Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Première partie. Les premiers temps

Censum, tributa et munera : la perception de l’impôt en Bretagne au haut Moyen Âge

Joëlle Quaghebeur

Entradas de índice

Índice geográfico :

France

Texto completo

  • 1 « Ce ne sont pas ses champs que je cultive, ce ne sont pas ses lois que je veux. Murman tient, sel (...)

« Nec sua rura colo, nec sua jura volo […] Brittonica regmina Murman rite tenet, censum sive tributa vetat1. »

  • 2 Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin, éd. et trad. Edmond Faral, Paris (...)
  • 3 Comme l’ont montré les travaux d’Hubert Guillotel et Jean-Pierre Brunterc’h, notamment dans La Bre (...)

1Telle fut la réponse faite par le roi Murman à l’abbé Witchaire, émissaire à lui envoyé par Louis le Pieux durant l’été 818. La violence et la concision du propos amenèrent l’empereur à convoquer l’ost dans la cité de Vannes. Venu des confins du regnum Francorum, il était composé de « peuples et nations innombrables d’Europe » et mené par plusieurs comtes et ducs2. Louis se trouvait le 17 août à Angers, il y était de retour le 1er octobre. Ce furent durant ces quelques semaines que se déroula une expédition dont les conséquences furent considérables pour l’avenir de la Bretagne et son intégration au sein du monde franc3.

2Il faut souligner que depuis Pépin III en 753, aucun carolingien n’avait jugé nécessaire de mener en personne l’ost dans ce territoire pourtant révolté successivement en 786, 799 et 811. Le guerrier de qualité alors maître du regnum, Charlemagne, était-il occupé à mater des populations plus redoutables ou jugea-t-il les combats à mener mineurs ? Quoi qu’il en soit, la venue de Louis donne la mesure de l’importance accordée à cette nouvelle campagne.

  • 4 Sur le sens et la portée de ce texte, J.-P. Brunterc’h (dir.), Archives de la France, t. I : Jean (...)

3Un an auparavant, en juillet 817, Louis avait rendu publique une constitution fondamentale pour l’élaboration de l’idéologie impériale qui fut sienne, l’ordinatio imperii. Conscient de la mosaïque de royaumes léguée par son père, il entendait, en effet, régner sur un empire indissociable et éternel. Il a déjà été relevé qu’il était profondément pénétré d’une conception paulinienne de la société qui voyait « l’unité profonde du peuple chrétien, où chacun à sa place concourt à édifier l’Église », il savait « les sujets de l’empire, unis dans la foi […] donc identifiables au corps indivisible du Christ ». De tout cela « découlait le désir […] de sauvegarder la paix et l’unité » dans le territoire que Dieu lui avait confié4. L’empire et ses peuples étaient ici regardés et compris comme constituant le Corps mystique du Christ et investis à ce titre d’une sacralité remarquable.

4La réaction de l’empereur à l’attitude du roi breton doit être considérée au travers de l’affirmation de cette conception. Conception d’une très haute portée car relevant, de façon profonde, autant du domaine politique que spirituel. Car loin d’une volonté de conquête, ne s’agissait-il pas aussi pour le prince franc de ramener dans l’Église, tel le Pasteur, un roi chrétien égaré qui éloignait son peuple du Salut éternel ?

5La guerre fut définitivement déclarée lorsque la déclaration de Murman fut rapportée à l’empereur. « L’Armorique ne relève pas du pouvoir du roi franc, la loi appliquée par ce dernier ne doit pas y avoir cours. Murman est le chef légitime de ce territoire et refuse d’acquitter l’impôt au pouvoir franc », tel était le sens général du message confié à Witchaire. L’application de la loi, le paiement de l’impôt à un pouvoir en charge d’un territoire apparaissent, de part et d’autre, au cœur du problème ici en cause, et ce faisant ce texte nous permet également de revenir sur le délicat problème institutionnel posé par l’installation et la présence en Gaule de populations venues de l’île de Bretagne.

6Les mentions des événements connus en 818 sont nombreuses, souvent annalistiques, témoignant de l’intérêt des contemporains pour ce qui se déroula. Mais le témoignage le mieux informé est celui d’Ermold le Noir, texte célèbre, maintes fois commenté et critiqué. Ermold adressa ce poème de 2 649 vers à son prince, l’empereur Louis, afin de rentrer en grâce et de retrouver la douceur de l’Aquitaine que tous deux chérissaient. La forme poétique lui permit d’user d’une langue précieuse et raffinée. Il n’en devait pas pour autant oublier de faire que son propos soit précis et juste, entre autres par le vocabulaire utilisé, dans le déroulement des faits racontés et des notions développées. Une approximation quelconque pouvait lui faire craindre la colère renouvelée de « César tonnant » et les sarcasmes de la cour. Sans nier qu’il fasse ici œuvre de courtisan soucieux de flatter, ne pensons pas qu’il n’a pas pu être fasciné par l’homme et le prince à qui il s’adressait. Car ce texte, érudit et élégant, témoigne aussi d’une compréhension fine et pénétrante du projet proposé par Louis. Et s’il nous expose indéniablement la vision franque sur le conflit existant avec les Bretons, il n’en demeure pas moins que cela est riche d’enseignements.

7Dans ce poème, Ermold consacra 501 vers (soit un livre) à ce qu’il nomma De aremorico bello (« La guerre d’Armorique »), titre qui se voulait une allusion discrète mais délibérée à un autre César qui, lui, avait su vaincre l’ensemble des Gaules. Discrète peut-être, car ce dernier n’était pas comme Louis miles et servus du Christ. À titre de comparaison, Ermold relata un événement important dans la vie de l’empereur (son sacre, en 816) en 285 vers. Cette longue description de la situation en Bretagne en 818 fut pour lui digne de grand intérêt car susceptible de montrer la grandeur de son « héros » confronté à des difficultés dans l’exercice de sa potestas, mais dans le même temps Ermold, voulant raconter ce qui se jouait alors, devait nécessairement décrire les réalités de ce territoire.

  • 5 Ermold le Noir, Poème…, op. cit., vers 1264-1271, vers 1269 : Arva capit prorsus atque tributa par (...)

8Dès les premières lignes du livre III de son poème, il entendit rappeler la façon dont les Bretons s’installèrent en Armorique. Ce fut un peuple chrétien qui arriva par la mer, à la recherche de champs à cultiver et conscient qu’il faudrait acquitter des impôts à ceux qui habitaient cette contrée, les Gaulois (Galli)5.

9Il sous-entendait ici la vision de migrants, informés des usages et des pouvoirs (légitimes) ayant cours dans la région qu’ils abordaient. Ce qu’étaient, en effet, nécessairement les Bretons vivant jusqu’alors dans un territoire (même imparfaitement ?) romanisé et pour ceux d’entre eux qui étaient de condition libre, citoyens romains depuis l’édit de 212.

  • 6 On se reportera aux belles pages écrites à ce propos par Olivier Guillot dans O. Guillot, Yves Sas (...)

10En outre, cette installation première et massive des Bretons se fit, pour lui, sous le gouvernement impérial de Rome, soit avant 476. Pourquoi ce rappel du passé romain ? Parce qu’il voulait considérer (et il exposait ainsi la vision développée au Palais franc) que ces accords initiaux demeuraient valides et légaux et devaient déterminer le statut des Bretons en Gaule encore à l’époque où il écrivait. Indéniablement les rois francs se considérèrent et furent considérés comme les héritiers et les détenteurs légitimes de la Puissance publique romaine. Dès la cérémonie qui se déroula à Tours en 508, au retour de la bataille de Vouillé, où Clovis triomphant fut revêtu des insignes du consulat, le roi franc put prétendre à exercer une auctoritas et une potestas « romaines » sur l’ensemble du territoire de la Gaule6 et les Bretons ne relevèrent plus du pouvoir des Galli mais des Francs. Cette légitimité ne pouvait que prendre encore un peu plus d’ampleur dès lors que les rois francs furent investis de l’imperium à partir de la Noël 800. L’empire « renaissant » donnant toute sa force aux lois, institutions et droits connus sous la romanité. L’usage redondant du qualificatif de César pour nommer Louis le Pieux était aussi une façon pour Ermold de réaffirmer les pouvoirs attachés à cette qualité impériale et romaine.

  • 7 User de ce terme lui permettait, en outre, de ne pas avoir à aborder le délicat problème des front (...)

11Il n’était ainsi nul besoin de rappeler que l’installation des Bretons fut progressive car s’étendant, pour ce que nous en savons, de la fin du iiie siècle au milieu du vie siècle, et nécessairement discontinue durant ces trois siècles. Car ce qui fondait les droits et les devoirs des Bretons en Gaule (et donc le juste droit de l’empereur Louis) reposait, pour les Francs dont Ermold n’était que le porte-parole, sur ce statut initial. En outre, il est bien significatif du raisonnement qui était sien qu’il préféra le nom d’Armorique pour qualifier ce territoire et non celui de Bretagne. Il voulait ainsi marquer le statut « romain » de cette terre même si les Bretons (à l’instar des Francs pour la Gaule) lui avaient « donné » leur nom, et cela dès l’époque mérovingienne comme l’atteste l’œuvre de Grégoire de Tours7.

  • 8 Annales regni Francorum, version Annales d’Eginhard, éd. Georg-Heinrich Pertz revue par Friedrich (...)

12Cette réalité institutionnelle, héritage de la romanité, apparaît de même toujours suggérée dans les Annales royales à l’année 786 : pour justifier la campagne militaire franque menée cette année-là, il fut rappelé que les Bretons avaient occupé les regiones des Coriosolites et des Vénètes mais qu’ils furent assujettis au tribut par les rois francs même s’ils avaient l’habitude de s’en acquitter à contrecœur8.

  • 9 Ermold le Noir, Poème…, op. cit., vers 1276-1277 : « Lancea pro censu, munus pro rure duelli, redd (...)
  • 10 Ibid., vers 1278-1281 et vers 1314-1317.

13Ces résistances perduraient à l’époque d’Ermold, comme en témoigne le constat dressé par l’empereur : « La lance pour le cens, le don de la guerre pour la terre, la bouffissure d’orgueil pour la bonté9. » Ce qui signifie que l’on eût attendu d’eux, du côté franc, une autre attitude, plus en rapport avec les accords initialement conclus et la jouissance qui leur était accordée de terres désormais sous le pouvoir des Francs. Le scandale résidait, en outre, pour le prince dans le fait que ce peuple qui déclarait la guerre aux Francs était une « nation pérégrine » qui cultivait « sa » terre sans contrepartie (gratis)10. Par ces mots, Ermold entendait exposer la situation présente : les droits de l’empereur sur ce territoire et ses habitants, le non-respect du droit par les Bretons, en l’occurrence le non-paiement de l’impôt dû amenant une situation de casus belli, et donc le châtiment nécessaire et juste. Pénétré de la conception carolingienne du pouvoir, l’obligation fiscale lui apparaissait sans doute capitale aux plans politique et symbolique.

14Aussi que peut-on avancer des informations fournies par ce texte quant aux prélèvements fiscaux revendiqués par le pouvoir franc ?

15Les termes relatifs à ce champ majeur de l’exercice d’un pouvoir sont, dans ces lignes, au nombre de trois : censum, tributa, munera.

  • 11 Jean-Marie Carrié et Aline Rousselle, L’Empire romain en mutation des Sévères à Constantin, 192-33 (...)
  • 12 Gregorii episcopi Turonensis libri historiarum decem, éd. Bernard Krush et Walter Levison, Hanovre (...)
  • 13 Ibid., livre V, § 26, p. 232.
  • 14 Sur ces problèmes, Joëlle Quaghebeur, « Structures politiques et institutionnelles de la Bretagne (...)

16Le mot censum suppose l’existence d’un cadastre et d’un registre de l’impôt, soit d’un recensement des hommes et des terres. Sous le gouvernement des Tétrarques (284 à 312-313 en Occident) l’un et l’autre firent l’objet d’une mise à jour. Ce système fiscal, d’une grande complexité, perdura en Gaule sans que nous puissions connaître ses modalités avec précision11. Mais à l’époque mérovingienne il est bien attesté dans les écrits de Grégoire de Tours12. Ainsi une mention de Waroch s’engageant vis-à-vis du roi Chilpéric, en 578, à lever l’impôt auprès des habitants du territoire de la cité de Vannes13 suggère que le chef breton aurait à s’aider de ce type de document afin de lui payer les tributa et tout ce qui était dû chaque année, si par ordre du roi il pouvait gouverner la civitas de Vannes. Les termes ici utilisés faisaient référence aux obligations du comte, fonction dont Waroch cherchait à être investi par le roi et dont son père Macliau, comes Britannorum, avait été paré14.

  • 15 Jean Durliat, Les finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (284-889), Sigmaringen, 1990, (...)
  • 16 Gregorii episcopi…, op. cit., livre VII, § 15, p. 336-37 : « Multos de francis qui tempore Childeb (...)

17Les tributa, souvent compris comme des « tributs » dus par des populations étrangères au monde franc, relevaient en réalité du système fiscal romain et furent connus depuis le Haut Empire ; toutes les terres payant le tributum soli15. Grégoire de Tours accusait, encore au vie siècle, un comte d’avoir soumis à l’impôt (tributum) des Francs qui jusque-là en étaient libres16.

18Il faut souligner tout l’intérêt de l’engagement de Waroch car il sanctionnait que la cité de Vannes (au sens de territoire et non de ville) continuait d’être soumise à l’acquittement de charges publiques au profit de la potestas royale franque à la fin du vie siècle.

  • 17 Malgré des combats d’une extrême violence durant une trentaine d’années, une fois la situation pac (...)
  • 18 Ce que relate Grégoire de Tours, Gregorii episcopi…, op. cit., livre X, § 9, p. 492 : « Sed in cap (...)

19Cette situation soulève un problème important et trop négligé : qu’en était-il, à cette époque, du statut juridique et des obligations fiscales qui en découlaient, des populations gallo-romaines vivant en Bretagne, soit les Armoricains précédents maîtres de cette terre ? N’oublions pas, en effet (si tant est que les Bretons aient obtenu des accommodements quant aux droits dus de leur part à la Puissance publique), qu’il demeurait sur ce territoire des hommes jouissant d’un statut juridique romain. Le régime de la personnalité des lois eut cours tout au long du haut Moyen Âge, garantissant le droit de chacun à être jugé selon sa loi, même après une conquête militaire victorieuse. Le cas de la Saxe étant certainement le plus porteur de sens de cette conception du respect des peuples17. On peut donc avancer qu’exista, durant le haut Moyen Âge, en Bretagne, une diversité juridique du statut des personnes, amenant probablement des obligations fiscales différentes pour chacune à l’égard du détenteur de la puissance publique. Mais les « Armoricains » sont un peu les oubliés de l’histoire bretonne, s’effaçant, dans les esprits, devant des Bretons qui investirent pourtant leur terre. Comment considérèrent-ils ces vagues successives d’émigrants ? Gardons-nous de penser qu’ils les accueillirent toujours comme des « frères » en difficulté. En 590, les notables de la civitas de Vannes, venus avec leur évêque, accueillir le duc Ebrachaire, représentant du roi Gontran, lui déclarèrent qu’ils n’avaient pas voulu nuire à l’utilitas de leurs « seigneurs rois » mais que « captifs des Bretons, ils étaient soumis à un joug très dur18 ».

20À l’extrême fin du vie siècle, il y avait encore des habitants de la péninsule (dans la civitas de Vannes en l’occurrence) qui ne se sentaient pas « bretons » et regardaient l’envoyé royal comme le représentant du pouvoir légitime pour cette cité, à qui ils auraient dû acquitter l’impôt, ce que le contexte troublé de l’époque leur avait probablement permis d’« oublier ». Il serait trop rapide de comprendre là un travestissement de la réalité par Grégoire, la scène l’impressionne sans doute pour des raisons précises qui nous échappent mais elle lui permet indéniablement de montrer le roi franc, défenseur des plus faibles et dispensateur de justice, vers lequel on sait se tourner lorsque l’on se sent opprimé.

  • 19 Cf. note 4 : « De tributis vero et censibus vel metallis, quicquid in eorum potestate exigi vel ha (...)

21Présents dans les déclarations de Murman rapportées par Ermold, les termes de censum et tributa confirment qu’il s’agissait encore en 818 d’impôts publics, toujours réclamés par le roi franc sur le territoire armoricain et aux hommes y vivant. Ces termes apparaissent mentionnés dans l’ordinatio imperii : « cens et tributs et mines » dont pourraient jouir, dans leurs royaumes respectifs, les souverains Pépin d’Aquitaine et Louis de Bavière. Réalités fiscales en relation avec l’exercice exclusif de la Puissance publique, elles étaient affectées à l’entretien de la maison de chacun de ces rois et la constitution de « dons » annuels dus à leur frère l’empereur19. La réponse de Murman à l’envoyé de l’empereur montre que cette conception était connue et comprise du roi breton, et que, dans le territoire qu’il voulait en son pouvoir, étaient donc préservées des réalités institutionnelles romaines perpétuées alors au sein du monde franc.

  • 20 Ermold le Noir, Poème…, op. cit., aux vers 1254, 1256, 1345, 1393, 1509, 1531, 1533, 1539, 1544, 1 (...)
  • 21 J. Durliat, Les finances publiques…, op. cit., p. 80 et 69-70.

22Enfin, Ermold utilise à douze reprises le terme de munera, preuve sans doute que celui-ci doit occuper une place tout à fait particulière dans son propos20. Dans l’Empire romain, les munera étaient des obligations (charges, offices) publiques imposées aux habitants des cités. L’impôt était exigible sous trois formes : en monnaie, en nature, en services. Ces derniers consistaient en magistratures pour les curiales, en sous-traitance de l’impôt pour les possessores, en prestation de travail pour les humiliores. La nourriture des chevaux, les vêtements, les vivres fournis à l’armée faisaient ainsi, par exemple, partie des munera, comme l’accueil des serviteurs de l’État en déplacement21. S’il est ardu de saisir avec certitude le sens donné à ce mot dans ses diverses occurrences par Ermold, dans quelques cas il convient d’examiner l’usage qu’il semble avoir voulu en faire.

23Ainsi aux vers 1344-1345, il rappela que Witchaire connaissait Murman car il possédait à proximité des frontières du roi breton un pouvoir (opes) concédé comme munera par César. Il pouvait s’agir de son honor de missus ou d’abbé auquel était nécessairement attachée la jouissance de biens publics.

  • 22 Ermold le Noir, Poème…, op. cit., vers 1392-1393 : « Proprium te mittet ad arvum et majora tibi mu (...)

24À cette acception du terme munera, il faut joindre les propos de Witchaire faisant entrevoir au roi breton que s’il se réconciliait avec l’empereur, celui-ci l’enverrait sur sa « propre terre » et lui donnerait des munera plus grands22. La « terre de l’empereur » ne pouvait que qualifier les biens du Fisc, et détenteur (c’est-à-dire gestionnaire mais pas propriétaire) de ce type de biens, Murman se devrait d’acquitter des droits fiscaux supplémentaires et particuliers. Il était donc ici proposé à Murman d’intégrer la hiérarchie des hauts fonctionnaires de l’État carolingien.

  • 23 « Non memorat jurata fides, seu dextera Francis saepe data et Carolo servitia exhibita. »
  • 24 Annales regni Francorum…, op. cit., p. 109.

25Mais la mention de « plus grands » (majora) suggère, en outre, qu’il était déjà dans cette situation de contrôle de bien du Fisc. Car comment comprendre, en effet, les vers 1566-1567, « La foi jurée est oubliée, de même que la main droite souvent donnée aux Francs et les services qui ont été rendus à Charles23 » ? sinon comme le fait que Murman fut, sans doute, au nombre des duces bretons mentionnés par les Annales royales en 799, qui « se donnèrent » (se dediderant) au roi Charles après que ses armées victorieuses les eurent écrasés et lui firent parvenir leurs épées sur lesquelles avait été gravé leur nom24.

26Ce que l’on sait des pratiques politiques carolingiennes permet d’envisager qu’après la guerre, le roi franc proposa l’apaisement, c’est-à-dire qu’il investit les chefs bretons de responsabilités au sein de l’Empire et naturellement en Bretagne. Ils détenaient désormais leurs pouvoirs (et leur honor) de Charles et à ce titre lui devaient obéissance mais surtout devaient faire remonter vers lui tout ce qui relevait de l’exercice de la puissance publique, soit, entre autres, la perception des impôts connus depuis l’époque romaine. Jusqu’alors les Bretons avaient-ils joui d’une liberté relative qui les en dispensait ? Cela est probable car les Carolingiens durent restaurer, dans le regnum Francorum, la potestas royale mise à mal sous les derniers Mérovingiens par des ambitions nobles amenant une désorganisation institutionnelle. Mais désormais, les nobles bretons avaient engagé leur foi à l’égard du roi et de Dieu, ce que sous-entendaient les mots d’Ermold suggérant une prestation de serment et peut-être une commendatio, c’est-à-dire une investiture officielle des charges qui étaient leurs sur ce territoire. S’ils trahissaient, ils seraient dits per fides, et reniant la foi jurée devant Dieu susceptibles d’une punition bien plus redoutable, entre autres la venue en personne de leur dominus qui les châtierait par la guerre.

27Mais cette brève étude ne voulait pas avoir la prétention de résoudre des problèmes délicats, car relatifs à l’impôt au haut Moyen Âge, mais bien plus de les souligner et de mesurer ainsi le chemin restant encore à parcourir pour l’historien. Car que nous fait entrevoir le témoignage d’Ermold de la Bretagne de cette époque ?

28On pouvait penser, de façon logique, que l’Armorique à l’instar du reste de la Gaule avait été organisée selon les institutions, entre autres fiscales, connues dans le reste du monde romain. Les témoignages successifs de Grégoire de Tours puis du moine aquitain (originaires tous deux d’une région frontalière d’avec le monde breton et donc bien documentés) révèlent des réalités institutionnelles qui vont dans le sens de ce postulat. Les termes qu’ils utilisent étaient compris des populations bretonnes car ils ordonnaient leur vie quotidienne. Mais il est sans doute plus troublant qu’il nous faille envisager que ces impôts réclamés nécessitaient une capacité à les percevoir, c’est-à-dire des infrastructures permettant de s’acquitter de cette charge (registres mis à jour, recensement de populations, etc.).

  • 25 Noël-Yves Tonnerre a fait remarquer que « le développement des ran est […] lié […] aussi à des str (...)
  • 26 J. Durliat, Les finances publiques…, op. cit., p. 16 sq.

29Les questions ici soulevées devraient faire que soit reprise, sans a priori, l’étude des ran25. Souvent présentés comme une spécificité bretonne, ils mériteraient d’être confrontés, par exemple, à l’existence du jugum, à la base du recensement fiscal romain26.

30En outre, loin d’être une population « barbarisée », les Bretons et leurs chefs furent regardés par les deux auteurs cités comme parfaitement au fait d’institutions complexes et détenteurs d’une culture politique de qualité. Il eût été tentant de les décrire comme de bons (ou vraiment mauvais) sauvages… Le traitement qui leur fut réservé, par ceux qui se considéraient comme appartenir au camp « adverse », est ainsi particulièrement intéressant.

  • 27 Ermold le Noir, Poème…, op. cit., vers 1576-1577, nam invitus agam (« j’agirai à contrecœur ») déc (...)
  • 28 « Nam post, dante Deo, quam regna paterna recepi imperiique decus, plebe petente simul, hunc ex pa (...)

31Les différents discours prononcés par Murman, entre autres alors qu’il s’apprêtait, avec courage, à partir au combat, apparaissent, si l’on suit ce qu’en relate Ermold, empreints de grandeur et d’idéalisme mais aussi d’une culture savante. L’image paradoxale qui nous est donnée ici doit nous faire penser que tel était Murman car un « ennemi » aurait dû se plaire à le dépeindre de façon bien différente… La vie à la cour du roi breton était digne du rang qu’il occupait dans l’empire et s’organisait selon une étiquette précise (d’où l’attente du missus Witchaire après qu’il eût demandé à être reçu, les rites lors de l’entrée de l’épouse du roi, etc.), Sa domus était décrite par Ermold comme opulente, splendide (opima). De même Murman était-il parfaitement apte à discuter avec l’émissaire impérial, un homme aux savoirs multiples (en quelle langue s’exprimèrent-ils ?) car le roi avait reçu, grâce à sa naissance, une éducation de qualité. Naissance qui lui avait permis grâce à la fidélité promise à Charles de se voir reconnaître par le carolingien la dignité royale. Celle-ci d’ailleurs ne lui apparaît pas contestée, ce qui lui est reproché, à diverses reprises, est la façon dont il s’acquitte de cette charge et qui fondamentalement l’écarte de la communauté chrétienne c’est-à-dire de l’empire, l’empêchant d’assurer sa mission fondamentale, guider son peuple vers le Salut éternel. Mais le nombre d’ambassades qui lui furent adressées attestent que cette campagne embarrassait l’empereur car il allait faire la guerre à un homme qui, depuis de nombreuses années, avait peut-être respecté la parole donnée à son père, Charles27. Un homme dont le tort était peut-être, aussi, de n’être pas venu, depuis janvier 814, chercher la confirmation de son investiture auprès du nouvel empereur. Cette délicate situation institutionnelle est suggérée aux vers 1332-1335 : « En effet, depuis que par le don de Dieu, j’ai reçu les royaumes paternels et l’ornement du pouvoir impérial, à la demande dans le même temps de la plèbe, j’ai supporté la conduite de cet homme, en la voilant, dans l’attente qu’il se montre, par chance, fidèle et veuille demander nos lois28. » En outre, la proclamation récente de l’ordinatio imperii ne pouvait que remettre en cause le statut de Murman et celui de la Bretagne, ou du moins en nécessitait une redéfinition.

32Car le titre de rex donné par Ermold à Murman pose peut-être le problème le plus délicat soulevé par ce texte. La nature et l’état des institutions décrites dans les lignes qui ont précédé, interdit de penser que la royauté de Murman n’avait pas fait l’objet d’un aval des Francs, soit d’une investiture officielle. Ce que voulait rappeler les mots de « foi jurée », de « main droite donnée aux Francs » et les « services rendus ». Ce que le marchio Lambert sanctionnait d’ailleurs, lors de son rapport préliminaire, en donnant à Murman le titre de rex qui était sien.

  • 29 Loup de Ferrières, Correspondance, éd. et trad. Léon Levillain, Paris, 1964, 2 vol., t. II, lettre (...)
  • 30 Le titre de subregulus Britannorum lui est donné dans les Annales de Redon, cf. Aliud chronicon ej (...)

33Cela pourrait signifier que, tout comme il l’avait tenté en Bavière, Charlemagne avait, à l’extrême fin du viiie siècle ou à l’aube du ixe siècle, reconnu en Bretagne la dignité royale à une lignée noble locale, si puissante et fédératrice qu’elle pouvait revendiquer cette responsabilité. Mais cette famille royale ne pouvait être comprise par le pouvoir carolingien que comme assurant une royauté « subordonnée ». Hiérarchiquement reconnu par l’empire, son regnum étant partie intégrante du regnum Francorum, Murman était regardé dès lors comme l’un de ses serviteurs et à ce titre susceptible d’être châtié s’il ne s’acquittait pas de sa mission. Les reproches qui lui sont faits par Ermold, la peinture du mauvais prince qu’il est devenu ne sont pas sans rappeler la teneur de la lettre adressée à Nomenoe à l’issue d’une rencontre de grands prélats des Gaules en 85029. Comme si Murman avait joué auparavant un rôle identique pour la Bretagne et les Bretons. Car si Nomenoe ne fut pas investi du titre royal, son pouvoir s’apparentait bien à celui d’un roi subordonné30. Son investiture en 831, en qualité de missus imperatoris, marquerait, dans cette hypothèse, l’étape ultime de la réconciliation de son lignage avec celui des Carolingiens et sanctionnerait la confiance profonde sur laquelle savait pouvoir s’appuyer Louis le Pieux confronté à une grave sédition de la noblesse impériale. L’honor suprême confié à Nomenoe étant à la mesure du sens de l’honneur que l’empereur connaissait à la lignée bretonne.

34En effet, la curieuse situation institutionnelle connue en 851, peu après la mort de Nomenoe, où l’on voit Erispoe agir de concert avec Salomon, puis ce dernier être chargé, en 852, du tiers de la Britannia par le Carolingien, permet d’avancer qu’ils détenaient tous deux des droits légitimes à revendiquer le pouvoir en Bretagne. Si l’on envisage que Nomenoe, qui avait été nutritor de Salomon, était le frère (et non pas le beau-frère, comme cela a été suggéré) de la mère de ce dernier, cette dévolution du pouvoir breton prend un sens. La généalogie ainsi reconstituée justifiant qu’après la disparition de Nomenoe, les droits sur la Bretagne des deux héritiers et cousins, Erispoe et Salomon, semblaient au regard des Francs équivalents et égaux. Il faut donc envisager qu’ils descendaient tous deux d’un homme qui avait légitimement détenu la dignité royale de la Britannia, Murman leur grand-père ou arrière-grand-père à tous deux.

  • 31 Cet effacement d’un ancêtre prestigieux – qui ne signifiait pas l’oubli dans la mémoire de ses des (...)

35Dès lors le silence absolu des sources quant aux origines de Nomenoe, fils ou petit-fils de celui qui avait servi Charlemagne puis Louis le Pieux et qui avait été châtié pour avoir trahi sa foi, prendrait tout son sens. Car la fonction éminente confiée à Nomenoe, la confiance absolue de l’empereur, jamais trahie, les pouvoirs considérables abandonnés au Breton sur une terre longtemps insoumise, la volonté postérieure de conclure une alliance matrimoniale entre les deux lignages, indiquent la qualité d’un sang et un haut niveau de culture que seul un milieu, la noblesse, pouvait détenir mais également une proximité ancienne des deux lignées royales. Pourquoi, même en Bretagne, les textes contemporains omirent-ils toujours de préciser l’origine du lignage de celui qui prépara son fils à devenir roi de Bretagne ? Et comment justifier qu’un nomen royal – Murman – disparut du stock onomastique de la noblesse bretonne de l’époque carolingienne31 ?

36Les images successives de Waroch puis du roi Murman attestent, pour la Bretagne du haut Moyen Âge, des contacts étroits avec le monde franc ainsi que des alliances politiques et militaires (songeons, par exemple, au voyage du roi Judicael auprès du roi Dagobert ou à la reine Frédégonde envoyant des troupes, destinées à le soutenir, à Waroch). Les rares sources encore à notre disposition révèlent, en outre, ce qu’étaient les institutions connues sur le territoire de l’ancienne Armorique. Loin d’y avoir apporté quelques pratiques « exotiques » car venues d’outre-Manche, les Bretons y préservèrent, comme on le fit ailleurs en Gaule, un legs ancien qui faisait que la Bretagne ne pouvait qu’être considérée par les Francs, détenteurs de la Puissance publique de tradition romaine, que comme partie intégrante du regnum Francorum. Ce qui fut la revendication redondante dans toutes les sources franques d’époque carolingienne.

37Point n’était donc besoin de « conquérir » ce territoire, si campagne militaire il y avait à mener, il s’agissait bien plus d’une guerre destinée à faire respecter la potestas détenue légitimement par les rois francs et à ramener des hommes au respect de ce qui avait été convenu auparavant par des traités. Le problème du statut initial des Bretons parvenant et s’installant en Armorique est ici posé avec une particulière acuité et il conviendra de le traiter.

38En 818, le refus du roi breton de payer l’impôt dû apparaît indéniablement, au travers du texte d’Ermold, comme un casus belli pour le prince franc car il sanctionne, outre le mépris d’institutions anciennes et du Droit, l’oubli impardonnable d’engagements pris devant Dieu. Ce que Louis le Pieux ne pouvait tolérer de la part d’un roi à qui avait été confié le salut de son peuple et dont la terre était une parcelle de l’empire. Aussi le châtiment fut-il terrible et la noblesse bretonne, vaincue et sans chef désormais, dut-elle plier et promettre service et fidélité au prince.

39Il ne faudrait pas en conclure qu’elle refusa, a priori, cette relation politique. Comment expliquer, en effet, quelques années plus tard, la foi jurée par Nomenoe à Louis, dont les armées avaient pourtant amené la peur et la mort en Bretagne ?

40Les quelques exemples donnés dans ces pages ont ainsi voulu montrer que doit être considérablement nuancée, pour le haut Moyen Âge, l’image de relations entre le monde franc et la terre bretonne uniquement faites de violences, de guerres et de révoltes. Elles furent aussi, et peut-être bien plus, empreintes de confiance mutuelle et de la gloire de servir dans l’honneur et la fidélité.

Notas

1 « Ce ne sont pas ses champs que je cultive, ce ne sont pas ses lois que je veux. Murman tient, selon les règles, le gouvernement breton, refuse le cens et le tribut. » Soulignons que le verbe usité à Rome par les tribuns de la plèbe pour s’opposer à une proposition était celui de veto, de même celui de volo était-il présent dans la formule qui voyait proposer au peuple une loi, etc. Ermold eut donc le souci de rapporter un discours de Murman qui s’inscrivait dans une dimension juridique et romaine.

2 Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin, éd. et trad. Edmond Faral, Paris, 1964, v. 1520-1521 et 1556-1559.

3 Comme l’ont montré les travaux d’Hubert Guillotel et Jean-Pierre Brunterc’h, notamment dans La Bretagne des saints et des rois, ve-xe siècle, en collaboration avec André Chédeville, Rennes, 1984 et « Le duché du Maine et la marche de Bretagne », La Neustrie, les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Sigmaringen, 2 vol., t. 1, 1989, p. 29-127.

4 Sur le sens et la portée de ce texte, J.-P. Brunterc’h (dir.), Archives de la France, t. I : Jean Favier (dir.), Le Moyen Âge, ve-xie siècle, Paris, 1994 : l’ordinatio imperii, p. 226-231 ; Capitularia regum francorum, éd. Alfred Boretius, Hanovre, 1883, t. I, n° 136, p. 270-273.

5 Ermold le Noir, Poème…, op. cit., vers 1264-1271, vers 1269 : Arva capit prorsus atque tributa parat, usera d’ailleurs toujours du singulier pour rapporter les actions de ce peuple et ne citera jamais « les Bretons ». Ermold décrivit cette arrivée avec précision en rappelant le type de bateau utilisé – ponto – soit un bateau marchand romain, peut-être d’origine gauloise. Bien loin des barques de pierre… Peut-être était-ce, en outre, une façon pour lui de regarder ce peuple d’une façon différente des Hébreux, peuple élu par Dieu – comme les Francs – et qui jouissait de son amor, devant qui la mer s’ouvrit, ce qu’il rappelait aux vers 972-973 de son poème.

6 On se reportera aux belles pages écrites à ce propos par Olivier Guillot dans O. Guillot, Yves Sassier et Albert Rigaudière, Pouvoirs et institutions dans la France médiévale, 2 vol., Paris, 1994, t. I, p. 62.

7 User de ce terme lui permettait, en outre, de ne pas avoir à aborder le délicat problème des frontières délimitant le territoire sous l’autorité effective des Bretons.

8 Annales regni Francorum, version Annales d’Eginhard, éd. Georg-Heinrich Pertz revue par Friedrich Kurze, Hanovre, 1895, (MGH), p. 73.

9 Ermold le Noir, Poème…, op. cit., vers 1276-1277 : « Lancea pro censu, munus pro rure duelli, redditur hospitibus pro pietate tumor. »

10 Ibid., vers 1278-1281 et vers 1314-1317.

11 Jean-Marie Carrié et Aline Rousselle, L’Empire romain en mutation des Sévères à Constantin, 192-337, Paris, 1999, p. 593-607, 604.

12 Gregorii episcopi Turonensis libri historiarum decem, éd. Bernard Krush et Walter Levison, Hanovre, 1937-1951 (MGH, Scriptores rerum merovingicarum) : le cadastre fut ainsi révisé, au temps de Grégoire, à Poitiers et à Tours, livre IX, § 30, p. 448-449.

13 Ibid., livre V, § 26, p. 232.

14 Sur ces problèmes, Joëlle Quaghebeur, « Structures politiques et institutionnelles de la Bretagne au temps de Grégoire de Tours », Les saints bretons du pays de Vannes, supplément au Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 2003, p. 11-38.

15 Jean Durliat, Les finances publiques de Dioclétien aux Carolingiens (284-889), Sigmaringen, 1990, p. 13 sq.

16 Gregorii episcopi…, op. cit., livre VII, § 15, p. 336-37 : « Multos de francis qui tempore Childeberthi regis seniores ingenui fuerant, publico tributo subegit. » De même, il niait la réalité des tributa dus par les habitants de Tours (cf. note 13).

17 Malgré des combats d’une extrême violence durant une trentaine d’années, une fois la situation pacifiée, Charlemagne fit mettre par écrit la loi des Saxons en 802-803.

18 Ce que relate Grégoire de Tours, Gregorii episcopi…, op. cit., livre X, § 9, p. 492 : « Sed in captivitate Britannorum positi, grati jugo subditi sumus. »

19 Cf. note 4 : « De tributis vero et censibus vel metallis, quicquid in eorum potestate exigi vel haberi potuerit, ipsi habeant » (« Au sujet des tributs et des cens ou des mines, qu’ils aient tout ce que leur potestas exigera ou aura »). On peut avancer que ces droits étaient une façon de faire remonter au Trésor impérial une partie des recettes fiscales.

20 Ermold le Noir, Poème…, op. cit., aux vers 1254, 1256, 1345, 1393, 1509, 1531, 1533, 1539, 1544, 1657, 1698, 1704.

21 J. Durliat, Les finances publiques…, op. cit., p. 80 et 69-70.

22 Ermold le Noir, Poème…, op. cit., vers 1392-1393 : « Proprium te mittet ad arvum et majora tibi munera forte dabit. »

23 « Non memorat jurata fides, seu dextera Francis saepe data et Carolo servitia exhibita. »

24 Annales regni Francorum…, op. cit., p. 109.

25 Noël-Yves Tonnerre a fait remarquer que « le développement des ran est […] lié […] aussi à des structures agraires depuis longtemps mises en place » et qu’ils apparaissaient, dans le cartulaire de Redon soumis à des redevances, comme le montre l’expression sine censi et tributo. En outre, leur superficie semblait être souvent identique. N.-Y. Tonnerre, « Les exploitations rurales dans la Bretagne du ixe siècle d’après le cartulaire de Redon », Élisabeth Magnou-Nortier (dir.), Aux sources de la gestion publique, 2 vol., t. I : Enquête lexicographique sur fundus, villa, domus, mansus, Lille, 1993, p. 71-84, 76-77 et 79.

26 J. Durliat, Les finances publiques…, op. cit., p. 16 sq.

27 Ermold le Noir, Poème…, op. cit., vers 1576-1577, nam invitus agam (« j’agirai à contrecœur ») déclare l’empereur à propos de la terrible guerre qu’il lui promet, dans un dernier message adressé à Murman.

28 « Nam post, dante Deo, quam regna paterna recepi imperiique decus, plebe petente simul, hunc ex parte tuli, operiens si forte fidelis adforet, et nostra quaerere jura velit. »

29 Loup de Ferrières, Correspondance, éd. et trad. Léon Levillain, Paris, 1964, 2 vol., t. II, lettre 81 ad Nomenoium, p. 56-65.

30 Le titre de subregulus Britannorum lui est donné dans les Annales de Redon, cf. Aliud chronicon ejusdem Montis quod jure Armoricum aut Andegavense dixeris, éd. Philippe Labbé, Novae Bibliothecae manuscriptorum, t. 1, Paris, 1657, p. 349-350.

31 Cet effacement d’un ancêtre prestigieux – qui ne signifiait pas l’oubli dans la mémoire de ses descendants – a été remarqué en Saxe dans le cas de Widukind qui avait défié Charlemagne, et dont le nomen disparut au ixe siècle chez ses héritiers. Karl Schmid, « Die Nachfahren Widukinds », Deustches Archiv für die Erforschung des Mittelalters, 20, 1964, p. 1-47.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540