Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le savant dans les Lettres

 | 
Valérie Cangemi
, 
Alain Corbellari
, 
Ursula Bähler

Troisième partie. La fibre médiéviste des écrivains français

L’alchimie du savoir dans Notre-Dame de Paris : quelques exemples de dérives spectaculaires

Caroline Cazanave

Full text

  • 1 Hugo V., Notre-Dame de Paris, introductions, notes et chronologie par Seebacher J. et « Notre-Dame (...)

1Le 16 mars 1831 Notre-Dame de Paris 1482 paraît chez Gosselin (sans nom d’auteur sur la couverture). Les nouveaux tirages s’additionnent vite. Passée chez Renduel, la huitième édition, qui comporte enfin les chapitres faussement « retrouvés », permet d’accéder à la version intégrale, signée et définitive de la vaste fresque (en décembre 1832). Avant d’obtenir pareille reconnaissance de la valeur de son roman, Hugo n’avait pas plaint sa peine. Prélever quantité de détails historiques dans des ouvrages savants lui avait permis de bien et doctement « médiévaliser ». Mais cet aspect zélé n’explique pas toute la réussite. Sur ces acquisitions, souvent de fraîche date, ajoutées à sa culture personnelle, l’homme qui tenait la plume n’avait pas résisté à l’envie de se livrer à un grand jeu moins visible, celui de la déviation ironiquement réfléchie, et surtout pas innocente. Si recopier aidait, déformer ou fabriquer des montages anachroniques était encore plus attrayant : une bonne partie du plaisir pris dans le passage à l’acte d’appropriation seconde résidait dans le réemploi ludique, a priori indécelable, de matériaux citationnels restant hors de portée du commun des mortels ; une autre dans le glissement de sous-entendus ou clins d’œil sollicitant la participation active des destinataires, obligés de réveiller leurs propres connaissances pour saisir la drôlerie glissée dans l’enveloppe des allusions multiples. Ce qui n’interdisait pas le moins du monde, à tout le reste des récupérations remaniées, d’aller nourrir les profonds discours du penseur qui exposait, en se servant de témoignages exacts renvoyant à un Moyen Âge bien ciblé – mais parfois plus lâchement défini que les années débouchant sur la mort de Louis XI –, une vraie réflexion politique et philosophique sur l’évolution de la société. En France plusieurs progrès restaient à installer. La Révolution moderne, qui avait interféré dans l’écriture de la création littéraire et y avait laissé ses marques, était en marche. En supplantant le rôle tenu par le livre de pierre, le livre de papier allait changer le monde. Car, grâce à la presse, la pensée humaine « s’éparpille aux quatre vents, et occupe à la fois tous les points de l’air et de l’espace1 », et les classes populaires profitent en priorité de cette avancée progressiste. Au bout de l’intrigue, la vision romantique fait régner la tristesse, mais le pessimisme des tableaux conclusifs n’est pas absolu. Le squelette de Quasimodo tient singulièrement embrassé celui d’Esmeralda : tout est perdu, sauf le sens de l’humour et l’appréciation tangible de la relativité du bonheur car le mariage du bossu avec sa bien-aimée est plus réussi que celui de Phœbus de Châteaupers, pour lequel l’abandon du célibat entraîne une fin de vie bien pire.

  • 2 Huguet E., « Quelques sources de Notre-Dame de Paris », Revue d’Histoire littéraire de la France, (...)
  • 3 Huard G., « Notre-Dame de Paris et les antiquaires de Normandie », RHLF, LIII, 1953, p. 319-344.
  • 4 Bach M., « Le vieux Paris dans Notre-Dame : sources et ressources de Victor Hugo », Publications o (...)
  • 5 Notre-Dame de Paris 1482, préface de Chevalier L., éd. établie et annotée par Silvestre De Sacy S. (...)
  • 6 Notre-Dame de Paris 1482, éd. Seebacher J., Paris, NRF-Gallimard, 1975, Bibliothèque de La Pléiade (...)

2À partir du début du XXe siècle, les « sources et ressources de Victor Hugo » mises en place dans le cadre de cette aventure livresque, très étayée par de forts supports de documentation, ont formé un domaine d’études bien déblayé. Edmond Huguet2, Georges Huard3, Max Bach4 (à qui nous venons d’emprunter sa formule), Louis Chevalier5 et Jacques Seebacher6 – pour ne citer que quelques noms –, ont parfaitement commenté ce qu’il faut retenir des emprunts pratiqués par le romancier. Derrière ces approches fondamentales, après avoir brièvement rappelé quelques types de détournement et de démarquage dont Hugo était capable, je souhaite examiner l’ensemble des ramifications qui diffusent l’image du savoir dans l’ensemble du narré. Quelles manœuvres ont été établies par l’auteur pour que la soif d’apprendre soit non seulement bien représentée mais parodiquement illustrée ? À quel avenir cette peinture du temps de Louis XI était-elle promise ? Après 1832 qu’a bien pu devenir le grand fonds d’érudition que charriait avec lui la prose historique ? Le grand romancier a-t-il su tailler lui-même dans le vif de sa création pour la rendre plus légère ? De la réputation acquise dans la première mouvance, on est aujourd’hui passé à un très riche, voire très confus héritage. En multipliant les résurgences de Notre-Dame de Paris et les belles infidèles, qu’a bien pu retenir l’espace artistique contemporain de l’attitude hugolienne confrontée au problème de la conservation ?

Hugo le savant : prendre pour développer, donner du sens, faire rire ou trembler

  • 7 Cf. les appréciations critiques de l’époque vantant la « science » déployée dans NDP : « monumenta (...)
  • 8 Cf. le sévère jugement porté par Mme Gosselin sur le manuscrit. Il en sera question plus loin.
  • 9 Seebacher J., NDP-Pléiade, p. 1066.

3L’exactitude que V. Hugo avait souhaité atteindre dans son travail, soupesée avec grandiloquence autant par ceux qui avaient apprécié que discrédité la « science monumentale » du livre qu’ils avaient lu7 ou auraient préféré n’avoir jamais à lire8, a fortement impressionné les premiers découvreurs de NDP. La narration indique d’ailleurs volontiers les autorités qu’elle fréquente, les documents, fiables et de poids, qui contribuent à la solidité de ses descriptions et l’aident à animer les discours que les êtres de sa fiction échangent entre eux (partant souvent de citations attestées, les discours intra- ou extradiégétiques tenus acquièrent, c’est un fait, une qualité de vraisemblance non négligeable). Avec une très grande fréquence, explicite ou décelable, Sauval, Du Breul, Jehan de Troyes, Commynes, Pierre Mathieu, Collin de Plancy tiennent compagnie au maître de l’intrigue. Certains documents du xve, ou d’un cercle plus approximatif, ont servi de banque de données quand il s’agissait de trouver des noms de personnages adaptés au contexte. Les grandes scènes qu’animent des personnalités historiques reprennent des décors et des comportements que des témoins non suspectés de fabuler avaient décrits. De multiples détails se rapportant au mode de vie produisent un ensemble d’« effets de réel ». Parce que le romancier est allé puiser à bonne source, les tableaux qu’il sait dresser prennent sans difficulté, ou presque, l’apparence de l’authenticité. La mimésis profite d’appuis savants dont l’imagination tire un excellent parti. Comme le rappelait avec sagesse J Seebacher : « À lire les passages que [V. Hugo] a froidement empruntés à ses auteurs, on pourrait, non sans justification, conclure qu’il n’y a pas une ligne sur deux du roman qui soit authentiquement de lui. » Mais le même commentateur admiratif s’empressait d’ajouter : « La microscopie du texte montre au contraire qu’il n’y a guère de ligne qu’il n’ait transformée, mais de manière infime9. » Et parfois de manière intentionnellement drolatique.

  • 10 Huguet E., art. cit., 1901, p. 434.
  • 11 NDP, II, 6, p. 269.
  • 12 NDP, VII, 6, p. 417.
  • 13 NDP, X, 3, p. 555. « Sur la porte, il y avait en guise d’enseigne un merveilleux barbouillage repr (...)

4Prenons quelques exemples déjà connus, mais précis. Certains correspondent à de simples reprises destinées à abonder dans le sens de la plaisanterie. Concernant Coictier, c’est la Biographie universelle des frères Michaud10 qui permet à Hugo de reproduire un calembour primaire cent pour cent véridique. Comme le dit la devise qui accompagne, dans la rue Saint-André-des-Arcs, la sculpture placée sur la porte de sa maison, Co(ic)tier loge « À L’ABRI-COTIER11 ». La Vieille-Science, cabaret signalé par une vieille qui scie une anse, est dédaigné par Phœbus (le vin étant meilleur à la Pomme d’Ève12). Des enseignes commerciales, Sauval dénonçait le ridicule, venu de « mauvais Rebus ». Dans un aperçu de la Cour des Miracles son disciple ne fait pas autant la fine bouche puisque, puisant dans le même grand bêtisier, l’aménageur récidive en insistant sur l’existence d’un « calembourg » dont il signale la présence quand aucun de ses lecteurs – ni de son temps, ni du nôtre – ne serait capable de le décrypter à moins qu’une explication phonétique efficace établissant à quoi ressemblait la prononciation orale d’alors ne lui soit fournie en note13.

  • 14 Huguet E., art. cit., p. 50.
  • 15 NDP, II, 6, p. 174.

5Un nom historique peut être soumis à un détournement dont les motivations lexicale et sémantique restent claires. « Charmolue » dénomme à ravir qui fait appliquer la torture. Dans les Comptes de la Prévôté figurait un Gilles Lecornu, « Notaire et secrétaire du Roi et Changeur de son Trésor14 » ; son avatar ironique devient un gros pelletier-fourreur venu assister à la moralité donnée au Palais de Justice de manière à ce que les écoliers parisiens puissent chahuter en latin sur l’emblème de vrai cocu que son « malencontreux nom » lui fait porter. Un document cité par Sauval (I, 584) offrait de quoi désigner de nombreuses religieuses professes du couvent des Filles-Pénitentes (il s’agissait en fin de liste de Michelle Genaille, Claude Ronge-oreille, Mathurine Girorou et Hélène le Verdier). Pour suivre la vraie logique de son sobriquet (au moins apparent), la madame Claude du quatuor terminal, dite Ronge-oreille, deviendra la spécialiste du suçon mordillant dans le milieu le plus propre à l’exercice de sa spécialité, c’est-à-dire celui des ribaudes et des femelles de l’épisode de « La cruche cassée15 ».

  • 16 NDP, I, 1, p. 76-77.

6Retenir une parcelle de texte prélevée dans une copie d’archive, si brève soit-elle, rien que pour exploiter un calembour niais, c’est clairement faire briller la lumière de la vulgarisation sur le support érudit. De la rue Thibautodé, près de Saint-Germain l’Auxerrois, naît de manière fantaisiste le nom du Recteur de l’Université, glosé deux fois en latin (Tybalde ad aleator, Tybalde ad dados) et surgit l’image d’un joueur de dés, dont la figure ne peut être que caduque, plombée et la démarche incertaine. Quolibet il y a, émis par toute la bande « avec une voix de tonnerre et des battements de main furieux16 ». Car le latin macaronique secondaire est un code linguistique qui au XIXe siècle ne rebutait pas a priori. Néanmoins la péroraison de maître Charmolue prononce la sentence s’abattant sur Esmeralda dans une « bassa latinitas ! » qui fait soupirer un Gringoire autant navré de la rigueur du châtiment que de la lourdeur stylistique des articulations de l’impitoyable énoncé.

  • 17 Pour toute la partie biographique des années de formation, cf. Hovasse J.-M., Victor Hugo, t. I. A (...)
  • 18 NDP, II, 3, p. 141-42 « Tout cela dans la dissimulation, et dans l’ordre inverse de Sauval », comm (...)
  • 19 Les marqueurs de culture classique abondent.
  • 20 La double étiquette nominale et l’orientation littéraire du prototype historique ont servi de trem (...)

7À la verve des envolées potachiques s’adjoignent une foule de citations, latines ou grecques, qui prouvent que les études classiques suivies par Hugo et très laborieusement développées par lui, à un stade d’exercices volontaires, ont été positives et formatrices17. La procession du pape des fous est un « dénombrement à fatiguer Homère », que la longue revue qui se coule dans le catalogue des vaisseaux du chant II de l’Iliade conduit à bon port18, Sauval (I, 514) fournissant le richissime fonds lexical égrené « à l’épique », c’est-à-dire sans garder le sens de la mesure (fouillis et bariolage lexical cocasse, la plupart des termes demeurant incompréhensibles au commun des lecteurs). Le maître de la fiction veut éblouir ; il ne s’attend pas forcément à être suivi dans toutes les résurgences de son savoir ou de ses appropriations momentanées19. Ce que l’auteur domine bien s’infiltre un peu partout et tend à s’imposer (l’apprentissage général des belles lettres se manifeste plus ouvertement que la connaissance effective de ce à quoi ressemblait l’œuvre de Pierre Gringore dans le premier quart du XVIe siècle20). Poétiser, établir des lieux de cumul de savoir… donner à imaginer, dramatiser, glisser des anachronismes, faire sourire, tout est là et mélangé.

  • 21 « Une cagoule noire lui tombait jusqu’aux pieds », NDP, VIII, 4, p. 462.
  • 22 La « carapoue » de l’homme à la lanterne dont il est question par exemple dans NDP, XI, 1, p. 633 (...)
  • 23 Cf. la cellule pratiquée « parmi les nids de corbeaux, par l’évêque de Besançon » (IV, 5, p. 262) (...)
  • 24 Au lieu d’écrire une « voûte toute déchiquetée de sculptures », Hugo aurait mieux fait d’employer (...)

8En lexicologue passionné Hugo aime utiliser le sens rare d’un terme banal, dire « cagoule » pour désigner une soutane21, réveiller un mot latin (« caffardum ») pour coiffer un capuchon de mystère, risquer un mot français (« carapoue ») incompréhensible hors contexte pour approfondir l’effet terrible du couvre-chef qui dissimule les traits de l’homme noir22. Mais, quand l’acquis culturel est frais, ce pédantisme relève aussi de la posture, du faux-semblant et de la théâtralisation. Le narrateur varie ses approches, crée des contrastes en intégrant des citations davantage à la portée du lecteur commun, et qui mixent les apports de plusieurs strates du passé et de l’histoire littéraire pour enrichir le présent de son récit. Enfin quelques clins d’œil de son cru, lancés dans un esprit de pure facétie, sont trop personnels ou personnalisés pour rester honnêtes23. D’ailleurs si la grande majorité des effets de culture à répétition est admirable, l’observateur attentif n’a pas à se laisser intimider en permanence, puisque quelques fausses manœuvres dans la manipulation de la langue médiévale, supposément dominée, dévoilent que l’acquisition des humanités reste perfectible24. Plusieurs utilisations documentaires créent des impressions de surface. Il n’est pas toujours aisé de départager le terrain sérieux et la volonté ludique qui jette sur lui un autre aspect. Bien des énoncés possèdent des « doubles fonds », tendent des pièges, et cette ambiguïté primordiale renforce ou inversement décourage l’intérêt porté à l’avancée de la diégèse.

  • 25 Hovasse J.-M., op. cit., t. I, p. 497 et p. 1197, n. c. 92 pour la référence de cette citation, VH (...)
  • 26 Les humanités de Mme Gosselin accusaient-elles quelques lacunes du côté du latin et du grec ? Une (...)

9Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie rapporte que Mme Gosselin, « personne agréable et lettrée qui traduisait les romans de Walter Scott [a] trouv[é] l’ouvrage d’un ennui mortel25 ». Le jugement de la femme du premier éditeur de Notre-Dame de Paris a probablement été influencé par des raisons extérieures (contexte commercial, historique de la genèse mouvementée de la rédaction de toutes ces pages). Reste que, confrontée aux saillies médiévales, antiquisantes et modernes dont Hugo agrémentait son tableau d’époque, production en rapport de divergence avec l’art et la matière historiques qu’en tant que traductrice cette experte rencontrait chez Scott, la lectrice pionnière a visiblement refusé de s’amuser avec la narration qu’elle découvrait et devait évaluer26.

Distribution personnalisée des degrés de connaissance dans le roman de NDP

10Au bas de la graduation de l’échelle des savoirs, et à un niveau qui n’est pas nul, se rencontre Djali, la mignonne chèvre, fort instruite pour l’espèce qu’elle incarne. Cet animal domine l’art de compter et fait des numéros d’imitation. De sa patte dorée, l’accompagnatrice de l’Égyptienne est aussi capable de disposer sans hésitation les lettres d’un alphabet en bois pour composer le nom de Phœbus (en quoi la démonstratrice du talent des caprinés pour l’écriture apparaît doublement savante, puisque l’apport de la mythologie antique passe aussi par elle).

11La seule écriture qu’on voit pratiquer à la Esmeralda, sous l’effet de la passion, correspond à tracer sur un banc, du bout du doigt, quelques lignes incohérentes en présence du galant capitaine auquel la jeune femme fera bientôt l’aveu de son amour. Cette « ignorante de tout, et enthousiaste de tout » (VII, 2, p. 382), sait danser, chanter en espagnol aussi bien qu’en français, mais le fonds de culture de la maîtresse d’école de Djali n’est pas précisé. La fille d’Egypte vit dans un milieu dur, celui de la Cour des Miracles, qui aurait dû l’aguerrir et la préparer aux réalités de la sexualité et du désir masculin (l’héroïne a seize ans au temps fort de l’histoire). Enfermée dans le carcan du rôle de la victime – héritage des romans gothiques –, la Esmeralda est d’une naïveté pendable, au sens propre, à l’égard de Phœbus, un joli cœur qu’elle est très incapable de percer à jour. Sa façon de réagir en face du mauvais prêtre instaure le retrait, l’absence de discussion. Aucun dialogue n’est entamé par la persécutée pour tenter de remettre à sa place l’homme au grand front chauve, bien que fuir ne soit pas une solution. Après la compassion passagère qu’elle éprouve pour Quasimodo sur le pilori, la Esmeralda n’arrive pas à prendre sur elle d’accepter la laideur du bossu, donc elle refuse de cruelle façon d’accueillir avec générosité et intelligence la portée du message symbolique que son gardien lui fait ensuite passer. À la fin de l’intrigue, entendant la voix de l’homme qu’elle aime, la malheureuse signale sa présence, une réaction incontrôlée qui la perd. Au total, la fausse Bohémienne recoupe un type féminin assez répandu, et supposé éternel, celui de la ravissante idiote.

  • 27 NDP, IV, 4, p. 254-55.
  • 28 NDP, IX, 5, p. 532.

12La peinture de Quasimodo a beau être fièrement outrancière, sa palette se montre au moins évolutive. À l’enfant trouvé, devenu sourd à quatorze ans, l’archidiacre a eu le temps d’apprendre à parler, à lire et à écrire. La plongée du sonneur de cloches dans le monde du silence l’oblige à employer avec son maître une « langue de signes, mystérieuse et comprise d’eux seuls27 ». La force colossale que déploie ensuite le défenseur de Notre-Dame le rend beau et les effets positifs de cette phase d’apothéose se révèlent sur le développement mental du monstre puisque, sans être aidé par quiconque, le sauveur compose pour la jeune fille qu’il abrite « des vers sans rime comme un sourd en peut faire28 », librement poétiques et attendrissants, qui invitent à « regarder le cœur ». Si du point de vue prosodique le texte de la chanson est fruste, le contenu de la sérénade est sensé, d’autant qu’une expérimentation dont le langage est bien construit suit cette séance (à celle qu’il veut conduire à réfléchir, Quasimodo donne à choisir entre un vase de cristal fêlé, et donc des fleurs fanées, et un pot de grès, grossier et commun, aux fleurs fraîches et brillantes). Après ce passage par l’argumentation symbolique qui marque un net progrès intellectuel, les conditions pour établir un attachement entre les protagonistes pourraient presque être réunies, mais c’est au tour de la Esmeralda de se montrer sourde et inhumaine. L’esprit du défenseur de la cathédrale, qui se trompe sur les intentions des Bohémiens, reste médiocrement ouvert. Les facultés de raisonnement finissent par l’emporter (quand le rire effroyable que laisse fuser Claude Frollo fait comprendre au bossu le rôle immonde joué par l’archidiacre), mais cette ultime flambée de bon sens s’accompagne d’un élan de sauvagerie prompt à appliquer sur l’ancien maître adoré une justice violente, expéditive, absolument pas dominée.

  • 29 NDP, VII, 8, p. 432 (orthographe du texte).

13Personnage de peu de valeur morale, Phœbus est voulu très beau, mais l’intelligence n’entre pas dans ses traits distinctifs. L’esprit du capitaine des archers de l’ordonnance du roi brille beaucoup moins que le nom à rallonge et à retournement qui le caractérise. Spécialiste du juron, superstitieux, cet incorrigible chasseur de dot n’arrive même pas à fixer dans sa tête la désignation correcte de la jeune étrangère, au nom « si prodigieusement sarrazin qu’[il] ne p[eut] s’en dépétrer29 ». Comme ce séducteur n’appartient pas au monde de la clergie, la sphère de l’écrit ne constitue pas son domaine.

  • 30 D’où le barbouillage clérical fantaisiste qui a laissé des traces sur ce tard venu au monde des le (...)

14Le cas des autres grandes figures masculines diffère. Gringoire, pour commencer, vite orphelin de guerre, a connu une invraisemblable éducation chaotique, qui n’est pas sans rapport avec un parcours picaresque détourné en bout de course. Une rencontre de l’adolescent avec Claude Frollo suffit à transformer un vagabond en lettré fantaisiste, mauvais poète, auteur de mystère et pour finir de tragédies30. La création composite envoie vers nous l’image d’un touche-à-tout cumulard, fait de pièces et de morceaux (dans lesquels à certains égards on croit apercevoir un peu de Léonard de Vinci, de Pierre Bayle, de Fontenelle, ou même l’agitation du Figaro de Beaumarchais, quand bien même la postérité de ce personnage cherchera surtout à établir un rapprochement entre ce poète et François Villon).

  • 31 Un premier état fait apparaître un Joannes de Molendino, qui chahute et plaisante le mystère à l’i (...)
  • 32 NDP, VII, 7, p. 422.
  • 33 NDP, X, 3, p. 560.

15Doté d’un rôle plus petit et tardif31, Jehan Frollo est le support d’une autre forme d’irrégularité. En pratiquant un décalage d’époque (puisqu’il s’agissait surtout d’un phénomène social attaché au XIIe et XIIIe siècles), pour esquisser sa silhouette Hugo s’inspire du mode d’existence des Goliards, un milieu agité et mêlé dans lequel pouvaient se rencontrer des étudiants nécessiteux, n’ayant pas terminé leurs études, qui attaquaient leur société, et principalement l’Église, soupçonnée de n’avoir pas d’emploi à leur fournir. Précisé dans sa position de frère de l’archidiacre, Jehan apprécie la poésie où le non-sens fait sens en français32 ; il est également capable d’entonner dans les lieux les plus mal famés un vrai cantique religieux, emprunté par ricochet à saint Augustin33.

  • 34 Les universités médiévales n’étaient pas seulement des établissements d’enseignement supérieur ; d (...)
  • 35 NDP, IV, 2, p. 241.

16Par rapport au petit jeune devenu son cadet au fil de l’écriture des pages, Claude Frollo construit une antithèse maximale, l’esthétique du burlesque appelant à creuser entre deux référents tous les écarts possibles. Car l’exemple qu’apporte avec lui le prêtre par excellence de NDP n’est absolument pas à prendre au premier degré tant l’arrangement des éléments biographiques que nous sert le romancier du côté des éléments sérieux accumule les invraisemblances. L’initiation de cet enfant issu de la petite noblesse se fait au collège de Torchi près de la porte Saint-Jacques, entrée en matière éducative qui pourrait paraître régulière34 si le trivium et le quadrivium venaient en prendre le relais comme ces cycles devraient le faire. Mais le plan de formation du frère aîné de Jehan est soumis à de grands effets de désordre. Une fois seulement ses études de théologie dépassées, Claude se précipite dans des études de droit canon, lesquelles ne lui suffisent pas, sont remplacées par celles de médecine, que suivent curieusement les arts libéraux (pour étudier le triple sanctuaire alors bien peu fréquenté du latin, du grec et de l’hébreu). « À dix-huit ans, les quatre facultés y avaient passé35. » À vingt ans, la prêtrise obtenue par dispense permet au boulimique de savoir de desservir l’autel des paresseux (altare pigrorum) de la cathédrale, bel effet de l’ironie auctoriale. Quant à la sphère scientifique, elle conduit le forcené d’érudition tout droit à l’alchimie, qui fait prématurément vieillir l’autodidacte au lieu de lui conserver sa jeunesse.

  • 36 Le De Praedestinatione et libero Arbitrio, un traité sur la prédestination ou le libre-arbitre, d’ (...)
  • 37 Un commentaire sur les épîtres de Saint Paul (Glossa in epistolas D. Pauli), paru chez l’imprimeur (...)
  • 38 NDP, VII, 4, p. 391.
  • 39 NDP, VII, 4, passim.

17Dans le cloître de Notre-Dame, Claude Frollo profite d’une cellule canoniale à l’étage (dans ce lieu qui « n’offrait rien d’étrange ni de mystérieux » est opéré un travail dont l’aspect inavouable est au départ voilé, même si certaines fioles de verre avec poudre servant à la transmutation s’y rencontrent) ; quelques écrits sur le mur restent anodins, les livres ouverts, l’un manuscrit36, l’autre imprimé37, sont d’une lecture admise et recommandable. Mais l’archidiacre profite aussi d’un autre repère, tout à côté de la cage aux cloches, une cellule fort secrète, « la fameuse logette aux sorcelleries », qu’il cache, nous dit Jehan, comme son pudendum38. C’est dans un local qui ressemble à la cellule de Faust, telle que Rembrandt l’a gravée, que le fourneau et tous les ustensiles pouvant servir à la pratique de l’alchimie sont entassés, recouverts de poussière et de toiles d’araignées, les murs étant par ailleurs recouverts de formules savantes, comme aussi de dessins symboliques, le tout, objets et signes, reflétant le plus grand désordre. Vivant sur sa réputation, le savant est un maître de l’Hermès réputé, un donneur de leçons ; il a des disciples un peu partout, est consulté par de très hauts personnages comme Coictier ou Charmolue, ou mieux encore par le roi. Mais d’autre part, l’orientation que l’archidiacre a prise au départ avec tant de fougue, qui l’a préoccupé tant d’années durant, n’a pas abouti à faire son bonheur. Expériences alchimiques et recherches ésotériques ne l’ont mené à rien. D’ailleurs tout est arrêté, l’héritier littéraire de Faust restant dans un état de confusion et de perplexité très extériorisé39. Claude Frollo est un homme de l’érudition accumulative et stérile, un modèle d’échec dans lequel Hugo a projeté beaucoup de reflets de lui-même, ou plutôt beaucoup de ses craintes devant le temps qui passe et l’amour qui se refuse.

  • 40 NDP, IV, 5, p. 260; NDP, V, 1, p. 277-78; VII, 5, p. 409-10; VIII, 6, p. 495.

18La consultation dans Sauval (III, p. 53-57) de la « Vision des Chercheurs de Pierre Philosophale touchant plusieurs figures d’Église » aide le roman à présenter la cathédrale sous l’aspect d’un Liber mutus. D’autres monuments, éléments d’architecture ou de sculpture sont aussi concernés, ces supports aidant plusieurs personnages à échanger leurs vues (la lecture hermétique et la numérologie pythagoricienne constituent dans NDP un leitmotiv40). Dissimulé sous le nom de « compère Tourangeau », Louis XI vient recevoir de l’alchimiste deux consultations, l’une médicale, l’autre d’astrologie ; mais le roi se montre ensuite ouvert à l’opus magnum, l’attrait de l’or opérant son effet sur le souverain (à la condition que la recherche occulte ne déplaise pas à Notre Dame).

  • 41 . NDP, V, 1, p. 274.

19Dans la fiction hugolienne, l’automne du Moyen Âge sert donc avec insistance à démontrer que la pensée humaine a longtemps été soumise à quantité de croyances perçues à un niveau réputé scientifique alors que ces élucubrations sèment le désarroi et la confusion dans les esprits. Tous ces domaines, qui empiètent les uns sur les autres et se mélangent, donnent au récit un tour savant, quelquefois perçu comme rébarbatif. Il est pourtant clair que le grand maître du jeu de compilation s’amuse à faire en sorte de son lexique louvoie entre les termes des langues mortes majeures, les mots cabalistiques et le jargon ésotérique. Un énoncé incompréhensible peut être une vraie petite merveille fabriquée pour le pittoresque de son signifiant, le signifié n’ayant après tout qu’une importance minime (« citez-moi les vertus du boustrophédon vertical, les trouvailles du nombre ziruph et celles du nombre zephirod », demande Claude Frollo à Coictier sur un ton énervé41). Est à ce titre très appréciable la savoureuse joute oratoire qui oppose les deux frères, représentants d’une clergie qui s’agresse en se lançant à la tête du latin et du grec, l’un sentencieux, l’autre blagueur.

20Pour finir, soit que l’écrivain active le savoir de ses personnages et de la voix narratoriale en puisant dans de bons supports livresques, soit qu’il fasse vivre tous ces ensembles de mémoire feints en se servant de ses acquis à lui, Hugo ne cesse jamais de considérer avec distanciation les occupations intellectuelles ou non intellectuelles des êtres de sa fiction. La vision finale du roman est pessimiste. N’étaient les piques d’humour qui percent le désespoir ambiant, le dénouement de Notre-Dame de Paris est souvent considéré comme trop triste pour n’apparaître pas comme un vestige romantique démodé. Fournir à la fresque médiévale d’autres assises et d’autres débouchés paraît un réflexe presque naturel. C’est aux nombreux détournements opérés sur sa matière que NDP doit aujourd’hui son succès international, son accession au rang des histoires mythiques dont les effets de variance sont en eux-mêmes la preuve de la force archétypale.

Fonte et refontes du savoir

  • 42 . Entamé à l’automne 1831, le travail de ce livret a couru jusqu’au début de 1836 (enregistrement d (...)

21Faire vivre autrement le scénario de NDP en évacuant presque totalement la thématique des études et en expulsant de son dit les grands effets d’érudition est une manœuvre iconoclaste qui avait de quoi séduire. La preuve de cet engouement différent est donnée par Hugo lui-même, qui n’a pas hésité à initier ce type de grand déblayage dans le livret réalisé pour la musique de l’élève de Berlioz, Louise Bertin42.

22Aux sources liées à tant de livres consultés dans la construction du roman, l’auteur du libretto n’a plus besoin de faire appel. Quelques restes terminologiques minimaux agrémentent encore un quatrain du chœur de la cour des miracles, mais le ménage a été fait :

Saluez, clercs de basoche !
Hubins, coquillards, cagoux,
Saluez tous, il approche.
Voici le pape des fous. (I, 1)

  • 43 Dans NDP la basoche venait en dernier lieu.
  • 44 Le vicomte de Gif qualifie une fois devant les dames la bohémienne de « nymphe de la rue », II, 3, (...)
  • 45 Annexe, scénario primitif (III, sc 4 et autre version du dernier acte), cf. éd. Massin J., p. 538- (...)
  • 46 La censure a exigé aussi que le titre du livret change et que le mot « prêtre », qui était prononc (...)

23Quand la revue de NDP-roman additionnait plus que vingt termes pittoresques pour couvrir toutes les catégories de gueux, ici les suppressions sont drastiques, l’ordonnance du défilé renversée43 et les références antiquisantes de la réécriture passent à la portion congrue44. Si le latin surgit une fois dans un chant d’église (Omnes fluctus fluminis…, IV, 4), c’est pour ne pas trahir la couleur du passé. Les didascalies ne mentionnent plus aucune « cagoule »-soutane ou « carapoue » : leur expression gagne en clarté en passant à l’« habit de prêtre » (I, 1) et au « capuchon rabattu sur le visage » (IV, 1). Le scénario primitif et l’autre version du dernier acte prévoyaient encore que Quasimodo pousse Claude dans l’abîme45. Très transformé (pour des raisons pratiques puis à cause de la censure46), le dénouement adopté propose des résonances nouvelles, moins tristes mais encore dramatiques. Resté en vie, Claude Frollo croit garder pour lui le mot de la fin, « Fatalité ! », que le peuple lui retourne bien volontiers. La langue française, on le constate, l’a bel et bien emporté sur le grec et sur le latin.

24Adapter correspond à prendre ou à subir (dans le cadre de contraintes extérieures, idéologiques ou pas influençant la création) le droit de changer, la tendance allant de manière assez régulière vers l’allégement de la fable. Il est hautement remarquable que V. Hugo, qui avait au plus haut point lesté son œuvre romanesque de références savantes, de manière à mettre en avant l’importance historique du rapport au savoir qui dans une société donnée entraîne l’accès au pouvoir, abandonne aussi fondamentalement ce point de discussion. Un compromis de dégagement-désengagement surgit, mais pas de façon libre (le contrôle de la censure, donc le pouvoir politique, entraîne l’auteur à ne pas trop en dire et à construire un discours conformiste, seul recevable).

  • 47 Outre celle de Gotlib, on rencontre Hulk contre Quasimodo, Hulk Gamma hors-série no 1, de Mantlo B (...)
  • 48 Cf. Gengembre G., « La Saga d’Esmeralda », Communication prononcée 16 décembre 2000 devant le grou (...)
  • 49 Une filmographie des « NDP » couvrant la période 1906-2002 recensait 31 films (auxquels on pouvait (...)
  • 50 L’effet produit par le NDP de Cocciante R. et Plamondon L. a entraîné une quinzaine de traductions (...)

25La voie des adaptations « remaniantes » a été ainsi ouverte en majesté, et par qui de droit. Maintenant les transformations génériques de NDP sont tellement commercialisées qu’il n’est pas envisageable d’examiner le détail (en France il existe une dizaine d’adaptations théâtrales et cinq filières de BD47 ; il y a onze ans, alors qu’il retenait les apports étrangers, Gérard Gengembre dénombrait trente-deux opéras créés ou projetés48 ; aujourd’hui le nombre des films, classiques, télévisuels ou d’animation, est pour le moins passé à trente-trois49 ; tandis que certains ballets et spectacles musicaux plus modernes se chargent de multiplier les retombées cosmopolites50).

  • 51 Les spectacles modernes peuvent conserver cet art de faire disparaître Esmeralda. Cf. le ballet de(...)
  • 52 Dans La Esmeralda de Hugo V. (1836) l’égyptienne meurt de voir Phœbus expirer dans ses bras ; pour (...)
  • 53 Esmeralda et Phœbus se caressent tendrement tandis que Quasimodo sonne le glas de sa propre mort d (...)
  • 54 The Hunchback de Trousdale G. et Wise K., Walt Disney, 1996.
  • 55 The Hunchback of Notre Dame II, de Bradley Raymond, DVD vidéo 2002 (en français Le Bossu de Notre- (...)
  • 56 1939, The Hunchback de Dieterle W. ; 1997, Quasimodo Notre Dame de Paris (version française), d’ap (...)
  • 57 The Darling of Paris, USA.
  • 58 Le Bossu de Notre Dame, Goodtimes homevideo corp., réalisation de Toshiyuki Hiruma Takashi, scénar (...)
  • 59 Quasimodo d’El Paris ; pour que Quasimodo soit sollicité par Esmeralda, la surdité du bossu dispar (...)
  • 60 Video 2002, The Hunchback of Notre Dame II, directed by Bradley R.
  • 61 « Notre-Dame de Paris », texte de Gotlib M., dessin d’Alexis ( = Vallet D.), in Cinemastock, 2, Pa (...)

26La portion fictionnelle qui traitait, du côté masculin, le cas de trois principaux « cœurs d’amour épris » engagés dans un processus désespéré ou désespérant est depuis longtemps sujette à de fortes révisions. En engageant le Phœbus de son opéra à se racheter sur le plan moral, Hugo avait d’ailleurs conscience d’avoir sensiblement altéré le caractère du premier personnage. Plus extrêmes que le sien, d’autres bouleversements seront risqués. Quand Esmeralda meurt encore pendue51, ou autrement52, « l’amour est morte » et, sauf dans la proposition provocante que lance en BD le scénario de Gotlib, le processus des liaisons sentimentales et/ou sexuelles n’aboutit pas. Mais comme le motif du « happy ending » remporte bien des suffrages, et s’impose pratiquement comme une obligation dans les versions servies aux publics enfantins, la survie de l’héroïne suit quelques pistes bien rodées. Cette ligne directrice générale reste d’applications toutefois variables, puisque l’union maritale d’Esmeralda avec Phœbus peut être tendrement suggérée53, proposée avec davantage de force54 ou être installée depuis plusieurs années et avoir porté jusqu’à la naissance d’un fils prénommé Zéphir55. D’autre part le débouché « apollonien » n’est pas la seule option à prévaloir car Gringoire représente aussi pour la Bohémienne un parti non négligeable, qui a su se rallier certains suffrages cinématographiques56. Et comme Quasimodo tend à devenir le personnage phare de l’intrigue et à y occuper de plus en plus de place, le bossu peut se montrer aimable, soit qu’il soit aimé par Esmeralda (cas de figure récurrent que l’on rencontre dans un film muet de 191757, dans un dessin animé de 199458, une parodie à l’emporte-pièce de 199959), soit, en 2002 dans une proposition encore plus innovante, par une très charmante demoiselle prénommée « Madelaine » (invention percutante que la suite du Hunchback de Walt Disney Pictures fait arriver avec un cirque60). Les dérapages sont devenus la loi du genre (le summum étant atteint dans le bout d’album de Gotlib-Alexis (1976), qui montre le squelette du bossu « étroitement enlacé » à celui de la chèvre Djali, la suggestion burlesque mal-pensante étant cette fois dirigée vers les adultes61). Les changements de programme établis pour revoir et corriger les « romances à cœurs perdus » que V. Hugo triplait dans un effet hyperbolique comme pour mieux les envoyer à l’échec ont eu pour répercussion immédiate d’entraîner une nouvelle distribution du savoir dans le microcosme des protagonistes.

Plusieurs options ont rivalisé d’inventivité

  • 62 Cf. Gasiglia-Laster D., art. cit.
  • 63 L’Humanité Paris 22-12-56, Jean Delannoy dossier d’archive, BIFI, cote : CJ 1054 B 141.
  • 64 Comme le souligne Tapié M., il était souhaitable à la pellicule de Delannoy de bien s’exporter aux (...)

27Pour commencer le rapport à l’alchimie s’est révélé être un utile moyen pour diaboliser Claude Frollo, tout en évitant d’attaquer l’Église de manière directe. C’est ainsi que le Frollo de Felipe Pedrell (1875) intervient sur les planches en tant que professeur de chimie et bibliothécaire de Notre-Dame : parce qu’il consulte des livres dangereux, l’érudit perd son âme et le démon magicien Radamante, qui a signé un pacte avec Satan, n’aura plus qu’à l’entraîner en enfer62. Pour des raisons presque équivalentes le film de Delannoy (1956) met au premier plan les recherches occultes du « révérend maître ». En effet, « M. Ben Hecht, scénariste yankee, chargé de la version américaine », réclamait que Claude Frollo ne soit plus présenté comme un archevêque. D’abord cette proposition d’outre-Atlantique a « soulevé des protestations63 », mais ce conseil favorable à la facilitation de la diffusion commerciale du film a été suivi64.

28Dans une autre direction, au lieu de ne faire percevoir l’alchimie que sous ses aspects maléfiques, on pouvait aussi en vanter les mérites et faire profiter Quasimodo de l’aura de la recherche de l’or. Ainsi, le fondement des nombreux épisodes que Bahram Rohani a réalisés (en 1996) pour les enfants et la télévision suit un emboîtement de poncifs qui innove dans la fable hugolienne (sans rien trouver de très original). Né de Charles et Viviane de Bernassac – qui possédaient le secret de la pierre philosophale – de ses prestigieuses origines Quasi ne possède plus qu’un médaillon gravé aux armes de sa famille, mais il lui est annoncé qu’un jour ses parents, crus péris dans un incendie, viendront le rechercher. Que l’on songe à la configuration familiale entourant Harry Potter, dont la rédaction du premier volume était terminée en 1995, ou à la série des Secrets of the Immortal Nicholas Flamel entamée par Michael Scott en 2007, il est clair que l’air du temps qui baigne la littérature de jeunesse aime rendre les sciences occultes pleines d’attrait et de ce fait les valorise.

  • 65 Pour Worsley W. (1923), Claude, habillé de blanc, est un bon archidiacre, alors que, de noir vêtu, (...)

29Enlever au mauvais Frollo son statut de prêtre afin de ne pas porter atteinte à la religion chrétienne constitue une préoccupation durable. Au cinéma la filière anglo-saxonne tend à inverser dans la famille Frollo et par rapport au récit de V. Hugo les rôles et les prénoms des deux frères (Worsley, 1923 et Dieterle 193965). Entre les loyaux serviteurs de l’Église et l’abominable homme de pouvoir intervient une séparation. Le Bossu réalisé par Richard Slapczynki (1996) respecte cette distinction fondamentale. Quant à celui de Trousdale (1996), il fait de Frollo un juge qu’aucun lien de parenté n’attache au bon archidiacre de la cathédrale. Mais installer le mauvais homme dans le monde séculier reste un choix non obligatoire et dom Frollo peut encore se livrer à une terrifiante chasse aux livres imprimés (dans la version de Medak, en 1997, par exemple). Pourtant, quand la laïcisation du méchant est totale et installée d’emblée, le processus rénovant en vient à expulser carrément Frollo des préoccupations culturelles (le Secret du Bossu de Bill Schwartz, 1996, est à cet égard caricatural : il montre un prévôt, cupide et traître, un être abominable car sans la moindre éducation).

30C’est que les réécritures visuelles de NDP distribuent le savoir et les compétences à lui attachées comme bon leur semble. Quand Worsley (1924) montre Gringoire en chanteur de chansons douces, dont Delannoy creuse la banalité (1956), la création intermédiaire de Dieterle (1939-1940) fait du même personnage une tête pensante. L’œuvre mise en abyme est devenue celle d’un « docteur en philosophie », Gringoire étant autrement dit un essayiste révolutionnaire, qui écrit des manifestes et des pamphlets et s’apprête à répandre un brûlot traitant De la liberté de la pensée. À partir de pareille prise de position sur l’utilisation engagée de la presse, appréhendée comme un magnifique outil pour tirer une feuille et faire en sorte qu’une pétition puisse être signée, l’option modernisée se propage (dans l’animation du Bossu-Slapczynki-1996, sur la presse de « Paris édition », c’est au tour de Phœbus de faire tirer un tract proclamant l’innocence d’Esmeralda).

31Pour Medak, la Bohémienne ne sait toujours pas à quoi un livre ressemble, alors que dans le même temps qu’elle Julien Gaucher, premier ministre de Louis XI (libre ajout), est un personnage que ses vues progressistes et sa lecture de Marsile Ficin font supprimer par Dom Frollo. Les vues extrêmes existent donc en synchronie, l’important étant de marquer que la révolution est en marche. Auprès des enfants, il n’est pas question de montrer une Esmeralda faible et démunie. Le personnage féminin prend immédiatement du plomb dans la cervelle et un fort caractère (quoique lénifiant, le discours disneyen du Bossu-Trousdale s’arrange pour faire de la gitane une résistante, une passionaria douée pour la politique, une meneuse de révolte contre les figures d’oppression).

  • 66 Op. cit., Éd. l’Intégrale, p. 111.
  • 67 « Jésus le Nazaréen dit au démon : “Tais-toi et sors de cet homme.” Avec un N majuscule, comme Nin (...)

32Ceci étant l’accentuation du grand courant de sympathie qui entoure le bossu pousse de plus en plus loin la question du savoir et de l’intellect de ce personnage. La BD de Gotlib-Alexis (1976) montre Quasimodo dans sa chambre plongé dans La Vie des Bêtes66. Lire présuppose un apprentissage : le bon Denis donne à l’adolescent de seize ans certaines leçons d’enseignement dont il lui fait grâce en l’honneur de son anniversaire (épisode « Le Mal démasqué » de l’animation de Rohani). En version ridicule et parodique, le Frollo qu’incarne l’acteur Richard Berry entraîne à la dictée un Quasimodo-Timsit supposé avoir dix-huit ans en se servant d’un passage de l’Évangile de Luc (4, 35) où, dans un enchaînement cocasse, le mot de « Nazaréen » sera épelé en prononçant celui de la marque Nintendo (Quasimodo d’El Paris-1999)67. Un autre versant fictionnel prend au contraire très au sérieux la science de Quasimodo : chez Medak, la mort du monstre de laideur n’intervient qu’après la forte valorisation du sonneur suffisamment cultivé pour appeler ses cloches « la Grande Marie », « Homère », « Euclide » ou « Dante ». Ce Quasimodo précis dit qu’il fréquente les ouvrages de Cicéron, ceux des pères de l’Église (en prêtant une attention spéciale à saint Augustin) ou de Plutarque. Calque de Claude Frollo, puisque savant en hermétique, avatar de V. Hugo en personne, puisque aussi rédacteur d’un volume qui comptera six cents pages, ce sourd ne fait pas que lire sur les lèvres : il dévore tous les livres qui l’entourent et il est devenu auteur. Dans ces quelques variations biographiques, esquissées ou développées, toutes les gradations se rencontrent.

  • 68 Cf. sa déclaration à l’éditeur Lacroix en décembre 1868 : « je n’ai jamais fait de drame historiqu (...)

33Pour conclure, l’image du savoir dans NDP et dans l’immense réception directe ou indirecte liée à ce roman est d’une souveraine et stimulante ambiguïté. Dans son œuvre principale, V. Hugo, qui voulait parler de la culture et de sa diffusion sociale, encore bloquée mais plus pour longtemps, a proposé de l’érudition une vue caricaturale, dont il a donné lui-même l’exemple en s’engageant dans une recherche documentaire propre à faire enfler la matière de ses propres pages quasiment jusqu’à « la hauteur des tours » de la cathédrale (cf. la lettre du 17 septembre 1830 à Victor Pavie). Le Théâtre des antiquités de Du Breul et l’Histoire et recherche des antiquités de la ville de Paris de Sauval, pour n’évoquer que ces deux ouvrages essentiels, ont été mis par lui à très forte contribution. Mais le roi de la narration s’amuse, fait de son roman historique – une catégorie de texte qu’il niera ensuite avoir jamais illustrée68 – une démonstration éblouissante de la promotion de l’esthétique de la somme, le burlesque côtoyant le tragique pour le renforcer et inversement. Grâce à quoi NDP peut passer pour un livre total, dont le mérite est de renvoyer à la plus grande extension culturelle que le romancier ait pu faire apparaître, mais également mettre à distance, car l’humour participe aussi à faire grincer les rouages de la machine scientifique. L’opération de création assistée et distanciée réussit parfaitement. Puis c’est Hugo lui-même qui, dans le livret de La Esmeralda, a opéré la soustraction des vains marqueurs de science, tournés en marqueurs de vaine science, et a remodelé une fable très allégée, prête à accueillir facilement des dénouements variables. Aucun autre parolier n’aurait pu donner pareil coup de balai sans que le public ne crie au scandale. Déculpabilisée, la postérité a hérité de tous ces riches exemples : forcer le trait de la dimension érudite, tirer parti des potentialités parodiques, revenir sur le dit initial pour le reconditionner et le diriger autrement faisait partie de la tradition.

34Appuyée sur un livre qui jetait des clins d’œil à quantité d’autres livres, la modernité a engagé les sous-produits de NDP à dialoguer entre eux, de manière intra ou extra-générique et à tirer ses effets savants d’autres titres et références. Quant à la distribution personnalisée des degrés de connaissance qui correspondait à ce qu’offrait la première intrigue, elle semble montée sur un tourniquet qui n’a plus rien à voir avec le précédent pilori de Quasimodo. Mise à part une expérience inédite qui n’a peut-être pas encore été risquée (attribuer le grand savoir et le rôle de narrateur à la chèvre !), l’impulsion française, créatrice et ludique de V. Hugo a véritablement fondé une école internationale.

Notes

1 Hugo V., Notre-Dame de Paris, introductions, notes et chronologie par Seebacher J. et « Notre-Dame à la scène et à l’écran » par Arnaud Laster, Paris, Librairie générale française, 2000 (Le livre de poche classique, no 1698), V, 2, p. 290. NDP sans autre précision renvoie dans notre étude soit à l’œuvre en général, soit à cette édition.

2 Huguet E., « Quelques sources de Notre-Dame de Paris », Revue d’Histoire littéraire de la France, VIII, 1901, p. 44-79, p. 425-455, p. 622-649 (vaste étude rassemblée dans « Quelques sources de Notre-Dame de Paris », Paris, Armand Colin, 1902) et « Notes sur les sources de Notre-Dame de Paris », RHLF, X, 1903, p. 287-289.

3 Huard G., « Notre-Dame de Paris et les antiquaires de Normandie », RHLF, LIII, 1953, p. 319-344.

4 Bach M., « Le vieux Paris dans Notre-Dame : sources et ressources de Victor Hugo », Publications of the Modern Language Association of America, vol. 80, 4, 1965, p. 321-24.

5 Notre-Dame de Paris 1482, préface de Chevalier L., éd. établie et annotée par Silvestre De Sacy S., Paris, Gallimard, 1997 pour l’exemplaire que j’utilise (Folio classique, 549 ; abréviation NDP-Folio). Plusieurs éditions entre 1974 et 2002.

6 Notre-Dame de Paris 1482, éd. Seebacher J., Paris, NRF-Gallimard, 1975, Bibliothèque de La Pléiade ( = NDP-Pléiade).

7 Cf. les appréciations critiques de l’époque vantant la « science » déployée dans NDP : « monumentale » (Le Corsaire, 21 mars 1831) ; « une science que l’existence de quatre hommes suffirait à peine à amasser » (La Revue des Deux Mondes, 11 avril 1831, p. 188) ; « que l’on acquiert dans une vie de bénédictin » (Lacroix P., Le Mercure du Dix-Neuvième Siècle, XXXIII [mars-avril], 32). Ces citations sont fournies par Max Bach, art. cit., p. 321.

8 Cf. le sévère jugement porté par Mme Gosselin sur le manuscrit. Il en sera question plus loin.

9 Seebacher J., NDP-Pléiade, p. 1066.

10 Huguet E., art. cit., 1901, p. 434.

11 NDP, II, 6, p. 269.

12 NDP, VII, 6, p. 417.

13 NDP, X, 3, p. 555. « Sur la porte, il y avait en guise d’enseigne un merveilleux barbouillage représentant des sols neufs et des poulets tués avec ce calembourg au-dessous : “Aux sonneurs pour les trépassés” = “Aux so(ls) neu(fs) poulets trépassés” (l’amuïssement des consonnes finales est un trait de phonétique historique). »

14 Huguet E., art. cit., p. 50.

15 NDP, II, 6, p. 174.

16 NDP, I, 1, p. 76-77.

17 Pour toute la partie biographique des années de formation, cf. Hovasse J.-M., Victor Hugo, t. I. Avant l’exil (1802-1851), Paris, Fayard, 2001. Sur les exercices de « gymnastique » que Victor Hugo s’imposait (apprendre le soir des vers de Virgile, d’Horace, quelquefois de Lucrèce et les traduire au matin, p. 142).

18 NDP, II, 3, p. 141-42 « Tout cela dans la dissimulation, et dans l’ordre inverse de Sauval », commente J. Seebacher dans la note 2 de cette page.

19 Les marqueurs de culture classique abondent.

20 La double étiquette nominale et l’orientation littéraire du prototype historique ont servi de tremplin à la création du personnage de Pierre Gringoire, dont le prénom, qui a été prononcé avec emphase dans la partie du premier livre qui porte son nom (I, 2 Pierre Gringoire), est rapidement escamoté.

21 « Une cagoule noire lui tombait jusqu’aux pieds », NDP, VIII, 4, p. 462.

22 La « carapoue » de l’homme à la lanterne dont il est question par exemple dans NDP, XI, 1, p. 633 et p. 639.

23 Cf. la cellule pratiquée « parmi les nids de corbeaux, par l’évêque de Besançon » (IV, 5, p. 262) qui permet à Hugo de hanter le décor des maléfices, ou la très facétieuse inscription, signée au prénom de son frère, sur la porte de la cellule de dom Claude : « J’ADORE CORALIE. 1823, SIGNÉ UGÈNE. » (VII, 4, p. 392.)

24 Au lieu d’écrire une « voûte toute déchiquetée de sculptures », Hugo aurait mieux fait d’employer le mot « échiquetée » (I, 1, p. 68 ; n. c. 9). Gringoire fait référence à « quelques brigandiniers de [s] es amis » (II, 7, p. 186) quand un « brigandinier » devrait être à ses yeux « un porteur ou un fabricant de brigandine » (une armure que portaient les soldats à pied). Dans ce discours « brigandinier » est tenu pour l’équivalent de « brigand » au sens moderne, ce qui constitue un barbarisme.

25 Hovasse J.-M., op. cit., t. I, p. 497 et p. 1197, n. c. 92 pour la référence de cette citation, VHRA, p. 485. Cf. aussi NDP-Folio, p. 668.

26 Les humanités de Mme Gosselin accusaient-elles quelques lacunes du côté du latin et du grec ? Une bonne connaissance linguistique de l’anglais n’ouvre pas toutes les portes.

27 NDP, IV, 4, p. 254-55.

28 NDP, IX, 5, p. 532.

29 NDP, VII, 8, p. 432 (orthographe du texte).

30 D’où le barbouillage clérical fantaisiste qui a laissé des traces sur ce tard venu au monde des lettres.

31 Un premier état fait apparaître un Joannes de Molendino, qui chahute et plaisante le mystère à l’intérieur du groupe des écoliers.

32 NDP, VII, 7, p. 422.

33 NDP, X, 3, p. 560.

34 Les universités médiévales n’étaient pas seulement des établissements d’enseignement supérieur ; des enseignements primaires et secondaires s’y donnaient partiellement ou étaient contrôlés par elle ; le système des collèges dispense dès l’âge de huit ans l’enseignement à ses membres. Cette part fictionnelle, faisant état du collège de Torchi en l’Université, est vraisemblable.

35 NDP, IV, 2, p. 241.

36 Le De Praedestinatione et libero Arbitrio, un traité sur la prédestination ou le libre-arbitre, d’Honorius d’Autun. NDP, V, 1, p. 267.

37 Un commentaire sur les épîtres de Saint Paul (Glossa in epistolas D. Pauli), paru chez l’imprimeur Antoine Koburger à Nuremberg en 1474, NDP, V, 1, p. 278-79.

38 NDP, VII, 4, p. 391.

39 NDP, VII, 4, passim.

40 NDP, IV, 5, p. 260; NDP, V, 1, p. 277-78; VII, 5, p. 409-10; VIII, 6, p. 495.

41 . NDP, V, 1, p. 274.

42 . Entamé à l’automne 1831, le travail de ce livret a couru jusqu’au début de 1836 (enregistrement de la copie destinée à la censure fin janvier 1836). Cf. La Esmeralda, libretto, in Hugo V., Théâtre complet, t. II, éd. Thierry J.-J., Paris, NRF-Gallimard, « Bibliothèque de La Pléiade », 1964, p. 681-754 et p. 1900-02 ; La Esmeralda, avec une présentation d’Arnaud Laster dans Hugo V., Œuvres complètes, édition chronologique dirigée par Jean Massin, t. V, p. 485-539, Paris, 1967, Club français du livre. Pour plusieurs détails cf. « Les Métamorphoses de Claude Frollo », excellente étude de Mme Danièle Gasiglia-Laster (texte prononcé le 19 mai 2001 devant le groupe Hugo, consultable sur internet : [http://groupugo.div.jussieu.fr/groupugo/01-05-19gasiglia-laster.htm]).

43 Dans NDP la basoche venait en dernier lieu.

44 Le vicomte de Gif qualifie une fois devant les dames la bohémienne de « nymphe de la rue », II, 3, éd. Massin J., p. 513.

45 Annexe, scénario primitif (III, sc 4 et autre version du dernier acte), cf. éd. Massin J., p. 538-39.

46 La censure a exigé aussi que le titre du livret change et que le mot « prêtre », qui était prononcé dix-huit fois, soit remplacé partout où il se trouvait.

47 Outre celle de Gotlib, on rencontre Hulk contre Quasimodo, Hulk Gamma hors-série no 1, de Mantlo B., Artima, 1984 (produit au moins dérivé) ; Notre-Dame de Paris, texte de Gendrot C., dessin de Gillon P., Paris, Hachette, 1985 ; Les Aventures de Quasimodo et Esmeralda, vol. 1, Quasimodo. Le Mal démasqué, Paris, Cœur-de-Loup, 1996 ; La Esmeralda, texte d’Achdé ( = Darmenton H.), dessin de Stalner J.-M., Grenoble, Glénat, 1999-2002 (3 vol. ) ; et Notre-Dame de Paris, dessin de Michaud J. M., Grenoble, Glénat, 2010 collection les Incontournables, 4.

48 Cf. Gengembre G., « La Saga d’Esmeralda », Communication prononcée 16 décembre 2000 devant le groupe Hugo de l’université de Paris 7. Texte en libre accès sur internet [www.cndp.fr/revueTDC/876-73307.htm], publié dans le no 876 de Textes et documents pour la classe : Le Roman historique, du 15 au 31 mai 2004.

49 Une filmographie des « NDP » couvrant la période 1906-2002 recensait 31 films (auxquels on pouvait rajouter pour l’année 1995 le film d’animation de Schwartz B., The secret of the Hunchback /en français Le Secret du Bossu de Notre-Dame). Cf. L’Œuvre de Victor Hugo à l’écran. Des rayons et des ombres, Gleizes D. (dir.), Paris, L’Harmattan ; Montréal, Presses de l’université Laval, 2005 (coll. Cinéma), p. 252-256. Le projet de téléfilm annulé avec Gérard Depardieu n’entrait plus dans les comptes. Le Refuge of Dragonflies de Rourke M., a fait grimper en 2008 le nombre total à un minimum de trente-trois films.

50 L’effet produit par le NDP de Cocciante R. et Plamondon L. a entraîné une quinzaine de traductions-adaptations de cette comédie musicale à partir de 1998 et encouragé l’existence de trois autres.

51 Les spectacles modernes peuvent conserver cet art de faire disparaître Esmeralda. Cf. le ballet de Petit R. dont la création remonte à 1965 (Notre-Dame de Paris : ballet en deux actes et treize tableaux… ; musique de Jarre M. ; enregistré en 1996 à l’Opéra national de Paris, Film office editions, 1997) ; cf. aussi, à partir de 1998, la comédie musicale Plamondon-Cocciante.

52 Dans La Esmeralda de Hugo V. (1836) l’égyptienne meurt de voir Phœbus expirer dans ses bras ; pour l’opéra du catalan Pedrell F. en 1875 à Barcelone, c’est le bûcher qui dans Quasimodo attend la sorcière ; en 1956, le film NDP de Delannoy J. fait envoyer une flèche qui tue la malheureuse.

53 Esmeralda et Phœbus se caressent tendrement tandis que Quasimodo sonne le glas de sa propre mort dans The Hunchback de Worsley W. (film muet, 1923).

54 The Hunchback de Trousdale G. et Wise K., Walt Disney, 1996.

55 The Hunchback of Notre Dame II, de Bradley Raymond, DVD vidéo 2002 (en français Le Bossu de Notre-Dame 2 : le secret de Quasimodo).

56 1939, The Hunchback de Dieterle W. ; 1997, Quasimodo Notre Dame de Paris (version française), d’après le chef d’œuvre de Victor Hugo, mis en images par Medak P.

57 The Darling of Paris, USA.

58 Le Bossu de Notre Dame, Goodtimes homevideo corp., réalisation de Toshiyuki Hiruma Takashi, scénario de Bloom G. Après être passé à Notre-Dame de Paris, ce film DVD a été produit en version française en 2005 par Jetlag production, producteur exécutif Cayre Brothers et son titre, dans la collection Mes compagnons de toujours, est retourné à l’appellation Le Bossu de Notre Dame.

59 Quasimodo d’El Paris ; pour que Quasimodo soit sollicité par Esmeralda, la surdité du bossu disparaît grâce à un sonotone et ses dents gâtées sont recouvertes par un dentier susceptible d’être retiré pour mieux embrasser.

60 Video 2002, The Hunchback of Notre Dame II, directed by Bradley R.

61 « Notre-Dame de Paris », texte de Gotlib M., dessin d’Alexis ( = Vallet D.), in Cinemastock, 2, Paris, Dargaud, 1976, p. 60 ; réédit. in Cinemastock, l’Intégrale, Dargaud, 2005, p. 130.

62 Cf. Gasiglia-Laster D., art. cit.

63 L’Humanité Paris 22-12-56, Jean Delannoy dossier d’archive, BIFI, cote : CJ 1054 B 141.

64 Comme le souligne Tapié M., il était souhaitable à la pellicule de Delannoy de bien s’exporter aux États-Unis Cf. « Les adaptations cinématographiques de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo », [http://groupugo.div.jussieu.fr/groupugo/00-12-16tapie.htm].

65 Pour Worsley W. (1923), Claude, habillé de blanc, est un bon archidiacre, alors que, de noir vêtu, Jehan – que Amy de la Bretèque F. (L’Imaginaire médiéval dans le cinéma occidental, Paris, Champion, 2004, Nouvelle bibliothèque du Moyen Âge, 70, p. 87) considère comme un ancien prêtre défroqué – porte une tenue civile. Dieterle (1939) hérite de cette distribution commode, laisse l’archevêque de Notre-Dame appliquer charitablement à Esmeralda le droit d’asile, tandis que le juge Jehan Frollo dénonce sa part mauvaise en se confessant à son frère, bien qu’il n’ait pas l’intention de s’amender, ce qui prononce la rupture entre les deux supports divergents.

66 Op. cit., Éd. l’Intégrale, p. 111.

67 « Jésus le Nazaréen dit au démon : “Tais-toi et sors de cet homme.” Avec un N majuscule, comme Nintendo. »

68 Cf. sa déclaration à l’éditeur Lacroix en décembre 1868 : « je n’ai jamais fait de drame historique ni de roman historique » (Hugo V., Œuvres complètes, Massin J. [dir.], t. III, éd. cit., p. 1242).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Terms of use: http://www.openedition.org/6540