Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le prince, l'argent, les hommes au Moyen Âge

 | 
Jean-Christophe Cassard
, 
Yves Coativy
, 
Alain Gallicé
, 
et al.

Première partie. Les premiers temps

Les femmes du roi d’Arrapha d’après quelques documents administratifs de Nuzi (xive siècle av. J.-C.)

Brigitte Lion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Quelques dizaines de tablettes y ont cependant été exhumées accidentellement lors d’un glissement (...)
  • 2 Datation établie par D. Stein, « A Reappraisal of the “Sauštatar Letter” from Nuzi », Zeitschrift (...)

1Le royaume d’Arrapha, situé sur la rive orientale du Tigre, dans l’actuel Kurdistan irakien, était une puissance très moyenne sur l’échiquier politique du Proche-Orient au Bronze Récent (seconde moitié du IIe millénaire av. J.-C.). Il était soumis au puissant État du Mittani, qui dominait depuis le xve siècle tout le Nord de la Mésopotamie et une partie de la Syrie ; mais le Mittani demeure fort mal connu car ses capitales, et par conséquent les archives qu’elles pouvaient abriter, n’ont pas été retrouvées. La ville d’Arrapha, capitale du petit État du même nom, se trouvait à l’emplacement de Kirkouk, et n’a pas pu être fouillée puisque ses ruines sont recouvertes par la ville actuelle1. Cependant une autre localité de ce royaume, Nuzi (tell de Yorghan Tepe), située à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de la capitale, a fait l’objet de cinq campagnes de fouilles par le Musée irakien de Bagdad et diverses institutions américaines entre 1925 et 1931. Les archéologues y ont mis au jour une ville ceinte de remparts, qui ne correspond d’ailleurs peut-être qu’à la partie haute de la ville antique, avec un grand bâtiment administratif, un temple double et plusieurs quartiers résidentiels, certains situés hors les murs. Palais, temples et de nombreuses maisons abritaient des tablettes, l’ensemble s’élevant à environ 5 000 textes, rédigés en langue akkadienne. Ces documents éclairent surtout la vie locale. Ils ont pu être datés du xive siècle av. J.-C.2.

2Ces antiques archives sont bien loin, chronologiquement et géographiquement, des terrains de recherche habituels de Jean Kerhervé ; nous avons du moins un siècle de prédilection en commun, mais le xive siècle dont il est question ici précède celui des ducs de Bretagne de près de trois millénaires. L’intérêt de Jean Kerhervépour les archives de l’État m’a incitée à choisir pour sujet du présent article des documents administratifs ayant trait à l’entourage du souverain d’Arrapha, plus spécialement à ses épouses secondaires. Contrairement à leurs sujets, monogames ou bigames dans des cas exceptionnels, les rois et les princes du Proche-Orient ancien avaient en effet le privilège d’entretenir plusieurs femmes. Des raisons politiques déterminaient souvent le mariage avec une épouse de premier rang ; on sait peu de choses en revanche sur le choix des épouses secondaires.

3Puissent les dames du royaume d’Arrapha s’attirer la bienveillance de Jean Kerhervé !

Sources concernant les épouses royales

Les tablettes du palais de Nuzi

4Le bâtiment que les textes nomment « palais » (ekallu), et qui doit correspondre à la vaste structure dégagée au centre du tell, ne constituait pas le lieu de résidence permanent ni principal du roi : en effet, Nuzi n’était pas la capitale, mais une ville de province. Le souverain d’Arrapha a cependant pu l’utiliser comme palais provincial car une partie des tablettes qui y ont été exhumées concernent la famille royale.

  • 3 E. Cassin, « Le palais de Nuzi et la royauté d’Arrapha », P. Garelli (éd.), Le palais et la royaut (...)
  • 4 = HSS. Il s’agit des volumes 13, 14 et 16. En outre les copies de quatre tablettes fragmentaires o (...)
  • 5 C. Zaccagnini, « Les rapports entre Nuzi et Hanigalbat », Assur, 2, 1979, p. 1-27, les date de la (...)

5La documentation du palais représente environ 600 textes, pour la plupart de nature administrative (elle diffère en cela des archives privées, constituées surtout de contrats, trouvées dans les maisons et dans l’un des temples de la ville). Plusieurs enregistrent des dépenses, sous forme de listes de personnes auxquelles sont attribuées des denrées diverses. Ces listes font connaître l’entourage du roi, en particulier ses épouses et ses enfants. Elles attestent même pour le roi d’Arrapha, contrairement aux usages en vigueur dans les autres cours, plusieurs épouses principales, désignées par les idéogrammes sumériens MUNUS.LUGAL, « reine ». L’une d’elles résidait dans la capitale, d’autres dans diverses villes du royaume, dont Nuzi3. Il n’en sera cependant pas question ici, mais seulement des épouses secondaires, connues par une vingtaine de tablettes qui consignent les distributions de trois produits de base : grain, laine et huile. Ces tablettes proviennent presque toutes de la même pièce, R 76, mais ont été publiées de façon dispersée dans différents volumes de la collection Harvard Semitic Series4. Il est impossible de les classer chronologiquement car les textes de Nuzi ne sont jamais précisément datés : ils portent tout au plus le nom d’un mois, mais on ignore leur année de rédaction5. En outre ils ne forment pas une série suffisamment continue ou homogène pour que l’on puisse en proposer une mise en ordre.

6Ces listes n’ont pas suscité beaucoup d’études, sans doute en raison de leur caractère répétitif et un peu aride. Or depuis quelques décennies, plusieurs publications ont mis en lumière des cas comparables de maisonnées royales, connues par les archives de divers sites du Proche-Orient ancien, qui toutes témoignent de la présence, dans l’entourage du souverain, de multiples épouses. Le bref rappel qui suit se limite aux cas attestés pour le IIe millénaire av. J.-C.

Points de comparaison dans les archives du IIe millénaire av. J.-C.6

Chagar Bazar : le domaine de Samsī-Addu

  • 7 P. Talon, Old Babylonian Texts from Chagar Bazar. Akkadica Supplementum, 10, Bruxelles, 1997.
  • 8 ARM 1 64. Cf. J.-M. Durand, Documents épistolaires du palais de Mari, t. 1, Paris, 2000, n° 15, p. (...)

7Au début du xviiie siècle av. J.-C., un groupe de tablettes trouvé à Chagar Bazar (dans le triangle du Habur) concerne le domaine provincial que le roi de haute Mésopotamie, Samsī-Addu, entretenait à cet endroit7 ; il s’agit de listes de distribution d’orge, sur lesquelles figurent quatre à six femmes qui pourraient être les épouses secondaires du roi. De même, le fils de Samsī-Addu, résidant à Mari, en Syrie, entretenait dans les régions gouvernées par son père (vers Šubat-Enlil) et par son frère (vers Ekallātum) des palais provinciaux où résidaient quelques-unes de ses concubines8.

8Les textes de Chagar Bazar évoquent un petit domaine et ne donnent pas de précision sur les femmes qui s’y trouvent. En revanche tous les autres corpus distinguent l’épouse principale du roi, ou du prince, de ses épouses secondaires.

Mari : le palais de Zimrī-Lîm

  • 9 N. Ziegler, Le Harem de Zimrī-Lîm, FM IV = Mémoires de N.A.B.U., 5, Paris, 1999.

9Quelques années plus tard, les archives du palais de Mari font connaître la composition de l’entourage féminin du roi Zimrī-Lîm (1775-1762)9 par le biais d’une quarantaine de longues listes. La plupart enregistrent des distributions d’huile et de laine, mais pas de grain. Ce sont les textes les plus nombreux et aussi les plus précis sur la hiérarchie des femmes du palais. D’autres listes énumèrent les femmes des palais provinciaux, mais il semble s’agir de la domesticité plutôt que d’épouses du souverain. La correspondance royale vient en outre enrichir la documentation administrative en apportant des précisions sur le statut ou l’histoire de femmes particulières.

Encore Nuzi : la maison du prince Šilwa-Teššup

  • 10 G. Wilhelm, Das Archiv des Šilwa-Teššup Heft 3, Rationen Listen II, Wiesbaden, 1985 (cité ci-après (...)

10À Nuzi même, au xive siècle, l’une des plus grandes demeures était celle d’un fils du roi d’Arrapha, le prince Šilwa-Teššup. Le plan de ce bâtiment évoque celui d’un petit palais et les archives, plus de 700 tablettes, montrent une gestion semblable à celle des maisons royales. On y trouve ainsi des listes de distribution de grain, de laine et d’huile à l’épouse principale de Šilwa-Teššup, à ses neuf épouses de second rang et à ses fils10. Cette documentation contemporaine de celle du palais, trouvée à quelques centaines de mètres, montre que non seulement le roi, mais aussi un prince, pouvait entretenir de multiples épouses.

Aššur : les édits médio-assyriens

  • 11 M. Roth, Law Collections from Mesopotamia and Asia Minor, Atlanta, 1995, chap. 11 : « Middle Assyr (...)

11D’Aššur proviennent plusieurs tablettes, qui cette fois ne relèvent pas de la gestion des réserves du palais mais contiennent des édits royaux concernant la vie de la cour. Ils ont été promulgués par neuf rois, depuis Aššur-uballit. Ier (xive siècle) jusqu’à Tiglath-Phalazar Ier (1114-1076). Plusieurs d’entre eux mentionnent « l’épouse du roi » et « les femmes du palais », ses épouses secondaires, pour réglementer très strictement leur conduite11.

Les musiciennes

  • 12 Une liste de ces femmes figure dans W. Mayer, op. cit., p. 111-115.

12Les épouses secondaires du roi d’Arrapha semblent relever de deux catégories, celle des nuārtu, « musiciennes » et celle des esirtu, « concubines », la seconde paraissant cependant inclure la première. Aucune liste ne paraît les énumérer en totalité, ni dans un ordre fixe ; en outre, certaines listes ajoutent les noms de femmes qui n’appartiennent pas à ces groupes12.

  • 13 N. Ziegler, op. cit., p. 69-83 et 94-96.
  • 14 Il existe dans les textes de Nuzi d’autres mentions de musiciennes, mais qui ne concernent pas for (...)

13La présence de musiciennes parmi les épouses du roi est bien connue à Mari, où il en existe plusieurs groupes : les grandes musiciennes, les petites, celles placées sous la responsabilité de dame Izamu, les enseignantes, ainsi que des femmes rattachées au bīt tegētim, « la maison des joueuses de lyre ». L’ensemble dépasse la centaine de personnes13. À Nuzi, cette catégorie n’est pas représentée dans la maison de Šilwa-Teššup ; en revanche son père, le roi d’Arrapha, comptait plusieurs musiciennes parmi ses épouses14.

Les musiciennes d’Akkad et du Hanigalbat

14Les musiciennes des textes de Nuzi sont bien moins nombreuses que celles de Mari. Deux listes donnent leurs noms : l’une qualifie neuf femmes de « musiciennes du pays de Hanigalbat », puis douze autres de « musiciennes du pays [d’]Akkad » (HSS 14 502, distribution d’orge) ; l’autre donne les noms de trois « musiciennes du pays d’Ak[kad] » puis de dix « musiciennes du pays de Hanigalbat » (HSS 13 199 ; la fin du texte est perdue, mais il est probable qu’il s’agit là encore de récapituler des produits fournis à ces femmes).

  • 15 Il y en a en fait peut-être un peu plus, 11 et 13, d’après d’autres listes présentées ci-après.

15Plusieurs noms sont communs aux deux listes et, en les recoupant, on peut estimer qu’il y a en tout à peu près dix musiciennes du Hanigalbat et douze d’Akkad15. Dans un cas les musiciennes du Hanigalbat sont citées les premières, alors que l’autre texte commence par celles d’Akkad : il n’y a donc pas de préséance de l’un des deux groupes. Quant à l’ordre d’énumération des femmes à l’intérieur de chaque groupe, il est différent dans les deux listes et il n’est donc pas possible d’y lire une hiérarchie.

Une différence ethnique ou une différence de pratique musicale ?

  • 16 J. Fincke, Die Orts- und Gewässernamen der Nuzi-Texte, RGTC, 10, Wiesbaden, 1993, p. 3-4, renvoie (...)

16Les termes de Hanigalbat et d’Akkad renvoient à des réalités politiques et géographiques. Hanigalbat est le nom donné à l’État du Mittani dans les textes de Nuzi. Akkad désigne traditionnellement la partie nord de la plaine de basse Mésopotamie, autrement dit la Babylonie ; il est difficile de savoir si à Nuzi ce mot correspond à une réalité plus précise et plus restreinte16. On pourrait supposer qu’une partie des musiciennes vient du centre de l’État du Mittani, et l’autre de Babylonie.

17Il est logique de trouver, chez les musiciennes du Hanigalbat, une onomastique hourrite, cette langue étant utilisée dans l’État du Mittani ; les noms de personnes hourrites sont d’ailleurs les plus fréquents dans les textes de Nuzi. Mais ce trait surprend davantage chez des musiciennes d’Akkad : en ce qui les concerne, on attend des noms akkadiens (ou, éventuellement, kassites puisqu’au milieu du IIe millénaire une partie de la population du royaume de Babylone est d’origine kassite). Or, si l’on trouve parmi elles une femme nommée Nāmirtu, « Brillante » en akkadien, la plupart portent des noms hourrites, tout comme leurs compagnes du Hanigalbat.

  • 17 ARM 10 126. Cf. J.-M. Durand, Documents épistolaires du palais de Mari, t. 3, Paris, 2000, n° 1166 (...)
  • 18 B. Groneberg, Die Orts- und Gewässernamen der altbabylonischen Zeit, RGTC, 3, Wiesbaden, 1980, p. (...)

18Ce point amène à proposer une autre hypothèse. Plutôt que deux groupes de femmes aux origines géographiques et ethniques différentes, il pourrait s’agir de femmes spécialistes de deux traditions musicales, celle du Sud de la Mésopotamie (Akkad) par opposition à celle du Nord (Hanigalbat) amenée par les populations hourrites. On pourrait trouver un indice d’une situation comparable quatre siècles plus tôt : une lettre du roi de Mari Zimrī-Lîm à son épouse principale lui demande de faire instruire quelques dizaines de captives dans l’art de la musique « subaréenne17 », c’est-à-dire des régions du Nord, en haute Mésopotamie18, celles où se forme plus tard l’État du Mittani. Dans les textes de Nuzi, chacun des groupes de musiciennes pourrait correspondre à un ensemble instrumental ou vocal. Cela expliquerait qu’une même femme, Šawaš-šušše (au nom hourrite), puisse être comptée une fois parmi les musiciennes d’Akkad et une autre parmi celles du Hanigalbat : soit il s’agit d’une erreur du scribe, soit elle a changé d’affectation.

Autres mentions des mêmes femmes, sans indication de leur profession

19Ces femmes figurent aussi dans d’autres documents, où leur qualité de musiciennes n’apparaît pas, soit parce que la tablette ne la mentionne pas, soit parce qu’elle est en partie cassée. Elles peuvent être seules, ou associées à d’autres personnes.

  • 19 Les sceaux n’ont, hélas, pas été publiés en même temps que les textes et l’étude conjointe des tab (...)

20Deux tablettes de distributions d’orge pour des mois différents concernent exactement les sept mêmes musiciennes d’Akkad (HSS 13 177 et HSS 16 358) et il faut peut-être y voir une subdivision de ce groupe, mais on ignore selon quels critères. Sur ces deux textes, ainsi que sur EN 10/2 134, les femmes ont apposé leurs sceaux19, comme il est parfois d’usage pour indiquer qu’une denrée a été reçue.

Les esirtu, « épouses secondaires »

  • 20 M. Morrison, « The Family of Šilwa-Tešub mâr šarri », Journal of Cuneiform Studies, 31, 1979, p. 3 (...)

21Dans plusieurs des listes présentées ci-dessus, le terme d’esirtu est employé soit à propos des musiciennes, soit à propos de femmes qui reçoivent avec elles des rations. Ce terme, en général traduit par « concubine », désigne dans les familles royales des épouses de second rang. Il est employé à Nuzi pour les épouses duprince Šilwa-Teššup20, ainsi que dans les listes du palais. Cette catégorie est à la fois plus nombreuse et plus souvent attestée que celle des musiciennes.

Les esirtu-musiciennes

22La catégorie des esirtu recouvre en partie celle des musiciennes, comme le montre le tableau ci-dessus : les musiciennes sont en effet parfois récapitulées, avec d’autres femmes, comme esirtu (HSS 13 482 et HSS 16 127).

  • 21 Cela est possible car la même Unuš-kiaše figure dans HSS 16 378 aux côtés de plusieurs musiciennes (...)

23Elles ne semblent pas toutes rattachées à la ville de Nuzi, mais aussi à d’autres localités du royaume : la plupart des musiciennes d’Akkad et deux du Hanigalbat font partie de « 31 es[irtu] de la ville de Zizza » (HSS 16 127) et les onze musiciennes du Hanigalbat sont appelées « esirtu musiciennes de la ville de Tašenniwe » (EN 10/1 28). On a dans ces deux cas l’impression d’une répartition géographique, les musiciennes d’Akkad se trouvant plutôt à Zizza et celles du Hanigalbat à Tašenniwe. Dans le détail, les choses semblent un peu plus complexes : ainsi une musicienne du Hanigalbat, Unuš-kiaše, est comptée tantôt comme esirtu de Zizza (HSS 16 127), tantôt comme esirtu musicienne de Tašenniwe (EN 10/128). Faut-il supposer un changement d’affectation de cette femme21 ? Faut-il considérer que certaines musiciennes du Hanigalbat résidaient à Zizza, avec peut-être toutes les musiciennes d’Akkad, et d’autres à Tašenniwe ?

24Un problème plus général est posé par la fin du texte EN 10/1 28, qui compte l’ensemble des femmes, presque toutes identifiables comme musiciennes d’Akkad ou du Hanigalbat, comme « 28 [femmes] de la ville de Nuzi » : quelle que soit leur affectation habituelle, les musiciennes étaient-elles en résidence à Nuzi, fût-ce de façon temporaire ? On peut le croire, du fait que ces textes ont été retrouvés dans cette ville ; ou alors il faut imaginer le palais de Nuzi envoyant des livraisons de céréales dans les villes voisines. Mais aucune de ces tablettes ne portant de nom d’année, il est impossible de dire si ces femmes ont résidé à Nuzi de façon durable ou non. Si elles habitaient en permanence à Nuzi, on comprend mal pourquoi certains documents les associent à Zizza ou à Tašenniwe. Si, en revanche, elles demeuraient dans ces villes mais venaient parfois à Nuzi, on ignore tout de la durée et des raisons de ces séjours.

Les autres esirtu

25D’autres esirtu évoquées dans les textes du palais n’y sont jamais désignées comme musiciennes. Certaines listes d’esirtu donnent à la fois les noms des musiciennes et ceux d’autres femmes à qui l’on ne connaît pas ce talent (HSS 13 482 et HSS 16 127). HSS 13 153 donne une liste de 8 esirtu et HSS 16 69 en donne 11. En tenant compte du fait que quelques-unes de ces femmes sont mentionnées sur plusieurs listes, on aboutit à un total de plus de 30 esirtu distinctes des musiciennes.

26Sans leur qualification d’esirtu, on les retrouve dans d’autres listes, qui comprennent aussi parfois les musiciennes et des fils et filles du roi :

27On voit par ce tableau complexe que les listes se recoupent les unes les autres et qu’il est difficile de délimiter des groupes cohérents. On peut repérer quelques grandes tendances, comme la présence de nombreuses esirtu de Zizza associées aux musiciennes d’Akkad (HSS 13 403 et 16 378), ou au contraire la présence d’un groupe d’esirtu qui ne semble pas avoir de relations avec la ville de Zizza (HSS 13 153 et 168).

28Lorsque le montant des versements est précis, toutes les femmes reçoivent la même quantité de grain. La seule exception est HSS 13 403, une distribution d’orge pour un mois, que l’on peut résumer ainsi en fonction des quantités attribuées :

  • 3 sūtu (20,1 litres) : 5 fils du roi, 18 femmes dont 9 esirtu de Zizza, 3 musiciennes d’Akkad et une du Hanigalbat ;
  • 2 sūtu (13,4 litres) : 12 femmes dont 2 esirtu, 7 musiciennes d’Akkad et une du Hanigalbat ;
  • 1 sūtu (6,7 litres) : 5 femmes dont 2 esirtu.
  • 22 D’après les archives de Šilwa-Teššup, sa première épouse reçoit toujours plus que ses épouses seco (...)

29Les esirtu de Zizza apparaissent donc dans la catégorie la mieux pourvue, et les musiciennes dans les deux premières catégories, probablement en fonction d’une organisation hiérarchique22. Néanmoins celle-ci n’est ni constante ni stricte, puisque des femmes des deux derniers groupes reçoivent toutes la même quantité standard de 2 sūtu d’orge dans une autre liste, HSS 13 168.

30Dans HSS 16 72, 18 musiciennes dont les noms ne sont pas précisés reçoivent chacune 3 sūtu d’orge. Il est tentant de les rapprocher des 18 femmes obtenant la même quantité dans HSS 13 403, d’autant plus que HSS 16 72 est scellé par une musicienne d’Akkad et une du Hanigalbat, ainsi que deux esirtu de Zizza, toutes présentes parmi le premier groupe de HSS 13 403. Si ces deux groupes sont bien identiques, HSS 16 72 étendrait l’appellation de « musiciennes » à un ensemble qui n’en compte en fait que quelques-unes.

31Ces deux listes, ainsi que HSS 16 378 portent les empreintes de sceaux de certaines esirtu.

Mentions des esirtu en tant que groupe

32Il arrive que la catégorie des esirtu apparaisse dans son ensemble sans que la liste de leurs noms soit donnée. La plupart des documents de ce type proviennent non du palais, mais de deux pièces (D 3 et D 6) d’un bâtiment situé au nord de celui-ci, qui abritait près de 300 tablettes administratives. Certains ont la forme de courts billets récapitulant des dépenses mensuelles, d’autres sont un peu plus développés ; ils enregistrent des livraisons de blé à des esirtu (HSS 13 155 et HSS 16 115) et des livraisons de bière (HSS 14 135).

33Parfois le nombre de femmes concernées ou leur lieu de résidence est indiqué :

  • livraison d’une couverture aux esirtu de Zizza (HSS 9 23 et 13 185) ;
  • livraison d’orge aux esirtu de Zizza (HSS 14 182 ; E. Cassin, Revue d’Assyriologie, 56, 1962, n° 4) ; à 35 esirtu de Zizza (HSS 16 118) ;
  • livraison de blé aux esirtu de [Zizza]23(HSS 15 240) ;
  • livraison d’orge aux esirtu de Nuzi (HSS 16 158) ; à 11 esirtu de Nuzi (HSS 15 269) ;
  • livraison d’orge à 10 esirtu de Nuzi et à 3 d’Anzukalli (HSS 16 116).

34Les lieux de résidence de ces femmes sont divers : Nuzi est étonnamment peu représenté ; on retrouve souvent Zizza et une autre localité apparaît : Anzukalli. Le roi semble donc avoir entretenu, dans différentes villes, des palais avec leur personnel et des épouses secondaires, même si, là encore, on ne comprend pas pleinement pourquoi l’administration de Nuzi devait se charger d’envoyer des rations à ces femmes habitant d’autres villes. On sait qu’il existe plusieurs reines : celles d’Arrapha, de Nuzi, de Tašenniwe, de Lubti et de Zizza ; chacune des principales villes du royaume devait être le lieu de résidence d’une reine et de plusieurs épouses secondaires, voire, comme à Zizza, de plusieurs dizaines, parmi lesquelles se trouvaient des musiciennes. Dans certains billets, la catégorie des esirtu suit ou précède immédiatement la mention de la reine (HSS 13 155, HSS 14 135).

  • 24 G. Wilhelm, AdŠ, 3, p. 29.

35On peut comparer cette situation à celle que révèlent les archives de ŠilwaTeššup : deux de ses épouses secondaires semblent résider, au moins en partie, ailleurs qu’à Nuzi, soit dans la capitale Arrapha, soit à Tašenniwe24. De même, pour le début du IIe millénaire, la documentation de Chagar-Bazar comme celle de Mari révèlent l’existence de domaines royaux en divers endroits, pourvus chacun de leur personnel mais aussi de concubines du souverain.

36Pour donner un exemple concret de la complexité du dossier, on peut résumer par le tableau ci-dessous les apparitions dans les tablettes de Nuzi de l’une de ces femmes, dame Unuš-kiaše, sous ses diverses désignations, quand toutefois celles-ci sont précisées :

Conclusion

37L’absence de datation de ces listes rend très difficile leur exploitation : il est impossible de les classer pour tenter d’y lire une évolution, et on ignore si elles s’étalent sur plusieurs années ou au contraire se concentrent sur quelques mois. Un autre problème vient d’un certain flottement dans la désignation des femmes, les musiciennes pouvant être comptées comme esirtu ; la réciproque est peut-être vraie, au moins dans un cas (HSS 16 72). La nature même de la documentation peut contribuer à fausser les données : les listes de distributions concernent toujours une seule denrée (orge, blé, huile…) et doivent émaner des services gérant ces biens ; les scribes ont sur la question un point de vue comptable, et qu’une femme soit rangée dans un groupe ou un autre doit leur importer finalement assez peu, pourvu qu’ils enregistrent le nombre exact de personnes ayant reçu des rations et les quantités déboursées.

38Compte tenu de ces limites, l’examen du dossier permet cependant de saisir un peu mieux la vie de la cour d’Arrapha : le roi résidait sans doute le plus souvent dans sa capitale, mais devait aussi se déplacer, passant d’une ville de province à une autre et d’un palais à un autre, chacun étant pourvu non seulement de personnel (la domesticité des maisons royales est énumérée dans d’autres listes), mais aussi d’une reine et de plusieurs épouses de second rang. L’ensemble des épouses secondaires documentées par les seuls textes de Nuzi dépasse la cinquantaine de femmes.

39Le souverain d’Arrapha étant d’une importance très relative dans le jeu politique, le train de ses maisonnées, entrevu dans les archives de Nuzi, laisse deviner celui des « grands rois », comme les appellent les archives diplomatiques de l’époque : celui du Mittani, ou de Babylone, devait entretenir des cours incomparablement plus nombreuses, qu’il s’agisse du personnel domestique ou des épouses. Les archives d’El-Amarna, contemporaines de celles de Nuzi, documentent les alliances matrimoniales, conclues au plus haut niveau, entre les grands rois et les pharaons de la XVIIIe dynastie, et font connaître certaines princesses de rang royal, mais laissent dans l’ombre les multiples épouses de second rang. La documentation de Nuzi, pour un petit royaume, permet de combler très modestement cette lacune.

40Enfin la comparaison avec les autres lots d’archives du IIe millénaire témoigne non seulement de l’existence de ces maisonnées royales mais aussi d’une certaine similitude de leur organisation, de leur hiérarchie et de leur mode de gestion. Les exemples connus se limitent cependant à la Syrie, la haute Mésopotamie et, dans le cas de Nuzi, à la Transtigrine, c’est-à-dire plutôt aux régions septentrionales du Proche-Orient. Les sources de basse Mésopotamie se prêtent moins à ce type d’analyse : la documentation du palais de Babylone n’a pu être exhumée, et les archives découvertes en Babylonie pour la seconde moitié du IIe millénaire n’ont pas été complètement publiées.

Notes

1 Quelques dizaines de tablettes y ont cependant été exhumées accidentellement lors d’un glissement de terrain au début du xxe siècle. Dispersées dans divers musées, elles ont été étudiées par K. Grosz, The Archive of the Wullu Family, Copenhague, 1988. Elles sont en tous points comparables aux tablettes des archives privées de Nuzi.

2 Datation établie par D. Stein, « A Reappraisal of the “Sauštatar Letter” from Nuzi », Zeitschrift für Assyriologie, 79, 1989, p. 36-60. Les textes de Nuzi trouvés lors des fouilles régulières sont répartis entre le Musée de Bagdad, l’Oriental Institute de Chicago et le Harvard Semitic Museum.

3 E. Cassin, « Le palais de Nuzi et la royauté d’Arrapha », P. Garelli (éd.), Le palais et la royauté, 19e RAI, Paris, 1971, Paris, 1974, p. 373-392, spécialement p. 378-381 et W. Mayer, Nuzi-Studien I. Die Archive des Palastes und die Prosopographie der Berufe, AOAT 205/1, Neukirchen-Vluyn, 1978, p. 110-111.

4 = HSS. Il s’agit des volumes 13, 14 et 16. En outre les copies de quatre tablettes fragmentaires ont été publiées par J. Fincke sous le sigle EN (= Excavations at Nuzi) 10/1 (1996) et 10/2 (1998), dans les volumes 8 et 9 de la série SCCNH (Studies on the Civilization and Culture of Nuzi and the Hurrians).

5 C. Zaccagnini, « Les rapports entre Nuzi et Hanigalbat », Assur, 2, 1979, p. 1-27, les date de la dernière génération documentée par les archives de Nuzi, sur la base de critères prosopographiques (p. 13), mais il semble impossible de proposer une datation plus fine.

6 Voir les cartes jointes ; mes remerciements vont à Martin Sauvage pour ses fonds de cartes et à Xavier Faivre pour son aide technique.

7 P. Talon, Old Babylonian Texts from Chagar Bazar. Akkadica Supplementum, 10, Bruxelles, 1997.

8 ARM 1 64. Cf. J.-M. Durand, Documents épistolaires du palais de Mari, t. 1, Paris, 2000, n° 15, p. 91-92.

9 N. Ziegler, Le Harem de Zimrī-Lîm, FM IV = Mémoires de N.A.B.U., 5, Paris, 1999.

10 G. Wilhelm, Das Archiv des Šilwa-Teššup Heft 3, Rationen Listen II, Wiesbaden, 1985 (cité ci-après AdŠ, 3).

11 M. Roth, Law Collections from Mesopotamia and Asia Minor, Atlanta, 1995, chap. 11 : « Middle Assyrian Palace Decrees (MAPD) (ca. 1076 B.C.E., Assur) », p. 195-209, avec la bibliographie antérieure.

12 Une liste de ces femmes figure dans W. Mayer, op. cit., p. 111-115.

13 N. Ziegler, op. cit., p. 69-83 et 94-96.

14 Il existe dans les textes de Nuzi d’autres mentions de musiciennes, mais qui ne concernent pas forcément les groupes étudiés ici et qui pour cette raison ne sont pas prises en compte. On trouve également des références à des musiciens. Voir W. Mayer, op. cit., p. 153-157.

15 Il y en a en fait peut-être un peu plus, 11 et 13, d’après d’autres listes présentées ci-après.

16 J. Fincke, Die Orts- und Gewässernamen der Nuzi-Texte, RGTC, 10, Wiesbaden, 1993, p. 3-4, renvoie à la bibliographie sur cette question.

17 ARM 10 126. Cf. J.-M. Durand, Documents épistolaires du palais de Mari, t. 3, Paris, 2000, n° 1166 p. 349-351.

18 B. Groneberg, Die Orts- und Gewässernamen der altbabylonischen Zeit, RGTC, 3, Wiesbaden, 1980, p. 223-225.

19 Les sceaux n’ont, hélas, pas été publiés en même temps que les textes et l’étude conjointe des tablettes dans leur ensemble, textes et scellements, est une tendance récente dans ce type d’études. En l’occurrence, il serait intéressant de voir si ces sceaux se distinguent par une iconographie ou un style particuliers.

20 M. Morrison, « The Family of Šilwa-Tešub mâr šarri », Journal of Cuneiform Studies, 31, 1979, p. 3-29, spécialement p. 6-8, et G. Wilhelm, AdŠ, 3, qui traduit ce mot par « Haremsdame ».

21 Cela est possible car la même Unuš-kiaše figure dans HSS 16 378 aux côtés de plusieurs musiciennes d’Akkad et esirtu de Zizza.

22 D’après les archives de Šilwa-Teššup, sa première épouse reçoit toujours plus que ses épouses secondaires, et parmi ces dernières certaines semblent plus favorisées que d’autres, comme le montre le tableau établi par G. Wilhelm, AdŠ, 3, p. 25. Pour le personnel domestique de la même maisonnée, des différences apparaissent en fonction du sexe des serviteurs et probablement de leur âge : cf. G. Wilhelm, Das Archiv des Šilwa-Teššup Heft 2, Rationen Listen I, Wiesbaden, 1980, p. 22.

23 Le nom de cette ville est très probablement à restituer dans la cassure, d’après la suite du texte qui concerne d’autres livraisons pour Zizza.

24 G. Wilhelm, AdŠ, 3, p. 29.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540