Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sirènes ou le savoir périlleux

 | 
Hélène Vial

Les Sirènes de l'Odyssée

Les Sirènes : lire, et sa malédiction

Pietro Pucci

Résumé

En identifiant les Muses iliadiques avec les Sirènes, l’Odyssée élabore diverses ruses polémiques contre la poésie de l’Iliade. Le chant des Sirènes séduit Ulysse au point qu’il veut abandonner les muses de l’Odyssée : par cette image, l’Odyssée montre le pouvoir magnifique de l’Iliade (le chant des Sirènes) et, ironiquement, permet à son héros de trahir son propre poème. Cependant, ce n’est qu’une manœuvre pour souligner que le chant des Sirènes, c’est-à-dire des Muses de l’Iliade, n’est qu’une tromperie qui amènerait Ulysse à mourir en tant que personnage héroïque dans un lieu qui est un non-lieu, pour un chant qui pourrait être un silence. Le chant des Sirènes n’est qu’un ensorcellement, meurtrier et immortel, venimeux et glorifiant, magnifique et terrible.

By identifying the Iliadic Muses with the Sirens, the Odyssey elaborates several polemical tricks against the poetry of the Iliad. The Sirens’song seduces Odysseus in such a way that he wants to abandon the Odyssean Muses. With this image, the Odyssey shows the superb power of the Iliad (= the Sirens’song) and, ironically, allows its hero to betray his own poem. Yet, this is only a scheme to underline the fact that the Sirens’song, i. e. the Iliadic Muses, is nothing but a deception that would bring Odysseus to die as a heroic character in a place that is a no-place, for a song that could be a silence. The Sirens’song is pure sorcery, murderous and immortalizing, poisoning and glorifying, magnificent and terrible.

Texte intégral

1« Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ? / Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau ! » (Baudelaire, Les Fleurs du mal, « Le voyage »). C’est là le geste auquel les Sirènes invitent leurs visiteurs, un geste dangereux, voire maudit, surtout si l’Enfer ou le Ciel ne délivre pas du véritable « nouveau ». La seule chose certaine est la chute dans le gouffre.

  • 1 Le Livre à venir, Paris, Gallimard, 1959, p. 9.
  • 2 Ibid., p. 14.

2« De quelle nature était le chant des Sirènes ? » demande Maurice Blanchot1, question à laquelle il donne quelques réponses traditionnelles : « un chant inhumain », « un chant étranger », « un chant menteur », et ajoute ses propres définitions : « un chant énigmatique, puissant par son défaut », « un chant de l’abîme, qui une fois entendu ouvrait dans chaque parole un abîme et invitait fortement à y disparaître », le chant qui fonde le récit « en lutte contre le roman ». J’aime en particulier la définition de l’espace qu’ouvre le chant des Sirènes, l’espace « d’où le pouvoir de parler et de raconter semble lui [c’est-à-dire Ulysse] être promis, à condition qu’il disparaisse2 ».

  • 3 « The Song of the Sirens », Arethusa, 12, 1979, p. 121-132.
  • 4 Iliade, IX, 673 (dans l’Ambassade) et X, 544 (dans la Doloneia). Voir les détails textuels et le co (...)

3C’est mon point de départ pour parler de l’Ulysse de l’Odyssée, et de l’interprétation que j’en ai donnée dans plusieurs interventions depuis mon article dans Arethusa de 19793. Dans cet article, je démontrais que le langage à travers lequel les Sirènes invitent Ulysse à s’arrêter et à écouter leur chant est strictement iliadique : la grammaire poétique et les expressions formulaires (ou formulae) suivent la pratique de l’Iliade. Pour donner un exemple, dans leur premier vers (XII, 184) : δεῦρ’ἄγ’ἰών, πολύαιν’Ὀδυσεῦ, μέγα κῦδος Ἀχαιῶν, les Sirènes emploient la formule « Ulysse, fameux pour tes histoires, immense splendeur de la Grèce », une formule qu’on ne rencontre qu’ici dans l’Odyssée, mais qui se trouve deux fois dans l’Iliade4. Les autres formules du passage, les détails de la grammaire poétique, sont iliadiques, et le style de l’adresse reflète soigneusement le langage des Muses épiques.

4J’en ai conclu que les Sirènes apparaissent ici comme si elles étaient les Muses de l’Iliade et qu’elles font appel à l’Ulysse de l’Iliade, un Ulysse guerrier, splendeur de la Grèce, et l’invitent à abandonner le rôle que l’Odyssée lui confère, celui du marin, du personnage fourbe, plus soucieux de son retour que de sa gloire. Cette invitation coïncide en effet avec l’appel et la promesse du chant que les Sirènes lui annoncent : « Nous savons en effet tout ce qu’en la plaine de Troie les Grecs et les Troyens ont souffert par ordre des dieux » (v. 188-189).

  • 5 On a bien vu dans le livre XI de l’Odyssée que les âmes (psukhai) des guerriers iliadiques lorsqu’ (...)
  • 6 Comme je l’ai montré dans The Song of the Sirens (op. cit..), entre autres, l’Odyssée confère gloi (...)

5Pour des raisons que cet exposé tentera d’éclaircir, l’Odyssée manipule « son » Ulysse : non seulement il devient capable d’entendre le chant ensorcelant des Sirènes, mais il en est séduit au point d’être prêt à abandonner le navire odysséen. On imagine que si l’Odyssée montre Ulysse sous le charme et décidé à rester chez les Sirènes pour écouter leur chant (XII, 192-193), c’est pour répondre à une série de ruses textuelles, dont la première consiste à montrer que son personnage est bien l’Ulysse héroïque, enthousiasmé par l’idée de se plonger dans la narration poétique des épisodes de la guerre5 et de jouir de la gloire (kleos) que ces chants lui conféreraient6. Mais cette attirance lui serait mortelle, et confirmerait ce que Circé dit du chant des Sirènes, à savoir qu’il ensorcelle et emprisonne jusqu’à leur mort ceux qui l’écoutent (41-46), ce que les Sirènes nient bien sûr ; ces dernières affirment au contraire que ceux qui prêtent l’oreille à leur chant reviennent chez eux plus savants et remplis de plaisir (146-148).

6On pourrait se demander si l’Odyssée ne laisse pas aux lecteurs le soin de décider qui a raison, Circé ou les Sirènes, ce qui laisserait quelques doutes sur la véracité de la présentation faite par Circé. Mais les doutes sont vite éliminés quand les lecteurs réalisent que Circé mentionne et illustre l’ensorcellement des Sirènes parmi d’autres obstacles et dangers qu’Ulysse doit surmonter pour achever son retour ; ces obstacles (Charybde et Sylla, les vaches du Soleil) sont réels, comme le voient les lecteurs. En suggérant à Ulysse une ruse qui serait inutile si les Sirènes n’étaient pas des sorcières meurtrières comme elle l’affirme, Circé prouve ses bonnes intentions à l’égard du héros. En faisant prononcer aux Sirènes des paroles qui les identifient aux Muses de l’Iliade, l’Odyssée entre en polémique avec l’Iliade et montre que cette dernière est en vérité une poésie funéraire, magnifique, envoûtante certes, mais funéraire : l’Iliade confère la gloire immortelle aux seuls héros qui, comme Achille et Hector, sont prêts à mourir. Les Sirènes mentent donc lorsqu’elles affirment que leurs visiteurs rentrent chez eux, car on ne connaît pas un seul de ces heureux visiteurs.

7Étant donné que, dans son économie narrative, l’Odyssée présente les Sirènes telles qu’elles sont vraiment, des meurtrières et des chanteuses, nous devons percevoir dans le texte deux sortes de stratégies de séduction. D’une part, la séduction que le texte attribue au chant des Sirènes, et de l’autre, celle que le texte odysséen opère sur ces lecteurs en vue de sa propre célébration littéraire. Car en identifiant les sublimes Muses iliadiques avec les Sirènes, chanteuses meurtrières, le texte odysséen accomplit une sorte d’assassinat littéraire. Pensons aux Muses de l’Iliade si fréquemment décrites et invoquées : elles chantent avec Apollon au banquet des dieux sur l’Olympe, mais, transformées en Sirènes dans l’Odyssée, elles apparaissent comme des sorcières dans un lieu non-lieu, dans un désert humain jonché d’os, où domine la mort et où règne la force démoniaque, magique, d’un au-delà tout-puissant.

8C’est donc bien à l’Ulysse odysséen que les Sirènes font appel, lui rappelant son passé héroïque et l’invitant à quitter le navire. Mais elles lui cachent que rester chez elles et plonger dans la narration de toute la guerre de Troie (toute !) signifierait pour Ulysse disparaître en tant que personnage du retour et probablement même mourir en tant que personnage du poème héroïque. Car même si ce chant était possible, il ne serait entendu par personne au monde, puisque les Sirènes, Muses de ce chant et vivant dans un lieu non-lieu, ne chanteraient que pour lui. Ce poème ne deviendrait jamais un événement poétique, ces Muses ne chanteraient jamais à un poète qui ferait circuler son œuvre dans le monde. Ulysse serait mort en tant que personnage épique.

9En une figure et par un acte violent, cette transformation condense l’opposition que la poétique odysséenne annonce et produit contre la poétique iliadique. C’est un geste acrimonieux qui est aussi une reconnaissance de la grandeur inimitable de l’Iliade. La poésie du retour d’Ulysse doit se défendre en dévalorisant l’énorme enthousiasme que la poésie iliadique continue de créer.

  • 7 Dans le premier livre (v. 328-361), Pénélope voulait entendre de Phémios un chant sur la gloire d’ (...)

10La nostalgie pour l’Iliade doit avoir été constante et irrépressible dans le monde aristocratique, car ce chant produisait une gloire immortelle pour ses personnages. L’Odyssée a donc dû soutenir le nouveau thème que les poèmes du « retour » (nostoi) présentaient7.

  • 8 Le chant de l’Iliade produit le kleos (la gloire) du héros qui est vu par les Muses et décrit par (...)

11Selon la vue polémique que l’Odyssée en a, l’Iliade soumettrait son auditoire à la séduction de la mort, aux étranges bénéfices d’un chant funéraire8 : le poème ouvre en effet le gouffre vertigineux qui a fait de la mort le principe vital du chant, qui salue son mystère et son indicible pouvoir comme le moment authentique de l’homme, celui qui le rend immortel et organise la connaissance véritable et ineffable de tout l’être. Ce n’est qu’à ces conditions qu’hommes et dieux partagent la même vie.

12L’Odyssée se distingue ainsi radicalement de l’Iliade et se présente à la lumière de la polémique qu’elle impose comme la voix poétique de la survie, la voix qui invente et raconte les trucs et les astuces nécessaires pour triompher de la mort ; celle qui s’émeut en célébrant les plaisirs de la vie, du sexe, de la table et de l’amour, la voix qui ne connaîtra pas l’être, mais beaucoup de villes et d’usages des hommes ; celle qui peut continuer a l’infini à dire et à préserver dans la mémoire les choses du monde, ses routes, ses itinéraires en mer ; enfin, celle qui domestique les dieux. Ce n’est pas un hasard si Ulysse, après son retour à Ithaque, repart pour un autre voyage qui pourrait être à son tour la source d’un nouveau poème.

13Pour reprendre les termes de Blanchot, je dirais que l’Odyssée se sait un « roman », et qu’elle reconnaît que l’Iliade est un « récit ». Ces termes sont naturellement anachroniques et Blanchot les emploie pour mettre en contraste le « récit » des Sirènes avec le « roman » de l’Odyssée, alors que je les applique en fait pour différencier l’Odyssée de l’Iliade ; mais les implications littéraires sont approximativement les mêmes. Il n’est pas facile pour l’Odyssée de se tenir sur ces deux lignes critiques : l’une dévalorisant sa propre poésie, et l’autre rendant la poésie de l’Iliade aussi merveilleuse qu’imaginaire et dangereuse.

14Venons-en maintenant à la relation que l’Odyssée établit entre Ulysse et le chant des Sirènes. L’Odyssée ne permet à Ulysse d’entendre que la promesse du chant ineffable, mais jamais le chant lui-même. Le chant des Sirènes ne reste qu’une promesse, l’effet d’une promesse. Il est véritablement ineffable. C’est de là qu’émanent son immense force symbolique et sa faiblesse. Car le texte ne donne à Ulysse – et à son lecteur – que l’attente et l’avant-goût d’un plaisir infini et d’une séduction extraordinaire qui vaut bien la mort : ces effets ne se produiront pas et leur manque ne sera jamais comblé.

  • 9 À peine ont-elles fini de chanter, qu’Ulysse enchaîne (XII, 192-194) : « Ainsi elles parlaient, la (...)

15C’est de la promesse d’un savoir totalisant chanté par une voix magnifique (XII, 192-193) que le mystère de leur chant dérive et intrigue le lecteur de l’Odyssée, à commencer par Ulysse, qui n’y tient plus9, et jusqu’à nos jours. Les questions que pose le texte se multiplient : les Sirènes peuvent-elles vraiment chanter toute la guerre de Troie et « tout ce qui advient sur la terre féconde » ? Ce savoir de l’être n’est-il pas finalement un chant-silence, et donc un chant qu’Ulysse n’entendrait jamais s’il s’arrêtait chez les Sirènes ?

  • 10 Circé emploie le verbe thelgousi (XII, 40 et 44) qui laisse entendre une sorte de paralysie de l’e (...)
  • 11 Odyssée, XI, 333-334 (Ulysse parle et les Phéaciens sont charmés) : « À ces mots, tous restèrent s (...)

16L’Odyssée, comme on l’a vu, condamne le savoir des Sirènes comme étant envoûtant et conduisant donc à la mort de l’esprit avant même la mort physique10. Le texte, respectant la grammaire poétique de l’Iliade, laisse les Sirènes promettre le plaisir (terpsis) de leur chant (188 ; Jaccottet a malheureusement traduit terpsamenos par « charmé » et non par « envoûté »). Cette dernière notion joue un rôle compliqué et ambigu dans la poétique odysséenne puisque, d’une part, l’ensorcellement incarne l’effet négatif, paralysant, venimeux du chant des Sirènes – tel que Circé le définit –, mais de l’autre, en désignant la force de la poésie, cette notion caractérise aussi la poésie de l’Odyssée elle-même. L’Odyssée ne paraît pas être troublée par cette notion et l’emploie comme s’il y avait deux sortes d’ensorcellement, l’un étant un charme plaisant et bénéfique comme celui qu’Ulysse produit avec ses récits chez les Phéaciens ou chez lui, et l’autre, un envoûtement paralysant et funeste que les Sirènes produisent sur leurs lecteurs11. Naturellement, cette notion (thelgein et kêlêthmos) n’a pas deux connotations différentes : même le charme que les discours d’Ulysse opèrent sur les Phéaciens ou sur Eumée détourne et paralyse la conscience des auditeurs. L’Odyssée ne semble pas troublée par cette ambiguïté, mais ne devrait-elle pas l’être ? Car en attribuant au chant des Sirènes de la thelxis, Circé, sans le savoir, et l’Odyssée, sans s’en rendre compte, pensent lancer une accusation d’ensorcellement venimeux contre leur chant, alors qu’en fait elles lui donnent en même temps les valeurs que le texte de l’Odyssée attribue à sa propre poésie, merveilleuse et captivante.

17Une lecture qui, au-delà de la polémique odysséenne contre l’Iliade, voudrait comparer le savoir romanesque de l’Odyssée avec le savoir du récit iliadique devrait reconnaître que le désir de charmer est le propre de la poétique odysséenne et qu’une certaine invulnérabilité d’Ulysse est souvent suggérée par le texte : deux traits qui ne renforcent pas la conscience que l’homme devrait avoir de soi.

  • 12 Le Livre à venir, op. cit.., p. 11.

18Devant la promesse vertigineuse que les Sirènes lui offrent, Ulysse se conduit de façon non héroïque, en fait véritablement lâche. Comme Blanchot le décrit un peu trop copieusement : « Ulysse, l’entêtement et la prudence d’Ulysse, sa perfidie qui l’a conduit à jouir du spectacle des Sirènes, sans risques et sans en accepter les conséquences, cette lâche médiocre et tranquille jouissance, mesurée, comme il convient à un Grec de la décadence, qui ne mérita jamais d’être le héros de l’Iliade, cette lâcheté heureuse et sûre12… »

19Il est vrai que la situation est embarrassante : d’un côté, Ulysse est manipulé par le texte afin de pouvoir entendre ce chant indicible, et de l’autre, il accepte la mise en scène qui lui permet de le goûter en toute sécurité, sans aucun risque, avec prudence et lâcheté. Car, pour atteindre son but polémique, l’Odyssée n’hésite pas à se distancier de son Ulysse et à le présenter dans une condition humiliante. L’Odyssée s’adresse ici à son lecteur et contraint son héros à se soumettre à sa propre poétique, à sa propre stratégie.

20À la promesse du chant, Ulysse est saisi d’un irrépressible désir de l’entendre, ce chant à venir qui pourrait ne jamais venir : son désir montre que le risque est réel, que le chant iliadique est conquérant, mais tout cela montre simultanément que la raison doit ligoter l’exaltation et enchaîner le plaisir maudit, et que la vie doit ruser pour éloigner la mort.

21Curieusement, les Sirènes, qui connaissent « tout ce qui advient sur la terre féconde », comme elles le disent (XII, 191), et qui reconnaissent Ulysse en le voyant, ne voient pas et ne comprennent pas qu’il est ligoté, et qu’il ne pourra pas s’arrêter bien qu’il le veuille. Elles chantent une invitation qui se révèle inutile. C’est à ce moment que le texte de l’Odyssée se distancie d’Ulysse et, en montrant leur aveuglement, se moque de la connaissance de l’être dont les Sirènes se vantent et suspend la réalité factuelle de ce non-lieu. Le savoir des Sirènes ne sait pas ce qui se passe sous leurs yeux. L’ironie ne pouvait pas être plus cruelle. La connaissance du tout (tout ce qui arriva à Troie, panth’, v. 189-190) et de l’être (v. 191) promet un chant irrésistible, qui est à la fois aveugle et silencieux. Un chant qui doit toujours déjà avoir commencé et qui est sans fin.

  • 13 « Le silence des Sirènes », dans Récits et Fragments narratifs, Paris, coll. « Bibliothèque de la (...)

22Cela a conduit quelques interprètes modernes à réécrire la scène en imaginant que les Sirènes ne chantèrent pas. Kafka, qui a interprété l’épisode des Sirènes comme une comédie de malentendus, écrit que les Sirènes « cessèrent [vraiment] de chanter » quand Ulysse passa lié à l’arbre du navire : « soit qu’elles crussent que le silence seul pouvait encore venir à bout d’un pareil adversaire, soit que la vue de la félicité peinte sur le visage d’Ulysse […] leur fît oublier tout leur chant. Mais Ulysse, si l’on peut s’exprimer ainsi, n’entendit pas leur silence ; il crut qu’elles chantaient et que lui seul était préservé de l’entendre [le silence]13 ». Kafka semble suggérer qu’Ulysse, « le lecteur », crut comprendre le chant des Sirènes, même s’il fut sourd à leur chant/silence, comme si celui-ci ne pouvait que le dépasser, ou comme si ce silence ne lui était pas destiné. Finalement il les ignora. Dans cette structure, ce sont les Sirènes qui sont séduites par lui : « Elles ne désiraient plus séduire, elles ne voulaient plus que retenir au vol le plus longtemps possible l’éclat des grands yeux d’Ulysse ». Le jeu des malentendus ou plutôt des regards, des feintes et des manœuvres réciproques s’intensifie : « Il est possible qu’Ulysse ait réellement remarqué que les Sirènes se taisaient et qu’il n’ait usé du faux-semblant décrit ci-dessus que pour leur opposer, à elles et aux dieux, une espèce de bouclier. » Ce serait peut-être la feinte du lecteur qui se défend du chant/silence divin par le faux-semblant qui consiste à faire croire qu’il l’a compris. Car il s’agit bien du chant/silence dans l’Odyssée, où les Sirènes chantent, mais ne chantent que la promesse d’un chant : car ce qu’elles chanteraient si Ulysse s’arrêtait serait leur chant et leur silence à la fois.

23L’Odyssée a eu l’audace extraordinaire et l’immense génie critique de placer la poésie de l’Iliade dans cet espace liminal, dans un entre-deux, et de l’imaginer comme un chant à venir qui se déploie avec la mort et produit la mort. Ce contraste ne définit pas simplement la nature littéraire des deux poèmes, il déplace également la position du lecteur et de la lecture. Car l’exaltation d’Ulysse à entendre le chant/silence des Sirènes crée le désir irrésistible du lecteur pour un texte qui plonge dans le gouffre de l’être, du divin, dans le vertige de la mort immortelle, et produit la merveille du nouveau et de l’au-delà. Cette exaltation est maudite dans la mesure où elle s’érige sur une promesse et un non-lieu qui pourraient être les figures du désir, et faire ainsi tomber le lecteur dans un abysse de frustration et de vide. Même si ce désir était comblé, il impliquerait une certaine mort puisque le lecteur serait incapable de se détourner du plaisir, des connaissances, et donc de la malédiction que ce texte incarne. Inexplicable, donc, mais inexorable car, comme le dit Kafka : « le chant des Sirènes perçait tout et la passion des hommes séduits eût fait éclater des choses plus solides que les chaînes et un mât ».

  • 14 Horkheimer M. et Adorno T., Dialectic der Aufklärung, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1981, p. 77-78.

24Cependant, cette passion pour un texte ineffable et perçant réduit l’intérêt pour l’autre texte, et l’Odyssée met en place son artifice en préparant les dispositifs qui la sauvent de sa propre mort et qui assurent qu’Ulysse ne quittera pas le navire odysséen pour l’île mystérieuse des Sirènes. C’est le geste par lequel l’Odyssée se joue du chant des Sirènes en faisant d’Ulysse un acteur, narrateur et lecteur. Cela ne relève pas de l’ineffable, mais c’est génial, amusant et séduisant. En se sauvant de cette façon, l’Odyssée dévoile qu’elle aussi a été séduite par la poésie de l’Iliade, mais qu’elle a trouvé dans son propre génie et son propre sortilège le moyen d’y échapper en liant Ulysse au mât de son propre navire. L’Odyssée a donc reconnu et craint le pouvoir séduisant de l’Iliade et essayé de le paralyser. Comme le dirait Adorno, l’Odyssée a forcé la raison à entendre la voix du mythe sans y succomber. Toutefois, la séduction des Sirènes reste irrésistible, car, en oubliant ce que chacune de ses conquêtes suppose, la raison risque de faire naître une nostalgie du mythe. Ici la raison – ou le contrôle odysséen – est représentée par le fait qu’Ulysse est ligoté au mât du navire quand il passe devant les Sirènes14.

25On pourrait imaginer qu’en présentant avec les Sirènes la promesse d’un chant merveilleux et ineffable – identique au silence – l’Odyssée ait cru qu’elle abritait dans ses vers le chant de la véritable connaissance des choses, et qu’à défaut du chant des Sirènes, c’était son propre chant qu’il fallait écouter. Cependant, comme nous l’avons montré, et comme la critique l’a toujours affirmé, le chant des Sirènes, par sa promesse et son silence et par-delà les ironies et les accusations odysséennes, fait signe à une forme poétique, à un vertige, à une plénitude qui rivalisent avec le chant odysséen et en suspendent la nature et la force.

Notes

1 Le Livre à venir, Paris, Gallimard, 1959, p. 9.

2 Ibid., p. 14.

3 « The Song of the Sirens », Arethusa, 12, 1979, p. 121-132.

4 Iliade, IX, 673 (dans l’Ambassade) et X, 544 (dans la Doloneia). Voir les détails textuels et le commentaire dans Pucci P., The Song of the Sirens : Essays on Homer, Lanham, Rowman and Littlefield, 1998, où l’article d’Arethusa est republié. Je me limite ici à observer l’astuce textuelle (callida iunctura) à travers laquelle le texte choisit parmi toutes les formules iliadiques qui célèbrent Ulysse la formule qui l’exalte en tant que grand raconteur d’histoires. Or l’histoire de Sirènes est racontée par Ulysse lorsqu’il entretient les Phéaciens avec l’histoire de son retour de Troie : c’est à cette occasion qu’il narre sa rencontre avec les Sirènes et répète la formule d’adresse qu’elles lui ont consacrée, « fameux pour tes histoires ». Bien sûr ! Il n’aurait pu trouver mieux lui-même s’il avait inventé l’épisode.

5 On a bien vu dans le livre XI de l’Odyssée que les âmes (psukhai) des guerriers iliadiques lorsqu’ils sont dans l’Hadès ne pensent qu’à cela.

6 Comme je l’ai montré dans The Song of the Sirens (op. cit..), entre autres, l’Odyssée confère gloire (kleos) à Ulysse seulement lorsque le texte se réfère à des évènements iliadiques ou concernant la guerre de Troie, mais jamais lorsqu’il s’agit d’épisodes ou d’aventures de son retour, c’est-à-dire de ce qui est le sujet de l’Odyssée. L’Odyssée respecte ainsi le titre héroïque que sa participation à la guerre de Troie lui confère, mais elle le lui nie pour les épisodes odysséens. Ce n’est pas en soûlant et en trompant le Cyclope qu’on gagne du kleos ; l’Odyssée s’amuse à en redimensionner la valeur en l’attribuant à une femme, Pénélope, pour sa vertu de fidélité. Ce coup méchant envers l’Iliade et la poésie héroïque est compensé par un geste élégant envers le genre féminin.

7 Dans le premier livre (v. 328-361), Pénélope voulait entendre de Phémios un chant sur la gloire d’Ulysse (v. 337-344), mais Télémaque prend la défense de Phémios qui chante le « triste retour des Achéens » : le débat entre mère et fils oppose le chant héroïque dont l’Iliade est le suprême exemple à l’Odyssée avec sa nouvelle poétique. Télémaque défend cette dernière en disant (v. 350-352) : « il ne faut pas reprocher [au poète] s’il chante le funeste destin des Danaens : en effet les hommes louent davantage le chant qui sonne plus nouveau à ceux qui l’écoutent ». Ce chant plus nouveau ne peut être que l’Odyssée et c’est celui-ci que maintenant les hommes admirent. Les épisodes et les passages dans lesquels l’Odyssée confronte directement la poétique de l’Iliade sont nombreux. Voir Pucci P., Odysseus Polutropos. Intertextual Readings in the Odyssey and in the Iliad, Ithaca – New York, Cornell University Press, 1987; traduction française: Ulysse polutropos. Lectures intertextuelles de l’Iliade et de l’Odyssée, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1995.

8 Le chant de l’Iliade produit le kleos (la gloire) du héros qui est vu par les Muses et décrit par le poète comme luttant héroïquement et acceptant sa mort. Or kleos signifie « ce qui s’écoute », c’est donc la renommée, la rumeur, mais aussi la gloire. Cette latitude permet à ce mot de signifier aussi dans le poème le simple « bavardage », ce qui menace le sublime du kleos iliadique. L’Odyssée prend une attitude irrévérente envers ce kleos : d’une part, il est réservé à Ulysse uniquement lorsqu’il est mentionné en tant que personnage iliadique, et de l’autre, tout en étant refusée à Ulysse dans son voyage de retour, la « gloire » est attribuée à Pénélope pour sa fidélité. Voir Pucci P., Odysseus Polutropos, op. cit..

9 À peine ont-elles fini de chanter, qu’Ulysse enchaîne (XII, 192-194) : « Ainsi elles parlaient, lançant leur belle voix, et dans mon cœur / je brûlais d’écouter, priais mes gens d’ôter mes liens / d’un signe des sourcils… » (traduction de P. Jaccottet, Paris, La Découverte, 2004).

10 Circé emploie le verbe thelgousi (XII, 40 et 44) qui laisse entendre une sorte de paralysie de l’esprit. La vérité de son affirmation n’est pas seulement soutenue, comme nous l’avons vu, par son intention d’aider le retour d’Ulysse, mais aussi par l’expérience qu’Ulysse fait lorsqu’il arrive à l’île des Sirènes (v. 168-169) : « et soudainement le vent tomba, le calme plat se fit / sans plus un souffle : un dieu devait coucher les flots ». Une force magique a pris le contrôle de la mer.

11 Odyssée, XI, 333-334 (Ulysse parle et les Phéaciens sont charmés) : « À ces mots, tous restèrent sans parler dans le silence ; / ils étaient sous le charme en l’ombre de la salle. » ; XVII, 518-521 (Eumée décrit l’effet produit par les paroles d’Ulysse) : « Comme quand on est tourné vers l’aède instruit par les dieux / Qui chante des paroles désirables aux mortels, / On voudrait l’entendre sans fin tandis qu’il chante, / Ainsi cet homme me charma dans ma grand salle. »

12 Le Livre à venir, op. cit.., p. 11.

13 « Le silence des Sirènes », dans Récits et Fragments narratifs, Paris, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1980, p. 542-543.

14 Horkheimer M. et Adorno T., Dialectic der Aufklärung, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 1981, p. 77-78.

Auteur

Pietro Pucci est Goldwin Smith Professor de lettres classiques à Cornell University. Il a aussi enseigné à Princeton University, à L’École des Hautes Études et à l’université de Lille 3 où il donna un séminaire d’une année sur le Philoctète de Sophocle. Son travail porte essentiellement sur les textes archaïques grecs qu’il lit dans une perspective post-moderne. De sa vaste bibliographie, citons les œuvres les plus marquantes : Odysseus Polutropos (traduction française ; Ulysse polutropos, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 1995), The Song of the Sirens (1998), Sofocle, Filottete (2003), « Le Ventre d’Ulysse », Poésie (2011). Il termine un manuscrit sur les tragédies d’Euripide (Euripides : A Revolution under Cover).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540