Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant fou

 | 
Hélène Machinal

Contexte scientifique

« Knowledge for its own sake, is the one god I worship » : les « savants fous » dans Heart and Science de Wilkie Collins

Laurence Talairach

Texte intégral

  • 1 Collins W., Heart and Science, Stroud, Alan Sutton, 1994 [1883], p. 179. Désormais, les références (...)

« In a month or two more – perhaps in a week or two – I shall have solved the grand problem. I labour at it all day. I think of it, I dream of it, all night. It will kill me. Strong as I am, it will kill me. What do you say? Am I working myself into my grave, in the medical interests of humanity? That for humanity! I am working for my own satisfaction – for my own pride – for my own unutterable pleasure in beating other men – for the fame that will keep my name living hundreds of years hence. Humanity! I say with my foreign brethen – Knowledge for its own sake, is the one god I worship. Knowledge is its own justification and its own reward. The roaring mob follows us with its cry of Cruelty. We pity their ignorance. Knowledge sanctifies cruelty. The old anatomist stole dead bodies for Knowledge. In that sacred case, if I could steal a living man without being found out, I would tie him on my table, and grasp my grand discovery in days, instead of months1. »

1Si les savants – plus ou moins – fous abondent dans la fiction de Wilkie Collins, Heart and Science (1883) est sans doute le roman qui met le mieux en scène les transformations de la science et du scientifique tout au long du XIXe siècle, à un moment où le positivisme met à mal toute vision théologique du monde et de la nature. En effet, en plaçant sous les feux de la rampe deux chercheurs assoiffés de savoir, Heart and Science dénonce l’impact des nouvelles disciplines scientifiques sur la vision du monde et de l’univers, soumettant l’homme aux expériences de scientifiques ambitieux prêts à lui voler son âme au nom du savoir et de la gloire. À travers leurs recherches, le roman dévoile la place de l’homme dans la nature, le positionnant sur une échelle de l’évolution parmi d’autres espèces animales ou pointant l’insignificance de l’être humain dans l’histoire de la terre et la possibilité de son extinction. D’une façon assez révélatrice, la dénonciation de la science moderne dans Heart and Science est bien caractéristique des tensions du siècle. Selon Gillian Beer,

  • 2 Beer G., Darwin’s Plots : Evolutionary Narrative in Darwin, George Eliot and Nineteenth-Century Fic (...)

« New organization of knowledge […] shift[ed] man from the centre of meaning or set him in a universe not designed to serve his needs. In the mid-nineteenth-century Darwinian theory issued just such a double challenge. It suggested that man was not fully equipped to understand the history of life on earth and that he might not be central to that history. He was neither paradigm nor sovereign2. »

2En effet, dans la deuxième moitié du XIXe siècle, tandis que la théorie de l’évolution proposée par Charles Darwin s’impose de plus en plus dans les milieux scientifiques, l’homme se voit replacé dans la chaîne de la vie sur Terre. Balayé du cœur du système comme de l’histoire, il apparaît soudain fragile, sa toutepuissance réduite à néant par les découvertes géologiques et paléontologiques qui nourrissent la pensée du naturaliste et fournissent chaque jour de nouveaux exemples de sélection naturelle et d’évolution. C’est pourquoi, dans Heart and Science, deux scientifiques, l’un spécialiste des sciences de la nature, travaillant sur les nouveaux principes de géologie, sur l’origine du système solaire et l’âge de la Terre, l’autre, spécialiste de physiologie mentale et au faîte des théories évolutionnistes, permettent à Collins de réviser le scénario gothique, transformant la jeune héroïne radclifféenne enfermée dans un château hanté en une victime de la science et de ses adeptes – une jeune femme prête à être disséquée par un vivisecteur fou.

  • 3 Hurley K., The Gothic Body: Sexuality, Materialism and Degeneration at the Fin de Siècle, Cambridge (...)
  • 4 Mighall R., A Geography of Victorian Gothic Fiction: Mapping History’s Nightmares, Oxford, Oxford U (...)

3Il est aisé de comprendre pourquoi, dans la seconde moitié du XIXe siècle, les schèmes gothiques permettent aux écrivains populaires de dénoncer les transformations d’un monde qui efface peu à peu la toute-puissance divine à mesure que les théories darwiniennes s’imposent. L’utilisation de la science et de la figure du scientifique dans les réécritures gothiques de cette période a bien sûr fait l’objet de débats critiques controversés, puisque le rationalisme scientifique paraît aux antipodes du mystère prisé par les écrivains gothiques : la science, portée aux nues tout au long du XIXe siècle, n’est-elle pas là pour rassurer et donner les explications à ces mystères qui hantent et rongent les individus passionnels qui rythment la littérature populaire ? Pour Kelly Hurley, qui se penche sur le Gothique de la fin du XIXe siècle3, c’est la peur des progrès scientifiques qui explique des réécritures fondées sur des personnages médicalisés et des scientifiques qui s’entourent d’une aura faustienne : sous l’œil du professionnel, l’être humain n’est plus qu’une masse organique susceptible de se disloquer, somme de cellules illustrant la régression potentielle de l’homme vers des organismes moins complexes, et donc moins évolués – autant de raisons qui justifient les manipulations et expériences scientifiques des « savants fous » de l’époque, des chercheurs de Wilkie Collins à ceux d’Arthur Machen ou de H. G. Wells. Pour Robert Mighall, au contraire, la science sert à contenir les peurs, le rationalisme chassant le surnaturel4.

  • 5 Voir Talairach-Vielmas L., Wilkie Collins, Medicine and the Gothic, Cardiff, The University of Wale (...)

4Wilkie Collins, quant à lui, utilise la science, et surtout le monde médical, pour rassurer et inquiéter à la fois, se situant dans une zone liminaire typique de la littérature populaire5. Ses romans abordent la place de l’homme dans la nature et la nature de l’humain, montrant un intérêt tout particulier pour les mécanismes cérébraux et la subjectivité humaine. S’écartant des approches métaphysiques du XVIIIe siècle, ses romans suivent les transformations de la psychologie en une science naturelle qui réduit l’homme à de simples automatismes cérébraux, soulignant à l’envi les limites du positivisme. Cependant, si les schèmes gothiques permettent généralement à Collins de visualiser les mécanismes de la conscience de ses personnages, il n’en va pas de même dans Heart and Science. Même si l’humain est redéfini comme de la matière organique dont les secrets cèdent sous la lame du vivisecteur, c’est bien le matérialisme excessif et les limites de la science qui sont placés sur le banc des accusés.

5Dans Heart and Science, l’héroïne du roman, Carmina, est une riche orpheline élevée en Italie. À la mort de son père, sa tante, Mrs Gallilee, devient sa tutrice légale. Dès son arrivée à Londres, Carmina tombe amoureuse de son cousin, Ovid Vere, se fiance en secret au jeune médecin que la santé fragile pousse à quitter l’Angleterre pour régénérer son système nerveux au Canada. Lorsque sa nourrice italienne retourne à Rome pour s’occuper de son époux, Carmina reste alors seule, condamnée à obéir aux ordres de sa tante. Cette dernière, naturaliste amateur cruelle et endettée, cherche à tout prix à empêcher le mariage de sa nièce pour hériter de sa fortune. Alors que Carmina tente de s’échapper pour rejoindre Ovid au Québec, sa tante découvre son plan, l’accusant, en outre, d’être l’enfant illégitime d’une mère adultère. Le choc de la découverte et de l’accusation est tel que Carmina devient cataleptique, ses symptômes hystériques transformant la jeune vierge en une patiente idéale pour Dr Benjulia, un vivisecteur spécialisé en neurologie.

Science moderne et divin : de la Théorie de la Création à la théorie de l’évolution

6Dans Heart and Science, c’est bel et bien la mise en parallèle des deux « savants fous » qui maltraitent l’héroïne qui met en exergue les nouvelles constructions du monde et de la place de l’homme dans l’évolution de la Terre. D’une part, les recherches de Benjulia et son recours à la vivisection remettent en question la valeur de la vie, qu’elle soit humaine ou animale, plaçant l’homme sur une échelle de l’évolution au cœur du règne animal, et donc parmi d’autres espèces. D’autre part, l’attrait de Mrs Gallilee pour la physique, l’astronomie, la géologie ou la paléontologie rappelle à l’envi la décentralisation de l’homme dans le système écologique. Car Gallilee sait que le monde n’a pas été créé par la main de Dieu : « she […] knew, on the best authority, that the world had created itself », (HS, p. 300). Réduit à n’être rien de plus qu’un animal soumis à la loi du plus fort et du plus apte, l’homme est aussi mortel et peut donc s’éteindre, comme d’autres espèces bien plus puissantes avant lui. Ainsi, qu’il s’agisse de sciences naturelles ou de biologie évolutionniste et de physiologie mentale, les champs de recherche des deux scientifiques soulignent la redéfinition de l’être humain par la science moderne. Les conférences dont Mrs Gallilee est friande témoignent bien de la désacralisation du monde. Les Cieux ne sont rien de plus que de la matière susceptible d’exploser, et emportant dans l’explosion l’espèce humaine tout entière :

« Fifty miles above us – only fifty miles – there is an atmosphere of cold that would freeze the whole human family to death in a second of time. Moist matter, in that terrific emptiness, would explode, and become stone; and – listen to this, Carmina – the explosion itself would be frozen and produce no sound. Think of serious people looking up in that dreadful direction, and talking of going to Heaven. Oh, the insignificance of man… » (HS, p. 102)

7Si l’exemple contraste à merveille les points de vue scientifique et religieux sur le monde, il témoigne également de la scission entre la recherche scientifique et le spirituel induite par le développement des sciences de la nature. À des annéeslumière l’une de l’autre, science et religion appartiennent à deux mondes qui ne communiquent plus. D’ailleurs, l’animosité entre Carmina et sa tante s’explique aussi parce que Carmina est catholique, tandis que Mrs Gallilee n’a foi qu’en la matière : « His mother’s religious convictions began and ended with the inorganic matter of of [sic] the earth » (HS, p. 45). Le « point de vue protoplasmique » (« protoplastic point of view », HS, p. 114) de Mrs Gallilee sur le monde, faisant allusion à l’impact de l’histologie, met en lumière comment l’homme est redéfini en une somme de cellules, base de toute matière organique, une conception qui invalide du même coup les hiérarchies entre espèces.

  • 6 Frank L., Victorian Detective Fiction and the Nature of Evidence: The Scientific Investigations of (...)
  • 7 Cité in ibid., p. 187.

8En fait, à un moment où les naturalistes, astronomes ou géologues croient de plus en plus en une origine naturelle des espèces à partir de matière non organique mise en mouvement6, l’homme se retrouve lui aussi soumis aux mêmes phénomènes naturels. Pour John Tyndall (1820-1893), scientifique victorien, par exemple, l’esprit humain n’est ni plus ni moins que le produit de tels mécanismes physiques : « the human mind itself – emotion, intellect, will, and all their phenomena – were once latent in a fiery cloud7 ». Ainsi, les deux « savants » du roman, en cherchant à déchiffrer les mystères de la nature, dévoilent une vision moderne de l’univers créé au fil des temps géologiques : si Gallilee n’a de cesse de rappeler les origines naturelles de la vie, la recherche en physiologie mentale de Benjulia construit l’homme comme un organisme parmi d’autres, obéissant aux principes de la physiologie – un être sans âme qu’il peut donc étudier en toute impunité.

9De plus, tout au long du roman, la science évolutionniste apparaît en filigrane derrière chaque clin d’œil au hasard. La rencontre entre les amants n’est que le résultat d’une suite de contretemps et d’imprévus (« trivial obstacles », HS, p. 17) qui empêchent Ovid de se rendre au College of Surgeons et Carmina au Musée. C’est également la « loi du hasard » (« law of chances », HS, p. 19) qui permet la rencontre de Carmina et de sa tante au théâtre. En fait, Londres est un univers darwinien soumis au hasard et peuplé de scientifiques. Dès son arrivée, Carmina est emmenée au London Zoological Gardens où elle fait la connaissance du vivisecteur, Dr Benjulia. C’est alors que s’amorce le débat sur les relations de l’homme à l’animal. Teresa compare l’une des filles de Gallilee, Maria, à un singe dont elle aimerait faire l’étude, tissant des parallèles entre les cages du zoo et celles des prisons :

« Because a monkey is a nasty creature (as I have heard, not even good to eat when he’s dead), that’s no reason for taking him out of his own country and putting him into a cage. If we are to see creatures in prison, let’s see creatures who have deserved it – men and women, rogues and sluts. The monkeys haven’t deserved it. » (HS, p. 75-76)

  • 8 Voir Davie N., Tracing the Criminal: The Rise of Scientific Criminology in Britain, 1860-1918, Oxfo (...)
  • 9 Ellis H., The Criminal, London, Walter Scott, 1901.
  • 10 Nordau M. S., Degeneration, Lincoln, University of Nebraska Press, 1993 [1892, 1895].
  • 11 Voir Galton F., Inquiries into Human Faculty and its Development, London, Macmillan, 1883 et Finger (...)

10Derrière les mots de Teresa transparaît tout le discours contemporain sur le criminel et la réinterprétation des thèses de Darwin, visible notamment dans les dernières recherches en anthropologie criminelle, discipline qui s’impose dès la fin des années 1860 et se développe dans les prisons et les asiles – malades mentaux et meurtriers étant de plus en plus comparés les uns aux autres8. Le criminel, défini comme un être victime de sa physiologie, est pris dans la gangue des discours évolutionnistes, le déterminisme biologique remettant en question la responsabilité comme les possibilités de réforme des criminels. Si les travaux du criminologue italien le plus célèbre, Cesare Lombroso (1835-1909), ne sont pas forcément acceptés en Angleterre – malgré les succès de librairie des ouvrages de Havelock Ellis9 et de Max Simon Nordau10, ainsi que le développement du darwinisme social, particulièrement illustré par les recherches de Francis Galton (1822-1911)11 – le portrait du « Criminel-Né » présenté dans L’uomo delinquente (1876), stipulant que 70 % des criminels recèlent en eux les gènes de la criminalité, se retrouve dans les peurs des britanniques face aux signes ataviques que les experts lisent à même les visages des prisonniers et des malades mentaux. Très proches des travaux du psychiatre britannique Henry Maudsley (1835-1918), les théories de Lombroso, qui pénètrent les frontières de l’Angleterre dans les années 1880, rejoignent ainsi les écrits médicaux qui définissent la moralité à travers une lentille matérialiste.

11D’une façon révélatrice, dans Heart and Science, les relations entre l’homme et l’animal sont rattachées au développement de la recherche en physiologie à partir d’expérimentations animales :

« The Law which forbids you to dissect a living man, allows you to dissect a living dog. Why?
There was positively no answer to this.
Suppose he said, Because a dog is an animal? Could he, as a physiologist, deny that a man is an animal too?
Suppose he said, Because a dog is the inferior creature in intellect? The obvious answer to this would be, But the lower order of savage, or the lower order of lunatic, compared with the dog, is the inferior creature in intellect; and, in these cases, the dog has, on your own showing, the better right to protection of the two.
Suppose he said, Because a man is a creature with a soul, and a dog is a creature without a soul? This would be simply inviting another unanswerable question: How do you know?
» (HS, p. 176-177)

12L’expérimentation animale découle ici d’une science par trop positiviste, et le texte met en tension d’autant mieux le religieux et le scientifique, plaçant la question de la connaissance au centre du débat.

  • 12 Collins W., No Name, Oxford, Oxford University Press, 1986 [1862], p. 323.

13Tout au long du roman, la science est donc associée aux « villains » gothiques : ce sont eux qui cherchent à mettre à nu les secrets de la jeune femme, pénétrant sans cesse son intimité ou cherchant à sonder les profondeurs de sa psyché. La chambre dans laquelle l’héroïne radclifféenne est généralement enfermée, et qui ne s’ouvre et ne se ferme que de l’extérieur, est ici revisitée. Les tensions et secrets se lisent à même le corps de l’héroïne, le cerveau cristallisant tous les mystères que seule la science peut déchiffrer. Mrs Gallilee est une autre version de Mrs Lecount dans No Name (1862), chez qui le goût pour la science (« taste for science12 ») et la passion pour les serpents laissent miroiter la cruauté du personnage. Elle étudie les théories de la création et les mécanismes du vivant, s’intéresse à la « Botanique géographique » (« Geographical Botany ») ainsi qu’aux coprolithes, fèces de dinosaures et autres espèces disparues, et multiplie ses connaissances en sciences naturelles à chaque conférence à laquelle elle assiste. Bien sûr, l’intérêt de Gallilee pour les coprolithes ajoute une touche grotesque au personnage qui ne manque pas de faire sourire le lecteur, mais nous aimerions montrer ici comment la vignette paléontologique est aussi – et surtout – destinée à tisser des liens entre les deux scientifiques.

  • 13 Rupke A. N., The Great Chain of History: William Buckland and the English School of Geology (1814-1 (...)

14En effet, l’apparition des coprolithes dans Heart and Science pointe non seulement la recherche en paléontologie du temps, avec ses découvertes sensationnelles de créatures géantes disparues, mais signale également les implications directes de chacune de ces découvertes, redéfinissant la nature et ses représentations de plus en plus radicalement et rompant peu à peu avec la vision théologique de l’époque. Si, au XIXe siècle, sur le continent, science et religion ne sont pas véritablement dépendantes l’une de l’autre13, en Angleterre, l’école britannique ne peut, en effet, expliquer la science en la dissociant de l’histoire sacrée. À des lieues de la vision sécularisée de l’univers des philosophes des Lumières, et jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, l’histoire de la Terre et celle de l’homme ne font qu’un. Les plus célèbres paléontologues de l’époque, notamment William Buckland (1784-1856), William Daniel Conybeare (1787-1857) ou Adam Sedgwick (1785-1873) ne lisent d’ailleurs les fossiles que comme les reflets d’un plan de Création. Tous très proches de l’église anglicane, ils lisent le monde naturel comme une chaîne des êtres que les découvertes de fossiles permettraient de dévoiler chaque jour un peu plus. D’ailleurs, l’entrée de la géologie à Oxford en 1813, avec la première chaire de géologie attribuée à William Buckland, était destinée à développer l’étude des fossiles afin de prouver la Genèse. Ainsi, l’influence de la théologie naturelle est telle que Buckland consacre ses recherches à prouver la théorie du Déluge, expliqué dans son traité, Reliquiæ Diluvianæ, or, Observations on the Organic Remains attesting the Action of a Universal Deluge (1823). Pourtant nombre de découvertes paléontologiques qu’il fait dans des cavernes (à Kirkdale et Paviland) mettent à mal la théorie du Déluge à la lumière de laquelle il lit les ossements fossilisés, notamment celles impliquant la contemporanéité de l’homme et des créatures antédiluviennes.

  • 14 Fixiste et catastrophiste, Cuvier s’oppose à la vision matérialiste de l’évolution des espèces d’Ét (...)
  • 15 Le principe est le suivant : si la forme de chaque organe dépend de sa fonction et que tous les org (...)

15Lorsque les travaux de Georges Cuvier (1769-1832) arrivent en Angleterre, en particulier après la traduction de Théorie de la Terre (1813) (Essay on the Theory of the Earth), les paléontologues anglais se servent des théories du pionnier de l’anatomie comparée pour renforcer les principes de la théologie naturelle14. Cuvier pense que l’existence des fossiles est le résultat de grandes catastrophes naturelles, qui ont été suivies de nouveaux processus de création (s’opposant donc au « transformisme » de Jean-Baptiste Lamarck), et son anatomie fonctionnelle devient, pour les naturalistes anglais enseignant à Oxford et à Cambridge, la preuve scientifique d’un plan de Création15. Pourtant, l’idée d’extinction des espèces sous les pressions environnementales avancées par Cuvier cadre mal avec celle de l’Arche de Noé, destiné à la préservation de chaque espèce. Ainsi, les nouvelles découvertes géologiques bouleversent chaque jour un peu plus la théologie naturelle, et l’idée que des fossiles précèdent l’apparition de l’homme met à mal le jardin d’Eden et la notion même de péché originel : comment expliquer la violence dont les fossiles témoignent, tout particulièrement lorsque les paléontologues se penchent sur les coprolithes, fèces de dinosaures révélant leurs pratiques cannibales – un monde de souffrance et de violence que l’on ne peut rattacher à la Chute ?

16On voit donc ici à quel point le clin d’œil humoristique a aussi pour fonction de rappeler les relations de prédations des créatures monstrueuses disparues, au moment où les révélations en écopaléontologie suggèrent que seuls les plus aptes peuvent survivre à la violence de l’environnement, démontrant l’impossibilité de réconcilier science moderne et vision théologique et jetant par-là même les bases de la biologie évolutionniste. Par conséquent, les fragments de discours scientifiques qui émaillent le roman façonnent de plus en plus un vaste univers scientifique où les deux savants laissent libre cours à leur cruauté, sombrant peu à peu dans une folie – meurtrière. Gallilee, qui dissèque le système nerveux des abeilles comme des fleurs (« dissecting the nervous system of a bee », HS, p. 35) est une version au féminin de Benjulia, the « dissector of living creatures » (HS, p. 176).

  • 16 Voir Davie N., op. cit.

17Incarnant le savant fou, Dr Benjulia a quelque chose de surhumain (« something superhuman », HS, p. 212), à l’instar des trois savants de la fin du roman, tout aussi surhumains, qui participent à l’une des soirées scientifiques de Mrs Gallilee, et qui ont découvert les mystères des origines de la vie (« three superhuman men, who had each a peep behind the veil of creation, and discovered the mystery of life », HS, p. 348). Comme d’autres figures faustiennes avant lui, le diabolique Dr Benjulia (« diabolical », HS, p. 212) est un physiologiste qui préfère la connaissance scientifique au savoir divin. Bien qu’on le croie à la recherche du secret de la Pierre Philosophale, ses recherches en neurologie et ses expérimentations animales visent à améliorer les connaissances en pathologie mentale. Proche de Paracelsus dans Jezebel’s Daughter (1880), le savant fou est un géant au visage hâve, les maxillaires saillants, lui valant le surnom de « the living skeleton » (HS, p. 63). Son teint basané, ses yeux gris noirs et ses longs cheveux bruns lui tombant sur le visage, lui donnant des airs d’Indien d’Amérique, ajoutent à son personnage des touches ataviques, l’idée de croisement racial le reliant au portrait stéréotypé du criminel16. Le « sauvage scientifique anglais » (« scientific English savage », HS, p. 178) brouillant les repères entre domestique et sauvage ou rationalité et folie, suggère du même coup la chute du scientifique – et de la science – tout au bas de l’échelle de l’évolution. Qu’il s’agisse de son visage taillé, comme à coups de hachette, qui donne au savant des traits morbides et le fait osciller entre vie et mort, ou de son allure exotique, qui le fait voyager du rationaliste occidental à l’indigène non civilisé, tout en Benjulia indique la transgression, inscrivant à fleur de peau les limites qu’il outrepasse, les espaces qu’il viole, les territoires qu’il colonise de son scalpel. Testant les poisons sur les animaux qu’il emprisonne ou bien faisant cuire les chiens dans des fours, Benjulia commet tous les crimes au nom de la connaissance. Son laboratoire, version moderne du château gothique, est un lieu en marge de la civilisation. Il est caché en banlieue (« in a desolate field – in some lost suburban neighbourhood that nobody can discover », HS, p. 66), un espace clos, avec pour unique ouverture une lucarne protégée par un store. Fermé à double tour, le laboratoire, dont Benjulia porte la clé sur lui nuit et jour, est l’espace du secret : un territoire dédié à la dissection, où les corps sont ouverts à l’œil du savant fou.

18Ainsi, les liens entre science et secret ou science et mystère qui se tissent tout au long du roman à travers le scientifique professionnel et la naturaliste amateur, qui tyrannisent tous deux l’héroïne du roman, permettent à Collins de dénoncer la science moderne – une science qui vole chaque jour à l’homme son âme en sapant les distinctions entre espèces et en balayant la théorie de la Création. Mais c’est précisément au moment où Carmina tombe malade que les deux savants se mettent, en quelque sorte, à travailler de concert, leur quête folle de la connaissance les unissant à jamais dans l’excès et le péché.

Les dangers et limites du positivisme : médecine expérimentale et localisation cérébrale

  • 17 Fara P., An Entertainment for Angels: Electricity in the Enlightenment, Cambridge, Icon Books, 2003 (...)
  • 18 Voir Otis L., « Howled out of the Country: Wilkie Collins and H. G. Wells Retry David Ferrier », in(...)

19Si le Dr Frankenstein donne la vie à des morceaux épars de cadavres à l’aide de décharges électriques, au XIXe siècle, c’est bien sur des êtres vivants que l’électricité est de plus en plus utilisée. En fait, la recherche utilisant l’électricité se rencontre bien plus souvent dans les salles de dissection et les cliniques que dans les laboratoires dédiés à la recherche en physique17. Utilisée principalement sur les animaux pour développer les recherches en physiologie, la recherche en électricité bénéficie tout particulièrement à la physiologie mentale. En effet, si quelques physiologistes se tournent vers l’étude du métabolisme cellulaire à partir d’analyses au microscope, nombreux sont les chercheurs qui optent plutôt pour l’expérimentation animale pour étudier les phénomènes de propagation de l’influx nerveux. Bien sûr, l’utilisation de décharges électriques sur des espèces vivantes n’est pas sans déclencher les protestations des mouvements animalistes et anti-vivisectionnistes, tout particulièrement en août 1881, lors du Congrès International de la Médecine (International Medical Congress), congrès au cours duquel le physiologiste David Ferrier disséqua le cerveau d’un singe vivant. Son procès (et son acquittement) fut précédé d’une augmentation des demandes de licences pour pratiquer la vivisection. Autre exemple : l’année 1876, où l’exploration neurologique et la cartographie du cerveau soulèvent à la fois l’enthousiasme des scientifiques et la colère des détracteurs de la vivisection : des physiologistes de Londres et de Cambridge fondent la Physiological Society, tandis que le passage de la Cruelty to Animals Act18 montre l’influence des campagnes des anti-vivisectionnistes sur l’opinion publique.

  • 19 Pedlar V., « Experimentation or Exploitation? The Investigations of David Ferrier, Dr. Benjulia and (...)
  • 20 Voir Lansbury C., « Gynaecology, Pornography, and the Antivivisection Movement », Victorian Studies(...)
  • 21 Dally A., Women under the Knife: A History of Surgery, New York, Routledge, 1991, p. 20, 162.
  • 22 Ibid., p. 5.

20Ferrier, professeur de médecine légale à la King’s College Hospital and Medical School de Londres, pratiquait des vivisections sur des animaux vivants, ainsi que des expériences post-mortem sur les patients de l’asile de Wakefield auquel son laboratoire était rattaché19. Il est bien clair dès la préface de Heart and Science que le roman s’inspire largement des expérimentations de Ferrier et de ses recherches en neurologie, Collins citant même une phrase d’un de ses ouvrages, The Localisation of Cerebral Disease. D’autre part, la critique de la vivisection dans Heart and Science doit également se lire comme une dénonciation des pratiques médicales et expérimentations effectuées sur les femmes – des pratiques visibles notamment en chirurgie gynécologique20. Le roman aligne constamment femmes et animaux – une comparaison qui sous-tendait fréquemment les campagnes des défenseurs des droits des animaux. Selon Ann Dally, il était courant au XIXe siècle que les chirurgiens s’entraînent sur des femmes21. Regroupées avec les sauvages tout en bas de l’échelle de l’évolution, les femmes ressentaient la douleur, pensaiton, beaucoup moins intensément que les hommes, tout comme les animaux22. Dans Heart and Science, les patients du physiologiste sont tous des sujets féminins nerveux, des hystériques qu’il cherche à contrôler. Ses expérimentations sur le plexus cervical de Zoe, fille de Gallilée attardée mentale, la chatouillant ou la paralysant pour la forcer à se soumettre à sa volonté, assimile cette dernière aux animaux enfermés dans son laboratoire et soumis à ses expérimentations. Benjulia est fasciné par les mécanismes cérébraux des femmes qui l’entourent, et son expérience avec sa cuisinière est comparable, une fois de plus, à celles faites sur ses animaux (« just as he pursued his own ends with a vivisected animal », HS, p. 212) :

« If she had seen the doctor at his secret work in the laboratory, the change in him might have put her on her guard. He was now looking (experimentally) at the inferior creature seated before him in the chair, as he looked (experimentally) at the other inferior creatures stretched under him on the table. » (HS, p. 210)

21L’expérience consiste à faire croire à sa cuisinière, à l’âme romantique, qu’il va l’épouser pour mieux la décevoir et observer sa réaction. La mise en parallèle entre femme et animal ici donne au regard du spécialiste des touches voyeuristes, alors que le corps allongé des créatures assimile le vivisecteur à un chirurgien gynécologique prêt à pénétrer les espaces secrets de ses patientes. Le choc qu’il espère causer (« violent moral shock », HS, p. 212), qui a pour but de lui fournir un nouveau cas de désordre mental, anticipe son expérience sur l’héroïne du roman.

  • 23 Maudsley H., The Pathology of Mind, New York, D. Appleton & Company, 1880 [1857], p. 74.
  • 24 Voir Bondeson J., Buried Alive: The Terrifying History of Our Most Primal Fear, New York, Norton, 2 (...)

22En effet, Benjulia est à la fin de sa recherche en neurophysiologie lorsque Carmina tombe malade. Oscillant entre la vie et la mort, Carmina est non seulement muette, paralysée et totalement insensible, mais devient même par moments inconsciente (« partial unconsciousness », HS, p. 280). Sa catalepsie (Scheintod) réécrit d’une façon moderne les convulsions nerveuses ou hystériques des héroïnes radclifféennes. À l’époque victorienne, les médecins pensaient que les chocs psychologiques affectaient le système nerveux. La catalepsie, en particulier, était supposée due à des « chocs moraux23 ». Pour Carmina, son état de mort apparente, de son regard fantomatique à sa paralysie (« death-struck look », HS, p. 269 ; « simulated paralysis », HS, p. 313), rappelle nombre de manifestations hystériques dans lesquelles le pouls des patients diminuait, les battements cardiaques devenant presque inaudibles, le teint d’une pâleur morbide et le corps rigide et froid, faisant courir le risque au patient d’être enterré vivant24.

23D’une façon assez révélatrice, la catalepsie de Carmina et la perte de mémoire qui s’ensuit permet à Collins de montrer comment la science médicale de l’époque se nourrit des disciplines scientifiques de son temps, le personnage féminin malade cristallisant nombre d’angoisses qui émaillent le roman. L’analyse médicale de Benjulia fait, d’une part, appel aux techniques d’anatomie comparée pour déterminer la nature de la pathologie. Ici, c’est un « détail insignifiant » qui permet au vivisecteur à l’œil affûté de repérer l’affection mentale, de même qu’il avait cherché à lire des symptômes pathologiques sur le corps de la cuisinière :

« The shock that had struck Carmina had produced complicated hysterical disturbance, which was now beginning to simulate paralysis. Benjulia’s profound and practised observation detected a trifling inequality in the size of the pupils of the eyes, and a slightly unequal action on either side of the face – delicately presented in the eyelids, the nostrils, and the lips. Here was no common affection of the brain, which even Mr. Null could understand! Here, at last, was Benjulia’s reward for sacrificing the precious hours which might otherwise have been employed in the laboratory! From that day, Carmina was destined to receive unknown honour: she was to take her place, along with the other animals, in his note-book of experiments. » (HS, p. 290)

  • 25 Taylor, J. B., « Obscure Recesses: Locating the Victorian Unconscious », in J. B. Bullen (dir.), Wr (...)
  • 26 Frank L., op. cit., p. 191.
  • 27 Cité in ibid.

24Par ailleurs, les patients cataleptiques, en sombrant dans des niveaux inconscients de plus en plus profonds, comme régressant vers une étape évolutive antérieure, relient la neurophysiologie naissante à des images de profondeur et de fouilles directement inspirées de disciplines telles que la géologie ou la paléontologie. Car au XIXe siècle, le cerveau, masse organique qui enregistre des informations qui peuvent être effacées et recouvrées, se découpe en série de strates. Pour Jenny Bourne Taylor, « the concept of a “deep” complicated self as it developed in the nineteenth century involved an implicit dialogue between different layers, currents or sections of the mind25 ». Le mouvement entre rétention et effacement donne à la psyché des airs de palimpseste, une image que l’on trouve initialement chez De Quincey pour définir la mémoire dans Suspiria de Profundis (1822). En fait, selon Lawrence Frank, la vision romantique du cerveau de De Quincey fut fortement influencée par les activités géologiques et archéologiques du XIXe siècle, et notamment les descriptions de fossiles et de vestiges26. De Quincey avait probablement lu l’ouvrage de John Playfair, Illustrations of the Huttonian Theory of the Earth (1802), ouvrage dans lequel Playfair définit les fossiles comme une « mémoire » stockée dans les « archives » de la nature (« memory [is] preserved in those archives, where nature has recorded the revolutions of the globe27 »).

  • 28 De Quincey T., Suspiria de Profundis: Being a Sequel to the Confessions of an English Opium Eater, (...)
  • 29 Lewes G. H., Problems of Life and Mind, Problem the First: The Study of Psychology, Its Object, Sco (...)
  • 30 Ibid., p. 153.

25En outre, il faut ajouter à cela qu’à l’époque victorienne, le palimpseste fut de plus en plus fréquemment utilisé comme modèle de la conscience. L’image du cerveau proposée par Thomas De Quincey – un organe fait de couches d’idées, d’images, de sentiments enfouis, mais susceptibles de remonter à la surface28 – fut, par exemple, réadaptée par le psychologue George Henry Lewes (1817-1878). Revisitée par les neurosciences naissantes, la métaphore de la mémoire de De Quincey vient alors illustrer l’évolution de l’homme à travers les siècles. D’une façon caractéristique, dans Problems of Life and Mind (1879), Lewes lit les mécanismes cérébraux comme détenant la clé des fonctionnements de l’évolution : « Our feelings are products of our personal stimulations, and of the residua of ancestral stimulations. Our knowledge is the product of our own experiences, and of the storedup experiences of our fellows29. » D’où la vision de Lewes de l’évolution mentale comme d’un « palimpseste30 », réduisant l’homme à sa physiologie et celle de ses ancêtres, et lui ôtant tout libre arbitre.

  • 31 Zimmerman V., Excavating Victorians, Albany, State University of New York Press, 2008, p. 3.

26Il ne fait aucun doute que Heart and Science, mêlant allusions à des disciplines scientifiques visant à reconstruire le passé à partir de fragments à de la recherche en neurophysiologie calquée sur les développements de la biologie évolutive, correspond pleinement au type de fiction que Virginia Zimmerman nomme « the literature of excavation31 » : le passé enterré de Carmina propose une relecture physiologique du fossile que l’on cherche à déterrer des couches géologiques passées. Seul le scientifique qui sait ressusciter et lire le passé pourra la sauver. C’est pourquoi Ovid questionne Carmina afin qu’elle retrouve ces « détails insignifiants » que le choc a effacés (HS, p. 322). La remontée à la surface est graduelle, une remontée dans le temps qui tranche radicalement avec les méthodes de Benjulia, également à la recherche de « détails insignifiants ». Ainsi, Collins se détourne des sciences par trop matérialistes pour proposer une science qui ne nie pas le spirituel.

  • 32 Ces termes rappellent d’ailleurs ceux de Darwin sur le registre fossilifère: « For my part, followi (...)

27En effet, Carmina est sauvée par son fiancé qui a hérité du manuscrit révolutionnaire d’un physiologiste à qui il a porté secours au Canada. Le manuscrit contient la solution pour traiter les pathologies mentales similaires à celle dont souffre Carmina. Si le texte reste imparfait (« imperfect record32 », HS, p. 325), il rejette la vivisection, une activité immorale contraire à toute foi chrétienne : « The man who seriously maintains that any pursuit in which he can engage is independent of moral restraint is a man in a state of revolt against God » (HS, p. 325). Dans le manuscrit, sont rapportés les cas de deux femmes devenues hystériques à la suite d’un violent choc moral (« hysterically affected by a serious moral shock », HS, p. 326). Le décès d’une des patientes et son examen post-mortem a donc permis au physiologiste une découverte de taille en neurosciences. L’histoire du scientifique, enchâssée dans l’une des lettres d’Ovid à Carmina, de même que son manuscrit, qui fait écho au manuscrit d’Ovid à l’ouverture du roman, soulignent une fois de plus la façon dont laquelle le roman joue sur des couches de savoirs qu’il s’agit de déterrer pour reconstruire. Cependant, aux antipodes des dissections de Benjulia, ce sont des médicaments qu’Ovid prescrit à Carmina pour l’aider à recouvrer la mémoire.

  • 33 Le conflit entre science matérialiste et spiritualité, particulièrement violent au moment où la thé (...)

28Le traitement réconcilie ainsi le médical et le divin, car le médecin prie (HS, p. 323) et rend grâce à Dieu de lui avoir permis de ressusciter la mémoire de sa fiancée (HS, p. 327), proposant une vision d’une science moderne qui, pourtant, ne remet pas en question l’existence divine33. En outre, et d’une façon ironique, des deux « savants fous » de Heart and Science, Mrs Gallilee finit par être envoyée quelques temps dans un asile d’aliénés, tandis que Benjulia se suicide. Son suicide est précédé de questionnements quant à l’existence divine, le vivisecteur se demandant si, finalement, Dieu n’est pas caché derrière les étoiles de la voûte céleste (HS, p. 344) : « Do you believe in God ? […] I wonder whether she is right […] It doesn’t matter : I shall soon know » (HS, p. 341). Les étoiles qui l’hypnotisent, rappelant toutes les interrogations du roman sur la formation de l’univers et de la Terre et l’origine de la vie, apparaît alors comme un ultime clin d’œil visant à unir science et religion.

Bibliographie

Bibliographie

[Anon], « Cruelty to Animals », The Cornhill Magazine, no 170, fév. 1874, p. 213-226.

Beer G., Darwin’s Plots : Evolutionary Narrative in Darwin, George Eliot and Nineteenth-Century Fiction, Cambridge, Cambridge University Press, 2000 [1983].

Bondeson J., Buried Alive : The Terrifying History of Our Most Primal Fear, New York, Norton, 2002 [2001].

Buckland W., Reliquiæ Diluvianæ, or, Observations on the Organic Remains attesting the Action of a Universal Deluge, London, John Murray, 1823.

Collins W., Heart and Science, Stroud, Alan Sutton, 1994 [1883].

Collins W., Jezebel’s Daughter, Stroud, Alan Sutton, 1995 [1880].

Collins W., No Name, Oxford, Oxford University Press, 1986 [1862].

Collins W., The Moonstone, London, Penguin, 1986 [1868].

Cuvier G., Essay on the Theory of the Earth, trad. par Kerr R., Edinburgh, William Blackwood, 1813.

Dally A., Women under the Knife : A History of Surgery, New York, Routledge, 1991.

Darwin C., On the Origin of Species by Means of Natural Selection, or the Preservation of favoured races in the struggle for life, Oxford, Oxford University Press, 1998 [1859].

Davie N., Tracing the Criminal : The Rise of Scientific Criminology in Britain, 1860-1918, Oxford, Bardwell Press, 2005.

Depledge G., « Heart and Science and Vivisection’s Threat to Women », in Mangham A. (dir.), Wilkie Collins : Interdisciplinary Essays, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2007, p. 149-163.

De Quincey T., Suspiria de Profundis : Being a Sequel to the Confessions of an English Opium Eater, Confessions of an English Opium Eater and Other Writings, Lindop G. (dir.), Oxford, Oxford University Press, 1985 [1822].

Ellis H., The Criminal, London, Walter Scott, 1901.

Fara P., An Entertainment for Angels : Electricity in the Enlightenment, Cambridge, Icon Books, 2003.

Ferrier D., The Localisation of Cerebral Disease, being the Gulstonian Lectures of the Royal College of Physicians for 1878, London, Smith, Elder & Co., 1878.

Frank L., Victorian Detective Fiction and the Nature of Evidence : The Scientific Investigations of Poe, Dickens, and Doyle, London, Palgrave Macmillan, 2009 [2003].

Galton F., Finger Prints, London, Macmillan, 1892.

Galton F., Inquiries into Human Faculty and its Development, London, Macmillan, 1883.

Hurley K., The Gothic Body : Sexuality, Materialism and Degeneration at the Fin de Siècle, Cambridge, Cambridge University Press, 2004 [1996].

Jevons P., « Cruelty to Animals – A Study in Sociology », The Fortnightly Review, no 19, janv.-juin 1876, p. 671-684.

Lansbury C., « Gynaecology, Pornography, and the Antivivisection Movement », Victorian Studies, printemps 1985, p. 413-437.

Lewes G. H., Problems of Life and Mind, Problem the First : The Study of Psychology, Its Object, Scope and Method, London, Trübner & Co., 1879.

Lombroso C., L’uomo delinquente studiato in rapporto all antropologia, all medicina legale, ed alle descipline carcerarie, Milano, 1876.

MacDonagh J., « Writings on the Mind : Thomas De Quincey and the Importance of the Palimpsest in Nineteenth-Century Thought », Prose Studies, no 10, 1987, p. 207-224.

Maudsley H., The Pathology of Mind, New York, D. Appleton & Company, [1857] 1880.

Mighall R., A Geography of Victorian Gothic Fiction : Mapping History’s Nightmares, Oxford, Oxford University Press, 1999.

Nordau M. S., Degeneration, Lincoln, University of Nebraska Press, 1993 [1892, 1895].

Otis L., « Howled out of the Country : Wilkie Collins and H. G. Wells Retry David Ferrier », in Stiles A. (dir.), Neurology and Literature, 1860-1920, Houndmills, Basingstoke, 2007, p. 27-51.

Pedlar V., « Experimentation or Exploitation ? The Investigations of David Ferrier, Dr. Benjulia and Dr. Seward », Interdisciplinary Science Reviews, vol. 28, no 3, sept. 2003, p. 169-174.

Playfair J., Illustrations of the Huttonian Theory of the Earth, Edinburgh, 1802.

Rupke N. A., The Great Chain of History : William Buckland and the English School of Geology (1814-1849), Oxford, Clarendon, 1983.

Talairach-Vielmas L., Wilkie Collins, Medicine and the Gothic, Cardiff, The University of Wales Press, 2009.

Taylor J. B., « Obscure Recesses : Locating the Victorian Unconscious », in Bullen J. B. (dir.), Writing and Victorianism, Londres, Longman, 1997, p. 137-179.

Zimmerman V., Excavating Victorians, Albany, State University of New York Press, 2008.

Notes

1 Collins W., Heart and Science, Stroud, Alan Sutton, 1994 [1883], p. 179. Désormais, les références à ce texte seront indiquées entre parenthèses suite à la citation, précédées de la mention HS.

2 Beer G., Darwin’s Plots : Evolutionary Narrative in Darwin, George Eliot and Nineteenth-Century Fiction, Cambridge, Cambridge University Press, [1983] 2000, p. 14-15.

3 Hurley K., The Gothic Body: Sexuality, Materialism and Degeneration at the Fin de Siècle, Cambridge, Cambridge University Press, 2004 [1996].

4 Mighall R., A Geography of Victorian Gothic Fiction: Mapping History’s Nightmares, Oxford, Oxford University Press, 1999.

5 Voir Talairach-Vielmas L., Wilkie Collins, Medicine and the Gothic, Cardiff, The University of Wales Press, 2009.

6 Frank L., Victorian Detective Fiction and the Nature of Evidence: The Scientific Investigations of Poe, Dickens, and Doyle, London, Palgrave Macmillan, 2009 [2003], p. 75.

7 Cité in ibid., p. 187.

8 Voir Davie N., Tracing the Criminal: The Rise of Scientific Criminology in Britain, 1860-1918, Oxford, Bardwell Press, 2005.

9 Ellis H., The Criminal, London, Walter Scott, 1901.

10 Nordau M. S., Degeneration, Lincoln, University of Nebraska Press, 1993 [1892, 1895].

11 Voir Galton F., Inquiries into Human Faculty and its Development, London, Macmillan, 1883 et Finger Prints, London, Macmillan, 1892.

12 Collins W., No Name, Oxford, Oxford University Press, 1986 [1862], p. 323.

13 Rupke A. N., The Great Chain of History: William Buckland and the English School of Geology (1814-1849), Oxford, Clarendon, 1983, p. 57. En France, Les Époques de la nature (1778) de Georges Louis Leclerc, comte de Buffon ou encore les travaux de Johann Gottfried von Herder en Allemagne (Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menscheit) sur l’histoire de l’homme réduisent l’être humain à une image bien plus humble que celle proposée par l’histoire de la Création. Décentré et replacé sur une échelle temporelle plus vaste, l’homme ne se trouve plus au cœur du système.

14 Fixiste et catastrophiste, Cuvier s’oppose à la vision matérialiste de l’évolution des espèces d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844) et de Jean-Baptiste Lamarck (1744-1829). Cependant, les principes de l’anatomie comparée que Cuvier développe rendent la question de l’extinction des espèces incontournable, à l’inverse de son élève Jean-Baptiste Lamarck, qui défend la transmutation des espèces – le passage d’une espèce à l’autre rendant l’extinction impossible.

15 Le principe est le suivant : si la forme de chaque organe dépend de sa fonction et que tous les organes sont assemblés entre eux pour former un tout cohérent, toute modification d’une partie entraînant la modification des autres, la Nature est nécessairement régie par un dessein divin. Ainsi, Buckland réécrit le catastrophisme de Cuvier (impliquant l’inversion des terres et des eaux) pour proposer le Diluvianisme (Reliquiæ Diluvianæ), une réécriture géologique de la théorie du Déluge (l’évolution géologique de la Terre liée à des inondations).

16 Voir Davie N., op. cit.

17 Fara P., An Entertainment for Angels: Electricity in the Enlightenment, Cambridge, Icon Books, 2003, p. 135.

18 Voir Otis L., « Howled out of the Country: Wilkie Collins and H. G. Wells Retry David Ferrier », in Stiles A. (dir.), Neurology and Literature, 1860-1920, Houndmills, Basingstoke, 2007, p. 27-51. Nombres d’articles furent publiés à l’époque pour dénoncer la cruauté envers les animaux. Voir, par exemple, « Cruelty to Animals », The Cornhill Magazine, no 170, fév. 1874, p. 213-226, ou Professor Jevons, « Cruelty to Animals – A Study in Sociology », The Fortnightly Review, no 19, janv. -juin 1876, p. 671-684.

19 Pedlar V., « Experimentation or Exploitation? The Investigations of David Ferrier, Dr. Benjulia and Dr. Seward », Interdisciplinary Science Reviews, vol. 28, no 3, sept. 2003, p. 169-174.

20 Voir Lansbury C., « Gynaecology, Pornography, and the Antivivisection Movement », Victorian Studies, printemps 1985, p. 413-437; Depledge G., « Heart and Science and Vivisection’s Threat to Women », in Mangham A. (dir.), Wilkie Collins: Interdisciplinary Essays, Newcastle, Cambridge Scholars Publishing, 2007, p. 149-163. D’après Lansbury, le Dr Benjulia et le Dr Moreau furent inspirés du vivisecteur Emanuel Klein.

21 Dally A., Women under the Knife: A History of Surgery, New York, Routledge, 1991, p. 20, 162.

22 Ibid., p. 5.

23 Maudsley H., The Pathology of Mind, New York, D. Appleton & Company, 1880 [1857], p. 74.

24 Voir Bondeson J., Buried Alive: The Terrifying History of Our Most Primal Fear, New York, Norton, 2002 [2001], p. 251.

25 Taylor, J. B., « Obscure Recesses: Locating the Victorian Unconscious », in J. B. Bullen (dir.), Writing and Victorianism, Londres, Longman, 1997, p. 141.

26 Frank L., op. cit., p. 191.

27 Cité in ibid.

28 De Quincey T., Suspiria de Profundis: Being a Sequel to the Confessions of an English Opium Eater, Confessions of an English Opium Eater and Other Writings, Lindop G. (dir.), Oxford, Oxford University Press, 1985 [1822], p. 144-146. Voir MacDonagh J., « Writings on the Mind: Thomas De Quincey and the Importance of the Palimpsest in Nineteenth-Century Thought », Prose Studies, no 10, 1987, p. 207-224.

29 Lewes G. H., Problems of Life and Mind, Problem the First: The Study of Psychology, Its Object, Scope and Method, London, Trübner & Co., 1879, p. 177.

30 Ibid., p. 153.

31 Zimmerman V., Excavating Victorians, Albany, State University of New York Press, 2008, p. 3.

32 Ces termes rappellent d’ailleurs ceux de Darwin sur le registre fossilifère: « For my part, following out Lyell’s metaphor, I look at the natural geological record, as a history of the world imperfectly kept, and written in a changing dialect; of this history we possess the last volume alone, relating only to two or three countries. Of this volume, only here and there a short chapter has been preserved; and of each page, only here and there a few lines. Each word of the slowly-changing language, in which the history is supposed to be written, being more or less different in the interrupted succession of chapters, may represent the apparently abruptly changed forms of life, entombed in our consecutive, but widely separated, formations. » (Darwin C., On the Origin of Species by Means of Natural Selection, or the Preservation of favoured races in the struggle for life, Oxford, Oxford University Press, 1998 [1859], p. 251.)

33 Le conflit entre science matérialiste et spiritualité, particulièrement violent au moment où la théologie naturelle a du mal à rester scientifiquement crédible, se retrouve bien avant dans les romans de Collins. Dans The Moonstone (1868), par exemple, le majordome Betteredge, qui ne croit qu’en Robinson Crusoe (1719), un roman fondé sur la théologie naturelle et l’intervention divine, et qui nie le hasard et les lois de la nature, refuse de croire à la science positiviste que le Sergeant Cuff représente.

Auteur

Professeur de littérature britannique, université Toulouse Le Mirail 2

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540