Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le savant dans les Lettres

 | 
Valérie Cangemi
, 
Alain Corbellari
, 
Ursula Bähler

Quatrième partie. Fantasy et érudition

Guerre à l’Histoire !

Le Livre de Cendres de Mary Gentle : où le savant affronte le « retour du Moyen Âge »

Anne Besson

Full text

  • 1 Les occurrences relèvent à ma connaissance toujours du cas d’espèce : le travail de Tolkien sur l’ (...)
  • 2 Paris, Denoël « Lunes d’Encre », trad. Patrick Marcel : A Secret History (1999), La Guerrière oubl (...)
  • 3 Sidewise Awards for Alternate History (2001), British Science Fiction Association Award (2000), en (...)
  • 4 Parue en un seul énorme volume en Angleterre (Gollancz).

1La fantasy est tout entière une fabrique d’histoires parallèles, une « histoire-fiction » si l’on veut jouer sur le modèle qu’illustre pour la science sa cousine la « science-fiction ». Cependant, les historiens occupent dans le corpus pléthorique et en expansion constante de la fantasy une place des plus limitées1. À cela, plusieurs raisons relevant de la conduite du récit comme de la logique du genre : non seulement les « mondes secondaires » proposés présentent le plus souvent un niveau de développement archaïque des sciences et des savoirs, entravant la représentation d’une discipline organisée et autonome, mais encore et plus largement, la fantasy, en tant que domaine du merveilleux, c’est-à-dire d’un surnaturel non-problématique, n’a guère d’intérêt à mettre en question sa propre construction par le biais d’une enquête historiographique interne. C’est pourtant bien ce qui se produit dans Le Livre de Cendres de l’anglaise Mary Gentle (Ash : a Secret History, nous dit bien le titre original), dont les quatre gros volumes2 constituent sur ce point une exception d’autant plus intéressante que précisément le travail de l’historien va y conduire au vacillement de l’histoire parallèle et à une vaste interrogation sur les possibles chronologiques alternatifs. Remarquable, et remarquée d’ailleurs, couronnée de nombreux prix littéraires lors de sa parution3, la tétralogie4 l’est notamment par cette intense réflexivité qui la traverse, mise en scène du chercheur aux prises avec sa matière et réflexion sur le sens de l’histoire, cette dimension métafictionnelle étant, beaucoup plus que de la fantasy, une tendance de la science-fiction, genre avec lequel Gentle fait plus que flirter.

Histoire parallèle, histoire oubliée

2Reprenons du début : Cendres (Ash en anglais, ce qui signifie également « Frêne ») est le nom de l’héroïne, une jeune guerrière de la fin du XVe siècle que ses compétences surnaturelles ont mené à la tête d’une compagnie de mercenaires, qui participe au siège de Neuss en 1476, puis aux derniers mois de la Bourgogne de Charles le Téméraire. Ce que nous lisons à son sujet nous est donné, à travers un paratexte fictif profus, étendu jusqu’aux remerciements finaux, comme la nouvelle édition scientifique de cette fameuse histoire par le professeur Pierce Radcliff, traduction de manuscrits médiévaux en latin accompagnés de leur appareil de notes. La quête par l’héroïne de son identité (de l’origine de ses pouvoirs) et l’enquête, par l’historien, sur la nature de ses sources (bientôt remises en question), se font écho : entre chaque partie de la « traduction » que le professeur fait parvenir à sa chargée d’édition Anna Longman, est en effet reproduite la correspondance, par mails, de ces deux personnages, à laquelle s’ajouteront quelques messages de l’archéologue Isobel Napier-Grant.

  • 5 Ces hypothèses ont bien donné lieu à des romans uchroniques, souvent récents : pour la postérité d (...)
  • 6 Voir le chapitre « Quelques avatars de l’advenu : excursions en uchronie » de L’Empire du pseudo, (...)

3Ces premiers éléments sont déjà dignes d’intérêt dans la perspective qui nous occupe : nous avons affaire, d’une part, à une variante sur le topos du document historique comme outil à double tranchant, caution de vraisemblance pour fiction la plus débridée, allant ici de pair avec la volonté manifeste de proposer de ce Moyen Âge une image « réaliste », c’est-à-dire violente et crasseuse ; et, d’autre part, à une « uchronie » portant sur la fin du bas Moyen Âge, période méconnue du grand public contemporain car d’ordinaire épargnée par les outrages que le genre de la fantasy a pu faire subir à l’imaginaire médiéval. L’uchronie, rappelons-le, désigne, par emprunt à « utopie » et « chronos », l’ensemble des explorations, extraordinairement nombreuses dans le corpus des littératures de l’imaginaire contemporaines dont elles constituent une tendance forte, de versions non advenues du cours des temps, embranchements à partir d’un point de divergence (« et si Alexandre le Grand n’était pas mort », « et si les Allemands avaient gagné la guerre », ou, pour une version moins martiale, « et si Jésus avait eu une sœur jumelle5 »…). Elles peuvent emprunter de fort près les méthodologies historiennes, sous la forme de « l’histoire conjecturale6 », ou bien alors céder à l’attraction sous-jacente à toute rêverie sur les possibles alternatifs en faisant une place explicite au surnaturel.

  • 7 Pour compléter l’arrière-plan intertextuel du personnage, signalons que l’œuvre de Marie de France (...)
  • 8 La Guerrière oubliée, op. cit., p. 169.
  • 9 Ibid., p. 169-170.
  • 10 Ibid., p. 16.

4Le point de départ du roman constitue une première variante uchronique sur notre état des choses ; mais celle-ci à vrai dire ne se distinguerait guère de la pratique de tout univers fictionnel, qui par nature « dévie » du réel et s’écarte d’une approche documentaire, n’était qu’on est d’emblée censés se trouver face au travail d’un historien. On entre donc dans un monde qui a gardé traces de l’existence d’une certaine Cendres, manifestement connue d’un large public qui la considère comme une néo-Jeanne d’Arc, autre personnage « réel » mais entouré d’une aura « légendaire » du même type7 – Cendres elle aussi est guidée par une voix intérieure qui lui prodigue d’excellents conseils de stratégie militaire. La directrice littéraire des presses universitaires qui restent anonymes (leur nom est chaque fois soigneusement noirci), Anna Longman, garde « de très bons souvenirs d’avoir “fait” Cendres à l’école8 », et considère la publication prévue comme « l’une des meilleures idées et des plus commerciales qui me soient passées entre les mains depuis longtemps9 ». À ce détail près, le reste du monde de référence représenté correspond au nôtre – mais il est sur le point d’être bouleversé, Ratcliff annonçant d’emblée, avant d’être dépassé par ce qu’il met à jour, une découverte qui va entraîner « une importante révision de notre conception de l’histoire de l’Europe du Nord10 ».

  • 11 L’auteur a ainsi décrit le procédé : « One of the problems with writing any form of alternate hist (...)
  • 12 Particulièrement exploité dans la nouvelle « Tlön, Uqbar, Orbis Tertius » in Fictions, Borges J. L (...)

5Les notes de bas de page dans le texte principal viennent opportunément nous indiquer ces altérations, qui forment comme une seconde strate uchronique (une uchronie « au second degré »), selon un procédé visant à pallier le flou des connaissances du lectorat moyen concernant la Bourgogne et l’état du monde à la fin du XVe siècle11. Les modifications en effet commencent par être presque imperceptibles – une année de plus dans la datation de Neuss, des traces d’une religion divergente (mention d’un « Christ vert », miracles apparemment notoires), puis elles se font de plus en plus massives – avec en particulier l’existence en Afrique du Nord, à Carthage, d’une colonie wisigothe se lançant à la conquête de l’Europe en s’appuyant sur une technologie si avancée qu’elle en paraît magique. Ratcliff commence d’ailleurs par considérer les mentions de golems messagers et de charrois blindés comme des accrétions mythiques, mais bientôt, selon le concept borgésien de l’apparition d’artefacts émanant du monde imaginaire12, la texture de la réalité connue se troue, des choses s’en échappent, d’autres y entrent – une expédition archéologique retrouve justement des automates de pierre enfouis, puis toute une ville engloutie, tandis que pendant ce temps, des sources manuscrites disparaissent…

  • 13 Et donc après la publication originale du livre de Gentle.
  • 14 La Guerrière oubliée, op. cit., p. 7.

6Le jeu sur le topos du manuscrit perdu et retrouvé, au carré lui aussi (au moins), constitue en effet une des formes que prend la grande problématique de « l’histoire perdue » dans le vaste roman. Dès avant la page de titre, un « Avertissement au lecteur » nous donne le livre tout entier comme un « fac-similé […] directement tiré d’un exemplaire survivant de […] Cendres, l’Histoire oubliée de la Bourgogne, par Pierce Ratcliff (publié et pilonné en 200113) » ; il est complété par un « extrait du Mensuel du forum des collectionneurs14 », description pour bibliophiles de cet ouvrage extrêmement rare, puisque rappelé et soigneusement détruit juste avant sa publication. On va donc assister à l’élaboration d’un texte qui ne paraîtra pas, premier « texte retrouvé » englobant l’ensemble de l’œuvre.

  • 15 Ibid., p. 14.
  • 16 La Puissance de Carthage, op. cit., p. 266.

7Le premier extrait de la correspondance nous explique que le projet scientifique du médiéviste constitue la troisième compilation des documents « Cendres », après une première édition victorienne et une seconde dans les années 1930. Ratcliff a entrepris ce travail suite à la découverte, dans un coffre allemand du XVIe siècle conservé dans une collection privée avant d’être remis au National Trust et ouvert, d’un nouveau manuscrit « ignoré de tous depuis le XVe siècle », le Fraxinus (« Frêne », en latin cette fois)15 – deuxième « manuscrit trouvé », interne au premier, suivi, dans un effet de démultiplication appuyé, d’un troisième (on retrouve le texte complet de la deuxième édition de Cendres, par Vaughan Davies, érudit des années 1930 lui aussi disparu, alors que son introduction était tronquée dans toutes les versions disponibles jusqu’alors16), puis d’un quatrième, la suite du Fraxinus, déniché par Anna elle-même dans la demeure familiale des Davies au cours du volume 3 : les documents exhumés s’empilent et jouent ainsi à miner leur propre effet de vraisemblance.

  • 17 Après avoir arrêté ses études à l’âge de 16 ans, et publié son premier roman à 19, elle reprend le (...)
  • 18 Par exemple le relevé bibliographique des sources, La Guerrière oubliée, op. cit., p. 392-394.

8De façon symétrique, la discussion par mail sur le thème « que conserve-t-on de l’histoire, qu’est-ce qui permet d’écrire l’histoire en tant qu’histoire ? » est encore alimentée par la mystérieuse disparition des sources évoquée plus haut : en un cauchemar d’universitaire devenu réalité, les références de Ratcliff, consultées quelques mois plus tôt, ne figurent plus dans les catalogues des bibliothèques – certains documents sont retrouvés, mais ils ont quitté le classement des textes historiques pour rejoindre les rayonnages « fiction »… La présentation de la méthodologie historiographique, par une romancière qui, selon ses propres termes, « collectionne les diplômes universitaires17 », n’est pas totalement farfelue18, et s’ajoute au contenu de la vie de Cendres elle-même pour un résultat qu’il faut bien qualifier de « réaliste ». On nous annonce une traduction modernisée, mais conforme au niveau du langage, assez ordurier, des soudards du temps, et le texte frappe surtout par sa précision documentaire sur les questions de stratégie militaire, d’organisation des troupes, d’armement (la moindre pièce d’armure est amoureusement décrite), et sa volonté de rendu d’un quotidien âpre, démystifiant tout prestige d’une médiévalité fantasmée.

Histoire retrouvée, histoire recréée

  • 19 « Ash isn’t an alternate history, but a story about the nature of alternate histories, and history (...)
  • 20 Les Machines sauvages, op. cit., p. 376.

9Un tel travail de brouillage, assez fin, entre des procédures qui relèvent de la vraisemblabilisation et des techniques inverses d’affichage de fictionnalité est déjà en lui-même assez inhabituel en fantasy. Mais en outre le long roman, décidément ambitieux, dont Mary Gentle affirme qu’il ne s’agit « pas d’une histoire alternative, mais d’un récit sur la nature des histoires alternatives, et de l’histoire elle-même19 » va plus loin en orchestrant littéralement le « retour » d’une histoire oubliée, et en donnant à lire, dans la correspondance intercalaire, la lutte du rationnel et du fictionnel, du scientifique et de l’impossible, du réel et du potentiel. La réflexion sur la façon dont s’écrit l’histoire devient in fine rêverie sur la façon dont se crée l’histoire, à la faveur d’une intersection des genres de la fantasy et de la science-fiction, où l’évolutionnisme génétique et la physique quantique viennent justifier magie et miracle. L’intrigue est si longue et complexe que tout résumé n’en restitue qu’une faible approximation : disons que le Moyen Âge alternatif baigné de surnaturel qui fait du roman un texte de fantasy s’impose peu à peu comme un passé concurrent, une réalité qui fut effacée et remplacée par la nôtre, afin de prémunir le genre humain contre des capacités magiques pouvant conduire à une instabilité fatale. Dans ce temps-là, la capacité à faire des miracles existe : elle consiste, pour reprendre le vocabulaire scientifique qui s’impose dans le tome 4, à faire s’effondrer de manière consciente et dans un sens donné le front de vague quantique qui à tout moment réoriente le réel. Si on la laisse s’étendre à trop d’individus, le risque est grand qu’il n’y ait tout simplement plus de réalité commune. Les archéologues sont rejoints sur leurs fouilles tunisiennes par des spécialistes de physique théorique qui cherchent à rendre compte du retour impossible d’artefacts de la première histoire, quand des êtres se mettent à « revenir » à leur tour : Vaughan Davies, disparu en 1940 et soudain éveillé de 60 ans de coma amnésique20 ; Cendres elle-même enfin et les survivants de sa compagnie, sous un nouvel avatar de section militaire internationale de l’ONU, dans une postface où le biographe et traducteur rencontre son héroïne plus de 500 ans après sa première phase d’existence, scène emblématique s’il en est de la « présence » de l’histoire passée.

10L’exploitation du personnage de Ratcliff en fait un historien-enquêteur somme toute assez classique, héros d’une variation sur le roman de l’érudit dont le suspense, palpitant, ne tient longtemps qu’à une échéance de parution (avant de trouver tardivement son enjeu, le devenir d’un monde parallèle dans un passé qui fut peut-être le nôtre, puis la stabilité et la pérennité de notre propre réalité). En revanche, la façon dont Gentle retravaille les motifs caractéristiques du rapport à l’histoire dans les imaginaires contemporains apparait tout à fait originale, et son message salutaire dans ce contexte.

Variations sur l’imaginaire historique contemporain

  • 21 Pour une introduction à cette hypothèse sur la mesure quantique, [http://www.physique-quantique.wi (...)

11L’image de la Bourgogne, royaume magnifique comme disparu de l’histoire après une fin extraordinairement rapide et brutale, et de ce qu’elle aurait pu être, concentre en effet trois grands topoï des littératures de l’imaginaire dans leurs représentations actuelles de l’histoire : le vertige devant l’infinité des possibles non advenus, l’existence d’une histoire « secrète » recouverte par les savoirs officiels, et la nostalgie d’une enfance dorée du monde, d’essence médiévale. Le premier motif, le « what if », est en vérité à la source de l’attrait fictionnel lui-même, mais il constitue le moteur explicite, et un thème surexploité, en science-fiction de manière générale, et notamment dans la science-fiction qu’on peut dire « post-quantique », celle qui essaie de proposer une traduction du principe d’incertitude. Le modèle d’Everett sur la réalité physique des mondes parallèles pour chaque embranchement du possible, si séduisant pour les créateurs d’univers fictionnels21, appartient désormais à une vulgate que reprend Gentle. La seconde idée, selon laquelle existe une histoire effacée, souterraine, qu’il s’agit de mettre à jour, de reconstituer et de dévoiler, est quant à elle typique des thrillers ésotériques à la Da Vinci Code ; dans les limbes confuses où s’interpénètrent sur Internet réalité et fantasmes, elle abreuve les théories conspirationnistes et les révisionnismes. L’âge d’or disparu, violent mais fervent, boueux mais héroïque, constitue enfin une vision matricielle pour les chronologies du genre fantasy.

  • 22 Le principe selon lequel chacun est appelé à écrire sa propre histoire (voire sa « légende personn (...)

12Ces grands imaginaires du cours des temps, omniprésents dans les genres populaires à succès, reflètent et prolongent des évolutions qui sont celles des mentalités contemporaines quant à la conception du passé – en témoignent, outre l’explosion de l’offre de fantasy, l’intérêt pour les uchronies et plus largement la profonde complexité des procédures d’authentification des sources disponibles sur Internet, en passe de modifier les protocoles de l’érudition dans des mesures qui restent à évaluer. Cette tendance forte présente aussi un versant positif, sous la forme d’une réelle démocratisation de la volonté d’érudition – chacun veut se faire « sa propre idée », et cherche donc en savoir plus… Il est en tout état de cause indéniable que ces grandes images travaillent dans le même sens, en faveur d’une porosité accrue entre les émanations du désir, de la croyance – les fictions, et l’avéré, l’attesté – l’historique. Elles tendent à une fragilisation de nos certitudes quant à ce qui peut être considéré comme vrai ou comme réel : sur Internet comme dans les littératures de l’imaginaire, qui y trouvent de quoi alimenter leur démarche, circule de façon généralisée le vieux concept de la philosophie idéaliste selon lequel la réalité n’est que le fruit d’un consensus – parce que ou si bien que, cause et conséquence s’auto-entretenant, ce consensus précisément s’effrite, au profit de l’émergence volontariste de créations de réalités personnelles22.

13Le Livre de Cendres se présente tout à la fois comme une illustration particulièrement frappante du trouble relativiste (à quoi tient l’histoire telle que nous la connaissons, telle que nous la racontons ?), et cependant aussi comme un vibrant appel à la préservation du réel menacé par une potentielle « guerre des histoires ». L’« âge d’or » que nous présente Gentle ne l’était pas tant que ça pour ceux qui le vivaient et qui ont choisi volontairement de l’effacer ; il n’a d’ailleurs pas totalement disparu, mais persiste justement sous la forme d’un mythe partagé et stabilisateur :

  • 23 La Dispersion des ténèbres, op. cit., p. 592-593.

La Bourgogne est toujours là. Elle est présente dans notre esprit collectif, et dans notre inconscient, sous forme d’un pays perdu, et doré. Mais en même temps, elle existe de façon tout à fait authentique, scientifiquement vérifiable, à un autre niveau de la réalité […] rien d’étonnant si une partie des éléments de la première histoire n’a pas été expurgée, […] les objets dev[enant] légendaires, mythiques, fictifs23,

14ou plus loin,

  • 24 Ibid., p. 593.

Oui, professeur Ratcliff, la Bourgogne a toujours “été là”. Prisonnière d’un éternel moment doré, et agissant comme un guide, un régulateur ou un répresseur, si vous voulez bien me pardonner cette image mécanique. Elle filtre la réalité dans l’esprit collectif. Elle nous a gardé réels24.

  • 25 Ibid., p. 604.

15L’historien la rêve alors sous des formes qui parlent au cœur de l’amateur de fantasy, comme « une cour sans fin, un tournoi sans fin, une chasse. Peut-être la guerre, dans la forêt sauvage. Une guerre comme métaphore vivante, pour défaire les improbabilités qui attaquent par l’extérieur25 » et tentent de défaire la trame de la réalité commune.

  • 26 Ibid., p. 632.

16La dernière phrase de ce gros livre qui a ressuscité Carthage est « Non delenda est Carthago. Il ne faut pas détruire Carthage26 ». Autrement dit, l’histoire y est bien changée, la devise latine de nos souvenirs scolaires inversée : on est face à un roman non-mimétique ; mais l’histoire est changée pour être préservée. « Il ne faut pas détruire » le passé, l’histoire et ses rémanences mythiques ; ils stabilisent le réel, ils sont l’ancrage qui distingue le vécu de la fiction… telle est la leçon de cette fiction historique, décidément retorse !

Notes

1 Les occurrences relèvent à ma connaissance toujours du cas d’espèce : le travail de Tolkien sur l’histoire de ses sources fictives est par exemple exceptionnel dans sa tentative de prendre en compte jusqu’aux modalités de transmission du savoir fictionnel sur la Terre du Milieu (voir l’article de Garnier P., « Les traditions textuelles des Jours anciens », La Feuille de la Compagnie no 2, Devaux M. (dir.), Genève, Ad Solem, 2003, p. 283-311) ; beaucoup plus anecdotique, le personnage du soporifique professeur d’« Histoire de la magie » dans le cycle des Harry Potter de J. K. Rowling, est quant à lui appelé par le modèle du cursus scolaire, mais très peu exploité. Les libraires et bibliothécaires, en tant que conservateurs d’un savoir livresque dont tout romancier ne peut que souhaiter voir reconnue l’importance, se taillent un rôle plus notable : le bouquiniste Koreander se révèle passeur vers les pays magiques de l’imagination dans L’Histoire sans fin de Michael Ende (1979) tandis que plus récemment, les « infâmes bibliothécaires » (« the Evil Librarians »), ennemis du jeune Alcatraz dans le cycle du même nom de Brandon Sanderson (2007-…), tirent leur pouvoir maléfique de la manipulation des connaissances, maintenant notre monde, le « Chutland » dans l’ignorance d’une « réalité » défendue par les Royaumes Libres. Les « Chevaliers-Bibliothécaires », hiératiques héros du cycle du « Savoir Dangereux » de Hacek n’ont quant à eux pas donné lieu à des récits réels : l’œuvre apparait en effet dans le cadre d’un roman de science-fiction, Rainbows End de Vernor Vinge, en tant qu’univers fictionnel aux millions de fans !

2 Paris, Denoël « Lunes d’Encre », trad. Patrick Marcel : A Secret History (1999), La Guerrière oubliée, 2004 ; Carthage Ascendant (1999), La Puissance de Carthage (2004) ; The Wild Machines (1999), Les Machines sauvages (2004) ; Lost Burgundy (2000), La Dispersion des ténèbres (2005).

3 Sidewise Awards for Alternate History (2001), British Science Fiction Association Award (2000), en France Prix Bob Morane et Prix Julia Verlanger (2005).

4 Parue en un seul énorme volume en Angleterre (Gollancz).

5 Ces hypothèses ont bien donné lieu à des romans uchroniques, souvent récents : pour la postérité d’Alexandre, voir par exemple Mauméjean X., La Reine des Lumières, Paris, Flammarion coll. « Ukronie », 2009, et Negrete J., Alexandre le Grand et les Aigles de Rome, Nantes, L’Atalante, 2009 ; pour la victoire nazie, Dick Ph. K., Le Maître du Haut-Château (1962) ou Fatherland de Robert Harris (1992) ; pour la sœur du Christ, le monde où prend place le cycle « Reine de Mémoire » d’Elisabeth Vonarburg (5 vol. , Québec, Alire, 2005-2007).

6 Voir le chapitre « Quelques avatars de l’advenu : excursions en uchronie » de L’Empire du pseudo, Modernités de la science-fiction (Saint-Gelais R., Québec, Nota Bene, 1999, p. 43-88).

7 Pour compléter l’arrière-plan intertextuel du personnage, signalons que l’œuvre de Marie de France, dont le fameux « lai du frêne » est traduit « Lay of the Ash-Tree », est très populaire dans les pays anglophones, au point que Marie de France figure une autre d e ces « héroïnes » historiques prisées par les gender studies.

8 La Guerrière oubliée, op. cit., p. 169.

9 Ibid., p. 169-170.

10 Ibid., p. 16.

11 L’auteur a ainsi décrit le procédé : « One of the problems with writing any form of alternate history is that you need your audience to know where it becomes alternate, which means they need to know some of the history as it really happened – which, in the case of medieval Burgundy, I could be pretty sure my readers wouldn’t. With Pierce’s footnotes, I can explain (without seeming to) exactly where the alternate history differs… » ; « Une des difficultés qu’on rencontre quand on écrit une histoire parallèle, c’est que le public doit savoir quand elle se met à diverger, autrement dit, il doit connaitre suffisamment de l’histoire telle qu’elle s’est réellement produite ; et, en ce qui concerne la Bourgogne médiévale, j’étais à peu près assurée que ça ne serait pas le cas de mes lecteurs. Avec les notes de bas de page de Pierce, j’avais un moyen d’expliquer, sans en avoir l’air, à quel moment exact l’histoire parallèle divergeait » (interview avec Rodger Turner, juillet 2010, pour « SFsite » : [http://www.sfsite.com/10b/mg91.htm] page consultée le 16/02/11 ; traduction personnelle).

12 Particulièrement exploité dans la nouvelle « Tlön, Uqbar, Orbis Tertius » in Fictions, Borges J. L. (1956-1960), trad. Verdevoye P., Ibarra et Caillois R., Paris, Gallimard, « Folio no 614 ».

13 Et donc après la publication originale du livre de Gentle.

14 La Guerrière oubliée, op. cit., p. 7.

15 Ibid., p. 14.

16 La Puissance de Carthage, op. cit., p. 266.

17 Après avoir arrêté ses études à l’âge de 16 ans, et publié son premier roman à 19, elle reprend le chemin de l’université à partir de 1982, par intérêt personnel et professionnel. Elle obtient notamment un « MA » (Master) en Études du XVIIe siècle et un autre en « War Studies », discipline à l’intersection de l’histoire et de la philosophie, dont est d’ailleurs spécialiste son héros, Pierce Ratcliff.

18 Par exemple le relevé bibliographique des sources, La Guerrière oubliée, op. cit., p. 392-394.

19 « Ash isn’t an alternate history, but a story about the nature of alternate histories, and history itself. » (Interview citée, traduction personnelle.)

20 Les Machines sauvages, op. cit., p. 376.

21 Pour une introduction à cette hypothèse sur la mesure quantique, [http://www.physique-quantique.wikibis.com/theorie_d_everett.php] (page consultée le 16/02/11).

22 Le principe selon lequel chacun est appelé à écrire sa propre histoire (voire sa « légende personnelle »), comme à mettre en scène son identité, découle très naturellement du mélange d’appropriation interactive et d’exposition de soi que génèrent les nouvelles pratiques médiatico-sociales.

23 La Dispersion des ténèbres, op. cit., p. 592-593.

24 Ibid., p. 593.

25 Ibid., p. 604.

26 Ibid., p. 632.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540