Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant fou

 | 
Hélène Machinal

Troisième partie. Du mythe à l'archétype

De Carlo Gelati à Espérandieu et le Docteur Chou : savants fous et discours tératologique dans l’œuvre de Jacques Tardi

Manuel Montoya

Texte intégral

« Comme disait Hitchcock, il faut que le méchant soit réussi, car c’est lui qui porte l’œuvre. »
Tardi J., 12 novembre 2007.

  • 1 Groensteen T., La Bande dessinée depuis 1975, Paris, MA Éditions, 1985, p. 11.

« Voilà une œuvre saturée d’images, de symboles et de citations, qui pourtant n’a rien à nous dire. »
Groensteen T. (à propos des Aventures d’Adèle Blanc-Sec)1

  • 2 Le commissaire Laumanne à son second Stigmates : « de nos jours il n’y en a plus que pour le cinéma (...)
  • 3 Cf. Julie Andrews dans le film de Robert Stevenson tiré du roman de P. L. Travers.
  • 4 Créée par Toby Gard, elle est apparue pour la première fois en 1996 dans le premier jeu de la série (...)

1Jacques Tardi serait le premier surpris de se savoir « momifié » dans un chapitre d’ouvrage universitaire. Jamais, s’il faut en croire ses déclarations tout au moins, il n’a prétendu faire des aventures de son héroïne autre chose qu’un divertissement feuilletonesque, dans la plus pure tradition de ceux publiés à la fin du XIXe siècle. Son rêve eut été, d’ailleurs, de publier ses histoires dans la presse quotidienne « comme à la grande époque », celle des romans populaires publiés dans Le Petit Journal qui atteignirent leur apogée en 1914 (et qui alliaient déjà illustration et texte), mais, poursuit-il, « malheureusement, cette presse ne s’intéresse à la BD qu’au moment des vacances ». En outre, déclare-t-il toujours, « je n’ai jamais été un grand adepte de la série ». De plus, tout comme le cinéma porta un coup fatal au feuilleton en s’emparant de ses héros (Fantomas tourné par Feuillade, Belphégor par Desfontaines, Arsène Lupin par Conway, etc., pour en rester aux versions anciennes), il n’est pas impossible qu’il en fasse de même avec les Aventures d’Adèle Blanc-Sec comme le déclarent à plusieurs reprises divers personnages du Mystère des profondeurs2. On peut, par exemple, espérer que Luc Besson ne contribuera pas à souligner les aspects les plus superficiels et les moins dérangeants de l’histoire et à créer une image très hollywoodienne et policée d’Adèle, qui deviendrait une sorte de Mary Poppins3 croisée avec Lara Croft, la célèbre protagoniste de la série de jeux vidéo Tomb Raider4.

  • 5 Lascault G., « Les anti-romans de Tardi », À suivre, no 5, juin 1978, p. 75-76.

2En tenant compte de tout cela, fallait-il donc torturer les albums et leur faire dire plus qu’ils n’en disent eux-mêmes ? Faut-il se contenter d’une lecture innocente et naïve des Aventures d’Adèle Blanc-Sec ? La question est toute rhétorique. D’ailleurs, Gilbert Lascault, dans une entrevue publiée dans le fanzine À suivre5 en 1978, deux années à peine après la sortie du premier tome des Aventures, lui octroie ses lettres de noblesse ne serait-ce qu’en s’y intéressant et en les qualifiant d’« antiromans ». Ce qui est certain est que la dimension métalittéraire et parodique des albums en font quelque chose d’autre que de simples aventures comparables à celles de Tintin, par exemple. Jamais on ne trouve chez Hergé une véritable conscience distanciatrice comme celle que nous trouvons chez Tardi où tout au long des albums, et surtout dans les derniers, nous trouvons des personnages qui se posent la question de la raison d’être de l’histoire qu’ils sont en train de vivre ou d’écrire.

3Nombreux sont les savants fous qui peuplent l’imaginaire. En fait, ils ne sont qu’une variante monstrueuse du savant. Il serait raisonnable de dire : nombreux sont les savants, médecins, physiciens, chimistes, mathématiciens, biologistes ou chirurgiens monstrueux en littérature. Souvent, d’ailleurs, leurs compétences ne sont pas très claires, et ils sont, bien entendu, des « savants » composés de toutes ces disciplines « monstrueuses ». Le savant fou est peut-être l’une des dernières figurations chrétiennes de l’orgueil humain et/ou de la rébellion satanique. Contre lui se réfugie désormais la lutte des Églises qui entravent ou brûlent d’autres savants « fous » : Galilée à Rome, Miguel Servet à Genève.

  • 6 Goscinny R. et Uderzo A., Le Combats des chefs, Paris, Hachette, coll. « Astérix », t. 7, 1966. Cet (...)

4Les savants fous sont très nombreux, trop nombreux, dans la BD. Bien sûr, nous pensons en tout premier lieu à Tryphon Tournesol, même s’il est le contraire du savant fou qui se respecte. Il inaugure, dans l’imaginaire infantile, une longue liste qui ne peut être exhaustive et dans laquelle apparaissent en grande confusion, Panoramix, Miloch Georgovitch, le professeur Hermelin, le docteur Kala, Clément Abler, Pacôme Hégesippe Adélard de Champignac et son rival Zorglub, le Dr. Pretorius, le Dr. Krok, le Dr. Féral, Driss Shédiac, Frank Morin, le mage Morgano, le professeur Jacques Legall, le professeur Bell, Von Reichter (le nom à consonance germanique nous montre que la monstruosité commence à pointer), le savant Cosinus, le Nombre, Black, Schwartz (la noirceur de leur patronyme à tous deux est significative), le professeur Alcibiade Stratus, Philip Mortimer, Otto Crate, etc. D’ailleurs, certains deviennent cliniquement fous, définitivement ou sporadiquement, comme Panoramix dans Le Combat des chefs6. Point de femmes : sont-elles moins folles ou plus ignorantes ? Tardi ne dérogera point à la tradition : il y aura, donc, des professeurs, des docteurs et des savants, très misogynes dans l’ensemble, qui ne supporteront que difficilement l’intrusion d’Adèle Blanc-Sec au beau milieu de leurs expériences et de leurs symposiums.

  • 7 Tardi J., Adieu Brindavoine, suivi de La fleur au fusil, Paris, Casterman, 1979.
  • 8 Tardi J., Le Démon des glaces, Paris, Casterman, 1987 [Dargaud, 1974]. L’aventure débute fin 1889 ( (...)
  • 9 Tardi J., Momies en folie, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec » (...)
  • 10 Ibid., p. 42.

5Les ouvrages dont il est question s’inscrivent dans une double époque : 1889-1923 (1933), à laquelle s’arrêtent exclusivement les tardilogues, et 1974-2008. Quitte à commettre un crime de lèse-Tardi, nous incluerons les Aventures de Brindavoine7 dans celles d’Adèle Blanc-Sec. Cette inclusion autorise aussi à introduire (malgré la non-implication des personnages dans les aventures d’Adèle Blanc-Sec), les albums qui ont trait à la Grande guerre de 14-18 et ce, d’autant plus facilement que, hormis les aventures de Brindavoine, la guerre est absente des aventures d’Adèle Blanc-Sec, qui est en « hibernation » depuis 1912 jusqu’au 10 novembre 1918. Mais je pense qu’il ne nous est pas véritablement possible d’en faire abstraction. Nous incluerons aussi Carlo Gelati dans la série des Aventures d’Adèle Blanc-Sec, même s’il appartient à une BD antérieure, parue en 19748, parce que Tardi, comme il le fait bien souvent, fait de cet ouvrage un ouvrage paru dans Momies en folie9, juste avant la découverte du cadavre d’Adèle Blanc-Sec, assassinée en décembre 1912 par une adoratrice de Pazuzu, pas moins que la célèbre actrice Clara Benhardt10 ; Carlo Gelati fait partie de la secte.

6Les « aventures extraordinaires » commencent véritablement en 1911 (en attendant le dernier volume, Le Bébé des Buttes-Chaumont, qui apparemment dévoilera quelques pans de l’enfance d’Adèle Blanc-Sec). Et elles prennent fin (pour l’instant) en 1923 avec le tout dernier Le Labyrinthe infernal (2007).

Caractéristiques des savants fous chez Tardi

7Comme le rappelle très bien François Sigaut dans son article « Du malentendu à l’invention rêvée », le savant fou tel qu’il apparaît dans la littérature et tel qu’il a été repris par le cinéma ou la BD présenterait des caractéristiques particulières :

  • 11 Sigaut F., « Mythes. L’origine des manières de faire », Techniques et Cultures, no 43-44, décembre (...)

« Le cinéma a donc contribué de toute sa puissance d’industrie du spectacle à diffuser le personnage. Peut-être en a-t-il un peu brouillé les traits, dans la mesure où il tend par nature à un certain mélange des genres : les meilleurs films de savants fous sont aussi des policiers, des films noirs ou poétiques, des films d’aventure ou de critique sociale, etc. À l’inverse, un autre mode d’expression […], la bande dessinée, tend plutôt à la simplification, voire à la schématisation des récits, et donne souvent au profil du savant fou une particulière netteté11. »

8Le savant fou doit répondre au moins à huit points qui le définissent comme tel et le distinguent d’autres savants point fous tels Tournesol :

  1. Le savant fou est au départ un vrai savant, un vrai scientifique (médecin, chimiste, physicien, mathématicien, etc.) qui a vu ses idées méconnues et ses projets ridiculisés par l’institution (Académies, Universités, collègues).

  2. Dès lors, il décide de prendre sa revanche sur ses collègues, voire sur la société tout entière, ce qui le conduit souvent à vouloir devenir le « maître du monde ».

  3. Pour cela, il doit se marginaliser (en dehors de l’institution) et travailler à ses recherches dans le plus grand secret, dans un laboratoire clandestin, une usine souterraine, une île, etc.

  4. Il a néanmoins besoin de collaborateurs initiés qu’il choisit souvent parmi des élèves ou des asociaux, voire parmi des criminels.

  5. Mais très rapidement il se met à en fabriquer d’autres : robots, hommes ou animaux artificiels, hommes réduits à l’état d’automates dociles par un procédé physique ou chimique.

  6. Une erreur ou un incident éveille le soupçon à l’égard de son entreprise, qui transpire à l’extérieur (le monstre échappe au contrôle du savant), ou y font pénétrer un intrus qui essaie de comprendre ce qui s’y passe.

  7. La trahison ou la révolte de certains des associés du savant fou, hommes ou robots, déclenche la catastrophe finale.

  8. Le savant fou devient lui-même victime d’une de ses créatures ou d’une de ses inventions.

9Parfois, quelques points du schéma peuvent faire défaut, mais quoi qu’il en soit, dans tous les cas, le savant fou :

  • croit que ses inventions lui permettent d’outrepasser la loi sociale, naturelle ou divine. ;

  • réussit à fabriquer au moins un humanoïde (robot, automate, monstre, zombie) ou redonne vie à un mort, une momie, une statue, etc. ;

  • à la fin, il est forcé de constater que l’ordre normal (moral) reprend ses droits par une opération de justice immanente : en voulant se mesurer au Créateur, le savant s’est piégé lui-même. Il meurt, il récupère la lucidité ou il devient cliniquement fou à lier (ce qu’il n’était pas au départ).

  • 12 Dans L’Affaire Tournesol, réalisant le mal que pourrait faire son invention, le professeur Tourneso (...)

10En dehors de ce schéma, nous avons des savants plus ou moins imaginatifs et extravagants, plus ou moins distraits, mais en aucun cas on ne peut les considérer comme fous. Deux exemples tirés de la BD belge et de la BD espagnole : Tournesol (Hergé) ne correspond absolument pas aux critères rappelés. Il est du côté du Bien contre le Mal, puisque ses inventions permettent à Tintin et au Capitaine Haddock de mener à bien leurs enquêtes12 ; le mage Morgano dans les aventures médiévales du Capitan Trueno (Victor Mora/Ambròs, Bruguera, 1956), par son invention, au XIIIe siècle, de la montgolfière à propulsion hélicoïdale, permet au vaillant capitaine espagnol de lutter contre le Mal absolu (qui ressemble parfois furieusement au franquisme). Certes, ils sont en décalage temporel : Tintin marche sur la Lune avant Neil Armstrong et Morgano invente le dirigeable avant Léonard de Vinci ou les frères Montgolfier. Certes, ils passent l’essentiel de leur vie enfermés dans un laboratoire, oublieux de leur famille ou de leurs amis, mais en aucun cas ils ne sont des révoltés contre l’ordre divin ou social : ils travaillent, au contraire, pour le bien de l’humanité. D’ailleurs, autre élément caractéristique, ces savants présentent des traits physiques débonnaires ; ils sont tout au plus distraits. Ce qui est loin d’être le cas du savant fou qui peut présenter des tares ou des défauts physiques : Carlo Gelati a un pied-bot, il est borgne et nanoïde ; Dieuleveult est un gringalet avec un faux air de Goebbels, Espérandieu est « un petit monsieur » ridicule. Parfois, victimes de leurs expériences, ils subissent des transformations dans leur corps dues à des brûlures horribles, des amputations ou des paralysies qui les clouent sur des machines extravagantes et ils deviennent eux-mêmes des monstres ; et surtout, ils ponctuent toujours leurs propos d’un grand éclat de rire diabolique.

11La meilleure définition nous est sans nul doute donnée dans Le Démon des glaces. Chapoutier et Carlo Gelati expliquent au jeune Jérôme Plumier les raisons profondes qui les ont conduits à devenir des « savant fous ». Carlo Gelati déclare :

  • 13 Tardi J., Le Démon des glaces, op. cit.

« À l’Université, jeunes et naïfs, nous avions l’intention puérile d’œuvrer pour le bien de l’humanité. Mais au fil des ans, après avoir subi les mêmes humiliations, nous avons compris qu’il était inutile que des gens de notre valeur tentent d’améliorer l’existence de ces idiots, indifférents au but de nos découvertes et dont la seule réaction était de nous traîner dans la boue. […] On ne peut pas éternellement essayer de faire le bien de l’humanité malgré elle13. »

12Louis-Ferdinand Chapoutier ajoute :

  • 14 Id.

« Si nous avions accompli nos recherches pour la perte du monde, il est sûr que nous en aurions recueilli des lauriers… Sans chercher à être couronnés par ces imbéciles, nous décidâmes de les ANÉANTIR14 ! »

13Dans Le savant fou, – nous sommes peu avant que n’éclate la Grande Guerre européenne – l’intention d’Espérandieu est très claire lorsqu’il parle du pithécanthrope qu’il a réussi à ramener à la vie :

  • 15 Tardi J., Le Savant fou, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », (...)

« Je vais en faire le soldat de l’avenir […] Avec d’autres idiots de son espèce ayant subi le même traitement, je constituerai une armée… une armée invincible dont je serai le chef. […] Je reconquerrai l’Alsace et la Lorraine, faisant payer aux Prussiens la défaite de 70 ! […] Là où Napoléon lui-même a échoué, Espérandieu réussira : nous marcherons sur Moscou venger l’honneur du petit caporal. Vive l’Empereur15 ! »

14En revanche, Félicien Mouginot, qui pourtant s’enferme une année durant dans son laboratoire pour essayer de ramener à la vie Adèle Blanc-Sec dont il est amoureux, n’est pas un savant fou ; il est animé par la recherche du bien de l’humanité, comme le professeur Emile Mule ou le Druide.

  • 16 Ibid., p. 28-30 et Tardi J., Momies en folie, op. cit., p. 47.

15Le laboratoire du savant fou est rempli d’objets hétéroclites qui nous interdisent la plupart du temps d’y reconnaître une quelconque spécialité : médecins ?, chimistes ?, physiciens ?, tous ont en commun d’étranges machines dont on ignore l’utilité avec un fatras d’ampoules, d’interrupteurs, de manomètres, de fils électriques, d’électrodes, de solénoïdes, de balances, de serpentins, de cornues (souvenir de nos alchimistes d’antan), de bobines de Tesla, de machines électrostatiques de Van der Graaf, d’échelles de Jacob (constituées de deux hautes électrodes où montent des étincelles), de machines à mouvement perpétuel, de courroies de transmission, de cadrans, d’aiguilles, de thermomètres, d’éprouvettes, de bocaux ou d’installations de distillation contenant des liquides aux couleurs vives d’où émanent des vapeurs inquiétantes. On ne sait à quoi peuvent servir tous ces instruments ni s’ils servent à quelque chose. Ils font partie de la petite panoplie du savant, qu’il soit sain d’esprit ou fou d’ailleurs. La seule chose qui change est la finalité de leurs travaux. Le laboratoire d’Espérandieu (savant fou) ne diffère pas de celui de Mouginot (« spécialiste de la survie sous toutes ses formes16 ») ; les deux sont ou ont été, en outre, collègues ou disciples de Boutardieu qui permit l’éclosion de l’œuf du ptérodactyle.

  • 17 Tout au moins en attendant Le Bébé des Buttes-Chaumont qu’il annonce dans Le Labyrinthe infernal (T (...)
  • 18 Le docteur Émile Mule élevait, dans Le Mystère des profondeurs, des limules afin d’extraire de leur (...)

16Les divers monstres qui sont l’œuvre de plusieurs savants fous dans les albums de Tardi, confluent et culminent en l’état actuel17 dans la figure d’un « flic », le commissaire Laumanne, sorte d’ectoplasme vicelard du commissaire Karl Lohman de M le Maudit (1931) ou du Testament du docteur Mabuse (1933) de Fritz Lang, transformé grâce aux expériences du docteur Chou (un élixir à base d’extrait de jus de limule18 qui provoque des mutations irréversibles) en Monstre à corps d’homme et tête de taureau (à moins que ce ne soit de bœuf, Tardi aimant les jeux et les clins d’œil), en un mot en Minotaure. Il n’est pas utile de développer les origines ni les conséquences d’une telle métamorphose. Paris devient le labyrinthe dans les méandres duquel Laumanne, monstrueusement transformé en Minotaure, dévore ses victimes en attendant son Thésée ou son Ariane (Brindavoine ?, Adèle Blanc-sec ?). Mais c’est surtout le texte lui-même qui devient labyrinthique, qui est le seul et véritable labyrinthe dans lequel nous devons accepter de nous perdre pour nous offrir en victimes expiatoires (les lecteurs innocents) ou en vainqueurs du monstre (les lecteurs avisés), à moins que nous ne soyons, nous lecteurs, le Minotaure ou le labyrinthe. Nous pensons, nous ne pouvons que penser à Borges. Tardi le sait-il ? En a-t-il conscience ?

17Une chose est certaine, cette « mutation irréversible » connaît heureusement un antidote, comme il se doit, caché dans la main droite de l’empereur Napoléon Ier au musée Grévin, ce qui n’est pas innocent. Une nouvelle fois, derrière le clin d’œil gratuit, ridicule et ludique, s’occulte un autre sous-entendu qui l’est bien moins : la main est ce prolongement du cerveau dont ne peut se passer l’homme, l’outil indispensable à l’écriture et au dessin. Mais, suprême subtilité de Jacques Tardi, la main dont il est question ici est non seulement une main de cire mais, en outre, une main qui se cache derrière les plis du gilet napoléonien. L’antidote aux poisons du bon docteur Chou se trouve dans cette partie du corps qui n’est pas mangeable « parce qu’il y a trop d’os », qui n’est pas réductible à la consommation, que le monstre créé par le savant fou est bien obligé de laisser derrière lui. L’antidote aux effets secondaires des produits Chou, c’est-à-dire le « décervelage », se trouve dans un autre acte créateur qui est la création de l’image artistique.

Qu’inventent les savants fous de Tardi ?

  • 19 Je renvoie à la traduction réalisée par Molho M. : De Cervantès M., Les Travaux de Persille et Sigi (...)

18Jacques Tardi affirme dans presque toutes ses déclarations qu’il n’a pas de véritable idée, de plan ou de scénario préconçus lorsqu’il entreprend un nouvel album des Aventures d’Adèle Blanc-Sec. La plupart du temps, le véritable point de départ n’a rien à voir avec une quelconque logique qui serait induite des albums précédents, mais d’une circonstance fort triviale de son vécu quotidien ; ainsi, Le Mystère des profondeurs est véritablement né d’une rage de dents qui l’a conduit chez un dentiste, rage de dents qui est à l’origine de celle de son héroïne qui l’a traite au départ en buvant du pisco. On constate cependant une rupture dans la série (qui est en outre stylistique) entre les aventures antérieures à la déclaration de la Première Guerre mondiale, et donc à la mort d’Adèle Blanc-Sec (en 1912, dans Momies en folie, 1978), et celles postérieures au 10 novembre 1918, et donc à la résurrection de celle-ci (Le Secret de la salamandre, 1981). C’est-à-dire avant et après « l’interruption » ou la « pause » dans les Aventures signifiée par l’album Adieu Brindavoine et La fleur au fusil (de 1979). C’est sans doute le genre feuilletonesque, lorsqu’il s’étire un peu trop dans le temps, qui veut que certaines modifications, voire des bouleversements soient introduits dans l’histoire, par un narrateur inattentif. De grands auteurs tels Cervantes ont été eux aussi piégés par leur histoire, l’exemple le plus flagrant étant celui de ses apocryphes Aventures septentrionales de Persille et Sigismonde19 où de mêmes personnages apparaissent portant des noms différents. Tardi avoue avoir introduit parfois sans s’en rendre compte des personnages qu’il avait pourtant tués dans un album antérieur, ce qui l’obligeait soit à reprendre son histoire, soit à la modifier en fonction de ces « oublis ». Mais cette rupture introduite par Tardi se traduit aussi et surtout au niveau des inventions de ses fous savants.

  • 20 On peut inclure, dans une moindre mesure, dans Le Démon de la tour Eiffel (Tardi J., Paris, Casterm (...)
  • 21 D’une certaine façon, même s’il ne s’agit pas là d’un savant fou à proprement parler, Mouginot, qui (...)

19Tout savant fou se doit de réaliser une folle expérience qui conduit à la destruction ou l’asservissement de l’humanité. Si tel n’est pas le cas, il y a sapience, mais non point folie. Les savants fous qui peuplent les premiers albums sont tous préoccupés par le problème de la vie après la mort (Adèle et la bête, 1976, Le savant fou, 197720, avec l’éclosion d’un œuf de ptérodactyle, le retour à la vie d’un pithécanthrope, la résurrection d’Adèle21), et ceux de la deuxième époque (postérieure à 1985) qui sont préoccupés par des créations ou des créatures d’un autre genre et dans un tout autre but (pieuvres rouges, limules ou minotaures, dans Le noyé à deux têtes, 1985, Tous des monstres !, 1994, Le Mystère des profondeurs, 1998, Le labyrinthe infernal, 2007).

20Les laboratoires des uns et des autres sont emplis d’objets hétéroclites dont on ne voit pas toujours très bien la finalité, exception faite de celui où l’on ramène à la vie le pithécanthrope, qui joue sur les adjuvants techniques nécessaires à la création du monstre de Frankenstein de Mary Shelley (surtout dans les films qui en ont été tirés).

21Il existe une grande différence entre ces « monstres » d’un passé antédiluvien et les autres « monstres » issus de la frayeur des hommes, tout comme il existe une différence entre des « monstres » dont la création semble conduire au conflit de 14-18 et ceux qui semblent plutôt répondre à des angoisses ou des craintes très contemporaines qui n’ont plus rien à voir avec les aventures d’Adèle Blanc-Sec, du début du XXe siècle, mais bien avec l’histoire des contemporains de Jacques Tardi.

  • 22 Il est impossible, pour un contemporain de 1918, de parler de « 1re guerre mondiale » qui implique (...)

22Si nous considérons la naissance du ptérodactyle, nous constatons que la création de celui-ci conduit à la fabrication de la machine infernale d’Edith Rabatjoie, un aéroplane à son image et ressemblance, qui permet de sauver Ripol de la guillotine, mais surtout qui préfigure ces autres objets volants identifiés qui sèmeront la mort au cours du conflit qui s’annonce, et que rappelle, anachroniquement d’ailleurs22, Adèle après sa résurrection en découvrant dans L’Illustration ce que fut cette guerre :

  • 23 Tardi J., Le Noyé à deux têtes, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc- (...)

« La 1re guerre mondiale ! C’est une trouvaille ça ! Et c’est plein d’idées originales : la Grosse Bertha, les gaz, les aéroplanes pour jeter des bombes… […] ça aurait plu au petit Espérandieu qui voulait reconquérir l’Alsace et la Lorraine avec son pithécanthrope… Tuer efficacement le plus grand nombre de ses semblables, n’est-ce pas l’idéal de l’homme ? Je crois que cette fois, nous sommes véritablement passés au XXe siècle, et ça va être terrible23 ! »

23C’est elle-même qui nous le rappelle : le malheureux pithécanthrope hirsute, ramené à la vie par des savants fous qui le transforment en machine à tuer annonce à son tour ces « poilus » que des généraux fous envoient à la boucherie comme ne manque pas de le dénoncer, Jacques Tardi dans La Fleur au fusil et dans tous les autres magnifiques albums qu’il a consacrés à la Grande Guerre. On pense par exemple au discours inaugural d’Otto Lindenberg (Le Secret de la salamandre) :

  • 24 Tardi J., Le Secret de la salamandre, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle (...)

« Cette guerre qui sévit actuellement en Europe est un bel exemple de notre puissance. L’industrie lourde est florissante, tant en Amérique qu’en Europe. Il nous appartient d’organiser tel ou tel conflit pour assurer l’économie d’un pays et par là même de nous enrichir. […] Les chefs religieux doivent maintenir la main-d’œuvre à la tâche et assurer la domination du pays colonisateur, lequel pays colonisateur donnera le change en dispensant de maigres bienfaits aux peuples sous sa botte. Pour ce faire rien de plus facile car les gouvernements et leur appareil militaire et policier sont à notre solde ! Pour aboutir, il nous faudra créer une doctrine autoritaire qui planifiera les consciences, rendant toute opposition impossible et de nouveaux partis politiques, de manière à tenir en main les syndicats et la classer ouvrière24 ! »

  • 25 Lang F., Das Testament des Dr. Mabuse, 1933, avec Rudolf Klein-Rogge dans le rôle de Mabuse, Otto W (...)

24Le médium du quartier de l’Odéon qui apparaît dans Le savant fou est enlevé par la maffia attachée aux capitaines de l’industrie et aux grands patrons de ce monde, afin d’obtenir de lui une projection ectoplasmique de ce qui se prépare pour l’humanité : on y voit, dans ce qui rappelle certaines affiches réalisées pendant la guerre civile espagnole, deux gros et gras industriels tenant un chapelet et un paquet de dollars à la main, actionner une mitrailleuse posée sur un globe terrestre d’où s’érigent des usines aussi fumantes que les tubes à essai des savants fous. Cette projection et le discours d’Otto Lindenberg ne sont pas sans rappeler l’intervention du fantôme de Mabuse dans Le Testament du docteur Mabuse de Fritz Lang25, film prémonitoire de 1933, qui annonce la stratégie de conquête du pouvoir des nazis et qui justifia que le film fût interdit par Goebbels.

25Il existe un second type de créations des savants fous qui vont apparaître dans la « seconde période » des Aventures d’Adèle Blanc-Sec. Ceux-ci ne vont pratiquement plus chercher à détruire physiquement leurs semblables, mais à éveiller en eux des terreurs qui les paralyseront et les transformeront en des sortes de zombis manipulables à souhait. Fia (c’est-à-dire Fiasco, le futur beau-frère d’Adèle Blanc-Sec) sera la première victime de Dieuleveult qui, dans Tous des monstres ! (1994), va réussir à réveiller les terreurs les plus anciennes et les plus traumatisantes chez lui et chez quantité d’autres personnages, afin de restaurer le tsar sur le trône de toutes les Russies. Comme tout savant fou, Dieuleveult mourra, d’une certaine façon, victime de sa propre machination.

  • 26 C’est le personnage de Chalazion qui en est l’auteur dans Le Labyrinthe infernal, op. cit., p. 38.

26Un autre savant fou semble prendre la relève : le docteur Chou. Fidèle à ses jeux de mots, volontairement d’une platitude telle qu’ils en deviennent « baroques » (Elle est morte Adèle, etc.), le « cas Chou26 » va poser un autre problème. Il s’agit d’un savant fou qui fait le lien entre ceux du début des Aventures (des scientifiques) et les « Maîtres du monde » (des industriels). Celui-ci « expérimente sur les gens, avec des “médicaments” anodins, en vente dans toutes les bonnes pharmacies ». À ses débuts, Chou « bricolait des vaches, à la campagne, pour le compte d’un maquignon qui allait faire fortune pendant la guerre », affirme Chalazion. L’ingestion des produits fabriqués par le Docteur Chou provoque en effet les mêmes symptômes que la machine de Dieuleveult. C’est-à-dire que des tentacules de pieuvre poussent des oreilles des victimes, à la manière de cornes de taureau (comme le Minotaure, à savoir Laumanne). Ce même Chou sera l’auteur de sept clones explosifs d’Adèle Blanc-Sec rendus possibles grâce à une goutte de sang prélevée par la dentiste Francine Francis et de la transformation du commissaire Laumanne en Minotaure. Ces créations monstrueuses répondent désormais à des inventions modernes, la réalité de ces savants fous est bien la nôtre et non plus celle des années 1920.

Le narrateur fou

  • 27 Tardi J., Tous des monstres !, Paris, Casterman, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Se (...)

27Dans l’album Tous des monstres !27, la figure du savant fou paraît particulièrement intéressante et complexe, en la personne de Dieuleveult alias Docteur Pochard. Ce dernier, après les échecs successifs du ptérodactyle et du pithécanthrope, invente une nouvelle machine qui permet de matérialiser les traumatismes monstrueux des individus afin, avoue-t-il à Adèle Blanc-Sec, de restaurer la monarchie en Russie. Car c’est bien sur l’imaginaire que travaille le savant fou. Il invente une machine à laquelle il a relié le cerveau du malheureux Honoré Fiasco, alias Fia :

  • 28 Ibid., p. 21-22.

« Grâce à cet appareil relié au cerveau de Fia, nous allons nous offrir une petite projection pas piquée des taons ! Je vous avertis que les pitreries cinématographiques de Charlie Chaplin sont d’une nullité crasse à côté de ce que nous allons voir ! […] J’ai essayé de lui “injecter” dans le cerveau mes images à moi, celles que j’ai dans le crâne28… »

  • 29 Film réalisé en 1993 par Steven Spielberg, adapté du roman de Michael Crichton (1990).

28Quant à Philippe Boutardieu, le savant fou de Lyon dans Adèle et la bête (1976), il procède de même lorsqu’il réussit à faire éclore mentalement l’œuf du ptérodactyle qui se trouve au Musée d’Histoire naturelle de Paris, le 4 novembre 1911 à 23 h 45. Nous sommes en 1976, bien avant Jurassic Park29. Mais la leçon sera la même. L’homme ne contrôle qu’imparfaitement la science dont il est le dépositaire. Et ses inventions sont obligatoirement catastrophiques, car elles aboutissent à la mort, la sienne et celle de ses semblables. Il y a là un arrière-fond très chrétien qui veut que quiconque ose se mesurer à la création ou à la re-création divine est irrémédiablement condamné aux ténèbres de la folie ou à celles de la Géhenne. Mais le « laboratoire » de Boutardieu n’a rien à voir avec ceux des autres savants fous des Aventures. Il s’agit d’un simple bureau, empli de livres empilés les uns sur les autres, avec un miroir Napoléon III sur le linteau d’une cheminée que l’on devine derrière la chaise néo-renaissance, quelques photographies encadrées au mur, des tasses de café posées sur les livres et un buste de femme. Et c’est tout ! Pas de cornues, de pipettes ou d’électrodes pour cela ! Le simple cerveau humain suffit, car il est à lui seul le meilleur des laboratoires.

  • 30 Tardi J., Adèle et la bête, Paris, Casterman, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec » (...)
  • 31 Tardi J., Tous des monstres, op. cit., p. 6, 7 et 8.
  • 32 Ibid., p. 30. Ce pseudo-auteur aurait écrit en outre : Le Secret du crétacé (18e roman), Le Pharaon (...)
  • 33 Tardi J., Momies en folie, op. cit., p. 43. Et ce d’autant que Le Démon des Glaces se construit d’u (...)
  • 34 Tardi J., La Véritable histoire du soldat inconnu, Paris, Futuropolis, 1974.
  • 35 Tardi J., Le Noyé à deux têtes, op. cit., p. 37 et 40.
  • 36 Tardi J., Le Savant fou, op. cit., p. 11.

29Les journaux, qui annoncent les morts et les attaques du « monstrueux volatile » issus du cerveau de Boutardieu, relatent les faits du 7, 8, 9, 10 et 11 novembre30. On remarque cependant que ces pseudo-coupures de journaux qui en principe fondent le texte en vérité, manipulent le lecteur. En effet, dans un mince entrefilet que l’on aperçoit en bas de la reproduction du journal du 7 novembre, sous le titre « Le Monde & la Ville », il est fait état de trois peintres en bâtiment, dont l’un se nomme Tardi ; ce même article ressortira, tel quel, dans le journal du 11, pour nous apprendre qu’ils ont été victimes du monstre le matin même. Il est amusant de remarquer que Tardi se tue symboliquement un 11 novembre, et qu’il se présente comme un peintre… en bâtiment. Quoi qu’il en soit, il ne peut s’agir de facilité ou d’incohérence de la part de l’auteur. Il lui aurait été très facile, pour meubler l’image, de recourir à un autre texte que celui qu’il reprend. Existe-t-il une raison à cela ? Tardi, en s’introduisant subrepticement et de façon illogique à de multiples occasions dans ses Aventures, en souligne la dimension factice et fictive : dans les didascalies qui accompagnent certaines vignettes, comme narrateur extra-diégétique ; mais aussi comme auteur intra-diégétique sous l’aspect de l’héroïne, auteur des romans-feuilletons Le Secret du crétacé, Adèle et la bête, Le Démon de la tour Eiffel, Le Savant fou31, sous son nom de J. Tardi pour Le Démon des glaces32, que reçoit Fia pour ses huit ans et qu’il confie précieusement à sa fiancée Georgette Chevillard, ou encore de façon plus déguisée, parce que son nom y apparaît moins lisiblement, sous les traits d’un jeune auteur sans succès dans Momies en folie !33 qui présente les mêmes caractéristiques que l’auteur de romans feuilletons (dont Le Secret du crétacé34) qui meurt le 10 novembre 1918 ! Il n’est pas impossible, en outre, que certains personnages, dont Roy, propriétaire du magasin de farces et attrapes « Au fou rire » du passage Verdeau (rue du faubourg Montmartre, dans Tous des monstres), ou encore le docteur Jullien, spécialiste de reptiles (Le Secret de la salamandre), qui lui ressemblent terriblement, soient autant de projections de Tardi dans ses albums. Cette dimension distanciée n’est pas quelque chose de nouveau. De même que toutes les références intertextuelles qui vont de Victor Hugo (mort du pithécanthrope qui tombe du haut des tours de Notre-Dame, amoureux d’Adèle comme l’était le monstrueux Quasimodo d’Esmeralda) à Poe (résurrection des momies dans « Petite discussion avec une momie », publié dans l’American Review en 1845), en passant par Hergé (la momie d’Adèle fume des cigares dont la bague représente le signe du cigare des pharaons de Tintin) ou Jacobs (Black & Mortimer, dans Le Noyé à deux têtes35), pour n’en citer que quelques-unes parmi les plus évidentes, comme nous aurions pu citer Jules Verne, sans oublier Mary Shelley (Le savant fou) au moment de la résurrection du pithécanthrope, ce qui attire la remarque d’Adèle : « La nature fait bien les choses… Heu, avez-vous lu Mary Shelley36 ? »

30Les attitudes et même une certaine ressemblance entre le ptérodactyle et Boutardieu établissent un lien entre les deux êtres ; d’ailleurs, le savant fou lyonnais meurt lorsque le monstre est abattu par la police. Nous apprendrons dans le troisième volume (Le Savant fou), lors d’une séance de spiritisme à laquelle assistent d’autres savants (Espérandieu, Ménard, Dieudonné, Dieuleveult) et Adèle, grâce à la résurgence ectoplasmique du ptérodactyle puis, immédiatement après, celle de Boutardieu, que celui-ci contrôlait mentalement la bête mais qu’elle lui échappait de temps en temps. Nous pouvons nous arrêter à une lecture superficielle et dire que nous avons là un ingrédient caractéristique de la littérature fantastique ou gothique. Mais nous pouvons aussi penser qu’il y a un jeu entre Tardi et nous, que ces monstres qui sont la production de savants fous ne sont, en fait, que des images mentales qui prennent corps « monstrueusement », comme nous l’avons vu à propos de la machine mise au point par Dieuleveult. Il ne faut pas être bien malin pour entendre le syllogisme suivant :

Savant fou → produit des monstres
(il ressuscite le passé)

Dessinateur → produit des monstres
(il ressuscite les images enfouies)

31Conséquence logique : le savant fou est le seul Dessinateur, ou si l’on préfère le prendre par l’autre bout : le Dessinateur est un savant fou. Et Tardi est le seul savant fou de l’histoire.

32Une dernière constatation s’impose quant à l’onomastique des savants fous et le lien entre Tardi et ses personnages. Les noms que portent les savants fous (dans la BD) les inscrivent ipso facto dans un corpus qui est celui du mal ; presque tous, parmi les plus importants des Aventures d’Adèle Blanc-Sec, et contrairement à une tradition dont use parfois Tardi qui veut que le savant fou soit affublé de noms étranges à consonance de préférence étrangère (Zborovsky, Lindenberg, etc.), font intervenir le nom de Dieu dans leur patronyme : Espéran-DIEU, DIEU-donné, Boutar-DIEU, DIEU-leveult.

33Si nous revenons à l’auteur, nous pouvons constater qu’à de nombreuses reprises il s’inclut dans les différents récits sous l’aspect d’un vieillard cacochyme omniscient, censé être l’auteur du récit des aventures qu’il narre en voix horschamp et qui se permet quelques commentaires tardifs sur les années 1940 (qu’il est censé connaître donc) et cela, malgré le port d’un habit anachronique, propre des années 1910, donc d’avant guerre 14-18. Cet habit problématise justement la voix. Elle est impropre et elle l’assimile à un autre personnage, complexe, qui est Philippe Boutardieu, le savant fou de Lyon qui inaugure les Aventures d’Adèle Blanc-Sec. Et, ce qui ne semble pas le fait du hasard, mais répond à une volonté très consciente de l’auteur, dans Boutardieu, il y a Tardi : Bou-TARDI-eu ! Passons sur le fait qu’il s’agit d’un savant lyonnais, justement là où le jeune Tardi, à l’âge de 16 ans intègre l’École Nationale des Beaux-Arts. On comprend aussi pourquoi le Crédit Lyonnais flambe dans un immense incendie à la fin de Le Mystère des profondeurs, de 1998, qui n’est pas sans rappeler ce peut-être providentiel incendie qui ravagea le siège central parisien du CL du 5 mai 1996 au cours duquel disparurent des archives très importantes et compromettantes au moment où de graves scandales financiers provoquent sa quasi-faillite, notamment à cause d’investissements massifs hasardeux perdus dans la Métro-Goldwyn-Mayer.

34Que les albums de Tardi soient placés sous le signe de l’hybridité, au niveau générique et discursif, ne surprend pas. Plus surprenante est l’introduction fractale du narrateur/dessinateur qui s’immisce dans ses récits et provoque une prolifération protéïforme des Moi assez monstrueuse.

35En fait, l’histoire importe peu. Chaque album intervient comme une rupture vis-à-vis de celui qui le précède, obligeant le lecteur à laisser une histoire en suspens au profit d’une autre, puis d’une autre encore. Que sont devenus, par exemple, les sacs de la page 48 d’Adèle et la bête ? Contenaient-ils une statuette de Pazuzu, des seringues pour inoculer la peste ? Nous n’en saurons jamais rien car « un nouveau mystère secoue Paris ».

  • 37 Par exemple, l’image itérative du Quai des Orfèvres avec la répétition obsessionnelle de la didasca (...)

36Le texte est un labyrinthe qui s’établit au fur et à mesure de l’écriture et des récits de Jacques Tardi : des « éclats » d’histoires laissées incomplètes, des coïncidences qui permettront éventuellement d’établir des liens entre divers éclats37, perméabilité des récits entre eux (Aventures d’Adèle, Brindavoine, Démon des glaces, Véritable histoire du soldat inconnu), obsession d’une chronologie et d’une datation absurdes, laissent penser que l’œuvre de Tardi forme un tout. Certains personnages font de brèves apparitions dans des récits postérieurs à leur récit d’origine ; les exemples sont nombreux, tant l’intratextualité et même l’autotextualité se sont imposées comme des composantes essentielles de l’écriture de Tardi. Il s’agit d’une écriture qui se veut totalisante, tendant des ponts entre les différents albums pour en effacer les frontières, les limites. Cet aspect globalisant et les manœuvres de détournement du suspens ont pour effet de dévier progressivement le centre de l’intrigue de la dimension anecdotique vers l’esthétique. On peut lire de plus en plus de remarques métafictionnelles de la part de divers personnages. Ce discours autoréflexif a non seulement pris de plus amples proportions au sein des aventures d’Adèle Blanc-Sec, mais il a sensiblement évolué. La cohérence de l’histoire importe beaucoup moins que la fantaisie du texte et de l’image qui semble de plus en plus se poser comme une exploration d’une sorte d’inconscient ou de subconscient collectif. L’instance narrative est tellement instable (avons-nous, en fait, un narrateur multiple ou de multiples narrateurs ?) qu’elle pourrait être qualifiée d’hybride et donc de monstrueuse, surtout dans le cas du narrateur qui est alternativement Tardi, une projection fictionnelle d’un autre Tardi, Adèle Blanc-Sec ou un soldat anonyme, qui peut être homme ou femme, jeune ou vieux, implicite ou explicite.

  • 38 Deleuze G. et Guattari F., Kafka, pour une littérature mineure, Paris, Éditions de Minuit, 1975, p. (...)

37Le principe constructeur de l’œuvre semble être la fragmentation, la rupture à tous les niveaux d’écriture. Cette fragmentation pourrait témoigner de l’incohérence du monde, perçu comme chaotique et absurde, caractéristique d’une société marginalisante et exclusive, pleine de frontières et de limites. Les personnages sont déterritorialisés pour reprendre l’expression de Deleuze et Guattari38. L’œuvre de Tardi, à travers la représentation du savant fou comme image fantasmée et fantasmagorique du narrateur fou, est sans doute l’une des plus fortes manifestations de cette société désunie, fragmentée à chacun de ses niveaux, profondément discontinue où chacun y est défini en fonction, non pas de ce qu’il est, mais en fonction d’où il est exclu.

Bibliographie

Bibliographie

De Cervantès M., Les Travaux de Persille et Sigismonde, Histoire septentrionale [Trabajos de Persiles y Sigismunda], trad. par Molho M., Paris, José Corti, 1994 [1617].

Goscinny R. et Uderzo A., Le Combats des chefs, Paris, Hachette, coll. « Astérix », t. 7, 1966.

Groensteen T., La Bande dessinée depuis 1975, Paris, MA Éditions, 1985.

Hergé, L’Affaire Tournesol, Paris, Castermann, coll. « Les aventures de Tintin », t. 18, 1956.

Lascault G., « Les anti-romans de Tardi », À suivre, no 5, juin 1978.

Sigaut F., « Mythes. L’origine des manières de faire », Techniques et Cultures, no 43-44, décembre 2004.

Tardi J., Adèle et la bête, Paris, Casterman, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 1, 1976.

Tardi J., Adieu Brindavoine, suivi de La Fleur au fusil, Paris, Casterman, 1979.

Tardi J., La Véritable histoire du soldat inconnu, Paris, Futuropolis, 1974.

Tardi J., Le Démon de la tour Eiffel, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 2, 1976.

Tardi J., Le Démon des glaces, Paris, Casterman, 1987 [1974].

Tardi J., Le Labyrinthe infernal, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 9, 2007.

Tardi J., Le Noyé à deux têtes, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 6, 1985.

Tardi J., Le Savant fou, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 3, 1977.

Tardi J., Le Secret de la salamandre, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 5, 1981.

Tardi J., Momies en folie, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 4, 1978.

Tardi J., Mystère des profondeurs, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 8, 2007.

Tardi J., Tous des monstres !, Paris, Casterman, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 7, 1994.

Notes

1 Groensteen T., La Bande dessinée depuis 1975, Paris, MA Éditions, 1985, p. 11.

2 Le commissaire Laumanne à son second Stigmates : « de nos jours il n’y en a plus que pour le cinématographe » (p. 9) ; « ça ne se vend plus tout ça. Les gens ne lisent plus ! Ils sont au cinématographe tous les soirs… » (Bonnot, éditeur d’Adèle, Tardi J., Mystère des profondeurs, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 8, 2007, p. 10).

3 Cf. Julie Andrews dans le film de Robert Stevenson tiré du roman de P. L. Travers.

4 Créée par Toby Gard, elle est apparue pour la première fois en 1996 dans le premier jeu de la série, puis, dans les jeux successifs, elle est interprétée par Rhona Mitra, puis par Nell McAndrew (1998-1999), Lara Weller (1999-2000), Lucy Clarkson (2000-2002), Jill de Jong (2002-2004), Karima Adebibe (2006-2008), enfin Alison Carroll (2008). Au cinéma, c’est Angelina Jolie qui incarne Lara Croft dans les deux films produits en 2001 et 2003.

5 Lascault G., « Les anti-romans de Tardi », À suivre, no 5, juin 1978, p. 75-76.

6 Goscinny R. et Uderzo A., Le Combats des chefs, Paris, Hachette, coll. « Astérix », t. 7, 1966. Cette aventure d’Astérix le Gaulois fut initialement prépubliée dans la revue Pilote du no 261 (22 octobre 1964) au no 302 (5 août 1965).

7 Tardi J., Adieu Brindavoine, suivi de La fleur au fusil, Paris, Casterman, 1979.

8 Tardi J., Le Démon des glaces, Paris, Casterman, 1987 [Dargaud, 1974]. L’aventure débute fin 1889 (3 novembre-5 décembre-24 décembre) et conclut début 1890, quelque part en forêt amazonienne. C’est à ce moment que naît l’héroïne Adèle (entre 1880 et 1890) qui deviendra orpheline assez tôt, à l’adolescence (13-15 ans).

9 Tardi J., Momies en folie, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 4, 1978, p. 43.

10 Ibid., p. 42.

11 Sigaut F., « Mythes. L’origine des manières de faire », Techniques et Cultures, no 43-44, décembre 2004.

12 Dans L’Affaire Tournesol, réalisant le mal que pourrait faire son invention, le professeur Tournesol n’hésite pas à la détruire. (Hergé, L’Affaire Tournesol, Paris, Castermann, coll. « Les aventures de Tintin », t. 18, 1956.)

13 Tardi J., Le Démon des glaces, op. cit.

14 Id.

15 Tardi J., Le Savant fou, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 3, 1977.

16 Ibid., p. 28-30 et Tardi J., Momies en folie, op. cit., p. 47.

17 Tout au moins en attendant Le Bébé des Buttes-Chaumont qu’il annonce dans Le Labyrinthe infernal (Tardi J., Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 9, 2007) au titre signifiant et évocateur.

18 Le docteur Émile Mule élevait, dans Le Mystère des profondeurs, des limules afin d’extraire de leurs mandibules des vitamines dont il pensait faire des pilules qui permettraient de venir à bout de la famine dans le monde.

19 Je renvoie à la traduction réalisée par Molho M. : De Cervantès M., Les Travaux de Persille et Sigismonde, Histoire septentrionale, Paris, José Corti, 1994. Le titre original était Trabajos de Persiles y Sigismunda, paru en 1617.

20 On peut inclure, dans une moindre mesure, dans Le Démon de la tour Eiffel (Tardi J., Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 2, 1976), le cas du tarbosaurus, ramené à la vie par les professeurs Ménard et Espérandieu, qui finit tué par le commissaire Caponi.

21 D’une certaine façon, même s’il ne s’agit pas là d’un savant fou à proprement parler, Mouginot, qui met au point une machine de conservation du corps d’Adèle Blanc-Sec avant d’être assassiné, s’inscrit dans ce catalogue (Tardi J., Momies en folie, op. cit.).

22 Il est impossible, pour un contemporain de 1918, de parler de « 1re guerre mondiale » qui implique une seconde qui ne sera qu’en 1939, soit plus de vingt ans après ! L’anachronisme, chez Tardi, me semble être un procédé stylistique d’actualisation dont le but est d’aspirer le passé vers le présent. Son travail « archéologique » dans les albums des Aventures d’Adèle Blanc-Sec et dans tous ceux qu’il a consacrés à la Grande Guerre (avec Charonne et les fusillés pour l’exemple), à la Commune (d’après le roman de Jean Vautrin), tout comme ses illustrations des chansons de Dominique Grange, répondent à un véritable travail anamnésique que synthétise assez bien la dernière chanson de celle-ci : « N’effacez pas nos traces » !

23 Tardi J., Le Noyé à deux têtes, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 6, 1985, p. 12.

24 Tardi J., Le Secret de la salamandre, Paris, Castermann, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 5, 1981, p. 42.

25 Lang F., Das Testament des Dr. Mabuse, 1933, avec Rudolf Klein-Rogge dans le rôle de Mabuse, Otto Wernicke dans celui du commissaire Lohmann, Gustav Diessi dans celui de Thomas Kent, Oscar Beregi (professeur Baum) et Wera Liessem (Lilli).

26 C’est le personnage de Chalazion qui en est l’auteur dans Le Labyrinthe infernal, op. cit., p. 38.

27 Tardi J., Tous des monstres !, Paris, Casterman, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 7, 1994.

28 Ibid., p. 21-22.

29 Film réalisé en 1993 par Steven Spielberg, adapté du roman de Michael Crichton (1990).

30 Tardi J., Adèle et la bête, Paris, Casterman, coll. « Aventures extraordinaires d’Adèle Blanc-Sec », t. 1, 1976, p. 8-9.

31 Tardi J., Tous des monstres, op. cit., p. 6, 7 et 8.

32 Ibid., p. 30. Ce pseudo-auteur aurait écrit en outre : Le Secret du crétacé (18e roman), Le Pharaon sanglant, La Vierge aux mains rouges, Le Paléontologue assassin, Lac maudit, La Malédiction du Hammam Palace, Le Croate aux corbeaux, La Mort volante, 1er roman), tous publiés chez l’éditeur Bonnot, le même que celui d’Adèle Blanc-Sec.

33 Tardi J., Momies en folie, op. cit., p. 43. Et ce d’autant que Le Démon des Glaces se construit d’une certaine façon par le procédé adopté par Tardi, en relation avec les illustrateurs des romans de Jules Verne, Alphonse de Neuville et Edouard Riou dans les célèbres éditions de P. J. Hetzel qui contribuèrent pour une grande part au succès des romans du maître nantais. Et plus particulièrement aux Voyages et aventures du capitaine Hatteras (pour ce qui est des aventures arctiques), à Face au drapeau (en ce qui concerne les armes) et Vingt mille lieues sous les mers (pour ce qui est de l’aventure sub-aquatique). Quant au titre, il n’est qu’une reprise de Le Sphinx des glaces, toujours de Jules Verne, qui était déjà une sorte de reprise ou de suite des Aventures d’Arthur Gordon Pym de Poe, tout comme Howard Phillips Lovecraft tentera de résoudre l’énigme des aventures de Pym dans Les Montagnes hallucinées (1931).

34 Tardi J., La Véritable histoire du soldat inconnu, Paris, Futuropolis, 1974.

35 Tardi J., Le Noyé à deux têtes, op. cit., p. 37 et 40.

36 Tardi J., Le Savant fou, op. cit., p. 11.

37 Par exemple, l’image itérative du Quai des Orfèvres avec la répétition obsessionnelle de la didascalie « dont les tours médiévales se dressent comme des gibets, sinistres symboles de répression et de farce judiciaire » (Tardi J., Noyé à deux têtes, op. cit., p. 33, 39 ; Tous des Monstres !, op. cit., p. 24 ; Mystère des profondeurs, op. cit., p. 21 ; Labyrinthe infernal, op. cit., p. 23).

38 Deleuze G. et Guattari F., Kafka, pour une littérature mineure, Paris, Éditions de Minuit, 1975, p. 23.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540