Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Première partie. Les premiers temps

Des Bretons d’origine iranienne : mythe ou réalité ?

André Chédeville

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Léon Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, 1980, p. 134-162.
  • 2 Ibid., p. 200-201.

1L’arrivée des Bretons sur le continent a suscité de nombreuses études et autant de controverses. Elles ont porté entre autres sur la date, la nature, l’ampleur et les conditions de cette immigration et elles ont peu à peu permis d’enrichir et de préciser nos connaissances. On sait maintenant que les Bretons ne sont pas venus seulement en Armorique occidentale et qu’un certain nombre d’entre eux ont atterri depuis les rivages de la mer du Nord jusqu’aux côtes de la Galice1. Mais ils n’ont pas été les seuls à prendre la mer : des Saxons et des Frisons ont cherché aussi à s’établir dans les mêmes secteurs, parfois après une étape en Grande-Bretagne2. Sur le continent, les vagues d’envahisseurs qui submergent la Gaule au ve siècle parviennent parfois jusqu’en Armorique. Arrivés les derniers, les Francs sont bien connus ; il n’en est pas de même pour d’autres peuples qui étaient moins bien structurés, qui n’ont pas connu une destinée aussi brillante, auxquels, de ce fait, les contemporains n’ont pas consacré une documentation qui nous permette de les connaître avec quelque précision. Ainsi en va-t-il des Alains dont un certain nombre passent pour avoir terminé leur odyssée chez les Armoricains, voire chez les Bretons puisque des historiens retrouvent chez eux des traces de leur influence.

  • 3 L’étude la plus récente et la plus fiable sur la migration des Alains, qui joint l’étude des texte (...)

2Lorsqu’ils arrivent en Gaule, les Alains viennent de loin et ont déjà derrière eux une longue histoire. Liés aux Scythes et aux Sarmates, les Alains sont une population nomade iranophone, venue du nord de l’Iran actuel, qui entraîna un processus de fusion entre différents peuples à l’est du Don. Passés à l’ouest de ce fleuve au premier siècle de notre ère, ils attaquent à partir du Caucase l’empire parthe mais renoncent à cette direction quand celui-ci est remplacé par les Sassanides. Une partie d’entre eux s’installent sur le flanc nord du Caucase : les Ossètes en sont aujourd’hui les descendants. Les autres font mouvement vers l’ouest, entraînés par les Goths avec lesquels ils coexistent volontiers et leur transmettent le fameux « art des steppes ». Établis sur le bas Danube, ils sont déstabilisés à la fin du ive siècle par l’arrivée des Huns. C’est à ce moment qu’Ammien Marcellin nous en a laissé la description. Encombrée de clichés, il faut en retenir l’agressivité, le culte de l’épée et le mode de vie nomade de ces guerriers « presque tous grands et beaux, avec des cheveux tirant sur le blond ». Toujours associés aux Goths, on les rencontre ensuite en Pannonie. Il leur arrive aussi de servir dans les forces romaines. Toujours poussés par les Huns, ils passent en Italie où ils sont vaincus en août 406. Le 31 décembre 406, ceux-là ou d’autres franchissent le Rhin gelé et à la suite des Suèves et des Vandales, s’élancent en Gaule3.

  • 4 Discutables au long des côtes, incertaines vers l’intérieur, les limites de l’Armorique ne coïncid (...)
  • 5 Michel Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781) – Naissance d’une région, Paris, 197 (...)

3Cette ruée n’est pas facile à suivre car les Alains se divisent en plusieurs bandes dont une ou deux seulement sont assez importantes pour avoir un roi à leur tête. Certains passent en Espagne mais les autres restent en Aquitaine où, en 414, on les voit recrutés par les Gallo-Romains pour défendre Bazas contre les Wisigoths. On les retrouve ensuite dans les années 440 lorsque le Romain Aetius remplace ses mercenaires huns en partie par des Alains et en installe deux groupes compacts. L’un est cantonné au sud-est près de Valence sous le roi Sambida pour contrôler la vallée du Rhône et les routes des Alpes. L’autre, celui qui nous intéresse, est placé au nord du cours moyen de la Loire vers Orléans avec le roi Eochar, également connu sous le nom de Goar. Ils ont selon toute vraisemblance pour mission de contenir la fameuse insurrection bagaude qui renaissait périodiquement en Armorique. Pour éclairer ce qui va suivre, il faut bien préciser que l’Armorique ne doit pas être confondue avec la Bretagne actuelle, ni les Armoricains avec les Bretons. Ainsi, à cette époque, le duc qui commande le Tractus armoricanus doit défendre les côtes de la Gaule entre la Seine et la Gironde4 ; quant aux Bretons, ils arrivent de plus en plus nombreux en Gaule mais sans encore se fixer spécifique-ment dans la péninsule armoricaine. La présence des Alains dans ce qui correspond en gros avec la Beauce est attestée par quelques toponymes qui sont les moins discutables de ceux qu’on leur attribue : Allaines et sans doute Courtalain en Eureet-Loir, Allainville-en-Beauce dans le Loiret et Allainville dans les Yvelines. Là, peu au fait des subtilités des lois de l’hospitalité romaine, ils s’emparent des terres par la force et en expulsent ceux qui en étaient les maîtres, mais rien ne prouve que ces derniers vont alors se réfugier chez les Armoricains5.

  • 6 Ce passage de la Vie de saint Germain figure dans dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de pr (...)

4À une date qu’il faut situer entre 445 et 448, les Armoricains se révoltent à nouveau et nous disposons pour une fois d’un texte précis, certes hagiographique mais globalement fiable et rédigé dès les années 480. Il s’agit de la Vie de saint Germain d’Auxerre dont on connaît les relations tant avec l’Armorique qu’avec la Grande-Bretagne. Son auteur, Constance de Lyon, rapporte qu’Aetius avait livré l’Armorique aux Alains du roi Eochar (ou Goar). Celui-ci s’était déjà mis en route avec « sa cavalerie bardée de fer » mais le prélat « se confronte au chef au milieu de ses troupes » et obtient leur retour au cantonnement du temps de paix. Il semble toutefois que, la rébellion s’étant poursuivie, la répression eut bien lieu6.

  • 7 Jordanès, Histoire des Goths, trad. Olivier Devillers, Paris, 1995, p. 75-76.
  • 8 Ibid., p. 75. Voir le texte latin dans Mommsen, MGH, Auct. Ant., t. 5, 1, § 36, ligne 190 : « Liti (...)
  • 9 L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 244.
  • 10 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, trad. Robert Latouche, Paris, 1964, t. I, p. 90.
  • 11 Ibid., t. I, p. 107. Il faut toutefois noter que Grégoire situe cette défaite des Alains à leur re (...)

5Ensuite, ce sont les Huns qui arrivent. Après leur entrée en Gaule, ils se dirigent vers Orléans pour franchir la Loire en direction de l’Aquitaine wisigothique. Sangiban avait succédé à Eochar à la tête des Alains mais son attitude à l’encontre des Huns n’est pas très claire. Pendant que la Vie de saint Aignan, tardive, magnifie le rôle de l’évêque, Jordanès, l’historien des Goths, affirme que Sangiban avait été mis sous surveillance car il était suspecté de sympathie pour Attila7. Celui-ci perd du temps devant la ville, ce qui permet à Aetius de former une vaste coalition que décrit Jordanès, où l’on retrouve les Alains mais aussi les Armoricains et de mystérieux Liticiani et Olibriones8. Pour Léon Fleuriot, il faut lire Letavii, c’est-à-dire les habitants de la Letavia, autre terme pour désigner la Bretagne, et Brittones, issus pour expliciter Letavii d’une glose qui aurait été ensuite incorporée au texte9. Compte tenu de ces corrections, ce passage est le seul où l’on voit cités ensemble les Alains et les Bretons. Ainsi, Aetius est vainqueur d’Attila le 20 juin 451 à la bataille de Moirey, plus connue sous le nom de Champs Catalauniques, où les Alains tenaient le centre de la ligne de bataille. Ensuite, les Alains de la Loire n’apparaissent plus qu’à l’occasion de deux défaites qu’ils subissent. Peu après 451, Thorismund, roi des Wisigoths, les attaque, sans doute pour les punir de soutenir Aetius10. Il ne doit pas remporter une victoire totale car, vers 469, le roi des Francs Childéric, allié à des Saxons, « subjugue » les Alamanni, terme que la plupart des spécialistes s’accordent à corriger en Alani11.

  • 12 Dom H. Morice, Histoire de Bretagne, 2 vol., Paris, 1750, t. I, col. 12.
  • 13 Selon Alain Bouchart, Grandes chroniques de Bretagne, éd. Le Meignen, 2 vol., Nantes, 1886, t. I, (...)
  • 14 The Historia regum Britannie of Geoffrey of Monmouth, éd. Neil Wright, Cambridge, 1985, p. 60-61 ; (...)
  • 15 Arthur de La Borderie, Histoire de Bretagne, Rennes/Paris, t. I, 1896, p. 217-218.
  • 16 Marc Bloch, « La conquête de la Gaule romaine par les rois francs », Revue historique, 155, 1927, (...)
  • 17 Lucien Musset, Les invasions : les vagues germaniques, coll. « Nouvelle Clio », n° 12, Paris, 1965 (...)
  • 18 Karl Ferdinand Werner, Les origines, dans Jean Favier (dir.), Histoire de France, t. I, Paris, 198 (...)

6Les textes classiques ne nous fournissent donc guère d’éléments pour affirmer l’existence de véritables relations entre les Alains et les Bretons. Pourtant, dès le milieu du xviiie siècle, dom Morice affirme que les Bretons armoricains auraient occupé une partie du territoire alain et il ajoute : « C’est ce qui fait dire à un ancien auteur qu’Audren avoit été roi des Alains, c’est-à-dire du pays qu’ils avoient occupé12. » Le savant bénédictin ne donne pas sa source mais Audren est l’un des rois mythiques de la Bretagne, le quatrième, censé avoir régné dans la première moitié du ve siècle13. Il figure aussi bien chez Geoffroy de Monmouth au xiie siècle que dans la Chronique de Saint-Brieuc au xve qui le crédite en plus d’avoir fondé Châtelaudren (Côtes-d’Armor), mais nulle part il n’est fait état des Alains14. Plus près de nous, Arthur de La Borderie nous livre avec son lyrisme habituel une version très personnelle des faits. Selon lui, ce ne sont pas « les grasses plaines de l’Orléanais et de la Beauce » que leur livra Aetius mais « cette péninsule obscure, reculée, perdue dans les brumes de l’Océan […] dont les habitants avaient hérité […] le cœur obstiné des vieux Vénètes ». Ceux-ci résistent à la « truandaille barbare » et c’est pour les soumettre définitivement qu’Aetius aurait envoyé contre eux le roi Goar. Les Alains participent ensuite à la lutte contre les Huns et ne reviennent pas en Armorique « mais les ruines, les ravages qu’ils y avaient faits pendant dix ans restèrent, sombre et sanglante trace de leur passage15 ». Les historiens modernes sont plus discrets. C’est sans doute par inadvertance que dans un article de jeunesse, Marc Bloch indique que les Alains avaient été établis sur la basse Loire16. Lucien Musset se contente d’indiquer qu’« Aetius aurait songé à établir des fédérés alains en Armorique17 ». Karl Ferdinand Werner ne prend guère de risques en écrivant qu’Aetius installe les Alains « en Armorique avec Orléans comme base au sud-ouest [lire sud-est ?] de leur secteur18 ».

  • 19 Bernard S. Bachrach, A History of the Alans in the West from their First Appearance in the Sources (...)
  • 20 C’est également l’opinion de Herwig Wolfram, Histoire des Goths, Paris, 1990, p. 193.
  • 21 B. S. Bachrach aurait aussi pu tirer parti de généalogies contenues dans les cartulaires de Landév (...)
  • 22 Ce toponyme ne figure pas dans Léon Maître, Dictionnaire des lieux habités de la Loire-Inférieure, (...)
  • 23 Maurice Rosenzweig, Dictionnaire topographique du Morbihan, Paris, 1870, sub verbis.
  • 24 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 79-80.
  • 25 Ibid., p. 134. En fait Domalain ne tire pas son nom d’un saint Alain mais de saint Melaine, évêque (...)
  • 26 Ibid., p. 79-80. Sur le dernier point, voir Bernard Merdrignac, « “Quatre langues” et “deux oreill (...)

7Bernard S. Bachrach, professeur à l’université du Minnesota, qui a consacré un ouvrage aux Alains en Occident, croit à des relations beaucoup plus étroites non seulement entre les Alains et les Armoricains, mais aussi entre les Alains et les Bretons19. Comme ils ne furent éliminés ni par les Wisigoths, ni par les Francs de Childéric20, il faut admettre qu’ils furent assimilés par les populations qu’ils dominaient ou dont ils étaient les voisins. B. S. Bachrach avance un glissement d’une partie au moins d’entre eux vers l’ouest vers la fin du ve siècle. Il en voit pour preuve le nom de Langeais, sur la Loire, appelé Alangavia par Grégoire de Tours, ce qui semble plus que douteux. Il reprend bien entendu la fable d’Audren « roi des Alains21 ». Il donne ensuite quatre noms de lieux en Bretagne qu’il attribue aux Alains. Allain en Loire-Atlantique, non identifié22, Allain dans le Morbihan qui est un simple moulin en Guégon et Alanczon qui, selon la tradition, serait le nom primitif de Bodieuc ou Bodieu en Mohon23. Enfin, dans les Côtes-d’Armor, Gouarec, orthographié Goarec afin de lui attribuer Goar pour éponyme24… Plus loin, il reconnaît toutefois qu’il est difficile d’établir un lien entre les Alains et ces toponymes dans la mesure où leur première mention est généralement postérieure de six siècles à leur établissement éventuel. Ceci l’amène à écarter Domalain en Ille-et-Vilaine qu’il voit comme la transcription de Domnus Alanus, synonyme de Sanctus Alanus, puisqu’à leur arrivée les Alains étaient païens et que, en outre, la forme domnus n’est pas d’usage avant 70025. Dernier argument, la Vie de saint Paul Aurélien dans laquelle son auteur Uurmonoc écrit que dans le royaume de Conomor situé au nord de la péninsule armoricaine, dans la seconde moitié du vie siècle, l’on parlait quatre langues ; pour B. S. Bachrach, cela ne fait aucun doute, il s’agit du celtique, du latin, du germanique et de l’alain26.

  • 27 Édouard Salin, La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire, (...)
  • 28 V. Kouznetsov et I. Lebedensky, Les Alains…, op. cit., p. 110-114.

8L’archéologie ne nous est pas d’un grand secours. D’abord parce que les traces matérielles laissées par ces envahisseurs sont peu nombreuses. Ensuite parce qu’au ve siècle il y a des modes internationales communes à tous les Barbares et enfin parce que les véritables marqueurs archéologiques des Alains sont les mêmes que ceux des Sarmates ou des Huns. On a cru longtemps que des plaques-boucles retrouvées dans le Vendômois pouvaient être attribuées aux Alains. Édouard Salin, en 1959, n’en fait plus que les « œuvres de descendants d’Alains plus ou moins fondus avec des Gallo-Romains et plus ou moins pénétrés d’influences orientales27 ». V. Kouznetsov et I. Lebedensky réfutent cette hypothèse mais ils attirent l’attention sur des tombes de la plaine de Caen en Normandie qui ont livré des squelettes aux crânes déformés selon l’usage sarmato-alain et des objets de types originaires des steppes ukraino-russes28. Voilà un indice d’autant plus intéressant que la région faisait alors incontestablement partie de l’Armorique. Toutefois, rien ne prouve qu’il s’agisse des anciens Alains de la Loire, ni même qu’il s’agisse de véritables Alains.

  • 29 Ferdinand Lot, Charles Pfister et François-Louis Ganshof, Les destinées de l’Empire en Occident de (...)
  • 30 V. Kouznetsov et I. Lebedensky, Les Alains…, op. cit., p. 116.
  • 31 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 79 et 117. Voir la liste épiscopale la plus récente dans (...)
  • 32 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 117 ; Margarete Weidemann, Geschichte des Bistums Le Mans (...)
  • 33 La seule étude qui le concerne est dépourvue de valeur scientifique : François Plaine, « Saint Ala (...)
  • 34 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 80. Voir La Vie ancienne de saint Samson de Dol, éd. et t (...)
  • 35 Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, éd. Aurélien de Courson, Paris, 1863, p. 39.

9Aucun document, quel qu’il soit, n’atteste donc que les Alains et les Bretons aient entretenu des relations étroites et suivies. Beaucoup d’historiens cependant estiment que ces relations ont existé au vu des influences alaines qu’ils croient déceler chez ces mêmes Bretons. Ils insistent tous sur le fait que le nom Alain, fréquemment utilisé en Bretagne dès le haut Moyen Âge, provient certainement de l’ethnonyme des Alains. Pour Ferdinand Lot, cela ne fait pas de doute : ce nom propre a été « transmis aux Bretons d’Armorique, leurs voisins29 ». C’est également l’opinion de leurs derniers historiographes, V. Kouznetsov et I. Lebedensky30 qui reprennent des éléments fournis par B. S. Bachrach, sur lesquels nous allons maintenant revenir. Ce dernier affirme que ce nom a été utilisé très tôt dans l’Ouest. Il signale au Mans au début du vie siècle un évêque Alanus qui ne figure sur aucune liste épiscopale sérieuse31 et un riche propriétaire foncier du même nom dont le texte à but hagiographique qui en fait état a été rédigé en réalité après 86232. De même, un saint Alain de Corlay qui aurait été évêque de Quimper, qui aurait été inhumé à Bazas et dont la Vie est un décalque de celle de saint Amand (Amandus = Alanus) demeure bien hypothétique33. Il cite ensuite évidemment les princes bretons de ce nom, mais c’est par erreur qu’il indique que, dans la Vie de saint Samson, le fils du roi Jonas de Domnonée, Judual, mis à mort par Conomor vers le milieu du vie siècle s’appelait Alan Judual34. Par conséquent, nous n’avons aucun exemple assuré qu’un individu ait porté dans l’Ouest le nom Alain avant qu’apparaisse en 866 dans le Cartulaire de Redon, dans une notice qui met en scène le roi Salomon, un Alanus testis qui est vraisemblablement le futur Alain le Grand35.

  • 36 L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 204.
  • 37 Paradoxalement, l’Aquitaine, où la présence des Alains est moins bien attestée, fournit deux exemp (...)

10Quand on sait l’importance du nom à cette époque pour situer un personnage dans un lignage et dans une histoire, il est crucial de savoir si Alain le Grand, Alain Barbetorte, Alain III et Alain IV n’auraient pas eu une ascendance alaine. Il est impossible de répondre à cette question pour une raison linguistique que L. Fleuriot a clairement exposée36 : comme il existe en breton le mot alan pour désigner le renard, il existait en gallois ancien un mot alan qui est un des noms du cerf, plus précisément du jeune cerf. Comme d’autres, ces noms d’animaux à valeur totémique ont pu être utilisés en anthroponymie. L. Fleuriot en conclut que le voisinage avec les Alains a seulement pu contribuer à la vogue de ce nom. Vogue est d’ailleurs un bien grand mot car au ixe siècle, le nom paraît limité à un seul lignage. Il eût été plus significatif que des Bretons se fussent appelés Sangiban ou Goar, encore que ce dernier nom, porté de nos jours dans le Finistère, tire sûrement son origine du breton « courbe37 ».

  • 38 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 107. Dom Guy-Alexis Lobineau, Histoire de Bretagne, 2 vol (...)
  • 39 J. Davies, Antiquae linguae britannicae… et linguae latinae dictionarium duplex, Londres, 1632, su (...)

11Toujours dans le domaine linguistique, B. S. Bachrach tire argument d’un terme breton cité par dom Lobineau au début du xviiie siècle : « Alain, nom propre […] peut venir du mot breton allan expliqué par celui d’extra ou dehors dans le dictionnaire de Davies. Et dans ce sens, il signifieroit estranger38. » Il en déduit alors que les Alains en raison de leur proximité apparaissaient comme les étrangers par définition. Mais si l’on se reporte au dictionnaire breton ancien-latin de John Davies, on constate que allan est traduit par ex ou extra39. Allan est donc une préposition qui ne peut être issue d’un substantif et qui n’a rien à voir avec les Alains.

  • 40 M. Rouche, L’Aquitaine…, op. cit., p. 359.
  • 41 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 85-98.
  • 42 F. Lot, « Les migrations saxonnes en Gaule et en Grande-Bretagne », Revue historique, 119, 1915, p (...)
  • 43 Jean-Christophe Cassard, Les Bretons de Nominoé, Brasparts, 1990, p. 40.
  • 44 Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux, éd. et trad. Edmond Faral, Paris, 1932, vers 1629, 1659, (...)
  • 45 Ibid., vers 1494.
  • 46 V. Kouznetsov et I. Lebedensky, Les Alains…, op. cit., p. 73-76 et 117.

12Il reste à examiner un dernier point important : l’influence des Alains sur la manière de combattre des Bretons. Michel Rouche y fait allusion quand il écrit que « les invasions barbares […] firent resurgir la cavalerie gauloise chez les Armoricains40 ». B. S. Bachrach, par ailleurs spécialiste de la guerre au Moyen Âge, consacre un long développement à cette question41. Il affirme tout d’abord qu’initialement les Bretons ne savaient pas combattre à cheval. Il s’appuie pour cela sur le témoignage de Procope au vie siècle cité dans deux articles de F. Lot, dans lesquels ce dernier fait en réalité le procès de la valeur de ce genre d’informations apportées par l’historien byzantin42. À cette époque, au contraire, les Alains sont renommés, comme tous les peuples des steppes, pour leurs talents de cavaliers ; toutefois, à la différence des Huns par exemple, ils utilisent surtout, mais pas seulement, une cavalerie lourde que la Vie de saint Germain traduit bien par l’expression « cavalerie bardée de fer » citée plus haut. B. S. Bachrach retrouve les Bretons trois siècles plus tard grâce aux témoignages d’Ermold le Noir puis de Réginon de Prüm : ils sont alors devenus des cavaliers redoutables. Mais il n’insiste pas sur le fait qu’ils disposent essentiellement d’une cavalerie légère, « mobile, virevoltante43 ». Ils utilisent massivement des armes de jet44 : lorsque leur chef, Morvan défie Louis le Pieux, ne va-t-il pas jusqu’à affirmer qu’il dispose de mille chariots chargés de javelots (missiles)45 ? Or les Alains, qui maniaient la grande lance, n’ont guère utilisé les javelines car on n’en a retrouvé que dans quelques tombes d’Ukraine46. L’historien américain porte enfin au crédit des Alains la tactique dite de la fuite simulée ou de la fausse retraite attestée également par Ermold le Noir. Mais il s’agit là d’une tactique vieille comme la guerre, depuis la flèche du Parthe jusqu’à la bataille d’Hastings et au-delà.

  • 47 L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 203.

13Il n’y a donc pas de filiation assurée entre la méthode de combat des Alains et celle des Bretons. Cela ne signifie pas pour autant que les Bretons, comme les autres peuples d’Europe occidentale, n’ont pas été séduits par l’usage intensif du cheval que pratiquaient l’ensemble des peuples de la steppe : L. Fleuriot a attiré l’attention sur le caballum calfaicum mentionné dans les Lois bretonnes du vie siècle, qu’il proposait de corriger en taifalicum en référence aux Taifales, nomades apparentés aux Alains, établis notamment au sud de la Loire, autour de Tiff auges47.

  • 48 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 81-83.
  • 49 Ibid., p. 110-111 et 113-116.
  • 50 Ibid., p. 112-113.

14B. S. Bachrach émet d’autre part des hypothèses hasardeuses à propos d’influences alaines sur les traditions bretonnes. Il note ainsi que Nennius, reprenant l’histoire de l’humanité depuis Noé, rapporte que l’Europe fut repeuplée par son fils Japhet dont l’héritier, Alanus, eut trois fils qui furent à l’origine des peuples européens : accorder ainsi encore au ixe siècle aux Alains une primauté sur les autres peuples serait une preuve de leur influence persistante48… Plus loin, il va jusqu’à retrouver des influences alaines dans la naissance des récits arthuriens et à assimiler Arthur au roi Eothar (Goar)49… Reprenant le Prologue de la Vie de saint Goueznou, il n’hésite même pas à avancer que les femmes auxquelles Conan Mériadec aurait fait couper la langue pour qu’elles ne puissent enseigner leur langage à leurs enfants pourraient bien être des captives alaines50

  • 51 L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 228-229, 257 et 272.
  • 52 Venance Fortunat, Poèmes, Appendice. In laudem Sanctae Mariae, éd. et trad. Marc Reydellet, Paris, (...)

15Faut-il conclure de tout cela qu’il n’y eut pas de contacts entre les Alains, d’une part, et les Armoricains et/ou les Bretons, de l’autre ? Entre un optimisme excessif qui mène à l’imprudence et un pessimisme déclaré qui conduit à la paralysie, on peut avancer quelques remarques significatives. Les premières s’organisent autour d’une certaine communauté de destin entre les Alains et les Bretons. Lorsque des bandes d’Alains sont installées dans l’Orléanais au milieu du ve siècle, des troupes de Bretons fréquentent aussi les pays de la Loire. L. Fleuriot a réuni les textes qui en font mention51. Une chronique d’Anjou attribue la fondation de Blois dès 410 à un chef breton nommé Ivomadus ; elle prétend aussi qu’en 491 Clovis en chassa les Bretons qui infestaient les rives de la Loire entre Tours et Orléans. Sidoine Apollinaire, plus crédible, évoque dans une lettre de 469 « les Bretons établis au nord de la Loire ». Encore vers 540, la Vie de saint Dalmas mentionne la présence d’une legio Bretonum près d’Orléans. Ces Bretons que deux textes sur trois présentent comme des guerriers, voire comme des brigands, n’étaient pas définitivement installés et devaient, comme les Alains, vivre aux dépens des Gallo-Romains. Cette communauté de genre de vie a pu entraîner des heurts mais également des contacts pacifiques ou des alliances contre des ennemis communs. D’autre part, lorsque les Alains eurent été vaincus d’abord par les Wisigoths au sud puis par les Francs au nord et à l’est, il ne restait plus aux survivants qu’une issue, vers l’ouest, chez les Armoricains qui, eux-mêmes chrétiens orthodoxes, étaient hostiles aussi bien aux Wisigoths ariens qu’aux Francs païens. Aux dires de Fortunat52, les Alains s’étaient convertis au christianisme orthodoxe : c’était là un motif supplémentaire pour accueillir des combattants à la solide réputation malgré leurs récentes défaites. On ignore bien sûr où ils firent souche, plus vraisemblablement dans l’est de l’Armorique que dans l’ouest où les Bretons arrivaient toujours plus nombreux.

  • 53 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, op. cit., t. I, p. 269.
  • 54 L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 259.

16D’autre part, il y a toujours eu des relations et même des alliances au niveau des élites comme le montrent les deux exemples suivants. Un siècle plus tard, entre Francs et Bretons, Grégoire de Tours indique que le comte des Bretons, certainement établi en Cornouaille, Budic, avait un fils, Thierry, qui porte un nom typique de la dynastie rhénane austrasienne53. De son côté, l’historien grec Sozomène rapporte une histoire qui met en scène au début du ve siècle un Breton et un Alain. En 410, le général romain Gerontius, Breton sans doute de la famille royale de Domnonée insulaire selon L. Fleuriot, poursuivi en Espagne par les troupes de l’empereur Constantin III contre lequel il s’était révolté, abandonné par les siens, mit à mort en lui coupant la tête le seul ami qui lui était resté fidèle, un Alain, fit subir le même sort à sa femme Nonnichia, puis, ne pouvant utiliser le même procédé pour lui-même, se frappa de son épée et s’acheva d’un coup de poignard54. Nous ne disposons malheureusement pas d’un texte aussi caractéristique pour notre région mais rien n’empêche que des familles de l’aristocratie alaine et bretonne se soient unies même si le lignage qui en fut issu ne porta pas le nom d’Alain…

17L’absence ou le silence des sources, l’ambiguïté des interprétations ne permettent pas de conclure de manière définitive sur l’existence de véritables relations entre les Alains et les Bretons. Une telle conclusion eût été séduisante pour l’historien. Elle eût été exemplaire aussi pour notre époque en montrant que l’une des composantes les plus originales et les mieux marquées de la population française avait été concernée, dès l’origine, par un métissage d’origine lointaine. Mais il n’est pas interdit de penser que de nos jours encore, des Bretons peuvent porter quelques gènes hérités d’ancêtres venus des confins de la Perse et de l’Asie centrale…

Notes

1 Voir notamment Léon Fleuriot, Les origines de la Bretagne, Paris, 1980, p. 134-162.

2 Ibid., p. 200-201.

3 L’étude la plus récente et la plus fiable sur la migration des Alains, qui joint l’étude des textes aux enseignements de l’archéologie, est celle de Vladimir Kouznetsov et Iaroslav Lebedensky, Les Alains. Cavaliers des steppes, seigneurs du Caucase, ier-xve siècles apr. J.-C., Paris, 1995 et 2005 (les références ci-après se rapportent à cette seconde édition beaucoup plus développée).

4 Discutables au long des côtes, incertaines vers l’intérieur, les limites de l’Armorique ne coïncident avec aucune véritable circonscription. Voir Louis Pape, « L’Armorique dans la Gaule. Éclipse et renaissance », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 105, 1998, p. 11-27.

5 Michel Rouche, L’Aquitaine des Wisigoths aux Arabes (418-781) – Naissance d’une région, Paris, 1979, p. 32.

6 Ce passage de la Vie de saint Germain figure dans dom Hyacinthe Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, t. I, Paris, 1742, col. 179-180.

7 Jordanès, Histoire des Goths, trad. Olivier Devillers, Paris, 1995, p. 75-76.

8 Ibid., p. 75. Voir le texte latin dans Mommsen, MGH, Auct. Ant., t. 5, 1, § 36, ligne 190 : « Liticiani… Olibriones. »

9 L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 244.

10 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, trad. Robert Latouche, Paris, 1964, t. I, p. 90.

11 Ibid., t. I, p. 107. Il faut toutefois noter que Grégoire situe cette défaite des Alains à leur retour d’une expédition en Italie, destination bien lointaine pour des guerriers, même excellents cavaliers, établis au nord de la Loire… La confusion entre les Alains et les Alamans fut durable puisqu’au début du xviie siècle Bertrand d’Argentré la commettait encore lorsqu’il écrivait qu’« Eucharic, roy des Allemans » combattit les Bretons Armoricains, dans son Histoire de Bretaigne, roys, ducs et princes d’ycelle…, Paris, 1618, p. 25.

12 Dom H. Morice, Histoire de Bretagne, 2 vol., Paris, 1750, t. I, col. 12.

13 Selon Alain Bouchart, Grandes chroniques de Bretagne, éd. Le Meignen, 2 vol., Nantes, 1886, t. I, f° 38, il aurait été couronné à Rome en 412…

14 The Historia regum Britannie of Geoffrey of Monmouth, éd. Neil Wright, Cambridge, 1985, p. 60-61 ; Chronicon Briocense – Chronique de Saint-Brieuc, éd. Gwénaël Le Duc et Claude Sterckx, Rennes, 1972, p. 140-145. Je remercie C. Sterckx d’avoir bien voulu vérifier qu’il n’y avait aucun lien entre Audren et les Alains. Il n’en est pas question non plus dans les Gesta regum Britannie, éd. Francisque Michel, Cambrian archaeological Society, 1862, p. 73-75 où Audroenus est appelé, selon les manuscrits, Aldrogeus ou Androenus.

15 Arthur de La Borderie, Histoire de Bretagne, Rennes/Paris, t. I, 1896, p. 217-218.

16 Marc Bloch, « La conquête de la Gaule romaine par les rois francs », Revue historique, 155, 1927, p. 161178, ici p. 163. Les « colons alains de la basse Loire » figurent aussi dans Élisabeth Deniaux, Claude Lorren, Pierre Bauduin et Thomas Jarry, La Normandie avant les Normands, de la conquête romaine à l’arrivée des Vikings, Rennes, 2002, p. 243.

17 Lucien Musset, Les invasions : les vagues germaniques, coll. « Nouvelle Clio », n° 12, Paris, 1965, p. 79.

18 Karl Ferdinand Werner, Les origines, dans Jean Favier (dir.), Histoire de France, t. I, Paris, 1984, p. 275.

19 Bernard S. Bachrach, A History of the Alans in the West from their First Appearance in the Sources of Classical Antiquity through the Early Middle Ages, Minnesota Press, 1973.

20 C’est également l’opinion de Herwig Wolfram, Histoire des Goths, Paris, 1990, p. 193.

21 B. S. Bachrach aurait aussi pu tirer parti de généalogies contenues dans les cartulaires de Landévennec et de Quimper selon lesquelles des princes bretons auraient régné sur les Alamani en corrigeant une fois de plus par Alani. Mais L. Fleuriot soutient avec vraisemblance qu’il faut corriger par Albani, terme qui désignait alors les habitants de la Grande-Bretagne (cf. L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 190).

22 Ce toponyme ne figure pas dans Léon Maître, Dictionnaire des lieux habités de la Loire-Inférieure, Nantes, 1909.

23 Maurice Rosenzweig, Dictionnaire topographique du Morbihan, Paris, 1870, sub verbis.

24 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 79-80.

25 Ibid., p. 134. En fait Domalain ne tire pas son nom d’un saint Alain mais de saint Melaine, évêque de Rennes au temps de Clovis. L’église paroissiale lui est dédiée comme dans le même diocèse Domloup et Dompierre ont respectivement pour patron saint Loup et saint Pierre.

26 Ibid., p. 79-80. Sur le dernier point, voir Bernard Merdrignac, « “Quatre langues” et “deux oreilles” : Paul Aurélien et Marc Conomor », Langues de l’histoire, langues de la vie. Mélanges offerts à Fañch Roudaut, Brest, 2005, p. 39-53.

27 Édouard Salin, La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire, t. I, Paris, 1959, p. 315.

28 V. Kouznetsov et I. Lebedensky, Les Alains…, op. cit., p. 110-114.

29 Ferdinand Lot, Charles Pfister et François-Louis Ganshof, Les destinées de l’Empire en Occident de 395 à 888, dans Histoire du Moyen Âge, t. I, Paris, 1928, p. 204.

30 V. Kouznetsov et I. Lebedensky, Les Alains…, op. cit., p. 116.

31 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 79 et 117. Voir la liste épiscopale la plus récente dans Guy-Marie Oury (dir.), Histoire religieuse du Maine, s. l., 1978, p. 277.

32 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 117 ; Margarete Weidemann, Geschichte des Bistums Le Mans… Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, 3 vol., Mayence, 2002, t. I, p. 65-66.

33 La seule étude qui le concerne est dépourvue de valeur scientifique : François Plaine, « Saint Alain de Corlay, évêque de Quimper (27 novembre 700 ?) », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 27, 1900, p. 167-177.

34 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 80. Voir La Vie ancienne de saint Samson de Dol, éd. et trad. Pierre Flobert, Paris, 1997.

35 Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, éd. Aurélien de Courson, Paris, 1863, p. 39.

36 L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 204.

37 Paradoxalement, l’Aquitaine, où la présence des Alains est moins bien attestée, fournit deux exemples précoces et incontestables de noms « alains ». Si l’on met de côté un saint Alain de Lavaur aussi douteux que saint Alain de Corlay avec lequel il paraît se confondre (F. Plaine, « Saint Alain de Corlay… », art. cit.), il faut retenir Alain qui devint abbé de Farfa en Italie entre 720 et 769, et saint Goar qui finit ses jours en ermite sur les rives du Rhin après 550 (M. Rouche, L’Aquitaine…, op. cit., p. 422 et 429).

38 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 107. Dom Guy-Alexis Lobineau, Histoire de Bretagne, 2 vol., Paris, 1707, t. II, glossaire, sub verbo.

39 J. Davies, Antiquae linguae britannicae… et linguae latinae dictionarium duplex, Londres, 1632, sub verbo.

40 M. Rouche, L’Aquitaine…, op. cit., p. 359.

41 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 85-98.

42 F. Lot, « Les migrations saxonnes en Gaule et en Grande-Bretagne », Revue historique, 119, 1915, p. 1-46, ici p. 34 et « La conquête du pays entre Seine et Loire par les Francs », ibid., 164, 1930, p. 241-253, ici p. 246.

43 Jean-Christophe Cassard, Les Bretons de Nominoé, Brasparts, 1990, p. 40.

44 Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux, éd. et trad. Edmond Faral, Paris, 1932, vers 1629, 1659, 1708.

45 Ibid., vers 1494.

46 V. Kouznetsov et I. Lebedensky, Les Alains…, op. cit., p. 73-76 et 117.

47 L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 203.

48 B. S. Bachrach, A History…, op. cit., p. 81-83.

49 Ibid., p. 110-111 et 113-116.

50 Ibid., p. 112-113.

51 L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 228-229, 257 et 272.

52 Venance Fortunat, Poèmes, Appendice. In laudem Sanctae Mariae, éd. et trad. Marc Reydellet, Paris, 2004, p. 176, vers 287-291.

53 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, op. cit., t. I, p. 269.

54 L. Fleuriot, Les origines…, op. cit., p. 259.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540