Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Sherlock Holmes, un nouveau limier pour le XXIe siècle

 | 
Hélène Machinal
, 
Gilles Menegaldo
, 
Jean-Pierre Naugrette

Deuxième partie. Variations textuelles

Démarquages, pastiches, avatars et réinventions de Sherlock Holmes : les enquêtes de Solar Pons (1928-1971), August Derleth

Lauric Guillaud

Full text

The best substitute for Sherlock Holmes known.
Vincent Starrett

  • 1 Denis Mellier, par exemple, souligne « l’extraordinaire insistance de la fiction de Sherlock Holme (...)
  • 2 Levet Natacha, Sherlock Holmes ; de Baker Street au grand écran, Paris, Autrement, 2012, p. 9.

1Le mythe « Sherlock Holmes1 » est plus vivace que jamais si l’on en croit les spécialistes qui comptabilisent près de deux mille réécritures des enquêtes de Holmes, sans compter les adaptations au théâtre, à la radio et au cinéma. La présente étude entend évaluer les enjeux du développement de « l’écriture apocryphe » ou du « simulacre narratif2 » des récits holmésiens en étudiant un échantillon représentatif de trois exercices de réécriture de 1927 à 2011. Pour ce faire, il s’agira de nous tourner vers l’abondante production de Derleth, les enquêtes de Solar Pons, qui montre que le pastiche peut parfois générer une œuvre originale, annonciatrice de procédés postmodernes. Nous n’échapperons pas à la question finale : pour être « original » dans les réécritures, faut-il être fidèle à l’origine ou s’en démarquer ? Une question « élémentaire » qu’il conviendra de trancher…

Les pastiches holmésiens : du plagiat à la réinvention

  • 3 Voir Mellier Denis, Sherlock Holmes et le signe de la fiction, op. cit.
  • 4 L’éditeur français jouera de l’équivoque en ne citant sur la couverture que le nom… d’A. Conan Doy (...)
  • 5 Juffin Bruno, « Sherlock Holmes, recordman de la longévité littéraire » [archive], Les Inrockuptib (...)
  • 6 Watt Peter Ridgway et Green Joseph, The Alternative Sherlock Holmes: Pastiches, Parodies and Copie (...)

2La « formule narrative » mise au point par Conan Doyle semble foisonner à l’infini grâce aux multiples béances du texte lui-même3 : dès 1952, Adrian Conan Doyle amorce la machine de production textuelle en « complétant » le texte de son père (les cas dits unchronicled) en empruntant l’une des nombreuses lignes de fuite ménagées par le texte4. Depuis, le texte canonique ne cesse d’être réécrit, imité, parodié, plagié, réactualisé ou détourné. L’extraordinaire personnage de Sherlock Holmes, « recordman de la longévité littéraire5 », créait les conditions de sa perpétuation littéraire à travers un sous-genre : « the Sherlock Holmes pastiche, which has, indeed, become a literary form in its own right6 ».

3Les présomptueux auteurs qui prétendirent tarir à jamais le flot des réécritures holmésiennes durent admettre que les versions dites « définitives » n’étaient qu’illusions comme la mal-nommée The Last Sherlock Holmes Story de Michael Dibdin (London, 1978), version s’autoproclamant « définitive » ; dans ce roman intitulé en français L’Ultime défi de Sherlock Holmes, Watson, narrateur parjure, révèle dans un texte post-mortem que Holmes n’est autre que Jack l’Éventreur.

  • 7 «You can file it in your archives, Watson. Some day the true story may be told». Conan Doyle Arthu (...)
  • 8 «I am faced with so many which present strange and interesting features that it is no easy matter (...)

4Après tout, Conan Doyle n’avait-il pas sollicité cet activisme littéraire ? « Vous pouvez archiver le cas, Watson. Il se peut qu’un jour, on raconte la vraie histoire7. » Dans « Les cinq pépins d’orange », Watson écrit : « Quand je feuillette mes notes des années 1882, je constate que Sherlock Holmes a été mêlé à beaucoup d’affaires. Et j’en trouve tellement de captivantes qu’avant de fixer mon choix, j’hésite8 ! » En outre, Watson mentionne plus de cent cas impliquant Holmes mais qui resteront lettre morte.

  • 9 Jaëck Nathalie, Les Aventures de Sherlock Holmes, une affaire d’identité, Pessac, Presses universi (...)
  • 10 Jaëck Nathalie, op. cit., p. 21.
  • 11 Mellier Denis, Sherlock Holmes et le signe de la fiction, op. cit., p. 158.

5La question de l’identité, comme le démontre l’étude de Nathalie Jaëck9, participe de l’invitation à la réécriture. L’identité toujours défaillante, jamais stabilisée, ne se précise qu’au fil des parcours multiples balisés par les enquêtes de Holmes. Les déguisements du détective se présentent entre autres comme « les signes d’un état de devenir perpétuel10 », « double gothique » et « projection schizophrénique de son moi nocturne11 ».

  • 12 Le volume d’Ellery Queen fut retiré de la circulation sur pression des héritiers de Conan Doyle ma (...)

6Une foisonnante compilation d’Ellery Queen, publiée en 1944, The Misadventures of Sherlock Holmes, indique que la frénésie mimétique débuta fort tôt12. Un an après les premières aventures de Sherlock Holmes, Robert Barr, ami de Conan Doyle, publie « Detective Stories Gone Wrong : the Adventures of Sherlock Kombs » (The Idler, Mai 1892). Les Américains ne sont pas en reste : John Kendrick Bangs publie un texte burlesque, « The Pursuit of the House-Boat », en 1897, Bret Harte « The Stolen Cigar Case » (Condensed Novels, 1902) et l’illustre Mark Twain « A Double-Barreled Detective » en 1902. L’imitation passe par l’humour si l’on observe les innombrables variations onomastiques sur le nom de Holmes : Kerlock Shomes, Oilock Combs, Sherlock Abodes, Thinlock Bones, Shamrock Jones, Sheerluck Ohms, Picklock Holmes, etc.

  • 13 L’écrivain de science-fiction Philip José Farmer mettra lui-même en scène Holmes dans The Adventur (...)
  • 14 « Une fanfiction, ou fanfic, est un récit écrit pour prolonger, amender ou même totalement transfo (...)

7D’une certaine façon, John Kendrick Bangs anticipe les procédés postmodernes : sa parodie, tel un évangile apocryphe, n’hésite pas à narrer la descente de Holmes aux enfers. Dans l’Hadès mythique, Holmes, chargé de résoudre une affaire évidemment « infernale », rencontre une ligue étrange, « The Associated Shades » (les « Ombres Associées »), composée de personnages aussi divers que Socrate, le Dr. Livingstone, Shakespeare, Noé, Salomon, César, Napoléon, et bien d’autres. L’ivresse des mélanges commence ainsi assez tôt dans un registre mythique et sous la plume d’un Américain qui anticipe Le Monde du fleuve de P. J. Farmer13. Peut-être assiste-t-on aux prémisses de la fanfiction (dite fanfic), triomphe actuel de la « what if fiction » prétendument subversive14.

  • 15 « Ellery Queen proclaimed that “The Unique Hamlet” was one of the finest pure pastiches of Sherloc (...)

8Conan Doyle pouvait-il condamner ces réécritures, lui qui avait commis deux pastiches: « The Field Bazaar » (The Student, Edinburgh University, 1896) et « How Watson Learned the Trick » (The Book of the Queen’s Doll’s House, 1924). Lui qui n’hésita pas à s’associer avec son ami James Barrie, futur auteur de Peter Pan (1909), pour « The Late Sherlock Holmes » (« The Adventure of the Two Collaborators », 1893), nouvelle que Doyle qualifia de meilleur pastiche jamais écrit mais qui restera inédite jusqu’en 1924. Les Français s’emparèrent aussi de la figure de Holmes : d’abord Maurice Leblanc en 1905 (Herlock Sholmès arrive trop tard), puis Arnould Galopin en 1910 (Les Exploits d’Allan Dickson, le « Sherlock Holmes australien ») et Hector Fleischmann qui signa Le Rival de Sherlock Holmes en 1910 (voire en 1900 pour certains critiques). Les Anglais se devaient de réagir : la nouvelle de Vincent Starrett, lui-même éminent exégète de Conan Doyle, intitulée « The Adventure of the Unique Hamlet » (1920), demeura longtemps un modèle de pastiche holmésien15.

9Peut-être le scandale de la découverte d’un prétendu inédit de Conan Doyle en 1942 (l’œuvre en fait d’un certain Arthur Whitaker) marqua-t-il le début de l’imitation au détriment des pastiches. En tout cas, la route semblait dégagée pour Adrian Conan Doyle. En 1954, le propre fils d’Arthur Conan Doyle, rédige, en collaboration avec John Dickson Carr, une série de douze nouvelles réunies sous le titre The Exploits of Sherlock Holmes, vite surnommées Sherlock Holmes Exploited, ce qui en dit long sur la fortune du volume.

Les enquêtes de Solar Pons : le pastiche qui comble « le vide abominable »

  • 16 Robert M. Price distingue deux phases dans la conception du « Mythe de Cthulhu ». La première, qu’ (...)
  • 17 Mauméjean Xavier, Enquêtes de Solar Pons, Lyon, Les Moutons Électriques, 2011. Le volume renferme (...)

10L’écrivain et anthologiste américain August Derleth (1909-1971) est connu pour avoir été le premier à publier les écrits de H. P. Lovecraft et pour ses propres contributions au « mythe de Cthulhu », expression floue dont il est sans doute l’auteur16. On connaît beaucoup moins l’écrivain régionaliste amoureux du Wisconsin et l’auteur de fiction historique, de poésie, de SF et de biographies. De même, il est maintenant grand temps de redécouvrir un enquêteur au nom étrange, Solar Pons, et de mettre fin à une injustice car les aventures de Pons sont probablement parmi les meilleurs pastiches jamais publiés des récits holmésiens. On ne peut donc qu’applaudir la publication récente de cinq aventures de Solar Pons, traduites et présentées par Xavier Mauméjean17.

  • 18 « Who was I, écrira plus tard Derleth, to put upon paper new adventures of the illustrious Sherloc (...)

11En 1928, alors étudiant à l’université du Wisconsin, le jeune Derleth écrit à l’illustre Conan Doyle quand il apprend que le maître entend arrêter sa production holmésienne. Il lui demande impertinemment la permission de reprendre la série. Doyle décline l’offre mais Derleth ne se décourage pas et entreprend de rédiger ses premiers pastiches de Sherlock Holmes, lui qui n’a jamais visité Londres18.

  • 19 «Having learned, from Sir Arthur Conan Doyle, that no further stories of Sherlock Holmes were to b (...)
  • 20 « I needed first a name, syllabically similar to that of Sherlock Holmes. So Solar Pons was born b (...)

12Derleth recherche un nom dont l’euphonie rappelle le nom de Sherlock Holmes et finit par choisir le vocable de « Solar Pons », curieux amalgame d’anglais et de latin. Il ne sait pas encore qu’il publiera plus de nouvelles que Conan Doyle (75 nouvelles, un court roman et deux novellas). Derleth opte à la fois pour la forme du pastiche19 et pour un nom symbolique évoquant le pont et la lumière20.

  • 21 « D. A. Redmond has shown that there are three derivations of the name “Sherlock”. One is from a g (...)
  • 22 Conan Doyle Arthur, « It may be that you are not yourself luminous, but you are a conductor of lig (...)

13Même si certains voient dans le nom de Sherlock Holmes une étymologie liée à la lumière21, l’on observera que chez Conan Doyle, c’est plutôt Watson qui joue ce rôle symbolique. Dans Le Chien des Baskerville, Holmes dit à son compagnon : « Il se peut que vous-même ne soyez pas lumineux, mais vous êtes conducteur de lumière22. » Petit écart avec le texte doylien : Pons se voit conférer par Derleth le monopole du héros « solaire », lui qui sonde les ténèbres pour y faire jaillir la lumière.

  • 23 « The form the stories must take was patent. Not that ridiculing imitation designed for laughter, (...)
  • 24 Byrne Bob, « Why Solar Pons? », 2006, [www.SolarPons.com].

14Quant au style et à la forme des futures histoires, Derleth rejette d’emblée la parodie23 pour le pastiche qu’il affectionne particulièrement. C’est cette stratégie qui garantira le futur succès de Solar Pons, héros qui n’est autre, selon Bob Byrne, que « Derleth’s own literary portrayal of Sherlock Holmes24 ». Une première histoire, « The Adventure of the Black Narcissus », réussit si bien à capter l’essence de l’original qu’elle est acceptée par le magazine Dragnet en février 1929. D’autres récits vont suivre comme « The Adventure of the Missing Tenants », « The Adventure of the Broken Chessman », « The Adventure of the Late Mr Faversham ».

  • 25 Voir Articles on Sherlock Holmes Pastiches, London, Hephaestus Books, Lightning Sources UK Ltd, Mi (...)

15La crise de 1929, impitoyable pour les pulps, est bien près de tuer Solar Pons mais Derleth a de la ressource et continue d’écrire. La publication de « The Adventure of the Norcross Riddle » (1944) dans The Misadventures of Sherlock Holmes, est un déclic salutaire. Les enquêtes suivantes seront compilées en volumes édités par Mycroft & Moran, pour Arkham House, créé en 1945 par August Derleth et Donald Wandrei afin de promouvoir l’œuvre de leur ami Lovecraft. Un nouveau Canon est né : « the Pontine Canon25 ».

  • 26 Dès 1958, Derleth écrira: « I [am persuaded to] believe that filling the “abhorrent vacuum” as Ant (...)

16En 1945 paraît aux États-Unis Regarding Sherlock Holmes. The Adventures of Solar Pons (en Angleterre The Adventures of Solar Pons), dédié aux Baker Street Irregulars, avec une introduction enthousiaste de Vincent Starrett. L’aventure continuera jusqu’à la mort de Derleth (1971), et bien au-delà quand Basil Copper prendra la relève de l’auteur pour remplir ce qu’Anthony Boucher nomme « le vide abominable26 » [the abhorrent vacuum].

  • 27 Mauméjean Xavier, Enquêtes de Solar Pons, op. cit., p. 6.
  • 28 « an ectoplasmic emanation of his great prototype ». Starrett Vincent, « Foreword », in Re: Solar (...)
  • 29 Cité par Luther Norris, « Foreword », The Memoirs of Solar Pons, New York City, Pinnacle Books, 19 (...)
  • 30 Prepolec Charles, «The Great Pretender», [www.bakerstreetdozen.com/pons.html].
  • 31 Nom suggéré par le roman de J. Rhode, The Murders in Praed Street, Penguin Books, London, 1928. Pr (...)
  • 32 « The Adventure of the Devil’s Footprints » (1927), « The Adventure of the Limping Man » (1929), « (...)

17À première vue, l’univers de Pons est un décalque de celui de Holmes et Pons un simple « doppelgänger » du détective27, voire « une émanation ectoplasmique de son magnifique prototype28 ». Derleth aimait à dire: « Pons and Holmes are as alike as two peas in a pod29. » Mais « The Great Pretender », comme on l’a surnommé30, peut-il vraiment rivaliser avec Conan Doyle ? L’amanuensis de Solar Pons est le Dr Parker, futur chroniqueur des enquêtes, qui partage avec son ami un appartement situé au 7B Praed Street31. L’affable logeuse, du nom de Mrs Johnson, est l’exacte réplique de Mrs Hudson, tout comme Bancroft Pons est celle de Mycroft Holmes, tout comme l’inspecteur Jamison n’est pas sans rappeler Lestrade. Les Praed Street Irregulars renvoient évidemment aux Baker Street Irregulars et l’on trouve même un arch-criminal, le Baron Ennesfred Kroll, qui peut s’apparenter à Moriarty, bien qu’il soit avant tout un espion. Il apparaît donc que Derleth conçoit Pons comme une extension du Canon holmésien, d’autant que les titres mêmes des nouvelles font écho à celles de Conan Doyle32.

  • 33 Comme l’écrit Vincent Starrett: « Solar Pons is not a caricature of Sherlock Holmes. He is, rather (...)

18La familiarité du cadre holmésien n’est là que pour amener le lecteur vers un univers que Derleth se plaît à remodeler de manière imperceptible. L’originalité du pastiche de Derleth réside paradoxalement dans sa fidélité au Canon, graduellement saupoudré de discrètes touches personnelles qui ne s’écartent des sentiers holmésiens que pour mieux célébrer leur empreinte. L’hommage prend la forme d’un glissement subtil et ludique. L’absence de Holmes est compensée par des ressorts narratifs issus de l’ingéniosité de Derleth. Le personnage de Pons se fonde ouvertement sur celui de Holmes mais on aurait tort de n’y voir qu’une caricature du génie de Baker Street33.

  • 34 Voir Harrison Michael, « (Cuthbert) Lyndon Parker », The Casebook of Solar Pons, Pinnacle, New Yor (...)

19Certes, on peut observer quelques erreurs de langue, de grammaire, d’orthographe ou de géographie excusables chez un auteur du Midwest qui ne quitta que rarement Sauk City, Wisconsin. De même, quelques américanismes (comme « stoop ») seront repérés et même rectifiés par Basil Copper, l’épigone de Derleth. Mais, après tout, Parker est censé avoir passé vingt ans à New York, ce qui a pu affecter sa langue34. L’on trouvera enfin agaçants certains tics de langage chez Solar Pons comme le lassant : « I fancy… » [J’imagine…], ou son exclamation récurrente : « Capital ! » [Essentiel !].

  • 35 «Elementary, my dear Parker» (Derleth August, «The Adventure of the Frightened Baronet», The Adven (...)
  • 36 Conan Doyle Arthur, « Eliminate all other factors, and the one which remains must be the truth ». (...)

20Toutefois, l’on se surprend parfois à lire du Doyle en version originale, d’autant que Derleth prend un malin plaisir à user de termes précieux : un non sequitur (une chose inexplicable) dans « The Adventure of the Hats of M. Dulac » et « The Adventure of the Man with a Broken Face ». Quand il ne met pas dans la bouche de ses personnages des phrases qui paraissent tirées du Canon holmésien : il est ainsi loisible d’être irrité par la récurrence de l’expression « as plain as a pikestaff » (issue de « The Boscombe Valley Mystery ») et de l’adjectif « elementary » dont Pons use et abuse35. Il était tentant pour Derleth de jouer d’autres expressions célèbres de Holmes comme « The game is afoot » (« The Adventure of the Abbey Grange »), « What do you make of it, Holmes? » (The Valley of Fear), sans parler de la fameuse sentence : « Éliminez tous les autres mobiles, celui qui reste doit être le bon36. »

  • 37 «You will remember my credo: when all the impossible explanations have been eliminated, then whate (...)
  • 38 Parker: – «Surely it’s impossible.»
    Pons: – «No, only improbable.»
    Parker: – «I recall your saying o (...)
  • 39 Au grand dam de leur logeuse: « an abominable exercise which understandably disturbed our long suf (...)
  • 40 Cité par Luther Norris, « Foreword », The Memoirs of Solar Pons, art. cité, s. p.

21Solar Pons reprendra la phrase à son compte (« The Adventure of the Spurious Tamerlane37 »), ne serait-ce que pour montrer, au-delà du jeu mimétique mis en place par l’auteur, qu’il se présente comme l’héritier de Sherlock Holmes et le dépositaire de sa méthode38. Pons et Holmes ont en effet bien des points communs, outre leur exceptionnelle faculté d’observation ou de ratiocination : on reconnaît chez Pons le tabac glissé dans la babouche persane, la correspondance fixée à la tablette de la cheminée, la fenêtre qui donne sur la rue. Le comportement est parfois le même : les deux détectives aiment à se déguiser, de manière encore plus théâtrale chez Pons ; tous deux s’entraînent au tir dans leur appartement39 ; tous deux jouent du violon mais le jeu de Pons est insupportable aux oreilles de Parker qui se plaint de « the infernal scratching of the violin40 ».

  • 41 Parker décrit ainsi le « Sherlock Holmes de Praed Street »: « a tall, thin gentleman wearing an In (...)
  • 42 Pons pourrait dire comme Holmes: « Watson here will tell you that I never can resist a touch of th (...)

22Physiquement, peu de choses les différencient41 et quand il enquête sur une scène de crime ou se lance sur une piste, Solar Pons, à l’image de son « illustre prédécesseur », n’hésite pas à adopter une posture proche de l’animalité, celle du chien, voire celle du fauve (récurrence du mot feral). Ajoutons une certaine arrogance et un sens consommé de la mise en scène quand il s’agit de procéder à des déductions spectaculaires42.

23Cet extrait de « The Adventure of the Purloined Periapt » donne l’image d’un Solar Pons aussi flamboyant que Holmes dans ses révélations et d’un Parker aussi sidéré que Watson :

  • 43 Derleth August, The Adventures of Solar Pons, op. cit., p. 127-128.

No, no, you overrate my poor powers, Parker. I was about to add only that he is unmarried; he lives in the suburbs of London; he cycles to work; he is very probably a bookkeeper; and he is employed in our immediate vicinity. Moreover, he is not imaginative, but rather prosaic; he is precise and methodical, but sparing at the expense of neatness, and he is at the moment doing without his luncheon in an effort to accomplish something which has nothing to do with his work, for he is too conscientious to take time away from his work to pursue an inquiry into a purely personal matter 43.

  • 44 « I have had three whole days without a single problem to tax me, and I am near to suffocating wit (...)
  • 45 «The good Watson had at that time deserted me for a wife, the only selfish action which I can reca (...)
  • 46 Derleth August, «The Adventure of the Broken Chessman», The Memoirs of Solar Pons, op. cit., p. 55

24Pons, comme Holmes, enquête pour tromper son ennui44. Comme son « maître », Pons est plutôt mélancolique, parfois enclin au mutisme, mais il n’a pas pour autant recours à une « solution à 7 % ». Il frôle la misogynie sans tomber dans les excès d’un Holmes qui tiendra par exemple le mariage de Watson pour une trahison personnelle45. La misanthropie de Pons est tempérée par une certaine bonhomie, même s’il lui arrive de pester : « Ah, there is little logic in mankind46. » Somme toute, Pons semble plus optimiste, plus jovial, plus ouvert que son prédécesseur, même si sa conception de la justice rejoint celle de Holmes. Il n’hésite pas, par exemple, à relâcher un coupable à la fin de « The Adventure of the Broken Chessman » ou « The Adventure of the Ricoletti of the Club Foot ». Les relations de Pons avec la police sont cependant plus apaisées que celles de Holmes avec Scotland Yard, sans doute parce que Pons est plus modeste que Holmes en général.

  • 47 « That unbelievable conspiracy, Solar Pons was accustomed to call the affair of the Black Cardinal (...)

25D’autres parallèles apparaissent comme les affaires d’espionnage et de diplomatie internationale47 dont plusieurs impliquent la participation du frère aîné de Pons, Bancroft, haut fonctionnaire du Foreign Office, aux responsabilités nébuleuses. Mycroft était l’un des fondateurs du Diogenes Club auquel appartiennent Pons et Parker. Ce dernier fait la connaissance de la belle Constance Dorrington, sa future épouse dans « The Adventure of the Dorrington Inheritance » (inspirée par Le Signe des quatre, récit dans lequel Watson rencontre Mary Morstan, sa future conjointe). Le jeu se poursuit lorsque Pons effectue une sorte de pèlerinage dans le Sussex pour retrouver un apiculteur retraité facilement identifiable (« The Adventure of the “Triple Kent” », 1932) ou qu’il se déguise lui-même en apiculteur, rendant ainsi un hommage à Holmes sous forme de clin d’œil (« The Adventure of the Perfect Husband », 1951).

  • 48 Ce qui inspire cette pique à Pons: « A pity his literary interests were not on a somewhat higher p (...)
  • 49 Derleth August, «The Adventure of the ‘Triple Kent’», [solarpons.com/Pons_Trip.pdf].
  • 50 Mauméjean Xavier, Enquêtes de Solar Pons, op. cit., p. 8.

26Conan Doyle en personne s’insère dans la fiction ponsienne : Le Chien des Baskerville a inspiré l’assassin de « The Adventure of the Crouching Dog » (192448). Quant au Dr Parker, il sait que son condisciple vit non loin de Crowborough, en chair et en os : « There is also a certain literary doctor living near Crowborough, said Pons, with a twinkle in his eye. In more than one way a colleague of yours, eh Parker49? » Le lecteur aura évidemment reconnu Watson. Comme l’écrit Xavier Mauméjean, « l’univers d’August Derleth est ainsi emboîté dans celui de Conan Doyle, partageant un même espace mais éloigné dans le temps puisque la carrière de Solar Pons se déroule pour l’essentiel durant les trois premières décennies du vingtième siècle50 ».

  • 51 « When I look over my notes concerning the various adventures of my companion, Solar Pons, in the (...)
  • 52 Dans « The Adventure of the Ascot Scandal », Lady Gresham déclare à Pons, interloqué: « I wanted t (...)

27Ce décalage temporel permet à Derleth d’opérer un subtil glissement narratif qui marque l’originalité ponsienne sans pour autant nuire au Canon holmésien. Tandis que les aventures de Holmes se déroulaient dans les années 1880 et 1890, celles de Pons et Parker ont lieu dans les années 1920 et 193051, lorsque Derleth entamait lui-même son cycle. En dépit de cet écart, Holmes et Pons sont bien contemporains et il leur arrive même d’être en concurrence52.

  • 53 Boucher Anthony, « Introduction », The Reminiscences of Solar Pons, April 28, 1961. Voir [solarpon (...)

28Anthony Boucher observe : « In a delicate and all but indefinable way, [Pons] is not, like Holmes, a man of the Nineteenth Century foreshadowing the Twentieth, but rather a man of the Twentieth Century recalling the Nineteenth53 ». Ce qui n’empêche pas Solar Pons de faire usage d’une technologie encore balbutiante du temps de Holmes (téléphones, avions et automobiles).

  • 54 Dans Le Signe des quatre, l’indigène andaman Tonga est qualifié de « chien d’enfer » et de « petit (...)
  • 55 Derleth August, «The Adventure of the Missing Tenants», The Chronicles of Solar Pons, New York, Pi (...)

29Les temps ne sont plus les mêmes. Certes, comme dans le Canon doylien, les effluves coloniales continuent de toucher l’Angleterre54 : le Kenya et ses tribus étranges (« The Adventure of the Haunted Library », 1921), les Indes et leurs pierres maudites (« The Adventure of the Frightened Baronet », 1922), le Bénin et son passé sanglant (« The Adventure of the Benin Bronze », 1973), les « lianes vampires » de Malaisie (« The Adventure of the Grice-Paterson Curse », 1927) ou la Birmanie et l’Orient en général (« The Adventure of the Seven Sisters », 1923). Mais de nouveaux périls attendent l’Angleterre dans les années 1930 avec le risque de guerre et la montée de l’hitlérisme mentionnés dans « The Adventure of the Orient Express ». Les références culturelles de Pons ne sont plus celles de Holmes : il évoque Huysmans, Machen, Hodgson et même Charles Fort, l’auteur du Livre des damnés (1919) (« The Adventure of the Missing Tenants55 »).

  • 56 Comme le montre ce passage: « The rain by this time had deteriorated into a heavy mist, which shro (...)

30Comme nombre de récits doyliens, les enquêtes de Pons et Parker ont souvent pour cadre un lieu gothique, un manoir retiré, une lande déserte (« The Adventure of the Crouching Dog »), une abbaye en ruines (« The Adventure of the Norcross Riddle », 1928). Derleth emprunte au gothique une atmosphère et un paysage que Basil Copper se plaira à amplifier. Plus que Doyle, Derleth se complaît dans les descriptions de difformités physiques (« The Adventure of the Man with a Broken Face ») et de scènes macabres qui relèveraient aujourd’hui du gore (« The Adventure of the Intarsia Box », « The Adventure of the Benin Bronze », « The Adventure of the “Triple Kent” »). Le Londres pluvieux et embrumé de Sherlock Holmes semble inchangé56.

  • 57 Conan Doyle Arthur, « This agency stands flat-footed upon the ground, and there it must remain. Th (...)

31De même, Derleth a recours au « fantastique expliqué », comme Conan Doyle, dans des affaires de hantises (« The Adventure of the Haunted Library », « The Adventure of the Frightened Baronet », « The Adventure of the Purloined Periapt », 1921). Pourtant, si Solar Pons résout la majeure partie des affaires en empruntant à Holmes sa méthode investigative fondée sur l’observation et la logique, il n’écarte pas brutalement la voie occulte à la différence de son prédécesseur qui affirmait : « Notre agence a les pieds sur la terre, et j’entends qu’elle les y maintienne. Le monde est assez vaste pour notre activité : nous n’avons pas besoin de fantômes57. » Dans « The Adventure of the Blind Clairaudient », Pons va jusqu’à prendre au sérieux les apparences du surnaturel. Si Pons est fidèle aux méthodes de détection de Holmes, il est clair qu’il est prêt à considérer des possibilités non-scientifiques comme les « Signatures de Swedenborg » (« The Adventure of the Swedenborg Signatures »). Et l’on trouve même ce dialogue entre Pons et Parker :

  • 58 Derleth August, « The Adventure of the Haunted Library », The Casebook of Solar Pons, op. cit., p. (...)

Pons: – «Do you believe in ghosts, Parker?»
Parker: – «Certainly not!»
Pons: – «Do I detect the slightest hesitation in your answer? […] Ought we not to say, rather, we believe there are certain phenomena which science as yet has not correctly explained or interpreted58?»

  • 59 August Derleth, qui connaît l’œuvre de Charles Fort, évoque, dans son essai, « The Sources of the (...)
  • 60 Voir « The Adventure of the Swedenborg Signatures » où Crowley est mentionné. Dans « The Adventure (...)
  • 61 Levet Natacha, Sherlock Holmes: de Baker Street au grand écran, op. cit., p. 126.

32Il y a là une différence sensible qui tient certainement aux goûts littéraires de Derleth pour l’inexplicable59, le fantastique et l’horreur. Il était tentant pour un Doylien émérite comme Derleth de transgresser les codes en imaginant une aventure ouvertement fantastique où Pons prendrait la place de Holmes. On comprend aisément pourquoi Derleth aime à citer des détectives de l’étrange comme Carnacki, des spiritualistes comme Swedenborg ou des occultistes comme Aleister Crowley60. Pons confirme à sa façon la « plasticité générique61 » de Sherlock Holmes.

  • 62 « The Adventure of the Snitch in Time » (1953), « The Adventure of the Ball of Nostradamus » (1955 (...)

33Dans des récits rédigés avec l’écrivain de SF Mack Reynolds, certes peu nombreux mais caractéristiques, Pons « le solaire » a maille à partir avec des créatures de l’ombre : fantômes, clairvoyants, vampires, loup-garous et même des extraterrestres62. Dans « The Adventure of the Six Silver Spiders », Derleth s’amuse même à citer le Necronomicon, annexant ainsi le Canon ponsien au fameux « mythe de Cthulhu ».

Le cross-over : les limites d’un procédé postmoderne

34Quoiqu’il lui arrive de verser dans un mimétisme qui frôle le burlesque, Derleth s’efforce de maintenir le Canon ponsien dans le registre délibéré du pastiche. Même si un trait trop appuyé peut desservir l’intention première, le pastiche derlethien évite le plagiat, la parodie gratuite ou la caricature. Loin de satiriser le Canon holmésien, il s’agit plutôt d’un exercice de style qui s’apparente à l’hommage. Le souci de commémoration dépasse l’imitation grossière : le Canon ponsien se situe certes dans l’ombre doylienne mais il projette son ombre propre en se différenciant de son modèle par petites touches subtiles. Au-delà de l’imitation minutieuse du style, de la reproduction du cadre narratif holmésien, se manifeste une volonté d’autonomie et de renouvellement. Le génie de Derleth est de faire œuvre originale en étant d’une fidélité absolue à l’esprit holmésien. Jamais irrévérencieux, il n’enlève rien à la « matrice textuelle » élaborée par Doyle ; il l’enrichit, ajoutant son érudition et une approche de la littérature différentes de celle de son « maître ».

  • 63 Basil Copper rendra lui aussi à sa façon un hommage au Chevalier Dupin de Poe en imaginant que Pon (...)
  • 64 Ainsi, la main momifiée de « The Adventure of the Intarsia Box » (1964) renvoie à la fois à « The (...)

35Paradoxalement, c’est par le biais des hommages littéraires que Derleth, lui-même biographe de Zona Gale, Ralph Waldo Emerson et Henry David Thoreau, affirme sa modernité, célébrant dans les enquêtes de Pons le souvenir d’Edgar Allan Poe63 (« The Adventure of the Spurious Tamerlane », 1925), de Charles Dickens (« The Adventure of the Unique Dickensians », 1968), de Walter Scott (« The Adventure of the Red Leech ») ou de Robert Louis Stevenson (Treasure Island dans « The Adventure of the Innkeeper’s Clerk », 1924). Ici et là, quelques allusions discrètes signalent l’attention de l’auteur pour les maîtres de l’horreur ou du fantastique64.

  • 65 C’est-à-dire une incursion de personnages dont les aventures se déroulent dans des séries différen (...)

36La modernité s’affirme par un jeu référentiel assez neuf pour l’époque que les critiques postmodernes ont baptisé cross-over65. Aujourd’hui, l’on applique plutôt ce terme aux séries télévisées ou à la bande dessinée, mais dans le cas de Derleth, qui a recours à ce procédé ludique vers la fin des années 1920, il s’agit d’insérer des héros d’autres auteurs dans sa fiction, au risque de trahir la « matrice » originelle et la cohérence interne de ses nouvelles. Le pastiche de Derleth se fonde sur une transposition temporelle et spatiale du Canon holmésien qui s’opère dans des univers compatibles, au point que Pons et Holmes arrivent à se croiser, mais sans la moindre incidence sur le déroulement des enquêtes. On ne peut donc parler d’imbrication des séries entre elles. En revanche, lorsque Derleth décide de faire intervenir d’autres personnages tel le Dr Fu-Manchu, il sait que sa fiction s’ouvre nécessairement à une nouvelle hybridité. Pourquoi le fait-il ? Pour élargir son lectorat ? Par goût de la provocation ?

  • 66 Menace ophidienne (« The Speckled Band »), fumeries d’opium (« The Man with a Twisted Lip ») et an (...)

37Peut-être Derleth est-il porté inconsciemment par une vague de modernité qui s’affirme avec la fin de la guerre 14-18. Peut-être appartient-il à un Américain féru de fantastique et habitué aux mélanges des pulps d’opérer dans la fiction cette greffe nouvelle qui se présente comme une passerelle vers le futur. Après tout, « Pons », dont le nom signifie le « pont », n’est-il pas le personnage idoine pour provoquer un basculement discret mais significatif d’un type de fiction vers un autre, même si le cadre holmésien est intact. D’une certaine façon, Derleth personnalise, avec le personnage de Fu-Manchu, le malaise de Holmes vis-à-vis de l’Orient, entre attirance et répulsion66.

  • 67 Voir par exemple la secte des assassins des Secret Listeners of the East (D. G. Mukerji, 1926), le (...)
  • 68 Mauméjean Xavier, Enquêtes de Solar Pons, op. cit., p. 158.
  • 69 En 1948, Derleth publia chez Arkham une édition de Carnacki the Ghost-Finder en rajoutant trois hi (...)

38Le cross-over derlethien se double de jeux onomastiques cocasses. Ainsi, Fu-Manchu n’est évoqué qu’à travers un titre vague et intrigant : « le Dr F. ». On aura néanmoins identifié ce génie du mal innommé et innommable, incarnation du « péril jaune » et de la cruauté orientale fantasmée par les Européens, et créé par Sax Rohmer en 1912. Le genre littéraire, rappelons-le, est celui des « détectives de l’étrange », mâtiné ici d’éléments parascientifiques. On sait que l’armée perverse de Fu-Manchu, la « Si-Fan organization », enrôle des brigands indiens, dacoïts et thugs qui investissent le Londres souterrain. Autant de rappels de l’impérialisme britannique dont les signes menaçants étaient déjà perceptibles chez Conan Doyle, l’exotisme des terres lointaines se déployant de façon inquiétante au sein des jungles urbaines67 – autant de manifestations sinistres de l’Orient colonisé dont la vengeance s’exerce dorénavant au cœur même du monde civilisé. Comme ses devanciers (Poe, Bulwer-Lytton, Le Fanu, Dunsany, Chambers, Machen, Blackwood, Shiel et Hodgson), Derleth se plaît à adjoindre le policier à l’insolite, voire au fantastique, autrement dit, l’enquête à la quête. C’est ainsi que Carnacki, « the Ghost-Finder », le héros de W. H. Hodgson, est évoqué dans « The Adventure of the Haunted Library », qualifié d’« autodidacte spécialisé dans la recherche métapsychique68 ». Mais Pons et Carnacki ne font ici que se croiser. La figure de Carnacki n’est que périphérique69.

39À la différence de Parker, il arrive à Pons de s’amuser de cette figure inquiétante à la tête d’une armée clandestine de « dacoïts », dont on commence à célébrer les « exploits » :

  • 70 Derleth August, « The Adventure of the Grice-Paterson Curse », The Return of Solar Pons, The Pursu (...)

Parker: – «Pons, a dacoit!»
Pons: – «Pray forgive, Dr. Parker, Miss Grice-Paterson. He is addicted to the reading of the exploits of Dr. Fu Manchu, who employs thugs and dacoits to accomplish his lethal work for him70».

  • 71 Voir l’article d’E. Gray, [www.sherlockian.net/pastiches] NB : Il est caractéristique que Derleth (...)

40Avec habileté, Derleth entremêle réalité et fiction, la littérature populaire venant au secours de la plausibilité de la fiction ponsienne. On se rapproche déjà de la fanfic ou de la paralittérature : « Anything’s possible71 ». Le cross-over derlethien est une manière de signaler une transition, notamment dans la littérature populaire américaine, avec l’émergence du régime de l’image, des fantastiqueurs et des écrivains d’horreur comme Lovecraft, cité indirectement dans « The Adventure of the Six Silver Spiders » (1950), qui vont renouveler le genre, sans oublier l’apparition du « roman noir ».

  • 72 Boucher Anthony, « Foreword », The Reminiscences of Solar Pons, art. cité.
  • 73 Un modèle canonique mais non rigide, comme le montre l’étude de Jean-Pierre Naugrette, Détections (...)
  • 74 Dans « The Adventure of the Six Silver Spiders », Derleth va au-delà du pastiche en empruntant à L (...)

41Solar Pons et les autres enquêteurs cités par Derleth sont des « détectives flexibles », pour reprendre la formule d’Anthony Boucher72. Ils s’éloignent d’un modèle canonique73 pour s’adapter non seulement à la plasticité du monde nouveau mais à la fantaisie de leur créateur. Ils se laissent véritablement courber dans certaines limites sans se briser, ce qui n’empêche pas Derleth de se livrer parfois à d’imprudentes tentatives, comme « The Adventure of the Six Silver Spiders74 ».

42Dans cette nouvelle, la fiction ponsienne verse dans la métafiction policière avec un recours délibéré à la fanfiction avant la lettre. La connivence entre amis écrivains génère un jeu littéraire qui fait éclater les règles conventionnelles de la rhétorique de la vraisemblance : l’intrusion éhontée du faux dans la fiction ne peut que nuire au Canon ponsien. Holmes semble soudain bien loin, comme si Derleth cherchait à s’émanciper de la griffe du « maître » pour en encenser un nouveau.

  • 75 Derleth August, « The Adventure of the Golden Bracelet », The Chronicles of Solar Pons, op. cit., (...)

43Dans « The Adventure of the Orient Express » (1938), nous sommes de nouveau dans la parodie, dans une sorte de train fantôme paralittéraire, où les personnages célèbres se bousculent sans pour cela intervenir dans l’action. On découvre même, une fois que les autres personnages ont été escamotés, que l’espion Von Ruber et Pons ne sont qu’une seule et même personne. Un monde de collages d’apparence aléatoire, de travestissement, de recyclage généralisé de formes et de figures préexistantes, où la vérité apparaît plus que jamais déguisée, au sein d’un monde absurde qui s’apprête à sombrer dans la guerre : « So, we must prepare Parker, for another and even more terrible holocaust. I regret that my poor powers are so limited75. » Derleth traite ici d’un sujet grave de manière ludique, autre exemple d’amorce d’un procédé postmoderne. Le malaise est perceptible dans ce monde de contrefaçon où abondent les shout-outs (hommages en passant) comme dans un vulgaire fanfic. Dans ces histoires minoritaires, Derleth est quasiment iconoclaste mais il sait jusqu’où aller trop loin.

  • 76 Les dernières éditions recensées sont The Final Adventures of Solar Pons (Sauk City, WI, Mycroft (...)

44Quel bilan peut-on tirer de l’expérience éditoriale de Derleth ? On constate d’abord que Solar Pons, même s’il est loin de prétendre à la célébrité universelle de Holmes, s’est installé dans la culture populaire : il existe un site web, Praed Street et une société, « the Praed Street Irregulars » dédiée à Solar Pons, fondée en 1966 par Luther Norris sur le modèle des « Baker Street Irregulars ». The Solar Pons Gazette, lancée en 2006, regroupe des essais et des textes inédits mettant en scène le détective. Mais on ne peut que regretter que les enquêtes de Pons soient aujourd’hui quasiment épuisées, et ce depuis les années 1970-198076.

  • 77 Comme l’écrit Ellery Queen à propos de « The Norcross Riddle », « How many budding authors, not ev (...)
  • 78 Comme le confirme P. Ruber, « [t] he majority of the Solar Pons stories were plotted more carefull (...)

45Si certains ont surnommé Derleth « le roi du pastiche », c’est principalement en raison de sa série sur Pons. Cette étude a tenté de montrer que ce cycle restitue admirablement l’essence du Canon holmésien77. Et pourtant, Pons est plus qu’une copie carbone de Holmes. Si l’on reconnaît chez Derleth bien des éléments holmésiens, on découvre aussi de la nouveauté. Derleth est un expert dans l’art de jouer des similarités et des dissemblances, de générer des combinaisons ou des transitions entre plusieurs genres. D’aucuns se plaindront qu’on ne retrouve pas assez de Holmes chez Pons ; en fait, il nous donne souvent davantage grâce à ses variations subtiles sur les sujets d’investigation78.

  • 79 Derleth était peut-être mû par une force souvent inhérente au genre même du pastiche. Comme l’écri (...)

46La lecture des histoires de Solar Pons est plaisante, sans doute parce qu’on y retrouve le plaisir manifeste d’un auteur conscient de réaliser, au-delà du pastiche, une œuvre véritable, un hommage permanent au « maître » qui se mue en série originale, et qui, par ses jeux nouveaux, proto-postmodernes en quelque sorte, amorce une évolution qui anticipe le monde actuel de la fanfiction et du monde de l’image : jeux onomastiques, métafiction policière, recyclage de formes préexistantes, détournement générique, emprunt ludique à l’actualité, jeux temporels, passage de la littérature canonique à la culture populaire – autant de tentatives ludiques intéressantes sur le plan de l’anticipation narrative mais décevantes sur le plan purement littéraire79.

  • 80 Voir Baudrillard Jean, Simulacres et simulation, Paris, Galilée, 1980.

47On peut ainsi dire que chez Derleth, l’imitation a débouché sur la création, ce que certains pourront taxer de « réalité de simulation » à la manière de Baudrillard80. Ainsi, on ne se formalisera pas de trouver Pons face à une invasion martienne dans une réécriture de La Guerre des mondes (Andrew Norris : Solar Pons’s War of the Worlds, 2008). Quant au jeu des variations holmésiennes, il est en tout cas ininterrompu.

Conclusion : de la parodie à l’imposture

  • 81 Watt Peter Ridgway and Green Joseph, The Alternative Sherlock Holmes: Pastiches, Parodies and Copi (...)

48Au terme de cette étude, il apparaît malaisé d’opérer une hiérarchie des genres ou un classement satisfaisant des « variations fictionnelles » de la matrice holmésienne. Dans The Alternative Sherlock Holmes : Pastiches, Parodies and Copies, Peter Ridgway Watt et Joseph Green ont tenté le classement suivant, forcément discutable : a) pastiches basés sur les unchronicled cases de Watson, b) pastiches se déroulant dans le cadre temporel du Canon, c) pastiches se déroulant avant ou après cette période, c) pastiches centrés sur un personnage autre que Holmes, d) parodies et imposteurs, e) imitations et rivaux81.

49Comme Solar Pons est classé dans la rubrique « parodies et imposteurs », en dépit des allégations de Derleth, on s’aperçoit des limites de l’exercice critique à l’égard des pastiches et autres démarquages. D’autre part, les pastiches les plus sérieux, c’est-à-dire les plus fidèles au Canon, comme les enquêtes de Solar Pons, n’hésitent pas à recourir à des jeux qui anticipent les facéties postmodernes. Certes, on continue d’écrire dans la veine de l’exemplaire fidélité (The House of Silk, 2011, d’Anthony Horowitz), mais rien n’est plus risqué que de signer des hommages délibérément littéraux, nourris d’exactitude biographique ou historique. Car, en dépit de la dévotion et de l’érudition du copiste, l’œuvre-clone n’aura jamais le parfum authentique de l’original.

50Quel chemin faut-il suivre alors ? Peut-être celui de Derleth qui respecte la matrice tout en la violentant parfois. La lettre importe évidemment mais l’esprit doit l’emporter. Tout est dans le degré de liberté de l’artiste par rapport à l’œuvre du maître. La stratégie narrative du pastiche ne peut échapper à une difficulté certaine, entre fidélité et volonté d’autonomie. Pourtant, certaines réécritures récentes parviennent, semble-t-il, à contourner les embûches du pastiche.

  • 82 Naugrette Jean-Pierre, Le Crime étrange de Mr Hyde, Arles, Actes Sud, « Babel », 1998.
  • 83 Le terme « avatar » trouve son origine en Inde, où il signifie « descente » et désigne les incarna (...)
  • 84 T. S. Eliot, review of The Complete Sherlock Holmes Short Stories, 1929, cité par H. Zecher, W. Gi (...)

51Nous pourrions prendre l’exemple d’un Allan Moore (221 Baker Street, 2010) ou d’un Jean-Pierre Naugrette qui, dans Le Crime étrange de Mr Hyde (1998), confronte Sherlock Holmes à l’inquiétante créature de Stevenson82. Une certaine stabilisation nous semble préférable au tangage du navire holmésien, voire à son naufrage, mais l’évaluation demeure subjective, au gré des modes, de l’ivresse des mélanges et des simulacres métafictionnels. Holmes est un véritable avatar, au sens quasi religieux du terme83, dont les réincarnations ou résurrections littéraires finissent par suggérer « le fantasme de son existence », comme le notait T. S. Eliot en 1929 : « Perhaps the greatest of the Sherlock Holmes mysteries is this : that when we talk of him we invariably fall into the fancy of his existence84. » Et Starrett conclurait :

  • 85 Starrett Vincent, « 221B », poème traduit par M. Bourdet, Société Sherlock Holmes d (...)

And here, though the world explode, these two survive,
And it is always eighteen ninety-five 85.

Bibliography

Bibliographie

Articles on Sherlock Holmes Pastiches, London, Hephaestus Books, Lightning Sources UK Ltd, Milton Keynes UK, 2011.

Copper Basil, The Dossier of Solar Pons, Chicago, Academy, 1979.

Derleth August, The Adventures of Solar Pons, New York, Pinnacle, 1974.
—, The Casebook of Solar Pons, New York, Pinnacle, 1975.
—, The Chronicles of Solar Pons, New York, Pinnacle, 1974.
—, The Dossier of Solar Pons, Chicago, Academy, 1979.
—, The Final Adventures of Solar Pons, Sauk City, WI, Mycroft & Moran, 1998.
—, The Memoirs of Solar Pons, New York City, Pinnacle Books, 1975.
—, The Original Text Solar Pons Omnibus Edition, Sauk City, WI, Mycroft & Moran, 2000.
—, The Reminiscences of Solar Pons, April 28, 1961.
—, The Return of Solar Pons, Sauk City, Wisconsin, Mycroft & Moran, 1958.

Conan Doyle Arthur, The Complete Sherlock Holmes Long Stories, London, John Murray & Jonathan Cape, 1977.
—, The Complete Sherlock Holmes Short Stories, London, John Murray & Jonathan Cape, 1980.

Grossman Lev, Fic: Why Fanfiction is Taking Over the World, Dallas, Texas, Smartpop Books, 2013.

Horowitz Anthony, La Maison de soie : Le nouveau Sherlock Holmes, Trad. de Michel Laporte, Paris, Calmann-Lévy, 2011.

Jaëck Nathalie, Les Aventures de Sherlock Holmes, une affaire d’identité, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2008.

Levet Natacha, Sherlock Holmes ; de Baker Street au grand écran, Paris, Autrement, 2012.

Liebow Ely M., L’Homme qui était Sherlock Holmes, Paris, Éd. Baker Street, 2009.

mcCearney James, Arthur Conan Doyle, Paris, La Table Ronde, 1988.

Mauméjean Xavier, Enquêtes de Solar Pons, Lyon, Les Moutons Électriques, 2011.

Mellier Denis, Sherlock Holmes et le signe de la fiction, Fontenay-Saint-Cloud, ENS Éditions, 1999.

Moore Graham, The Sherlockian, New York, Twelve, 2010 ; 221B Baker Street, trad. de Françoise Smith, Paris, Pocket, 2012.

Naugrette Jean-Pierre, Le Crime étrange de Mr Hyde, Arles, Actes Sud, « Babel », 1998.

Price Robert M., « H. P. Lovecraft and the Cthulhu Mythos », Crypt of Cthulhu no 35, Hallowmass, 1985.

Watt Peter Ridgway et Green Joseph, The Alternative Sherlock Holmes : Pastiches, Parodies and Copies, London, Ashgate Publishing Company, 2003.

Notes

1 Denis Mellier, par exemple, souligne « l’extraordinaire insistance de la fiction de Sherlock Holmes à prendre corps, au moyen des aventures de la raison policière, en un véritable mythe ». Si Holmes est communément « porté à la dimension du mythe », c’est parce que « son personnage permet de jouer de manière radicale avec les limites imaginaires de la fiction, de les étendre au point de reconfigurer les temps et les lieux, de tramer les savoirs et les fictions en un tissu romanesque séduisant, de confondre les signes du monde et de l’Histoire avec ceux des récits et des aventures » (Sherlock Holmes et le signe de la fiction, Fontenay-Saint-Cloud, ENS Éditions, 1999, p. 9-10).

2 Levet Natacha, Sherlock Holmes ; de Baker Street au grand écran, Paris, Autrement, 2012, p. 9.

3 Voir Mellier Denis, Sherlock Holmes et le signe de la fiction, op. cit.

4 L’éditeur français jouera de l’équivoque en ne citant sur la couverture que le nom… d’A. Conan Doyle.

5 Juffin Bruno, « Sherlock Holmes, recordman de la longévité littéraire » [archive], Les Inrockuptibles, 2011, [www.lesinrocks.com/2011/.../sherlock-holmes-recordman-de-la-longevite-litteraire].

6 Watt Peter Ridgway et Green Joseph, The Alternative Sherlock Holmes: Pastiches, Parodies and Copies, London, Ashgate Publishing Company, 2003, p. 45. On consultera aussi: Kaye Marvin (dir.), The Game is Afoot: Parodies, Pastiches and Ponderings of Sherlock Holmes, New York, St. Martin’s Press, 1994.

7 «You can file it in your archives, Watson. Some day the true story may be told». Conan Doyle Arthur, «The Adventure of the Retired Colourman», The Complete Sherlock Holmes Short Stories, London, J. Murray & J. Cape, 1980, p. 1336.

8 «I am faced with so many which present strange and interesting features that it is no easy matter to know which to choose and which to leave», Conan Doyle Arthur, «The Five Orange Pips», ibid., p. 102-103.

9 Jaëck Nathalie, Les Aventures de Sherlock Holmes, une affaire d’identité, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2008, p. 14.

10 Jaëck Nathalie, op. cit., p. 21.

11 Mellier Denis, Sherlock Holmes et le signe de la fiction, op. cit., p. 158.

12 Le volume d’Ellery Queen fut retiré de la circulation sur pression des héritiers de Conan Doyle mais il est de nouveau accessible aujourd’hui, notamment sur le net.

13 L’écrivain de science-fiction Philip José Farmer mettra lui-même en scène Holmes dans The Adventure of the Peerless Peer (1974), summum du cross-over. Il écrira un court article en hommage à Derleth (et à Solar Pons) en avril 1969, « Oft have I traveled » (The Solar Pons Gazette).

14 « Une fanfiction, ou fanfic, est un récit écrit pour prolonger, amender ou même totalement transformer un produit médiatique, qu’il s’agisse d’un roman, d’un manga, d’une série télévisée, d’un film ou d’un jeu vidéo. Une fanfiction reprend, en les développant différemment, les thèmes classiques du Canon. Elle peut continuer l’histoire (sequel), en raconter la préface (prequel) ou encore combler les béances du scénario. » Voir [www.levelgeek.net/les-fanfictions-harry-potter/] Lire: Grossman Lev., Fic: Why Fanfiction is Taking Over the World, Dallas, Texas, Smartpop Books, 2013; ou Kristina Manente, Maria Fleischhack, Sarah Roy et Taylor Blumenberg One Fixed Point in a Changing Age, Brownsburg, IN, Gasogene Books, Wessex Press, 2014.

15 « Ellery Queen proclaimed that “The Unique Hamlet” was one of the finest pure pastiches of Sherlock Holmes ever written. » The Unique Hamlet by Vincent Starrett: A First Edition Census By Randall Stock, August 2, 2013 [www.bestofsherlock.com/unique-hamlet.htm].

16 Robert M. Price distingue deux phases dans la conception du « Mythe de Cthulhu ». La première, qu’il qualifie de « véritable » Mythe, correspondrait à ce qui a été produit du vivant de Lovecraft et sous son patronage. La deuxième phase correspondrait au travail de Derleth après la mort de Lovecraft : Derleth publie ses histoires, tout en tentant d’organiser et de développer le Mythe. « H. P. Lovecraft and the Cthulhu Mythos », Crypt of Cthulhu, no 35, Hallowmass, 1985, p. 5.

17 Mauméjean Xavier, Enquêtes de Solar Pons, Lyon, Les Moutons Électriques, 2011. Le volume renferme en fait sept nouvelles de Derleth.

18 « Who was I, écrira plus tard Derleth, to put upon paper new adventures of the illustrious Sherlock Holmes, of whom my maternal grandmother had always spoken as “the greatest detective who ever lived”, since she, like so many other readers of the Canon, was firmly convinced that Sherlock Holmes lived, not in that sense of the continuing life given him by the Baker Street Irregulars, but as an actual man of flesh and blood, who might be appealed to in cases of dire necessity. » Cité par R. Johnson, « A Study in Solar: the Sherlock Holmes of Praed Street », The Lost Club Journal, no 3, octobre 2001, [www.tartaruspress.com/solar.html].

19 «Having learned, from Sir Arthur Conan Doyle, that no further stories of Sherlock Holmes were to be written, I determined with the buoyant enthusiasm of nineteen that I would myself set down perhaps half a dozen tales imitating the characters and the manner of the stories in the Canon as closely as possible – even as to a large extent, Sir Arthur had been influenced by Poe’s C. Auguste Dupin.» Derleth August, «Afterword», The Casebook of Solar Pons, New York, Pinnacle, 1975, p. 273.

20 « I needed first a name, syllabically similar to that of Sherlock Holmes. So Solar Pons was born because I thought of Solar in its suggestion of light, and Pons as the bridge – “bridge of light” seemed to the adolescent mind singularly brilliant, which, of course, it was not. » Cité par R. Johnson, art. cité, [www.tartaruspress.com/solar.html].

21 « D. A. Redmond has shown that there are three derivations of the name “Sherlock”. One is from a geographical name; the second is a derivative meaning “one with shorn hair.” But the third origin is of particular interest: it is an attributive from seer, meaning “clear” or “bright”, and locc, which again means “lock” or “hair”. “Sherlock”— bright-haired, or shining — Sherlock Holmes. » Redmond Christopher, From the Pontine Dossier, « Let There Be Light », 1977, Edition (vol. 3, no 2), in volume 4.1, issue 5, p. 26, [www.solarpons.com/Annual_2013_1.pdf].

22 Conan Doyle Arthur, « It may be that you are not yourself luminous, but you are a conductor of light », The Hound of the Baskervilles, The Complete Sherlock Holmes Long Stories, London, John Murray & Jonathan Cape, 1977, p. 243. Basil Copper reprendra la phrase à son compte, Pons qualifiant Parker de « veritable transmitter of light » (« The Adventure of the Hammer of Hate », The Dossier of Solar Pons, Chicago, Academy, 1979, p. 268).

23 « The form the stories must take was patent. Not that ridiculing imitation designed for laughter, the parody, but that fond and admiring one less widely-known as the pastiche. » Cité par R. Johnson, art. cité, [www.tartaruspress.com/solar.html].

24 Byrne Bob, « Why Solar Pons? », 2006, [www.SolarPons.com].

25 Voir Articles on Sherlock Holmes Pastiches, London, Hephaestus Books, Lightning Sources UK Ltd, Milton Keynes UK, 2011.

26 Dès 1958, Derleth écrira: « I [am persuaded to] believe that filling the “abhorrent vacuum” as Anthony Boucher put it… is now in more capable hands than my own… » Cité par E. W. Smith, « Introduction », The Return of Solar Pons, April 7, 1958, s. p. Voir [solarpons.com/Pons_Return_Smith].

27 Mauméjean Xavier, Enquêtes de Solar Pons, op. cit., p. 6.

28 « an ectoplasmic emanation of his great prototype ». Starrett Vincent, « Foreword », in Re: Solar Pons, New York City, Pinnacle Books, 1974, s. p.

29 Cité par Luther Norris, « Foreword », The Memoirs of Solar Pons, New York City, Pinnacle Books, 1975, s. p.

30 Prepolec Charles, «The Great Pretender», [www.bakerstreetdozen.com/pons.html].

31 Nom suggéré par le roman de J. Rhode, The Murders in Praed Street, Penguin Books, London, 1928. Praed Street, notons-le, se situe non loin de Baker Street.

32 « The Adventure of the Devil’s Footprints » (1927), « The Adventure of the Limping Man » (1929), « The Adventure of the Man With a Broken Face » (1929), « The Adventure of the Lost Locomotive » (1921), etc.

33 Comme l’écrit Vincent Starrett: « Solar Pons is not a caricature of Sherlock Holmes. He is, rather, a clever impersonator, with a twinkle in his eye, which tells us that he knows he is not Sherlock Holmes, and knows that we know it, but that he hopes we will like him anyway for what he symbolizes. » « Foreword », art. cité, s. p.

34 Voir Harrison Michael, « (Cuthbert) Lyndon Parker », The Casebook of Solar Pons, Pinnacle, New York, 1975, p. 6.

35 «Elementary, my dear Parker» (Derleth August, «The Adventure of the Frightened Baronet», The Adventures of Solar Pons, New York, Pinnacle, 1974, p. 114).

36 Conan Doyle Arthur, « Eliminate all other factors, and the one which remains must be the truth ». The Sign of Four, The Complete Sherlock Holmes Long Stories, op. cit., p. 129. Voir aussi The Sign of Four, « The Adventure of the Beryl Coronet », « Silver Blaze », « The Adventure of the Priory School », « The Adventure of the Bruce-Partington Plans », « The Adventure of the Blanched Soldier ». Les variantes sont: « How often have I said to you that when you have eliminated the impossible, whatever remains, however improbable, must be the truth? »; « When you have eliminated all which is impossible, then whatever remains, however improbable, must be the truth », « We must fall back upon the old axiom that when all other contingencies fail, whatever remains, however improbable, must be the truth », « It is an old maxim of mine that when you have excluded the impossible, whatever remains, however improbable, must be the truth ».

37 «You will remember my credo: when all the impossible explanations have been eliminated, then whatever remains, improbable as it may be, must be the truth.» (Derleth August, «The Adventure of the Spurious Tamerlane», The Memoirs of Solar Pons, New York, Pinnacle, 1975, p. 107.)

38 Parker: – «Surely it’s impossible.»
Pons: – «No, only improbable.»
Parker: – «I recall your saying often that when all of the impossible solutions have been eliminated, then whatever remains, however improbable, must be the truth.» (Derleth August, «The Adventure of the China Cottage», The Casebook of Solar Pons, New York, Pinnacle, 1975, p. 128.)

39 Au grand dam de leur logeuse: « an abominable exercise which understandably disturbed our long suffering landlady, Mrs. Johnson » (« The Adventure of the Remarkable Worm »). Voir [solarpons.com/Pons_Rema].

40 Cité par Luther Norris, « Foreword », The Memoirs of Solar Pons, art. cité, s. p.

41 Parker décrit ainsi le « Sherlock Holmes de Praed Street »: « a tall, thin gentleman wearing an Inverness cape and a rakish cap with a visor on it… »; « the thin, almost fera face; the sharp, keen dark eyes with their heavy, but not bushy brows; the thin lips and the leanness of the face in general… » (Derleth August, « A Word from Dr. Lyndon Parker », « Regarding Sherlock Holmes », The Adventures of Solar Pons, op. cit., s. p.)

42 Pons pourrait dire comme Holmes: « Watson here will tell you that I never can resist a touch of the dramatic [une petite touche théâtrale]. » (Conan Doyle Arthur, « The Naval Treaty », The Complete Sherlock Holmes Short Stories, op. cit., p. 531.)

43 Derleth August, The Adventures of Solar Pons, op. cit., p. 127-128.

44 « I have had three whole days without a single problem to tax me, and I am near to suffocating with boredom », dit Pons dans « The Adventure of the Mosaic Cylinders ». Voir [solarpons. com/Pons _ Mosa].

45 «The good Watson had at that time deserted me for a wife, the only selfish action which I can recall in our association. I was alone.» (Conan Doyle Arthur, «The Adventure of the Blanched Soldier», The Complete Sherlock Holmes Short Stories, op. cit., p. 1118.)

46 Derleth August, «The Adventure of the Broken Chessman», The Memoirs of Solar Pons, op. cit., p. 55.

47 « That unbelievable conspiracy, Solar Pons was accustomed to call the affair of the Black Cardinal, which began for me early in January of a year which must remain nameless. » (Derleth August, « The Adventure of the Black Cardinal », cité par R. Johnson, « A Study in Solar: the Sherlock Holmes of Praed Street », art. cité, [www.tartaruspress.com/solar.html].)

48 Ce qui inspire cette pique à Pons: « A pity his literary interests were not on a somewhat higher plane! That Baskerville tale was his undoing. » Derleth August, « The Adventure of the Crouching Dog », The Casebook of Solar Pons, op. cit., p. 177.

49 Derleth August, «The Adventure of the ‘Triple Kent’», [solarpons.com/Pons_Trip.pdf].

50 Mauméjean Xavier, Enquêtes de Solar Pons, op. cit., p. 8.

51 « When I look over my notes concerning the various adventures of my companion, Solar Pons, in the closing years of the 1920s, I am hard put to it to make a choice from a roster which includes the diabolical affair of the Devil’s Footprints, the curious puzzle of the hats of M. Henri Dulac, the French consul, and the singular affair of the Little Hangman. » (Derleth August, « The Adventure of the Lost Dutchman. » Cité par R. Johnson, « A Study in Solar: the Sherlock Holmes of Praed Street », art. cité, [www.tartaruspress.com/solar.html].)

52 Dans « The Adventure of the Ascot Scandal », Lady Gresham déclare à Pons, interloqué: « I wanted to go see Sherlock Holmes—we’ve read so much about him over there—but Archie told me he’d retired to some place in the country to keep bees—so we came to you. If we can’t have the best, we’ll have to do with second-best. » (Derleth August, The Casebook of Solar Pons, op. cit., p. 144-145.) Cette rivalité transparaît même dans les dialogues entre Holmes et Pons par auteurs interposés. Dans A Study in Scarlet, Sherlock Holmes, désabusé, affirme: « There is nothing new under the sun. It has all been done before. » (Conan Doyle Arthur, A Study in Scarlet, The Complete Sherlock Holmes Long Stories, London, J. Murray & J. Cape, 1977, p. 26.) Quand Solar Pons apprend que Thornhill a été tué par une paire de jumelles, il réplique : « Capital ! Capital! Something new under England’s sun. » (Derleth August, « The Adventure of the Fatal Glance », The Casebook of Solar Pons, op. cit., p. 61.)

53 Boucher Anthony, « Introduction », The Reminiscences of Solar Pons, April 28, 1961. Voir [solarpons.com/Pons_Reminiscenses_IntroBoucher].

54 Dans Le Signe des quatre, l’indigène andaman Tonga est qualifié de « chien d’enfer » et de « petit démon sanguinaire ». L’auteur représente Tonga, et les indigènes en général, comme des sauvages sanguinaires et incontrôlables.

55 Derleth August, «The Adventure of the Missing Tenants», The Chronicles of Solar Pons, New York, Pinnacle, 1974, p. 117-118.

56 Comme le montre ce passage: « The rain by this time had deteriorated into a heavy mist, which shrouded everything; wherever one glanced, heavy drops of moisture clung, reflecting light dimly in the murky atmoshere; all sounds were muffled and strange, and there lay in the air from time to time a stray scent of flowers or foliage, as if something of the country air managed to invade London. » (Derleth August, « The Adventure of the Black Narcissus », The Adventures of Solar Pons, op. cit., p. 49.)

57 Conan Doyle Arthur, « This agency stands flat-footed upon the ground, and there it must remain. The world is big enough for us. No ghosts need apply », « The Adventure of the Sussex Vampire », The Complete Sherlock Holmes Short Stories, op. cit., p. 1179.

58 Derleth August, « The Adventure of the Haunted Library », The Casebook of Solar Pons, op. cit., p. 38.

59 August Derleth, qui connaît l’œuvre de Charles Fort, évoque, dans son essai, « The Sources of the Tales » (A Praed Street Dossier, 1968), l’origine de son inspiration pour « The Adventure of the Devil’s Footprints ». Il se réfère à « the almost legendary account of strange footprints in the snow discovered February 1, 1855 in Devonshire – footprints that resembled some very large hoofed creature, all in a line that led through seventeen towns for a distance of approximately a hundred miles, leading along roads, through woods, fields, and gardens, across streams and farmhouse roofs alike, and made without any sound to alert the natives. The mystery of the footprints was never solved ». Cité in [solarpons.com/Pons_DevF.pdf].

60 Voir « The Adventure of the Swedenborg Signatures » où Crowley est mentionné. Dans « The Adventure of the Whispering Knights » est décrite une assemblée de sorcières qui pratique la magie noire de Crowley.

61 Levet Natacha, Sherlock Holmes: de Baker Street au grand écran, op. cit., p. 126.

62 « The Adventure of the Snitch in Time » (1953), « The Adventure of the Ball of Nostradamus » (1955), « The Adventure of the Extraterrestrial » (1965), « The Adventure of the Nosferatu » (édition posthume, 1998).

63 Basil Copper rendra lui aussi à sa façon un hommage au Chevalier Dupin de Poe en imaginant que Pons devine le déroulement de la pensée de Parker tout en cheminant à ses côtés. Voir « The Adventure of the Six Gold Doubloons », The Dossier of Solar Pons, Chicago, Academy, 1979, p. 93-94.

64 Ainsi, la main momifiée de « The Adventure of the Intarsia Box » (1964) renvoie à la fois à « The Monkey’s Paw » de W. W. Jacobs (1902) et à « The Brown Hand » de A. Conan Doyle (1899).

65 C’est-à-dire une incursion de personnages dont les aventures se déroulent dans des séries différentes.

66 Menace ophidienne (« The Speckled Band »), fumeries d’opium (« The Man with a Twisted Lip ») et angoisse de la contamination: « There are many problems of disease, many strange pathological possibilities, in the East, Watson. » (Conan Doyle Arthur, « The Dying Detective », The Complete Sherlock Holmes Short Stories, op. cit., p. 1004.)

67 Voir par exemple la secte des assassins des Secret Listeners of the East (D. G. Mukerji, 1926), les Thugs vengeurs que combat Jules de Grandin (« Stealthy Deaths », 1930) de Seabury Queen, jusqu’à Fu-Manchu, signe fictionnel de la décolonisation.

68 Mauméjean Xavier, Enquêtes de Solar Pons, op. cit., p. 158.

69 En 1948, Derleth publia chez Arkham une édition de Carnacki the Ghost-Finder en rajoutant trois histoires absentes de l’édition originale de 1913. Depuis, la série Carnacki a été parodiée par Rick Kennett et Gérard Dôle.

70 Derleth August, « The Adventure of the Grice-Paterson Curse », The Return of Solar Pons, The Pursuit Detective Story Magazine, November, 1956, [solarpons.com/Pons_Gric.pdf].

71 Voir l’article d’E. Gray, [www.sherlockian.net/pastiches] NB : Il est caractéristique que Derleth s’empare de Fu-Manchu après que la série de Sax Rohmer a été publiée en comic strips aux USA de 1931 à 1933 et est apparue en comics dans Detective Comics en 1937. Ajoutons l’impact du cinéma, Fu-Manchu ayant été mis en scène dans de nombreux films et serials à partir des années 1920 (The Mysterious Dr. Fu Manchu, 1929, The Return of Dr. Fu Manchu, 1930 et The Mask of Fu Manchu, 1932).

72 Boucher Anthony, « Foreword », The Reminiscences of Solar Pons, art. cité.

73 Un modèle canonique mais non rigide, comme le montre l’étude de Jean-Pierre Naugrette, Détections sur Sherlock Holmes, Cadillon, Le Visage Vert, 2015.

74 Dans « The Adventure of the Six Silver Spiders », Derleth va au-delà du pastiche en empruntant à Lovecraft ses références bibliographiques dans un catalogue présenté comme réel. Pons n’hésite pas à faire appel au Comte d’Erlette, auteur créé, comme on le sait, en référence au patronyme de Derleth en personne.

75 Derleth August, « The Adventure of the Golden Bracelet », The Chronicles of Solar Pons, op. cit., p. 58.

76 Les dernières éditions recensées sont The Final Adventures of Solar Pons (Sauk City, WI, Mycroft & Moran, 1998) et The Original Text Solar Pons Omnibus Edition (Sauk City, WI, Mycroft & Moran, 2000).

77 Comme l’écrit Ellery Queen à propos de « The Norcross Riddle », « How many budding authors, not even old enough to vote, could have captured the spirit and atmosphere with as much fidelity. » Voir [www.thrillingdetective.com/more.../solar_pons.html].

78 Comme le confirme P. Ruber, « [t] he majority of the Solar Pons stories were plotted more carefully than the Sherlock Holmes stories. Sir Arthur viewed his creation as a monster that distracted the reading public from his more serious efforts. Derleth never had such delusions; he took a genuine pleasure, even late in life, hatching new plots for the sage of number 7b Praed Street. To critics who proclaimed Derleth should be devoting his talents to serious fiction and history, he often replied, “I would rather be a living hack than a dead genius” », « Introduction », The Final Adventures of Solar Pons, Sauk City, WI, Mycroft & Moran, 1998, s. p.

79 Derleth était peut-être mû par une force souvent inhérente au genre même du pastiche. Comme l’écrit E. W. Smith, « The point that does concern me—and it is a point that all of us who are tempted to emulation should bear in mind is that the writing of a pastiche is compulsive and inevitable: it is, the psychologists would say, a wholesome manifestation of the urge that is in us all to return again to the times and places we have loved and lost; an evidence, specifically, of our happily unrepressed desire to make ourselves at one with the Master of Baker Street and all his works—and to do this not only receptively, but creatively as well. » (« Foreword », The Return of Solar Pons, 7 avril 1958, s. p.)

80 Voir Baudrillard Jean, Simulacres et simulation, Paris, Galilée, 1980.

81 Watt Peter Ridgway and Green Joseph, The Alternative Sherlock Holmes: Pastiches, Parodies and Copies, Farnham, Surrey, UK, Ashgate Publishing, 2003, p. 10.

82 Naugrette Jean-Pierre, Le Crime étrange de Mr Hyde, Arles, Actes Sud, « Babel », 1998.

83 Le terme « avatar » trouve son origine en Inde, où il signifie « descente » et désigne les incarnations d’un dieu hindou, descentes divines sur terre pour sauver les mondes du désordre cosmique engendré par les ennemis des dieux (les démons).

84 T. S. Eliot, review of The Complete Sherlock Holmes Short Stories, 1929, cité par H. Zecher, W. Gillette, America’s Sherlock Holmes, Bloomington, IN, XLibris, 2011, p. 284. [« Le plus grand des mystères holmésiens est peut-être le suivant : quand nous parlons de Holmes, nous tombons invariablement dans le fantasme de son existence. »]

85 Starrett Vincent, « 221B », poème traduit par M. Bourdet, Société Sherlock Holmes de France. Publié dans L’Homme qui était Sherlock Holmes, de Ely M. Liebow, Paris, Ed. Baker Street, 2009, p. 375.

Author

Professeur émérite de littérature et de civilisation américaines. Ancien directeur du CERLI, il a publié nombre d’articles sur l’imaginaire anglo-saxon : les mondes perdus, le roman de la Frontière, les mythes américains, le gothique, le roman d’aventures, C. B. Brown, Jack London, etc. Ses principales publications incluent Des mines du roi Salomon à la quête du Graal, La Terreur et le sacré : la nuit gothique américaine, Jules Verne face au rêve américain, King Kong, ou la revanche des mondes perdus, Nouveau Monde, autopsie d’un mythe (éd. Michel Houdiard), Frontières barbares (éd. E-dite, 2000), L’Éternel déluge (éd. E-dite, 2000), L’Atlantide de A à Z (éd. E-dite, 2001, en collaboration avec Jean-Pierre Deloux) et Le Retour des morts (Rouge Profond, 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2016

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Read

Exclusive access

open access

Provided by L’éditeur de ce site