Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sherlock Holmes, un nouveau limier pour le XXIe siècle

 | 
Hélène Machinal
, 
Gilles Menegaldo
, 
Jean-Pierre Naugrette

Quatrième partie. Variations cinématographiques

La figure de Watson dans les adaptations audiovisuelles

Olivier Cotte

Texte intégral

Introduction : Un personnage en cache un autre

  • 1 Les Aventures de Sherlock Holmes (1892) ; Les Mémoires de Sherlock Holmes (1894) ; Le Retour de She (...)
  • 2 Parmi les premières relectures et pastiches, citons Mark Twain qui fait découvrir le Far West à Ho (...)

1Le nom de Sherlock Holmes est célèbre. On le trouve dans les trois premiers recueils1 et il est associé à nombre d’adaptations cinématographiques et de pastiches écrits ou tournés2. Il est lié au personnage principal de la série des 56 nouvelles et 4 romans du Canon ainsi qu’à toutes ses déclinaisons, et on sait qu’elles sont nombreuses. Il s’agit des aventures (ou enquêtes) de Sherlock Holmes, mais non des aventures de Sherlock Holmes et du Dr Watson. Dès l’écriture du Canon, le personnage principal est clairement désigné.

2En termes d’écriture, un personnage unique pose problème au romancier ou au scénariste. Bien sûr, il existe des moyens narratifs permettant d’amener le public à appréhender son psychisme ou comprendre sa personnalité, à partager ses pensées. Il est possible, par exemple, d’utiliser une voix off, d’ajouter un commentaire, ou de jouer plus sûrement sur les actions : ce dernier point est l’un des procédés les plus classiques du polar. Mais les enquêtes de Holmes sont bien antérieures à ce genre et possèdent une forme plus classique.

3Les commentaires, descriptions, appréciations des pensées et humeurs de Holmes sont fournis par un autre personnage qui autorise de plus l’utilisation de dialogues. Ce rôle échoit au Dr Watson, personnage secondaire par excellence. Sa fonction est cruciale : Watson, parce qu’il témoigne des aventures à la première personne, permet non seulement de pénétrer l’individualité de Holmes d’une manière directe, humaine et vécue, mais aussi de donner l’illusion que les récits rapportés sont réels. Il est notre témoin des événements et cette approche a grandement contribué à établir la croyance selon laquelle Holmes est non un personnage de fiction mais un enquêteur ayant eu une existence historique.

  • 3 Dans Encyclopedia Mysteriosa, 1994, W. L. DeAndrea.

4Le rôle de Watson ne s’arrête pas là. Par son métier (médecin) et son expérience du terrain (militaire), il offre une aide logistique à Holmes. La nécessaire différence de personnalité et de savoir, comme la complémentarité de leurs champs, permettent un salutaire contrepoint. Selon William L. DeAndrea3, Watson suscite également une catalyse du processus mental de Holmes : par ses remarques insignifiantes, ses questionnements émergeant à des moments importuns, il déclenche les déblocages de la pensée du détective. Enfin, le récit offert par Watson nous offre un support d’identification (difficile à effectuer avec Holmes qui, malgré la fascination que l’on peut ressentir au spectacle de son génie, est trop froid voire antipathique), et joue le rôle de candide émerveillé.

5On le comprend, la combinaison de tous ces rôles le rend indispensable. L’importance du personnage littéraire devrait logiquement se retrouver dans les adaptations audiovisuelles, autant par pur pragmatisme narratif (pourquoi se compliquer la tâche à inventer une autre recette lorsque la première fonctionne ?) que par respect pour l’œuvre originale. Or ce n’est pas le cas. Ou en tout cas, pas toujours.

6Selon les époques, le rôle de Watson change. Ces changements ne suivent pas une logique particulière, ils ne sont pas très inspirés par les événements historiques du moment de la production, ni même par une utilisation politique ou philosophique consciente ou non, comme cela peut se produire dans le cas d’autres personnages qui ont pu ainsi être instrumentalisés (les super-héros l’ont souvent été par exemple). Le catalogue des variations du personnage de Watson peut donc être construit sur une base de traits de caractère que l’on retrouve à diverses époques et pays.

Le Watson occulté

  • 4 1914, réalisé par Rudolf Meinert.
  • 5 1915, réalisé par Rudolf Meinert.

7En premier lieu, le personnage de Watson est absent des adaptations liminaires : les films de très courte durée et à la mise en scène proche du théâtre des premiers temps du muet ne mettent en scène que Sherlock Holmes, souvent de manière rudimentaire par ailleurs. C’est également le cas dans Detektiv Braun4 ou Der Hund von Baskerville5. Le fait est d’importance : on a d’abord tenté d’éliminer purement et simplement le personnage secondaire. Si l’on considère qu’ils constituent les deux personnages les plus récurrents (on peut mettre Lestrade et Moriarty de côté), force est de constater que la coupe est sévère. Le processus de simplification propre à l’adaptation cinématographique a sans ambages fait disparaître l’un des personnages principaux. Et il est vrai, que si l’on considère le rôle de chroniqueur tenu par Watson dans les écrits, on peut estimer que l’image cinématographique par sa présence tangible à l’écran peut justifier de se débarrasser de cette voix littéraire passive qui ne constitue pas toujours un procédé cinématographique élégant, le cinéma étant d’abord un art de l’image qui raconte.

Le Watson balourd

  • 6 C’est le cas de passages de The Private Life of Sherlock Holmes (Billy Wilder, 1970) ou Young Sher (...)
  • 7 Sherlock Holmes (2009) et Sherlock Holmes: A Game of Shadows (2011).

8Mais rapidement, Watson va cependant être rapidement réintroduit car, un duo fonctionne toujours de manière plus efficace qu’un personnage isolé. Le récit rétrospectif et surtout passif, pouvant – et même devant – être évité dans les adaptations, à quelques exceptions près6, on aurait pu imaginer que Watson prendrait une part plus active au récit. Mais ce serait compter sans le fait qu’il s’agisse d’éviter qu’il ne marche sur les plates-bandes de Holmes : le héros doit rester unique et clairement défini ; c’est sur ce point que les longs-métrages de Guy Ritchie7, en aménageant le Canon, brisent cette hiérarchie. Pour éviter de se retrouver avec deux personnages principaux, on a souvent fait de Watson un subordonné, le rétrogradant parfois de personnage secondaire à sous-fifre. Et à ce jeu, tous les moyens ont longtemps été bons pour le diminuer.

  • 8 1939-1946.

9C’est avec la série des Sherlock Holmes interprétée par Basil Rathbone et Nigel Bruce8 qu’un ensemble de conventions vont être établies. Nous y trouvons un concentré des modifications apportées par les scénaristes et producteurs pour hisser Holmes au rang de vedette, quitte à affubler Watson de quasiment tous les défauts. En premier lieu, son âge, qui introduit une bonne génération d’écart. Holmes semble deviser avec son père, voire une personne plus âgée encore. Les dialogues s’en ressentent forcément. L’émerveillement de Watson pour le génie de Holmes n’est plus teinté de l’espoir de parvenir un jour à l’égaler ; il fait montre au contraire du constat déprimant d’une différence insurpassable, proche de celle qu’un grand-père contemporain peut ressentir en face de son petit-fils qui le massacre au jeu vidéo. Ensuite la forme physique et l’entrain, qui découlent bien sûr de l’âge. Watson semble être uniquement désireux de rester tranquillement sur son canapé et geint dès qu’il s’agit de se déplacer, de prendre une part active, physique, à l’histoire. Pour finir, comme on met en avant l’esprit, la vivacité, le don de déduction de Holmes, et puisque Watson dans le Canon avait déjà le rôle de candide ayant toujours un petit temps de retard, on force le trait pour le placer clairement à l’opposé intellectuel du détective. Par ces transformations, Watson ne peut plus que tenir un rôle humoristique tant le décalage entre les deux personnages est considérable.

  • 9 «You’re really an automaton, a calculating machine […] there is something positively inhuman in yo (...)
  • 10 Cet acteur avait également créé de toutes pièces la fameuse phrase « Élémentaire mon cher Watson » (...)

10Ainsi, aux côtés d’un Basil Rathbone au visage sec et à l’esprit vif, le rondouillard Nigel Bruce, avec ses réflexions hors de propos, sa lenteur et ses erreurs, ses remarques finales dignes du pire abruti, assouplit l’atmosphère, apporte une touche humoristique. C’est le but recherché, et cela constitue une grande modification du Canon dans lequel il est difficile de trouver quoi que ce soit de drôle tant les récits sont souvent construits sur un fond grave, voire sordide. Toutes ces caractéristiques, en particulier la faiblesse intellectuelle de Watson n’ont, on l’a vu, que pour but de donner le beau rôle à Holmes. Mais à trop caricaturer, à vouloir trop jouer le classique duo des opposés, l’exercice de style accuse une certaine lourdeur. Watson est réduit à un bouffon (exemple, l’épisode où Watson est hypnotisé) dénué d’intérêt. Au point que l’on se demande quelles raisons peuvent bien empêcher Holmes de se débarrasser de ce boulet encombrant et gaffeur, si l’on excepte l’humanité et la gentillesse dont on sait pourtant que le détective n’est que très irrégulièrement pourvu. Dès lors, le spectateur ne pouvant plus s’identifier à Watson (qui dans une salle de cinéma veut vivre l’histoire à la place de l’idiot ?), et butant toujours sur la difficulté qu’il y a à s’identifier à une machine humaine9, en est contraint à reporter son intérêt sur l’enquête. Il mémorise les faits, tente d’évaluer les prémices et d’imaginer les développements. Le jeu est toujours présent, mais il a pris la première place, au détriment des deux personnages. En bref, en perdant l’intérêt dramatique que possédait le duo du Canon, et qui contribuait largement à l’originalité propre à l’œuvre de Doyle, les enquêtes se rapprochent de « Whodunits » classiques. Elles perdent de leurs spécificités. D’ailleurs, la majeure partie de la série de 14 films réalisée entre 1939 et 1946 est replacée à l’époque contemporaine, et les scénarios ne sont pas tant inspirés du Canon que des événements du moment, à savoir la Seconde Guerre mondiale. La relecture s’avère finalement profonde car le personnage originel de Sherlock Holmes est intimement lié au contexte historique de la fiction, à savoir l’âge victorien. C’est du reste d’une certaine manière ce qui constitue l’intérêt de la série car les adaptations précédentes avaient eu souvent tendance à coller au concept d’origine, et cette nouvelle façon d’aborder avec une certaine liberté l’univers dramatique de Doyle va faire école (et scandale). Tout comme le modèle de Watson incarné par Nigel Bruce : l’image du médecin accompagnateur lourdaud et stupide va s’imposer comme un stéréotype tenace, au même titre que les illustrations de Sidney Paget à la fin du XIXe siècle avaient établi le modèle de la silhouette et de l’allure du détective. On peut également penser à William Gillette jouant Holmes au théâtre à partir de 1899, qui, ayant opté pour une pipe Calabash afin de pouvoir déclamer son texte en la gardant en bouche, avait, sans le vouloir, persuadé le public qu’il s’agissait de la pipe distinctive du détective, quand bien même ce modèle n’existait pas du temps de la publication des premiers épisodes10.

  • 11 Barry Levinson, 1985.
  • 12 Bob Clark, 1979.

11C’est ainsi que l’on retrouve des Watson gros et lents dans Young Sherlock Holmes11, film visant un public surtout adolescent mais aux références bien tournées ; ou dans Murder by Decree12 dans lequel Watson est interprété par James Mason aux côtés de Christopher Plummer de vingt ans son cadet. Néanmoins, Mason, excellent acteur, s’écarte du modèle de Bruce grâce à son dynamisme et au rôle actif qu’il tient dans l’histoire.

  • 13 Sherlock Holmes, Andrey Kavun, Russia 1, 2013 (1 saison).

12Sur le même modèle, la Russie qui a toujours été très attirée par l’univers holmésien produit à partir de 2013 une série dans laquelle Holmes et Watson13 (Andreï Panine) ont 15 ans d’écart (Watson étant encore une fois le plus âgé). Cette série présente des adaptations du Canon, avec toutefois une certaine liberté. Le rideau de fer étant tombé depuis quelque temps, le style occidental influence bien davantage le développement scénaristique que lors des adaptations d’avant 89. L’idée de cette série est lancée en 2009 un peu avant la sortie du premier long-métrage de Ritchie, mais la production prenant du retard, le ton est modifié en conséquence, s’inspirant de la dramaturgie décomplexée de la réécriture américaine.

Le Watson presque fidèle

13Parfois, le personnage reste assez conforme à l’original. Par exemple, le tout dernier film muet relatant les aventures de Sherlock Holmes, une autre version de Der Hund von Baskerville, réalisée par Richard Oswald en 1929, se réfère assez scrupuleusement au Canon. George Seroff y joue Watson, l’un de ses derniers rôles car l’acteur meurt la même année.

  • 14 Шерʌок Хоʌмс и доктор Ватсон, réalisée par Igor Maslennikov de 1979-1986.

14L’une des plus fidèles adaptations du Canon est russe. Les Aventures de Sherlock Holmes et du Docteur Watson14 comporte 11 épisodes (en fait, 5 saisons de 2 à 3 téléfilms qui constituent chacune une histoire, souvent élaborée à partir de deux nouvelles du Canon entremêlées). Le résultat est d’une si grande qualité que le Royaume-Uni le loue, et Vassili Livanov reçoit l’Ordre de l’Empire britannique pour son interprétation de Holmes. Watson, interprété par Vitali Solomine, est de la même trempe, voire, selon certains, la véritable vedette de la série. Il est très juste, d’une stature militaire, sérieux, et possédant un réel magnétisme qui lui permet de communiquer bien davantage d’émotions que dans le cadre d’autres adaptations. Pour la petite histoire, une information a été modifiée afin de ne pas déconcerter le public russe : le lieu où Watson a effectué son service, l’Afghanistan, devient « des colonies de l’Est », la région d’origine étant au moment de la diffusion envahie par l’armée soviétique.

  • 15 Adaptant 42 des 60 récits du Canon en 41 épisodes (1984 à 1994).

15La série Granada15 est assez exemplaire (Baker Street est reconstruit à l’échelle dans les studios Granada de Manchester, elle deviendra même une attraction jusqu’à sa fermeture en 1999). On a souvent loué la performance de Jeremy Brett dans le rôle de Sherlock Holmes, parfaite il est vrai, mais en oubliant son acolyte. Cela résulte probablement du fait que deux acteurs ont endossé le rôle, ce qui gêne l’association personnage/interprète. David Burke prend le rôle pour les deux premières saisons avant de rejoindre la Royal Shakespeare Company, et est remplacé par Edward Hardwicke. Néanmoins, si la psychologie de Watson, son humanité notamment, et sa capacité à intervenir concrètement dans les aventures ou à jouer le rôle de déclencheur sont assez bien conservées, l’âge, encore une fois, est altéré. Comme si, de nouveau, l’étalon imposé par Nigel Bruce s’était substitué à la description d’origine. D’ailleurs, si l’on procède à quelques calculs, on peut estimer que Watson a environ 30 ans lorsqu’il rencontre Holmes dans le Canon. Or, Burke a 50 ans lorsqu’il endosse le rôle aux débuts de la série, et Hardwicke 54 quand il prend le relais. Dans le second cas, nous ne sommes pas loin du double. Pour être précis et ne pas se référer uniquement à l’âge réel des acteurs, notons que Nigel Bruce, né en 1895, s’il n’avait que 44 ans lorsqu’il a interprété Watson pour la première fois, a forcé volontairement son jeu. D’autre part, Bruce appartient à cette génération qui estimait de bon ton de paraître plus âgé que dans la réalité.

Le Watson conforme, voire mis en avant

  • 16 Cité dans The Sherlock Holmes Handbook, C. Redmond, Canada, Dundurn Group, 2009.

16Il faut moins d’une dizaine d’années après la série Rathbone & Bruce pour qu’une production n’emprunte la direction opposée. C’est en 1954, et les personnages sont proches de ce qu’ils sont dans les premières nouvelles du Canon, celles dont le producteur Sheldon Reynolds disait qu’elles reflétaient le désir initial de Doyle avant que sa création ne l’agace au point de s’en débarrasser. Ce travail, américain, intitulé simplement Sherlock Holmes, compte 39 épisodes d’aventures écrites pour l’occasion. Howard Marion-Crawford y campe Watson, avec le désir évident, et dont il ne s’est jamais caché, d’en finir avec le rôle d’amuseur institué par Bruce, estimant que le personnage est un homme normal, équilibré et dont les conseils en médecine sont de qualité (« He is a normal man, solid on his feet, a medical student who gives valuable advice16 »).

  • 17 Il est à noter que l’acteur adorait le Canon.

17Très peu de temps après, la très inégale Hammer Film (qui a toujours affectionné les adaptations littéraires) produit sa version, la première en couleur – (il y en a eu un certain nombre, antérieures, dont plusieurs muettes) de The Hound of the Baskervilles en 1959. Cette version est l’œuvre de Terence Fisher, réalisateur de bien plus grande importance qu’on a bien voulu le croire pendant longtemps. Aux côtés de Peter Cushing interprétant un bon Sherlock Holmes17, André Morell, plus âgé de seulement 4 ans, campe un excellent Watson qu’il a voulu le plus éloigné possible du modèle de Nigel Bruce. Cette adaptation du récit est assez fidèle, malgré quelques aménagements. Il faut garder à l’esprit que Watson possède une part active dans l’histoire, Holmes l’envoyant dans un premier temps mener seul l’enquête. Il va de soi qu’avec un Watson soudain propulsé au moins pendant une partie du film au rang de personnage principal, il était nécessaire d’utiliser les services d’un acteur pouvant habiter avec dynamisme et charisme l’espace inoccupé par Holmes. Morell remplit parfaitement ce rôle, ce dont les critiques de l’époque se sont bien rendu compte, estimant même son jeu supérieur à celui de Cushing.

  • 18 Connu sous le curieux titre français de Sherlock Holmes attaque l’Orient-Express (1976).

18En adaptant le roman de Nicholas Meyer The Seven-Per-Cent Solution18, Herbert Ross prend également un soin extrême à s’écarter du modèle de Bruce. Le point est d’autant plus important que le récit commence avec un Watson manipulant un Holmes toxicomane dans le but de l’amener jusqu’à Vienne afin qu’il rencontre le Dr Freud. C’est Nicholas Meyer lui-même qui adapte son roman pour l’écran, ce travail lui valant une nomination aux Oscars. C’est également lui qui amène le réalisateur à choisir un acteur (Robert Duvall) qui puisse interpréter le rôle écrit d’un Watson menant l’action. Le rôle de Watson est intéressant : si Holmes, intellectuel fragile, en proie à des problèmes mentaux, ne possède ni la force ni la volonté de gérer seul son addiction, Watson au contraire, en homme pragmatique et plus proche des réalités, prend le problème en main autant par amitié qu’en tant que médecin concerné par l’état du détective. Dans ce film, il est celui qui, littéralement, sauve Holmes.

  • 19 Personnage dessiné par David Law à partir de 1934. Il représente une caricature féroce du vieil an (...)

19Ces libertés relatives à l’âge du personnage et la proximité avec le stéréotype du personnage de « Colonel Blimp19 » sont totalement éliminées avec ce que l’on pourrait appeler le renouveau du mythe de Sherlock Holmes à partir des années 2010.

  • 20 Notons que Russell Crowe et Colin Farrell étaient d’abord pressentis.
  • 21 Andrea Plunkett, titulaire des droits aux USA, a peu apprécié une déclaration de Downey à ce sujet (...)

20En premier lieu, nous avons la série de longs-métrages, dans laquelle Holmes est interprété par Robert Downey Jr. et Watson par Jude Law20. Le premier (Sherlock Holmes, 2009) donne le ton : les deux personnages, vivant dans un hypothétique Londres aux allures steampunk, sont bohèmes, bagarreurs, et entretiennent des relations vaguement homosexuelles sans que ce point soit toutefois clairement exprimé21. Le personnage de Watson, n’a plus guère de points communs avec le personnage tel que l’interprétait Nigel Bruce. Il s’agit d’un homme sportif, également amateur de femmes et de jeux, interagissant avec Holmes et constituant à cet égard un véritable partenaire. Le développement du personnage est donc plus fidèle (on pourrait objecter que Watson ne s’adonne pas au jeu dans le Canon, mais ce serait oublier que Holmes met le carnet de chèques de Watson sous verrou dans « Les hommes dansants »). Malgré les entorses et aménagements, notamment dus aux partis pris spectaculaires de la mise en scène (les variations de vitesse, le montage inspiré du clip, certains décors improbables et bien sûr la musique spectaculaire jusqu’à l’incongruité de H. Zimmer) qui encouragent à penser qu’il ne s’agit que d’une utilisation de la franchise, les deux longs-métrages constituent une relecture et effectuent un dépoussiérage de l’icône du Canon. Selon Lionel Wigram (scénariste et producteur) auteur du comics jamais publié qui fut à l’origine du film, il s’agissait de remettre à l’honneur la modernité d’origine du personnage de Sherlock Holmes, de les sortir lui et Watson de l’image de bourgeois-gentleman anglais en rappelant que le détective était capable de rester des semaines sans se raser ni se laver, en bref de leur redonner cette mobilité que les scènes cinématographiques bien proprettes du cosy 221B avaient occultée. Pour la petite histoire, Jude Law était apparu dans l’un des épisodes de la série Granada : « The Adventure of Shoscombe Old Place » en 1991.

  • 22 Nous traduisons.
  • 23 Dans Une Étude en rouge, 1887.
  • 24 Dans The Gardian, (Seul un idiot s’entourerait d’idiots), 18 juillet 2010.

21En 2010, la série Sherlock est créée par Mark Gatiss et Steven Moffat, deux scénaristes ayant travaillé à la remise en route de la mythique série Doctor Who. Ces créateurs possédaient en conséquence les qualités nécessaires pour entreprendre ce travail de réécriture et de modernisation. La série reprend à son compte le passé canonique de Watson et le resitue dans un contexte contemporain d’une élégante manière : en utilisant une nouvelle guerre d’Afghanistan comme lieu de service militaire pour Watson. Martin Freeman qui interprète le médecin échappe physiquement au Canon. Doyle considérait Watson, avec quelques variations, comme un homme bien bâti, athlétique, fin, portant une moustache brune22 (« as thin as a lath and as brown as a nut23 »). Le choix de l’acteur a été établi non tant sur le physique mais sur l’idée que Watson ne pouvait être un imbécile car, selon Mark Gatiss, « only an idiot would surround himself with idiots24 ». Autrement dit, Holmes est tenu d’être secondé par une personne de sa qualité. Leurs talents sont de niveau identique, mais se démarquent par leurs champs voire leur opposition. Pour citer encore les créateurs de la série, Watson est la « boussole morale » de Holmes qui lui manque parfois, ce qui est parfaitement canonique. La conception, ou plutôt le questionnement concernant la nature de Watson effectué, l’équipe a cherché l’acteur qui pourrait endosser le rôle et, fait révélateur, cette tâche a été bien plus difficile que pour Holmes. On le comprend à la rapide étude de la préproduction, le personnage de Watson a effectivement fait l’objet d’un soin minutieux : il s’agissait de créer véritablement un duo où chaque protagoniste serait de valeur égale et dramatiquement intéressant.

Les variations Watson

22L’univers des fictions mettant en scène Sherlock Holmes, parce qu’il est très codifié autant par son contexte historique que par ses personnages et parce que ces derniers sont de véritables archétypes, se prête à merveille aux déclinaisons les plus diverses. C’est ainsi que nous pouvons trouver des adaptations, et surtout de nouvelles enquêtes, réalisées en animation, des incursions dans la science-fiction, et bien sûr de nombreux pastiches. S’il est difficile – mais pas impossible – de faire évoluer le personnage de Holmes en une variation très éloignée de l’original, Watson, au contraire, ne pose aucun problème particulier du fait justement de son statut de personnage secondaire. C’est ainsi que sa nature même a pu être remise en cause : son rôle exact, son sexe ou même son caractère biologique.

Les Watson féminins

23On connaît la série Elementary de 2012 créée par Robert Doherty, dans laquelle Watson est une femme, asiatique de surcroît, interprétée par Lucy Liu. Dans ce cas précis, le rôle de Watson, dont le prénom est féminisé en Joan, et qui consiste à aider Holmes, est particulièrement mis en valeur. Son statut de médecin ayant perdu l’un de ses patients l’amène à empêcher Holmes de replonger dans la drogue : elle est d’abord une compagne de sobriété, une assistante sociale, engagée par le père richissime de Holmes. Watson, qui, au début de la série, dépasse ses prérogatives pour aider son patient, possède suffisamment d’indépendance pour quitter le 221B lors de la deuxième saison. En fait, dans cette série, c’est Watson qui mène totalement la danse : elle n’a rien à perdre – à part son salaire, et encore – et se permet d’être implacable vis-à-vis de Holmes. Elle est le personnage fort, le plus autonome et en même temps celui qui permet à Holmes d’exister, de s’ouvrir au monde, d’être, tout simplement. C’est au moins sur ce point que Elementary rejoint Sherlock : les personnages, surtout secondaires, à commencer par Watson, sont soignés, complexes et fins et, au final, peut-être plus recherchés que dans l’œuvre originale de Doyle. Ces deux séries réhabilitent par ailleurs le personnage de John H. Watson.

24Il ne faudrait pas croire pour autant qu’avec Elementary, CBS a fait preuve d’innovation en travestissant Watson. Plusieurs longs-métrages avaient déjà eu cette audace par le passé, mais souvent par goût de la comédie, ce qui constitue une grande différence : pensez ! Un Watson féminin ! Comme cela pourrait être drôle et susceptible de créer des situations cocasses ! D’autre part, une telle différence avec le Canon victorien ne pouvait s’inscrire que dans le cadre d’une relecture globale, comprenant bien d’autres aménagements tels que l’époque et le ton développé. Or, le Canon étant peu humoristique, les scénaristes peuvent se permettre des libertés.

25C’est ainsi qu’en 1971, dans They Might Be Giants, un titre qui fait référence à Cervantes, Watson est interprété (e) par Joanne Woodward, épouse de Paul Newman (qui coproduisit le film réalisé par Anthony Harvey). Dans cette adaptation d’une pièce de théâtre, Holmes est paranoïaque et assisté d’une psychiatre, Watson, dans un New York contemporain. Le rôle de Watson n’est toutefois pas aussi futile que l’on pourrait le craindre. C’est parce que Holmes, rebaptisé Justin Playfair, s’imagine depuis la mort de sa femme être le grand détective, que le Dr Mildred Watson s’intéresse à son cas. Et c’est lorsqu’il entend le nom de famille de la doctoresse qui ne cherche qu’à l’aider que Playfair se lance définitivement dans l’aventure en l’embarquant à ses côtés. La quête de Moriarty, éternel ennemi juré de Playfair/Holmes, suit alors les traces de la logique narrative du Canon. Watson, désireuse de faire revenir le malade à la raison, devient de plus en plus proche, permettant la création d’une véritable relation humaine.

26Très proche de ce schéma, The Return of the World’s Greatest Detective en 1976 met également en scène un Holmes à l’esprit dérangé (un policier, Larry Hagman, victime d’un accident de moto se prenant pour Holmes à son réveil) et une Dr Joan Watson psychiatre (Jenny O’Hara). Encore une fois, Watson doit s’occuper du malade tandis que les deux personnages s’embarquent dans une enquête somme toute classique.

27Si Watson a été le premier à changer de sexe, les Russes, toujours aussi passionnés par le Canon, ont eu l’audace de modifier autant celui du docteur que celui du détective en mettant deux femmes à l’écran dans My Dearly Beloved Detective en 1986. Malheureusement (car il y aurait eu bien des développements jubilatoires à imaginer avec malice), c’est toute la règle du jeu qui se trouve dynamitée, les deux personnages, détectives, n’ayant choisi leurs pseudonymes que dans le but de résoudre des affaires difficiles. Il n’y a donc pas cette relecture féminine, voire féministe, que l’on aurait pu espérer.

Le Watson animé

  • 25 Également connu sous le titre The Adventures of the Great Mouse Detective lors de sa ressortie en (...)
  • 26 Basil of Baker Street d’Eve Titus et Paul Galdone parus entre 1958 et 1982.
  • 27 Le prénom du détective/souris est un hommage à celui de l’acteur.
  • 28 Rathbone avait enregistré « La ligue des rouquins » en 1966, un an avant sa mort, et ce document s (...)

28Nous n’aurions peut-être pas eu à parler de cette production des studios Walt Disney si le succès du film n’avait marqué le renouveau du studio d’animation de Burbank. The Great Mouse Detective25 en 1986 est l’adaptation d’une série de livres pour enfants écrite par Eve Titus et Paul Galdone26. Le résultat est clairement le fruit de l’union entre l’univers de Doyle et celui de Disney, à commencer par l’omniprésence de souris (Basil en est une ; Moriarty, rebaptisé Ratigan, est un rat, animal à la symbolique plus négative). Watson (Major Dr David Q. Dawson), lui aussi représenté sous les traits d’une souris, n’échappe pas à la malédiction de Nigel Bruce, puisqu’il affiche une trentaine d’années de plus que Holmes et autant de kilos. Il est de loin le personnage le moins intéressant. Dans les productions Disney, le protagoniste comme l’antagoniste sont régulièrement accompagnés d’un acolyte permettant de mettre en valeur leur caractéristique. Le méchant est souvent flanqué d’un animal très stupide ou particulièrement vicieux, et le gentil d’un compagnon lourdaud ou burlesque, voire d’un simple porte-parole. Le schéma Rathbone/Bruce a été parfaitement conservé. Il est d’ailleurs à noter que l’allégeance du film à la tradition cinématographique a été poussée jusqu’à utiliser Vincent Price pour la voix de Ratigan, et de manière plus surprenante, Basil Rathbone27 pour Basil lui-même28.

  • 29 Maison de production montée par Jean Chalopin qui créa entre autres Ulysse 31 et Inspecteur Gadget(...)

29Une longue série animée de 26 épisodes a été coproduite en 1999 par DiC29 et Scottish Television : Sherlock Holmes in the 22nd Century. Comme on peut l’imaginer, l’univers de Doyle est transposé dans un contexte de science-fiction. Le clone de Moriarty réalisé à partir des cellules de l’original prisonnier de la glace en Suisse, est pourchassé par Holmes dont on avait maintenu le vieux corps en sommeil artificiel jusqu’à ce que Lestrade aille le réveiller et lui fasse bénéficier d’un traitement de rajeunissement. Quant à Watson, il ne s’agit ni plus ni moins que de l’androïde personnel de Beth Lestrade (une femme, donc) que l’on nourrit aux écrits de l’original afin qu’il reprenne du service. Avec des aménagements aussi tarabiscotés dont le but est de justifier le changement temporel, on aurait pu craindre que le reste soit à l’avenant. Or, bien au contraire, les épisodes sont tous issus des écrits de Doyle, même s’ils sont d’une inégale fidélité. Le jeu autour de l’œuvre est toutefois développé jusqu’à proposer des dialogues proches de ceux du Canon ou des pastiches de ces derniers. De la même manière, Watson, ou plutôt le « Compudroïd », est assez proche du personnage d’origine, une fois les exagérations et caricatures propres au cinéma d’animation dépassées.

Le Watson (enfin) plus intelligent que Holmes

  • 30 Là encore, un titre français déconcertant : Élémentaire mon cher… Lock Holmes.

30Voici pour conclure ce que l’on pourrait estimer constituer l’exact opposé du duo Rathbone/Bruce. Without a Clue30, réalisé par Thom Eberhardt en 1988, présente un Watson brillant (Ben Kingsley), obligé, à la demande du public, de donner chair à sa création littéraire : Sherlock Holmes (Michael Caine). Pour ce faire, il engage un acteur de seconde zone, peureux, idiot et coureur de jupons. Le faux Holmes ayant outrepassé les ordres de Watson, ce dernier le licencie mais est vite obligé de lui faire reprendre du service à la demande de la couronne britannique pour résoudre une affaire de vol de plaque de billets de 5 livres. On le comprend, le film est une comédie s’appuyant sur le renversement des personnages. Cette farce abonde en références telles que l’irruption des irréguliers de Baker Street, et l’idée même que Watson, bien plus fin et intelligent que l’avatar de Holmes, soit obligé de redonner vie à sa création rappelle ironiquement les déboires que Doyle a connus en tentant de faire mourir Holmes pour se débarrasser d’un personnage qu’il n’aimait guère avant de devoir le ressusciter sous la pression des lecteurs.

31On l’a constaté, la qualité du personnage de Watson constitue sa faiblesse : c’est un personnage secondaire. C’est un second couteau, un faire-valoir. À ce titre, il peut, bien davantage que dans le cas de Holmes, faire les frais des impératifs de l’adaptation. Rares sont les cinéastes ayant compris que, dans l’absolu, Holmes ne serait pas celui qu’il est sans Watson. Les remarquables facultés de Holmes ne peuvent être mises en avant que par une différenciation, et même parfois une opposition, avec l’idée de l’homme ordinaire incarné par Watson. Ordinaire donc, certes… mais non sans intérêt ni rôle actif dans la narration. Car dans le même temps, c’est justement le fait qu’il ne soit pas si indispensable que le détective dont le nom figure en tête d’affiche qui lui permet d’exister sous de multiples et fascinants aspects : le personnage de Sherlock Holmes est si codifié et doit répondre si précisément aux attentes du public qu’un scénariste ne peut logiquement que reporter sa part de créativité sur Watson, plus malléable, matière dramatique plus souple, et surtout protagoniste plus humain que son acolyte.

Bibliographie

Bibliographie

Bellocq-Poulonis Sophie, L’Aventure du détective triomphant, une étude du mythe holmésien, Paris, Éditions L’œil du Sphinx, 2004.

Levet Natacha, Sherlock Holmes ; de Baker Street au grand écran, Paris, Autrement, 2012.

Barnes Alan, Sherlock Holmes on Screen, Cheltenham, Reynolds and Hearn, 2011.

Morel Max-Philippe, Sherlock Holmes à l’écran : les adaptations et Sherlock Holmes au cinéma et à la télévision : les apocryphes, Strasbourg, Les Évadés de Dartmoor, 2013.

Haining Peter, The Television Sherlock Holmes, London, W. H. Allen, 1986.

Notes

1 Les Aventures de Sherlock Holmes (1892) ; Les Mémoires de Sherlock Holmes (1894) ; Le Retour de Sherlock Holmes (1905).

2 Parmi les premières relectures et pastiches, citons Mark Twain qui fait découvrir le Far West à Holmes dans A Double Barrelled Detective Story (1902) ; et Maurice Leblanc qui crée le personnage d’Herlock Sholmès dans une aventure d’Arsène Lupin en 1908 (Arsène Lupin contre Herlock Sholmès).

3 Dans Encyclopedia Mysteriosa, 1994, W. L. DeAndrea.

4 1914, réalisé par Rudolf Meinert.

5 1915, réalisé par Rudolf Meinert.

6 C’est le cas de passages de The Private Life of Sherlock Holmes (Billy Wilder, 1970) ou Young Sherlock Holmes (Barry Levinson, 1985).

7 Sherlock Holmes (2009) et Sherlock Holmes: A Game of Shadows (2011).

8 1939-1946.

9 «You’re really an automaton, a calculating machine […] there is something positively inhuman in you at times.» The Sign of Four.

10 Cet acteur avait également créé de toutes pièces la fameuse phrase « Élémentaire mon cher Watson » improprement attribuée au Sherlock Holmes de Conan Doyle.

11 Barry Levinson, 1985.

12 Bob Clark, 1979.

13 Sherlock Holmes, Andrey Kavun, Russia 1, 2013 (1 saison).

14 Шерʌок Хоʌмс и доктор Ватсон, réalisée par Igor Maslennikov de 1979-1986.

15 Adaptant 42 des 60 récits du Canon en 41 épisodes (1984 à 1994).

16 Cité dans The Sherlock Holmes Handbook, C. Redmond, Canada, Dundurn Group, 2009.

17 Il est à noter que l’acteur adorait le Canon.

18 Connu sous le curieux titre français de Sherlock Holmes attaque l’Orient-Express (1976).

19 Personnage dessiné par David Law à partir de 1934. Il représente une caricature féroce du vieil anglais prétentieux, irascible, réactionnaire et anti-démocrate.

20 Notons que Russell Crowe et Colin Farrell étaient d’abord pressentis.

21 Andrea Plunkett, titulaire des droits aux USA, a peu apprécié une déclaration de Downey à ce sujet, au point de menacer de ne pas autoriser une suite si les scénaristes insistaient sur ce point.

22 Nous traduisons.

23 Dans Une Étude en rouge, 1887.

24 Dans The Gardian, (Seul un idiot s’entourerait d’idiots), 18 juillet 2010.

25 Également connu sous le titre The Adventures of the Great Mouse Detective lors de sa ressortie en 1992, voire dans certains pays sous le titre suivant : Basil, the Great Mouse Detective.

26 Basil of Baker Street d’Eve Titus et Paul Galdone parus entre 1958 et 1982.

27 Le prénom du détective/souris est un hommage à celui de l’acteur.

28 Rathbone avait enregistré « La ligue des rouquins » en 1966, un an avant sa mort, et ce document sonore a été échantillonné pour la recréation des dialogues du dessin-animé.

29 Maison de production montée par Jean Chalopin qui créa entre autres Ulysse 31 et Inspecteur Gadget.

30 Là encore, un titre français déconcertant : Élémentaire mon cher… Lock Holmes.

Auteur

Réalisateur, traducteur, historien du cinéma d’animation, et scénariste de bande dessinée, auteur de près de 30 ouvrages. Il a également travaillé entre autres réalisateurs pour R. Polanski, Costa-Gavras, M. Kassovitz, L. Carax, et W. Wenders comme infographiste. Parmi ses parutions les plus importantes, notons les bandes dessinées Le Futuriste, L’Ultime défi de Sherlock Holmes et L’Épouvantail aux éditions Casterman. Pour le cinéma : Les Oscars du film d’animation aux éditions Eyrolles ; la méthode Écrire pour le cinéma et son dernier opus, l’encyclopédie consacrée au film d’animation : 100 ans de cinéma d’animation (2015) aux éditions Dunod.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site