Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Le savant fou

 | 
Hélène Machinal

Perspectives généalogiques

Généricité du « savant fou »

Savants fous, passion narcissique, passion d’ignorance

Michèle Bompard-Porte

Volltext

Rudolf Klein-Rogge, Alfred Abel et Brigitte Helm dans Metropolis de Fritz Lang, Universum Film, 1927.

1La pulsion épistémophilique et le savant fou, dont certains avatars sont, de fait, considérés comme fous, dans notre culture, concernent la psychanalyse, l’épistémologie et la psychologie des masses. L’association immédiate avec les délires de toute-puissance avérés, parmi la communauté scientifique réelle, ne datent pas d’hier. Pierre Simon de Laplace ne se vantait-il pas, au début du XIXe siècle, de décrire l’histoire intégrale de l’univers, sous réserve qu’on lui fournît les valeurs des paramètres pertinents à un instant quelconque ? Sans parler des auteurs considérés comme fondateurs de la science classique, Kepler et Galilée, le premier constatant que dieu avait dû attendre six mille ans et ses travaux pour qu’un témoin admirât les beautés de son système solaire, le second imposant au même dieu de compter comme nous… Ainsi, du point de vue épistémologique et psychanalytique, une forme d’infatuation, folie des grandeurs si l’on veut, paraît plutôt fréquente dans le monde scientifique réel, dont il s’agira d’expliciter l’étiologie individuelle et collective.

  • 1 Voir Bompard-Porte M., Si je t’oublie, ô Babylone… Le meurtre de masse du Néolithique au monde més (...)

2Néanmoins, une chose est de noter certains détails qui paraissent relever de la folie des grandeurs et provoquent un sourire, autre chose d’entrer dans le délire de toute-puissance générique qui paraît se manifester parmi la communauté scientifique que notre culture a produite. La littérature, le cinéma et la bande dessinée induisent une analyse épistémologique externe pertinente, mais les mythes adoucissent la réalité. Ainsi, l’étude proposée, dans la mesure où elle tente de surmonter le déni du meurtre de masse1 dans notre culture, rappelle le rôle de la communauté scientifique en cette affaire.

Quelques faits

3Voici d’abord quelques événements avérés. Certes, il existe des délires de grandeur bénins. Par exemple, Kepler est le type même du mathématicien inoffensif, génial et poète. Il cherche à retrouver la musique des sphères et il élucide avec une subtilité sans pareille les merveilleuses formes des flocons de neige. Galilée et Laplace sont d’une autre farine. Les arsenaux vénitiens reçurent souvent la visite de Galilée. C’était l’institution le plus intéressée à disposer d’une théorie précise de la chute des corps, celle des boulets de canons. Quant à Laplace, il était aussi célèbre pour son génie d’astronome que pour son arrivisme et la soif de pouvoir qu’il démontra sa vie durant. Mais c’est du côté des sciences de la matière, physicochimie et biologie, que l’on rencontre les versions le plus sinistres et meurtrières du délire de toute-puissance. Au reste, les artistes ne s’y sont pas trompés, et les savants fous de l’imaginaire travaillent dans des laboratoires. Il va de soi que les sciences de la matière, vivante ou inerte, suscitent l’acte, là où les « mathématiques pures » et l’astronomie, surtout celle de jadis, autorisent la seule élaboration théorique, clémente, au moins dans un premier temps.

  • 2 Couliano I. P., Éros et magie à la Renaissance. 1484, Paris, Flammarion, 1984. Les informations et (...)

4Rappelons d’abord Johann R. Glauber (1604-1668 ou 1670). L’histoire des sciences officielle le présente comme l’un des géniaux précurseurs de la chimie contemporaine. Ses travaux et expériences ont mis au jour plusieurs méthodes analytiques de la chimie, et il fut le premier à synthétiser l’acide chlorhydrique, entre autres. Une histoire critique moins accessible, due à Ion P. Couliano2, ajoute que Glauber fut très affecté par la guerre de trente ans (1618-1648) ; il en conclut que, seule, l’Allemagne était capable d’assurer l’ordre et la paix en Europe, à condition de créer une monarchie mondiale allemande. Pour ce faire, Glauber proposa de développer une technologie militaire moderne, et les armes chimiques lui parurent tout indiquées. C’est ainsi qu’il fabriqua des tubes à pression, des grenades et des bombes qui pulvérisaient de l’acide chlorhydrique. Un grand avantage de ces armes, selon Glauber, était d’aveugler les ennemis sans les tuer. Ainsi devenaient-ils une force de travail bon marché susceptible d’assurer la suprématie économique de l’Allemagne. Bien sûr, Glauber anticipa que les techniques de l’arme chimique diffuseraient chez les ennemis. D’où la création d’un groupe de savants chargés de perfectionner continûment la technologie militaire. Ainsi, « la guerre ne sera plus gagnée par la force brutale, mais par l’intelligence des savants et des ingénieurs », et « la force fera place à l’art, car l’art aboutit parfois à vaincre la force ».

  • 3 Chaunu P., La Civilisation de l’Europe classique, Paris, Arthaud, 1966, p. 59.

5Selon Couliano, qui conclut son bel ouvrage, Éros et magie à la Renaissance, 1484, par une brève étude de Glauber, ce dernier n’est pas une figure anecdotique, mais le signe du commencement de la culture occidentale actuelle. Elle serait en effet le résultat de la gigantesque répression exercée conjointement par la Réforme et la Contre-Réforme à l’endroit du monde renaissant qui, de Marsile Ficin à Giordano Bruno, avait développé de manière qualitative ce que nous appelons les sciences humaines et, de plus, une certaine liberté sexuelle, qui se lit de Boccace à Brantôme et se vérifie à ce que l’on sait des mœurs de ce temps-là. Puis, vinrent la Réforme, la Contre-Réforme, la chasse aux sorcières dans toute l’Europe, les États forts et centralisés et, pour finir, les sciences classiques quantitatives. Pierre Chaunu a précisé depuis longtemps qu’entre 1600 et 1760, « les armées de l’Europe classique quintuplent en nombre, connaissant une multiplication par cent de leur puissance de feu3 », cependant que la population européenne a peu augmenté. Il se pourrait que la thèse de Couliano ne fût point erronée.

6D’un chimiste à l’autre, et d’une débauche meurtrière à une plus ravageuse, voici Fritz Haber (1868-1934). On est toujours en Allemagne, bien que la culture allemande ne se singularise pas vraiment à cet égard, les événements y sont seulement plus visibles. Haber est né à Breslau (Wroclaw) dans une famille dite juive allemande prise dans le mouvement d’assimilation. Comme Glauber, Haber est un adepte de la suprématie allemande. En outre, il s’avère vite un chimiste de haut vol dont les exploits font progresser la technologie de l’agriculture et la technologie de l’armement chimique, qui avanceront désormais de conserve (situation à laquelle nous devons nombre des désastres écologiques actuels). Haber synthétise l’acide nitrique à partir de l’azote de l’atmosphère en 1904. Peu après, l’Allemagne ne craint plus le blocus qui l’empêcherait d’importer des nitrates pour produire de la dynamite (et accessoirement des engrais), puisqu’à partir des travaux de Haber, une industrie d’explosifs autochtone a été créée. Il semble que le déclenchement de la guerre, en 1914, ait été permis par cette « avancée » scientifico-industrielle.

7Haber est au service du ministère de la guerre dès 1914. Il cherche l’arme chimique la meilleure et choisit le chlore. Première expérience, grandeur nature, Ypres, 22 avril 1915, 17h-18h. 20 000 hommes sont gazés, 5 000 hommes mourront dans les trois jours. L’expérience est un « succès » et ledit gaz sera employé toute la guerre durant, avec des « améliorations » : tantôt plus irritant, suffocant ou vésicant. Clara Immerwahr-Haber, l’épouse du chimiste et première femme allemande titulaire d’un doctorat de chimie, lui demande incessamment d’arrêter ses recherches meurtrières qu’elle juge indignes, et elle finit par se suicider devant ses refus répétés.

8À la fin de la guerre, Haber prend peur. Il craint quelque jugement des hommes et se réfugie en Suisse. Précaution inutile puisque le prix Nobel de chimie pour l’année 1918 lui est attribué, en 1919. Haber était un proche d’Einstein, et ce dernier aura sans doute contribué à la nobélisation du premier. Le prix Nobel est ici attribué à bon escient. Quel meilleur et plus digne lauréat que l’un des chimistes qui, après Glauber, après tant d’autres, après Nobel lui-même, a si excellemment contribué à la technologie du meurtre de masse ? Au reste, le déni fonctionne là aussi. La consultation de l’Encyclopaedia Universalis, à l’article Alfred Nobel, ne permet pas de lire que l’invention de la dynamite intéressa l’industrie de l’armement, provoqua des millions de morts et fit sa fortune pour cette raison. On apprend par contre que ladite dynamite permit d’ouvrir des mines, des routes et autres voies de chemin de fer et qu’Alfred Nobel compte en somme parmi les bienfaiteurs de l’humanité.

9Regagnant son poste à l’Institut de physique et d’électrochimie de Berlin en 1920, Fritz Haber poursuit sa brillante carrière et persiste dans ses recherches conjointes en technologies agricole et d’armement. Il va de soi que tuer des rats, des insectes ou des humains est une question de dose. Au reste, la « constante de Haber » permet de calculer la dose mortelle d’un gaz pour un humain, en fonction du temps d’exposition. Haber invente l’usage des organochlorés, ainsi est-il le père des pesticides qui ont depuis empoisonné les humains et toute la planète, qu’ils aient été utilisés pour la guerre ou pour l’agriculture. Parmi eux, le Zyklon B, produit par la firme IG Farben, dont Haber est membre du conseil de surveillance dès sa création, en 1925. En 1933, Haber doit quitter l’Allemagne nazie et il meurt en 1934. Le Zyklon B est bien sûr le gaz d’Auschwitz. Aujourd’hui, un institut scientifique berlinois et un autre à Karlsruhe portent le nom de Fritz Haber. Un peu plus notable, le centre de recherches en dynamique moléculaire de l’Université hébraïque de Jérusalem s’appelle le Fritz Haber Center.

  • 4 « Perfectionner » les humains, « optimiser » la nature font partie de leurs objectifs, cependant q (...)

10Si la chimie a été choisie pour exemple, l’énergie atomique ou la biologie moléculaire ne seraient pas en reste, quant à la généricité de la folie des grandeurs et du meurtre de masse, ainsi qu’au déni dont ces symptômes sont l’objet parmi la communauté culturelle, fors les créateurs de savants fous et quelques autres marginaux ! Sans parler des ingénieurs qui développent les nanotechnologies depuis une décennie4.

11De tous temps, il y eut des scientifiques préposés au perfectionnement de la technologie des armements, et l’histoire des sciences ne le méconnaît pas, même si elle édulcore. Les archéologues n’ont pas de souci idéologique sur la question et ils précisent que l’apparition du surarmement est contemporaine du Néolithique. Reste qu’il y eut des espaces non néolithisés où les cultures humaines ont conservé un niveau de symbolisation suffisant pour que les délires de toute-puissance et les meurtres de masse qui en sont le corrélat n’aient pas cours, et que le monde néolithique lui-même a connu de longues périodes de rémission, notamment la culture dite de Halaf, pendant tout le sixième millénaire et dans tout l’espace que nous appelons le Moyen-Orient.

Étiologie

  • 5 Pour un descriptif et un historique détaillés, voir Bompard-Porte M., op. cit.

12L’étiologie du délire de toute-puissance, et son corrélat nécessaire, le meurtre de masse5, nous amène du côté de la psychologie individuelle et collective. Au reste, cette étiologie est explicitée d’une manière bien instructive par Mary Shelley dans son Frankenstein, or the Modern Prometheus, paru en 1818, auquel on se référera après avoir déployé la genèse de ce que les psychanalystes appellent depuis Freud la pulsion épistémophilique.

13Il convient de commencer par rappeler les deux singularités biologiques du développement des humains : comparés aux autres Primates, les humains se développent extrêmement lentement, y compris in utero, et ils naissent très immatures. Par suite, leur premier développement, jusque vers cinq ans, a lieu dans une dépendance absolue à l’endroit des adultes. Première singularité donc : extrême prématurité et très longue dépendance subséquente. Deuxième singularité : au lieu que notre très lent développement nous conduise continûment à la forme adulte, c’est-à-dire susceptible de procréation, nous subissons un arrêt de développement. Nous ne devenons pas adultes vers six à huit ans, comme nos cousins simiesques, nous vivons ce que Freud a appelé la période de latence, entre quatre à cinq ans et douze à quinze ans, moment où la puberté signe le redémarrage du développement sexuel menant à la maturité. Ces deux singularités sont essentielles. Nous leur devons, outre la bipédie et la possibilité anatomique de parler, les traits fondamentaux de notre vie psycho-sexuelle.

14« Quand on ne fait rien, on n’est pas loin de mal faire », selon le dicton, qui inclut les activités sexuelles dans « mal faire ». En un sens, c’est ce qui arrive aux nourrissons et aux jeunes enfants : manquant des compétences nécessaires pour explorer le vaste monde, ils investissent, comme nous disons en psychanalyse, le corps propre et les adultes proches, c’est-à-dire ce à quoi ils sont confinés. D’où la très riche sexualité infantile. Toutes les fonctions physiologiques vitales sont surinvesties, sexuellement investies, donc tous les orifices du corps, plus la peau, plus la musculature volontaire, plus quelques organes internes. Tous deviennent sources de plaisir, « zones érogènes ». D’où la série des pulsions sexuelles partielles, orale, labyrinthique, génitale, sadique-anale, voyeuriste-exhibitionniste, etc. Freud propose de concevoir que les petits enfants sont « pervers polymorphes ». Par exemple, les tous petits ne se contentent pas de téter le sein ou le biberon pour se nourrir, mais ils sucent, qui son pouce, qui son drap, qui autre chose, pour le plaisir.

15Néanmoins, un adulte ignore que son plaisir (ou déplaisir) d’embrasser, sa gourmandise, ses anorexie et/ou boulimie, la manière qu’il a de dévorer les livres, etc., etc., procèdent de sa pulsion orale infantile plus ou moins élaborée. Il n’en sait rien, parce qu’il ne s’en souvient pas. La période de latence comporte en effet la caractéristique centrale de nous faire oublier, au sens de l’accès à la conscience, c’est-à-dire de nous faire refouler, au sens de la psychanalyse, notre première enfance avec sa sexualité, ses amours, ses haines, ses peurs et ses convictions. L’inaccessibilité à la conscience de la première enfance est l’une des raisons essentielles de la puissance de son efficience dans la vie adulte. C’est aussi le ressort de la régression psychique, capacité spécifique des humains parmi les primates.

  • 6 Freud S., Drei Abhandlungen zur sexualen Theorie, Berlin, Gesammelte Werke V, Fischer Verlag, 1905 (...)

16Quid de la pulsion épistémophilique dans ce contexte ? Freud parle de « Wiss-oder Forschertrieb6 », pulsion de savoir ou de recherche, et il date l’acmé de son activité entre la troisième et la cinquième année. La question princeps serait « d’où viennent les enfants ? » Elle donnerait lieu à l’élaboration des théories sexuelles infantiles qui concernent la conception des bébés, puis leur naissance, la détermination de ce qu’être mariés signifie et, enfin, le problème de l’altérité des sexes. Freud a raison quant à l’intensité des recherches sexuelles à cette époque, à leur inventivité, et à la puissance corrélative de la pulsion épistémophilique. Il les rattache aux moments où prévalent les pulsions sadiques-anales et voyeuristesexhibitionnistes qui sont contemporaines. Pour cette raison, il propose de dériver la pulsion épistémophilique des souhaits d’emprise corrélatifs de l’acquisition de la maîtrise de la musculature volontaire et du sadisme, par une manière de sublimation.

17Il convient de modifier un peu les premières propositions de Freud dans trois directions. Du point de vue du déroulement temporel, il semble qu’une Wissoder Forschertrieb accompagne vite les pulsions sexuelles partielles. Dès la toute première organisation sexuelle orale, une incontestable activité de connaissance par la bouche fonctionne (sans compter l’extraordinaire appétence pour les textes imprimés, à partir d’environ le septième mois). D’où une seconde modification : le souhait d’emprise n’est pas seul à alimenter la pulsion épistémophilique – au reste la langue dit « dévorer les livres ». La langue et Freud soulignent cependant l’intrication de l’amour et de la haine, au mieux, la prévalence de la haine, au pire, dans les motions pulsionnelles constitutives de la pulsion épistémophilique. On trouverait ainsi de façon directe le « savant fou », par simple fixation psychique. Il convient cependant de moduler, pour en arriver à la troisième modification. Dans le domaine de l’oralité, l’investissement du goût des choses diffère du souhait de les dévorer. Or, c’est un investissement sensoriel-sensuel d’emblée tendre. De plus, dans l’organisation sadique-anale, deux couples pulsionnels sont prévalents, le sado-masochisme et le voyeurisme-exhibitionnisme. Or, voir est un toucher à distance comme Descartes le notait déjà, et la composante voyeuriste de la pulsion épistémophilique n’emprunte guère à la haine, elle non plus.

18On comprend cependant à quel point la configuration de la pulsion épistémophilique dépend de la culture et de l’entourage proche. Selon qu’on aura permis aux nourrissons d’investir la diversité des goûts et celle du visible, ou non, selon que la maîtrise et la possession seront plus ou moins valorisées, la configuration de la pulsion épistémophilique sera plus ou moins haineuse. (Faut-il rappeler la pauvreté gustative des petits pots qui nourrissent nos bébés ? l’uniformité visuelle des écrans de télévision devant lesquels on les pose ? sans s’attarder au statut de l’avoir et de la propriété privée dans notre culture.)

19Un autre thème introduit par Freud, qui concerne le développement de la pulsion épistémophilique, est l’un des drames initiaux dans lesquels donnent tous les savants en herbe : la découverte de l’altérité des sexes. Elle est dramatique à cause de la conviction qui se trouve alors attaquée, celle de la toute-puissance des grands, et, singulièrement, celle de la mère.

20Il convient de rappeler que la prématurité et la dépendance ont un corrélat de grande conséquence, la conviction où nous sommes tous, enfants, que les grands, à commencer par notre mère ou qui en tient lieu, sont tout-puissants – conviction au demeurant réaliste, à ce moment-là. Non seulement la mère a de fait puissance de vie et de mort à l’endroit du petit, mais elle est supposée connaître toutes ses pensées, avoir le don d’ubiquité et faire les enfants toute seule. Les autres adultes, du point de vue du petit, possèdent aussi la toute-puissance, modulée selon la position que la mère adopte à leur égard. Enfant de cette mère-là, nous avons tous eu la conviction que quand nous serions grands, nous serions nous-mêmes tout-puissants comme nous la croyions être. Cette conviction demeure en chacun de nous, plus ou moins élaborée, et il est sans doute inutile d’insister sur les ravages que son efficience dans l’âge adulte provoque. Bien sûr, les savants fous réels et imaginaires sont de ceux qui n’ont pas renoncé à la toute-puissance maternelle, ni à leur propre toute-puissance, telles qu’elles ont été imaginées dans la petite enfance.

21Pour schématiser et simplifier, il suffit de se placer du côté d’un jeune garçon, puisque les savants fous réels et imaginaires sont de sexe masculin et les domaines des sciences dites exactes pour l’essentiel peuplés d’hommes. Il s’agit d’un clivage culturel dont les savants fous présentent l’une des incarnations tout en étant des produits de ce clivage. Fils d’une mère vue comme toute-puissante, le petit garçon est convaincu qu’en grandissant il héritera de sa toute-puissance. Or, voilà que parmi ses recherches sexuelles, il trouve des êtres sans pénis, et parmi eux, possiblement, la mère. C’est inacceptable. D’un côté, l’organe génital est très investi à cause de la masturbation infantile ; d’un autre côté, si certains en sont dépourvus, alors une menace pèse sur le pénis propre. Enfin, il n’est pas concevable qu’un être tout-puissant comme la mère soit dépourvue de ce précieux organe.

22Dans une culture où l’avoir et les relations de domination sont traités avec les précautions qu’ils méritent, et où l’altérité des sexes est reconnue – il semble que ce fût le cas de certaines cultures paléolithiques, de nombreuses cultures amazoniennes et de la culture de Halaf, entre autres – le petit garçon commencera de concevoir, aidé par les adultes, que sans pénis ne signifie pas sans sexe, mais avec un sexe autrement configuré, qu’au reste personne ne souhaite lui ôter son organe, que la configuration de l’autre sexe permet d’enfanter, qu’enfin nul n’a la puissance de faire des bébés tout seul car, tous, garçons et filles, hommes et femmes, nous sommes à cet égard manquants, du point de vue de la conviction de toutepuissance enfantine. Il s’agit d’un rude travail psychique, d’une entame narcissique, comme on dit en psychanalyse, qui vaut mutatis mutandis pour les petites filles. Dans le cas où ce travail s’accomplit, la toute-puissance est reconnue pour inexistante. La nostalgie de son existence apparaît, et l’on peut la partager avec tous ceux qui ont fait le même travail. Cela signifie se reconnaître mutuellement pour des semblables, manquants au sens de la conviction infantile, limités, mortels (inutile de s’entretuer !), et partageant le peu de pouvoir dont chacun dispose effectivement. Ce travail psychique individuel et collectif est nécessaire pour qu’un groupe soit symboliquement évolué, susceptible de partager l’autorité entre tous ses membres, et sans risque de voir paraître un savant fou, ni un clivage. Il permet aussi d’accéder à une sexualité génitale adulte raffinée, où le manque à la complétude de chacun, selon la théorie infantile, est le fondement des relations.

23Notre société est à des années-lumière d’une telle élaboration. La genèse d’un savant fou y est banale, comme Mary Shelley le montre. Des firmes comme Monsanto, Areva et autres multinationales productrices de nano-technologies sont peuplées de savants fous réels. Il s’agit de gens qui utilisent les défenses les plus immédiates et les plus courantes dans notre culture contre la reconnaissance de l’altérité des sexes et pour le maintien de la conviction que la toute-puissance existe. Ces défenses sont le déni déjà signalé avec ses corrélats, le clivage et l’idéalisation.

L’étiologie selon Mary Shelley

24Mary Shelley met ces processus en évidence avec brio. Elle laisse Frankenstein raconter son histoire depuis avant sa naissance. Or, toute la vie sociale évoquée, mariage des parents inclus, dépend d’un unique paramètre : la richesse que l’on possède ou non. De plus, la quantité d’avoir détermine la qualité d’être. Le joyau de la description du déni de l’altérité des sexes, avec clivage et idéalisation, est peut-être le récit des relations avec la petite sœur, Élisabeth. Frankenstein et sa mère ne la trouve pas dans un chou, mais, bien mieux, dans une pauvre famille dont tous les membres sont minables et quasi inexistants, sauf Élisabeth, bien sûr orpheline et de riches origines bourgeoises, voire aristocratiques. Clivage et idéalisation en acte. La mère et le fils découvrent ladite petite sœur en l’absence du père, il va de soi : déni de l’altérité des sexes. Elle est un peu plus jeune que Victor, alors âgé de cinq ans, conformément à l’idée que se font les enfants de la venue d’un cadet ou d’une cadette : ce sera un compagnon de jeux et non un ennuyeux nourrisson. Enfin, la mère de Frankenstein lui dit expressis verbis qu’elle lui fait cadeau de la petite sœur. La toute-puissance phallique est transitive. (Le thème répétitif de l’inceste n’est pas étudié à dessein. Il convient avec le reste du tableau et en découle plutôt qu’il n’y est fondateur.)

25La vie de Victor, avant qu’il ne parte à Ingolstadt se faire un enfant tout seul, continue dans le système des dénis, clivages et idéalisations. Mary Shelley « met les points sur les i » en quelque sorte, lorsqu’elle lui fait dire en une brève phrase qu’il eut un frère de sept ans son cadet. Non seulement le prénom du frère n’est pas énoncé, mais il disparaît illico dans les oubliettes du clivage. Il y a été exterminé. On entendra parler beaucoup plus loin de deux frères cadets de Frankenstein, parce que l’un des deux a derechef été assassiné, par la créature cette fois.

26Bien sûr, les êtres pourvus de toute-puissance, la mère, la sœur et l’ami sont idéaux, sans le moindre défaut, et aucun conflit ne peut exister avec eux. Les clivages et idéalisation impliquent une vision du monde en noir et blanc, bons et méchants, etc. Il n’y a pas de semblables. Il n’y a que des mêmes tout-puissants et phalliques, et des inexistants, les non phalliques qui ne sont pas vraiment humains et envers lesquels tout est permis.

  • 7 Shelley M. W., Frankenstein ou le Prométhée moderne, trad. par Curvorst J., Paris, Le Livre de Poc (...)

27À l’adolescence, il ne peut être question de sexualité génitale. Cela supposerait que l’altérité des sexes existât. D’où la recherche dans laquelle Frankenstein se lance pour « découvrir le secret de la génération et de la vie7 », ce qui apparaît comique pour le lecteur, compte tenu du déni de l’altérité des sexes et de la procréation sexuée qu’il s’agit de parfaire, encore et toujours.

  • 8 Dès le neuvième siècle avant notre ère, au plus tard, une analyse minutieuse, fine et pertinente d (...)

28Les savants fous imaginaires ou réels sont en effet animés par la passion d’ignorance. Passion d’ignorer la réalité de notre condition d’humains, avec toutes ses limitations, dont l’altérité des sexes et la mortalité. Une part d’eux-mêmes, clivée, a reconnu la réalité et les rend serfs du déni, jamais acquis. C’est l’une des raisons du lien intrinsèque entre conviction de toute-puissance et répétition des meurtres de masse. La conviction de toute puissance n’est pas plus stable que le déni de l’altérité des sexes – ce sont les deux aspects fondamentaux d’une même position psychique. Les meurtres sont censés prouver la toute-puissance, mais ils n’y parviennent jamais, fût-ce parce qu’ils renvoient les meurtriers à leur propre mortalité. D’où leur indéfinie répétition8.

29Sans déployer toutes les subtilités du récit de Mary Shelley, voici un dernier détail, très juste du point de vue psychanalytique. Victor Frankenstein épouse Élisabeth, tout en se sachant poursuivi par sa créature. Or, la nuit des noces, il laisse la jeune femme seule dans la chambre des époux sous prétexte de la protéger et de courir après le monstre, lequel rejoint Élisabeth, dont Victor entend les cris. Il s’agit là d’une conception sadique de l’acte sexuel classique et cohérente avec le reste du tableau.

30Plutôt qu’un double à proprement parler, la créature est une partie clivée du personnage. Elle est porteuse de tous les conflits avec les proches qui ont été réprimés, et qui sont des vœux de mort bruts de décoffrage, par défaut d’élaboration. Bien entendu, la créature réalise aussi la toute-puissance, non seulement dans les meurtres, mais dans sa taille gigantesque et dans ses extraordinaires compétences physiques.

  • 9 Bien que l’on distingue en psychanalyse des régressions topique, formelle et temporelle, l’intuiti (...)

31Si l’on imagine que Frankenstein est un enfant de trois à cinq ans, il a des vœux, des représentations et des imaginations classiques ; la créature est alors un adulte vu par un enfant de trois à cinq ans. De fait, Frankenstein est un psychisme d’enfant dans un corps d’adulte. Mary Shelley a raison : les savants fous imaginaires et réels sont une forme possible et fort commune de régression psychique9, induite par notre culture. Si nous en sommes tous atteints, du moins ne le sommes-nous pas tous à plein temps. Ce que l’existence de cette recherche collective paraît démontrer.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Benoit Browaeys D., Le Meilleur des nanomondes, Paris, Buchet/Chastel, 2009.

Bompard-Porte M., Si je t’oublie, ô Babylone… Le meurtre de masse du Néolithique au monde mésopotamien, Paris, L’Harmattan, 2009.

Bottéro J. et Kramer S. N., Lorsque les dieux faisaient l’homme. Mythologie mésopotamienne, Paris, Gallimard, 1989.

Chaunu P., La Civilisation de l’Europe classique, Paris, Arthaud, 1966.

Couliano I. P., Éros et magie à la Renaissance. 1484, Paris, Flammarion, 1984.

Freud S., Drei Abhandlungen zur sexualen Theorie, Berlin, Gesammelte Werke V, Fischer Verlag, 1905.

Shelley M. W., Frankenstein ou le Prométhée moderne, trad. par Curvorst J., Paris, Le Livre de Poche, 1978.

Anmerkungen

1 Voir Bompard-Porte M., Si je t’oublie, ô Babylone… Le meurtre de masse du Néolithique au monde mésopotamien, Paris, L’Harmattan, 2009.

2 Couliano I. P., Éros et magie à la Renaissance. 1484, Paris, Flammarion, 1984. Les informations et citations qui suivent sont extraites des pages 291 et suivantes de cet ouvrage.

3 Chaunu P., La Civilisation de l’Europe classique, Paris, Arthaud, 1966, p. 59.

4 « Perfectionner » les humains, « optimiser » la nature font partie de leurs objectifs, cependant que les nano-objets « dopent » déjà les produits courants, sans que la moindre étude de toxicité ait été conduite. La terre entière, dont les humains, est le terrain d’expérimentation de ces ingénieurs. Il semble que l’on atteigne au maximum dans la conjonction entre délire de toute-puissance et meurtre de masse – du moins, risque pris du meurtre de masse (environ 50 % des énormes crédits alloués aux recherches sur les nanotechnologies sont attribués aux recherches militaires.) Cf. Benoit Browaeys D., Le Meilleur des nanomondes, Paris, Buchet/Chastel, 2009.

5 Pour un descriptif et un historique détaillés, voir Bompard-Porte M., op. cit.

6 Freud S., Drei Abhandlungen zur sexualen Theorie, Berlin, Gesammelte Werke V, Fischer Verlag, 1905, p. 95.

7 Shelley M. W., Frankenstein ou le Prométhée moderne, trad. par Curvorst J., Paris, Le Livre de Poche, 1978, p. 58.

8 Dès le neuvième siècle avant notre ère, au plus tard, une analyse minutieuse, fine et pertinente de la dynamique du meurtre de masse et de sa répétition a été réalisée par un grand poète babylonien, Kabti-Ilâni-Marduk, fils de Dâbibu. Les assyriologues intitulent son texte le Poème d’Erra (Erra est le dieu des enfers). On en trouvera une traduction française dans Bottéro J. et Kramer S. N., Lorsque les dieux faisaient l’homme. Mythologie mésopotamienne, Paris, Gallimard, 1989, et un commentaire étendu dans Bompard-Porte M., op. cit.

9 Bien que l’on distingue en psychanalyse des régressions topique, formelle et temporelle, l’intuition indique à juste titre qu’une régression psychique consiste à revivre selon des positions psychiques de la petite enfance. La capacité des humains de régresser paraît liée aux deux autres facteurs spécifiques, la prématurité et la période de latence. Freud voit dans la régression la source de tous les troubles psychiques.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Rudolf Klein-Rogge, Alfred Abel et Brigitte Helm dans Metropolis de Fritz Lang, Universum Film, 1927.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/52892/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 229k

Autor

Professeur émérite de psychologie, université de Bretagne occidentale

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540