Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sherlock Holmes, un nouveau limier pour le XXIe siècle

 | 
Hélène Machinal
, 
Gilles Menegaldo
, 
Jean-Pierre Naugrette

Troisième partie. Variations sérielles

De Babbage à Wiener : adaptation, variation, création dans la série Sherlock de Gatiss et Moffat

Hélène Machinal

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La série Sherlock de Gatiss et Moffat pourrait constituer un exemple emblématique de la définition de l’adaptation que Linda Hutcheon propose dans son ouvrage : « Because adaptation is a form of repetition without, replication, change is inevitable1. » L’approche de Hutcheon va nous servir de fondement pour tenter de construire une analyse des différentes dimensions de la série que Moffat et Gatiss ont eu l’intelligence d’adapter, prenant ainsi le spectateur au jeu – et le fondement du récit policier n’est-il pas le jeu ? – de la reconnaissance (imitatio, dirait Hutcheon) et de l’invention (aemulatio, chez Hutcheon).

Le premier aspect qui va nous occuper concerne l’adaptation épistémique. Adaptation et variation, Darwin n’en disait pas plus lorsqu’il posa les principes de la théorie de l’évolution… et Linda Hutcheon ne dit pas autre chose lorsqu’elle établit un parallèle entre adaptation filmique et théorie de l’évolution, à la suite de Stam2, et en s’appuyant sur le livre de Dawkins...

Auteur

Professeure en études anglophones à l’université de Bretagne Occidentale, HCTI (EA 4249). Elle est spécialiste de littérature fantastique, roman policier et fiction spéculative au XIXe siècle, et auteur d’un ouvrage sur Arthur Conan Doyle (paru aux PU de Rennes en 2004). Elle publie sur la fiction de la seconde moitié du XIXe siècle, et sur la littérature britannique contemporaine (David Mitchell, Patrick McGrath, K. Ishiguro, K. MacLeod, W. Self, J. Winterson) et anglophone (D. Meyer). Elle travaille également sur les séries TV, plus particulièrement les fictions policières et de SF. Elle s’est spécialisée dans la résurgence des figures mythiques dans la littérature et les arts contemporains et a dirigé un ouvrage intitulé Le Savant fou, paru aux Presses universitaires de Rennes en 2013. Un second ouvrage intitulé PostHumain(s), frontières, évolutions, hybridités est paru aux PU de Rennes en 2014.

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540