Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Première partie. Les premiers temps

Argent et christianisme à l’époque théodosienne (fin ive-début ve siècle) : prolégomènes à une histoire financière de la christianisation de l’Empire romain

Bertrand Lançon

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Dans l’étude des finances dans le Bas-Empire romain, les historiens français sont à la pointe. Cit (...)

1Chez les historiens, il est peu fréquent que finances et religion aboutissent à des travaux qui combinent leurs éléments respectifs. L’histoire romaine et celle de l’Antiquité tardive n’échappent pas à cette dualité tendancielle qui, pourtant, nous prive de recherches fécondes1. À l’occasion des mélanges offerts à Jean Kerhervé, je voudrais attirer l’attention sur le rôle que joua l’argent dans l’extension de la puissance chrétienne au cours des ive et ve siècles.

  • 2 Charles Pietri, Roma christiana, Rome, BEFAR, 1976, 2 vol.

2Certes, on a déjà étudié les donations et dotations qui édifièrent le premier patrimoine de l’Église romaine2. Mais le rôle de cet argent ne réside pas seulement dans le jeu d’une donation active et d’une réception passive. Afin de montrer son importance et ses divers aspects, j’ai choisi de sonder trois sources, qui sont autant d’exemples susceptibles d’étayer ma démonstration.

  • 3 Marc le Diacre, Vie de Porphyre, évêque de Gaza, éd., trad. et comm. d’Henri Grégoire et M.-A. Kug (...)
  • 4 Vie de sainte Mélanie, éd., trad. et notes de Denys Gorce, Paris, Sources chrétiennes, 90, 1962.

3En premier lieu, de Constantin à Valentinien III, entre 312 et 438, plusieurs lois mentionnées par le Code théodosien constituent des incitations financières à se faire catholique, en pénalisant par l’argent ceux qui n’ont pas fait la démarche de le devenir et ceux qui prétendraient cesser de l’être. En deuxième lieu, La vie de Porphyre de Gaza, racontée par Marc le Diacre3, rapporte avec précision quelles aides financières l’évêque de Gaza et son entourage reçurent de l’empereur Arcadius vers 401-404, aides qui furent déterminantes dans l’élimination des cultes païens et le triomphe du christianisme dans cette ville. Enfin, La vie de Mélanie la Jeune, rédigée au milieu du ve siècle par Gerontios4, permet de suivre les péripéties par lesquelles la femme la plus riche de l’Empire romain réussit à se dessaisir de l’ensemble de sa fortune, distribuant de manière totalement inédite l’intégralité d’un patrimoine sénatorial colossal, réparti dans tout l’Empire.

4Ces trois exemples permettent d’appréhender, dans le processus de christianisation et plus précisément de « catholicisation », des réalités concrètes sous-estimées, si ce n’est ignorées pour des raisons idéologiques qui, à mon sens, outrepassent la simple pudeur. Elles témoignent en effet de pressions exercées par des leviers financiers et d’un renversement de valeurs au sein de la société romaine. Elles accréditent une nouvelle composante dans le processus de christianisation, qui n’est pas d’ordre religieux, et encore moins spirituel. Il s’agit d’incitations relevant d’une persuasion à la fois matérielle et civique. C’est une raison pour laquelle, me semble-t-il, ces exemples plaident pour un travail à faire, qui gagnerait sans doute à être collectif : une histoire financière de la christianisation de l’Empire romain.

5C’est au cours du ive siècle, après la lettre milanaise de Licinius et Constantin de février 313, que la christianisation de l’Empire révèle d’indéniables composantes financières et patrimoniales. Dans ce processus, les années théodosiennes, à la fin du ive et au début du ve siècle, sont celles d’une inflexion décisive.

Des sanctions financières contre l’apostasie dans le Code théodosien

  • 5 Codex theodosianus (CTh ), Berlin, éd. Théodore Mommsen, 1962, p. 884-886. Traduction française et (...)

6Il est intéressant de se pencher, entre autres lois, sur les décrets impériaux proclamés à la fin du ive et au début du ve siècle à l’encontre des chrétiens apostats. On en trouve sept dans le livre XVI du Code théodosien, entre 381 et 426. Il est remarquable que les abandons du christianisme ont constitué un phénomène numériquement assez important pour que le Code y consacre entièrement l’article 75, après avoir consacré aux hérétiques un très copieux article 5, riche de soixante-six lois.

  • 6 CTh, XVI, 7, 1 (Constantinople).
  • 7 CTh, XVI, 7, 2 (Constantinople) : « ut sint absque iure Romano ».
  • 8 CTh, XVI, 7, 3 (Poetovio).
  • 9 CTh, XVI, 7, 4 (Concordia).
  • 10  «A consortio omnium segregati sint.» 
  • 11 CTh, XVI, 7, 6 (Constantinople).

7Adressée par Gratien, Valentinien II et Théodose au préfet du prétoire Eutrope, la loi du 2 mai 381 évoque ceux qui « ex christianis pagani facti sunt », pour leur enlever la faculté de tester, et donc de transmettre leurs biens par testament6. Deux ans plus tard, le 20 mai 383, les mêmes empereurs s’adressent au préfet Postumianus pour réaffirmer cette disposition. Sont ici visés ceux « qui ad paganus ritus cultusque migrarunt » : leur postestas testamentum leur sera retirée, et ce, envers quiconque. De la sorte, ils se verront amputés d’un droit civique romain7. À cette perte s’ajoute celle de la postestas usurpandorum hereditatis, qui prive le citoyen de recours juridique en cas de litige dans une affaire de succession. Le lendemain, les mêmes empereurs assortissent cette loi d’un pendant, pour l’Occident, qui précise que la « migration » qui est visée est celle du chrétien vers le paganisme, le judaïsme ou le manichéisme, et que tout acte testamentaire rédigé à l’encontre de cette loi serait considéré comme une prévarication8. L’insistance théodosienne sur cette question se poursuit ensuite avec une loi adressée de Concordia au préfet Flavien, le 11 mai 391, par Valentinien II, Théodose et Arcadius. Celle-ci a valeur de confirmation du dispositif d’exclusion de la transmission testamentaire, tout en prononçant le double délit qui la cause : la trahison de la foi sainte, et la profanation du baptême9. Selon cette loi, les coupables d’apostasie doivent être séparés de la communauté10 ; ils perdent toute faculté de léguer comme d’être légataires : « Nulli in hereditate succedant, a nemine scribantur heredes. » Une nouvelle pièce s’ajoute cinq ans plus tard avec la loi du 23 mars 396, adressée de Constantinople par Arcadius et Honorius au préfet Césaire. Elle confirme encore l’exclusion de ceux qui, est-il dit cette fois, « cum essent christiani, idolorum se superstitione impia maculauerint ». La force hostile du propos répète la poena : « Testandi in alienos non habeant facultatem », avec la liste de ceux qui, seuls, peuvent désormais revendiquer une succession : père, mère, frère, sœur, fils, fille, neveu, nièce, à l’exclusion de toute personne étrangère à cette proche parentèle11.

  • 12 CTh, XVI, 7, 7 (Ravenne).

8La loi du 7 avril 426, souscrite par Théodose II et Valentinien III, vient confi r-mer le dispositif précédent, tout en y ménageant une ouverture pour d’éventuels héritiers12. Ainsi, non seulement la mort ne lave-t-elle pas de l’apostasie, mais un testament peut-il être cassé de manière posthume s’il est avéré que le testateur a renié le christianisme. Elle donne cependant aux légataires empêchés d’un apostat, à la condition, bien sûr, qu’ils soient chrétiens, la possibilité d’un appel en legitima successio. La loi, ici, se montre moins inexorable, d’abord en ne punissant pas des héritiers pour le reniement de leur père, en prenant en compte l’hypothèse que les héritiers d’un apostat puissent ne pas l’être également. Mais on voit bien qu’après celui de l’intimidation vient le temps de l’intéressement. Dans un premier temps, la loi dissuade avec insistance de renier le christianisme, sous peine de perdre le patrimoine familial. Et, plus tardivement, en permettant à des héritiers de récupérer un patrimoine en se déclarant chrétiens, elle associe la profession de foi à un intérêt pécuniaire. Cela engage les termes de la conversion sur une voie où les arguments spirituels ne sont plus, dira-t-on pudiquement, le paradigme décisif. Faut-il y voir une réponse à la prétendue « réaction païenne » de cette époque ? Il est clair que le dispositif légal qui frappe les apostats d’incapacité testamentaire dépasse largement le cadre circonstanciel de l’usurpation d’Eugène (392-394), au cours de laquelle la liberté des cultes fut brièvement réinstaurée en Occident. L’insistance itérative de ces lois indique, me semble-t-il, que la christianisation du monde romain s’est accompagnée d’un lot significatif de défections. Aux yeux des empereurs théodosiens, les patrimoines ne devaient pas s’égarer hors des légataires chrétiens et alimenter les tenants de cultes désormais proscrits. Cela aboutit à une ségrégation, retranchant du droit romain, selon l’antique critère d’infamie, une frange de la population des possédants. La christianisation fut donc aussi, chez ces derniers, l’effet d’une pression financière. On en ignore l’ampleur, mais la répétition de lois similaires pendant les quinze ans du règne de Théodose pourrait faire penser à un échec de leur application. Et les trente années de silence qui suivirent – de 396 à 426 – pourraient indiquer un succès de cette politique, s’il n’y avait ce rappel impérieux de 426.

Des subsides impériaux à l’évêque Porphyre de Gaza

9À la même époque, l’affaire des temples de Gaza apporte quelques éléments au dossier. L’évêque de la ville, Porphyre, se rendit à Constantinople en 402 avec une délégation afin de demander à l’empereur Arcadius la fermeture des temples de Gaza, qui demeuraient fréquentés en dépit des édits impériaux datant de Théodose. Cette délégation est reçue par l’épouse du prince, Eudoxia, qui plaide sa cause auprès de lui. À l’issue de la cinquième audience, l’Augusta fait un don de 200 livres d’or, soit 14 400 solidi, à Porphyre, afin de bâtir à Gaza une église et un xenodochium pour accueillir les pèlerins, les pauvres et les malades. De plus, elle offre à Jean de Césarée, qui accompagne Porphyre, 1 000 solidi, ainsi que des privilèges pour son Église. En outre, elle offre des vases liturgiques et 100 solidi à chacun pour ses frais de voyage. Mais ce n’est pas tout. En effet, l’insistance d’Eudoxia et une lettre permettent à Porphyre et à Jean d’obtenir enfin une audience d’Arcadius. Celle-ci a lieu le 12 avril 402. Arcadius reçoit la délégation et fait remettre à chacun de ses deux chefs une allocation de 20 livres d’or, soit 1 440 solidi, à valoir sur les revenus de la province de Palestine. Cette somme était destinée aux Églises de Gaza et de Césarée, et Arcadius y ajouta pour chacun des deux hommes une poignée de 50 solidi.

10Les données fournies par les chapitres 53 et 54 de la Vie de Porphyre permettent d’évaluer l’ensemble des subsides impériaux perçus par ces deux évêques de Palestine au printemps 402 : 15 840 solidi pour l’Église de Gaza et 2 440 pour celle de Césarée, auxquels il faut ajouter 150 solidi pour chacun des deux évêques. Soit un total de 18 580 solidi, dont 15 600 offert par Eudoxia et 2 980 par l’empereur Arcadius. À titre de comparaison, Constantin avait assuré au baptistère et à la basilique du Latran des revenus annuels de 14 624 solidi. On peut donc dire que les offrandes du couple impérial aux deux évêques en 402 furent légèrement supérieures au revenu annuel du plus prestigieux et du mieux doté des ensembles épiscopaux d’Occident au ive siècle. On notera enfin que le déséquilibre entre les deux donations traduit une forte dissymétrie dans le couple impérial. L’Augusta offre en effet une somme cinq fois plus importante que son époux. Ce contraste est aisément explicable. Tandis qu’Eudoxia peut témoigner sans réserve de sa ferveur religieuse, le prince éprouve des réticences à subventionner de façon trop ostensible la répression de citoyens gazéens qui, pour n’être pas chrétiens, n’acquittent pas moins scrupuleusement leurs impôts. Il n’est donc pas question d’une quelconque tiédeur d’Arcadius dans la foi catholique, mais d’un sens des responsabilités politiques, qui lui défend de décourager des citoyens loyaux envers l’État.

La dispersion volontaire du patrimoine de Mélanie la Jeune

11Le couple des Romains Pinien et Mélanie représente un cas hors du commun de dispersion patrimoniale dans la première moitié du ve siècle. Ces deux cousins de la famille Valeria furent mariés à 14 et 17 ans afin de perpétuer un lignage sénatorial prestigieux et fortuné. Après la mort en bas âge de leurs deux enfants, ils se retirèrent à 20 et 23 ans dans une grande villa aux abords de Rome afin d’y mener une vie ascétique. Ils commencèrent, tout en visitant les malades, les détenus et les condamnés aux mines, à vendre leurs biens, tout en remboursant les dettes des prisonniers.

12Par l’entremise d’évêques, Mélanie obtint une audience avec Serena, tante de l’empereur Honorius et épouse de Stilicon, tuteur du jeune prince. Au cours de leur entretien, elle lui demanda le concours de la maison impériale dans cette vaste entreprise qu’était la vente totale de leurs biens, les siens propres et ceux de Pinien. Et elle l’obtint : Serena demanda à l’empereur de décréter la vente des biens du couple dans toutes les provinces, sous l’autorité des gouverneurs et des magistrats, à qui le produit des enchères serait versé.

  • 13 Vie de sainte Mélanie…, op. cit., 15. Gerontios précise qu’il tenait cette information de Pinien l (...)

13Nous disposons de quelques indices pour évaluer la fortune de ce couple singulier. Gerontios, qui écrit en grec, précise que le revenu annuel de Pinien était de 12 myriades d’or13. Il s’agit très vraisemblablement de 120 000 solidi puisque la myriade correspond au nombre 10 000. Un autre chiffre est donné un peu plus loin dans le texte : Mélanie aurait un jour réuni dans son triclinium la somme de 45 000 livres d’or. Sachant que l’on frappait 72 solidi à la livre, cela donnerait 3 240 000 solidi. Une somme astronomique, puisque, représentant seulement une partie de la fortune du couple, elle équivalait à 27 années du revenu de Pinien. Elle était, de toute évidence, beaucoup plus riche que lui.

14La fortune colossale du couple était ressentie par lui comme un fardeau, dont il fallait s’alléger pour gagner le royaume des cieux. Cette liquidation délibérée et systématique se fit de plusieurs façons.

15Il y eut des envois de numéraire. Les envois effectués dans les provinces par le couple correspondaient à 40 000, 30 000, 20 000 ou 10 000 solidi. Ce numéraire était puisé dans leur encaisse métallique, mais aussi dans le fruit des ventes réalisées. Ainsi, la liquidation des biens qu’ils possédaient à Rome permit d’envoyer des dons en Mésopotamie, en Syrie, en Palestine, en Égypte et dans la Pentapole de Cyrénaïque. Des terres, le couple en possédait partout. Ils vendirent, peu avant le sac de Rome par les Goths en 410, leurs propriétés de Rome, d’Italie, de Campanie et d’Espagne. Passés en Afrique, où ils demeurèrent sept ans (410-417), ils continuèrent les ventes, avec leurs terres d’Afrique proconsulaire, de Numidie et même de Maurétanie. Sur le conseil d’Augustin et d’Alypius, ils ne firent pas que des dons en argent aux communautés, mais offrirent des locaux et un revenu aux monastères. Alypius, ami d’Augustin et évêque de sa ville natale, Thagaste, reçut ainsi des joyaux d’or et d’argent, ainsi que des voiles précieux. Mélanie y fit construire deux monastères et les dota d’un revenu qui put faire vivre 80 moines et 130 moniales. De quoi provoquer la jalousie des autres évêques de Numidie…

  • 14 Palladius, Histoire lausiaque, 10, 3-4, Pambo.

16Séjournant ensuite à Jérusalem, ils confièrent leur or à ceux qui s’occupaient des pauvres et firent construire deux monastères, dont un doté d’une citerne. C’est aussi de là qu’ils demandèrent à un mandataire de vendre les derniers biens fonciers qu’ils possédaient en Espagne. C’est au cours de ce séjour au Moyen-Orient que Mélanie rencontra l’ermite Pambo. Elle lui offrit une somme très importante : 300 livres d’or – soit 21 600 solidi. Elle avait conscience de l’énormité de ce don puisque, selon Palladius, elle aurait insisté sur son ampleur14. Un accès déplacé de vaine gloire selon Palladius, qui se fait fort de montrer Pambo en donneur de leçon : il ne leva pas même la tête, faisant remarquer à Mélanie que son offrande ne s’adressait pas à lui, mais à Dieu.

  • 15 Vie de sainte Mélanie…, op. cit., 19.

17Il y eut aussi des dons en nature. Pinien et Mélanie offrirent ainsi des vêtements de soie, ainsi que de l’argenterie qu’ils firent fondre pour la transformer en mobilier d’église : autels, joyaux ou autres lampes15.

18Un autre cas est celui des achats fonciers ou immobiliers aux fins de donation. Pinien et Mélanie achetèrent des îles, pour les offrir aux moines qui les habitaient. On ajoutera que si le patrimoine de Mélanie paraît inépuisable, c’est que des imitateurs lui confiaient leurs biens, afin qu’elle les distribue et répartisse elle-même.

  • 16 Sur Pompeianus, voir André Chastagnol, Les Fastes de la préfecture de Rome au Bas-Empire, Paris, 1 (...)

19Les parents du couple réprouvèrent d’emblée leur projet de vie ascétique. Par la suite, le père de Mélanie, Valerius Publicola, tenta de soustraire ses biens à sa fille pour les distribuer à ses autres enfants, en fait à son frère. Quant au frère de Pinien, Severus, il convoitait ses biens, tout comme leurs parents. Un peu plus tard, en 409, le préfet de la Ville Gabinius Barbarus Pompeianus et le Sénat projetèrent de confisquer les biens que le couple avait encore à Rome pour les soustraire à la distribution, mais Pompeianus fut lynché avant de pouvoir le faire, par le peuple qui, en raison du blocus des Goths, souffrait de la disette16.

20Carrefour patrimonial de plusieurs branches de la famille Valeria, Pinien et Mélanie représentent un maillon essentiel dans l’évolution de la société romaine. D’abord, parce qu’ils inversèrent radicalement une des puissantes valeurs de cette société : l’avoir et le paraître, fondements du train de vie des riches, furent remplacés par l’exaltation de la pauvreté. Ensuite, parce qu’ils représentèrent un exemple. Peu le suivirent à une telle échelle, mais ils parvinrent à drainer des sommes qui s’ajoutèrent à leurs propres dons. Enfin, parce que, répartissant des capitaux énormes, des objets précieux, des terres et des bâtiments, ils dotèrent des Églises des trois continents de moyens financiers d’une ampleur toute nouvelle. Ils contribuèrent ainsi à asseoir économiquement les communautés chrétiennes d’Italie, d’Afrique et de Jérusalem. En comparaison de cette manne financière, dispensée pendant plus de trente ans, l’évergétisme des notables des cités de l’époque impériale semble à la fois contraint et mesuré. Pinien et Mélanie sont donc les acteurs d’un véritable new deal au sein de l’Empire romain.

Plaidoyer pour une étude globale

21Ces trois exemples sont éloquents. Ils plaident, à mon sens, pour le bien-fondé d’une entreprise historique qui tenterait d’établir les liens, à partir de Constantin, entre la christianisation de l’Empire romain et l’enrichissement des Églises, tout en tenant compte de la conversion au catholicisme des plus riches des citoyens romains. Cette coalescence entre les deux progressions, pour ne pas dire les deux croissances – christianisation des esprits et constitution de patrimoines ecclésiastiques – se doit d’être étudiée dans les textes, avec un relevé et un examen scrupuleux des chiffres disponibles. Sans nul doute, cette étude méthodique permettrait d’éclairer des angles demeurés inexplorés. Et, partant, d’envisager de nouvelles interprétations, à la charnière du spirituel et du matériel, de ce processus majeur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge qu’est la christianisation des pouvoirs.

Notes

1 Dans l’étude des finances dans le Bas-Empire romain, les historiens français sont à la pointe. Citons deux grandes références : Jean-Michel Carrié, L’economia e le finanze, Storia di Roma, 3, L’età tardoantica, Turin, 1993, p. 751-787 ; Roland Delmaire, Largesses sacrées et res privata. L’aerarium impérial et son administration du ive au vie siècle, Rome, Coll. de l’École française de Rome, 121, 1989.

2 Charles Pietri, Roma christiana, Rome, BEFAR, 1976, 2 vol.

3 Marc le Diacre, Vie de Porphyre, évêque de Gaza, éd., trad. et comm. d’Henri Grégoire et M.-A. Kugener, Paris, 1930.

4 Vie de sainte Mélanie, éd., trad. et notes de Denys Gorce, Paris, Sources chrétiennes, 90, 1962.

5 Codex theodosianus (CTh ), Berlin, éd. Théodore Mommsen, 1962, p. 884-886. Traduction française et annotation : Élisabeth Magnou-Nortier, Le Code théodosien, livre XVI, et sa réception au Moyen Âge, Paris, 2002, en part. p. 312-323.

6 CTh, XVI, 7, 1 (Constantinople).

7 CTh, XVI, 7, 2 (Constantinople) : « ut sint absque iure Romano ».

8 CTh, XVI, 7, 3 (Poetovio).

9 CTh, XVI, 7, 4 (Concordia).

10  «A consortio omnium segregati sint.» 

11 CTh, XVI, 7, 6 (Constantinople).

12 CTh, XVI, 7, 7 (Ravenne).

13 Vie de sainte Mélanie…, op. cit., 15. Gerontios précise qu’il tenait cette information de Pinien lui-même.

14 Palladius, Histoire lausiaque, 10, 3-4, Pambo.

15 Vie de sainte Mélanie…, op. cit., 19.

16 Sur Pompeianus, voir André Chastagnol, Les Fastes de la préfecture de Rome au Bas-Empire, Paris, 1962, n° 115, p. 265-266. Notice prosopographique dans PLRE 1, Pompeianus 2, p. 897-898.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540