις ἔτ’ἐν δίναις ἀνερέψατο, καί ῥ’ἐσάωσεν πρόφρων ἀντομένη Λιλυβηίδα ναιέμεν ἄκρην.

Vous voilà donc au bout de ce premier voyage ! Écoute maintenant ce que je vais te dire, et qu’un dieu quelque jour t’en fasse souvenir ! Il vous faut d’abord passer près des Sirènes. Elles charment tous les mortels qui les approchent. Mais bien fou qui relâche pour entendre leur chant ! Jamais en son logis sa femme et ses enfants ne fêtent son retour : car, de leurs fraîches voix, les Sirènes le charment, et le pré, leur séjour, est bordé d’un rivage tout blanchi d’ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent. Passe sans t’arrêter ! […] Donc, son premier conseil est de fuir les Sirènes, leur voix ensorcelante et leur prairie en fleurs ; seul, je puis les entendre ; mais il faut que, chargé de robustes liens, je demeure immobile, debout sur l’emplanture, serré contre le mât, et si je vous priais, si je vous commandais de desserrer les nœuds, donnez un tour de plus ! […] Mais les Sirènes voient ce rapide navire qui bondit tout près d’elles. Soudain, leurs fraîches voix entonnent un cantique : « Viens ici ! Viens à nous ! Ulysse tant vanté ! L’honneur de l’Achaïe !… Arrête ton croiseur : viens écouter nos voix ! Jamais un noir vaisseau n’a doublé notre cap, sans ouïr les doux airs qui sortent de nos lèvres ; puis on s’en va content et plus riche en savoir, car nous savons les maux, tous les maux que les dieux, dans les champs de Troade, ont infligés aux gens et d’Argos et de Troie, et nous savons aussi tout ce que voit passer la terre nourricière13. »

Et bientôt, c’est une île, une belle île, Anthemoessa, qui retient leur regard ; là, les mélodieuses Sirènes, filles d’Achélôos, faisaient périr de leurs doux chants ensorceleurs quiconque jetait l’ancre à proximité. Elle les avait enfantées de la couche d’Achélôos, la jolie Terpsichore, l’une des Muses ; jadis, elle servait l’importante fille de Déo, encore vierge, et elle partageait ses jeux. Mais maintenant, leur aspect était semblable pour une part aux oiseaux, pour une autre aux jeunes filles. Sans cesse, elles guettaient sur la vigie du port : elles ont ôté le doux espoir du retour à tant de marins en les consumant de langueur. Alors, sans vergogne, pour les héros aussi, elles laissèrent sortir de leur bouche une voix de cristal, et eux, de la nef, s’apprêtaient déjà à jeter les amarres et à rejoindre la grève, si le fils d’Oiagros, le Thrace Orphée, tendant de ses mains la cithare bistonienne, n’avait entonné un air enjoué sur un rythme allègre afin de brouiller le chant des Sirènes en assourdissant les oreilles sous les coups de plectre : la voix virginale s’inclina devant la cithare. Le navire était emporté tout à la fois par le Zéphyr et le flot sonore qui s’enflait du côté de la poupe : les Sirènes n’émettaient plus que des sons confus. Néanmoins, le noble fils de Téléon, seul de ses compagnons, devançant tout le monde, avait déjà sauté de son banc poli dans la mer ; Boutès, le cœur envoûté par la voix mélodieuse des Sirènes, nageait à travers les flots bouillonnants pour aborder, le malheureux ! Certes, elles allaient lui ôter sur l’heure tout espoir de retour ; mais, prise de pitié, la déesse qui règne sur l’Éryx, Cypris, l’enleva quand il était encore au milieu des remous et, accourue dans sa bonté, elle lui sauva la vie pour l’établir sur le cap Lilybée14.

  • 15 Dans la bouche de Circé, dans celle d’Ulysse et dans leurs propres paroles.
  • 16 Voir à ce propos, Detienne M. et Vernant J.-P., Les Ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, P (...)
  • 17 Voir à ce propos, Bettini M. et Spina L., Le Mythe des Sirènes, op. cit., p. 74-76 ainsi que Cusse (...)
  • 18 Ibid., p. 159.

6L’ensemble des modifications apportées par la version hellénistique des Sirènes porte sur trois éléments essentiels pour notre propos, qui s’intéresse aux rapports tissés entre Sirènes, savoir et paysage insulaire : le toponyme, le paysage insulaire et la description des Sirènes. Avant d’analyser ces trois éléments de réécriture qui désamorcent la vision homérique des Sirènes, il faut partir d’un constat d’évidence. C’est la logique narrative du passage qui s’offre comme indice intertextuel fort et comme signe orientant la lecture érudite vers une remise en question de la version homérique. Tout d’abord, on note la fusion narrative opérée par Apollonios de Rhodes : la double, voire la triple présence des Sirènes dans le texte homérique (dans les paroles de Circé mettant en garde Ulysse, XII, 44-47, dans les propos de Circé qu’Ulysse rapporte à ses compagnons, XII, 158-164, et dans le récit de la rencontre qui suit cette double mise en garde, XII, 182-191) est ramenée à une mention unique dans le texte alexandrin au sein d’un récit unifié (IV, 891-902). Aux échos métaphoriques que représente la triple mention des Sirènes chez Homère15 (échos qui semblent mimer dans le passage l’écho angoissant du chant mortifère des Sirènes pour construire la tension dramatique de l’épisode) correspond, chez Apollonios de Rhodes, une présence unique et centrale des Sirènes et de leur chant. D’emblée, ce n’est pas par leur chant qu’elles vont piéger les héros et inquiéter le lecteur : les Sirènes apparaissent étrangement muettes… Le poète alexandrin continue de créer la surprise pour son lecteur en présentant une variante de taille pour notre propos : l’absence du phénomène d’enchantement des marins par le chant des Sirènes. Le mutisme des femmes-oiseaux semble se confirmer. C’est pourtant un élément diégétique et mythologique d’importance dans la version homérique puisqu’il entraîne la mise en place de la ruse délivrée par Circé, ruse qui n’est pas sans rapport avec le lien noué autour du savoir, de ses dangers et de son utilisation16. Tout se passe comme si le poète avait volontairement passé sous silence cet enchantement du chant des Sirènes pour mieux ménager une substitution lourde de sens. L’épisode de l’enchantement des Sirènes fait place à une joute musicale entre Orphée et ces dernières, dont l’issue est favorable à Orphée. Nous reviendrons plus longuement sur la valeur métapoétique de cette substitution mais nous pouvons noter dès à présent que la mise en échec des Sirènes par Orphée ne relève en rien de l’application d’une ruse17. Le couple homérique structurant ce passage autour de l’affrontement entre le chant trompeur des Sirènes affirmant détenir un savoir holistique et la forme de savoir rusé qu’Ulysse y oppose est alors remis en question par le poète qui déplace les enjeux autour d’une opposition de chant : « Cette rivalité des deux chants est comme un combat des deux Muses Calliope et Terpsichore par leurs enfants interposés et c’est le chant d’Orphée qui triomphe par sa musique allègre et rapide18. »

  • 19 … ἴδμεν γάρ τοι πάνθ᾽ ὅσ᾽ ἐνὶ Τροίῃ εὐρείῃ / Ἀργεῖοι Τρῶές τε θεῶν ἰότητι μόγησαν, / ἴδμεν δ᾽, ὅσσ (...)
  • 20 Ce qui a déjà été noté : Cusset C., « L’Italie vue d’Alexandrie », art. cit., p. 159.
  • 21 Sur le nom des lieux habités par les Sirènes, voir Bettini M. et Spina L., Le Mythe des Sirènes, o (...)

7Ce changement entraîne alors une réévaluation de la place et de la valeur attribuées aux Sirènes dans l’épopée hellénistique. La valeur négative qui est en rapport avec leur capacité mortifère liée à la détention d’un savoir holistique chez Homère19 est alors désamorcée par cette réécriture innovante qui se poursuit autour de la description du lieu des Sirènes, qui tisse caractéristiques physiques du paysage insulaire et caractéristiques physiques des créatures autour de la notion d’hybridité. Ce lien est subtilement amené par un jeu sur le vocabulaire homérique et ses transformations. Apollonios de Rhodes reprend l’adjectif homérique ἀνθεμόεντα (XII, 159) pour en faire le nom même de l’île, Ἀνθεμόεσσα (IV, 892)20. Apollonios de Rhodes crée un toponyme21 dont les qualités physiques d’île fleurie sont érigées en nom propre, assurant ainsi un ancrage identitaire fort dans l’espace géographique ausonien. La beauté de l’île est soulignée par l’adjectif καλήν et contribue à différencier, de manière positive, cette île de l’île des Sirènes chez Homère. Chez ce dernier, en effet, l’île n’est pas qualifiée de belle et sa description en fait un lieu de désolation et de mort : ἥμεναι ἐν λειμῶνι, πολὺς δ᾽ ἀμφ᾽ ὀστεόφιν θὶς / ἀνδρῶν πυθομένων, περὶ δὲ ῥινοὶ μινύθουσι. « Et le pré, leur séjour, est bordé d’un rivage tout blanchi d’ossements et de débris humains, dont les chairs se corrompent ». Chez le poète alexandrin le caractère mortifère et désolé est neutralisé par l’adjectif καλήν en lien direct avec le toponyme Ἀνθεμόεσσα dont la place dans le vers et la scansion confirment l’association :

  • 22 Si nous ne souhaitons pas ici soulever le vaste problème sémantique et esthétique du locus amoenus(...)

8L’adjectif est mis en relief à l’attaque du vers sur le premier pied porté par un spondée tandis que la coupe trochaïque entre les deux brèves de la thesis du troisième pied dactylique renforce le lien entre les deux termes en les isolant dans la première moitié de l’hexamètre. Le lieu des Sirènes n’est plus inquiétant mais au contraire charmant : ces quelques indications, certes succinctes mais lourdes d’intertextualité signifiante, semblent évoquer rapidement le schème de la prairie émaillée de fleurs, topos littéraire entrant dans la composition du locus amoenus, type paysager charmant22 largement exploité par la poésie et la peinture antiques. Enfin, le caractère inquiétant des Sirènes et leur capacité à faire périr les hommes ne se trouvent plus associés, dans le texte d’Apollonios, à leur chant et à leur savoir holistique mais à leurs caractéristiques physiques :

τότε δ’ἄλλο μὲν οἰωνοῖσιν,
ἄλλο δὲ παρθενικῇς ἐναλίγκιαι ἔσκον ἰδέσθαι.
αἰεὶ δ’εὐόρμου δεδοκημέναι ἐκ περιωπῆς 900
ἦ θαμὰ δὴ πολέων μελιηδέα νόστον ἕλοντο,
τηκεδόνι φθινύθουσαι·

Mais maintenant, leur aspect était semblable pour une part aux oiseaux, pour une
autre aux jeunes filles. Sans cesse, elles guettaient sur la vigie du port : elles ont ôté
le doux espoir du retour à tant de marins en les consumant de langueur.

  • 23 « Le caractère hybride des habitantes de ce lieu lui donne sa coloration : un espace de nature lui (...)
  • 24 La valeur métapoétique de la version homérique a déjà été soulignée : « Cette présence d’un chant, (...)
  • 25 Voir à ce propos, Fowler B. H., The Hellenistic Aesthetic, Bristol, The Bristol Press, 1989 et Zan (...)

9C’est ici une double singularité de la réécriture hellénistique : non seulement Homère ne décrit pas le physique des Sirènes, ce que fait le poète alexandrin (la représentation qu’en donne alors Apollonios de Rhodes viendrait-elle de l’iconographie23 ?), mais encore cette description apparaît en lien avec le paysage insulaire habité par les créatures. C’est l’hybridité qui caractérise les Sirènes, comme le souligne le balancement ἄλλο μὲν… ἄλλο δὲ, et c’est l’hybridité qui singularise le paysage insulaire d’Anthémoessa, puisque, aux belles prairies émaillées de fleurs qui constituent le rivage de l’île (καλήν, Ἀνθεμόεσσαν, IV, 892), répond une caractéristique physique opposée : le rivage escarpé (εὐόρμου δεδοκημέναι ἐκ περιωπῆς, IV, 900). Cette hybridité constitutive du lieu et des Sirènes, liée au travail de réécriture, ne va pas sans se charger de quelque valeur métalittéraire24 : ne pourrait-on lire derrière cette hybridité la valeur littéraire et esthétique du nouveau texte hellénistique reprenant Homère et s’en distanciant tout à la fois ? L’hybridité est un thème favori dans les arts visuels de la période hellénistique25 et il y a fort à parier que, bien que la dimension mortifère des Sirènes homériques soit déplacée et actualisée par cette hybridité dans la version alexandrine, sa valeur négative est quelque peu nuancée par la valeur esthétique (positive ?) que la pensée et le goût alexandrins lui octroient.

  • 26 Nous y venons dans la seconde partie de l’article.

10Au terme de ce premier temps de l’analyse, il apparaît que le travail de réécriture de la matière homérique, intertextualité distanciée, opéré par le texte alexandrin désamorce la valeur négative et mortifère liée aux Sirènes et à leur savoir holistique. Le poète alexandrin, en refusant de réécrire le passage décisif sur l’enchantement des marins par le chant mélodieux et la ruse pour y échapper, dépossède les Sirènes de leur atout majeur. Il déplace alors le pouvoir des Sirènes du côté de leur physique, qui apparaît comme indissociable du lieu et de la géographie qu’elles peuplent. Ce faisant, les enjeux de l’association entre les Sirènes et le savoir holistique et mortifère sont d’autant déplacés vers une association sinon positive (le pouvoir mortifère des Sirènes étant encore exprimé26), du moins plus nuancée, qui lie les Sirènes au paysage insulaire et au périple géographique effectué par les héros. Le savoir des Sirènes, s’il se maintient, est alors à chercher du côté du paysage et de la géographie insulaire ausonienne.

  • 27 Voir Argoud G. et Guillaumin J.-Y. (dir.), Sciences exactes et Sciences appliquées à Alexandrie. S (...)
  • 28 Voir Cusset C., « Les toponymes dans l’épopée d’Apollonios de Rhodes », LALIES, 27, p. 213-232, su (...)

11Si la géographie d’Apollonios de Rhodes apparaît plus littéraire que scientifique27, il faut cependant tenir compte de son importance pour évaluer le rôle des Sirènes dans le périple épique. S’il apparaît que chez Homère le passage près des Sirènes est un élément décisif de la diégèse, un passage qui peut se suffire à lui-même, il en va tout autrement chez Apollonios de Rhodes. Jason semble passer près des Sirènes non pas tant parce qu’Ulysse, dans le récit homérique, y est déjà passé, mais parce que le détour par l’Ausonie constitue un ensemble unifié et cohérent du point de vue de la géographie littéraire et du paysage. La singularité du texte alexandrin par rapport au texte odysséen réside dans le fait que l’épisode à Anthémoessa n’a de sens que parce qu’il s’inscrit dans la chaîne des îles croisées par les Argonautes. Cette « concaténation » est soulignée dans le texte épique par le phénomène des chaînes de toponymes insulaires28. Mais il y a plus. Repartons ici aussi des choix narratifs opérés par le poète alexandrin. Nous avons mentionné plus haut la substitution de l’enchantement des marins par le duel entre Orphée et les Sirènes (IV, 905-911). Ce duel indique sur le plan métapoétique le désir du poète alexandrin de concurrencer Homère, comme nous l’avons mentionné précédemment. Pourtant, il n’est pas juste d’affirmer qu’Apollonios de Rhodes évacue totalement la réécriture de l’efficacité du chant mortifère des Sirènes sur les marins. La suite de la joute entre Orphée et les Sirènes nous l’apprend en relatant le sort de Boutès, fils du noble Téléon, qui est victime de l’enchantement des Sirènes (IV, 912-919) :

ἀλλὰ καὶ ὧς Τελέοντος ἐὺς πάις, οἶος ἑταίρων
προφθάμενος, ξεστοῖο κατὰ ζυγοῦ ἔνθορε πόντῳ
Βούτης, Σειρήνων λιγυρῇ ὀπὶ θυμὸν ἰανθείς·
νῆχε δὲ πορφυρέοιο δι’οἴδματος, ὄφρ’ ἐπιβαίη, 915
σχέτλιος. ἦ τέ οἱ αἶψα καταυτόθι νόστον ἀπηύρων,
ἀλλά μιν οἰκτείρασα θεὰ Ἔρυκος μεδέουσα
Κύπρις ἔτ’ἐν δίναις ἀνερέψατο, καί ῥ’ἐσάωσεν
πρόφρων ἀντομένη Λιλυβηίδα ναιέμεν ἄκρην.

Néanmoins, le noble fils de Téléon, seul de ses compagnons, prenant les devants, de son banc poli avait sauté dans la mer ; Boutès, ce sont les Sirènes qui, par leur voix mélodieuse, envoûtent son cœur, et lui nageait au milieu des flots bouillonnants pour aborder, le malheureux ! Elles allaient cependant lui ôter tout espoir de retour ; si, prise de pitié, la déesse qui règne sur l’Éryx, Cypris, ne l’avait enlevé alors qu’il était au milieu des remous et, si, accourue dans sa bonté, elle ne lui avait sauvé la vie en l’établissant sur le cap Lilybée.

12Pourquoi le poète mentionne-t-il l’enchantement des Sirènes alors même qu’il vient d’écrire la mise en échec de ces dernières dans un passage intertextuel lourd de conséquences métapoétiques ? C’est la fin de l’histoire de Boutès qui est ici la clef de compréhension : Boutès n’est pas tué par les Sirènes mais sauvé par une intervention divine qui a pour but d’établir le héros sur le cap Lilybée (Λιλυβηίδα ναιέμεν ἄκρην, IV, 919). Il s’agit alors d’un récit étiologique qui nous renseigne d’abord et avant tout sur la géographie ausonienne au sein de laquelle évoluent les Argonautes. Dans ce passage aussi, les Sirènes apparaissent intimement liées à la question de la géographie occidentale. L’efficacité de leur chant – porteur depuis Homère d’une promesse de savoir holistique – est en réalité celle d’un chant qui conduit non pas à la mort des marins mais à une sorte d’enchantement géographique, à un sortilège paysager qui contribue à construire un savoir lié à la représentation du monde.

13L’ensemble du périple argonautique en Ausonie confirme l’importance de la géographie insulaire occidentale. Il nous faut alors, pour quelques instants, élargir notre réflexion et tenir compte de l’importance de l’île dans l’épopée. L’île représente en effet la première figuration paysagère du monde depuis l’épopée archaïque. La réécriture distanciée que le poète alexandrin fait subir au substrat épique archaïque n’est pas sans conséquence sur la représentation du monde et sur la figuration du paysage insulaire. Nous avons déjà noté qu’il existe

  • 29 André L.-N., Formes et Fonctions du paysage…, op. cit., p. 97.

une constante d’utilisation des îles dans le périple épique qui n’existe qu’à partir d’Apollonios de Rhodes, c’est-à-dire à partir d’un phénomène de réécriture du modèle homérique, en dehors de la cartographie épique proposée par le catalogue des héros, qu’il soit celui de la géographie insulaire ou celui du schème paysager de l’île. Les îles en effet dessinent dans l’ensemble des œuvres [posthomériques] la carte du monde parcouru par les héros : ainsi on remarque des phénomènes de concentration insulaire désignant l’espace insulaire et archipélagique hellène tandis que seules quelques îles éparses, placées stratégiquement en début, milieu et/ou fin de récit, font correspondre termes de la diégèse et frontières du monde29.

  • 30 Nous reprenons ici notre raisonnement (ibid., p. 100).

14Dans l’épopée d’Apollonios de Rhodes, et plus précisément lors du périple en Ausonie, a lieu un phénomène étrange de représentation du paysage insulaire : une figuration catoptrique faisant de ces îles et de leur paysage le reflet les unes des autres. Les jeux de composition narrative dans les Argonautiques, faisant correspondre délimitation cartographique et rythme diégétique, permettent également d’autres jeux de correspondance. Les îles sont construites les unes en fonction des autres, donnant l’impression de se refléter les unes les autres. Cet effet catoptrique qui joue à plusieurs niveaux (géographique, narratologique, symbolique, poétique) semble répondre à un même phénomène dans l’ensemble de l’œuvre : les îles que l’on peut associer ensemble et qui permettent d’organiser une lecture poétique de la carte du monde sont des îles qui font l’objet d’un intertexte particulier. C’est tout particulièrement le cas d’Anthémoessa, comme nous venons de le démontrer. À chaque fois que le poète épique s’éloigne du modèle homérique, l’île fait l’objet d’un développement singulier, ici une construction spéculaire30. On voit donc que la réécriture distanciée du passage des Sirènes est prise dans un travail d’intertextualité plus large qui vise à repenser la représentation du monde articulée autour du paysage et de la géographie insulaires. Ainsi, Apollonios de Rhodes propose à son lecteur, sous couvert d’un périple maritime en Occident, non pas des arrêts en pays connu des cartographes et des géographes mais des escales en littérature, composant un archipel de textes et de matériaux littéraires et culturels, qui pose le paysage insulaire comme articulation permettant un glissement incessant entre carte du monde connu et carte du monde imaginaire.

  • 31 Tout ce paragraphe reprend nos développements (ibid., p. 116-121).
  • 32 La question du paysage sonore engage une réflexion générique et épistémologique large que nous ne (...)

15Au sein de ce processus intertextuel et catoptrique, se dessinent des couples d’îles qui se reflètent les unes les autres. C’est le cas pour Anthémoessa, l’île aux Sirènes, qui fonctionne en couple avec les Planctes. Dans l’analyse des effets de miroir entre les deux ensembles insulaires, on notera les jeux de déplacements synesthésiques travaillés par le poète : Anthémoessa et les Planctes se répondent en écho sonore avant de se répondre en miroir paysager. La fin de l’épisode des Sirènes se construit dans une opposition qui n’est plus matérielle mais sonore31 : la joute entre Orphée et les Sirènes transcende les nécessités géographiques et spatiales de l’escale pour ne dessiner qu’un espace sonore. Si nous ne pouvons parler de paysage sonore32, il est pourtant intéressant de voir comment cette joute musicale est qualifiée par le poète : Orphée gagne sur les « voix virginales » (παρθενίην […] ἐνοπὴν) en brouillant leur chant par un assourdissement sonore dû aux coups de plectre : il ne s’agit donc pas d’un chant mélodieux, qui composerait avec les prairies émaillées de fleurs une sorte d’harmonie esthétique et imitative, mais d’un air rapide et disharmonieux, brouillé, mélangé. L’efficacité de cet air est alors soulignée par le poète non pas seulement grâce à la victoire par la force du son (ἐβιήσατο) mais par l’extension du son aux éléments naturels environnants : la vague qui emporte le navire au loin est elle-même sonore (καὶ ἠχῆεν […] κῦμα), tandis que le chant des Sirènes, de mélodieux qu’il était, devient lui aussi brouillé et indistinct. Ce passage ménage donc l’image (sonore) de l’île suivante à laquelle Anthémoessa est associée : celle du paysage chaotique et mélangé des terribles Planctes.

  • 33 Pour l’analyse des Symplégades et de leur paysage insulaire et chaotique, voir André L.-N., « Stor (...)

16C’est le son qui fait le lien entre ces deux espaces insulaires. Les Planctes apparaissent d’abord aux Argonautes sous leur aspect sonore : elles sont d’abord mentionnées dans le discours d’Iris (IV, 786-788) qui est dépêchée auprès de Thétis par Héra afin qu’elle vienne en aide aux Argonautes. Les Planctes, construites comme le symétrique des Symplégades33, mais un symétrique inverse, car les Planctes, bien qu’effrayantes, demeurent un lieu où les éléments ne menacent que la vue des marins. Elles rendent, certes, leur navigation plus dangereuse, mais sans pour autant les conduire dans un monde autre. La suite du récit confirme bien le caractère non plus terrifiant mais apaisé qui caractérise ces îles. Ce long développement de cinquante-deux vers est d’emblée marqué par l’entrée en scène des divinités annoncée par une comparaison montrant des dauphins heureux (IV, 933-938) :

ὡς δ’ὁπόταν δελφῖνες ὑπὲξ ἁλὸς εὐδιόωντες
σπερχομένην ἀγεληδὸν ἑλίσσωνται περὶ νῆα,
ἄλλοτε μὲν προπάροιθεν ὁρώμενοι ἄλλοτ’ ὄπισθεν 935
ἄλλοτε παρβολάδην, ναύτῃσι δὲ χάρμα τέτυκται
ὧς αἱ ὑπεκπροθέουσαι ἐπήτριμοι εἱλίσσοντο
Ἀργῴῃ περὶ νηί

[…] de même que, souvent, lorsque le temps est calme, des dauphins bondissant hors de l’eau viennent évoluer, par bandes, autour du navire qui croise ; tantôt on les voit à l’avant du navire, tantôt à l’arrière ou sur les côtes, à la grande joie des marins ; de même, toutes ensemble, les Néréides bondissantes et sautillantes évoluaient autour de la nef Argô.

  • 34 En ce qui concerne la valeur positive du dauphin et sa proximité avec l’homme, voir Oppien de Cili (...)
  • 35 Cette composition littéraire d’une image associant temps calme, mer belle, Néréides et dauphins n’ (...)

17Sans même développer les conditions de l’intervention divine, le lecteur sait déjà que la navigation est réussie, car le dauphin est synonyme de bonne fortune pour les marins dans l’Antiquité34. En outre, de même que nous avons pu observer l’étroite association des Sirènes avec l’île d’Anthémoessa du fait de leurs caractéristiques hybrides, de même il se produit une association entre les Planctes et les Néréides venues secourir les Argonautes. Leur apparition, accompagnant celle des dauphins, n’est pas sans participer, dans l’esprit du lecteur cultivé, de la composition d’une image pacifiée qui rappelle les charmes et les agréments des œuvres hellénistiques à thèmes marins35. Ces connotations sont reprises et développées par le reste du récit mythologique, qui neutralise totalement le caractère inquiétant des Planctes et en fait un vaste terrain de jeu pour les Néréides qui s’amusent avec Argô comme si elle était une petite balle (IV, 939-955) :

καί ῥ’ὅτε δὴ Πλαγκτῇσιν ἐνιχρίμψεσθαι ἔμελλον,
αὐτίκ’ἀνασχόμεναι λευκοῖς ἐπὶ γούνασι πέζας, 940
ὑψοῦ ἐπ’αὐτάων σπιλάδων καὶ κύματος ἀγῆς
ῥώοντ’ἔνθα καὶ ἔνθα διασταδὸν ἀλλήλῃσιν.
τὴν δὲ παρηορίην κόπτεν ῥόος ἀμφὶ δὲ κῦμα
λάβρον ἀειρόμενον πέτραις ἐπικαχλάζεσκεν,
αἵ θ’ὁτὲ μὲν κρημνοῖς ἐναλίγκιαι ἠέρι κῦρον, 945
ἄλλοτε δὲ βρύχιαι νεάτῳ ὑπὸ κεύθεϊ πόντου
ἠρήρεινθ’, ὅθι πολλὸν ὑπείρεχεν ἄγριον οἶδμα.
αἱ δ’, ὥστ’ἠμαθόεντος ἐπισχεδὸν αἰγιαλοῖο
παρθενικαί, δίχα κόλπον ἐπ’ἰξύας εἱλίξασαι,
σφαίρῃ ἀθύρουσιν περιηγέι αἱ μὲν ἔπειτα 950
ἄλλη ὑπ’ἐξ ἄλλης δέχεται καὶ ἐς ἠέρα πέμπει
ὕψι μεταχρονίην, ἡ δ’οὔ ποτε πίλναται οὔδει
ὧς αἱ νῆα θέουσαν ἀμοιβαδὶς ἄλλοθεν ἄλλη
πέμπε διηερίην ἐπὶ κύμασιν, αἰὲν ἄπωθεν
πετράων περὶ δέ σφιν ἐρευγόμενον ζέεν ὕδωρ. 955

Et, alors qu’ils étaient sur le point de se heurter aux Planctes, aussitôt, le bout de leur vêtement retroussé sur leurs blancs genoux, elles se perchaient sur le haut des récifs mêmes et sur la crête des vagues, placées de part et d’autre de la passe. Le courant faisait tanguer le navire sur les côtes. Des deux côtés, le flot soulevé avec violence venait se fracasser contre les rochers ; ceux-ci tantôt s’élevaient dans le ciel comme les falaises, tantôt, immergés, reposaient dans les abîmes de la mer, engloutis sous la masse d’une vague sauvage. Les Néréides, semblables aux jeunes filles qui, tout près du rivage sablonneux, en deux camps, après avoir roulé le repli de leur tunique sur les hanches, s’amusent avec une balle bien ronde ; chacune la reçoit alors de sa camarade et la lance en l’air, bien au-dessus du sol, pour qu’elle ne tombe pas par terre ; de la même manière, elles se renvoyaient le navire de l’une à l’autre et le maintenaient en l’air, dans sa course, au-dessus des flots, toujours loin des rochers autour desquels bouillonnait l’onde qui gronde.

  • 36 Le caractère burlesque de certaines scènes des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes a déjà fait l’ (...)

18L’image particulièrement joyeuse, sinon comique, du moins cocasse (les Néréides, divinités protectrices et salvatrices, roulent leur vêtement pour se mettre à l’aise, αὐτίκ’ἀνασχόμεναι λευκοῖς ἐπὶ γούνασι πέζας, κόλπον ἐπ’ἰξύας εἱλίξασαι), sort l’épreuve héroïque de sa dimension épique pour la faire entrer dans une catégorie de l’esthétique alexandrine, la catégorie du jeu (σφαίρῃ ἀθύρουσιν περιηγέι) et du comique burlesque (ὧς αἱ νῆα θέουσαν ἀμοιβαδὶς ἄλλοθεν ἄλλη / πέμπε διηερίην ἐπὶ κύμασιν)36. Entre intertexte homérique, réécriture hellénistique, image esthétique des arts figuratifs et dimension sonore, c’est un paysage hybride et protéiforme qui ressort de ces espaces insulaires. Ainsi les Néréides apparaissent, par les jeux d’échos et de miroir, comme les doubles pacifiés des Sirènes, tandis que les Planctes semblent se refléter dans l’île d’Anthémoessa et se pacifier en retour. Les Sirènes ne se singularisent plus par leur capacité à séduire dangereusement les mortels par des paroles qui détiennent un savoir total, mais par leur étroite association avec le paysage insulaire et la géographie littéraire. Leur chant, s’il a une valeur holistique, actualise une forme de savoir qui relève de la connaissance géographique et de la capacité à représenter le monde.

19L’insularité catoptrique et les échos sonores qui tissent ensemble mythe et géographie ausonienne placent les Sirènes dans un vaste réseau d’intertextes littéraires et artistiques : la réécriture déconstruit le caractère inquiétant de ces dernières pour les faire basculer dans un univers charmant et apaisé. Le texte hellénistique nous fait bien passer d’un désenchantement homérique à un sortilège paysager qui livre à qui sait la déchiffrer une forme de connaissance du monde qui passe par sa représentation géographique et paysagère.

  • 37 Escola M. (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam – New York, Rodopi, CRIN (Cahiers de Rech (...)

20Au terme de cette analyse, nous pouvons voir émerger une nouvelle forme de savoir portée par les Sirènes hellénistiques. L’intertextualité critique d’Apollonios a déconstruit l’association homérique entre l’efficacité mortifère du savoir holistique et la séduction du chant des Sirènes par une mise en contexte paysager qui fait émerger une nouvelle association, positive et créatrice, entre les Sirènes et le savoir. En réalité, il est intéressant de noter en conclusion que, dans la version homérique, ce sont les Sirènes elles-mêmes qui s’autoproclament détentrices d’un savoir holistique. Mais nulle part, ni dans les paroles de Circé ni dans celles d’Ulysse, ni même dans le cours du récit, il n’est fait allusion à ce savoir en détail. Les Sirènes tentent d’attirer Ulysse pour lui révéler leur savoir total, mais la mise en échec de leur piège empêche le poète de faire le récit d’un éventuel dialogue entre Ulysse et les Sirènes qui aurait peut-être eu lieu si le héros s’était arrêté pour les écouter. Circé lui indique pourtant que lui seul, Ulysse, doit les écouter, mais à aucun moment nous ne connaîtrons ce qu’Ulysse a ou aurait réellement entendu. Le poète passe sous silence cette révélation : le lecteur-auditeur, à l’entendre, courrait-il lui aussi un danger ? Quoi qu’il en soit, le fait qu’Homère passe sous silence cette révélation constitue la possibilité, en termes de critique du texte possible37, d’un texte second. Il y a là une brèche narrative que les imitateurs d’Homère peuvent exploiter. Il nous semble alors que la réécriture distanciée d’Apollonios de Rhodes exploite, à sa façon, ce texte possible. Par le processus de réécriture que nous venons d’analyser, le poète alexandrin propose en réalité une version des Sirènes qui n’est autre qu’une modalité de lecture et de compréhension du monde par sa géographie littéraire et par son paysage. Cette lecture a l’avantage incontestable de rendre cohérentes les réalités physiques du monde qui ne le sont pas forcément. En posant l’équation entre intertextualité et « interinsularité », le poète insère l’épisode des Sirènes – en ce qu’elles font référence à la version homérique – dans un vaste réseau métalittéraire qui déplace les enjeux homériques pour les traduire et les adapter à la réalité du monde alexandrin.

21Si, chez Homère, Ulysse attaché à son mât et condamné à écouter le chant ensorcelant des Sirènes est un auditeur passif incapable d’agir sur le cours des choses comme le lecteur-auditeur du chant homérique peut l’être, le tour de force d’Apollonios de Rhodes est d’avoir fait des Sirènes non pas les détentrices d’un savoir réduisant l’auditeur à la passivité mais les actrices d’un processus de réécriture qui force le lecteur à s’engager dans le processus de lecture et d’interprétation : le sortilège est placé du côté du paysage et c’est lui qui agit comme un filtre révélant la connaissance du monde. Les Sirènes sont l’élément diégétique, saisi par le lecteur actif, qui permet d’actualiser et de valider un savoir sur la forme du monde à l’époque hellénistique. Le savoir est donné à voir et non plus passé sous silence, il doit désormais circuler, tels les échos d’un chant sans cesse renouvelé, les reflets d’un paysage sans cesse répété, d’île en île, de livre en livre, au sein de l’espace géographique en partage comme au sein de la Bibliothèque ; échos et reflets qui, dans leur dialogue continu, proposent une structuration du monde, une manière d’habiter l’oïkoumène en Alexandrin.

Notes

1 « En tout état de cause, la rencontre d’Ulysse et des Sirènes et celle d’Orphée et des Sirènes apparaissent comme deux variantes d’un même sujet narratif dont la conclusion est par ailleurs identique », écrit J. Leclercq-Marx (La Sirène dans la pensée et dans l’art de l’Antiquité et du Moyen Âge, Bruxelles, Académie royale de Belgique, coll. « Mémoires de la Classe des Beauxarts », 1997, p. 3).

2 Homère, Odyssée, XII, 184-191.

3 Voir les démonstrations de C. Cusset, « L’Italie vue d’Alexandrie : Homère revisité par Apollonios de Rhodes », LALIES, 21, 2001, p. 153-163, p. 159.

4 À propos de la joute au cours de laquelle les Sirènes sont défaites, se reporter à Bettini M. et Spina L., Le Mythe des Sirènes, Paris, Belin, 2010, p. 74-95.

5 Nous allons le démontrer dans le développement de l’article.

6 Cusset C., « L’Italie vue d’Alexandrie », art. cit., p. 155.

7 Voir à ce propos les analyses que nous en proposons : André L.-N., Formes et Fonctions du paysage dans l’épopée hellénistique et tardive, thèse de doctorat sous la direction de C. Cusset, Lyon, ENS Lettres et Sciences Humaines, 2012, p. 95-122.

8 Ibid., p. 113-116.

9 La critique est essentiellement allemande (H. Fränkel), anglo-saxonne (R. Hunter), italienne (E. Livrea) et française (F. Vian). Pour une bibliographie détaillée, se reporter aux travaux de C. Cusset, La Muse dans la bibliothèque, Paris, CNRS éditions, 2001 (1999), et notre bibliographie (André L.-N., Formes et Fonctions du paysage…, op. cit.).

10 Voir à ce propos Effe B., « The similes of Apollonius Rhodius : intertextuality and epic innovation », T. Papanghelis et A. Rengalos (dir.), A Companion to Apollonius Rhodius, Boston, Brill, 2001, p. 199-221.

11 Voir, entre autres études, Acosta-Hughes B. et Cusset C., « Héraclès comme figure de l’archaïsme dans la poésie hellénistique », AITIA, 1, 2011, ENS Éditions, revue en ligne [http://aitia.revues.org/105].

12 Les éléments narratifs similaires apparaissent en gras dans la traduction.

13 Traduction de V. Bérard (Paris, Les Belles Lettres, « CUF », 2002 [1924] pour le t. II).

14 Les traductions du texte d’Apollonios de Rhodes sont les nôtres dans l’ensemble de l’article.

15 Dans la bouche de Circé, dans celle d’Ulysse et dans leurs propres paroles.

16 Voir à ce propos, Detienne M. et Vernant J.-P., Les Ruses de l’intelligence. La mètis des Grecs, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 2008.

17 Voir à ce propos, Bettini M. et Spina L., Le Mythe des Sirènes, op. cit., p. 74-76 ainsi que Cusset C., « L’Italie vue d’Alexandrie », art. cit., p. 159.

18 Ibid., p. 159.

19 … ἴδμεν γάρ τοι πάνθ᾽ ὅσ᾽ ἐνὶ Τροίῃ εὐρείῃ / Ἀργεῖοι Τρῶές τε θεῶν ἰότητι μόγησαν, / ἴδμεν δ᾽, ὅσσα γένηται ἐπὶ χθονὶ πουλυβοτείρῃ (Homère, Odyssée, XII, 189-191).

20 Ce qui a déjà été noté : Cusset C., « L’Italie vue d’Alexandrie », art. cit., p. 159.

21 Sur le nom des lieux habités par les Sirènes, voir Bettini M. et Spina L., Le Mythe des Sirènes, op. cit., p. 107-144.

22 Si nous ne souhaitons pas ici soulever le vaste problème sémantique et esthétique du locus amoenus, nous renvoyons le lecteur à la synthèse proposée autour de la réflexion sur le paysage antique par nos travaux, André L.-N., Formes et Fonctions du paysage…, op. cit., p. 20-25, en particulier p. 22, n. 31 et 32.

23 « Le caractère hybride des habitantes de ce lieu lui donne sa coloration : un espace de nature lui aussi hybride puisque Apollonios semble mêler, dans les quelques indices paysagers donnés, deux types de lieux différents : les Sirènes habitent l’île-aux-fleurs, ce qui suggère une île aux tapis de fleurs et aux prairies verdoyantes, selon les indications d’Homère (Odyssée, XII, 45 et 159), mais il mentionne également que les Sirènes sont aux aguets sur la vigie du port. Nous y verrions donc plus facilement une côte escarpée, comme l’image du rocher aux Sirènes, fréquente dans la céramique grecque puis dans la peinture romaine, le laisse à penser. » (Ibid., p. 111 ; pour les références sur l’iconographie des Sirènes et de leur rocher, nous renvoyons à la synthèse proposée à la n. 242 de la p. 111.)

24 La valeur métapoétique de la version homérique a déjà été soulignée : « Cette présence d’un chant, dont Ulysse est l’auditeur impuissant, est, à l’intérieur du chant de l’Odyssée, la représentation métalittéraire de la situation d’un lecteur qui est lui aussi sous le charme d’Homère, comme incapable d’agir sur ce chant déjà produit. Apollonios refuse une telle impuissance que la réécriture dénie d’elle-même. Sa réaction est thématisée par la nouvelle parade qu’il propose à l’enchantement des Sirènes. » (Cusset C., « L’Italie vue d’Alexandrie », art. cit., p. 159.)

25 Voir à ce propos, Fowler B. H., The Hellenistic Aesthetic, Bristol, The Bristol Press, 1989 et Zanker G., Modes of Viewing in Hellenistic Poetry and Art, Madison, University of Wisconsin Press, 2004.

26 Nous y venons dans la seconde partie de l’article.

27 Voir Argoud G. et Guillaumin J.-Y. (dir.), Sciences exactes et Sciences appliquées à Alexandrie. Saint-Étienne, Publications de l’université de Saint-Étienne, 1998 ainsi qu’Aujac G., « Ératosthène et la géographie physique », G. Argoud et J.-Y. Guillaumin (dir.), Sciences exactes et Sciences appliquées à Alexandrie, op. cit., p. 247-262. Voir aussi Ballabriga A., Les Fictions d’Homère, Paris, PUF, 1998 et Bollack J., « Ulysse chez les Philologues », Actes de la recherche en sciences sociales, 5-6, 1975, p. 9-35. Consulter aussi Delage E., La Géographie dans les Argonautiques d’Apollonios de Rhodes, Bordeaux-Paris, Feret & fils – de Boccard – Klincksieck, 1930, ainsi que Hunter R. L., Apollonius of Rhodes. Argonautica. Book III, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 et The Argonautica of Apollonius. Literary Studies, Cambridge, Cambridge University Press, 1993, de même que Hurst A., « Géographes et poètes : le cas d’Apollonios de Rhodes », G. Argoud et J.-Y. Guillaumin (dir.), Sciences exactes et Sciences appliquées à Alexandrie, op. cit., p. 279-288 et enfin Jacob C., Géographie et Ethnographie en Grèce ancienne, Paris, Colin, 1991.

28 Voir Cusset C., « Les toponymes dans l’épopée d’Apollonios de Rhodes », LALIES, 27, p. 213-232, surtout p. 227-228.

29 André L.-N., Formes et Fonctions du paysage…, op. cit., p. 97.

30 Nous reprenons ici notre raisonnement (ibid., p. 100).

31 Tout ce paragraphe reprend nos développements (ibid., p. 116-121).

32 La question du paysage sonore engage une réflexion générique et épistémologique large que nous ne pouvons ici aborder ; nous avons commencé de traiter partiellement la question dans notre doctorat. Pour la question du paysage sonore antique, nous renvoyons aux travaux d’A. Vincent, Les Musiciens professionnels au service de la cité (fin de la République-Haut-Empire), thèse de doctorat sous la direction de C. Virlouvet, Aix-en-Provence, Aix-Marseille université, 2011 et à ceux de S. Perrot, Musiques et Musiciens à Delphes, de l’époque archaïque à l’Antiquité tardive, thèse de doctorat en cours de réalisation sous la direction d’A. Farnoux (université Paris-Sorbonne) et A. Bélis (CNRS).

33 Pour l’analyse des Symplégades et de leur paysage insulaire et chaotique, voir André L.-N., « Storm Landscape : from the reality effect to the moralized mimesis. The examples of Apollonius Rhodius and Quintus of Smyrna », AITIA, 3, 2013, ENS Éditions, revue en ligne [http://aitia.revues.org/800].

34 En ce qui concerne la valeur positive du dauphin et sa proximité avec l’homme, voir Oppien de Cilicie, Halieutiques, I, 646-653 : Οἱ δ’ἦ τοι πάντες μέν, ὅσοι ναίουσι θάλασσαν / ζωοτόκοι, φιλέουσι καὶ ἀμφιέπουσι γενέθλην, / δελφίνων δ’οὔπω τι θεώτερον ἄλλο τέτυκται / ὡς ἐτεὸν καὶ φῶτες ἔσαν πάρος ἠδὲ πόληας / ναῖον ὁμοῦ μερόπεσσι, Διωνύσοιο δὲ βουλῇ / πόντον ὑπημείψαντο καὶ ἰχθύας ἀμφεβάλοντο / γυίοις ἀλλ’ἄρα θυμὸς ἐναίσιμος εἰσέτι φωτῶν / ῥύεται ἀνδρομέην ἠμὲν φρόνιν ἠδὲ καὶ ἔργα. « Tous les habitants de la mer qui donnent naissance à des petits êtres vivants chérissent et entourent de soins leur progéniture, mais nulle créature ne s’est encore montrée plus divine que le dauphin. Car, par le passé, ils étaient des hommes et habitaient dans des villes avec les mortels ; mais par la volonté divine de Dionysos, ils échangèrent la terre pour la mer et prirent figure de poisson ; mais en leur cœur plein d’honnêteté, qui est encore celui d’un homme, perdurent pensées et actions humaines. » On trouve également, bien plus tard, l’héritage de cette pensée antique à propos du dauphin dans le traité de P. Belon, L’histoire générale des estranges poissons marins, avec la vraie peincture et description du Daulphin et de plusieurs autres de son espèce, Paris, R. Chaudière, 1551 ; il y note en effet la ressemblance anatomique du dauphin avec l’homme à propos du cœur (f° 35 r°), à propos du cerveau (f° 38 v°) et à propos du squelette (f° 37 v°) qui donne lieu à une description d’un squelette de dauphin retrouvé sur les rives du Bosphore (f° 45 v°). Enfin, à propos de cette anthropophilie des dauphins, il faut savoir qu’elle a aussi marqué tout l’imaginaire des artistes antiques, ce dont témoigne la célèbre hydrie étrusque à figures noires attribuée au peintre de Micali datée entre 510 et 500 av. J.-C. et conservée au Musée de Tolède.

35 Cette composition littéraire d’une image associant temps calme, mer belle, Néréides et dauphins n’est pas sans réactualiser, dans l’esprit du fin lecteur cultivé de l’époque hellénistique, l’image véhiculée d’abord par la statuaire dès la fin de l’époque classique, puis par la peinture et la mosaïque d’époque romaine, dont on retrouve une actualisation particulière dans le thème du thiase marin. Pour une étude complète du thiase marin dans la statuaire de la fin de la période classique, voir Lattimore S., The Marine Thiasos in Greek sculpture, Los Angeles, University of California Press, The Institute of Archaeology, 1976.

36 Le caractère burlesque de certaines scènes des Argonautiques d’Apollonios de Rhodes a déjà fait l’objet d’une enquête esthétique qui a rapproché la poésie d’Apollonios des thématiques traitées dans les arts figuratifs contemporains. « There is a delightful burlesque of goddesses at the opening of Apollonius of Rhodes’Argonautica III. […] We have a number of Hellenistic statues of women, often Aphrodite, arranging their hair, which does in fact usually fall over either shoulder, and Apollonius may well have had a figure of that sort in mind », Fowler B. H., The Hellenistic Aesthetic, op. cit., p. 53-55.

37 Escola M. (dir.), Théorie des textes possibles, Amsterdam – New York, Rodopi, CRIN (Cahiers de Recherche des Instituts Néerlandais de langue et de littérature françaises), 57, 2012.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/53094/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

Auteur

Docteur ès lettres classiques de l’ENS lettres et sciences humaines de Lyon, est spécialiste du paysage antique. Actuellement, elle approfondit la question du paysage et du politique dans les épopées et les textes rhétoriques tardifs. Elle poursuit également ses recherches sur les phénomènes de réception moderne (XIXe-XX s.) de l’Antiquité (Victor Bérard et l’invention d’une Grèce imaginaire) et de réception contemporaine (années 2010) de l’Antiquité (pratiques in situ du paysage et formes artistiques de sa représentation : peinture, cinéma, photographie, jeu vidéo, bande dessinée, manga).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540