Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant fou

 | 
Hélène Machinal

Contexte scientifique

Le savant fou vernien et la mise à distance du progrès

Lauric Guillaud

Texte intégral

« On ne croira pas aujourd’hui à votre prophétie, on ne s’y intéressera pas. »
Hetzel à Jules Verne, à propos de la publication de Paris au XXe siècle (1863)

Boris Karloff dans Abbott and Costello Meet Dr. Jekyll and Mr. Hyde de Charles Lamont, Universal Pictures, 1953.

1On sait que le génie, depuis Frankenstein, est aussi bien capable de rivaliser avec Dieu que d’engendrer des monstres. Sur la scène littéraire, le savant, qui impose une image aussi vertueuse que maléfique, n’hésite pas à jouer avec la nature sans se soucier des conséquences de ses actes. Il incarne les espoirs et les cauchemars d’une civilisation qui, grâce à ses romanciers, commence à entrevoir des lendemains qui déchantent. Dans le sillage de Frankenstein apparaissent le Dr Moreau de H. G. Wells (1896), le Dr Lerne de Maurice Renard (1908) ou le professeur Persikov de M. Boulgakov (Les Œufs fatidiques, 1925). Jurassic Park (1990) de Michael Crichton montre que la veine est loin d’être épuisée, avec un dédoublement du personnage du savant fou : le généticien qui « fabrique » les dinosaures et le financier. En fait, un double visage qui apparaît assez tôt chez Jules Verne.

  • 1 Ponnau G., La Folie dans la littérature fantastique, Paris, Presses Universitaires de France, 1997 (...)
  • 2 Guillaud L., Jules Verne face au rêve américain, Paris, Michel Houdiard Ed., 2005.

2Avec Gwenhaël Ponnau, nous parlerons de savant fou dès lors qu’est mise en scène une figure prométhéenne ou faustienne de savant à la volonté quelque peu démiurgique et dont le désir ou l’orgueil de savoir entraîne fatalement des excès conduisant à une catastrophe finale1. Le savant fou vernien n’est pas toujours une figure aussi tragique que le Dr Moreau et parfois la folie du savoir s’abîme dans le grotesque, à l’image du Dr Johausen dans Le Village aérien ou de Palmyrin Rosette dans Hector Servadac. En revanche, c’est bien une volonté de puissance sur le monde qui anime Robur, Nemo, Gortz et Orfanik (Le Château des Carpathes), Schultze (Les 500 millions de la Bégum), Roch (Face au drapeau) ou Maston (Sans dessus dessous). Il convient certes d’évaluer et d’interpréter cette figure récurrente à l’aune des craintes devant les nouveautés dont est porteuse la révolution scientifique et industrielle, mais surtout de celles de Jules Verne, dont l’œuvre marque le désenchantement graduel, en particulier dans sa peinture des États-Unis2. De l’excentricité de Lidenbrock à la mégalomanie meurtrière de Robur, on mesure le chemin parcouru par l’humaniste déçu, mais celui-ci n’était-il pas en fait désabusé dès le départ ?

  • 3 Vierne S., Jules Verne, mythe et modernité, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Écriv (...)
  • 4 Raymond F., préface à Verne J., Le Livre d’or de la science-fiction, Paris, Presses-Pocket, 1986, (...)
  • 5 Clermont P., « Sombres machines et inquiétants savants dans quelques Voyages Extraordinaires », in(...)

3Nous nous proposons de présenter le savant fou vernien à travers ses visages successifs (le transgresseur, « l’homme de fer et l’homme de feu »). Il est souvent associé à ses machines monstrueuses, inquiétantes dans leur inhumanité, et, comme elles, ne peut connaître qu’un sort funeste. L’œuvre de Verne affiche d’abord une « mise en doute railleuse3 », puis, « sous le prétendu civilisé reparaît la bête féroce4 », et Verne met peu à peu à distance le « merveilleux » de la science pour en suggérer le potentiel terrifiant. La science « raillée », tout comme le savant, « sort [ent] des rails de la raison », comme l’écrit Philippe Clermont5.

Genèse du savant transgresseur

  • 6 Guillaud L., Jules Verne face au rêve américain, op. cit.

4Même si le savant fou apparaît déjà dans la littérature du XVIIIe siècle, dans Les Voyages de Gulliver de Swift (les savants de l’île volante de Laputa), c’est au XIXe siècle, avec le bond des sciences et les techniques, notamment militaires, que les scientifiques sont représentés comme vertueux ou maléfiques, sérieux ou fous, voire géniaux, la science étant perçue soit comme salvatrice soit comme destructrice pour la société. Entre les deux exemples canoniques de Frankenstein et de Moreau se glisse le savant vernien dès les années 1850. Si la critique s’accorde en général à noter un pessimisme croissant dans l’œuvre de Verne, qui a par ailleurs été souligné dans son rapport à l’Amérique6, il faut bien constater que les premières œuvres jettent un regard plus que distancié sur la figure du savant.

  • 7 Voir Verne J., « Un drame dans les airs », 1874, p. 108, Wikisource. URL : [ http://fr.wikisource. (...)

5Ainsi, « Un Drame dans les airs » (1851), nouvelle programmatique des « Voyages Extraordinaires », introduit des thèmes qui parcourront les romans de Verne : la folie (« Je me nomme Erostrate ou Empédocle, à votre choix7 »), la machine curieuse, le savant ignoré, la destruction finale de la machine. Cette nouvelle très ironique montre un fou qui a clandestinement pris place dans un ballon et oblige le malheureux aéronaute à monter toujours plus haut, jusqu’à ce que périsse le transgresseur frappé de logorrhée. Discours véhément, quoique logique, car les connaissances dont il fait étalage sont moins le signe d’une science rationnelle que d’une passion obsessionnelle (« j’ai fait de longues études sur l’art aérostatique. Cela m’a porté au cerveau ! », DDA, p. 106). L’on trouve dès le départ le thème du savant incompris, voire persécuté : « Moi, monsieur, moi j’ai découvert le seul moyen de diriger les ballons, et pas une académie n’est venue à mon secours, pas une ville n’a rempli mes listes de souscription, pas un gouvernement n’a voulu m’entendre ! C’est infâme ! […] C’est l’éternel supplice réservé aux novateurs ! » (DDA, p. 109).

6Il y a déjà du Robur dans ce gesticulateur à « l’énergie indomptable » qui veut aller toujours plus haut en une apothéose autodestructrice : « Pour égaler ces grands personnages, il faut aller plus haut qu’eux dans les profondeurs célestes ! » « Eh bien, je les aime, ces victimes de leur imprudence, et je mourrai comme elles ! Plus haut ! Plus haut ! » (DDA, p. 110). Ni Erostrate, ni Empédocle, l’inconnu n’est qu’un Icare moderne qui sera bientôt anéanti par l’astre qui l’attire. À quoi bon « descendre », « quand le soleil est là, qui nous attend ! En bas les sacs ! » (DDA, p. 115)

7Si l’aéronaute est plongé dans la prostration, l’inconnu semble, lui, « vivre [ou ivre] en son élément » (DDA, p. 115), comme les héros fanatisés de Verne, de Nemo à Robur. « L’inconnu était debout, tête nue, cheveux hérissés, yeux hagards ! Plus d’illusion possible ! Je voyais enfin l’horrible vérité ! J’avais affaire à un fou ! » (DDA, p. 118) Et même un fou suicidaire : « Qu’y a-t-il de plus beau que les martyrs de la science ? […] Ils sont canonisés par la postérité ! Voici l’heure ! […] Il faut mourir ! Nous sommes rejetés par les hommes ! Ils nous méprisent ! Écrasons-les ! » (DDA, p. 122).

  • 8 Laszlo P., « Le savant fou chez Jules Verne », De la Science en Littérature à la Science Fiction, (...)
  • 9 Verne J., Maître Zacharius. Ou l’horloger qui avait perdu son âme, Paris, Mille et une nuits, 2005 (...)

8L’inévitable chute entraîne la mort de l’inconnu tandis qu’est esquissée en guise de fin une morale prudente de la part de Verne : « Que ce terrible récit, en instruisant ceux qui me lisent, ne décourage donc pas les explorateurs des routes de l’air ! » (DDA, p. 122). Ce savant fou n’est encore qu’atypique quoiqu’il apparaisse dans un conte fantastique, « Maître Zacharius. Ou l’horloger qui avait perdu son âme ». Ce personnage est conforme au portrait-robot du savant fou tel que l’esquisse Pierre Laszlo : « un monomane8 », avant tout. « Il ramenait tout à sa monomanie9 », nous dit en effet Jules Verne qui écrit son Faust en 1854.

  • 10 Voir Raymond F., « L’homme et l’horloge », Jules Verne, Cahier de l’Herne, Paris, 1974, p. 144.

9Un horloger génial a réussi à se rendre maître du temps, en inventant le mouvement perpétuel des montres, établissant sa mécanique sur le lien entre l’âme et le corps. On observe déjà chez cet « homme à part » un aspect mécanique inquiétant qui préfigure bien des « hommes-horloges10 » : « Il oscillait à la façon du balancier de ses horloges » (MZ, p. 8). Quant à Pittonaccio, son tourmenteur, « ce n’est pas un homme, c’est une horloge » (MZ, p. 34) qui ne marche que « par saccades » (MZ, p. 33).

  • 11 Solal J., « Perte de temps », postface in Maître Zacharius, op. cit., p. 73.
  • 12 Raymond F., « Préface », in Verne J., Le Livre d’or de la science-fiction, op. cit., p. 20.

10Au chapitre 2, intitulé « L’orgueil de la science », Zacharius se sent l’égal de Dieu : « avec les yeux de la science, tu aurais vu le rapport intime qui existe entre l’œuvre de Dieu et la mienne, car c’est sur sa créature que j’ai copié les rouages de mes horloges » (MZ, p. 25). Mais les montres tombent mystérieusement en panne. Au chapitre 5, l’horloge du Seigneur Pittonaccio, avatar grotesque de Méphisto, affiche d’abord : « Il faut manger les fruits de l’arbre de la science », péché originel de l’homme, puis « L’homme peut devenir l’égal de Dieu », et « L’homme doit être esclave de la science, et pour elle sacrifier parents et famille ». Il s’écrie alors : « Il n’y a que la science en ce monde ! », et après que l’horloge diabolique eut affiché : « Qui tentera de se faire l’égal de Dieu sera damné pour l’éternité », elle éclate « avec un bruit de foudre », manifestation céleste qui anticipe bien des châtiments ultérieurs. Le vieil horloger veut saisir le ressort qui en échappe en criant : « Mon âme ! Mon âme ! », Pittonaccio s’engloutit avec elle dans les enfers, tandis que le vieillard tombe mort (MZ, p. 66). Dans cette allégorie qui « met à vif les terreurs refoulées de la modernité11 », la science n’offre plus de salut, et ce, dès 1854. Comme le remarque François Raymond, « Plutôt qu’au Diable et à son Créateur, Jules Verne a recours aux modèles antérieurs de l’“ubris” sanctionnée : Icare, Prométhée, les Titans12 ». Chez Verne, la figure du savant fou a partie liée avec le désir et donc l’interdit, et cette fantasmatique de la transgression est d’essence mythologique, comme le montrent les œuvres suivantes.

  • 13 Verne J., « Une fantaisie du docteur Ox », op. cit., p. 91. Désormais, FDO.

11Publiée en 1872, puis reprise dans le recueil de nouvelles intitulé Le Docteur Ox (1874), « Une Fantaisie du Docteur Ox » est une sorte d’opérette poesque. Le Dr Ox est une figure grotesque et inquiétante (« véritable excentrique échappé d’un volume d’Hoffmann13 »), capable de bouleverser une paisible ville flamande jusqu’à la mener en guerre contre ses voisins. La description physique du savant, qui le renvoie à l’inhumanité du monde mécanique, annonce l’hybridité de ces savants, véritables « hommes-machines », qui vont hanter l’œuvre vernienne, de Paris au XXe siècle à Sans dessus dessous : « bien équilibré dans toutes les parties de sa machine, bien allant, avec du vif argent dans les veines et un cent d’aiguilles sous les pieds » (FDO, p. 92).

12L’audacieux savant, accompagné de son préparateur Gédéon Ygène, a proposé d’équiper la ville à ses frais d’un éclairage moderne au gaz oxyhydrique. Ygène s’interroge néanmoins : « n’est-il pas à craindre qu’en produisant une telle excitation dans leur appareil respiratoire, nous ne désorganisions un peu leurs poumons, à ces honnêtes habitants de Quiquendonne ? – Tant pis pour eux, répondit le docteur Ox, c’est dans l’intérêt de la science ! » (FDO, p. 94-95). Ox balaie ces scrupules, possédé par son fanatisme scientiste.

13Au chapitre 9, ordre est donné de lancer l’opération : une épidémie de vitalité envahit la ville, révélant la nature belliqueuse des Quiquendoniens. Ygène propose alors de mettre un terme à cette expérience qui, aux yeux d’Ox, prouve de façon concluante que, « non seulement les développements physiques de toute une nation, mais sa moralité, sa dignité, ses talents, son sens politique ! Ce n’est qu’une question de molécules… » (FDO, p. 129).

14Ox, grisé, menace de le tuer s’il arrête l’expérience. Les choses s’enveniment jusqu’à la guerre picrocholine qui va réveiller les passions éteintes. Au moment où la colonne s’apprête à partir, Ygène tente de l’arrêter. Il est violemment battu par son maître, puis par la population, qui s’en prend également au Dr Ox. L’explosion de l’usine de gaz, qui met fin à l’expérience alors que disparaissent Ox et Ygène, ressortit à un retour à l’ordre, suivi de l’énoncé d’une inquiétante morale sur le plan de la bioéthique : « En résumé, et pour conclure, la vertu, le courage, le talent, l’esprit, l’imagination, toutes ces qualités ou ces facultés, ne seraient-elles donc qu’une question d’oxygène ? Telle est la théorie du Dr Ox » (FDO, p. 142-143).

15Jules Verne, sur le mode burlesque, dénonce la dérive des manipulations savantes, ainsi que la naïveté d’un public prompt à s’émerveiller du moindre signe scientifique. En creux se lit le scepticisme de l’auteur à l’égard du « tout-scientifique » : l’énigme du comportement humain ne se réduit pas à la composition de l’air.

16Comme l’écrit Yaël Benguira :

  • 14 Benguira Y., « Fantaisie(s) du Docteur Verne », Labyrinthe, no 3, 1999, en ligne. URL : [http://la (...)

« Le mythe du savant fou se donne en effet dans des récits qui se veulent exemplaires, au sens étymologique du terme, dans des contes de la transgression punie. La mise en garde n’est pas suivie du renoncement et entraîne la catastrophe. La science est dans cette perspective une tentation néfaste à laquelle il faut renoncer. Le mythe véhicule paradoxalement une image négative de la science au sein même d’un corpus et d’une époque qui encensent le progrès jusque dans un système philosophique. Verne, le chantre des machines de demain, place au cœur de sa mythologie scriptuaire un mythe du danger de la science, comme interprétation univoque du monde. Le mythe du savant fou est le vecteur d’une postulation de l’imaginaire face à la science, qui pourrait en révéler les potentialités dangereuses14. »

  • 15 Vierne S., « Paroles gelées, paroles de feu », Jules Verne, Europe, no 595-596, nov.-déc. 1978, p. (...)
  • 16 Verne J., Face au drapeau, Hetzel, 1915, p. 15, Wikisource. URL : [http://fr.wikisource.org/wiki/F (...)

17On peut même se demander si ce remarquable récit de SF satirique, ne constitue pas le brouillon prophétique d’un certain totalitarisme matérialiste et scientifique : manipulateur des corps et des âmes, précurseur du Meilleur des mondes et de la « pharmacocratie » de Stanislam Lem, Ox expérimente « en grand et sur les masses » (FDO, p. 119), ambitionnant de « réformer le monde » (FDO, p. 95). Comme l’observe François Raymond, dans la « pièce fantastique » Voyage à travers l’impossible (1882), publiée dix ans plus tard, le même Dr Ox incarnera tant la Science que le Malin, le Tentateur, le corrupteur de la jeunesse (FDO, p. 79). Jeux de mots, métaphores, mots à double sens ne parviennent pas à masquer la menace d’une science qui peut dominer le monde à la manière des dieux. Déjà s’esquisse le thème de la profanation du sacré. Derrière le nom grotesque des personnages (Ox) se profile la tentation de doter le savant fou d’une onomastique inédite, aux sonorités hybrides, proto-lovecraftiennes, qui échappe à la fois au monde de la doxa et de la rationalité (Silfax, Orfanik, Effarane, Storitz). Une excentricité sonore qui s’accompagne chez le savant d’une prise de parole véhémente (« le fou à la parole de feu », comme l’appelle Simone Vierne15). Ainsi, Roch, dans Face au drapeau (« Dans le feu de son éloquence, il décrivait les qualités merveilleuses de son Fulgurateur16 »), est un illuminé dans les deux sens du mot : « Il savait que la folie avait respecté en lui l’homme de science, que dans ce cerveau, en partie frappé, brillait encore une clarté, une flamme, la flamme du génie » (FAD, p. 16). Mais cette aliénation correspond à une rupture tragique : ces maîtres ont rompu avec l’humanité et ont fait des espaces infranchissables leur unique domaine.

Le savant fou vernien, « homme de fer et de feu »

  • 17 Les théories de Cesare Lombroso, publiées dans L’homme criminel en 1876, donnèrent ses heures de g (...)
  • 18 Verne J., La Chasse au météore, Paris, Hachette, 1967, p. 113-114. L’ouvrage fut composé en fait p (...)
  • 19 Verne J., Voyage au centre de la Terre, Paris, Livre de Poche, 2001, p. 8. Désormais, VCT.

18Le savant vernien excentrique se reconnaît à ses particularités physiques et même physiologiques (la physiognomonie, conçue d’ailleurs par une sorte de savant fou, est encore à la mode17) : tics, désordres physiques, difformité. Ainsi les traits physiques à connotation monstrueuse qui renvoient au machinal ou à l’animal. Dans La Chasse au météore (1908) est souligné l’aspect simiesque de Zéphyrin Xirdal : « De ses épaules […] pendaient des bras kilométriques terminées par d’énormes mains velues18 ». Dans Voyage au centre de la Terre (1864), l’impétueux professeur Lidenbrock « était un savant égoïste, un puits de science dont la poulie grinçait quand on voulait en tirer quelque chose : en un mot, un avare19 ». Lidenbrock est déjà un homme d’acier : « son nez, long et mince, ressemblait à une lame effilée ; les méchants prétendaient même qu’il était aimanté et qu’il attirait la limaille de fer » (VCT, p. 9). Axel considère d’ailleurs son oncle comme un fou alors que ce n’est qu’un original : « C’est une maison de fous […]. Et, si grand qu’il fût, cet hôpital serait encore trop petit pour contenir toute la folie du professeur Lidenbrock ! » (VCT, p. 59). Le lecteur aura rectifié de lui-même : Lidenbrock n’est pas un savant fou, mais un monstre de savoir et d’arrogance, comme Challenger dans Le Monde perdu.

  • 20 Verne J., Sans dessus dessous, Actes Sud/Ville de Nantes, 2005, p. 90.
  • 21 J’emprunte une partie de sa démonstration à Thierry Orfila (« La rêverie de l’acier dans l’œuvre r (...)
  • 22 Verne J., De la Terre à la lune, Paris, Librairie Générale Française, 1998, p. 22. Désormais, DTL.
  • 23 Verne J., Sans dessus dessous, op. cit., p. 37. Désormais, SDD.
  • 24 Verne J., Les 500 millions de la Bégum, Lausanne, Ed. Rencontre et Librairie Hachette, 1966, p. 12 (...)
  • 25 Verne J., Robur le Conquérant, Paris, Livre de Poche, [s. d.], p. 28-29.
  • 26 Le muscle masséter fait partie de l’appareil manducateur, dont la fonction principale est la masti (...)
  • 27 Verne J., Robur le Conquérant, op. cit., p. 29.
  • 28 Verne J., Maître du Monde, Paris, Hachette, 1936, p. 213. Désormais, MM.

19Plus inquiétants sont les « hommes de fer », à l’image de Maston20, dont la dureté est assimilée à l’univers de l’acier21. Si Barbicane est « un Yankee coulé d’un seul bloc22 » (De la Terre à la Lune, 1865), Nemo apparaît comme une synecdoque, réduit à sa « main de fer », tout comme Maston (Sans dessus dessous, 1889), doté d’un « avant-bras droit, emmanché d’un crochet métallique23 ». Dans Les 500 millions de la Bégum, Schultze incarne lui aussi le versant maléfique des valeurs du métal. La dureté de l’acier va de pair avec le fanatisme. C’est ce qu’expriment ses dents féroces lorsqu’il envisage la destruction de France-Ville et le meurtre de Bruckmann, tandis que ses yeux d’un bleu froid deviennent d’une « dureté métallique24 ». Les mêmes traits hybrides se retrouvent chez Robur, autre « homme de fer » : « incandescence », « extrême énergie », « reflet métallique », « paille de fer », « soufflet de forge25 ». À cela s’ajoute la dimension monstrueuse du savant : « carrure géométrique », « énorme tête sphéroïdale », du point de vue de la « force massétérienne26 », l’homme « était donc entre le chien et le crocodile27 ». Dans Maître du Monde (1904), Verne reprend la description initiale de Robur, insistant encore sur la capacité manducatoire du savant devenu fou (« mâchoire aux masseters puissants »), ainsi que sur la troublante hybridité entre l’homme et la machine (« constitution de fer », « sang aux globules ardents28 »).

  • 29 Verne J., Une Ville flottante, Paris, Librio, 2000, p. 33.
  • 30 Voir Orfila T., « La rêverie de l’acier dans l’œuvre romanesque de Jules Verne », op. cit., p. 142 (...)

20Comme l’observe Thierry Orfila, les trois schèmes de l’imaginaire de l’acier (« dévorer, perforer, cuirasser ») accentuent chez Jules Verne la peinture maléfique du savant fanatique. Dans De la Terre à la Lune, la passion des canons est « l’activité qui dévore » les membres du Gun-Club (DTL, p. 24). Le personnage d’acier maléfique est avant tout un « dévorateur » : Schultze, obsédé par ses « bouches à feu », a pour « faculté maîtresse un égoïsme immense, omnivore » (DTL, p. 110). Dans Une Ville flottante, « L’activité dévorante » du Great-Eastern conduit aux pires excès : « un mécanicien aurait été soudé dans la machine à vapeur29 ». Quant aux boulets d’acier, ils ne visent qu’à « perforer », tout comme l’éperon d’acier de l’ambigu Nautilus que Nemo « cuirasse » comme un navire de guerre. Ces trois schèmes n’expriment pas seulement une « forme de violence », mais « la métaphysique de l’acier30 » ouvre sur une « transcendance » et une « démesure » (énorme, monstrueux, formidable) qui prendra tout son sens dans Sans dessus dessous : « canon monstre et un non moins monstrueux projectile » destiné à modifier l’axe de rotation de la terre (SDD, p. 115). Hubris du navire d’acier, « montagne de métal », surhumaine « Île à hélice » dont la déchirure finale symbolise, selon Orfila, « l’impossibilité de dépasser la condition humaine dans une utopie scientifique » (SDD, p. 143).

21L’« homme de fer » est lui-même un « prodigieux inventeur » consubstantiel à sa machine, un surhomme au génie « bouillonnant » et à l’appétit insatiable : « on sentait dans son attitude [Robur] l’inébranlable confiance qu’il avait en son génie, l’immense orgueil que lui inspirait sa surhumaine puissance » ; « avec le temps, sa surexcitation mentale s’était accrue dans une mesure effrayante, qu’elle risquait de l’entraîner aux pires excès ? » (SDD, p. 228-229). La monomanie de Robur (« exaltation permanente », « cerveau en constante ébullition », « en proie à quelque obsession qui ne le quittait plus… », SDD, p. 234) ne peut mener qu’au défi suprême : « Parfois, je le voyais… lever un bras vers le ciel, le dresser contre ce Dieu avec lequel il prétendait partager l’empire du monde !… Et son orgueil immense ne le conduirait-il pas à la folie ? » (MM, p. 235).

22D’où cet hubris qui conduit Robur, comme le savant d’« Un Drame dans les airs », à s’élever toujours plus, en une verticalité aussi transgressive que mortifère : « Il semblait qu’une irrésistible force l’attirait vers les hautes zones du ciel, qu’il n’appartenait plus à la terre, qu’il était destiné à vivre dans l’espace, hôte perpétuel des couches atmosphériques ? » (SDD, p. 236). Cet homme qui « se croyait au-dessus ou en dehors de l’humanité » (SDD, p. 244) ne peut qu’être frappé par l’arme des dieux : « À jamais disparu le Maître du Monde, frappé de cette foudre qu’il osait braver en plein espace, emportant dans le néant le secret de son extraordinaire appareil ! » (SDD, p. 248).

  • 31 Raymond F., « L’homme et l’horloge », op. cit., p. 142.

23Robur, que Verne compare au diable à la fin du roman (« diable […], il eût été digne de l’être », SDD, p. 250), a défié jusqu’au bout les dieux, mais ceux-ci l’ont finalement puni, en frappant de la foudre son terrifiant engin. Car toutes les grandes figures verniennes, « du haut de quelque volcan, de quelque tour “cyclopéenne” ou de quelque ballon ou engin “aviateur”31 », à partir de Zacharius, bravent Dieu et encourent le châtiment suprême, le feu destructeur divin qui finit par frapper « l’ange déchu » (MZ, p. 39).

Feu sacré, lieu sacré

  • 32 Verne J., Vingt mille lieues sous les mers, Paris, Hetzel-Hachette, 1932, p. 406-407. Désormais, V (...)

24Dans 20 000 lieues sous les mers (1869), Nemo, aventurier et inventeur génial, plante un drapeau noir frappé de son initiale au sommet du Pôle Sud, défi lancé à la terre entière. Ce n’est pas un hasard s’il affronte la foudre à visage découvert : « Nemo […] semblait aspirer en lui l’âme de la tempête […]. On eût dit que le capitaine Nemo, voulant une mort digne de lui, cherchait à se faire foudroyer32 ». Si la foudre, arme de Zeus contre ceux qui s’opposent à sa volonté et à l’ordre du monde, préserve Nemo, ce dernier est un des personnages de savant excentrique les plus intéressants et les plus complexes : la science est son refuge et son instrument de vengeance. Ce misanthrope, qui s’est « mis en dehors des lois humaines » (VML, p. 68), est de ces héros verniens typiques que la grandeur semble emmener « hors des limites de ce monde » (VML, p. 430). Nemo coule les navires étrangers et savoure leur agonie ; chacun de ses actes est désormais une provocation : « Dieu tout-puissant ! Assez ! Assez ! » (VML, p. 430) Lui-même ne peut plus supporter la démesure de sa haine destructrice. Arronax éprouve pour cet « archange de la haine » (VML, p. 426) une « insurmontable horreur » (VML, p. 426). La figure de Nemo finit par prendre « des proportions surhumaines ». Maître des eaux, seigneur du Pôle Sud, il se singularise de l’humanité par son inflation mythique : « Ce n’était plus mon semblable, c’était l’homme des eaux, le génie des mers » (VML, p. 429). Car ce savant fou, principalement fou de douleur et de liberté, est certes un transgresseur (il rompt avec la société et prend, comme Hatteras, possession d’un territoire jusqu’alors inviolé par l’homme), il est mais aussi un passeur vers « le pays des merveilles » (VML, p. 70), les terres d’un wonderland interdites au monde profane, d’où la remarque de Ned Land : « Mais ce spectacle pourra nous coûter cher. Et s’il faut tout vous dire, je pense que nous voyons ici des choses que Dieu a voulu interdire au regard des hommes » (VML, p. 363). Ce que confirme Nemo : « À partir de ce jour, vous entrez dans un nouvel élément, vous verrez ce que n’a encore vu aucun homme » (VML, p. 70).

  • 33 Verne J., cité par Vierne S., Jules Verne, mythe et modernité, op. cit., p. 96.
  • 34 Verne J., L’Ile à hélice, Paris, Éd. Alphée/Motifs/Le Serpent à Plumes, 2005, p. 626-627.

25Un commentaire typique de Verne, que l’on retrouve dans Le Sphinx des glaces (1897) : « Le créateur interdit à ses créatures de grimper au bout des pôles de la terre33. » Ou bien dans d’autres œuvres, comme si l’auteur suggérait qu’il existe une limite à la marche continue et ascendante du progrès. Le chapitre 14 de Robur le Conquérant s’intitule : « Dans lequel L’Albatros fait ce qu’on ne pourra peut-être jamais faire ». Autre commentaire tiré de L’Ile à hélice : « créer une île artificielle […], n’est-ce pas dépasser les limites assignées au génie humain, et n’est-il pas défendu à l’homme qui ne dispose ni des vents ni des flots d’usurper si témérairement sur le Créateur34 ? » Pour aboutir à la conclusion de Sans dessus dessous : « Modifier les conditions dans lesquelles se meut la Terre, cela est au-dessus des efforts permis à l’humanité ; il n’appartient pas aux hommes de rien changer à l’ordre établi par le Créateur dans le système de l’Univers » (21). Il y aurait ainsi une limite imposée par Dieu dans la marche de la Science comme dans la recherche des mystères de l’Univers. Malheur au savant fou mégalomane (« l’espace est à lui, tout l’espace », Robur le Conquérant, p. 109) qui, se voulant l’égal de Dieu, se coupe de l’humanité pour devenir comme Robur un « être fantastique, échappé du monde surnaturel ! » (MM, p. 244).

  • 35 Moré M., Nouvelles explorations de Jules Verne, Paris, Gallimard, 1963, p. 221.
  • 36 Picot J.-P., « Homme-mécanique et homme-machine », in Jules Verne, les machines et la science, op. (...)
  • 37 Chesneaux J., Une lecture politique de Jules Verne, Paris, Maspero, 1971, p. 165.
  • 38 Vierne S., « Paroles gelées, paroles de feu », op. cit., p. 65.

26Cette illusion de surnature renvoie une fois encore au rapport étrange, au lien passionnel qu’entretient le savant avec sa machine, qu’il fabrique le plus souvent clandestinement. Pour reprendre la remarque de Marcel Moré, il est tel « un alchimiste qui, réalisant le Grand-Œuvre, ne voudrait à aucun prix que son procédé soit connu des non-initiés » et « qui travaille à sa réalisation dans le plus grand secret35 ». Que ce soit Nemo, Schultze, Camaret ou Robur, le secret de fabrication est soigneusement caché par le constructeur. Possédé par ses recherches, le savant fou devient un « homme-machine36 », comme l’écrit Jean-Pierre Picot. L’envolée du capitaine Holt dans La Maison à vapeur (« Tout se fera ! », chap. 8) reflète la dialectique hasardeuse d’un « projet » utopique de l’écrivain « fondé sur la domination de la nature par la seule vertu de la science », souligne Jean Chesneaux37. Cette perversion de la science se signale par la place qu’accorde Verne aux savants ridicules (Palmyrin Rosette dans Hector Servadac, Aristobulus Ursiclos dans Le Rayon vert), schizophrènes (Zéphyrin Xirdal dans La Chasse au météore), quand ils ne sont pas carrément frappés de démence (Roch). « Le feu du discours est [alors] remplacé par le feu des explosifs, des machines de mort38 », comme l’écrit Simone Vierne.

Le scientisme, boussole déréglée ?

  • 39 Casta I., « Une théophanie de l’obscur : la machine délirante du Château des Carpathes de Jules Ve (...)
  • 40 Verne J., Le Château des Carpathes, Paris, Actes Sud, Babel, 1997, p. 138.
  • 41 Vierne S., Jules Verne, Paris, Balland, 1986, p. 354.
  • 42 « Eugène Turpin, inventeur en 1884 de la mélinite, explosif qui révolutionna l’art militaire, fut (...)

27Dans Le Château des Carpathes (1892), le pervers Baron de Gortz abuse du savoir d’Orfanik, stéréotype du savant maudit qui rejoint, selon Isabelle Casta, « la lignée des grands magnétiseurs qui, de Cagliostro au docteur Mabuse, vont incarner dans la littérature populaire le prototype du savant faustien dévoyé, ricanant au-dessus de ses alambics ou de ses engrenages39 » : « il était un de ces savants méconnus, dont le génie n’a pu se faire jour, et qui ont pris le monde en aversion […]. Pendant ses promenades, il gesticulait, comme s’il eût causé avec quelque être invisible qui l’écoutait sans jamais lui répondre40 ». Le savant fou a ici partie liée à l’amour fou, mais la science ne crée qu’un objet illusoire qui ne provoque que l’anéantissement même du principe de réalité. La science est dévoyée par le désir frénétique d’appropriation. Comme l’écrit Simone Vierne, « Posséder le pouvoir de la science rend fou bien plus sûrement que les croyances superstitieuses, avec lesquelles on vit fort bien41 ». Gortz préfère détruire même l’apparence de son fantasme, et sa voix, plutôt que de les partager avec qui que ce soit, et l’explosion finale est un engloutissement dans les Enfers, comme dans « Maître Zacharius ». Cette folie suicidaire suggère un parallèle avec toute entreprise consistant à détourner la science de l’humain, comme dans Face au drapeau (1896), roman dans lequel le savant s’inspire d’un personnage réel42.

28Thomas Roch, créateur de l’explosif absolu qui pourrait anéantir des millions d’hommes, le « fulgurateur Roch », se sent exploité par la société : « Alors chez lui, la colère se doubla de haine – une haine d’instinct contre l’humanité » (FAD, p. 13). Manipulé par le comte d’Artigas, de son vrai nom le terroriste Ker Karraje, Roch est dépossédé de sa terrible invention qui va donc passer entre de mauvaises mains, détournement inimaginable à l’époque de Verne, mais devenu vraisemblable depuis un certain 11 septembre. Il ne se repentira qu’in extremis. L’île de Back-Cup, repère des terroristes, finit dans une explosion grandiose et dans une interrogation sur l’application des nouvelles découvertes.

29Le secret de Wilhelm Storitz (« La fiancée invisible », remaniée par Michel Verne, 1910) retrouve le thème conjoint du savant fou et de l’amour fou, mais ici, la science verse dans le fantastique, avec le thème de l’invisibilité – science effrayante à la limite de la magie, qui s’oppose à celle du narrateur ingénieur (reconnue, elle, d’utilité publique). Il s’agit encore d’un double accaparement : rapt du savoir (le secret de l’élixir se perd avec lui) et de la bien-aimée, au point de lui ravir son apparence.

  • 43 Verne J., Le Secret de Wilhelm Storitz, Paris, Les Humanoïdes Associés, 1977, p. 33. Désormais, SW (...)
  • 44 Radix E., L’Homme-Prométhée vainqueur au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 276.

30Storitz, fils d’alchimiste « ayant possédé un savoir surhumain », est « un kabaliste, un magicien, voire un démoniaque43 ». Tel Robur, il apparaît « comme un être fantastique. Avec cette tête puissante, cette chevelure en broussaille, ce front démesuré, ces yeux d’une ardeur de braise, cette bouche aux lèvres frémissantes » (SWS, p. 122). Sa physionomie, « diabolique » nous dit l’auteur, trahit cette double appartenance caractéristique à plusieurs règnes, animal ou igné. Mais derrière « l’exécrable secret de Wilhelm Storitz » (SWS, p. 237), l’on décèle aisément le caractère méphistophélique d’un savoir magique, ainsi que l’aspect faustien de son détenteur. Le savant vernien correspond ainsi à ceux qu’Élise Radix nomme « les hommes-Prométhée qu’on a méprisés et rejetés » et qui « souhaitent se venger de la société qui ne les a pas reconnus et deviennent des êtres faustiens44 ».

  • 45 Verne J., cité par Vierne S., « Paroles gelées, paroles de feu », op. cit., p. 62.

31Ces êtres se prennent pour des dieux. Schultze ou Camaret (L’Étonnante aventure de la Mission Barsac, 1914) proclament la puissance destructrice de leurs inventions, comme s’ils étaient Jéhovah : « Dieu a condamné Blackland », l’auteur ajoutant : « Dans son esprit, Dieu, c’était lui-même, évidemment45. » La rébellion démoniaque contre l’ordonnance divine ne peut mener qu’à la paranoïa et au désastre. Il semble bien que le scientisme ne soit plus qu’une boussole déréglé.

  • 46 Verne J., cité in Le Livre d’or de la science-fiction, op. cit., p. 151.

32Le docteur Johausen, dans Le Village aérien (1901), parce qu’il veut comprendre le langage des singes, bascule précisément du côté de ceux-ci, tombant même plus bas que les hominiens qui en ont fait leur souverain. Mais il y a pire lorsque les machines deviennent des instruments de mort (Stahlstadt, le Nautilus, même la Maison à vapeur) et que le ballon, le sous-marin, l’hélicoptère se muent en outils de combat. Dans Les 500 millions de la Bégum, un canon chargé d’un obus nouveau peut glacer la terre. Schultze affirme : « Aussi, avec mon système, pas de blessés, rien que des morts ! ». Ou bien : « En une minute, il ne restera pas un être vivant sur une superficie de mille hectares46 ! » Un autre canon, le « canon monstre » de Sans dessus dessous, peut tout aussi bien faire basculer l’axe de la terre, et provoquer de terribles destructions, pour le profit de capitalistes sans scrupules. « [C]ela n’avait pu germer que dans des cervelles de fous ! » (SDD, p. 11), commente Verne.

  • 47 Verne J., cité par Vierne S., Jules Verne, mythe et modernité, op. cit., p. 72.
  • 48 Raymond F., op. cit., p. 17-18.

33Bref, avec tous ces savants, tel le Pr Schultze, n’aspirant qu’à déchaîner tous les feux du ciel à leur tour, comment ne pas voir que Verne met en cause l’idéologie même du progrès en s’attaquant à la toute puissance de la technique ? Dans le dernier roman paru de son vivant, L’Invasion de la mer, le capitaine Hardigan se demande si « les vieux et fidèles admirateurs de la nature n’auront pas lieu de regretter ces transformations que le genre humain lui impose47 ». Comme l’a bien vu François Raymond48, la machine vernienne n’est donc, fondamentalement, que l’extériorisation des pulsions de ces « êtres d’“exception”, comme leurs machines, individus asociaux ou antisociaux » qui participent au projet de domination sur les hommes, décrit par Verne dans le détail : « mécanismes socio-économiques par lesquels s’exerce une tyrannie de type dictatorial : rôle de l’argent, maîtrise de l’énergie, surveillance militaire, monopole et manipulation de l’information ; et la transformation de la « production industrielle » en cités de la terreur, à la fois infernales, carcérales – « concentrationnaires » au sens le plus actuel du mot.

  • 49 Mustière P., « Jules Verne et le roman catastrophe », Jules Verne, Europe, op. cit., p. 43.

34Verne ne se contente pas d’exploiter le thème du « savant fou » ; il nous montre le croissant asservissement du savoir au pouvoir. Tout semble aboutir à l’Apocalypse, avec une remise en question de la civilisation (Sans dessus dessous, « La Journée d’un journaliste américain en 2889 » [la guerre bactériologique], L’Ile à hélice). Ainsi, c’est bien la folie des hommes qui provoque la désintégration de Blackland, la ville-usine de L’Étonnante aventure de la mission Barsac. Autant de conflagrations qui font dire à Philippe Mustière que Jules Verne est « le plus impressionnant catastrophologue de son temps49 ».

Conclusion

35Il a fallu bien des années pour que la critique vernienne s’aperçoive que l’écrivain nantais, en dépit du pessimisme croissant affiché par exemple vis-à-vis du modèle américain, avait en fait dès le début fait état de doutes ou de craintes à l’égard de la science et du machinisme. Ainsi, dans Cinq semaines en ballon (1863), Dick Kennedy s’inquiète de l’avenir de notre Terre, préoccupation que l’on retrouvera tout au long des Voyages Extraordinaires : « À force d’inventer des machines, les hommes se feront dévorer par elles ! Je me suis toujours figuré que le dernier jour du monde sera celui où quelque immense chaudière chauffée à trois milliards d’atmosphères fera sauter notre globe ! » (chap. 16).

  • 50 Della Riva G., préface à Verne J., Paris au XXe siècle, Paris, Hachette/Cherche-Midi, 1994, p. 22. (...)
  • 51 Préchel R., « Un aperçu du pessimisme vernien », Jules Verne, Europe, no 909-910, Paris, janv.-fév (...)

36Mais la révélation viendra avec la publication de Paris au XXe siècle (écrit en 1860, actualisé en 1863), « encyclopédie de la pensée vernienne avant la lettre », comme l’écrit Piero Gondolo della Riva50. « Le pessimisme est donc présent dès le début de son œuvre. Il s’agit en fait d’une constante de la pensée de Jules Verne qui fait çà et là son apparition tout au long de sa carrière littéraire » (P, p. 23). Il n’y a donc pas de rupture entre les deux périodes des Voyages Extraordinaires. Dès le départ, sont stigmatisés le pouvoir maléfique de l’argent et de l’industrie, la déshumanisation, la condamnation du monde commercialisé et mécanisé, la « technisation totalitaire51 ».

  • 52 Ibid., p. 58.

37Certes, on ne trouve pas de savants fous dans ce roman, mais des capitalistes corrompus devenus en quelque sorte « mécaniques », observe Régine Préchel52, qui ajoute que ces « machines-outils » se meuvent « comme un piston dans un cylindre parfaitement alaisé ». Au chapitre 1, le directeur des sciences appliquées, anticipant Robur, semble se transformer en machine à vapeur lors d’un discours. Les personnages sont pris dans l’univers de l’acier, préfigurant les « hommes de fer » des romans postérieurs : « Je suis un rouage, vous êtes un rouage ! Fonctionnons » (P, p. 72).

  • 53 J’emprunte l’expression à Raymond F., op. cit., p. 25.
  • 54 Chardel P.-A., « Jules Verne et l’éthique du récit. Technologies et société », in Jules Verne, les (...)
  • 55 Picot J.-P., « Jules Verne est-il un auteur de SF ? », Jules Verne, Cent ans après, Actes du Collo (...)

38Nuançons néanmoins ce pessimisme, car, s’il y a des fous dans l’œuvre de Verne, tous ne sont pas savants, et tous les savants ne sont pas fous (Arronax ou Cyrus Smith, par exemple). Verne a pris soin de glisser çà et là des « garde-fous53 » qui empêchent « les maîtres du monde de devenir maîtres du jeu54 ». Le recours à la religion, au mythe, à la légende, à l’humour, à la parodie (Verne double le « registre » du tragique par celui du grotesque) permet de désamorcer l’angoisse, d’autant que peuvent aussi intervenir la Providence, le destin ou le hasard pour contenir le pouvoir et restaurer l’ordre divin : catastrophes naturelles, foudre (Maître du monde), inondation (L’Invasion de la mer), mais aussi erreur de calcul salutaire (Sans dessus dessous) ou accident de travail (500 millions de la Bégum ou « Une fantaisie du Dr Ox »). Autant de manifestations de la supériorité de la nature sur l’homme, et du divin évidemment, ce qui fait dire à Jean-Pierre Picot : « L’imaginaire vernien, fût-ce de manière dialectique, semble rester fidèle à une conception quasi-religieuse, associant le fatum antique et le péché originel, et impliquant nostalgie d’un Age d’or antéhistorique et nostalgie d’un Eden innocent55. » À vrai dire, dès la publication de « Zacharius » (1854), Verne sous-entendait qu’il préférait l’épaisseur du temps médiéval, garanti par Dieu, au temps moderne de la technique.

  • 56 Foucault M., « L’arrière-fable », Jules Verne, L’Arc, no 29, Paris, Duponchelle, rééd. 1990, p. 9- (...)

39En fin de compte, la science se révèle être aussi un garde-fou : contre la démesure du héros et l’incommensurable du cosmos, Verne nous inflige la litanie des mesures, des mensurations et des tableaux en trois colonnes. Michel Foucault, dans un article méconnu sur Jules Verne (« L’arrière-fable »), confirme l’existence de voix entièrement « hors fable », parfois savantes, qui contestent les invraisemblances du récit. Loin d’être au centre des romans verniens, le savant « demeure en marge », « toujours placé dans le lieu du défaut » : « moins le savant se trompe, plus il est pervers, ou dément, ou étranger au monde ; plus il est positif, plus il se trompe (Maston)56 ». La « fêlure » du savant « à la fois rend possible l’impossible entreprise et cependant la voue à l’échec, l’efface de la réalité pour l’offrir à la vaine fiction du récit », ce que Foucault nomme « la miraculeuse étrangeté du récit impossible » et qui offre une garantie contre la mort, tout comme l’adolescent, espoir de l’avenir (Axel, Robert Grant, Harbert dans L’Ile mystérieuse, ou Dick Sand dans Un Capitaine de quinze ans), celui que l’innocence préserve du désastre intérieur.

40Nous pouvons ainsi conclure avec Philippe Clermont :

  • 57 Clermont P., « Sombres machines et inquiétants savants dans quelques Voyages Extraordinaires », Ju (...)

« Jules Verne n’a pas inventé le mythe du savant fou mais a contribué à son développement : soit selon un régime sérieux (Hatteras, Nemo, Robur), soit dans un emploi du stéréotype au second degré (avec les grotesques Maston, Roch, Johausen ou Xirdal). Cette figure récurrente chez Verne est nécessairement à interpréter comme une façon supplémentaire de mettre à distance la science et les techniques à travers leurs concepteurs, comme expression de craintes devant les nouveautés dont la révolution scientifique et industrielle est porteuse57. »

41En mettant la science à distance, Verne ouvre une voie toute tracée à ses successeurs, Renard, Moselli ou Valérie, mais aussi à des œuvres aussi méconnues que délirantes : Le Secret des Zippélius (1893) de Jules Lermina, Caresco, surhomme (1904) d’André Couvreur, La Course au radium (1908) de Paul d’Ivoi, La Guerre infernale (1908) de Giffard et Robida, Le Triomphe de l’homme (1911) de François Léonard, L’Auto-fantôme (1913) de René Thévenin, Le Maître du silence (1918) de Delly, Les Mystères de demain (1922) de Magog et Féval fils, Trois ombres sur Paris (1928) de Magog, Le Bacille (1928) d’Arnould Galopin, Le Mascaret rouge (1931) de Pierre-Barthélémy Gheusi, Les Mystères de Vichy (1932) de Camille Audigier, La Machine à prédire la mort (1938) de Roger Didelot et Charles-Robert Dumas, Le Maître du soleil (1946) de Léon Groc, etc. Le cinéma ne sera pas en reste, comme on le sait, maintenant une longue tradition du thème. Dans Jurassic Park (S. Spielberg, 1993) apparaît un schéma familier : un laboratoire secret, des créatures artificielles, un système informatique ultra-perfectionné, mais cependant faillible, et surtout la trahison d’un savant qui déclenche la catastrophe finale en volant les embryons congelés qu’il a promis de livrer à une firme concurrente. Misons que Verne eût aimé cette énième parabole sur le caractère totalitaire de la technique et la collusion entre scientisme et mercantilisme.

  • 58 Ces exemples sont tirés de l’ouvrage de Bechtel G., op. cit., p. 214.

42On pourrait croire que le savant fou n’existe que dans la fiction, mais c’est oublier que les soi-disant avancées dans les domaines de la biologie, de la sociobiologie ou de la génétique apportent leur lot de révélations terrifiantes : ainsi, en Italie, le Pr Chiarelli envisageait naguère la production d’individus qu’il appelait des « hybrides hommes-singes » : « Nous pourrions produire des êtres soushumains à qui l’on confierait des travaux répétitifs et peu valorisants. » On a même vu aux États-Unis un certain Dr Seed proposer de greffer des têtes à qui en veut58. Les exaltés de Jules Verne paraissent bien mièvres comparés à ces nouveaux Frankenstein.

Bibliographie

Bibliographie

Bechtel G., Délires racistes et savants fous, Paris, Agora Pocket, Plon, 2002.

Casta I., « Une théophanie de l’obscur : la machine délirante du Château des Carpathes de Jules Verne », Jules Verne, les machines et la science, coordonné par Ph. Mustière et M. Fabre, Nantes, Coiffard, 2005.

Chardel P.-A., « Jules Verne et l’éthique du récit. Technologies et société », in Jules Verne, les machines et la science, coordonné par Ph. Mustière et M. Fabre, Nantes, Coiffard, 2005.

Chesneaux J., Une lecture politique de Jules Verne, Paris, Maspero, 1971.

Clermont Ph., « Sombres machines et inquiétants savants dans quelques Voyages Extraordinaires », Jules Verne, les machines et la science, coordonné par Ph. Mustière et M. Fabre, Nantes, Coiffard, 2005.

Foucault M., « L’arrière-fable », Jules Verne, L’Arc no 29, Paris, Duponchelle, rééd. 1990.

Gineste B., « Le Petit Journal illustré : Turpin à la prison d’Étampes, 1893 », 2003, Corpus historique étampois. URL : [http://www.corpusetampois.com/che-19-1893petitjournal-turpin.html].

Guillaud L., Jules Verne face au rêve américain, Paris, Michel Houdiard Éd., 2005.

Jules Verne, Cahier de l’Herne, Paris, 1974.

Jules Verne, Europe no 595-596, Paris, nov.-déc. 1978.

Jules Verne, le livre d’or de la science-fiction, Paris, Presses-Pocket no 5233, 1986.

Jules Verne, les machines et la science, coordonné par Ph. Mustière et M. Fabre, Nantes, Coiffard, 2005.

Laszlo P., « Le savant fou chez Jules Verne », De la Science en Littérature à la Science Fiction, Amiens, Éditions du CTHS, 1996.

Lecourt D., Prométhée, Faust, Frankenstein : Fondements imaginaires de l’Éthique, Paris, Synthélabo, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 1996.

Les Savants fous, romans et nouvelles présentés par Ponnau G., Omnibus, Presses de la Cité, Paris, 1994.

Moré M., Nouvelles explorations de Jules Verne, Paris, Gallimard, 1963.

Mustière Ph., « Jules Verne et le roman catastrophe », Jules Verne, Europe, Paris, 1978.

Orfila T., « La rêverie de l’acier dans l’œuvre romanesque de Jules Verne », in Jules Verne, les machines et la science, coordonné par Ph. Mustière et M. Fabre, Nantes, Coiffard, 2005.

Picot J.-P., « Homme-mécanique et homme-machine », in Jules Verne, les machines et la science, coordonné par Ph. Mustière et M. Fabre, Nantes, Coiffard, 2005.

Picot J.-P., « Jules Verne est-il un auteur de SF ? », Jules Verne, Cent ans après, Actes du Colloque de Cerisy, Rennes, Terre de Brume, 2005.

Ponnau G., La Folie dans la littérature fantastique, Paris, Presses Universitaires de France, 1997.

Préchel R., « Un aperçu du pessimisme vernien », Jules Verne, Europe, no 909-910, Paris, janvier-février 2005.

Radix E., L’Homme-Prométhée vainqueur au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2006.

Raymond F., préface à Jules Verne, le livre d’or de la science-fiction, Paris, Presses-Pocket no 5233, 1986.

Verne J., Face au drapeau, Hetzel, 1915, Wikisource. URL : [http://fr.wikisource.org/wiki/Face_au_drapeau/Chapitre_I].

Verne J., La Chasse au météore, Paris, Hachette, 1967.

Verne J., L’Ile à hélice, Paris, Éd. Alphée/Motifs/Le Serpent à Plumes, 2005.

Verne J., Le Château des Carpathes, Paris, Actes Sud, Babel, 1997.

Verne J., Le Secret de Wilhelm Storitz, Paris, Les Humanoïdes Associés, 1977.

Verne J., Les 500 millions de la Bégum, Lausanne, Éd. Rencontre, Librairie Hachette, 1966.

Verne J., Maître du Monde, Paris, Hachette, 1936.

Verne J., Maître Zacharius. Ou l’horloger qui avait perdu son âme, Paris, Mille et une nuits, 2005.

Verne J., Paris au XXe siècle, Paris, Hachette/cherche-Midi, 1994.

Verne J., Robur le Conquérant, Paris, Livre de Poche, s. d.

Verne J., Sans dessus dessous, Nantes, Actes Sud, 2005.

Verne J., « Un drame dans les airs », 1874, Wikisource. URL : [http://fr.wikisource.org/wiki/Un_drame_dans_les_airs].

Verne J., Une Ville flottante, Paris, Librio, 2000.

Verne J., Vingt mille lieues sous les mers, Paris, Hetzel-Hachette, 1932.

Verne J., Voyage au centre de la Terre, Paris, Livre de Poche, 2001.

Vierne S., Jules Verne, Paris, Balland, 1986.

Vierne S., Jules Verne, mythe et modernité, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Écrivains », 1989.

Vierne S., « Paroles gelées, paroles de feu », Jules Verne, Europe, no 595-596, Paris, nov.-déc. 1978.

Notes

1 Ponnau G., La Folie dans la littérature fantastique, Paris, Presses Universitaires de France, 1997. Voir aussi Les Savants fous, romans et nouvelles présentés par G. Ponnau, Omnibus, Presses de la Cité, 1994.

2 Guillaud L., Jules Verne face au rêve américain, Paris, Michel Houdiard Ed., 2005.

3 Vierne S., Jules Verne, mythe et modernité, Paris, Presses Universitaires de France, coll. « Écrivains », 1989, p. 82.

4 Raymond F., préface à Verne J., Le Livre d’or de la science-fiction, Paris, Presses-Pocket, 1986, p. 12.

5 Clermont P., « Sombres machines et inquiétants savants dans quelques Voyages Extraordinaires », in Mustière P. et Fabre F. (dir.), Jules Verne, les machines et la science, Nantes, Coiffard, 2005, p. 217.

6 Guillaud L., Jules Verne face au rêve américain, op. cit.

7 Voir Verne J., « Un drame dans les airs », 1874, p. 108, Wikisource. URL : [ http://fr.wikisource.org/wiki/Un_drame_dans_les_airs]. Désormais, les références à ce texte seront indiquées entre parenthèses suite à la citation, précédées de la mention DDA.

8 Laszlo P., « Le savant fou chez Jules Verne », De la Science en Littérature à la Science Fiction, Amiens, Éditions du CTHS, 1996, p. 117.

9 Verne J., Maître Zacharius. Ou l’horloger qui avait perdu son âme, Paris, Mille et une nuits, 2005, p. 29. Désormais, les références à ce texte seront indiquées entre parenthèses suite à la citation, précédées de la mention MZ.

10 Voir Raymond F., « L’homme et l’horloge », Jules Verne, Cahier de l’Herne, Paris, 1974, p. 144.

11 Solal J., « Perte de temps », postface in Maître Zacharius, op. cit., p. 73.

12 Raymond F., « Préface », in Verne J., Le Livre d’or de la science-fiction, op. cit., p. 20.

13 Verne J., « Une fantaisie du docteur Ox », op. cit., p. 91. Désormais, FDO.

14 Benguira Y., « Fantaisie(s) du Docteur Verne », Labyrinthe, no 3, 1999, en ligne. URL : [http://labyrinthe.revues.org/index62.html]. On consultera aussi : Lecourt D., Prométhée, Faust, Frankenstein : Fondements imaginaires de l’Éthique, Paris, Synthélabo, coll. « Les Empêcheurs de penser en rond », 1996.

15 Vierne S., « Paroles gelées, paroles de feu », Jules Verne, Europe, no 595-596, nov.-déc. 1978, p. 64.

16 Verne J., Face au drapeau, Hetzel, 1915, p. 15, Wikisource. URL : [http://fr.wikisource.org/wiki/Face_au_drapeau/Chapitre_I]. Désormais, FAD.

17 Les théories de Cesare Lombroso, publiées dans L’homme criminel en 1876, donnèrent ses heures de gloires à la physiognomonie, une pseudo-science sans aucune méthodologie scientifique. La physiognomie devint d’ailleurs un des fondements épistémologiques du racisme scientifique au XIXe siècle. « Au fond, Lombroso préfigure dès 1876 le fameux récit de Stevenson de 1886. Le bon Dr Jekyll, en devenant le méchant Mr Hyde et en reprenant à ce moment un faciès de singe, revient vers l’animalité criminelle de nos ancêtres qui perdure en lui comme en chacun de nous » (Bechtel G., Délires racistes et savants fous, Paris, Agora Pocket, Plon, 2002, p. 36-37).

18 Verne J., La Chasse au météore, Paris, Hachette, 1967, p. 113-114. L’ouvrage fut composé en fait par Michel Verne.

19 Verne J., Voyage au centre de la Terre, Paris, Livre de Poche, 2001, p. 8. Désormais, VCT.

20 Verne J., Sans dessus dessous, Actes Sud/Ville de Nantes, 2005, p. 90.

21 J’emprunte une partie de sa démonstration à Thierry Orfila (« La rêverie de l’acier dans l’œuvre romanesque de Jules Verne », in Jules Verne, les machines et la science, op. cit., p. 144).

22 Verne J., De la Terre à la lune, Paris, Librairie Générale Française, 1998, p. 22. Désormais, DTL.

23 Verne J., Sans dessus dessous, op. cit., p. 37. Désormais, SDD.

24 Verne J., Les 500 millions de la Bégum, Lausanne, Ed. Rencontre et Librairie Hachette, 1966, p. 125.

25 Verne J., Robur le Conquérant, Paris, Livre de Poche, [s. d.], p. 28-29.

26 Le muscle masséter fait partie de l’appareil manducateur, dont la fonction principale est la mastication.

27 Verne J., Robur le Conquérant, op. cit., p. 29.

28 Verne J., Maître du Monde, Paris, Hachette, 1936, p. 213. Désormais, MM.

29 Verne J., Une Ville flottante, Paris, Librio, 2000, p. 33.

30 Voir Orfila T., « La rêverie de l’acier dans l’œuvre romanesque de Jules Verne », op. cit., p. 142-143.

31 Raymond F., « L’homme et l’horloge », op. cit., p. 142.

32 Verne J., Vingt mille lieues sous les mers, Paris, Hetzel-Hachette, 1932, p. 406-407. Désormais, VML.

33 Verne J., cité par Vierne S., Jules Verne, mythe et modernité, op. cit., p. 96.

34 Verne J., L’Ile à hélice, Paris, Éd. Alphée/Motifs/Le Serpent à Plumes, 2005, p. 626-627.

35 Moré M., Nouvelles explorations de Jules Verne, Paris, Gallimard, 1963, p. 221.

36 Picot J.-P., « Homme-mécanique et homme-machine », in Jules Verne, les machines et la science, op. cit., p. 247.

37 Chesneaux J., Une lecture politique de Jules Verne, Paris, Maspero, 1971, p. 165.

38 Vierne S., « Paroles gelées, paroles de feu », op. cit., p. 65.

39 Casta I., « Une théophanie de l’obscur : la machine délirante du Château des Carpathes de Jules Verne », Jules Verne, les machines et la science, op. cit., p. 310-311.

40 Verne J., Le Château des Carpathes, Paris, Actes Sud, Babel, 1997, p. 138.

41 Vierne S., Jules Verne, Paris, Balland, 1986, p. 354.

42 « Eugène Turpin, inventeur en 1884 de la mélinite, explosif qui révolutionna l’art militaire, fut accusé d’avoir vendu son invention à l’ennemi et condamné. Une campagne d’opinion finit par obtenir sa libération. Jules Verne s’inspira de son histoire pour tracer le portrait d’un savant fou dans son roman Face au drapeau (1896). Turpin lui fit un procès en diffamation, qu’il perdit. » (Gineste B., « Le Petit Journal illustré : Turpin à la prison d’Étampes, 1893 », 2003, Corpus historique étampois. URL : [http://www.corpusetampois.com/che-19-1893petitjournal-turpin.html])

43 Verne J., Le Secret de Wilhelm Storitz, Paris, Les Humanoïdes Associés, 1977, p. 33. Désormais, SWS.

44 Radix E., L’Homme-Prométhée vainqueur au XIXe siècle, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 276.

45 Verne J., cité par Vierne S., « Paroles gelées, paroles de feu », op. cit., p. 62.

46 Verne J., cité in Le Livre d’or de la science-fiction, op. cit., p. 151.

47 Verne J., cité par Vierne S., Jules Verne, mythe et modernité, op. cit., p. 72.

48 Raymond F., op. cit., p. 17-18.

49 Mustière P., « Jules Verne et le roman catastrophe », Jules Verne, Europe, op. cit., p. 43.

50 Della Riva G., préface à Verne J., Paris au XXe siècle, Paris, Hachette/Cherche-Midi, 1994, p. 22. Désormais, P.

51 Préchel R., « Un aperçu du pessimisme vernien », Jules Verne, Europe, no 909-910, Paris, janv.-fév. 2005, p. 54.

52 Ibid., p. 58.

53 J’emprunte l’expression à Raymond F., op. cit., p. 25.

54 Chardel P.-A., « Jules Verne et l’éthique du récit. Technologies et société », in Jules Verne, les machines et la science, op. cit., p. 101.

55 Picot J.-P., « Jules Verne est-il un auteur de SF ? », Jules Verne, Cent ans après, Actes du Colloque de Cerisy, Rennes, Terre de Brume, 2005, p. 439.

56 Foucault M., « L’arrière-fable », Jules Verne, L’Arc, no 29, Paris, Duponchelle, rééd. 1990, p. 9-10.

57 Clermont P., « Sombres machines et inquiétants savants dans quelques Voyages Extraordinaires », Jules Verne, les machines et la science, op. cit., p. 219-220.

58 Ces exemples sont tirés de l’ouvrage de Bechtel G., op. cit., p. 214.

Table des illustrations

Légende Boris Karloff dans Abbott and Costello Meet Dr. Jekyll and Mr. Hyde de Charles Lamont, Universal Pictures, 1953.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Auteur

Professeur de littérature américaine, université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540