Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Conclusions croisés

Du ciel à la terre : un clergé agriculteur ?

Réflexions sur un acteur rural visible mais insaisissable (xvie-xixe siècle)

Jean-Marc Moriceau

Texte intégral

1Au terme de ce colloque, on saisit mieux le triple rôle que le premier ordre des sociétés trifonctionnelles a longtemps gardé à l’égard des choses de la terre : une dimension spirituelle ; une dimension économique ; une dimension socio-culturelle.

2Dans le premier volet de ce triptyque, la protection des fruits de la terre et du travail de l’homme, qui passait par l’assurance de la fécondité des récoltes à venir et la bonne santé du bétail, répondait à une grille de lecture agro-pastorale de l’évolution de l’humanité. De ce point de vue, l’inscription culturelle des textes fondateurs des grandes religions monothéistes a joué un rôle déterminant. Cette dimension spirituelle reste éclatante dans le christianisme qui a forgé les grands repères de notre calendrier. Par un effet de retour, l’étroite association entre la vie spirituelle et l’économie agraire se retrouve dans les conquêtes religieuses en terre de mission et les reconquêtes récentes. La mise en forme d’une doctrine sociale catholique au xixe siècle y puise de nombreux éléments. Les pages qui précèdent ont souligné ainsi l’insertion du clergé dans le mouvement coopératif en Franche-Comté (caisses rurales) et son parrainage moral des cercles agricoles du Québec jusqu’au congrès de l’Association bretonne, quelques décennies avant l’investissement dans la JAC, laissée en dehors du champ d’observation. Cruce et aratro, le suivi étroit de l’agriculture a offert un terreau longtemps sans égal à l’action pastorale.

3La fonction de valorisation des produits du sol est inhérente au statut du clergé en tant que collecteur de redevances, de fermages voire de propriétaire-exploitant, comme l’ont été avec évidence ces curés Crackanthorp, père et fils, au sud de Cambridge. Cette dimension économique (negotium) a trouvé longtemps à se développer par la reconnaissance sociale qui était accordée aux prêtres et aux religieux sous forme de dons, de legs, de dîmes. Mais il en allait de même pour des institutions religieuses comme les communautés sacerdotales du Massif central ou les confréries lorraines qui jouèrent le rôle de mutualités agricoles ou de banques rurales du xve siècle à la banqueroute de Law.

4La dernière fonction tient au rôle socio-culturel des clercs : initiateurs du progrès agricole en tant que vulgarisateurs de procédés nouveaux et d’intermédiaires culturels entre villes et campagnes, entre culture savante et culture populaire, entre élites intellectuelles et communautés paysannes et même entre patois et langue nationale. Cette position de relais se maintient au xixe siècle comme on le voit au Québec aux prônes du Charlevoix ou le concours annuel des fermiers du Grand séminaire, qui développent autant les connaissances comptables qu’agronomiques. Cette dimension intellectuelle a débouché sur une participation aux comices et à l’enseignement agricole jusqu’à l’intégration dans la voie syndicale à la fin du xixe siècle. Ici aussi, l’action n’a pas été qu’individuelle puisque le clergé formait la matrice d’institutions collectives dont on perçoit l’impact dans le cadre des fermes-écoles du Québec jusqu’au Liban.

5Ces trois dimensions ont pu jouer séparément ou conjointement selon les époques et les lieux. Leur conjonction manifeste sous l’Ancien Régime a souvent conféré au premier ordre un rôle de premier plan, comme cela a pu être le cas en France entre 1740 et 1790. Alors les curés, informateurs occasionnels des administrateurs, ont pu jouer un rôle de diffuseurs des cultures nouvelles (pommes de terre et prairies artificielles) comme en Aquitaine ou bien dans des contextes de colonisation comme les Pías fundaciones du cardinal Belluga lors des campagnes d’irrigation de la région du bas Segura entre 1710 et 1740. On n’en a pas fini de découvrir l’empreinte d’un clergé aussi diversifié qu’ubiquiste : n’est-ce pas un ermite lorrain qui fait découvrir la pomme de terre au petit Jamerey-Duval en 1709 ?

6Producteurs d’archives agricoles, de comptabilités, de recueils de contrats, les clercs ont souvent constitué un observatoire de l’évolution de la production. Les grandes enquêtes d’histoire économique qui firent les beaux jours des années 1970 y ont puisé largement. Mais cette rente de situation s’est arrêtée pour une grande part entre 1780 et 1860 selon les calendriers nationaux de suppression du régime féodal.

7Dans la richesse des contributions réunies à Rennes par Florent Quellier et Georges Provost, retenons quelques traits saillants. La remise en cause de clichés convenus en est bien un. Rien que dans le jardin, pré carré de bon nombre d’ecclésiastiques, les exemples qui valorisent la fonction productive abondent. Ce rôle économique est perceptible aussi bien chez les religieux parisiens au xvie siècle que chez les carmélites de Rennes au xviie siècle, les curés de l’Île-de-France du xviiie siècle comme celui de Bonnières en 1782, ou les chanoines bretons de la même époque. En dehors de la fonction récréative remise à l’honneur par la réforme tridentine, le jardin d’Ancien Régime nous ouvre sur la diversification horticole que l’on entrevoit en particulier dans l’acclimatation des légumes exotiques et des arbres fruitiers. Dans l’attitude à l’égard de la production agricole, des contradictions surgissent selon le statut des différents clergés : qu’un curé soit exploitant ou simple décimateur, qu’il bénéficie d’une dîme « novale » ou d’une « verte dîme », et ses intérêts à l’égard des changements de culture ne seront pas les mêmes. Du conservatisme inhérent au propriétaire foncier qui défend sa rente à l’audace relative de l’exploitant agricole qui peut s’offrir quelques écarts à la règle car les risques sont faibles, le clergé comporte tout un éventail d’acteurs qui n’opèrent pas tous dans le même sens. Le changement est aussi chronologique. Des distanciations s’opèrent dans le mode de vie au xviiie et surtout au xixe siècle, avec le passage du statut de propriétaire-exploitant à celui de rentier en suivant l’itinéraire déjà emprunté par des éléments précurseurs comme les chapitres cathédraux anglais.

8L’examen des bibliothèques confirme bien la présence de littérature agronomique – en particulier des ouvrages de vulgarisation – mais il ne vient pas appuyer l’image traditionnelle d’élites soucieuses du progrès agricole. Il est vrai qu’on souffre d’un manque de comparaisons avec d’autres milieux sociaux et d’autres secteurs géographiques. Surtout l’analyse ne sait éviter des biais documentaires : elle se limite aux volumes reliés qui conservent une valeur marchande et derrière des titres souvent abrégés, on ne saisit pas toujours l’année de l’édition – souvent une réédition complétée – ce qui expose parfois à des interprétations un peu rapides.

9Des éclairages ont été lancés mais ils appellent d’inévitables approfondissements. Il nous faut une mesure quantifiée de l’impact du clergé dans la production agricole : le colloque a souvent montré un cantonnement de l’intervention directe du clergé dans le secteur primaire, à la fois géographique et social. Du jardin réservé de l’Ancien Régime aux initiatives post-révolutionnaires en matière de défrichement de landes, l’action des ecclésiastiques se situe souvent à la marge, dans le prolongement du sacerdoce. Dans ce domaine, quelle représentativité accorder aux coups de sonde qui apparaissent ici ? Chronologiquement et géographiquement, les variations sont très importantes. C’est avant 1650 et à l’est du Cotentin que le clergé réagit contre le couchage en herbe qui perturbe le système décimal mais c’est après 1750 et au sud-ouest du Cotentin cette fois qu’éclatent les conflits à propos des prairies artificielles. Dans un cas comme dans l’autre, la contrainte institutionnelle que maintient le clergé débouche sur une remise en cause de la légitimité de la dîme. Pour une même province la situation peut apparaître contradictoire : en Haute-Bretagne, les curés sont les grands absents des comices agricoles du xixe siècle à la différence de leurs confrères de Basse-Bretagne, semble-t-il. Socialement, il est bien difficile de comparer entre les institutions religieuses et les dignitaires ecclésiastiques, tant leurs dotations foncières ont été variables jusque dans les chapitres des cathédrales anglaises selon qu’elles étaient de fondation ancienne ou nouvelle. Qualitativement, il nous faut aussi des comparaisons de résultats, il faut évaluer les succès et les échecs : l’exemple québécois souligne que le patronage moral n’assure pas nécessairement une légitimité doctrinaire en économie rurale. Il nous manque enfin une cartographie agricole.

10Pourtant, des éléments de réponse ont déjà été apportés. En 1783 sur 2 500 curés, seuls 20 peuvent être identifiés comme agronomes en Vénétie ; dans les Annals of Agriculture, en 1795 et 1796, 9 à 18 % des articles sont signés par des curés mais seulement 3 monographies sur les 80 des Agricultural Reports que publie le Board of Agriculture de 1793 à 1820 ; de 1894 à 1903, 41,9 % des présidents de cercles agricoles du Charlevoix sont des curés mais ces derniers ne représentent que 21 % des conférenciers retenus aux conventions des missionnaires agricoles qui se tiennent chaque année au Québec de 1895 à 1920. Des secteurs géographiques ont reçu un vif éclairage comme les prairies artificielles et le couchage en herbe en Normandie de 1600 à 1800, la sériciculture au Liban, l’amélioration des races bovines en pays de Montbéliard ou l’industrie laitière au Québec au xixe siècle.

11Finalement, des individualités se détachent comme le pasteur Schroeder en Alsace, le curé de Grateloup dans l’Agenais en 1758, le mennonite Joseph Graber qui présente les premières vaches montbéliardes au concours de Langres en 1872, l’abbé Quillet qui fonde la première caisse rurale du Doubs en 1893, le recteur Colin à Duault (Côtes-d’Armor) de 1876 à 1909, Mgr Benjamin Pâquet, le directeur du Grand séminaire de Québec de 1893 à 1900. Des minorités ont été reconnues comme les anabaptistes de Montbéliard, les trappistes de la Double en Périgord ou ces curés voyageurs malgré eux comme les prêtres normands exilés en Allemagne pendant la Révolution mais dont on ignore l’impact sur l’agriculture française à leur retour au pays. Dans tous ces exemples, le questionnement porte sur la vertu de l’exemple, la contagiosité du succès, l’émulation progressiste.

12Dans cette logique, l’État a tantôt soutenu tantôt freiné, notamment par des mesures fiscales, les initiatives du clergé. L’action de ce dernier s’est souvent compliquée par des oppositions avec les instances régionales ou locales de décision. L’implication idéologique a longtemps été celle du capitalisme – et des grandes structures de production et d’exportation – mais, peu à peu, l’accent s’est renforcé sur la petite exploitation marchande : c’est sans doute l’une des clés de l’audience du clergé auprès des populations rurales du xixe siècle. Finalement, quelle que soit la branche du christianisme, du cardinal Belluga à un John Mastin fidèle à la country business de 1778 à 1829, les différents clergés ont été, dans les campagnes, autant les agents du salut que les promoteurs du développement agricole.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540