Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant fou

 | 
Hélène Machinal

Troisième partie. Du mythe à l'archétype

L’étrange cas du docteur Murakami dans Baptism, manga de Kazuo Umezu, Japon, 1995

Liliane Cheilan

Texte intégral

1Créé après le Dr Frankenstein, le Dr Jekyll et le Dr Moreau, un personnage de médecin sans scrupule n’est pas à l’abri de toute suspicion. Ainsi en est-il pour le docteur Murakami. Un homme qui s’applique à redonner beauté et jeunesse à une de ses patientes, en transférant le cerveau de la dame dans le corps de sa fille, est susceptible d’être considéré comme un savant fou – même s’il ne suffit sans doute pas d’être médecin et de faire quelque chose d’horrible pour mériter d’être rangé dans cette illustre catégorie. Kazuo Umezu, créateur de ce personnage, est tenu au Japon pour un grand maître du manga d’horreur. D’abord connu en France grâce à la parution chez Glénat en 2004 de L’École emportée, best-seller au Japon, Umezu est à nouveau édité chez Glénat en 2006-2007 avec Baptism, publié en feuilleton au Japon de 1974 à 1976 et paru en recueil en 1995 sous son titre original Senrei (qui signifie « baptême »). C’est dans ce manga qu’apparaît le docteur Murakami.

2Le docteur Murakami n’est pas a priori le personnage principal du manga. Il prend part à l’action dans le premier et dans le quatrième et dernier volume, c’est-à-dire au début et à la fin de l’histoire – moments stratégiques s’il en est. Dans Baptism, Kazuo Umezu met en scène le personnage d’Izumi, une actrice naguère extraordinairement belle, prête au pire pour retrouver sa jeunesse et sa beauté perdues. Le docteur Murakami, son médecin depuis l’enfance, prépare et expérimente sur des animaux une manipulation chirurgicale qui devra permettre de transplanter le cerveau d’Izumi à la place de celui de la fille qu’elle a mise au monde pour disposer d’un corps neuf et beau comme le fut autrefois le sien. Ce terrible projet donne lieu à une histoire extrêmement horrifiante. Mais le cas du docteur Murakami pourrait ne pas se résumer aux horreurs qu’il est capable de réaliser et pourrait constituer aussi un type tout à fait à part, susceptible d’enrichir, par un aspect inédit, la galerie de portraits des savants fous. Le docteur Murakami est-il « un savant fou » ? Faute d’une définition simple qui permettrait d’en juger sur-le-champ, on peut prendre comme références les trois docteurs évoqués en commençant – personnages de Mary Shelley, de Stevenson et de Wells – assez communément cités comme « savants fous » : Frankenstein, Jekyll et Moreau.

Une présence discrète, un personnage effacé

  • 1 Umezu K., Baptism, Grenoble, Glénat, 2006-2007, vol. 1, p. 23.

3Le Docteur Murakami n’apparaît dans l’histoire que parce qu’il est appelé au téléphone. L’actrice célèbre et adulée, Izumi Wakakusa, vient de constater les premiers indices vraiment inquiétants du flétrissement de sa beauté, en particulier une tache hideuse qui commence à envahir le côté gauche de son visage : Murakami est son seul espoir. On n’entend pas ce qu’il répond au téléphone et lorsqu’il vient rejoindre Izumi dans son appartement, on ne voit de lui que ses pieds franchissant le seuil, sa silhouette assise de dos et jamais son visage qui reste dans l’ombre. En apprenant le tourment d’Izumi, il prononce quelques paroles de commisération. Puis, il déclare : « Allons, écoutez-moi calmement. Je vais vous aider à trouver la voie pour vous en sortir1. » Mais le lecteur ne saura pas tout de suite ce qu’il lui a dit alors.

4Il sait, en revanche, que le docteur a suivi Izumi dans sa retraite loin des regards après qu’elle eut accouché d’une jolie petite fille, Sakura, conçue avec un inconnu de passage. Invisible, au dernier étage de la grande maison qu’Izumi habite avec sa fille, au fil des ans, Murakami fait des expériences sur des chiens et des chats… Cette discrétion n’est pas nécessairement contradictoire avec l’état de savant fou, elle en est au contraire une caractéristique : Victor Frankenstein se cloître dans son laboratoire d’Ingolstadt, Moreau se cache dans son île, où il accueille à contrecœur le naufragé Prendick, et Jekyll se terre chez lui chaque fois qu’il expérimente. Le savant fou n’est pas assez fou pour étaler au grand jour des activités qui le mettent en dehors des lois des hommes et des lois de la nature.

5En tant qu’hommes, les savants fous de Mary Shelley, Stevenson et Wells n’attirent pas non plus l’attention par leur aspect physique. Contrairement aux personnages surjoués ou caricaturaux présentés dans certaines adaptations cinématographiques ou bandes dessinées, ils sont plutôt beaux et de bonne prestance, mais sans relief particulier, qu’ils soient jeune encore comme Victor Frankenstein ou d’âge mûr comme Moreau et Jekyll. On finit par voir Murakami dans le volume un, au moment où il opère le terrifiant transfert du cerveau d’Izumi dans le corps de Sakura. C’est également ce qu’on peut appeler un bel homme : grand, chevelure blanche, visage neutre et impassible.

  • 2 Umezu K., op. cit., vol. 3, p. 193-196.

6En revanche, les trois romanciers ne renoncent pas à faire connaître au lecteur les motivations secrètes et en quelque sorte le credo de leurs personnages. Très longuement dans le cas de Victor Frankenstein – la majeure partie du roman étant constituée par sa longue à confession à Robert Walton –, à son heure dans les deux autres romans, chacun des personnages explique, développe et justifie son grandiose dessein. Ce n’est pas du tout le cas de Murakami. Ce n’est que dans un flash back dans le volume 3 que le lecteur apprend quelque chose de ses motivations. Parlant à Izumi de sa fille, il explique : « Lorsqu’elle sera grande, on lui enlèvera le cerveau afin d’implanter le vôtre », et il ajoute : « Savez-vous pourquoi je suis toujours votre médecin traitant ? C’est parce que je veux réaliser ce projet2. » Si Murakami parle enfin de projet, on est loin des ambitions prométhéennes des trois autres. Murakami n’a pas de dessein préexistant. Il ne semble se soucier ni de percer les secrets de la vie, ni de reproduire à sa façon l’évolution des espèces, encore moins d’opérer une décantation dans la nature double de l’homme. Il ne fait que répondre à une demande. Il n’est semble-t-il qu’un savant fou d’occasion.

Un personnage horrifique

7Faut-il pour autant recaler Murakami dans son examen d’admission au rang de savant fou ? Pas si vite. Murakami n’est pas un médecin ordinaire que l’occasion et la compassion auraient rendu criminel. Il travaille, des années durant, dans son laboratoire secret et possède un attirail scientifique de caractère un peu artisanal qui se présente d’emblée comme signe emblématique des activités du savant fou. Mais les instruments et appareils chirurgicaux seront vite perçus plutôt comme des instruments de torture. Les monceaux de cadavres d’animaux trépanés accumulés au dernier étage de la maison, le sang qui coule à travers le plafond, tout comme le cerveau de la fillette jeté négligemment sur le sol et foulé aux pieds relèvent d’un scénario d’horreur plus que d’une pratique chirurgicale orthodoxe.

  • 3 Umezu K., op. cit., vol. 1, p. 177.

8Car une autre caractéristique du savant fou – au moins au moment où il prépare et réalise son projet – est une absence totale de scrupule et une insensibilité absolue à la souffrance pour autrui qu’implique la réalisation de son entreprise. Murakami ne s’émeut pas des cris, de l’épouvante, de la terreur de Sakura attachée sur la table d’opération, obligée d’assister à la trépanation de sa mère en attendant son tour et sachant ce qui l’attend – pas plus que Moreau n’a de scrupule à infliger de longs et insupportables tourments au puma, comme à tous les animaux qu’il fait passer par la « maison de la douleur ». Murakami qui pratique l’anesthésie par acupuncture constate que Sakura résiste à la perte de connaissance : elle est paralysée mais consciente. Il se contente de lui dire : « Si j’étais toi, je me dépêcherais de perdre connaissance. Sinon tu sentiras ton crâne se faire percer dans les moindres détails3 » et il poursuit son activité sans plus s’en soucier.

9Paradoxalement, le savant fou n’est pas un « méchant ». La souffrance qu’il peut infliger n’est pas un but, c’est simplement quelque chose à quoi il n’attache aucune importance – il faut même dire aucune attention – parce qu’il est totalement absorbé par une idée fixe. Cette idée fixe, c’est bien celle qui obsède Victor Frankenstein durant son séjour à Ingolstadt et c’est celle que poursuit inlassablement Moreau, au point que l’un et l’autre s’irritent de tout ce qui peut distraire ou retarder un moment ce travail qui les absorbe tout entiers. On ne voit pas Murakami dans des transes comparables, mais, comme Jekyll, il s’obstine dans la reproduction de l’expérience réussie. Il n’hésitera pas à accepter de recommencer l’opération pour transplanter à nouveau le cerveau d’Izumi dans un autre corps – celui de Sakura commençant à être affecté par la maladie de peau de sa mère.

10Mais ceci n’est pas encore décisif pour admettre définitivement le docteur Murakami dans la confrérie des savants fous.

Le savant fou et sa créature

11Dans le corpus de référence, le savant fou se définit essentiellement par sa créature. En concurrence avec la Nature ou avec le Créateur, il crée des êtres vivants, mais il ne les crée pas ex nihilo, ni à partir de matériaux primaires de l’ordre de l’atome ou de la molécule et c’est cela qui fait problème : faire une créature évoluée avec des éléments d’une autre créature évoluée. Il obtient ainsi une créature innommable, c’est-à-dire qu’on ne peut ranger dans aucune catégorie – en fait, ce qu’on appelle très précisément un monstre.

  • 4 Stevenson R. L., L’Étrange Cas du Dr Jekyll et de M. Hyde, Paris, Pocket, 1994, p. 34.
  • 5 Ibid., p. 43.

12La créature de Frankenstein, qui ne reçut jamais de nom, n’est perçue comme un être humain ni par son créateur ni par ceux que sa seule vue terrifie. Quant aux créatures de Moreau, elles portent encore si fortement la marque de l’animal dont elles sont issues qu’elles déclenchent un malaise similaire de dégoût, de frayeur ou de rejet. Hyde lui-même provoque chez tous ceux qui l’approchent une sorte d’horreur irraisonnée : « Il y a quelque chose d’insolite dans son apparence, quelque chose de désagréable, quelque chose de franchement haïssable4 » dit de lui Enfield, tandis qu’Utterson s’écrie : « Dieu du ciel ! Cet homme semble à peine humain5. »

  • 6 Ibid., p. 113.
  • 7 Leclercle J.-J., « Tissage et métissage », in Naugrette J.-P. (dir.), Dr. Jekyll & Mr. Hyde, Paris (...)
  • 8 Mousse M., Frankenstein, Paris, Delcourt, coll. « Ex Libris », 2007-2008, vol. 2, p. 26.

13Outre qu’elles se rangent mal dans la catégorie de l’humain, ces créatures ont une identité douteuse : la créature de Frankenstein pas plus que Hyde – que Jekyll qualifie d’inorganique6 – n’ont et ne peuvent avoir, comme le remarque Jean-Jacques Lecercle, de papiers d’identité7. Quels liens ces créatures entretiennent-elles avec celles dont elles sont issues ? Quelle obscure hérédité vient hanter la personnalité du monstre de Frankenstein ? Est-ce en raison de réminiscences provenant de la vie antérieure des êtres dont il est fait, qu’il apprend si vite et si bien le langage humain en l’absence de toute éducation véritable ? C’est ce que suppose, en tout cas, Marion Mousse dans son adaptation en bandes dessinées du roman de Mary Shelley8. Est-ce parce qu’on lui a implanté un cerveau d’assassin qu’il ne peut s’empêcher de tuer, comme dans l’adaptation au cinéma de James Whale ? Et Hyde ? Qui est Hyde ? Est-il distinct de Jekyll ou bien fait-il partie de lui ?

  • 9 Voir Leclercle J.-J., op. cit., p. 47.

14De ce point de vue-là, le docteur Murakami est tout à fait dans la ligne. Il a fabriqué justement une créature qu’on ne peut plus nommer. Non qu’elle n’ait l’air humaine, ni qu’elle soit hideuse – elle est fort belle au contraire puisque c’était le but de l’opération de donner un corps neuf et beau à Izumi. Mais, une fois l’opération réalisée, le lecteur ne sait plus à qui il a affaire. Il voit Sakura, mais il sait qu’il y a maintenant en elle le cerveau d’Izumi. Est-ce Izumi ? Ou bien Sakura ? Il n’y a pas eu échange de cerveaux comme dans l’exemple du militant antimilitariste et du colonel de la légion cité par Jean-Jacques Lecercle9 et, pour emprunter ici la terminologie qu’il utilise, Izumi et Sakura ont la même identité numérique, c’est-à-dire qu’elles occupent à présent le même segment de l’espace-temps. À la place d’Izumi et de Sakura, il y a, maintenant d’un côté un être vivant hybride composé de deux parties d’individus et de l’autre de la matière morte : le cadavre d’une femme vieillie à la boîte crânienne vide et un jeune cerveau écrasé sur le sol. Peut-on dire que d’une certaine façon Izumi et Sakura restent vivantes toutes les deux ?

  • 10 Ibid., p. 48.

15Cette question de l’identité se pose à un moindre degré avec les greffes d’organes – car même si on peut dire qu’un cœur greffé continue à vivre dans le corps du receveur, cela n’affecte pas vraiment l’identité de ce dernier – mais elle se pose avec plus d’acuité par exemple avec les greffes de visage tant notre apparence extérieure fait partie de nous et concourt à nous définir en tant qu’individu. Comme le remarque Jean-Jacques Lecercle : « le colonel chevelu et badgé n’a aucune chance de convaincre [les] camarades du Mouvement de la paix qu’il appartient à la légion » parce qu’il a perdu « ce qui pour le sens commun est le support obligé de l’identité personnelle, l’identité corporelle10 ».

  • 11 Rice A., Entretien avec un vampire, Paris, Pocket, 1990.
  • 12 Voir Cheilan L. : « Les ressorts de l’horreur chez les vampires enfants », in Astic G. et Marigny (...)

16C’est pourquoi, pour ses camarades de classe et en particulier pour son amie Ryoko, c’est bien Sakura qui retourne à l’école, après une absence de quelques jours mise sur le compte de la maladie. Mais le lecteur, lui, reste dans le malaise. Celle qui a toujours l’aspect de Sakura est devenue aussi malfaisante et cruelle qu’Izumi, tout en sauvant les apparences auprès de ceux qui doivent croire qu’elle est toujours la même – parmi lesquels son maître d’école sur lequel elle a jeté son dévolu, ce qui implique, forcément, d’éliminer son épouse. Les actes violents qu’elle commet – enfermer une camarade de classe trop curieuse dans une cabane de chantier qu’un bulldozer doit ensevelir, tenter de brûler sa rivale avec un fer à repasser ou la terroriser avec un cadavre de chien, précipiter un reporter sur les rails au passage d’un train – sont d’autant plus horrifiants qu’ils ne sont pas en adéquation avec son apparence. Comme l’enfant vampire Claudia, créée par Anne Rice11, cette pseudo Sakura est à la fois terrifiante et déstabilisante pour le lecteur parce qu’elle recèle un esprit d’adulte dans un corps d’enfant, dans un corps de jolie petite fille12. C’est ce qui la différencie de Hyde. Hyde est comme elle, uniquement préoccupé, jusqu’au crime, de la satisfaction de ses instincts, mais il est repoussant et son physique est en accord avec ses actes.

Un objet d’enquête

  • 13 Umezu K., op. cit., vol. 1, p. 204.
  • 14 Id.
  • 15 Ibid., p. 226.

17Il y a pourtant, même lorsqu’elle se comporte en petite fille, des indices dans la façon d’être de la nouvelle Sakura qui éveillent des soupçons sur son identité, notamment, au début, ceux de son amie Ryoko et surtout de Nakajima, la camarade de classe dont il vient d’être question. « En te regardant de dos, lui dit Ryoko, j’ai cru que tu étais quelqu’un d’autre… ça doit être les effets de la maladie13. » Elle remarque aussi : « C’est drôle, tu parles exactement comme ta mère14. » Mais Ryoko se laisse vite convaincre que les changements chez Sakura sont des séquelles de sa maladie. Nakajima en revanche n’arrive pas à croire qu’il s’agit de la même personne : « Tu ne la trouves pas un peu bizarre ? », demande-telle à Ryoko. Ajoutant : « Il y a vraiment quelque chose d’étrange. C’est comme si c’était quelqu’un d’autre15. » Izumi a beau avoir pris la précaution d’étudier de près les comportements de sa fille avant l’opération, il y a des choses qui ne collent plus – même la poule élevée par la classe, que Sakura était la seule à pouvoir approcher, se jette maintenant sur elle avec agressivité – et la pseudo Sakura ne peut échapper à quelques pièges que lui tend la trop suspicieuse Nakajima, qui paiera bien cher sa curiosité. Pourtant, parmi les tests imaginés par Nakajima, il y en a un qui tourne à son avantage. Par jeu, chaque élève de la classe avait imprimé ses empreintes digitales sur un cahier commun. Nakajima se débrouille pour recueillir celles de la pseudo Sakura : ce sont bien les mêmes que celles qui figurent sur le cahier ! Il s’agit donc bien de Sakura concluent les fillettes – sans convaincre Nakajima.

  • 16 Umezu K., op. cit., vol. 3, p. 271.

18Il est vrai que la société qui, par exemple, garde en prison un condamné qui proteste qu’en vingt ans de réclusion il a changé et qu’il n’est plus le même, donne le pas aux empreintes digitales sur ce qui a changé dans la tête de cet homme. La réaction – très surprenante – de l’amie Ryoko, lorsque la pseudo Sakura, dans une situation de plus en plus critique lui avoue tout, va dans ce sens. Bien que perturbée jusqu’au malaise par les révélations qu’on vient de lui faire, Ryoko dira : « Même si son cerveau est celui de sa mère, elle n’en reste pas moins Sakura16 ! »

  • 17 Umezu K., op. cit., vol. 1, p. 5.

19Dans Baptism, le lecteur balance entre l’attitude de Nakajima et celle de Ryoko : refuser de voir Sakura dans un personnage qui en a l’apparence corporelle ou considérer que d’une certaine façon c’est quand même elle malgré tout, car si son corps est possédé par l’esprit de sa mère, n’en a-t-elle pas de toutes façons aussi reçu les gènes ? Quand la pseudo Sakura commence à apercevoir sur son visage les mêmes horribles taches qui défiguraient Izumi, est-ce un effet du cerveau d’Izumi qu’elle porte ou est-ce tout simplement inscrit dans son patrimoine génétique ? Finalement, ce qu’a fait le docteur Murakami, c’est de permettre à Izumi d’accoucher d’elle-même. En donnant naissance à Sakura, c’est elle-même qu’elle voulait faire renaître, et le manga s’ouvre sur cette question en exergue : « Qu’est-ce qu’une mère pour sa fille ? Qu’est-ce qu’une fille pour sa mère ? Et… Qu’est-ce qu’une mère donne à sa fille17 ? »

Dédoublement…

20Mais le lecteur, à ce stade-là, n’est pas arrivé au bout de ses questionnements, ni de ses surprises, car Umezu a imaginé une fin à son histoire qui inverse toute la problématique et qui laisse proprement hébété. Depuis plusieurs pages, Umezu installait le doute chez le lecteur : tout un faisceau d’indices et de témoignages apportés par l’ancienne domestique d’Izumi, par un reporter en quête d’un article sensationnel sur l’actrice disparue, par des investigations menées par l’instituteur lui-même tendaient à démontrer qu’il y avait quelque chose de suspect concernant la personne du médecin et ses relations avec Izumi. Et voilà que, dans une scène particulièrement dramatique, alors qu’il s’apprête à faire une seconde transplantation du cerveau d’Izumi dans le corps de l’épouse de l’instituteur, le docteur Murakami voit son existence et sa réalité contestées par les autres personnages – excepté par Sakura.

  • 18 Umezu K., op. cit., vol. 4, p. 133-134.
  • 19 Ibid., p. 140-141.
  • 20 Ibid., p. 141.

21Les images montrent la femme de l’instituteur ligotée et bâillonnée sur la table d’opération. Sakura conduit vers elle le docteur Murakami. Ryoko, ligotée elle aussi par les soins de Sakura s’exclame : « Sakura ! À qui est-ce que tu parles ? […] Il n’y a personne d’autre à part toi18 ! » L’instituteur survient à son tour et commence alors une lutte d’influence psychologique intense entre Murakami et les autres. Tous s’adressent à Sakura. « Sakura, dit l’instituteur, reprends-toi ! […] Tu parles avec quelqu’un qui n’existe nulle part ! […] Écoute-moi bien, le docteur Murakami est mort il y a des décennies. Il est mort quand ta mère était encore enfant19 ! » Mais Murakami défend son existence : « Mademoiselle Izumi, ne le croyez pas, il ment ! Vous voyez bien que je suis ici20 ! » Il y est en effet et le lecteur le voit aussi.

  • 21 Ibid., p. 144.

22L’instituteur poursuit : « Tu parlais avec un fantôme qui vit dans ton cœur. L’opération n’a pas eu lieu. Tu m’écoutes ? Les cerveaux n’ont pas été transplantés21 ! » Pourtant, Murakami invoque des arguments irréfutables en faveur de la réalité de l’opération : il montre les taches d’Izumi sur le visage de Sakura et les cicatrices sur le crâne rasé qu’elle cachait sous une perruque. Le lecteur voit tout cela.

  • 22 Ibid., p. 146.

23« Oui, dit Sakura, l’opération a bien eu lieu22. »

  • 23 Ibid., p. 151-152.

24Et dès lors tout se fige. Murakami reste silencieux et immobile, Sakura à genoux et prostrée. « On ne peut rien faire, dit l’instituteur. Tant qu’elle verra ce docteur qui n’existe pas. […] Partout où nous emmènerons Sakura, il la suivra. On n’a pas trouvé le moyen de le faire disparaître23. »

25Le lecteur est à ce moment-là encore incertain de ce qu’il doit croire. Les images ou les paroles ? Dans une bande dessinée les images ont une force d’évidence naturelle. Sauf procédés spéciaux, ce que voit le lecteur est censé représenter ce qui se passe dans la fiction. Si ce que dit l’instituteur est vrai, depuis quand le lecteur est-il berné par des images qui ne montrent pas la réalité ? Que s’est-il passé au juste depuis le début ? Et une fois de plus, il se pose la question : qui a-t-il devant lui ? Izumi dans le corps de Sakura ou bien seulement Sakura ?

  • 24 Ibid., p. 173.
  • 25 Ibid., p. 176.

26La réponse va venir de ce qu’il faut bien appeler un coup de théâtre. Voici qu’apparaît maintenant Izumi toujours aussi hideuse et animée d’intentions meurtrières vis-à-vis de sa fille. Izumi avec son cerveau. Telle qu’elle était avant l’opération. « C’est ta mère ! s’écrie Ryoko. Elle est vivante ! Ça veut dire que l’opération des cerveaux n’a pas eu lieu24 ! » Un seul mot de Sakura suffira alors pour que l’image de Murakami se brise théâtralement et disparaisse : « Maman25… » Disparaissent aussi les taches sur le visage de Sakura et les cicatrices sur son crâne rasé. L’opération n’a pas eu lieu.

27Ainsi le docteur Murakami subit-il le même sort que ses confrères Frankenstein, Jekyll et Moreau : il est détruit par cela même qu’il avait créé.

Murakami, docteur créature ?

28Mais il faut plutôt dire maintenant par celle même qui l’avait créé, car le docteur Murakami n’a pas fabriqué de créature innommable. C’est tout au contraire lui qui est la créature d’Izumi d’abord, de Sakura ensuite. Le manga s’est changé in extremis en une métaphore des relations mère/fille. Tout est à réinterpréter rétrospectivement.

  • 26 Umezu K., op. cit., vol. 3, p. 184.
  • 27 Ibid., p. 186.

29Dans cette nouvelle lecture, Izumi est à rapprocher de Dorian Gray – autre double – lorsqu’elle s’écrie : « Je ne veux pas perdre cette beauté. […] Je veux rester belle pour toujours26 ! » Le double qu’elle s’invente pour conserver jeunesse et beauté, c’est sa propre fille. C’est pourtant Izumi qui va subir les ravages du temps et pour que sa fille devienne en effet la dépositaire de sa propre beauté, elle a besoin de l’intervention de Murakami. Lui seul peut l’aider à accepter (provisoirement) de vieillir. « C’est parce que vous m’avez connu avant l’âge de raison27 », dit-il.

  • 28 Leclercle J.-J., op. cit., p. 56.

30Mais c’est Sakura qui reste le personnage fascinant de cette histoire. Depuis toute petite elle vit avec une mère qui héberge en elle un docteur Murakami produit par son cerveau. Le délire est contagieux lorsqu’il est si puissant et qu’il émane d’une mère. Izumi réussit à envahir le cerveau de sa fille et Sakura devient Izumi et agit comme si. Ce qui implique également de créer le docteur Murakami. Izumi et Sakura souffrent de troubles d’identité. L’une comme l’autre se sentent menacées dans leur rapport à leur mère. Izumi raconte comment petite, et déjà vedette et adulée, elle a giflé sa mère dont le visage lui montrait ce qu’elle ne voulait pas devenir : une femme vieillie. Izumi veut s’identifier à sa fille pour ne pas vieillir ; Sakura veut s’identifier à sa mère pour ne pas être menacée de mort. Leur délire a besoin d’être matérialisé : c’est le docteur Murakami qui devra assumer ce rôle et, selon l’expression de Jean-Jacques Lecercle à propos de Hyde, il est « la part de fiction nécessaire à la construction du moi28 ». Cela signifie que la créature innommable, même sans opération, existait déjà. Sakura est l’être monstrueux de cette histoire, c’est-à-dire l’être composite, fabriqué d’au moins deux individus antithétiques. Lorsque Sakura est la Sakura opérée par Murakami, elle s’efforce de réaliser les aspirations de sa mère, dussent-elles conduire au crime, mais elle le fait en petite fille en tombant amoureuse de son instituteur, en se vengeant d’une camarade de classe, en se faisant conduire au parc d’attractions… Murakami est une émanation de la confusion fusionnelle du moi d’Izumi et de Sakura. Comme Hyde fait partie de Jekyll, Murakami fait partie de leur moi pathologique. Il disparaît lorsqu’Izumi et Sakura cessent de se superposer et redeviennent enfin, séparément, « Maman » et « Sakura ».

Docteur Murakami, savant fou dans l’ordre de l’inexistant

  • 29 Machinal H., « Penser l’origine de trois grandes figures mythiques de la littérature de l’imaginai (...)

31Dans un article qui a pour titre : « Penser l’origine de trois grandes figures mythiques de la littérature de l’imaginaire29 », Hélène Machinal met en lumière les rapports entre l’émergence au XIXe siècle des trois grandes figures mythiques que sont le détective, le vampire et le savant fou et les modes radicalement nouveaux de penser l’origine, induits par la révolution darwinienne.

32Aux XXe et XXIe siècles, d’autres problèmes sont soulevés par l’avancée des sciences dans le domaine des greffes d’organes, de mains, de visage, par la procréation assistée et les « bébés médicaments », par le clonage. Ces performances scientifiques et techniques sont génératrices d’un malaise éthique et philosophique qui trouve à son tour des échos dans des œuvres de la littérature de l’imaginaire contemporaine. Baptism fait partie de ces œuvres.

  • 30 Tardieu J., Monsieur Monsieur, Paris, NRF Gallimard, 1951.

33Dans un cadre moderne, Baptism renvoie aux mêmes questionnements sur l’humain et l’inhumain et sur ce qui constitue l’identité de l’individu que développaient dans leur contexte propre les romans de Mary Shelley, de Stevenson et de Wells qui ont servi de références. En tant qu’incarnation de savant fou, le docteur Murakami est plutôt falot et de peu de consistance – ce qui tient évidemment à son déficit d’existence réelle. Il ne constitue pas, par conséquent, une nouvelle figure remarquable du personnage. Mais il n’en occupe pas moins, d’une manière originale, la fonction – et il constitue la condition grâce à laquelle Baptism raconte une histoire qui appelle à la réflexion sur ces thèmes cruciaux. Le docteur Murakami est donc un élément essentiel. Il est créé de toutes pièces par Izumi et Sakura, mais on ne peut le qualifier de « docteur Néant », sous prétexte que comme la Môme néant de Tardieu « A’xiste pas30 ». Un personnage de fiction inventé par un autre personnage de la fiction est aussi un personnage de cette fiction.

34Au même titre que les autres, Murakami a été inventé lui aussi par l’auteur et tout irréel qu’il est, il a joué dans l’histoire un rôle qui ne peut s’effacer. Ce qui est lu est lu, et dès lors, comme le dit l’instituteur, on n’a pas trouvé le moyen de le faire disparaître.

Bibliographie

Bibliographie

Cheilan L., « Les ressorts de l’horreur chez les vampires enfants », in Astic G. et Marigny J. (dir.), Colloque de Cerisy : Autour de Stephen King. L’horreur contemporaine, Paris, Bragelonne, 2008, p. 259-273.

Leclercle J.-J., « Tissage et métissage », in Naugrette J.-P. (dir.), Dr. Jekyll & Mr. Hyde, Paris, Autrement, coll. « Figures mythiques », 1997.

Machinal H., « Penser l’origine de trois grandes figures mythiques de la littérature de l’imaginaire », colloque PSDDA La pensée de l’origine, université de Pau, janvier 2006.

Mousse M., Frankenstein, Paris, Delcourt, coll. « Ex Libris », 2007-2008.

Rice A., Entretien avec un vampire, Paris, Pocket, 1990.

Stevenson R. L., L’Étrange Cas du Dr Jekyll et de M. Hyde, Paris, Pocket, 1994.

Tardieu J., Monsieur Monsieur, Paris, NRF Gallimard, 1951.

Umezu K., Baptism, Grenoble, Glénat, 2006-2007, 4 vol.

Notes

1 Umezu K., Baptism, Grenoble, Glénat, 2006-2007, vol. 1, p. 23.

2 Umezu K., op. cit., vol. 3, p. 193-196.

3 Umezu K., op. cit., vol. 1, p. 177.

4 Stevenson R. L., L’Étrange Cas du Dr Jekyll et de M. Hyde, Paris, Pocket, 1994, p. 34.

5 Ibid., p. 43.

6 Ibid., p. 113.

7 Leclercle J.-J., « Tissage et métissage », in Naugrette J.-P. (dir.), Dr. Jekyll & Mr. Hyde, Paris, Autrement, coll. « Figures mythiques », 1997, p. 55.

8 Mousse M., Frankenstein, Paris, Delcourt, coll. « Ex Libris », 2007-2008, vol. 2, p. 26.

9 Voir Leclercle J.-J., op. cit., p. 47.

10 Ibid., p. 48.

11 Rice A., Entretien avec un vampire, Paris, Pocket, 1990.

12 Voir Cheilan L. : « Les ressorts de l’horreur chez les vampires enfants », in Astic G. et Marigny J. (dir.), Colloque de Cerisy : Autour de Stephen King. L’horreur contemporaine, Paris, Bragelonne, 2008, p. 259-273.

13 Umezu K., op. cit., vol. 1, p. 204.

14 Id.

15 Ibid., p. 226.

16 Umezu K., op. cit., vol. 3, p. 271.

17 Umezu K., op. cit., vol. 1, p. 5.

18 Umezu K., op. cit., vol. 4, p. 133-134.

19 Ibid., p. 140-141.

20 Ibid., p. 141.

21 Ibid., p. 144.

22 Ibid., p. 146.

23 Ibid., p. 151-152.

24 Ibid., p. 173.

25 Ibid., p. 176.

26 Umezu K., op. cit., vol. 3, p. 184.

27 Ibid., p. 186.

28 Leclercle J.-J., op. cit., p. 56.

29 Machinal H., « Penser l’origine de trois grandes figures mythiques de la littérature de l’imaginaire », colloque PSDDA La pensée de l’origine, Université de Pau, janvier 2006.

30 Tardieu J., Monsieur Monsieur, Paris, NRF Gallimard, 1951.

Auteur

Agrégée de lettres modernes et anciennement professeur, IUFM Aix-Marseille

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540