Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Première partie. Les premiers temps

Traduction du sermon prononcé lors de la consécration de Saint-Bénigne de Dijon par Guillaume de Volpiano

Véronique Gazeau

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Ces premières lignes ont été traduites par nous déjà : Véronique Gazeau, « Sainteté monastique : G (...)
  • 2 Le chanoine Henri Platelle prend quelques libertés avec le latin de Raoul Glaber lorsqu’il propose (...)

« Erat enim autumni dies tercius Kalendarum Nouembrium, ante uidelicet natale ipsius martyris, que omnia rite ac solenniter, ut condecens erat, explentes petierunt qui aderant episcopi ac quique religiosi patrem Willelmum ut in die tante consecrationis, tam ipsis quam uniuerse plebi inter sacra missarum solennia diuini elemosinam impenderet uerbi. Ipse uero, ut erat bonis omnibus obsequens, agere non distulit, sed mente pia, corde contrito, uultu alacri, Spiritu Sancto plenus in hec uerba cum lacrimis erupit : “Conuenistis, fratres et sorores, grex precio Christi sanguinis redemptus, conuenistis, inquam, ad nuptias ipsius sponse matrisque vestre celestis ac sempiterne aecclesie, que iccirco uniuersalis dicitur, quoniam non solum quod in omnes mundi terminos dilatatur, sed etiam pro eo quod nulla immanitas criminum illius superat, si tantum fides assit, dona misericordiarum. Que scilicet patriarcharum misticis presignata figuris, prophetarum ostensa presagiis, apostolorum auctoritate ac labore constructa et martyrum sanguine consecrata. In qua abluti ac renouati a culpa ueteris piaculi per salutaris undam baptismatis sicque induimini prima stola angelice beatitudinis, quam amisistis in transgressione parentis primi incole paradysi, deinde uero editis carnem ac potatis sanguinem illius omnipotentis agni, qui uos pre ceteris mundi creaturis formans et redimens inuicta benignitate elegit ad sui atque patris regnum Sanctique Spiritus gloriam possidendam. Ad quam, dilectissimi, tendere uos invito, moneo, obsecro per caritatis ignem et humilitatis atque castitatis continuam custodiam. Gaudere, inquit, contigisset michi ex uestre unanimitatis deuotione hujus sanctificationis concursus, sed quia nimius meror mentem deprimit ex signis satane, que euidentissime apparent in populo Dei. Non, inquiens aspicitis, quibus est mens adhuc sanior, que scissure et detruncationes uestium rabidissimae ? Que attonsure per ceruices uirorum ? Quam turpis in barba orripilatio maxillarum ? Quam uagacissima pene uniuersorum corporum et insanissima actitatio, quam lasciua ad omnes pene sermones ore terricrepo iuramenta ? Ista etenim uniuersa recentia et nuper grassata, non ex religiositate christianitatis processere, quin potius ex diabolice superstitiositatis rabie emersere. Exinde quoque pullulat radix omnium malorum superbia ceterorumque uitiorum fomenta. Atque uos ipsi iudicate si non ipsius famuli estis cuius insignia et stigmata in uobismet ipsis geritis. Nam et me pudet dicere, dum penitet reticere, quoniam exspectastis dulcedinem uerbi et ego propino uobis generaliter amaritudinem redargutionis. Moneo etiam illum, si quis est in tota hac plebe qui uel quinque solidos, seu quippiam ad huius sancti martyris optulit reedificandam muneris ecclesiam, quam pre oculis habetis, coram cunctis referat.” Dum ergo non inueniretur quisqam aliquid contulisse, rursus ait : “Videte, fratres amantissimi, inter quas spinas atque incendia pessimorum hec aula Omnipotentis Dei per fidem sui testis Benigni, ad quam elegantia excreuit ipso cooperante, fastigia. Volo uos, si placet, assidue esse memores quam uelox uniuscuiusque sit mundanae cure et ambitionis depositio. Propter quod obsecro, cum nostri Auctoris adiutorio resistite uitiis et maligno diabolo, uirtutes quoque preclaras assumite et colite, benignissimo Deo Conditori ac Redemptori uestro in cunctis obaudite, qui uos per fidem et orationes ac merita omnium fidelium suorum dignos faciat introducendi cum eis in sempiterne glorie regnum, per Iesum Christum dilectum filium suum.” Dumque ille ista perorasset ac responsum ab omnibus fuisset : “Amen”, qui singultus, quante lacrime, qui gemitus per totam aecclesiam agebantur, exprimi non ualet. Omnibusque rite perfectis cum gaudio quique rediere ad propria. Ex illo etenim die in eadem basilica precipue ad tumulum gloriosi martyris facte sunt multimodae curationes diuersarum infirmitatum, que etiam ob multiplicitatem scribi nequeunt. Sed et si quis cum fide plena sibi deposcens queque utilia procul dubio adipiscitur, si talis sit ut promereatur, sanctorum meritis et orationibus. »
(Vita Domni Willelmi abbatis, The Life of St William, éd. Neithard Bulst dans Rodulfus Glaber Opera, John France, Neithard Bulst et Paul Reynolds éd., Oxford, 1989, p. 290 et 292.)
« Alors, enfin, selon le vœu de ce père, au jour désigné, vinrent de diverses provinces non seulement des évêques, mais aussi une multitude innombrable de gens indistincts de tous ordres. Cela se déroula en automne, le troisième jour des calendes de novembre, c’est-à-dire la veille de l’anniversaire de ce martyr, quand, accomplissant tout selon le rite et avec solennité, comme il convenait, ceux qui étaient présents, les évêques et tous les religieux demandèrent au père Guillaume de prêcher la parole divine en un jour d’une si grande consécration pour eux-mêmes et pour tout le peuple au milieu des saintes solennités des messes. Et lui, respectueux de tous ces hommes bons, il retarda le moment, mais l’esprit pieux, le cœur contrit, le visage plein d’entrain, rempli du Saint-Esprit, il commença avec des larmes en ces mots1 : “Vous vous êtes rassemblés, frères et sœurs, troupeau racheté par le prix du sang du Christ, vous vous êtes rassemblés, dis-je, pour assister aux noces de celle qui est l’Épouse et votre mère, l’Église céleste et éternelle, que l’on dit universelle non seulement parce qu’elle s’étend jusqu’aux limites du monde, mais aussi parce qu’aucun crime, si horrible soit-il, n’est trop grand pour recevoir le don de sa miséricorde, du moment que la foi est présente. Elle est annoncée par les figures mystiques des patriarches, révélée par les présages des prophètes, construite par l’autorité et le labeur des apôtres, et consacrée par le sang des martyrs. En son sein vous êtes lavés et rénovés de la faute de l’antique péché, par l’eau du baptême salvateur, et ainsi vous êtes revêtus de la robe primitive de la béatitude angélique, que vous avez perdue par la désobéissance de votre premier parent, l’habitant du paradis ; ensuite, en son sein vous mangez la chair et vous buvez le sang de cet agneau tout-puissant, qui, en vous plaçant avant les autres créatures du monde et vous rachetant par sa bonté invincible, vous choisit pour posséder son royaume et celui de son Père, ainsi que la gloire du Saint-Esprit. C’est à celle-ci, très chers, que je vous invite, que je vous incite, que je vous supplie de tendre par le feu de la charité et par l’observance continuelle de l’humilité et de la chasteté. Je devrais éprouver de la joie, dit-il, devant la dévotion unanime de votre foule rassemblée pour cette consécration, mais puisqu’une grande tristesse abat mon esprit à la vue des signes de Satan qui apparaissent avec tant d’évidence au sein du peuple de Dieu, ne voyez-vous pas, dit-il, vous, dont l’esprit est encore sain, ces furieuses déchirures et amputations de vêtements, ces hommes aux nuques rasées, aux joues horriblement hérissées de barbe, cette agitation quasi générale, ridicule et insensée, ces jurons obscènes prononcés d’une voix retentissante presque à chaque phrase ? Toutes ces nouveautés récemment arrivées ne procèdent pas de la piété chrétienne, mais proviennent plutôt de la rage diabolique de la superstition. De là se répand l’orgueil, racine de tous les maux et ferment de tous les vices2. Et jugez vous-mêmes si vous n’êtes pas les serviteurs de celui dont vous portez sur vous les insignes et les marques. Car j’ai honte de parler, en même temps que je regrette de me taire, parce que vous attendez de moi des mots de douceur, quand généralement je vous tends la coupe amère de mes reproches. Je demande aussi à celui – s’il y en a un seul dans cette foule – qui a offert cinq sous ou quelque don pour la reconstruction de l’église de ce saint martyr, que vous avez sous les yeux, de le dire devant vous tous.” Comme il ne trouvait personne qui eût fourni une telle contribution, il reprit : “Voyez, frères bien aimés, entre quelles épines et quels feux allumés par de mauvaises gens cette cour de Dieu Tout-Puissant, grâce à la foi de son témoin Bénigne, s’est agrandie avec son aide jusqu’à atteindre de si élégants sommets. Je veux que vous vous souveniez constamment, s’il vous plaît, que rapide est la destruction de toute charge et de toute ambition mondaines. C’est pourquoi je vous en supplie : avec l’aide de notre Créateur, résistez aux vices et au diable malin, appropriez-vous et cultivez les vertus très glorieuses, à votre Dieu très bon, Créateur et Rédempteur, obéissez en toutes choses, lui qui par la foi, les prières et les mérites de tous ses fidèles, vous rend dignes d’accéder avec eux au royaume de gloire éternelle par Jésus-Christ son Fils aimé.” Quand il eut achevé son sermon et que tout le monde eut répondu Amen, je n’ai pas assez de mots pour dire quels sanglots, quelles larmes, quels gémissements éclatèrent dans toute l’église. Quand tout eut été accompli comme il convenait, chacun s’en retourna joyeusement chez soi. Depuis ce jour, en cette basilique, particulièrement près du tombeau du glorieux martyr, ont lieu toutes sortes de guérisons de diverses maladies, si nombreuses qu’elles ne peuvent toutes être consignées par écrit. Mais tout homme qui, de toute sa foi, demande pour lui-même quelque chose d’utile, il l’obtient aussi à coup sûr grâce aux mérites et aux prières des saints, s’il est de nature à le mériter. »
(Vie de Guillaume de Volpiano par Raoul Glaber.)

  • 3 Une fois pour toutes, l’œuvre magistrale sur Guillaume de Dijon/Volpiano demeure la thèse de N. Bu (...)
  • 4 Raoul Glaber, « Vita Domni Willelmi abbatis, The Life of St William », N. Bulst (éd.), Rodulfus Gl (...)
  • 5 Évangélisateur de la Bourgogne au iie siècle. Le culte n’était plus entretenu. Raoul Glaber, op. c (...)
  • 6 La rotonde fut achevée en 1018 et n’était donc pas terminée lorsque Guillaume prononça le sermon. (...)

1Ce sermon qui trouve place au chapitre xii de la Vie de Guillaume de Volpiano fut prononcé le jour de la consécration de l’abbatiale Saint-Bénigne de Dijon. Raoul Glaber, l’auteur de la Vie, naquit probablement dans la région d’Auxerre et embrassa la vie monastique, sous la contrainte de son oncle, à Saint-Germain d’Auxerre. Après de brefs passages à Saint-Léger-de-Champeaux et à La Réome, il rencontra à Saint-Bénigne de Dijon celui dont il écrirait la Vie, l’abbé Guillaume de Volpiano3 en charge de l’abbatiat depuis le 7 juin 9904. Ce dernier relança le culte de saint Bénigne5, qui s’était développé dès le vie siècle grâce à l’évêque Grégoire de Langres qui avait fait construire dans un cimetière gallo-romain une basilique auprès de laquelle s’était installée une communauté religieuse. Dans la seconde moitié du ixe siècle, l’évêque Isaac de Langres fonda une abbaye. La Vie rapporte au chapitre viii que l’abbatiale s’était en partie écroulée et que Guillaume avait redécouvert l’emplacement du tombeau de l’apôtre Bénigne. Guillaume entreprit en 1002 la construction d’une nouvelle basilique qui fut consacrée le 30 octobre 1016. Celle-ci avait des dimensions considérables et était précédée d’un vaste porche destiné à accueillir les fidèles, la galilea6.

  • 7 On ne sait pas précisément – sauf l’abbé Bérenger de Montier-en-Der – qui assista à la consécratio (...)

2Aucune œuvre de Guillaume de Volpiano n’ayant été conservée, il demeure impossible de savoir si le sermon que prononça l’abbé Guillaume le jour de la consécration est authentique. Il est probable que Raoul Glaber fut présent mais qu’il l’a recomposé pour les besoins de son œuvre hagiographique. Le sermon s’adresse à la foule présente et plus particulièrement aux grands laïques, aux évêques et aux religieux7. Les thèmes choisis par le prédicateur de ce jour peuvent paraître pour certains en totale inadéquation avec la cérémonie. Il commence par évoquer le péché originel et le baptême salvateur et ne fait que replacer normalement la consécration de l’église dans la liturgie baptismale ; c’est l’occasion de dire aux grands qu’ils ont mission de guider le peuple vers le royaume de Dieu. Puis Guillaume se lance dans une diatribe contre les péchés qui entravent la marche vers Dieu. Il interpelle les laïques au moyen de l’emploi de la deuxième personne du pluriel, sur le mode impératif et par une série de questions sur les « nouveautés » en matière de mode vestimentaire et capillaire. Raoul Glaber procède à une mise en scène du saint prédicateur dont le discours commencé dans les larmes, s’achève dans les larmes de la foule secouée et humiliée par l’intransigeance des reproches entendus.

  • 8 H. Platelle, « Le problème du scandale… », art. cit., p. 1071-1096. M. Parisse, « Sigefroid, abbé (...)
  • 9 A. Wagner, Gorze au xie siècle, Turnhout, 1996, p. 57.
  • 10 Les termes latins de la lettre de Sigefroid sont les suivants : « Ignominiosa franciscarum ineptia (...)
  • 11 Ibid., p. 550.

3Il semble bien que ce soit d’abord en Bourgogne et en Lotharingie que les clercs ont pourfendu les modes nouvelles au xie siècle. Le chanoine Platelle et Michel Parisse ont étudié trois textes de Raoul Glaber en 1002, de Guillaume de Volpiano – ce sermon – et de Sigefroid, abbé de Gorze, de 10438, qui s’en prennent aux habits raccourcis et fendus sur le côté, à la barbe rasée et aux cheveux qu’on ne laisse plus pousser que sur le haut du crâne. Faut-il y voir la critique chez Guillaume de Volpiano des laïques qui, voulant rivaliser avec les clercs qui se rasent la barbe et abandonnant la mode coutumière, mettent en péril l’ordre de la société ? Sigefroid devint abbé de Gorze en 1031, l’année même de la mort de Guillaume de Volpiano. Il remplaça celui dont il avait été le prieur9. Dans la lettre que Sigefroid adresse à l’abbé Poppon de Stavelot en 1043 au sujet des empêchements de mariage entre Henri III et Agnès de Poitou, on trouve une critique des modes nouvelles d’origine française10, dont on peut penser qu’elle vient précisément de Guillaume de Volpiano et peut-être des milieux clunisiens, même si Sigefroid est bien « un religieux de l’Église impériale », selon la formule de Michel Parisse11.

  • 12 N. Bulst, « Guillaume de Dijon, le bâtisseur de la rotonde », Guillaume de Volpiano…, op. cit., p. (...)

4Guillaume s’en prend également au manque de générosité de l’auditoire. Il a pu compter sur la richesse du patrimoine de l’abbaye. Son protecteur et parent, le comte de Bourgogne, Otte-Guillaume, même s’il ne paraît pas avoir été un bienfaiteur régulier de Cluny12, avait vraisemblablement apporté une contribution au chantier de construction de la nouvelle église. Il sera inhumé à Saint-Bénigne en 1026.

5Le sermon de Saint-Bénigne doit être replacé dans la perspective choisie par Raoul Glaber de présenter un abbé réformateur, un pédagogue austère et intransigeant, un donneur de leçons salutaires, un saint aux multiples visages. En s’adressant aux laïques, mais aussi aux évêques consécrateurs présents, il exalte le monachisme.

Notes

1 Ces premières lignes ont été traduites par nous déjà : Véronique Gazeau, « Sainteté monastique : Guillaume de Volpiano et Anselme du Bec », Anne Wagner (dir.), Les saints et l’histoire, Paris, 2004, p. 222. Ce sermon se trouve à la fin du chapitre xii de la Vie de Guillaume de Volpiano qui en comprend quatorze.

2 Le chanoine Henri Platelle prend quelques libertés avec le latin de Raoul Glaber lorsqu’il propose une traduction des interrogations prononcées par le prédicateur de Saint-Bénigne, mais la teneur du discours est restituée (« Le problème du scandale : les nouvelles modes masculines aux xie et xiie siècles », Revue belge de philologie et d’histoire, n° 53, 1975, p. 1075).

3 Une fois pour toutes, l’œuvre magistrale sur Guillaume de Dijon/Volpiano demeure la thèse de N. Bulst, Untersuchungen zu den Klosterreformen Wilhelms von Dijon (962-1031), Pariser Historische Studien, 11, Bonn, 1973.

4 Raoul Glaber, « Vita Domni Willelmi abbatis, The Life of St William », N. Bulst (éd.), Rodulfus Glaber Opera, J. France, N. Bulst et P. Reynolds, Oxford, 1989, p. 268. Chronique de l’abbaye de Saint-Bénigne de Dijon, éd. abbé Étienne Bougaud et Joseph Garnier, Analecta Divionensia, IX, Dijon, 1875, p. 131.

5 Évangélisateur de la Bourgogne au iie siècle. Le culte n’était plus entretenu. Raoul Glaber, op. cit., p. 268.

6 La rotonde fut achevée en 1018 et n’était donc pas terminée lorsque Guillaume prononça le sermon. Sur la rotonde : Monique Jannet et Christian Sapin (dir.), Guillaume de Volpiano et l’architecture des rotondes, Dijon, 1996. Sur l’église : C. Malone, « Les fouilles de Saint-Bénigne de Dijon (1976-1978) et le problème de l’église de l’an mil », Bulletin monumental, 138-III, 1980, p. 254-284.

7 On ne sait pas précisément – sauf l’abbé Bérenger de Montier-en-Der – qui assista à la consécration.

8 H. Platelle, « Le problème du scandale… », art. cit., p. 1071-1096. M. Parisse, « Sigefroid, abbé de Gorze, et le mariage du roi Henri III avec Agnès de Poitou (1043). Un aspect de la réforme lotharingienne », Revue du Nord, 86, n° 356-357, juillet-décembre 2004, p. 543-565.

9 A. Wagner, Gorze au xie siècle, Turnhout, 1996, p. 57.

10 Les termes latins de la lettre de Sigefroid sont les suivants : « Ignominiosa franciscarum ineptiarum consuetudo introducitur, scilicet in tonsione barbarum, in turpissima et pudicis obtutibus execranda decurtatione ac deformitate vestium multisque aliis novitatibus », que M. Parisse traduit : « Déshonorante pratique d’inepties françaises dans la coupe des barbes, dans le raccourcissement et la laideur des vêtements, particulièrement honteux et odieux aux regards pudiques, et dans de nombreuses autres nouveautés » (M. Parisse, « Sigefroid… », art. cit., p. 563).

11 Ibid., p. 550.

12 N. Bulst, « Guillaume de Dijon, le bâtisseur de la rotonde », Guillaume de Volpiano…, op. cit., p. 22.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540