Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant dans les Lettres

 | 
Valérie Cangemi
, 
Alain Corbellari
, 
Ursula Bähler

Deuxième partie. Facettes de la vulgarisation

Défendre le Moyen Âge

Les combats de Régine Pernoud

Jean-Louis Benoît

Texte intégral

La maîtresse : Comment appelait-on les paysans au Moyen Âge ?
La classe : On les appelait les serfs.
La maîtresse : Et qu’est-ce qu’ils faisaient, qu’est-ce qu’ils avaient ?
La classe : y z’avaient des maladies
La maîtresse : quelles maladies, Jérôme ?
Jérôme (grave) : la peste.
La maîtresse : et encore, Emmanuel ?
Emmanuel (enthousiaste) : le choléra.
Vous savez bien votre histoire, conclut placidement la maîtresse, passons à la géographie.

  • 1 Pernoud R., Pour en finir avec le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1977, rééd. 1979, coll. « Points », p (...)
  • 2 Elle écrit : « En tant qu’historienne, je me suis lancé un défi : transmettre dans un langage simpl (...)
  • 3 Beaune C., Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 9.

1Cette anecdote, prise sur le vif, racontée par Régine Pernoud, au début de son ouvrage Pour en finir avec le Moyen Âge1 a des accents de vérité. Chacun y reconnaît la vision caricaturale, donnée, la plupart du temps, à l’école ou ailleurs, du Moyen Âge. Régine Pernoud s’est donnée pour mission de corriger ces clichés et de les combattre. Son œuvre immense a rencontré un grand succès auprès du public. Aux yeux de beaucoup, ce succès même la déconsidère et fait d’elle une historienne « grand public », capable seulement de « vulgariser » les connaissances transmises par des historiens plus sérieux. Ce jugement pourrait être un hommage rendu à la clarté et à la simplicité de ses analyses, à la vivacité et au charme de ses récits. Régine Pernoud a toujours voulu parler un langage accessible à tous les publics, sans sacrifier la pertinence et l’intérêt de son propos2. Ce que personne ne conteste en tout cas, c’est le regain d’intérêt porté au Moyen Âge, grâce à ses ouvrages. D’autres viendront profiter de cet engouement et partager ce succès. Beaucoup d’écrivains, de cinéastes, à leur tour, tâcheront de faire revivre un Moyen Âge fantasmé, dans des fictions souvent plus conformes à leurs rêves, à leurs angoisses, qu’à la réalité. Disons-le franchement, Régine Pernoud est assez mal vue dans le milieu des historiens de l’université. Elle n’est pas totalement ignorée toutefois. Ses ouvrages figurent dans la plupart des bibliothèques universitaires et parfois dans les bibliographies. Cependant, elle est en général tenue à l’écart. Il s’agit d’une prudente réserve, d’un ostracisme tacite plutôt que déclaré. Pourquoi ? Lors d’un entretien, j’ai recueilli cette critique à son encontre : « C’est une historienne bien pensante », critique lourde de sens et sur laquelle il faudra s’interroger. Régine Pernoud occupe une place particulière dans l’historiographie française contemporaine. Elle est connue, elle est combattue, mais elle est rarement citée. Seule Colette Beaune, au début de son ouvrage de référence sur Jeanne d’Arc, lui rend un bref hommage en saluant ses études vivantes, « qui ont aidé, à la suite de générations d’historiens, à tirer au clair les événements3 ».

  • 4 Pernoud R., Pour en finir avec le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1977, Points Histoire, 1979, p. 148.

2Nous nous limiterons à présenter l’œuvre de Régine Pernoud, à définir quelques-uns de ses axes de réflexion dans sa tentative de réhabilitation du Moyen Âge et nous terminerons en envisageant la nature et l’identité de ses adversaires. Peut-être alors saurons-nous mieux définir quel est l’enjeu de ses luttes et de son travail. Elle est née à Château-Chinon en 1909. Mais elle a vécu la plus grande partie de son enfance et de sa jeunesse à Marseille. Elle obtient une licence de lettres en 1929. Elle continue ses études à Paris où elle réussit le concours d’entrée à l’école des chartes en 1933. Elle sera aussi élève de l’école du Louvre. Une formation, donc, en marge de l’histoire proprement dite, mais qui lui donne une bonne connaissance de la paléographie et un attachement scrupuleux à l’étude des documents : « On cesse d’être historien lorsqu’on néglige ou que l’on tronque un document4 », écrit-elle. Un de ses modèles dans la science historique, souvent cité en exemple, était chartiste lui aussi : Jules Quicherat, à qui l’on doit, à la fin du XIXe siècle, l’édition irremplaçable des procès de Jeanne d’Arc, sur laquelle Régine Pernoud travaillera constamment. En 1935, elle soutient une thèse d’histoire médiévale à l’université de Paris Sorbonne : Essai sur l’histoire du port de Marseille, des origines à la fin du XIIIe siècle, sujet qu’elle reprendra avec une étude sur les statuts municipaux de Marseille, édition critique du texte du XIIIe siècle publié en 1949 (Paris-Monaco). Sa formation littéraire et artistique lui permettra une ouverture remarquable à l’histoire culturelle, littéraire et artistique qui tiendra une grande place dans son projet historiographique. À sa sortie de l’école des chartes, elle occupera des emplois temporaires qui marqueront sa personnalité. Elle vivra longtemps en donnant des cours particuliers, unique mais importante expérience pédagogique. En 1947 elle devient conservateur du musée de Reims, puis, en 1949 de celui de l’histoire de France, avant le musée des archives nationales. Au contact des documents, sa vocation d’historienne médiéviste s’affirme. Elle ne quittera les archives nationales qu’à la demande d’André Malraux, alors ministre de la Culture, qui lui confie la direction du « centre Jeanne d’Arc » à Orléans. Signalons deux distinctions qui viennent couronner sa carrière et son travail : le Grand Prix de la ville de Paris en 1978 et le prix de l’Académie française en 1997, peu avant son décès en 1998. La liste de ses publications est immense. Faute de pouvoir citer cette bibliographie in extenso, nous nous contenterons de quelques ouvrages majeurs de sa production, en notant l’importance des biographies, genre historique qu’elle a réhabilité :

3Lumière du Moyen Âge, Grasset, 1945 ; Histoire du peuple français, des origines au Moyen Âge, Nouvelle librairie de France, 1951 ; Les Grandes Époques de l’art en Occident, Chêne, 1953 ; Jeanne d’Arc, Le Seuil, 1959 ; Histoire de la bourgeoisie en France, Le Seuil, 1960-1962 rééd. 1977 ; Jeanne d’Arc par elle-même et ses témoins, Le Seuil, 1962 ; Aliénor d’Aquitaine, Albin Michel, 1965 ; Héloïse et Abélard, Albin Michel, 1970 ; La Reine Blanche, Albin Michel, 1972 ; Pour en finir avec le Moyen Âge, Le Seuil, 1977 ; La Femme au temps des cathédrales, Stock, 1980 ; Sources et clefs de l’art roman, Berg International, 1980, avec Madeleine Pernoud ; Christine de Pizan, Calmann-Lévy, 1982 ; Le Tour de France médiéval, Stock, 1983 ; Saint Louis, Albin Michel, 1985 ; Jeanne d’Arc, en collaboration avec Marie-Véronique Clin, Fayard, 1986 ; Le Moyen Âge pourquoi faire ? avec Jean Gimpel et Raymond Delatouche, Stock, 1986 ; Richard Cœur de Lion, Fayard, 1988 ; La Femme au temps des croisades, Stock, 1990 ; J’ai nom Jehanne La Pucelle, Gallimard, 1994 ; Hildegarde de Bingen, conscience inspirée du XIIIe siècle, Monaco, Éditions du Rocher, 1994 ; Martin de Tours, Bayard, 1996 ; La Vierge et les saints au Moyen Âge, Bartillat, 1998.

4Ajoutons pour conclure ce qui n’est qu’un échantillon de son œuvre, un ouvrage pour la jeunesse Le Moyen Âge raconté à mes neveux, Stock, 1983, et une intéressante autobiographie Villa Paradis, souvenirs, Stock, 1992. Aussi succincte et incomplète soit-elle, cette liste permet de percevoir quelques axes de son intérêt et de ses recherches.

5Commençons par le plus évident : Jeanne d’Arc. Ce personnage historique, totalement atypique, si souvent mythifié, exploité à des fins idéologiques et partisanes est, sans doute, le mieux connu de l’histoire médiévale. Les documents sont considérables, notamment le texte des deux procès qui fourmillent de témoignages directs et des propos des protagonistes. Ce trésor méritait d’être exploité. Régine Pernoud n’est certes pas la première à s’y intéresser, mais ses travaux, bientôt fédérés par le centre Jeanne d’Arc, qu’elle a créé à Orléans, constituent, dans l’historiographie moderne, la première tentative de cerner cette personnalité complexe. L’étude de ce que nous appelons la condition de la femme a été, également, sa préoccupation, en ce qui concerne le Moyen Âge, comme l’indiquent ses nombreux ouvrages sur des grandes figures féminines médiévales (Jeanne d’Arc en faisant partie), mais aussi, sur les femmes anonymes, de toutes les classes sociales. La vie quotidienne est plus souvent étudiée que les grands événements historiques, ce qui l’amène à prendre en compte l’histoire des techniques, des comportements, des idées. La culture, artistique, religieuse, littéraire n’est pas oubliée dans ce qu’elle peut avoir de déterminant pour la vie quotidienne des populations.

  • 5 Cité dans La Femme au temps des cathédrales, Paris, Livre de poche, 1980, p. 27.
  • 6 Ibid., p. 24.
  • 7 Ibid., p. 20.

6Le premier droit de l’homme est le droit de vivre. Longtemps ce droit ne fut pas également accordé également à l’homme et à la femme. Régine Pernoud attribue au christianisme le respect de la vie de l’enfant. Elle cite saint Paul : « Il n’y a ni Juif, ni Grec, il n’y a ni esclave, ni homme libre, il n’y a ni homme, ni femme, car nous ne faisons qu’un dans le Christ Jésus » (Galates, 3, 285). L’antiquité considère l’infanticide comme normal. Hippocrate se demande « quels enfants il convient d’élever ». Le père de famille romain a le droit de vie ou de mort sur ses enfants. En général, si l’on conserve volontiers les garçons, on élimine facilement les filles et il est fréquent qu’on ne garde que la fille aînée. « Ce n’est que vers l’an 390, à la fin du IVe siècle, que la loi civile retire au père de famille le droit de vie et de mort sur ses enfants. Avec la diffusion de l’Évangile, disparaissait la première et la plus décisive des discriminations entre les sexes : le droit de vivre accordé aussi bien aux filles et aux garçons6. » Pour le droit romain : « la femme, pas plus que l’esclave, n’existe à proprement parler7 ».

  • 8 Ibid., p. 28.

7Une notion nouvelle apparaît avec le christianisme : la notion de personne. Alors que ce terme de persona en latin ne désignait que le masque du personnage, c’est désormais le terme qui marque le caractère sacré de chaque individu : « Désormais, non seulement la femme, mais encore l’esclave et l’enfant sont des personnes8. » Rien d’étonnant, dès lors, que les femmes soient partout liées au développement de l’évangélisation et de la foi chrétienne. En cette antiquité tardive et en ce haut Moyen Âge, les femmes s’illustrent dans l’histoire de l’Europe. Régine Pernoud évoque Geneviève, Clotilde, Olga, princesse de Kiev ou Hedwige de Pologne. On est loin du mythe, colporté par des ministres jusqu’à l’Assemblée nationale, selon lequel, au Moyen Âge, on se demandait si la femme avait une âme. L’effacement du droit romain est selon elle une des principales raisons de la promotion de la femme dans la société médiévale. Une partie de son ouvrage La femme au temps des cathédrales consiste à évoquer des femmes remarquables qui ont joué un rôle politique, religieux, littéraire, au Moyen Âge. Contentons-nous de citer Dhuoda, auteur du premier traité d’éducation à l’usage de ses fils, Hildegarde de Bingen, sainte et savante, Christine de Pizan, la première femme de lettres à vivre de sa plume, écrivaine engagée dans la défense de la cause des femmes, Catherine de Sienne, mystique qui joua un rôle déterminant dans le retour du pape à Rome. Autant de témoins qui illustrent le rôle des femmes dans la vie culturelle.

8Ces femmes peuvent passer pour des exceptions. Régine Pernoud montre que la situation des femmes en général a connu une période faste, bien plus favorable que celle des siècles précédents et futurs. Un sacrement que l’Église a défini peu à peu, en s’inspirant des textes de la Bible, va jouer un rôle fondamental dans la libération et la protection du statut de la femme. Il s’agit du mariage. En insistant sur la nécessité du consentement mutuel des époux, sur le caractère indissoluble de l’union monogame, en interdisant les mariages consanguins (l’inceste a une acception plus large qu’aujourd’hui), en supprimant la nécessité du consentement des parents, l’Église faisait du mariage une structure rigoureuse où la femme trouvait une garantie de liberté. Cela contre des traditions qui faisaient de la femme un objet d’échange ou des hérésies qui condamnaient le mariage en même temps que la procréation (le catharisme).

  • 9 Ibid., p. 224.
  • 10 Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 90.
  • 11 Chrétien de Troyes exprimera ces contradictions entre un amour destructeur du lien matrimonial (Le (...)

9On ne saurait accuser, en l’occurrence, l’Église de cléricalisme, car il est clair, selon les théologiens, que ce n’est pas le prêtre qui donne le sacrement, mais les époux eux-mêmes : « Ce sont l’époux et l’épouse qui sont les ministres du sacrement, le prêtre lui-même n’étant là que comme témoin9. » L’aristocratie, où la pratique des unions imposées est très avantageuse pour d’évidentes raisons, opposera une longue résistance à cette conception de l’union matrimoniale. Au nom de la nécessité du libre choix des époux, l’Église multipliera les cas de nullité des unions10. L’idéologie courtoise témoigne de cette résistance en présentant une image souvent négative du mariage. En tout cas, en contradiction avec les exigences d’une passion amoureuse valorisée dans l’adultère11.

  • 12 J’ai nom Jeanne la Pucelle, op. cit., p. 143.
  • 13 Jeanne d’Arc, op. cit., p. 248-249.
  • 14 J’ai nom Jeanne la Pucelle, op. cit., p. 142.
  • 15 Jeanne d’Arc, op. cit., p. 251.

10Régine Pernoud a consacré de nombreux ouvrages, une dizaine environ, à sa figure de prédilection, la femme la plus illustre du Moyen Âge, Jeanne d’Arc. Son premier mérite a été de ne pas se répéter et de ne pas répéter ce qu’ont pu dire ses prédécesseurs. Pour autant, elle ne recherche pas l’originalité à tout prix. Son souci premier semble être d’établir les faits, faits bien connus qui marquent la geste de Jeanne d’Arc. Elle attache un soin particulier à rapporter les propos, si fidèlement notés dans de nombreux documents, des témoins et de Jeanne d’Arc elle-même. Son ouvrage Jeanne d’Arc par elle-même et par ses témoins n’est fait que du recueil de témoignages issus des procès. L’auteur y adjoint des commentaires. Impossible dès lors de manquer à une objectivité nécessaire, difficile également d’esquiver le caractère exceptionnel du personnage de Jeanne. Exceptionnel, mais aussi très ordinaire. « La spiritualité de Jeanne » (c’est le titre d’un de ses ouvrages, Mame, 1992) est une spiritualité du concret. Elle est la « sainte du temporel » pour reprendre une expression de Jean Daniélou, cité par Régine Pernoud12. Cette héroïne guerrière n’est pas une mystique désincarnée. Elle n’est pas non plus différente des autres filles de son univers. Dans un chapitre intitulé « comme les autres », l’auteur insiste sur la simplicité ordinaire de la jeune paysanne. Les souvenirs de ceux qui l’ont connue confirment la banalité de sa vie et de sa personne : « Comme les autres. D’une déposition à l’autre, c’est le terme qui revient, presque irritant dans sa simplicité : elle était comme les autres13. » Dire de Jeanne : « Elle est essentiellement un être de foi14 » ce n’est pas faire de l’hagiographie. L’historienne rappelle une évidence. Elle n’oppose pas la foi issue de l’enfance, formée dans la religion populaire de son temps et les révélations reçues plus tard. La religion populaire, telle qu’elle apparaît à travers les témoignages de ses proches, a formé l’essentiel de sa vie spirituelle et de sa foi. Loin d’être un ramassis de superstitions et de croyances absurdes et vaines, elle est la substance d’une vie chrétienne authentique, nourrie d’une riche doctrine, d’une morale et d’une pratique des sacrements15. Ainsi armée spirituellement, Jeanne saura répondre aux pièges et aux arguties des théologiens malveillants qui l’interrogent. En quelques belles formules poétiques, Régine Pernoud restaure l’unité du personnage en qui communiquent le monde céleste et le monde terrestre, la sainte héroïque et la fille du peuple :

  • 16 Ibid., p. 253.

Mais cette transparence de vie quotidienne qui forme son environnement devient chez elle transparence à l’action de Dieu16.

  • 17 Vauchez A., Jeanne d’Arc et le prophétisme féminin XIVe-XVes., Colloque d’histoire médiévale, Orléa (...)

11Régine Pernoud n’hésite pas à rapprocher Jeanne des prophètes de l’Ancien Testament, elle qui se voulait l’instrument docile de la volonté divine ! Ce faisant, elle n’ignore pas qu’elle rejoint la tendance majoritaire de l’historiographie17.

  • 18 Ibid., p. 11.
  • 19 Pernoud R., Jeanne d’Arc, op. cit., p. 307.

12La différence entre ces prophétesses se mesure aux résultats obtenus dans l’histoire. Jeanne fait ce qu’elle dit. Comme l’écrit Colette Beaune : « la seule différence, mais elle est d’importance, est que Jeanne voulait mettre en œuvre elle-même le message, là où les autres confiaient au prince qu’elle venait avertir la mission de le réaliser18 ». Régine Pernoud rejoint parfaitement ses collègues sur un point : dénoncer la supercherie qui consiste à défendre la thèse de la bâtardise royale de Jeanne (elle serait fille d’Isabeau de Bavière et de Louis d’Orléans), ainsi que celle de sa survie au supplice, comme l’ont revendiqué quelques historiens abusés par l’imposture de Claude des Armoises19. Elle dessine la sainteté de Jeanne d’Arc, sans l’emphase apologétique des historiens catholiques et des hagiographes, en laissant parler Jeanne elle-même et ses témoins. Elle révèle sa sainteté, mais souligne encore plus la nature politique des accusations et des manipulations orchestrées contre Jeanne d’Arc. Elle incarne une figure actuelle du martyr, dans un procès falsifié :

  • 20 Ibid., p. 12-13.

Prototype de l’héroïne glorieuse, Jeanne d’Arc est aussi le prototype du prisonnier politique, de la victime des prises d’otages et autres formes d’oppressions de la personne qui font partie de la vie quotidienne de notre XXe siècle. Ce second volet nous apparaît aussi important que l’autre, celui des victoires. La personne, seule face aux idéologies étouffantes, aux fanatismes qui tuent, voilà qui est Jeanne d’Arc20.

13Selon Régine Pernoud, la situation des femmes au Moyen Âge a beaucoup bénéficié des progrès de la vie quotidienne. Elle cite quelques exemples de ces progrès techniques :

  • 21 La Femme au temps des cathédrales, op. cit., p. 97.

Parmi ceux-ci, le plus important peut-être, est le conduit de cheminée, proprement dit, invention du XIe siècle. Comment a-t-on pu vivre si longtemps sans cheminée21 ?

  • 22 Ibid., p. 98.
  • 23 Ibid.

14Il ne s’agit pas que d’un progrès matériel, synonyme d’un meilleur confort pour la famille. Cette invention a changé la vie : « Qui dit cheminée, en effet, dit foyer. Il y a désormais un endroit où toute la communauté se rassemble paisiblement pour se réchauffer, s’éclairer, se détendre22. » La femme trouve place dans ce « foyer » : « Il est pour elle symbole d’intégration dans la vie commune, l’inverse de ce que fut le gynécée, de ce qu’est le harem, qui, l’un et l’autre, confinent la femme dans un lieu à part et sont symboles d’exclusion23. » D’autres inventions viendront changer la vie matérielle et sociale des femmes : le moulin à eau qui se développe au XIe siècle, à vent, à partir du XIIe siècle. La main-d’œuvre, souvent des femmes ou des esclaves, est libérée de cette corvée ancestrale qui consistait à tourner la meule. Elle est très attentive à ces innovations qui ont eu des conséquences positives sur les tâches des hommes et des femmes. Elle cite entre autres le collier d’attelage qui permet d’utiliser pleinement la traction animale, le verre à vitre, la brouette, le miroir de verre, le savon dur, le bouton dans les vêtements qui remplace la fermeture par des liens. Elle souligne la prospérité du XIIe siècle dont les raisons sont multiples et inattendues. Elle explique la supériorité de la route souple médiévale sur la voie rigide et dallée des Romains. Elle voit un signe de prospérité dans la construction de nombreuses églises dont la fonction sociale est bien différente de celle des temples antiques :

  • 24 La Femme au temps des cathédrales, op. cit., p. 105-406.

Cette prospérité matérielle et spirituelle se révèle de manière irrécusable dans la présence de ce bâtiment à visage commun qu’il est par excellence, l’église chrétienne qui au contraire d’un temple antique réservé aux prêtres est conçue pour l’ensemble des fidèles24.

  • 25 Histoire du peuple français, Parias L. H. (dir.), Paris, Nouvelle Librairie de France, 1961, 1988, (...)
  • 26 Ibid., p. 359, 409-412.
  • 27 Près de 150 métiers. Cf. aussi Blais M., Sacré Moyen Âge, Montréal, Bibliothèque québécoise, 2002, (...)
  • 28 Delort R., La Vie au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1972, 1982.
  • 29 Ibid., p. 148.

15Dans l’Histoire du peuple français, elle consacre de longs chapitres à décrire la vie au Moyen Âge, sous un jour plutôt favorable, assez inhabituel dans le tableau très sombre qui en est fait généralement. Elle évoque ainsi la maison et le mobilier25, l’alimentation, la cuisine (avec des détails intéressants, par exemple sur la place des épices26), l’hygiène, la médecine, les vêtements et la parure, les voyages, les métiers (les femmes ont exercé de nombreux métiers dans les villes27), etc. D’autres historiens ont, depuis, creusé le sillon, notamment Robert Delort28. Difficile, à la lire, de reconnaître la civilisation arriérée et barbare que l’on nous a si souvent présentée. Elle conteste également la vision toujours négative de la société féodale. Contrairement à une idée répandue, l’esclavage a disparu progressivement au Moyen Âge (à partir du IXe siècle, selon Robert Delort29). Il réapparaîtra au XVIe siècle. Le serf médiéval n’est pas un esclave :

  • 30 Pernoud R., Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 74.
  • 31 Ibid., p. 76.

Le fait est qu’il n’y a pas commune mesure entre le servus antique, l’esclave et le servus médiéval, le serf. Parce que l’un est une chose et l’autre est un homme. La substitution du servage à l’esclavage est sans doute le fait social qui souligne le mieux la disparition de l’influence du droit romain, de la mentalité romaine dans les sociétés occidentales dès les Ve, VIe siècle30. […] C’est cette attache intime de l’homme et du sol sur lequel il vit qui constitue le servage, car, par ailleurs, le serf a tous les droits de l’homme libre : il peut se marier, fonder une famille, sa terre passera à ses enfants après sa mort, ainsi que les biens qu’il a pu acquérir31.

  • 32 Ibid., p. 79.
  • 33 Ibid., p. 118.
  • 34 Histoire du peuple français, op. cit., p. 428.

16La société féodale n’est pas présentée comme une société où une classe privilégiée exploite les autres, mais comme une société, inégalitaire certes, mais réglée et solidaire, où chacun a ses privilèges et où le principe de subsidiarité (les problèmes sont réglés à la base) régit les liens sociaux. Le droit coutumier, au lieu du droit romain centralisateur et étatique, maintient cet équilibre : « La coutume toute puissante règle ainsi un jeu d’interdépendance qui fait de la société médiévale un tissu extrêmement serré32. » Sans exclure des nuances dans la description des mutations qui l’affectent selon les périodes concernées, Régine Pernoud reste fidèle à une conception tripartie de la société médiévale, où les fonctions des trois ordres sont complémentaires. Elle souligne notamment la mission caritative de l’Église, si importante que les chrétiens du Moyen Âge nommaient « hôtel Dieu, non pas les églises, mais les endroits où l’on accueillait et soignait gratuitement les pauvres, les malades, les miséreux33… » Elle décrit la qualité des soins donnés aux malades en prenant l’exemple de l’hospice de Beaune34.

  • 35 Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 113.
  • 36 Ibid., p. 113. De même les procès en sorcellerie se développent surtout au XVIe et au XVIIe siècles (...)

17Elle ne conteste pas les crimes de l’Inquisition au XIIIe siècle, en Bourgogne, à Mont Aimé en Champagne, à Montségur et ailleurs. Cependant elle relativise le nombre de ses victimes et la dureté des peines prononcées. Les relaxes sont nombreuses, les peines sont légères, les condamnations à mort très rares (moins d’un quinzième35). On est loin du tableau apocalyptique dressé contre l’Église médiévale par beaucoup d’historiens et d’écrivains. La situation sera différente au XVIe siècle : « L’Inquisition du XVIe siècle, désormais entièrement aux mains des rois et des empereurs, allait faire un nombre de victimes sans proportion avec celle du XIIIe siècle36. » Face à cette « légende noire », Régine Pernoud s’efforce de présenter un tableau beaucoup moins sombre de l’Église et de la vie religieuse, en particulier de la religion populaire au Moyen Âge, si attachée aux signes, aux symboles, aux rites qui pénètrent toute la vie d’une atmosphère sacrée.

  • 37 Cf. l’ouvrage controversé de Gougenheim S., Aristote au Mont-Saint-Michel. Les racines grecques de (...)

18Un des thèmes forts de son combat pour la défense du Moyen Âge est la culture. Elle rappelle à plusieurs reprises que les moines orientaux et occidentaux ont sauvé la culture antique en la transmettant, en recopiant les œuvres littéraires, scientifiques et philosophiques de l’antiquité. Selon elle, la très ancienne bibliothèque du Mont-Saint-Michel contient des traductions des ouvrages d’Aristote et de Platon37. À Séville, avant le VIIIe siècle, on trouvait des textes d’Aristote et d’autres écrivains antiques :

  • 38 Ibid., p. 45.

19La science et la pensée arabe n’ont fait que puiser à ces sources préexistantes, à des manuscrits qui ont permis cette connaissance d’Aristote et des autres écrivains antiques38.

20Régine Pernoud accuse la Renaissance d’avoir marqué une rupture en prônant une imitation servile des Anciens, tendance confirmée avec le siècle suivant et l’instauration du classicisme qui stérilise l’expression artistique en la référant à des modèles suprêmes à imiter :

  • 39 Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 17.

Ce qui caractérise la Renaissance, celle du XVIe siècle, et rend cette époque différente de celles qui l’ont précédée, c’est qu’elle pose en principe l’imitation du monde classique39.

  • 40 Lumière du Moyen Âge, op. cit., p. 135-199 (ch. « Les lettres, les arts »)
  • 41 Ibid., p. 139.

21Régine Pernoud n’a de cesse de montrer la richesse de la littérature et de l’art du Moyen Âge. Rares sont les ouvrages où elle ne célèbre pas la culture médiévale. Un de ses premiers ouvrages, Lumière du Moyen Âge (1944), reste à ce titre exemplaire. Elle y décrit avec talent, passion et justesse, les « lumières » de cette période dite parfois de « ténèbres ». Sans nier le caractère aristocratisant de certaines œuvres, elle souligne notamment que les trésors littéraires et culturels sont largement diffusés : « Les joies de l’esprit n’étaient pas réservées aux privilégiés ou aux lettrés et l’on pouvait, sans savoir ni grec ni latin et même sans savoir ni A ni B accéder aux délices de la poésie40. » Le caractère oral de la culture médiévale (que certains ont appelé une « orature »), a permis, en effet, de diffuser des chefs-d’œuvre. Le théâtre va perdre son caractère populaire : « En réalité, ce qui est mort avec la Renaissance, c’est ce théâtre qui n’est pas coupé des masses, qui mobilisait les foules parmi lesquelles il recrutait acteurs et spectateurs41. » Le Moyen Âge n’est pas la période d’obscurantisme souvent décrite. Elle signale à ceux qui l’ignoraient encore qu’on savait parfaitement que la terre était ronde, que la philosophie médiévale, d’Anselme à Thomas d’Aquin, s’est efforcée de manière exceptionnelle de réconcilier foi et raison et qu’une vraie curiosité de savoir animait la vie et les débats intellectuels des universités.

  • 42 Beaune C., Jeanne d’Arc, op. cit., p. 13.
  • 43 Duby G. et A., Les Procès de Jeanne d’Arc, Gallimard, Julliard, 1973, p. 246.
  • 44 Ibid.
  • 45 Rappelons que le procès de condamnation de Jeanne a certes lieu devant un tribunal d’Église, mais q (...)
  • 46 Duby G., Le Chevalier la femme et le prêtre, Paris, Robert Laffont, 1997.
  • 47 Duby G., Mâle Moyen Âge, de l’amour et autres essais, Paris, Flammarion, 1988.
  • 48 Ibid., p. 38.
  • 49 Le Chevalier la femme et le prêtre, op. cit., p. 129.
  • 50 Ibid., p. 129.
  • 51 Ibid., p. 130.

22Sur bien des points, Régine Pernoud se distingue d’une pensée historique dominante. Le mérite d’avoir relancé les études johanniques et d’avoir contribué à reconsidérer la réalité de Jeanne d’Arc lui revient. Jeanne est selon Colette Beaune : « la figure de femme la mieux documentée de toute l’histoire42 », à condition, précisément, de s’en tenir aux documents. Pourtant, dès qu’il est question de sa sainteté, les passions se réveillent. Georges et Andrée Duby s’appuient, eux aussi, fidèlement sur les actes du procès, mais ils accusent les promoteurs du procès de réhabilitation d’avoir transformé Jeanne en « bigote ». Le terme très péjoratif et ironique cherche à nier une vérité incontestable. D’après tous les témoignages, Jeanne était bien une jeune fille très pieuse : « En quête de tous les moyens de la réhabiliter, Jean Bréhal en 1456 avait recueilli, sans beaucoup s’en préoccuper, des dépositions qui fournissaient de quoi la transformer en bigote. Ce qu’elle n’était pas davantage43. » À leurs yeux Jeanne reste celle qui s’est opposée à l’Église institutionnelle, la « fille du peuple » chère à Michelet. L’Église aurait cherché à « récupérer celle qui l’a tant contestée. » Pour cela, par sa canonisation, elle n’aurait pas hésité par de « subtils artifices » à « amoindrir », « afin qu’elle s’ajustât à l’image de la sainteté que l’on se faisait alors dans l’Église catholique, la figure de cette chrétienne qui ne s’inclinait point devant les prêtres44 ». Jeanne, chrétienne insoumise, victime de l’Église, on retrouve là un thème anticlérical souvent exploité45. Sans jamais la citer, car elle ne le mérite pas, Georges Duby a tenu à s’opposer à Régine Pernoud, dans la vision qu’elle a donnée de la place des femmes au Moyen Âge. Il le fait dans deux ouvrages : Le Chevalier, la femme et le prêtre46 et Mâle Moyen Âge47. Il y conteste notamment la fonction libératrice du sacrement de mariage instauré et codifié par l’Église. Il reconnaît que l’Église a instauré le consentement mutuel comme condition de validité, mais doute de son application réelle : « Celle que l’on donne, qu’un homme donne à un autre homme, a son mot à dire. Le dit-elle48 ? » Il décrit les moines comme des « contempteurs attitrés du monde charnel », même dans le mariage : « Ils appelaient à réprimer le désir dans le lit conjugal49. » On retrouve l’image récurrente de l’Église hégémonique qui tente, dans tous les domaines, de contrôler et d’asseoir son pouvoir sur la conscience des fidèles en les soumettant à des lois de plus en plus contraignantes qu’elle est la seule à décider. L’institution du mariage ne servirait qu’à cela, à enserrer le peuple laïc « dans un filet dont la maille serait la cellule conjugale bénite. Plus de marginaux, plus d’union libre50 ». Il nous décrit une autorité ecclésiastique envahissante qui en vient à « prétendre juger seule, à réclamer la compétence exclusive en matière de mariage51 ».

  • 52 Duby G., Le Moyen Âge, l’Europe des cathédrales, 1140-1280, Genève, Skira, 1966, p. 72.
  • 53 Delort R., La Vie au Moyen Âge, op. cit., p. 211.
  • 54 Le Goff J., La Civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Flammarion, 1964, nouvelle édition, 1982 (...)
  • 55 Ibid., p. 239.
  • 56 Ibid.
  • 57 Le Goff J., op. cit., p. 280.
  • 58 Ibid., p. 282.
  • 59 Ibid., p. 173.
  • 60 Ibid., p. 261.
  • 61 Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 72.
  • 62 Ibid., p. 149. Dans Le Moyen Âge pour quoi faire ?, Paris, Stock, 1986, elle cède la parole à ses c (...)
  • 63 Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 120.

23L’Église est accusée de tous les maux par beaucoup d’historiens médiévistes qui renouent en cela avec une tradition bien établie d’anticléricalisme. Même les cathédrales ne trouvent pas toujours grâce à leurs yeux. Georges Duby, qui pourtant a su si bien les décrire, n’hésite pas à en parler comme d’un moyen de « répression » des hérésies. Il dénonce « l’art des cathédrales gothiques qui dans toute la chrétienté devint alors l’instrument le plus efficace peut-être de la répression catholique52 ». Robert Delort, pourtant si nuancé, chante, lui aussi, ce couplet sur « l’asservissement des forces vives de l’Occident que permettent les constructions des cathédrales et abbayes53 ». Jacques le Goff considère que la tripartition de la société médiévale en trois ordres, ceux qui prient : le clergé, ceux qui se battent : les nobles, ceux qui travaillent : les paysans, est une invention des clercs destinée à sacraliser cette division pour en étouffer les conflits et « désamorcer la lutte des classes » en soumettant les travailleurs et les nobles au pouvoir de l’Église54. Cette sacralisation qui prétend faire d’une structure sociale une « réalité objective et éternelle créée et voulue par Dieu » a pour but « de rendre impossible une révolution sociale55 ». Selon lui, le remplacement du terme « ordre » par « condition », puis par « état » témoignerait de la laïcisation de la vision de la société56. Nous retiendrons de ces propos de Jacques Le Goff les concepts marxistes utilisés. La société médiévale est travaillée par la lutte des classes, qui s’étend à la condition féminine57. L’Église est encore une fois accusée de dissimuler sous un discours apparemment neutre d’arbitrage impartial entre faibles et forts le « parti qu’elle a le plus souvent concrètement choisi du côté des oppresseurs58 ». Elle-même ayant sacralisé son ordre par la grâce de Dieu. Jacques Le Goff met en cause aussi l’Église et le christianisme comme « une force anti-progressiste » qui aurait empêché les nouveautés dans le domaine technique. Innover aurait été selon lui « une monstruosité, un péché59 ». Le christianisme aurait maintenu aussi la femme dans une position d’infériorité et n’aurait rien fait pour améliorer sa condition60. Force est de reconnaître le caractère idéologique et orienté, parfois, de la pensée de ces grands historiens. Dès les années 1960, ils ont contribué à tracer les grandes lignes d’une pensée dominante en histoire, largement relayée par l’université dont ils sont les plus beaux fleurons. On conçoit que l’œuvre de Régine Pernoud pèse peu face à ces poids lourds de l’historiquement correct. Elle a conscience d’ailleurs de la vanité de son combat, perdu d’avance contre les postulats et les principes théoriques qui prévalent : « Certes, en opposant ainsi schéma pour schéma, nous ne pouvons manquer de mesurer qu’il y a irrévérence presque sacrilège, à prendre de telles libertés avec les dogmes61… » Un de ces dogmes, le plus puissant depuis Hegel, relayé par diverses idéologies : le marxisme, le scientisme, est celui de progrès continu de l’humanité dans tous les domaines. Régine Pernoud ne nie pas l’idée d’un progrès général de l’humanité, mais celui-ci est discontinu62. Il y aurait donc des avancées, puis des retours en arrière, des domaines où l’humanité avance et d’autres où elle recule. Et surtout la nouveauté n’est pas toujours synonyme de progrès. Peut-être l’humanité a-t-elle avancé au Moyen Âge sur certains points, puis reculé par la suite (la condition de la femme, par exemple). Faut-il aussi toujours donner des leçons de droits de l’homme au Moyen Âge ? Régine Pernoud pose cette plaisante question : « Pour l’historien de l’an 3 000, où sera le fanatisme ? Où l’oppression de l’homme par l’homme ? Au XIIe siècle ou au XXe siècle63 ? »

  • 64 « Donc si on rencontre le Moyen Âge, on rencontre l’Église », Gally M., « Le Moyen Âge comme métaph (...)
  • 65 Benoît J. L., « Représentations de l’Église médiévale », Fantasmagories du Moyen Âge, Senefiance, B (...)
  • 66 Nous nous étonnons des limites fixées à la féodalité.
  • 67 Notons la confusion entre « jugement particulier » et « jugement dernier ».

24Régine Pernoud défend le Moyen Âge contre les préjugés et les clichés qui le dévalorisent. Son œuvre immense éclaire d’un jour favorable de nombreux aspects de la société et de la culture médiévales. Pour cela, elle a dû combattre une longue tradition historiographique, qui en a présenté un tableau souvent assombri par des partis pris. Les historiens contemporains, malgré leur indéniable souci de scientificité, sont aussi parfois portés à des jugements tendancieux assénés comme des dogmes. L’Église médiévale que l’on rencontre inévitablement lorsque l’on se penche sur cette période, comme l’écrit justement Michèle Gally64, est au cœur de ces visées polémiques. J’ai montré ailleurs65 à quel point elle est caricaturée dans la BD contemporaine et le cinéma, en particulier dans un film inspiré de l’œuvre d’Umberto Eco, Le Nom de la Rose. L’école, en France, accorde peu de place au Moyen Âge et véhicule les mêmes clichés. Il est impossible ici d’examiner l’image stéréotypée du Moyen Âge donnée dans les manuels de français et d’histoire de cinquième. C’est l’unique classe où le programme réserve une place importante à l’étude du Moyen Âge. Contentons-nous de quelques observations sur le manuel d’histoire de 5e, programme 2010, des éditions Magnard, chapitre : « l’Occident féodal (XIe-XVe siècles66) ». On y trouve le jugement suivant : « L’Église contrôle les pratiques et les croyances » (p. 72). « Les hommes qui ont le sentiment que Dieu et le Diable s’affrontent sont habités par la peur : peur des épidémies, de la famine, de la nature et de la mort. Ils redoutent le Jugement dernier qui après leur mort conduira leur âme en Enfer ou au Paradis et veulent assurer leur salut67 » (p. 72). La même idée de la peur omniprésente est répétée trois fois en deux pages (p. 72-74). L’homme médiéval est donc essentiellement terrorisé par les croyances absurdes imposées par l’Église et par ses terribles conditions de vie. « Il n’est d’histoire que du présent » dit Lucien Febvre, le cofondateur de l’école des Annales. L’historiographie a toujours été influencée par les choix de l’historien. Elle a été utilisée aussi pour former la conscience des citoyens. Le Moyen Âge est à ce titre une période sensible soumise à des enjeux majeurs. La fascination qu’il exerce à nouveau sur le public est due en partie au laborieux et courageux travail d’une femme historienne. Mal pensante et historiquement incorrecte, elle a été vilipendée par des hommes historiens. « Mâle Moyen Âge » !

Notes

1 Pernoud R., Pour en finir avec le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1977, rééd. 1979, coll. « Points », p. 6.

2 Elle écrit : « En tant qu’historienne, je me suis lancé un défi : transmettre dans un langage simple ce que j’avais découvert par des recherches difficiles. » (Histoire et lumière, Paris, éd. du Cerf, 1998, p. 19.)

3 Beaune C., Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004, p. 9.

4 Pernoud R., Pour en finir avec le Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1977, Points Histoire, 1979, p. 148.

5 Cité dans La Femme au temps des cathédrales, Paris, Livre de poche, 1980, p. 27.

6 Ibid., p. 24.

7 Ibid., p. 20.

8 Ibid., p. 28.

9 Ibid., p. 224.

10 Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 90.

11 Chrétien de Troyes exprimera ces contradictions entre un amour destructeur du lien matrimonial (Le chevalier de la charrette) et un amour qui concilie courtoisie et mariage (Érec et Énide).

12 J’ai nom Jeanne la Pucelle, op. cit., p. 143.

13 Jeanne d’Arc, op. cit., p. 248-249.

14 J’ai nom Jeanne la Pucelle, op. cit., p. 142.

15 Jeanne d’Arc, op. cit., p. 251.

16 Ibid., p. 253.

17 Vauchez A., Jeanne d’Arc et le prophétisme féminin XIVe-XVes., Colloque d’histoire médiévale, Orléans, 1979. Beaune C., Jeanne d’Arc, Paris, Perrin, 2004.

18 Ibid., p. 11.

19 Pernoud R., Jeanne d’Arc, op. cit., p. 307.

20 Ibid., p. 12-13.

21 La Femme au temps des cathédrales, op. cit., p. 97.

22 Ibid., p. 98.

23 Ibid.

24 La Femme au temps des cathédrales, op. cit., p. 105-406.

25 Histoire du peuple français, Parias L. H. (dir.), Paris, Nouvelle Librairie de France, 1961, 1988, p. 397-407.

26 Ibid., p. 359, 409-412.

27 Près de 150 métiers. Cf. aussi Blais M., Sacré Moyen Âge, Montréal, Bibliothèque québécoise, 2002, p. 136.

28 Delort R., La Vie au Moyen Âge, Paris, Le Seuil, 1972, 1982.

29 Ibid., p. 148.

30 Pernoud R., Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 74.

31 Ibid., p. 76.

32 Ibid., p. 79.

33 Ibid., p. 118.

34 Histoire du peuple français, op. cit., p. 428.

35 Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 113.

36 Ibid., p. 113. De même les procès en sorcellerie se développent surtout au XVIe et au XVIIe siècles devant des tribunaux laïcs.

37 Cf. l’ouvrage controversé de Gougenheim S., Aristote au Mont-Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne, Paris, Le Seuil, coll. « L’univers historique », 2008.

38 Ibid., p. 45.

39 Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 17.

40 Lumière du Moyen Âge, op. cit., p. 135-199 (ch. « Les lettres, les arts »)

41 Ibid., p. 139.

42 Beaune C., Jeanne d’Arc, op. cit., p. 13.

43 Duby G. et A., Les Procès de Jeanne d’Arc, Gallimard, Julliard, 1973, p. 246.

44 Ibid.

45 Rappelons que le procès de condamnation de Jeanne a certes lieu devant un tribunal d’Église, mais que la procédure est falsifiée par des considérations politiques. L’accusée n’a pas même d’avocat.

46 Duby G., Le Chevalier la femme et le prêtre, Paris, Robert Laffont, 1997.

47 Duby G., Mâle Moyen Âge, de l’amour et autres essais, Paris, Flammarion, 1988.

48 Ibid., p. 38.

49 Le Chevalier la femme et le prêtre, op. cit., p. 129.

50 Ibid., p. 129.

51 Ibid., p. 130.

52 Duby G., Le Moyen Âge, l’Europe des cathédrales, 1140-1280, Genève, Skira, 1966, p. 72.

53 Delort R., La Vie au Moyen Âge, op. cit., p. 211.

54 Le Goff J., La Civilisation de l’Occident médiéval, Paris, Flammarion, 1964, nouvelle édition, 1982, p. 237.

55 Ibid., p. 239.

56 Ibid.

57 Le Goff J., op. cit., p. 280.

58 Ibid., p. 282.

59 Ibid., p. 173.

60 Ibid., p. 261.

61 Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 72.

62 Ibid., p. 149. Dans Le Moyen Âge pour quoi faire ?, Paris, Stock, 1986, elle cède la parole à ses coauteurs Jean Gimpel et Raymond Delatouche qui montrent ce que les coutumes et les techniques médiévales pourraient apporter aux pays du Tiers Monde, propulsés dans une technologie inadaptée à leurs besoins.

63 Pour en finir avec le Moyen Âge, op. cit., p. 120.

64 « Donc si on rencontre le Moyen Âge, on rencontre l’Église », Gally M., « Le Moyen Âge comme métaphore, deux adaptations théâtrales de la matière médiévale », Images du Moyen Âge, Durand-Le Guern I. (dir.), Rennes, PUR, 2006, p. 273.

65 Benoît J. L., « Représentations de l’Église médiévale », Fantasmagories du Moyen Âge, Senefiance, Burle-Errecade E. et Naudet V. (dir), Aix-en-Provence, PUP, 2010, p. 159-166.

66 Nous nous étonnons des limites fixées à la féodalité.

67 Notons la confusion entre « jugement particulier » et « jugement dernier ».

Auteur

Université de Bretagne Sud, Lorient laboratoire HCTI

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540