Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant dans les Lettres

 | 
Valérie Cangemi
, 
Alain Corbellari
, 
Ursula Bähler

Deuxième partie. Facettes de la vulgarisation

Actualité de la Chanson de Roland

Une « épopée populaire » au programme d’agrégation

Christopher Lucken

Texte intégral

1Dans quelle mesure les spécialistes de la littérature médiévale parviennent-ils à toucher un plus large public qu’eux-mêmes ? La question peut paraître oiseuse. Ne permettent-ils pas justement d’accéder aux textes du Moyen Âge en les éditant, en les traduisant et en les analysant afin d’en permettre une meilleure compréhension ? Arrivent-ils pour autant à faire en sorte que ces textes contribuent à l’actualité littéraire, à défaut d’être véritablement « populaires » ? Le précédent colloque de l’association « Modernités médiévales » portait principalement sur l’heroic fantasy. Il faut bien admettre que les livres, les films ou les jeux associés à ce genre sont goûtés ou achetés par un plus grand nombre de personnes que les écrivains du Moyen Âge. Tolkien est davantage connu comme auteur du Seigneur des anneaux que comme professeur de littérature médiévale, même si ses travaux scientifiques font toujours autorité. Que ces deux activités aient cohabité chez la même personne ne permet pas d’attribuer à l’un la célébrité acquise par l’autre.

2Quelle place reste-t-il au savant ? Celui de rendre compte d’un « vrai » Moyen Âge, enfin restitué à lui-même de façon objective par la science et ses procédures rigoureuses ? Mais pour qui ? Et pour quel objectif ? Par-delà l’éventuelle volonté de répondre au défi lancé par l’heroic fantasy, le sujet de ce colloque est révélateur d’une interrogation portant sur le rôle que jouent aujourd’hui les érudits et ce « Moyen Âge » auquel ils vouent leurs travaux. Il fonctionne du même coup comme symptôme. Car, malgré la modernité revendiquée de la littérature médiévale, le sens et la légitimité d’un tel objet ne paraissent pas toujours s’imposer.

  • 1 Cf. Cerquiglini B., « Roland à Roncevaux ou la trahison des clercs », Littérature, 42, 1981, p. 40 (...)
  • 2 Cf. Redman H., The Roland Legend in xixth -Century French Literature, Lexington, University Press (...)

3Le doute touche même ce monument de la littérature médiévale qu’est la Chanson de Roland. Comme l’affirme Bernard Cerquiglini, cette dernière « joue pour les études médiévales en tant que discipline, en tant qu’institution, un rôle fondateur1 ». Un tel rôle ne concerne pas seulement la science philologique, qui a vu ses principaux représentants confronter leurs thèses ou leurs méthodes à propos de cette œuvre. Il concerne également la place qu’occupent la littérature médiévale et ceux qui s’y consacrent au sein de la société. Depuis la découverte de la version contenue dans le manuscrit d’Oxford et sa publication par Francisque Michel en 1837, jusqu’au début du XXe siècle, la Chanson de Roland a permis aux érudits et aux spécialistes du Moyen Âge d’affirmer l’actualité de leur objet – et de leur discipline2. Elle devait servir notamment à pourvoir la « nation française » d’une « épopée populaire » susceptible d’en incarner le génie et de l’amener à prendre conscience de son destin. Animés par un tel objectif, les savants firent en sorte que la Chanson de Roland entrât dans le patrimoine littéraire français et soit reconnue comme une œuvre majeure. C’est leur rôle en faveur de la « popularisation » de cette « chanson de geste » que je voudrais mettre en évidence. Ne pouvant passer en revue les nombreux érudits concernés, je me concentrerai sur Léon Gautier. Je commencerai cependant par revenir sur la période contemporaine. En confrontant ces deux moments, il s’agit de pursuivre après d’autres une réflexion sur le lien entre l’étude scientifique d’une œuvre et l’enjeu qu’elle possède pour celui qui s’y applique et pour son propre temps.

La Chanson de Roland au programme d’agrégation 2004

  • 3 Suard F., « Qui de neuf ? La chanson de geste », Trente ans de recherches en langues et en littéra (...)
  • 4 Boutet D., « Compte rendu de l’Assemblée générale du 27 septembre 2003 », Perspectives médiévales, (...)

4« Pour la session 2004, les présidents de jury d’agrégation et leurs collègues ont mis au programme la Chanson de Roland. Ce vieux texte épique serait-il encore d’actualité ? » se demande en 2005 François Suard en tête de l’article qu’il consacre à la chanson de geste dans le numéro jubilaire de la revue Perspectives médiévales traçant le bilan de Trente ans de recherches en langues et en littératures médiévales et destiné à célébrer le trentième anniversaire de cet organe de la Société de Langues et de Littératures Médiévales d’Oc et d’Oïl3. « Sans doute, répond Fr. Suard, et pas seulement cette œuvre admirable, dont certains – il ne s’agit pas de médiévistes – ignorent peut-être qu’elle eut des successeurs méritant eux aussi le label “grand texte”, et leur inscription au programme des concours. » Le choix du texte au programme des concours d’agrégation (et autrefois du CAPES) est effectué par le « Ministère » et le président du jury d’agrégation parmi trois textes que lui soumet la SLLMOO. Celle-ci avait proposé Ille et Galeron de Gautier d’Arras, Girart de Vienne et le Roman de Tristan de Thomas accompagné des deux Folies. Elle ne fut pas suivie. Se faisant l’écho des motivations qui amenèrent ce jury à effectuer un autre choix que celui proposé, le Président alors en exercice de cette Société, Dominique Boutet, estime que, « si celle-ci souhaite être suivie dans ses propositions, elle doit se contraindre à ne proposer que des “grands textes”, susceptibles de nourrir l’enseignement des futurs agrégés, et s’interdire de chercher simplement à “rendre hommage” à une édition nouvelle ou à un confrère récemment décédé. Afin d’éviter toute critique, le président de la Société transmettra désormais les propositions avec un argumentaire précis faisant valoir l’intérêt des œuvres proposées4 ». Il est certes préférables de privilégier de « grands textes » plutôt que des considérations commerciales ou des intérêts personnels, et il n’est pas inutile de justifier de manière argumentée l’importance des œuvres étudiées. Mais en quoi le Tristan de Thomas et les deux Folies que venait d’éditer feue Emmanuelle Baumgartner ne feraient-ils pas partie des « grands textes » à même de fournir aux futurs enseignants du secondaire de quoi « nourrir » leurs cours et de favoriser du même coup l’éducation des élèves de Lycée ? J’ignore quels arguments furent avancés pour décider que la Chanson de Roland répondait davantage que Tristan à de telles exigences. Je n’ai trouvé nulle part les critères qui doivent permettre d’attribuer à une œuvre donnée la capacité d’alimenter l’enseignement des futurs lycéens et de justifier ainsi son intérêt particulier.

  • 5 Segre C. (éd.), La Chanson de Roland, Genève, Droz, 1989, 2 vol. 
  • 6 Segre C., « Comment présenter La Chanson de Roland à l’Université », Revue de Linguistique Romane, (...)

5L’édition de référence établie par Cesare Segre ne fournit aucun éclairage à ce propos. Son introduction porte uniquement sur les problèmes philologiques que pose l’établissement du texte5. C. Serge ne rend pas davantage compte des qualités et du mérite de cette œuvre dans son article sur « Comment présenter La Chanson de Roland à l’université » publié en 1996. Commentant minutieusement deux éditions munies de traductions diffusées dans des livres de poche (celle de Ian Short, parue en 1990 dans la collection des « Lettres gothiques », et celle de Jean Dufournet, parue en 1993 chez GF-Flammarion), Segre s’intéresse surtout à la possibilité d’initier les étudiants « aux divers problèmes historiques, philologiques, linguistiques, littéraires que pose la plus célèbre des chansons de geste6 ». La renommée du « texte le plus illustre de l’ancien français » suffit pour en établir l’importance et ne semble pas nécessiter qu’on en justifie à nouveaux frais la lecture et l’étude.

  • 7 Martin J.-P. et Lignereux M., La Chanson de Roland, Paris, Atlande, 2003 (« Clefs concours »), p.  (...)
  • 8 Ibid., p. 16-17.
  • 9 Ibid., p. 17.
  • 10 Cf. Statuts de la Société de Langues et Littératures Médiévales d’Oc et d’Oïl, point 1, et son tex (...)
  • 11 En témoignent les courriers adressés au Ministère et ses déclarations publiques comme les comptes (...)

6Les ouvrages destinés à aider les étudiants préparant les concours de l’Éducation nationale n’en disent pas beaucoup plus. Le volume de la collection « Clefs concours » publié en 2003 par Jean-Pierre Martin et Marielle Lignereux commence par affirmer que ce texte « est l’une des œuvres majeures de la littérature française7 ». Se référant implicitement à l’existence d’un canon littéraire faisant autorité, ce volume précise que ce « tout premier chef-d’œuvre de notre littérature » présente « un intérêt à double titre. En elle-même, elle nous offre un texte épique d’une grande puissance, émouvant, hiératique et en même temps d’une sensibilité très fine, qui met en scène des valeurs et des thèmes fondamentaux non seulement pour l’époque qui l’a produite mais plus largement pour toute littérature : l’amitié, la fidélité à la parole donnée, le dévouement à une cause, le sens du devoir et même du sacrifice, la foi, l’attitude devant la mort, la vengeance et la trahison8 ». De plus, ce « texte fondateur » « domine de haut l’ensemble de la production épique ultérieure ; [il] propose des figures et des scènes qui resteront des modèles et des références non seulement pour les autres chansons de geste, mais aussi pour toute la littérature médiévale et même pour une certaine part du fonds commun de la culture nationale9 ». Trois arguments sont avancés principalement pour justifier la lecture de la Chanson de Roland. D’une part, celle-ci paraît susceptible de susciter chez le lecteur contemporain une certaine émotion. D’autre part, ses personnages incarnent des valeurs morales qui semblent universelles. Enfin, l’étude de cette première chanson de geste s’avère nécessaire pour mesurer la part d’imitation ou d’invention des œuvres qui lui ont succédé et avoir une bonne connaissance de la tradition littéraire comme de la culture française. Mais quelle est plus précisément la nature de l’émotion provoquée par cette œuvre et quelles peuvent en être les implications ou les effets ? Les valeurs qu’elle met en scène ne concernent-elles que son analyse thématique ou sont-elles destinées à l’éducation morale d’un lecteur qui doit s’y rapporter afin d’y puiser des modèles de comportement ? À quoi se réfère d’ailleurs exactement, ce « fonds commun de la culture nationale », et que signifie le possessif « notre » appliqué au terme de « littérature » ? Si cet adjectif possessif implique un rapport de propriété à même de légitimer l’intérêt qu’on trouve à ce texte (comme le fait son vers initial : « Carles li reis, nostre emperere magnes »), peut-il être employé par n’importe quel lecteur, s’applique-t-il à tout texte et quelle est plus précisément sa justification ? On n’en saura pas davantage. On aurait pu penser que ce numéro de Perspectives médiévales invite ses lecteurs à réfléchir aux remarques des présidents de jury d’agrégation relatives à la capacité de la littérature médiévale à féconder l’enseignement des professeurs et à contribuer à la formation des élèves qui ont motivé le choix du texte au programme des concours. Ce volume comprend une vingtaine d’études consacrées à l’ancien français, aux différents genres de la littérature médiévale et à diverses approches méthodologiques. Aucune étude n’est consacrée, en revanche, à des questions institutionnelles ou pédagogiques. Rien n’est dit sur l’importance que peut avoir l’enseignement de la langue et de la littérature françaises médiévales à l’université. À part ce qu’on trouve çà et là sur la réception de cette littérature, il n’y a rien sur les enjeux susceptibles de fonder et de justifier aujourd’hui sa lecture ou son enseignement. Rien non plus sur le rôle que les travaux scientifiques qui leur sont dédiés peuvent jouer dans la formation des élèves ou sur l’utilité que devrait leur reconnaître la société. Certes, il s’agissait avant tout de dresser un bilan des recherches entreprises dans différents domaines par les médiévistes exerçant en France. Mais celles-ci apparaissent déconnectées du même coup de l’expérience de la lecture, de l’enseignement ou de toute autre forme de transmission auprès d’un plus large public que celui de la communauté des chercheurs. Les savants ne semblent pas éprouver le besoin de réfléchir à la portée ou à la valeur de leurs travaux pour leurs étudiants ou leurs contemporains, ni de justifier la place que devrait occuper leur objet dans le monde des lettres. Cela paraît d’autant plus surprenant que la SLLMOO joue un rôle important dans l’enseignement de cette discipline à l’université. Elle a en effet « pour objet d’encourager toute initiative tendant au développement des études médiévales (langue et littérature d’oc et d’oïl) » – « au sein de l’université et en dehors, en particulier dans l’enseignement secondaire » – « et de stimuler la recherche, l’enseignement et la vulgarisation dans ces diverses disciplines10 ». Elle est un interlocuteur privilégié des organismes de tutelle comme le ministère de l’Éducation nationale pour ce qui concerne l’établissement du programme d’agrégation de Lettres modernes. Aussi s’est-elle fortement mobilisée ces dernières années lorsqu’il a été question de remettre en question la nature ou l’existence même de l’épreuve d’ancien français à l’écrit du CAPES11. Si on ne peut que se réjouir de voir cette société s’impliquer avec autant d’énergie dans la réforme des concours et dans la définition des connaissances que les universitaires doivent transmettre, on est étonné de constater que cela n’est guère accompagné d’une réflexion sur la pertinence que peut avoir son objet pour les futurs enseignants. Aussi peut-on avoir l’impression que l’existence de ces concours est, sinon tout à fait la seule, du moins la principale justification des études médiévales et le seul argument en leur faveur qu’on s’avère capable d’offrir aux étudiants, aux instances décisionnaires comme au reste de la société. En ne disant rien sur la validité du savoir dont on exige l’acquisition, on risque de laisser penser qu’il en est dépourvu.

Léon Gautier et la popularisation de la Chanson de Roland

  • 12 Cf. « Programme des concours d’agrégation », Bibliothèque de l’École des Chartes, 40, 1879, p. 144 (...)
  • 13 Voir en particulier Bähler U., « Entre science, patrie et foi. Lectures du moyen âge en France : 1 (...)

7L’absence de réflexion sur l’actualité de la Chanson de Roland accompagnant la décision de mettre cette œuvre au programme des concours de 2004 est particulièrement frappante quand on compare avec ce qu’on trouve à ce propos lorsqu’il fut décidé en 1878 de la mettre pour la première fois au programme des concours d’agrégation de grammaire et de lettres (où elle demeurera pendant plusieurs années), et qu’il fut décidé, par un arrêté du 2 août 1880 publié par le ministère de Jules Ferry, de l’inscrire sur la liste des textes classiques de seconde afin de représenter, avec l’Histoire de saint Louis de Joinville et des extraits des Essais de Montaigne, la littérature antérieure au XVIIe siècle12. Cette dernière décision fut reçue avec enthousiasme et une fierté toute particulière par les romanistes. Présentée dès la Guerre de 1870 comme un texte susceptible de consoler les Français de leur défaite face à l’Allemagne (on ne peut oublier ici les leçons fondatrices que Gaston Paris lui a consacrées dans Paris assiégée), La Chanson de Roland a très vite été adoptée par la IIIe République comme l’œuvre phare de ce qu’elle aurait volontiers appelé, à l’instar des auteurs du Moyen Âge, la « matière de France ». Le rôle joué dans cette réévaluation par Gaston Paris étant bien connu13, nous nous focaliserons ici sur un chercheur quelque peu marginalisé par les maîtres de la Romania, mais qui, plus qu’eux, a véritablement fait de la réhabilitation de La Chanson de Roland le but de sa vie de chercheur : Léon Gautier.

  • 14 Delaborde, H.-F. et Le Grand L., « Léon Gautier (1832-1897) », Bibliothèque de l’École des Chartes(...)
  • 15 Gautier L., Les Épopées françaises. Étude sur les origines et l’histoire de la littérature nationa (...)

8Né en 1832, élève de l’École des Chartes, archiviste aux Archives de l’Empire (puis Archives nationales) de 1859 à sa mort en 1897, professeur de paléographie à l’École des Chartes à partir de 1871 et membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres élu en 1887, Gautier « a contribué plus que personne à nous faire connaître et à répandre au dehors le goût de nos études ». C’est ce qu’affirme sa notice nécrologique, qui précise qu’il « n’a pas craint de s’adresser au grand public et de mériter ce nom de vulgarisateur que l’on entend souvent prononcer d’un ton un peu dédaigneux […]14 ». Cette entreprise de vulgarisation porta principalement sur la poésie épique. Gautier publia tout d’abord un ouvrage sur les Épopées françaises, composé de trois volumes dont le premier parut en 1865, avant d’être entièrement refondu en quatre volumes auxquels s’ajoutera une Bibliographie des chansons de gestes publiée l’année de sa mort15. Mais c’est surtout la Chanson de Roland qu’il s’efforça de faire connaître au grand public. Elle semblait alors ignorée de tous : « Chose triste à dire, écrit Gautier en 1867, dans tous nos lycées, dans toutes nos écoles, il n’est peut-être pas une jeune intelligence qui pourrait répondre à cette question : Qu’est-ce que la Chanson de Roland ? » Comme l’affirme la notice nécrologique de ce savant,

  • 16 Delaborde H.-F. et Le Grand L., « Léon Gautier (1832-1897) », op. cit., p. 239-240.

Rendre aux Français, à tous les Français, le vieux poème national dont les érudits étaient alors presque les seuls à connaître autre chose que le nom, et, pour cela, non seulement en établir le texte, mais le traduire, le commenter, le vulgariser, telle fut la mission qu’il se donna et dont le premier résultat fut la grande édition honorée du prix Guizot par l’Académie française en 1872. Depuis lors, il ne cessa de revoir et d’améliorer son texte, et vingt-quatre éditions, dont plusieurs à l’usage des classes, vinrent lui prouver que ses efforts n’étaient pas restés vains. Les regrets qu’il exprimait en 1867 ont cessé d’être de saison : inscrite dès 1878 au programme de l’agrégation, la Chanson de Roland est aujourd’hui dans les mains de tous les écoliers16.

9Gautier exprime lui-même sa fierté et sa satisfaction devant la « réhabilitation de notre épopée nationale » dans la Préface de son « Édition classique à l’usage des élèves de seconde » (la huitième), publiée en 1881 :

  • 17 La Chanson de Roland, Gautier L. (éd.), Tours, Mame, 1881, p. V-VI et p. VII pour la citation préc (...)

Je ne saurais dire de quelle joie j’ai été pénétré, lorsque j’ai reçu cette nouvelle si longtemps espérée. Il y a plus de vingt ans que je m’étais proposé d’atteindre ce but ; il y a plus de vingt ans que je m’entêtais en ce dessein.
Si je me suis ainsi obstiné à populariser mon cher vieux poème, si chacune de mes huit éditions représente une somme considérable de travail et offre au lecteur des améliorations importantes ; si je me suis promis à moi-même de ne point me reposer avant d’avoir publié un texte à peu près parfait, c’est que j’ai toujours eu, à cet égard, d’autres préoccupations que des préoccupations littéraires ; c’est que je me suis surtout proposé de rappeler à la France son glorieux passé et ses traditions nationales. Dirais-je ici toute ma pensée ? Je n’ai jamais vu sans quelque jalousie les autres peuples respecter leurs origines et se passionner pour leur lointaine et mystérieuse beauté. Ému devant un tel spectacle, je me suis dit un jour que je travaillerais, dans mon humble sphère, à faire de mon pays une nation vraiment traditionnelle, qui ne s’imaginât point dater de quatre-vingts ans, et se souvînt de ses quatorze siècles d’existence et de gloire.
J’avais, il y a quelques années, dédié cette édition classique de Roland « à tous ceux qui ignorent notre vieille poésie nationale, à tous ceux qui ont souci de la connaître ». Je la dédierais plus volontiers aujourd’hui à ces jeunes professeurs qui vont être appelés à expliquer ces vieux vers, si nouveaux pour eux
Accoutumés à toutes les délicatesses de l’art antique, ils ne s’habitueront point sans quelque peine à cette rude et sauvage poésie, où le sentiment de la nuance est à peu près inconnu, et où ils auront le chagrin de ne point trouver les élégances dont ils sont légitimement épris.
Je les supplie de ne pas se décourager à une première et imparfaite lecture ; je les supplie de se rappeler qu’ils ont affaire à une poésie sincèrement primitive et qui n’a eu à son service ni la langue d’Homère, ni le génie de Virgile.
Mais je les conjure en même temps de bien vouloir se dire que cette poésie est celle de notre race et de nos pères ; qu’elle est saine et vigoureuse, mâle et fière ; qu’elle nous offre des types humains qui dépassent de cent coudées tous ceux de l’antiquité païenne. Les rhéteurs, peut-être, ne consentiront jamais à la donner pour un modèle achevé de ce qu’ils appellent le style ; mais elle agrandit les âmes ; mais elle leur donne je ne sais quel sursum ; mais elle est faite enfin pour les dégoûter à jamais des vilenies du réalisme contemporain.
Surtout, elle fait aimer la France.
Voilà pourquoi je ne regretterai jamais d’avoir remis en honneur ce chef-d’œuvre si longtemps dédaigné, et de lui avoir consacré tant d’années d’une vie que deux amours ont surtout remplie et consolée : celui de la Patrie et celui de la Vérité17.

10L’objectif que s’est fixé Gautier en travaillant à la publication de la Chanson de Roland est d’amener ses compatriotes à mieux connaître cette « épopée » qui, comparée à la littérature antique et à son art rhétorique, peut paraître « rude et sauvage », ou « primitive ». Ils doivent apprendre à en apprécier la vigueur particulière, susceptible de rivaliser et peut-être même de supplanter les épopées d’Homère et de Virgile, et à en reconnaître le caractère « national » afin d’y retrouver leur passé et leurs propres traditions. Il s’agit également de permettre à cette œuvre d’émouvoir ses lecteurs, afin qu’ils éprouvent de l’amour et de l’admiration pour leur nation et que, fort de cette « conscience » qu’ils auront désormais de sa gloire, de son importance et de ses valeurs, ils soient prêts à s’engager pour elle. Gautier souligne à nouveau cette visée politique et morale dans les « Quelques conseils pratiques pour l’enseignement du Roland » à l’intention des professeurs de seconde qui introduisent son édition scolaire :

  • 18 Ibid., p. VIII.

Le professeur n’oubliera point que, si le Roland a été introduit dans les études classiques, c’est principalement pour donner aux jeunes gens la notion de la vieille France et pour leur en inspirer l’amour. Comme le disait récemment un critique allemand, « l’avenir même de la France ne peut être sûr et heureux que si l’on relève et fortifie la conscience nationale, en faisant le plus possible de l’ancienne langue et de l’ancienne littérature le lien commun de tous les esprits cultivés ». Et ce même érudit ajoutait, pour nous encourager dans ces études : « Que les Français considèrent combien, en Allemagne, l’étude de l’ancienne langue et de l’ancienne littérature germaniques a contribué à entretenir et à fortifier la conscience nationale18. »

  • 19 La Chanson de Roland, Gautier L. (éd.), 22e édition, Tours, Mame, 1895, p. 5.
  • 20 La Chanson de Roland, 8e édition, 1881, op. cit., p. LI.
  • 21 La Chanson de Roland, Gautier L. (éd.), 10e édition, Tours, Mame, 1881.

11Gautier ne s’est pas seulement adressé aux élèves et aux étudiants. Lorsqu’il commença à s’occuper en 1865 « de cette chère Chanson de Roland », son rêve était non seulement de « la faire pénétrer dans l’enseignement secondaire », mais aussi de « lui conquérir, dans toutes les classes de la société, une nouvelle et durable popularité19 ». Il avait d’ailleurs commencé par publier une édition « destinée aux gens du monde, aux enfants et aux femmes ». Alors que ses « Éditions classiques » seront pourvues de Notes pour l’établissement du texte, d’une Phonétique, d’une Grammaire, d’une Rhythmique, d’un Glossaire et d’une Table générale des matières, cette édition commune ne contient que le texte original, une traduction et un commentaire placé au bas des pages, « réservé à toutes les observations historiques, archéologiques et littéraires ». Mais, précise-t-il, « afin de le rendre accessible à toutes les intelligences, nous en avons banni la philologie qui trouvera ailleurs la place à laquelle elle a tant de droits. Pour être ici plus facilement populaire, nous n’avons pas craint de faire appel à l’image ». Gautier regrette pourtant que son œuvre ne soit pas encore « plus vulgarisatrice. Nous ne serons heureux, dit-il, que le jour où nous verrons le Roland circuler entre les mains de nos ouvriers, de nos paysans et de nos soldats20 ». C’est ce qu’il tentera de réaliser en 1881 avec la dixième édition de son ouvrage, une « Édition populaire » qui doit réussir « à faire parvenir le vieux poème à l’adresse du vrai peuple, des femmes et des enfants21 » :

Ici, pas d’érudition, pas de subtilités philologiques, pas d’appareil ennuyeux. Le texte même du onzième siècle, si difficile et si rude, n’est pas mis intégralement sous les yeux de nos lecteurs, et l’on en a seulement imprimé quelques extraits à l’usage des collèges et en vue des examens universitaires. Une Introduction très sommaire, une traduction commentée ; c’est tout. Rien de plus vulgarisateur, rien de plus net. Il me semble qu’une jeune pensionnaire, qu’un collégien de douze ans, un ouvrier, un paysan, comprendront tout en ce livre véritablement élémentaire. Et, à force de le leur faire comprendre, j’espère bien que je finirai par le leur faire aimer.

  • 22 Cf. Duggan J. J., « Franco-German Conflict and the History of French Scholarship on the Song of Ro (...)
  • 23 La Chanson de Roland, 8e édition, 1881, op. cit., p. LII.

12Le désir d’inscrire la Chanson de Roland dans les programmes scolaires et de la diffuser auprès de l’ensemble de la population, des plus petits enfants aux plus grands érudits, en passant par toutes les couches de la société, va ici de pair avec le rôle éducatif, moral et politique qui lui est attribué22. Lire cette œuvre, ce n’est pas seulement prendre connaissance d’un monument du passé, aussi prestigieux soit-il, c’est permettre à la nation française contemporaine de retrouver ses véritables origines et de prendre conscience du même coup de son identité. Comme le souligne encore Gautier dans l’Introduction de ses différentes éditions, « rien n’est plus sain que la lecture de la plus ancienne de nos Chansons de geste, et […] rien n’est plus actuel23 ».

  • 24 Ridoux Ch., Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, op. cit., p. 613.
  • 25 La Chanson de Roland, Gautier L. (éd.), 1re édition, Tours, Mame, 1872, p. VII-VIII et CC-CCI.
  • 26 La Chanson de Roland, 8e édition, 1881, op. cit., p. LII.
  • 27 Ridoux Ch., Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, op. cit., p. 62.

13Cette actualité de la Chanson de Roland s’inscrit principalement dans le cadre de la défaite de 1870 et de la chute de l’Empire qui s’en est suivi (alors que la Prusse parvenait au même moment à unifier son territoire). Comme le note Charles Ridoux, « après la guerre franco-prussienne de 1870, la Chanson de Roland occupe une place privilégiée parmi les œuvres de la littérature médiévale et devient le symbole de l’esprit de réforme intellectuelle et morale de la nation en vue de surmonter les désastres de la guerre étrangère et de la guerre civile24. » Gautier le souligne lui-même au début et à la fin de la Préface de sa première édition25. Il ne sera d’ailleurs pas le seul à vouloir populariser ce « poème épique » afin de renforcer la « conscience nationale » de la France, à l’aider à surmonter la défaite qu’elle venait de subir et à l’encourager à « la réparer un jour par quelque grande et belle victoire26 ». Si la Chanson de Roland s’est prêtée de manière privilégiée à un tel usage politique, elle n’est pas la seule œuvre dans ce cas. Comme le souligne à nouveau Ch. Ridoux, on constate durant cette période un « lien indéfectible entre amour de la patrie et amour de la science », les érudits voyant « même dans le premier la véritable raison d’être du second27 ». Le temps et le travail que les différents savants consacrent à éditer, à étudier et à populariser les œuvres du Moyen Âge tirent leur principale motivation et leur légitimité de l’usage moral et social qui peut en être fait. La littérature a une vocation plus politique qu’esthétique. Cela vaut également dans le contexte scolaire. Michel Leroy le souligne à propos des instructions officielles de 1890 relatives à l’enseignement de la littérature :

  • 28 Leroy M., « La littérature française dans les instructions officielles au XIXe siècle », op. cit.,(...)

Les textes et les biographies d’écrivains donnent l’occasion de prôner une morale civique […] ; d’évoquer les heures glorieuses de la patrie et d’en déplorer les malheurs, en écho aux événements du temps ; de créer un patrimoine de textes connus et étudiés par tous pour, selon les instructions de 1890, « établir une sorte de concert entre tous les enfants de la même patrie », et concourir à « l’unité de l’esprit national ». Cette volonté d’affermir le sentiment national, pour contribuer au redressement moral et préparer la revanche, justifie que l’enseignement des lettres en rappelle l’éclat, comme si la France, vaincue par la Force, devait pouvoir compter sur les ressources de l’intelligence, et se consoler de son malheur présent par le souvenir d’un passé brillant. […] La littérature enseignée est moins un instrument de formation du goût qu’une instruction civique. Elle n’est plus assise sur le modèle indépassable du Grand Siècle, inspiré par l’Antiquité. Elle est la manifestation, à travers les siècles, d’un génie national qui émerge de la nuit des temps pour arriver à son plus vif éclat. Elle n’est plus un apprentissage des formes. Elle est une école de valeurs28.

  • 29 Brunetière F., « L’érudition contemporaine et la littérature française », Revue des Deux Mondes, m (...)
  • 30 Ibid., p. 628, 621 et 624.

14Tous les spécialistes de la littérature ne furent pas aussi favorables envers les œuvres médiévales et la Chanson de Roland. Dans un article sur « L’érudition contemporaine et la littérature française », publié en 1879, Ferdinand Brunetière s’en prend aux philologues et aux linguistes qui ne se contentent pas de se s’en tenir à « leur domaine » et « d’admirer silencieusement ces vieux textes, à part soi, dans le secret de la bibliothèque », mais qui, « sous prétexte d’antiquités nationales », crient leur « enthousiasme » et attaquent la tradition classique au point de vouloir « déplacer », au profit du Moyen Âge, le « centre » de la littérature française29. Jugeant cette œuvre barbare et cacophonique, Brunetière se moque de ceux qui considèrent que ce serait « l’effort suprême de l’esprit humain que d’avoir collationné, classé, numéroté les manuscrits de la Chanson de Roland ». « Pour qu’un chant soit sublime, ironise-t-il enfin, ce n’est vraiment pas assez “que la voix de nos pères l’ait entonné”30. »

  • 31 Les textes de la Chanson de Roland, Raoul Mortier (éd.), Paris, Éd. de la Geste Francor, 1940-1944 (...)
  • 32 Cf. Corbellari A., Joseph Bédier. Écrivain et philologue, Genève, Droz, 1997, p. 11-12.
  • 33 Cf. Bédier J., Les légendes épiques. Recherches sur la formation des chansons de geste, Paris, Cha (...)
  • 34 Cf. Corbellari, A., Joseph Bédier, op. cit., p. 425-448.
  • 35 La Chanson de Roland, Bédier J. (éd.), Paris, Piazza, 1921, p. XIII.
  • 36 Ibid., p. XV-XVI.

15La Chanson de Roland continuera cependant d’être invoquée au nom de la nation française, au moins jusqu’à la seconde guerre mondiale, lorsque Raoul Mortier publiera entre 1940 et la libération de 1944, en écho direct à l’occupation de la France, dix volumes consacrés aux différents Textes de la Chanson de Roland31. Un tel usage politique diminue toutefois très nettement après la première guerre mondiale. Ainsi, dans sa traduction publiée en 1921, Joseph Bédier ne dit pas un seul mot du caractère « national » que la plupart de ses prédécesseurs attribuent à cette œuvre. Il connaissait pourtant ce qu’en disait Gautier, dont il avait reçu l’édition à quatorze ans en guise de premier prix de littérature32. Il n’ignorait point non plus l’influence des théories relatives à l’épopée primitive sur la conception qu’on se faisait de la Chanson de Roland33. Et il avait lui-même publié des textes en faveur de la France lors de la Grande Guerre34. Comme les publications antérieures, son livre « ne s’adresse pas aux seuls érudits ». Mais ce n’est pas pour autant le « peuple » qu’il vise. Ce sont plutôt « tous les lettrés », afin qu’ils soient capables de lire ce « poème vénérable » (adjectif qui ne dit pas la même chose que les qualificatifs qu’on employait habituellement pour dire l’ancienneté de cette œuvre) et qu’ils puissent « s’y plaire35 ». Le plaisir que doit susciter la lecture de ce texte s’apparente désormais à un plaisir de type « littéraire ». Bédier s’oppose ainsi à Gautier qui se défendait explicitement d’avoir des « préoccupations littéraires ». Plutôt que de critiquer – ou de louer – la « naïveté toute populaire » d’une œuvre qui ne saurait être un modèle de « style » et atteindre la perfection formelle d’Homère ou de Virgile, comme on a pu le faire avant lui et comme l’admet Gautier lui-même, il admire au contraire « les allures aristocratiques de son art », à savoir ce « style noble » d’une « langue littéraire » qui en fait l’œuvre d’un véritable « classique36 ». Non seulement ce terme n’a plus le même sens que celui que lui donnait Gautier (soit d’être destiné aux classes), mais il s’oppose aussi de manière radicale au caractère primitif – et romantique – qu’on attribuait habituellement à cette « Chanson ».

16Dans quelle mesure, cependant, le plaisir suscité par les qualités stylistiques et littéraires de la Chanson de Roland – qui ne semble de tout façon concerner que les savants et les lettrés pouvant accéder à ce texte autrement qu’en traduction – a-t-il contribué à sa popularisation ? A-t-il été à même de remplacer l’enthousiasme guerrier qu’elle exerçait précédemment et en favoriser la transmission ? Il faudrait d’ailleurs définir plus précisément ce qu’il en est d’un tel plaisir.

  • 37 Van Hemelryck T., « La Chanson de Roland aux XIXe, XXe et XXIe. De la glorification nationale à l’ (...)

17Il n’est évidemment pas question de regretter l’usage patriotique de la Chanson de Roland ni même la diffusion dont elle a fait l’objet avant la première guerre mondiale, notamment quand on voit les conséquences désastreuses de l’idéologie à laquelle elle a contribué (serait-ce malgré elle). Il y a plutôt de quoi déplorer son « instrumentalisation idéologique » et « nationaliste ». Sans cette dernière, cependant, cette œuvre aurait-elle eu la même renommée et bénéficié d’une même diffusion dans les milieux scolaires et dans le grand public ? On peut d’ailleurs penser qu’elle a continué à profiter de la célébrité acquise durant la seconde moitié du XIXe siècle à travers sa fonction d’épopée « nationale ». Malgré Bédier, je ne suis pas sûr que la simple « reconnaissance de [s]a qualité et de [s]a forme » puisse en faire autant37 – en admettant qu’on sache comment en prendre la mesure. La lecture peut-elle en effet se satisfaire d’une telle activité ? Y a-t-il vraiment là de quoi susciter l’intérêt des lecteurs et favoriser la propagation de cette œuvre ? Les arguments de Bédier en faveur de la Chanson de Roland, célébrant les « allures aristocratiques » et le « style noble » de sa « langue littéraire », édifiant ainsi le socle d’une perfection monumentale qu’on ne peut qu’admirer, n’ont-ils pas plutôt contribué à sa relative désaffection ? Les envolées lyriques de type nationaliste qui accompagnaient les publications de la Chanson de Roland jusqu’à la première guerre mondiale continuent d’ailleurs de fournir des arguments en faveur de cette œuvre, même si c’est de manière résiduelle et affadie. On peut le constater dans l’ouvrage destiné à préparer les étudiants au concours d’agrégation de 2004 cité ci-dessus, qui justifie l’intérêt de la Chanson de Roland en soulignant l’émotion qu’elle peut susciter, les valeurs qu’elle contient et sa place dans l’histoire de la littérature nationale. Les auteurs n’ont certainement pas l’intention de défendre une conception patriotique et édifiante de la littérature. Mais ils en empruntent dans une large mesure les arguments. Seulement, ces derniers sont désormais privés de leurs fondements. Aussi paraissent-ils artificiels et dépourvus d’une véritable pertinence.

18Après avoir opposé la volonté de populariser la Chanson de Roland qui a motivé le travail de Gautier et des érudits du XIXe siècle, à la relative absence d’arguments destinés à justifier aujourd’hui la lecture et l’enseignement de la langue et de la littérature médiévales, il me faudrait tenter à mon tour de fonder l’actualité de cet objet et la recherche qu’on peut lui consacrer. Je ne puis ici que reporter une telle réflexion. Je dirais seulement qu’il devrait moins être question de méthodes que de l’objectif attribué aux textes considérés. Comme pour la Chanson de Roland, dont l’attente et le prestige préexistaient à la découverte du manuscrit d’Oxford, l’usage des œuvres précède en quelque sorte leur apparition. À défaut d’être écrivain, il ne suffit pas de revendiquer les qualités formelles des œuvres dont on est devenu spécialistes pour que celles-ci participent à l’actualité « littéraire ». Il s’agit aussi d’inventer ce à quoi elles peuvent répondre – à savoir l’œuvre dont elles viendront combler le manque ou les questions qu’elles seront peut-être amenées un jour à prendre en charge.

Notes

1 Cf. Cerquiglini B., « Roland à Roncevaux ou la trahison des clercs », Littérature, 42, 1981, p. 40-56 (cit. p. 40).

2 Cf. Redman H., The Roland Legend in xixth -Century French Literature, Lexington, University Press of Kentucky, 1991, Christian Amalvi C., « Roland », Bernard-Griffiths S., Glaudes P. et Vibert B. (éd.), La fabrique du Moyen Âge au XIXe siècle. Représentations du Moyen Âge dans la culture et la littérature françaises du XIXe siècle, Paris, Champion, 2006, p. 481-485, et Ridoux Ch., Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, Paris, Champion, 2001, p. 157-162, 613-624 et la bibliographie p. 1098-1100.

3 Suard F., « Qui de neuf ? La chanson de geste », Trente ans de recherches en langues et en littératures médiévales, Valette J.-R. (éd.), Perspectives Médiévales, 2005, p. 433-445.

4 Boutet D., « Compte rendu de l’Assemblée générale du 27 septembre 2003 », Perspectives médiévales, 29, 2004, p. 12-13.

5 Segre C. (éd.), La Chanson de Roland, Genève, Droz, 1989, 2 vol. 

6 Segre C., « Comment présenter La Chanson de Roland à l’Université », Revue de Linguistique Romane, 60, 1996, p. 5-23 (cit. p. 5).

7 Martin J.-P. et Lignereux M., La Chanson de Roland, Paris, Atlande, 2003 (« Clefs concours »), p. 15.

8 Ibid., p. 16-17.

9 Ibid., p. 17.

10 Cf. Statuts de la Société de Langues et Littératures Médiévales d’Oc et d’Oïl, point 1, et son texte de Présentation qu’on peut lire sur son site Internet (www.eulalie.net).

11 En témoignent les courriers adressés au Ministère et ses déclarations publiques comme les comptes rendus des Assemblées générales de ces dernières années : ils sont publiés sur le site de la Société.

12 Cf. « Programme des concours d’agrégation », Bibliothèque de l’École des Chartes, 40, 1879, p. 144, Bergougnioux G., « L’enseignement de la linguistique et de la philologie en France au XIXe siècle, d’après les affiches de cours des facultés de lettres (1845-1897) », Archives et Documents de la Société d’Histoire et d’Épistémologie des Sciences du Langage (SHESL), Seconde série, no 2, juin 1990, Id., « L’introduction de l’ancien français dans l’Université française », Romania, 112, 1991, p. 243-258, Leroy M., « La littérature française dans les instructions officielles au XIXe siècle », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 102, 2002, p. 365-87, et Savatovsky D., « La scolarisation du Moyen Âge et l’émergence d’une nouvelle culture éducative (1870-1900) », Marges Linguistiques, juillet 2004 (en ligne).

13 Voir en particulier Bähler U., « Entre science, patrie et foi. Lectures du moyen âge en France : 1870-71 », Équinoxe, 16, 1996, p. 39-54 ; Gaston Paris et la philologie romane, Genève : Droz, 2004, en part. p. 434-439, et « Universalisme universel ou universalisme particulariste. Penser la littérature nationale en France (1870-1918) », dans Des littératures combatives. L’internationale des nationalismes littéraires, sous la dir. de Pascale Casanova, Paris, Raisons d’agir, 2011, p. 147-170.

14 Delaborde, H.-F. et Le Grand L., « Léon Gautier (1832-1897) », Bibliothèque de l’École des Chartes, 60, 1899, p. 228-266 (cit. p. 228-229). Cf. Ridoux Ch., Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, op. cit., p. 975-81.

15 Gautier L., Les Épopées françaises. Étude sur les origines et l’histoire de la littérature nationale, Paris, Palmé, 1965-1968 (3 vol. ), 2e éd. 1878-1892 (4 vol. ), et Bibliographie des chansons de gestes, Paris, 1897. Cf. Ridoux Ch., Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, op. cit., p. 151-154 et 676-683.

16 Delaborde H.-F. et Le Grand L., « Léon Gautier (1832-1897) », op. cit., p. 239-240.

17 La Chanson de Roland, Gautier L. (éd.), Tours, Mame, 1881, p. V-VI et p. VII pour la citation précédente.

18 Ibid., p. VIII.

19 La Chanson de Roland, Gautier L. (éd.), 22e édition, Tours, Mame, 1895, p. 5.

20 La Chanson de Roland, 8e édition, 1881, op. cit., p. LI.

21 La Chanson de Roland, Gautier L. (éd.), 10e édition, Tours, Mame, 1881.

22 Cf. Duggan J. J., « Franco-German Conflict and the History of French Scholarship on the Song of Roland », Gallagher O. J. et Damico H. (éd.), Hermeneutics and Medieval Culture, Albany, Suny, 1989, p. 97-106, Castellani M.-M., « Roland, héros de la Patrie française dans les préfaces aux traductions de la Chanson de Roland (1870-1919) », Cazenave C. et Marchal-Ninosque F. (éd.), Mourir pour des idées, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2008, p. 189-205, et Van Hemelryck T., « La Chanson de Roland aux XIXe, XXe et XXIe. De la glorification nationale à l’instrumentalisation idéologique », Interférences littéraires, 3, 2009, p. 27-35.

23 La Chanson de Roland, 8e édition, 1881, op. cit., p. LII.

24 Ridoux Ch., Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, op. cit., p. 613.

25 La Chanson de Roland, Gautier L. (éd.), 1re édition, Tours, Mame, 1872, p. VII-VIII et CC-CCI.

26 La Chanson de Roland, 8e édition, 1881, op. cit., p. LII.

27 Ridoux Ch., Évolution des études médiévales en France de 1860 à 1914, op. cit., p. 62.

28 Leroy M., « La littérature française dans les instructions officielles au XIXe siècle », op. cit., p. 384.

29 Brunetière F., « L’érudition contemporaine et la littérature française », Revue des Deux Mondes, mai-juin 1879, p. 620-649 (cit. p. 624-625).

30 Ibid., p. 628, 621 et 624.

31 Les textes de la Chanson de Roland, Raoul Mortier (éd.), Paris, Éd. de la Geste Francor, 1940-1944 (10 vol. ).

32 Cf. Corbellari A., Joseph Bédier. Écrivain et philologue, Genève, Droz, 1997, p. 11-12.

33 Cf. Bédier J., Les légendes épiques. Recherches sur la formation des chansons de geste, Paris, Champion, 1908-13, t. III, p. 200-288 (« Historique des théories sur la formation de la Chanson de Roland et plus généralement sur la formation des chansons de geste »).

34 Cf. Corbellari, A., Joseph Bédier, op. cit., p. 425-448.

35 La Chanson de Roland, Bédier J. (éd.), Paris, Piazza, 1921, p. XIII.

36 Ibid., p. XV-XVI.

37 Van Hemelryck T., « La Chanson de Roland aux XIXe, XXe et XXIe. De la glorification nationale à l’instrumentalisation idéologique », op. cit., p. 32.

Auteur

Université Paris 8 et Université de Genève

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540