Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant dans les Lettres

 | 
Valérie Cangemi
, 
Alain Corbellari
, 
Ursula Bähler

Deuxième partie. Facettes de la vulgarisation

Vulgariser et édifier

Ferdinand Lot ou le Moyen Âge au service de la nation

Agnès Graceffa

Texte intégral

  • 1 Celui qui avait été le maître de Lot, Arthur Giry, fut convoqué comme expert en écriture par le tr (...)

1L’historien Ferdinand Lot (1866-1952), chartiste, professeur en Sorbonne et membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, a été salué par ses pairs comme l’historien médiéviste le plus brillant de sa génération. Sa carrière d’érudit fut consacrée à l’édition de textes, à des questions philologiques et à l’étude, notamment institutionnelle, du haut Moyen Âge. Son parcours, ses écrits et son positionnement font de lui un modèle de l’érudit et du savant médiéviste de la Troisième République. Avare en prises de parole publiques, à l’image de ses collègues historiens qui avaient connu les affres de l’Affaire Dreyfus1, son activité d’écrivain se cantonne, tout au long de sa vie, à l’histoire médiévale.

  • 2 Lot F., Les Invasions germaniques. La pénétration mutuelle du monde barbare et du monde romain, Pa (...)

2D’abord auteur d’études érudites, il donne, en 1927, pour L’Évolution de l’humanité, une première synthèse, intitulée La Fin du monde antique et le début du Moyen Âge. Conformément à l’ambition de la célèbre collection d’Henri Berr, l’ouvrage est destiné à un public universitaire et vise l’excellence. Il en est de même pour Les Invasions germaniques qui paraît sous sa signature en 1935 dans la Bibliothèque historique, chez Payot2.

3À près de soixante-cinq ans, pourtant, Lot choisit de s’adresser à un public plus large : il publie en 1941 chez Gallimard, maison généraliste, La France des origines à la guerre de Cent ans, puis dans la Bibliothèque historique de Fayard les deux volumes La Gaule (1947) et Naissance de la France (1948). C’est sur cette production, que nous qualifierons de vulgarisation de qualité, que nous nous proposons de nous arrêter ici, pour nous interroger sur les motivations et les choix de notre auteur quant à la forme, aux problématiques et au contenu de ces derniers ouvrages. Un retour préalable sur le parcours de Lot nous permettra de mieux saisir les raisons qui fondèrent le passage du savant aux lettres.

  • 3 Ibid., p. 3-118. Plusieurs notices nécrologiques sont également à mentionner, notamment celle de G (...)
  • 4 Bibliothèque de l’Institut, Fonds Ferdinand Lot. Sur ce dépôt, Mahn-Lot M., « À propos des papiers (...)
  • 5 Graceffa A., « Ferdinand Lot et l’Allemagne », Francia, 42, 2010, p. 283-315.

4Notre connaissance de Ferdinand Lot se fonde sur une pluralité de sources : ses écrits, tout d’abord, et leur réception par la communauté scientifique, mais également la longue notice biographique que lui a consacrée son élève Charles-Edmond Perrin en 1968, en introduction au posthume Recueil des travaux historiques3. À cela s’ajoutent ses archives personnelles de savant, déposées par sa fille Marianne, chartiste et bibliothécaire, à la Bibliothèque de l’Institut4. Celles-ci rassemblent des notes de cours, des manuscrits annotés, quelques inédits, des projets de recherche et une nombreuse correspondance érudite qui offre au lecteur un accès exceptionnel au réseau scientifique international au sein duquel Lot tint une place centrale5. Des éléments qui nous permettent ici d’appréhender les raisons personnelles, professionnelles et intellectuelles qui présidèrent au choix, tardif, de Lot, de se tourner vers la vulgarisation, et d’envisager les conditions de cette réalisation.

Un parcours d’érudit

  • 6 Lot conserve néanmoins son séminaire à l’EPHE jusqu’en 1939 : Fonds Ferdinand Lot, Bibliothèque de (...)

5Né le 20 septembre 1866 à Paris, Ferdinand Lot est reçu à l’École des chartes en 1886. Il débute sa carrière à la bibliothèque de la Sorbonne, et choisit de parfaire sa formation en suivant divers cours de philologie et de diplomatique, notamment à l’École Pratique des Hautes Études. La mort soudaine de son professeur Arthur Giry, en 1899, lui offre l’opportunité d’y obtenir une charge de conférences, et, une fois sa thèse de doctorat soutenue, il est nommé maître de conférences, puis professeur, à la Faculté des Lettres de Paris, jusqu’à son départ à la retraite en 19376.

  • 7 Nous renvoyons ici à la volumineuse bibliographie de l’auteur, qui a été dressée par ses élèves da (...)

6Le parcours académique de Lot apparaît de fait tout entier tourné vers la recherche. Il s’inscrit initialement dans la continuité des travaux de son maitre Giry (publication des Annales et des diplômes carolingiens), puis multiplie les centres d’intérêt. Il s’attelle à des sujets d’étude très divers : le Lancelot en prose, le Polyptyque d’Irminon, l’État des paroisses et des feux de 1328, les enceintes urbaines et leur évolution7. Pour chacun de ceux-ci, il s’efforce de renouveler les problématiques classiques en s’inspirant ou en mobilisant l’ensemble des sciences et techniques auxiliaires alors disponibles : la philologie et la linguistique comparée, la toponymie, l’histoire du droit, la paléographie, l’archéologie et l’anthropologie physique, mais également l’outil statistique. Ses travaux se divisent entre deux grands centres d’intérêt : d’une part l’histoire littéraire du Moyen Âge sous l’angle philologique (matière de Bretagne, philologie celtique, origine des chansons de geste), et de l’autre le haut Moyen Âge, depuis la fin du monde antique jusqu’à la formation de la France féodale.

  • 8 Sur les raisons de ce délai et sa gestion, voir Perrin Ch.-Ed., op. cit., p. 51.
  • 9 Il échange notamment à ce sujet avec Bruno Krusch, Ernst Stein et Ludwig Schmidt, à savoir les his (...)
  • 10 Perrin Ch.-Ed., op. cit., p. 36-37.

7C’est autour de ce second thème que Lot s’essaye, pour la première fois en 1927, à la synthèse historique. Ce choix n’est pas spontané puisqu’il répond là à une commande, celle d’Henri Berr, exprimée dès 1909. La rédaction s’avère particulièrement longue : elle dure dix-huit années8, pendant lesquelles l’auteur contacte plusieurs historiens, notamment allemands, pour proposer l’approche historiographique la plus actualisée possible9. Il inscrit cette thématique au programme de ses conférences en Sorbonne, afin de tester les thèses et analyses qu’il souhaite exposer, et l’adéquation de sa présentation avec le public étudiant10. Ses efforts, finalement, sont couronnés de succès : La Fin du monde antique et le début du Moyen Âge le distingue comme le spécialiste français du haut Moyen Âge (époque barbare), à côté de son collègue Louis Halphen. L’ouvrage reçoit un accueil excellent, que confirment de nombreuses rééditions (1951, 1968, 1989, 2000, en édition de poche depuis 1968).

  • 11 Ganshof F.-L., Lot F., Pfister Ch., Histoire du Moyen Âge, I : Les Destinées de l’Empire en Occide (...)
  • 12 Fond Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7306, f° 347 : lettre de Marc Bloch datée du 26/02/1933.
  • 13 Lot rappelle dans un manuscrit inédit les difficultés successives rencontrées depuis le début de c (...)
  • 14 Fawtier R., Lot F. (dir.), Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, Paris, PUF, 1957-196 (...)

8La rédaction de synthèses universitaires constitue pour Lot un exercice non seulement extrêmement sérieux, mais surtout très délicat. C’est pour cela qu’il privilégie les projets collectifs, et préfère s’associer les collègues qu’il estime les plus compétents en la matière, comme François-Louis Ganshof et Christian Pfister pour le premier volume de l’Histoire du Moyen Âge11. En 1933, il renonce à se charger du volume de L’Évolution de l’humanité consacré à la féodalité, et propose Marc Bloch pour le remplacer : ce sera le fameux La Société féodale, paru en 1939-194012. La refonte du Manuel des institutions médiévales d’Achille Luchaire, que les Presses universitaires de France lui confient en 193713, ne paraît quant à elle que plusieurs années après sa mort, avec l’aide de Robert Fawtier14.

  • 15 Lot F., « L’histoire à l’École des hautes études », Célébration du cinquantenaire de l’École prati (...)
  • 16 Id., « Allocution autobiographique », Recueil des travaux historiques, op. cit., I, p. 121.
  • 17 Lot F., Les Invasions germaniques. La pénétration mutuelle du monde barbare et du monde romain, Pa (...)
  • 18 Mahn-Lot M., « Ferdinand Lot », Encyclopaedia Universalis, 2008, [http://www.universalis-edu.com/e (...)

9Ces exemples successifs montrent l’estime dont Lot dote la fonction de transmission des savoirs. Tout au long de sa carrière, il prend extrêmement à cœur son rôle de formateur, qu’il considère central dans son métier : pour son ancien maître, Gabriel Monod, il a d’ailleurs les mots suivants : « Monod a fait plus que des livres, il a fait des élèves. C’est là le meilleur de son œuvre15. » Et lors de sa propre allocution autobiographique, écrite à l’occasion de son quatre-vingtième anniversaire, il se décrit lui-même non pas sous les traits d’un « grand » historien, ni d’un « grand » érudit, mais d’un « véritable directeur d’études16 ». Le fait d’écrire et de publier semble ainsi ne se concevoir pour lui que dans cette perspective de formation et de transmission. Et ce positionnement s’avère en totale cohésion avec sa conception de l’histoire, que ce soit comme science, ou comme discipline. Dans le premier cas, il n’hésite jamais à rappeler le postulat d’indépendance et l’impératif d’objectivité qui régissent le travail de l’historien. Ainsi, dans les avertissements portés aux rééditions successives des Invasions germaniques, en 1939 et en 1945, il précise : « Nous nous permettrons seulement de mettre en garde le lecteur contre l’assimilation qu’il pourrait être tenté d’établir entre Germains et Allemands » et espère qu’« à défaut d’autres mérites, ce petit essai de synthèse a celui d’une stricte objectivité17 ». Mais parallèlement, Lot estime que l’historien ne doit pas « s’interdire de porter des jugements éthiques », et il défend la place de « l’imagination, [qui] alliée à la critique des textes, joue un rôle essentiel pour reconstruire le passé18 ». Il assume ainsi pleinement son rôle d’historien dans la cité, et revendique la part subjective, intuitive, quasi michelétienne, de la science historique.

  • 19 La bibliographie de Lot rassemble près de trente références sur la question de l’organisation de l (...)
  • 20 Perrin Ch.-Ed., op. cit. p. 107.
  • 21 Charle Ch., La République des universitaires, 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, p. 92-93.

10Quant à sa conception de la discipline histoire, son effort, en tant qu’universitaire, consiste précisément à faire évoluer l’enseignement vers une approche moins scolaire et plus scientifique19. Tout au long de sa carrière, Lot apparaît comme un homme de convictions, mais entièrement consacré à sa mission d’érudit et d’enseignant. Ouvertement radical quant à ses opinions politiques20, il n’affiche pourtant jamais celles-ci publiquement, tant il lui semble que sa fonction, son rôle, sa mission, sont avant tout scientifiques, et l’obligent à une certaine retenue. Jusqu’à sa retraite donc, Lot s’en tient à cette illustre fonction de savant et de formateur des étudiants, et incarne, dans sa vie professionnelle et par ses publications uniquement universitaires, une sorte de version française et très parisienne du privat-docentisme allemand21.

Le tournant de la fin des années 1930

11En regard de ces éléments, le parcours de Lot, à la fin des années 1930, montre une rupture, ou tout du moins un tournant. Ce changement semble en effet découler d’une conjonction de facteurs, sur lesquels il convient de s’arrêter ici.

12Le premier d’entre eux relève de son parcours de vie. Lot part en effet à la retraite en 1937, et cette rupture avec le monde professionnel paraît en quelque sorte libérer sa parole. Les ouvrages qu’il donne ensuite ne sont plus uniquement le fait du chartiste ou du professeur en Sorbonne. Il écrit désormais en tant qu’historien et, selon les couvertures même de ses ouvrages, en tant que membre de l’Institut. Son public cible ne se compose désormais plus d’apprentis historiens, mais de la foule bien plus nombreuse des anonymes, auquel il s’adresse comme expert autorisé, détenteur d’un savoir qu’il se doit de diffuser au plus grand nombre. Cet effort de vulgarisation lui apparaît d’autant plus nécessaire qu’il est le spécialiste reconnu d’un moment particulier de l’histoire, celui des « invasions barbares » ou « germaniques », que les événements contemporains dotent d’une actualité toute particulière.

  • 22 Graceffa A., « Ferdinand Lot et l’Allemagne », op. cit., p. 285-286.
  • 23 Fonds Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7304a, f° 69.
  • 24 Entre autres Wilhelm Levison, Ernst Stein, Heinrich Spromberg, Ludwig Schmidt : Graceffa A., « Fer (...)

13Son jugement envers les Allemands a profondément évolué depuis les années 1910. De par sa formation, il a été nourri dans l’admiration de la science allemande22. Mais l’expérience douloureuse de la première guerre mondiale détruit cette conviction. En 1914, Lot s’insurge contre les exactions de l’Allemagne et le patriotisme forcené et obtus de ses savants : le soutien inconditionnel dont ils font preuve pour leur pays les place hors la culture, dans le camp de la barbarie23. La reprise progressive de relations scientifiques normalisées lui permet de rencontrer des historiens de langue allemande politiquement bien plus critiques : il prend conscience et des dangers réels de l’idéologie nazie, et de l’existence d’une réelle opposition outre-Rhin, y compris chez les savants24. Tout au long des années 1930, Lot est en relation épistolaire avec ces hommes et il a conscience de leurs difficultés et de leurs luttes. Sa méfiance vis-à-vis de l’Allemagne d’Hitler s’en trouve de fait renforcée, mais également son objectivité par rapport au destin historique du peuple allemand.

  • 25 Cette idée est développée dès 1894, dans son compte rendu de l’ouvrage d’H. d’Arbois de Jubainvill (...)
  • 26 Lot F., La Gaule, Paris, Fayard, 1947, p. 15-26 : « Le fondement ethnique ».
  • 27 Selon le terme utilisé par l’auteur dans le compte-rendu cité ci-dessus : Lot F., Bibliothèque de (...)
  • 28 Lot F., Les Invasions germaniques, op. cit., 1940, p. 3.

14Cette défiance est accrue par la conscience qu’a Lot des dérives idéologiques contemporaines, qui contaminent jusqu’aux discours savants. La dénonciation du concept de la race constitue ainsi pour lui un impératif moral. À chaque fois qu’il en a l’occasion, Lot rappelle l’inefficience du paradigme racial au regard de l’histoire25 : ainsi, dans La Gaule, il reprend le dossier anthropologique pour souligner le caractère pervers de l’approche raciste, selon laquelle chaque souche ethnique serait dotée de caractères physiques et moraux immuables26. L’histoire enseigne au contraire la réalité des mélanges et des acculturations permanentes, qui forment le creuset même du destin des peuples. À ce titre elle apparaît comme un démenti des plus efficaces contre ce qu’il nomme « le préjugé de la race27 ». Entre Français et Allemands, explique-t-il en 1940, « il n’existe pas de contraste racial fondamental. Notre opposition est d’un autre ordre et plus profond : elle est d’ordre moral28 ».

  • 29 Hartog F., Le XIXe siècle et l’Histoire. Le cas Fustel de Coulanges, Paris, PUF, 1988, p. 161 sq.
  • 30 Gorce M., Clovis 465-511, Paris, Payot, 1935. Sur cet ouvrage et son contexte, Graceffa A., « Les (...)
  • 31 L’utilisation de la figure de Jeanne d’Arc par le régime de Vichy a été souvent soulignée : Lanten (...)
  • 32 Schnitzler B., « Le casque de Baldenheim. Un exemple de détournement idéologique appliqué à l’arch (...)
  • 33 Cointet M., « Qui a inventé la francisque ? », Rouche M. (éd.), Clovis histoire et mémoire, 2, Par (...)

15Lot a alors pleine connaissance de l’usage fallacieux que certains courants politiques font de l’histoire, sous couvert de nationalisme, de la récupération de Fustel de Coulanges par l’Action française29 à celle de Clovis par l’extrême droite30. Le développement de l’idéologie ultranationaliste et fasciste, à la fin des années 1930, renforce la focalisation sur certains thèmes historiques, paradigmatiques dans la mesure où ils permettent la mise en scène des questions d’identité et de race. C’est notamment le cas des migrations barbares, ou du Germain « Aryen » dont on exalte la description physique et psychologique. L’avènement du régime de Vichy radicalise encore cette tendance, et impulse, parallèlement à la censure d’État, un véritable révisionnisme historique dont la figure de Jeanne d’Arc31 devient le fer de lance. Le matériel archéologique barbare ou franc est également investi et réinterprété conformément à l’idéologie fasciste : en témoignent les détournements idéologiques dont font l’objet le casque de Baldenheim32 ou la francisque33.

  • 34 Graceffa A., « La tentation de la pensée raciale dans les lectures historiographiques françaises e (...)
  • 35 Lot F., Les Invasions germaniques, op. cit., p. 334, sur l’ouvrage de Franz Petri, Germanisches Vo (...)

16On comprend dès lors l’impératif moral de réaction qui saisit Ferdinand Lot, d’autant que cette contamination de l’histoire par le politique ne se restreint pas à la sphère de la vulgarisation scientifique. Dans les mêmes années 1930, certains historiens, spécialistes du premier Moyen Âge et idéologiquement proches du national-socialisme proposent en effet, en accord avec leurs collègues raciologues, une nouvelle cartographie de la Völkerwanderung – ou Grandes Invasions –, qui fait de l’Europe des Ve-VIe siècles un véritable empire germanique. Cet espace dynamique est décrit comme la zone légitime de puissance des Aryens, leur espace vital, selon la conception nazie. L’histoire sert d’argument pour justifier le projet hitlérien34. Là encore, le jugement de Lot est extrêmement clair : à propos de l’ouvrage de l’historien Franz Petri, il écrit que « ses cartes sont fallacieuses et sa théorie insoutenable35. »

  • 36 Boris Vildé (1908-1942) épouse la fille aînée de F. Lot, Irène Vildé-Lot (1910-1988), en 1934 : su (...)
  • 37 Jean-Berthold Mahn (1911-1944) avait rencontré Marianne Lot (1913-2005) à l’École des Chartes. Sur (...)
  • 38 Sa correspondance témoigne notamment de son action auprès de Jérôme Carcopino, alors secrétaire d’ (...)
  • 39 Lettre de F. Lot à H. Sproemberg datée du 18 septembre 1946, Archives de la Berlin-Brandenburgisch (...)
  • 40 De nombreuses mentions dans sa correspondance, mais également dans celle de Bloch à Febvre : Mülle (...)

17Dreyfusard de la première heure, profondément attaché à la démocratie et à la division des pouvoirs, Lot présente enfin un véritable nationalisme de gauche. Sa proximité avec les milieux cosmopolites – notamment russes de par sa femme Myrrha Borodine – lui permet d’être pleinement conscient dès juin 1940 de l’erreur que constitue la capitulation. Son entourage immédiat s’investit dans la Résistance : le mari de sa fille Irène, Boris Vildé36, co-fondateur du réseau du Musée de l’homme, est fusillé le 23 novembre 1942. Son second gendre, Jean-Berthold Mahn, s’engage quant à lui dans les Forces françaises libres et meurt au combat le 23 avril 194437. Lot lui-même, après avoir usé de ses relations académiques pour intervenir auprès du gouvernement de Vichy38, est emprisonné à Fresnes quelques jours par la Gestapo39. Dès l’été 1940, et durant les années suivantes, il multiplie les marques d’amitié et de soutien envers ses collègues victimes des mesures anti-juives40. Sa seule arme est alors l’écriture.

L’historien des années 1940 : vulgariser et édifier

  • 41 Lettre de F. Lot à H. Sproemberg datée du 18 septembre 1946, Archives de la Berlin-Brandenburgisch (...)
  • 42 Fouché P., L’Édition française sous l’Occupation (1940-1944), Paris, Bibliothèque de littérature f (...)

18« Pour surmonter ces douleurs, je me suis remis au travail41 » : ainsi Lot exprime-t-il à un collègue allemand, en 1946, le secret de sa capacité de résilience devant le traumatisme de la guerre et son choix de réaction. Au début de la guerre, il bénéficie d’un accès privilégié à l’édition et son souci premier n’est plus le progrès de la science, ou la formation des étudiants, mais la diffusion au plus grand nombre, de l’image la plus claire et la plus objective possible des fondements de la nation française. Dans le contexte troublé de raréfaction du papier et de la mise en place de la censure, dès mai 194042, le nombre des parutions se réduit de manière significative. Lot propose alors à Gallimard un ouvrage de vulgarisation, au titre clair et accrocheur : La France des origines à la guerre de Cent ans. Il offre une approche synthétique qui retrace en 277 pages presque deux mille ans d’histoire nationale, et s’affiche comme une mise au point sur les racines de l’identité française.

19La dimension politique de l’ouvrage transparaît à toutes les pages. L’éditeur même s’en émeut, et écrit à Lot pour lui demander de modifier son manuscrit avant de le soumettre à la Commission de contrôle :

  • 43 Lettre de Gallimard (signée B. Parain) à Ferdinand Lot datée du 17 juillet 1941, Fonds Lot, Biblio (...)

On me signale diverses expressions dans votre ouvrage sur la France qui seraient susceptibles d’attirer des ennuis de la part des autorités occupantes. J’aimerais vous les signaler. Je ne sais pas s’il me sera possible de passer chez vous samedi après midi […] J’emporte en tout cas les épreuves chez moi43.

20La volonté d’intransigeance avec l’occupant, affichée par Lot, se manifeste tout d’abord par l’absence totale de toute préface ou introduction : le livre s’ouvre directement par le premier chapitre, ce qui, pour le lectorat contemporain, signale de manière évidente la main de la censure. À l’intérieur de l’ouvrage même, de nombreux éléments indiquent son positionnement politique. Le rejet de toute lecture raciale, d’abord, est martelé durant le premier chapitre. L’usage du terme de « race » ne s’entend qu’historiquement, ainsi que le précise Lot :

  • 44 Lot F., La France, op. cit., p. 9.

Par « race », il ne faut pas entendre une « race » pure – elle n’existe nulle part –, mais un ensemble de traits physiques qui, en dépit d’innombrables variétés et sous-variétés, distingue une masse d’homme des masses voisines44.

  • 45 Graceffa A., Les Historiens et la question franque, Turnhout, Brepols, 2009, p. 46-49.
  • 46 Boutry Ph., « Clovis romantique », Rouche M. (éd.), Clovis. Histoire et mémoire, op. cit., p. 637- (...)
  • 47 Lot F., La France, op. cit., p. 34 et 37.

21Le traitement des rois mérovingiens, ensuite, apparaît significatif : Lot rompt avec l’historiographie récente pour réinvestir l’approche d’Augustin Thierry45. Elle lui permet de rejeter, et la vulgate monarchiste traditionnelle, – selon laquelle la France est née avec la première dynastie chrétienne –, et le discours d’extrême droite plus récent, qui propose une valorisation de l’héritage barbare, germanique et guerrier, et un début de l’histoire de France à Hugues Capet46. Selon Lot, la période mérovingienne s’apparente à une décadence, et le comportement des premiers rois francs est stigmatisé : les Francs ne sont qu’une « peuplade », et Clovis « un adolescent dévoré d’ambition47 ».

  • 48 Brunner O., Land und Herrschaft, Vienne, Veröffentlichungen des IfGA, 1939, constitue une des illu (...)
  • 49 Lot F., La France, op. cit., p. 207.

22Suivant la même logique, Lot désamorce toute tentative de récupération du moment féodal par l’idéologie fasciste48 : telle qu’elle existe aux X-XIIIe siècles, la clientèle vassalique ne produit pas une communauté, mais aggrave la domination des forts sur les faibles ; la chevalerie, quant à elle, n’est en rien germanique et s’apparente plutôt à une « internationale des Braves49 ».

  • 50 Ibid., p. 138.
  • 51 Ibid.
  • 52 Ibid., p. 271.

23Ses prises de position apparaissent encore plus polémiques concernant l’anglophobie, que le régime de Vichy souhaite alors flatter. Lot réussit à démontrer son absence, à la fois sous Philippe Auguste et durant la guerre de Cent ans : c’est ce conflit « qui engendra une opposition entre France et Angleterre, et non l’inverse50 ». La vision nationaliste du conflit est une construction historiographique qui n’a aucun fondement dans les sources : « Parler de lutte de l’Angleterre et de la France à propos des compétitions des Plantagenêt et Capétiens, aux XIIe et XIIIe siècles, c’est ne rien comprendre à ces temps51. » En soulignant le caractère purement aristocratique et féodal de cette longue guerre, Lot démontre l’inexistence d’un antagonisme anglo-français ancestral, et insiste au contraire sur la parenté de destin des deux peuples. Et il va jusqu’à réussir une pirouette étonnante, celle de passer pratiquement sous silence l’épisode de Jeanne d’Arc, dont le nom est à peine évoqué52 : une absence, qui, dans le contexte vichyssois de surexploitation de la Pucelle, ne peut être involontaire.

  • 53 L’assimilation est encore dénoncée par l’historien belge Marcel Lobet, dans son ouvrage intitulé H (...)
  • 54 Ibid., p. 135.
  • 55 Ibid., p. 160.
  • 56 Lot F ;, La France, op. cit., p. 274.

24Deux personnages, enfin, connaissent un traitement tout à fait original, à la dimension politique évidente : il s’agit de Philippe Le Bel d’une part, et de l’autre de François Ier. Leurs portraits successifs concluent l’ouvrage et semblent proposer au lecteur un contre-modèle et un modèle de gouvernant. Le premier est soumis à un entourage de petits nobles qui l’entraînent vers le despotisme. Le parallèle implicite avec le présent, que suggère son simple nom de Philippe, émerge lors du récit de ses agissements contre les Juifs et contre les Templiers (auxquels sont alors très souvent assimilés les Francs Maçons53) : arrestation, spoliation, mise à mort. Lot évoque la « souffrance des populations torturées54 », et explique combien sa politique extérieure vis-à-vis de l’Empire, sous couvert de préservation du territoire, constitua au contraire sa mise en danger55. Tout autre est la posture de François Ier. Pour l’incarner, Lot ne choisit pas de décrire le mécène amoureux des arts ou le vainqueur de Marignan : il évoque au contraire la défaite de 1525 et l’action du roi pour préserver l’unité du Royaume de France, à savoir son choix, délibéré, de se constituer prisonnier en gage de la couronne. Ce portrait en captif qui défend « la chose publique, ma nation, la liberté de mon pays56 », permet à Lot de présenter un exemple de conduite guidée par ce qui, selon lui, fait une nation : l’existence d’une solidarité entre tous ses membres. Cette défense des idées de liberté, d’indépendance nationale et de solidarité constitue un réel appel à ses contemporains. Le message est d’autant plus clair que l’historien va jusqu’à retranscrire, dans une langue qui a pu sembler absconse au censeur, la lettre de François Ier à son peuple, lettre qui exalte l’héroïsme, et clôt le livre.

  • 57 Lettre de Bloch à Febvre, dans laquelle il explique préférer ne pas rendre compte de l’ouvrage de (...)

25Sous l’apparence inoffensive de la vulgarisation historique, La France des origines à la guerre de Cent ans propose un ouvrage à clé qui vise à susciter chez ses lecteurs une prise de conscience politique. Si le livre déroute quelque peu le monde savant, qui s’étonne de sa lecture historique paradoxale57, le public, quant à lui, est au rendez-vous, puisqu’en l’espace d’un an l’ouvrage bénéficie de treize tirages successifs.

  • 58 Lettre de Fayard à Lot datée du 27 mars 1946, Fonds Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7306, f° 3 (...)
  • 59 Ahounou-Thiriot E., Pierre Gaxotte, un itinéraire de Candide à l’Académie française, Paris, Éditio (...)
  • 60 Cette collection, créée en 1924, rassemble des titres qui furent des événements de librairie, à l’ (...)

26Ce succès incite Lot à proposer, en 1944, à la librairie Fayard, une refonte de l’ouvrage, cette fois en deux volumes : La Gaule de l’âge du fer à l’an Mil et Naissance de la France paraissent en 1947 et 1948 respectivement. Les manuscrits définitifs sont déposés en novembre 1945, mais la pénurie de machines à écrire entraîne un retard de parution58. Le choix de la collection des Grandes Études historiques, étiquetée conservatrice, s’explique par le comportement exemplaire de leur directeur, Pierre Gaxotte, durant les années de guerre59. En 1944, notre historien n’hésite pas à profiter de cette opportunité exceptionnelle que constitue pour lui l’inscription dans une collection bon marché, de qualité, et très diffusée60.

  • 61 Par exemple Lot F., La France, op. cit., p. 26 ou p. 185, n. 1.

27Les deux livres reprennent, avec une matière et un appareil critique plus développés, un discours similaire au livre précédent. Comme pour La France des origines à la guerre de Cent ans, il privilégie une forme claire, synthétique, à l’érudition limitée. Les rares notes s’apparentent le plus souvent à de minces considérations générales61. La bibliographie, quasiment inexistante dans La France, apparaît cette fois plus fournie, mais elle n’interfère pas la lecture et se place uniquement en fin d’ouvrage. Usant de phrases courtes, de paragraphes aérés, il n’hésite pas à interpeller le lecteur ou à formuler des questions ouvertes. L’organisation interne des sommaires offrent une vision synthétique, à travers des chapitres alternativement chronologiques et thématiques, dans une stricte perspective historique. Le dessein de Lot est bien de partager son savoir avec le plus grand nombre, ainsi qu’il s’en explique dans la préface de La Gaule :

  • 62 Lot F., La Gaule, op. cit., préface.

Le Français, même celui qui se croit cultivé, ne connaît pas, ou du moins connaît mal les fondements économiques, sociaux, politiques du passé de son pays, disons même du présent, car le présent édifice repose sur des bases anciennes, beaucoup plus anciennes qu’on n’imagine souvent.
C’est pour essayer de réagir contre cette indifférence que ce livre a été écrit62.

  • 63 Ibid., p. 480-481.
  • 64 Ibid., p. 241-261.
  • 65 Lot F., La Naissance de la France, Paris, Fayard, 1948, p. 14-16.
  • 66 Lot F., La Gaule, op. cit., p. 185-189.
  • 67 Seignobos Ch., Histoire sincère de la nation française, Paris, Rieder, 1933. Sur les rapports entr (...)

28Les facilités d’un format expansé par rapport à La France lui permettent certaines précisions : il n’hésite pas à dévoiler au lecteur novice les complexités du régime de l’hospitalité du Bas Empire63, et choisit de consacrer un chapitre entier à la question controversée de la toponymie64. La description de la prise de pouvoir de Clovis lui offre l’opportunité de souligner les spécificités du travail de l’historien en rappelant, pour ce cas précis, le petit nombre de sources contemporaines disponibles et la difficulté de leur interprétation65. Ce souci historique émerge également lors de l’évocation de Vercingétorix : Lot limite à l’extrême l’emploi du terme de « héros » et insiste sur le caractère récent de la construction de son mythe, qui ne date que du Second Empire66. Mais il précise aussi les valeurs que cette figure véhicule : le courage, la capacité de résistance à l’ennemi, la solidarité. À l’exigence scientifique se mêlent le message politique et la dynamique nationaliste : Lot s’inscrit là explicitement dans une tradition à la fois libérale, républicaine et patriotique, et propose une sorte de réinvestissement modeste de l’héritage michelétien qu’avait renouvelé, dans les années 1930, Charles Seignobos67.

  • 68 Febvre L., « Un feuilleton ou comment vulgariser l’Histoire », Annales ESC, 2, 1946, p. 154-157.

29La pratique de la vulgarisation historique correspond, pour Ferdinand Lot, à un acte extrêmement sérieux, et traduit la conception qu’il se fait des obligations du savant vis-à-vis de ses concitoyens. Son projet peut se résumer en trois points : donner à tous une conscience historique, leur permettre d’accéder au savoir le plus érudit, et diffuser un message moral, humaniste, et républicain. Il répond ainsi très exactement au souhait formulé par Lucien Febvre en 1946 : celui d’un retour des historiens à des ouvrages grand public, alors que cette rédaction a été abandonnée à des pseudo-scientifiques qui échouent à satisfaire les exigences scientifiques et renforcent le sentiment de rupture entre monde savant et société globale68.

Notes

1 Celui qui avait été le maître de Lot, Arthur Giry, fut convoqué comme expert en écriture par le tribunal, lors du procès, et il en fut profondément perturbé. Perrin Ch.-Ed., « Ferdinand Lot », Recueil des travaux historiques de Ferdinand Lot, Paris, 1968, I, p. 24-25. De nombreux historiens et philologues n’hésitaient pas alors à prendre publiquement position, ainsi que l’ont démontré Joly B., « L’École des Chartes et l’affaire Dreyfus », Bibliothèque de l’École des Chartes, 147, 1989, p. 611-671 et Bäehler U., Gaston Paris dreyfusard. Le savant dans la cité, Paris, Éditions du CNRS, 1999.

2 Lot F., Les Invasions germaniques. La pénétration mutuelle du monde barbare et du monde romain, Paris, Payot, 1935 ; un second volume paraît en 1937 intitulé Les Invasions barbares et le peuplement de l’Europe, et l’ensemble aura alors pour sous-titre Introduction à l’intelligence des derniers traités de paix.

3 Ibid., p. 3-118. Plusieurs notices nécrologiques sont également à mentionner, notamment celle de Ganshof F.-L., Revue belge de philologie et d’histoire, XXX, 1952, p. 1269-1281 ; de Vercauteren F. et Bossuat R., Le Moyen Âge, LVIII, 1952, p. 461-480 ; de Brunel C., Bibliothèque de l’École des Chartes, 111, 1953, p. 334-339.

4 Bibliothèque de l’Institut, Fonds Ferdinand Lot. Sur ce dépôt, Mahn-Lot M., « À propos des papiers inédits de Ferdinand Lot », Bibliothèque de l’École des Chartes, 155, 1997, p. 351-373.

5 Graceffa A., « Ferdinand Lot et l’Allemagne », Francia, 42, 2010, p. 283-315.

6 Lot conserve néanmoins son séminaire à l’EPHE jusqu’en 1939 : Fonds Ferdinand Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7303, f° 27-33, dossier administratif de l’auteur.

7 Nous renvoyons ici à la volumineuse bibliographie de l’auteur, qui a été dressée par ses élèves dans le Recueil des travaux historiques, op. cit., I, p. 130-160.

8 Sur les raisons de ce délai et sa gestion, voir Perrin Ch.-Ed., op. cit., p. 51.

9 Il échange notamment à ce sujet avec Bruno Krusch, Ernst Stein et Ludwig Schmidt, à savoir les historiens qui comptent alors parmi les plus compétents en la matière. Une partie des lettres sont conservées dans le fonds Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7306-7310.

10 Perrin Ch.-Ed., op. cit., p. 36-37.

11 Ganshof F.-L., Lot F., Pfister Ch., Histoire du Moyen Âge, I : Les Destinées de l’Empire en Occident 395-888, Paris, PUF, « Collection Glotz », 1935.

12 Fond Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7306, f° 347 : lettre de Marc Bloch datée du 26/02/1933.

13 Lot rappelle dans un manuscrit inédit les difficultés successives rencontrées depuis le début de ce projet : Ma conception du Manuel des institutions, Fonds Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7302 A, f° 469-474.

14 Fawtier R., Lot F. (dir.), Histoire des institutions françaises au Moyen Âge, Paris, PUF, 1957-1961.

15 Lot F., « L’histoire à l’École des hautes études », Célébration du cinquantenaire de l’École pratique des hautes études, Paris, Honoré Champion, 1922, p. 27.

16 Id., « Allocution autobiographique », Recueil des travaux historiques, op. cit., I, p. 121.

17 Lot F., Les Invasions germaniques. La pénétration mutuelle du monde barbare et du monde romain, Paris, Payot, 1946, « Avertissement » et « Second avertissement » datés des 17 octobre 1939 et 16 aout 1945 respectivement.

18 Mahn-Lot M., « Ferdinand Lot », Encyclopaedia Universalis, 2008, [http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/ferdinand-lot/#] consulté le 12 février 2011.

19 La bibliographie de Lot rassemble près de trente références sur la question de l’organisation de l’enseignement supérieur : Recueil des travaux historiques, op. cit., I, p. 193-195.

20 Perrin Ch.-Ed., op. cit. p. 107.

21 Charle Ch., La République des universitaires, 1870-1940, Paris, Le Seuil, 1994, p. 92-93.

22 Graceffa A., « Ferdinand Lot et l’Allemagne », op. cit., p. 285-286.

23 Fonds Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7304a, f° 69.

24 Entre autres Wilhelm Levison, Ernst Stein, Heinrich Spromberg, Ludwig Schmidt : Graceffa A., « Ferdinand Lot et l’Allemagne », op. cit.

25 Cette idée est développée dès 1894, dans son compte rendu de l’ouvrage d’H. d’Arbois de Jubainville, Les Premiers Habitants de l’Europe : Lot F., Bibliothèque de l’École des Chartes, 55, 1894, p. 148-155.

26 Lot F., La Gaule, Paris, Fayard, 1947, p. 15-26 : « Le fondement ethnique ».

27 Selon le terme utilisé par l’auteur dans le compte-rendu cité ci-dessus : Lot F., Bibliothèque de l’École des Chartes, 55, 1894, op. cit., p. 154.

28 Lot F., Les Invasions germaniques, op. cit., 1940, p. 3.

29 Hartog F., Le XIXe siècle et l’Histoire. Le cas Fustel de Coulanges, Paris, PUF, 1988, p. 161 sq.

30 Gorce M., Clovis 465-511, Paris, Payot, 1935. Sur cet ouvrage et son contexte, Graceffa A., « Les biographies de Clovis par Godefroid Kurth, Matthieu Maxime Gorce et Michel Rouche : approche comparée », Payen G. (éd.), Une querelle des Anciens et des Modernes ? La biographie historique entre tradition et novation, sous presse.

31 L’utilisation de la figure de Jeanne d’Arc par le régime de Vichy a été souvent soulignée : Lantenois A., « La propagande sous Vichy », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 28, 1990, p. 115-118 ; Krumeich G., Jeanne d’Arc à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1993, p. 258 sq. ; Chanet J.-F., « La fabrique des héros. Pédagogie républicaine et culte des grands hommes, de Sedan à Vichy », Vingtième Siècle, 65, 2000, p. 13-34.

32 Schnitzler B., « Le casque de Baldenheim. Un exemple de détournement idéologique appliqué à l’archéologie », Cahiers Alsaciens d’Archéologie, XXXIV, 1991, p. 83-87.

33 Cointet M., « Qui a inventé la francisque ? », Rouche M. (éd.), Clovis histoire et mémoire, 2, Paris, Presses de la Sorbonne, 1997, p. 673-680.

34 Graceffa A., « La tentation de la pensée raciale dans les lectures historiographiques françaises et allemandes 1920-1930 du peuplement dit germanique de la Gaule », Reynaud-Paligot C. (éd.), Tous les hommes sont-ils égaux ? – Histoire comparée de la pensée raciale 1860-1930, Munich, Oldenbourg, 2009, p. 98-110.

35 Lot F., Les Invasions germaniques, op. cit., p. 334, sur l’ouvrage de Franz Petri, Germanisches Volkserbe in Wallonien und Nordfrankreich. Die fränkische Landnahme in Frankreich und den Niederlanden und die Bildung der westlichen Sprachgrenze, Bonn, Röhrscheid, 1937.

36 Boris Vildé (1908-1942) épouse la fille aînée de F. Lot, Irène Vildé-Lot (1910-1988), en 1934 : sur leur rencontre et leur action dans la Résistance, Hogenhuis A., Des savants dans la Résistance. Boris Vildé et le réseau du Musée de l’Homme, Paris, Éditions CNRS, 2009, p. 63-69.

37 Jean-Berthold Mahn (1911-1944) avait rencontré Marianne Lot (1913-2005) à l’École des Chartes. Sur leur parcours respectifs, Breillat P., « Jean Berthold Mann », Bibliothèque de l’École des Chartes, 105, 1944, p. 350-357 ; « Marianne Mahn-Lot », Bibliothèque de l’École des Chartes, 164, 2006, p. 681-683.

38 Sa correspondance témoigne notamment de son action auprès de Jérôme Carcopino, alors secrétaire d’État à l’Éducation nationale, qu’il tente notamment de rencontrer : Fonds Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7306, f° 398, lettre du 12/01/1942.

39 Lettre de F. Lot à H. Sproemberg datée du 18 septembre 1946, Archives de la Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaft (BBAW), Nachlass Sproemberg, Ms 148 ; Perrin Ch.-Ed., op. cit., p. 110.

40 De nombreuses mentions dans sa correspondance, mais également dans celle de Bloch à Febvre : Müller B. (éd.), Correspondance III : les années de crise (1938-1943), Paris, Fayard, 2004. Lot écrit d’ailleurs un compte-rendu de La Société féodale dans Le Journal des Savants, 1943, p. 21-22, alors même que l’ouvrage est interdit à la vente par la seconde liste Otto.

41 Lettre de F. Lot à H. Sproemberg datée du 18 septembre 1946, Archives de la Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaft (BBAW), Nachlass Sproemberg, Ms 148.

42 Fouché P., L’Édition française sous l’Occupation (1940-1944), Paris, Bibliothèque de littérature française contemporaine de l’université Paris 7, 1987.

43 Lettre de Gallimard (signée B. Parain) à Ferdinand Lot datée du 17 juillet 1941, Fonds Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7307, f° 540.

44 Lot F., La France, op. cit., p. 9.

45 Graceffa A., Les Historiens et la question franque, Turnhout, Brepols, 2009, p. 46-49.

46 Boutry Ph., « Clovis romantique », Rouche M. (éd.), Clovis. Histoire et mémoire, op. cit., p. 637-648.

47 Lot F., La France, op. cit., p. 34 et 37.

48 Brunner O., Land und Herrschaft, Vienne, Veröffentlichungen des IfGA, 1939, constitue une des illustrations de cette dérive.

49 Lot F., La France, op. cit., p. 207.

50 Ibid., p. 138.

51 Ibid.

52 Ibid., p. 271.

53 L’assimilation est encore dénoncée par l’historien belge Marcel Lobet, dans son ouvrage intitulé Histoire mystérieuse et tragique des Templiers, Liège, Soledi, 1944.

54 Ibid., p. 135.

55 Ibid., p. 160.

56 Lot F ;, La France, op. cit., p. 274.

57 Lettre de Bloch à Febvre, dans laquelle il explique préférer ne pas rendre compte de l’ouvrage de Lot dans les Annales : Müller B. (éd.), Correspondance, op. cit., p. 128 ; Dhondt J., « Lot (F.). La France des origines à la guerre de Cent Ans », Revue belge de philologie et d’histoire, 22-1, 1943, p. 309-310.

58 Lettre de Fayard à Lot datée du 27 mars 1946, Fonds Lot, Bibliothèque de l’Institut, Ms 7306, f° 395.

59 Ahounou-Thiriot E., Pierre Gaxotte, un itinéraire de Candide à l’Académie française, Paris, Éditions Publibook, 2006.

60 Cette collection, créée en 1924, rassemble des titres qui furent des événements de librairie, à l’instar de L’Histoire de France de Jacques Bainville, qui en est à sa 490e édition en 1947. Grandjean S., La Maison d’édition Fayard de 1855 à 1939, thèse de doctorat, université de Saint-Quentin en Yvelines, 1996.

61 Par exemple Lot F., La France, op. cit., p. 26 ou p. 185, n. 1.

62 Lot F., La Gaule, op. cit., préface.

63 Ibid., p. 480-481.

64 Ibid., p. 241-261.

65 Lot F., La Naissance de la France, Paris, Fayard, 1948, p. 14-16.

66 Lot F., La Gaule, op. cit., p. 185-189.

67 Seignobos Ch., Histoire sincère de la nation française, Paris, Rieder, 1933. Sur les rapports entre Lot et Seignobos, Müller B., « “Histoire traditionnelle” et “histoire nouvelle” : un bilan de combat de Lucien Febvre », Genèses, 34, 1999, p. 132-143.

68 Febvre L., « Un feuilleton ou comment vulgariser l’Histoire », Annales ESC, 2, 1946, p. 154-157.

Auteur

Université Lille 3

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540