Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant dans les Lettres

 | 
Valérie Cangemi
, 
Alain Corbellari
, 
Ursula Bähler

Deuxième partie. Facettes de la vulgarisation

Thierry ou l’invention du Moyen Âge romantique

Isabelle Durand-Le Guern

Texte intégral

1Si la mémoire collective a surtout retenu le nom de Jules Michelet comme représentant exemplaire de l’histoire romantique, il convient de rendre justice à une autre grande figure de cette histoire romantique, celle d’Augustin Thierry. Celui-ci se trouve en effet à l’origine d’une révolution dans l’historiographie, à laquelle Marcel Gauchet rend hommage dans son analyse des Lettres sur l’histoire de France insérée dans Les lieux de mémoires de Pierre Nora :

  • 1 Gauchet M., Les « Lettres sur l’histoire de France d’Augustin Thierry, l’alliance austère du patrio (...)

Il s’est opéré entre 1820 et 1830 une transformation du rapport au passé qui a créé les conditions de l’investigation historique « scientifique » telle que nous continuons de la pratiquer – sous des formes, il est vrai, qui aujourd’hui nous déroutent en ne nous laissant plus voir que l’approximation ou l’errement du discours. Nous avons à en ressaisir le tranchant et la portée. Il s’agit, au prix d’une traversée des apparences, de regagner la signification de cette rupture profonde1.

2Rupture profonde en effet que celle que provoque Thierry dans la manière d’envisager l’histoire, et plus particulièrement, pour notre propos, l’histoire du Moyen Âge. Chez Thierry en effet, l’érudition, la rigueur, le respect des sources et des documents deviennent des exigences premières ; dans le même temps, c’est avec Thierry, comme avec Michelet, que l’histoire romantique « littéraire », telle que nous la connaissons, prend forme et s’offre au lecteur ouvert et curieux. Nous pouvons ainsi analyser à travers son œuvre ce paradoxe de l’histoire romantique, qui est à la fois de fonder une approche historique scientifique et érudite, et d’ouvrir l’histoire à la littérature, au mythe et à l’imaginaire.

Le savant et la vérité

3C’est tout d’abord dans son rapport à la vérité que Thierry tente de redéfinir le travail historique. À l’instar des historiens de sa génération (Michelet, Guizot, Barante), Thierry revendique une nouvelle compréhension et une nouvelle écriture des époques passées, notamment du Moyen Âge. Face à une histoire médiévale qui lui semble faussée par les préjugés et l’ignorance, Thierry préconise une approche nouvelle des documents et des archives. Aux sources de cette idée s’inscrit son itinéraire personnel et la découverte de l’histoire, placée sous le signe de la rupture :

  • 2 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, Paris, Sautelet, 1827, p. VII.

Insensiblement, je quittai les livres modernes pour les vieux livres, les histoires pour les chroniques, et je crus entrevoir la vérité sous les formules de convention et le style pompeux de nos écrivains. Je tâchai d’effacer de mon esprit tout ce qu’ils m’avaient enseigné, et j’entrai, pour ainsi dire, en rébellion contre mes maîtres2.

  • 3 Paul François Velly (1709-1759) est l’auteur d’une Histoire de France depuis l’établissement de la (...)
  • 4 Louis-Pierre Anquetil (1723-1808), auteur de nombreux ouvrages historiques, entre autres une Histoi (...)
  • 5 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, op. cit. p. IX.

4Thierry s’attaque en effet frontalement aux historiens qui faisaient alors autorité, Velly3 et Anquetil4 qui, selon lui, présentent le Moyen Âge sous le jour le plus faux, et loue en revanche la justesse d’ouvrages nouvellement parus comme les Essais sur l’histoire de France (1823) de Guizot et L’histoire des ducs de Bourgogne (1824-1826) de Barante. À leur suite, Thierry se donne donc pour mission de « remplacer par un peu de vrai les niaiseries du collège et les préjugés du monde5 ». Pour cela, ses armes sont le recours aux documents originaux et leur analyse sans idée préconçue. Il s’agit de faire disparaître tout ce qui fait écran entre le Moyen Âge réel et les hommes du XIXe siècle. De fait, les préjugés auxquels il faut s’attaquer sont essentiellement des préjugés politiques :

  • 6 Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785), philosophe, auteur d’Observations sur l’histoire de France.
  • 7 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, op. cit., p. IX-X.

À ces préjugés, nés du défaut d’études fortes et consciencieuses, j’oppose les textes originaux et cette expérience de la vie politique qui est un des privilèges de notre époque si remplie de grands événements. Que tout homme de sens, au lieu de se payer des abstractions monarchiques ou républicaines des écrivains de l’Ancien Régime, recueille ses propres souvenirs, et s’en serve pour contrôler ce qu’il a lu ou entendu dire sur les événements d’autrefois, il ne tardera pas à sentir quelque chose de vivant sous la poussière du temps passé. Car il n’est personne parmi nous, hommes du dix-neuvième siècle, qui n’en sache plus que Velly ou Mably6, plus que Voltaire lui-même sur les rébellions et les conquêtes, le démembrement des empires, la chute et la restauration des dynasties, les révolutions démocratiques et les réactions en sens contraire7.

  • 8 Ibid., p. 21.

5La prise de position de Thierry est intéressante en ce qu’elle nous semble résumer l’originalité et peut-être les paradoxes de l’histoire romantique : une exigence de vérité, passant par un retour aux textes sources, et en même temps une volonté de compréhension intuitive de l’histoire, faisant appel à l’expérience personnelle. Il existe ainsi, selon Thierry, une proximité entre les hommes du Moyen Âge et ceux du XIXe siècle. Bien évidemment une telle conception implique le risque de l’anachronisme, de la projection sur le passé des préoccupations contemporaines et donc un danger de déformation de l’histoire lié à l’angle de vue adopté. C’est bien pourtant précisément l’anachronisme que Thierry reproche aux historiens du siècle précédent. Ainsi, s’en prenant à l’abbé Velly, il affirme que « son plus grand soin est d’effacer partout la couleur populaire pour y substituer l’air de cour ; c’est d’étendre avec art le verni des grâces modernes sur la rudesse du vieux temps8 ». En évoquant par exemple la présentation que donne Velly des chefs francs en princes galants, Thierry s’étouffe littéralement d’indignation et s’emporte contre ce travestissement de l’histoire.

  • 9 Par Madeleine de Scudéry, 1649-1653.
  • 10 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, op. cit., p. 23.

De bonne foi, est-il possible d’entasser plus d’extravagances ? Ne croirait-on pas lire une page du roman de Cyrus9 ou quelqu’un de ces contes de rois et de reines dont on endort les petits enfants ? Et quelle histoire est ainsi déguisée sous des formes faussement frivoles ? C’est une des plus imposante, c’est celle des ennemis mortels de la civilisation romaine ; de ceux qui dans leurs longues invasions n’épargnèrent ni le sexe, ni l’âge […] qui se glorifiaient surtout de la force de leur bras et de la rapidité de leur course10

6Notons que ces affirmations sont parsemées de références à Grégoire de Tours, qui viennent appuyer la véracité du propos. Il s’agit de fait d’un retour aux sources, aux témoignages d’époque, aux documents les plus proches de la période considérée.

7La quête et surtout le rétablissement de ce qu’il pense être la vérité historique constitue le moteur principal du travail d’Augustin Thierry. Ainsi, dans la préface de l’Essai sur la formation et les progrès du Tiers-État (1853), il souligne à nouveau les erreurs commises par les historiens précédents :

  • 11 Thierry A., Préface de l’Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers-État, in Œuvr (...)

Pour que la nature de ce travail soit parfaitement comprise, j’ai besoin de fixer dans l’esprit du lecteur le vrai sens des mots Tiers-État. La distance qui sépare le temps présent de l’Ancien Régime, et les préjugés répandus par des systèmes qui tendent à diviser en classes mutuellement hostiles la masse nationale aujourd’hui une et homogène, ont obscurci, pour beaucoup de personnes, la notion historique de ce qui, autrefois, constituait le troisième ordre aux États généraux du royaume11.

8Le travail sur « le vrai sens des mots », l’histoire de la langue, l’étymologie apparaît ainsi comme un élément essentiel de la méthode d’Augustin Thierry. Dans la 6e Lettre sur l’histoire de France, il s’interroge longuement sur la traduction par le substantif « roi » du latin rex utilisé par les Francs dans leurs actes juridiques, et montre que les deux termes ne peuvent recouvrir la même réalité, et que cette confusion est responsable d’erreurs historiques.

  • 12 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, op. cit., p. 58.

Il y a, en fait d’histoire, plus d’un genre d’inexactitude, et si le travail des chronologistes nous garantit désormais de la fausseté matérielle, il faut un nouveau travail, un nouvel art, pour écarter également la fausseté de couleur et de caractère. Ne croyons pas qu’il ne reste plus qu’à porter des jugements moraux sur les personnages et les événements historiques ; il s’agit de savoir si les êtres et les choses ont été réellement tels qu’on nous les représente ; si la physionomie qu’on leur prête leur appartient véritablement, et n’est point transportée faussement du présent au passé, ou d’un degré récent du passé à un autre degré plus ancien. C’est là qu’est la difficulté et le travail ; là sont les abîmes de l’histoire, abîmes dédaignés par les écrivains frivoles, et comblés quelquefois, sans profit pour eux, par les travaux obscurs d’une érudition qu’ils dédaignent12.

9On perçoit d’emblée l’exigence et la rigueur qui commandent la démarche de Thierry. Conscient du poids de représentation que comporte le lexique, il choisit d’en examiner la portée afin de saisir ce qui constitue le but ultime de l’histoire : savoir comment ont été « les êtres et les choses ». C’est bien dans l’intention audacieuse d’explorer « les abîmes de l’histoire » que Thierry s’attelle à cet obscur travail d’érudition en s’interrogeant par exemple sur l’usage franc des termes latins rex ou dux.

  • 13 Ibid., p. 60.

Les franks ont péri, mais les vestiges de leur langue subsistent, et c’est à cette langue qu’il faut recourir ; c’est là que nous trouverons le véritable titre de ceux que nous appelons rois ; c’est là que nous trouverons, dans la racine et dans le véritable sens de ce titre, de quoi l’interpréter fidèlement et l’apprécier à sa juste valeur13.

10On a ainsi chez Augustin Thierry l’ébauche d’une méthode historique, et la volonté de mettre l’érudition au service d’une représentation véridique et intéressante de l’histoire médiévale. Mais ce rapport à la vérité ne va pas sans paradoxes.

Paradoxes de la vérité romantique

  • 14 La conception de Thierry rejoint en cela celle de Hugo, développée notamment dans la Préface de Cro (...)

11Chez Augustin Thierry comme chez d’autres historiens romantiques, la quête d’une vérité historique prend la forme de la couleur locale. Il ne faut pas se tromper sur la signification de l’expression : rien de superficiel ni de décoratif dans cette « couleur » qui n’est qu’une des manifestations d’une vérité profonde14. Pour pénétrer les mentalités médiévales dans leur vérité, il faut passer par le respect de tous les détails authentiques, comme l’affirme Thierry dans l’introduction à son Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands.

  • 15 Thierry A., Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, Paris, Garnier, 3e édition, 1 (...)

J’ai restitué à tous ces noms leur physionomie normande, afin d’obtenir par là un plus haut degré de cette couleur locale qui me semble une des conditions non seulement de l’intérêt, mais encore de la vérité historique. […] Ainsi, faits principaux, détails de mœurs, formes, langage, noms propres, je me suis proposé de tout rétablir ; et, en restituant à chacune des périodes de temps embrassées par mon récit, ses dehors particuliers, ses traits originaux, et, si je puis le dire, son entière réalité, j’ai essayé de porter, dans cette partie de l’histoire, quelque chose de la certitude scientifique15.

12Ainsi, et l’emploi de ce terme aux connotations littéraires peut nous surprendre, Thierry associe sans complexe et sans contradiction apparente la couleur locale et l’exigence scientifique. La chose resterait compréhensible s’il ne s’agissait que de s’approcher au plus près des témoignages d’époque, et ainsi de redonner vie aux documents. Mais c’est dans sa proximité avec la littérature que cette histoire romantique cultive semble-t-il le paradoxe. En effet, rappelons que c’est par la littérature que Thierry vient à l’histoire, à travers deux rencontres marquantes, celle de Chateaubriand et celle de Walter Scott. La préface aux Récits des temps mérovingiens rend ainsi hommage à Chateaubriand en rapportant le choc constitué par la lecture des Martyrs :

  • 16 Thierry A., Récits des temps mérovingiens, Préface, Paris, Just Tessier éditeur, 1842, p. 22.

En 1810, j’achevais mes classes au collège de Blois, lorsqu’un exemplaire des Martyrs, apporté de l’extérieur, circula dans le collège. […] À mesure que se déroulait à mes yeux le contraste dramatique du guerrier sauvage et du soldat civilisé, j’étais saisi de plus en plus vivement ; l’impression que fit sur moi le chant de guerre des Franks eut quelque chose d’électrique. […] Ce moment d’enthousiasme fut peut-être décisif dans ma vocation à venir. Voilà ma dette envers l’écrivain de génie qui a ouvert et qui domine le nouveau siècle littéraire16.

13Par la lecture des Martyrs, le jeune Thierry entrevoit ce que peut être l’histoire du haut Moyen Âge et corrige les images fausses qu’avait imprimées en lui l’enseignement traditionnel de l’histoire. Par le même processus d’affinités littéraires, la rencontre de Scott est à l’origine de son Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, comme il le rappelle dans l’avertissement lorsqu’il justifie sa méthode :

  • 17 Ibid., p. 8-9.

J’avais besoin de donner ces courtes explications pour qu’on ne fût pas surpris, en lisant ce livre, d’y trouver l’histoire d’une conquête, et même de plusieurs conquêtes, faite au rebours de la méthode employée jusqu’ici par les historiens modernes. Tous, suivant une pente qui leur a semblé naturelle, vont des vainqueurs aux vaincus ; ils se transportent plus volontiers dans le camp où l’on triomphe que dans celui où l’on succombe, et présentent la conquête comme achevée aussitôt que le conquérant s’est proclamé souverain maître, faisant abstraction, comme lui, de toutes les résistances ultérieures dont s’est jouée sa politique. Voilà comment, pour tous ceux qui, avant ces derniers temps, ont traité l’histoire d’Angleterre, il n’y a plus de Saxons après la bataille d’Hastings, et le couronnement de Guillaume Le Bâtard ; il a fallu qu’un romancier, homme de génie, vint révéler au peuple anglais que ses aïeux du onzième siècle n’avaient pas tous été vaincus dans un seul jour17.

  • 18 Ibid., p. 8.

14Cet hommage à Walter Scott et au roman Ivanhoé constitue aussi un hommage à la littérature, au sein de laquelle le vrai Moyen Âge se révèle, par opposition aux fausses représentations des historiens. De même, cette confiance en la littérature s’étend aux sources historiques puisque les œuvres de fiction deviennent des témoignages historiques à part entière. On trouve dans les pièces justificatives de son ouvrage sur la conquête de l’Angleterre de nombreux textes littéraires, comme le « chant patriotique du barde cambrien Goliddan, VIIe siècle », une « ballade populaire, composée au XVIe siècle, sur la résistance des hommes de Kent à Guillaume le Conquérant », le « chant national des Anglo-Saxons sur la victoire de Brunanburgh ». Thierry affirme d’ailleurs avoir recueilli son « histoire où personne ne l’avait cherchée, dans les légendes, les traditions et les poésies populaires18 ».

D’un mythe à l’autre, ou le relativisme historique

Le mythe des barbares

  • 19 Denieul Cormier A., Augustin Thierry, L’Histoire autrement, Paris, Publisud, 1996, p. 147.

15Bien évidemment, le recul de l’histoire, l’accès à d’autres documents et à d’autres méthodes nous font maintenant considérer l’histoire médiévale d’Augustin Thierry comme tout autant entachée d’erreurs que celle qu’il combattait. Face à une mythification de l’histoire créée par les classiques, Thierry construit un autre mythe du Moyen Âge, efficace et prégnant, dont l’image s’est prolongée jusqu’à nous. L’aspect le plus frappant de la vision de l’histoire médiévale chez Augustin Thierry réside sans doute dans la construction de ce que l’on pourrait nommer le mythe des barbares. En voulant s’inscrire en faux contre la vision lénifiante des rois francs sous les traits d’aimables chevaliers, Thierry construit à rebours une représentation des Francs comme hordes de barbares. Comme le souligne Anne Denieul Cormier, « le stéréotype que Thierry est en train de mettre en forme va durer presque deux siècles. Nous l’avons appris à l’école. Il durerait encore si des travaux récents n’en avaient démontré l’inexactitude19. » De fait, ce mythe des barbares s’associe chez Thierry à un mythe des origines, qui mêle les notions d’authenticité, de primitivité à la représentation des peuples du haut Moyen Âge.

16C’est sous cet éclairage que l’on peut lire l’œuvre d’Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens. Le titre seul est à cet égard révélateur : on lit en effet dès ce seuil l’ambivalence générique de l’ouvrage, entre la précision chronologique du terme « mérovingien » et l’indétermination littéraire des « récits des temps… » qui nous renvoie clairement au domaine du conte ou du récit légendaire. Le lecteur est ainsi invité à se plonger dans une réalité inconnue, si éloignée dans le temps qu’elle en devient irréelle ; le terme « mérovingien », chargé d’historicité, ne parvient pas en effet à masquer son double absent, celui de « barbare »… Or, ces « barbares » – et c’est là que se situe l’une des clés de cette fascination – s’ils sont irréductiblement et totalement autres, sont aussi et tout autant nous-mêmes, par le seul fait qu’ils se rattachent à l’histoire, à notre histoire nationale. C’est en tout cas ainsi que peut et doit les comprendre un lecteur du XIXe siècle, et c’est ainsi que les présente Augustin Thierry. Il nous invite à saisir une réalité fragmentaire (avec seulement quelques récits, retraçant quelques faits choisis parmi tant d’autres), fascinante à la fois par son éloignement et par sa proximité.

  • 20 Thierry A., Récits des temps mérovingiens, Paris, Complexe, 1995 [1re éd. 1825], p. 25.

17Les protagonistes de cette histoire, aux noms desquels Thierry, par souci littéraire de couleur locale, redonne l’orthographe germanique (Chlother, Hilpérik…), sont des barbares, aussi bien parce que la chronologie historique les désigne comme tels que parce qu’ils nous paraissent, par leur comportement, barbaros, c’est-à-dire étrangers. Thierry s’amuse d’ailleurs à accentuer cette barbarie en déconcertant le lecteur, surpris « de trouver changés des noms qu’il croyait bien connaître, de rencontrer des syllabes dures et des lettres insolites […]20 ». « Insolites » et « durs », tels apparaissent en effet ces barbares germaniques, qui ont pourtant jeté les bases d’une nation.

  • 21 Ibid., p. 33.

18Temps des origines, ce haut Moyen Âge apparaît finalement comme une forme d’enfance de l’humanité : les barbares sont avant tout de grands enfants, incapables de discipliner leurs instincts. Ainsi, Hilpérik et Sighebert sont tous deux « d’un naturel turbulent, batailleur et vindicatif21 ». De cette nature barbare découlent les incessants combats, meurtres et trahisons qui peuplent l’époque mérovingienne. La naïveté constitue également l’une des caractéristiques de cette époque barbare :

  • 22 Ibid., p. 57.

De semblables récits peuvent nous faire sourire, nous qui les lisons dans de vieux livres écrits pour des hommes d’un autre âge ; mais au VIe siècle quand ces légendes passaient de bouche en bouche, comme l’expression vivante et poétique des sentiments et de la foi populaire, on devenait pensif et l’on pleurait en les entendant raconter22.

  • 23 Ibid., p. 57.

19On retrouve ici la volonté de Thierry de se décentrer, de tenter d’adopter le point de vue de l’époque, de voir le monde comme le voyaient les hommes de ce temps. Il dessine ainsi le portrait de l’homme médiéval, stigmatisant et admirant tour à tour sa violence primitive et sa foi naïve. Ce qui fascine fortement Thierry, c’est essentiellement la barbarie, c’est-à-dire l’étrangeté primitive des mœurs mérovingiennes. Cela explique sans doute que soient privilégiés certains événements et certains personnages (même si Thierry reste étroitement dépendant de ses sources, c’est-à-dire de Grégoire de Tours). Ainsi, de manière révélatrice, la figure de la terrible Frédégonde, épouse du roi Hilpérik, domine ces récits. Elle incarne à elle seule la violence, la cruauté et l’abandon aux instincts qui, selon Thierry, caractérisent les barbares. Les meurtres ordonnés par Frédégonde touchent aussi bien des ecclésiastiques (l’évêque Praetextatus), que son beau-fils Clodowig, ou la femme légitime de Hilpérik, Galeswinthe. Le personnage de Frédégonde montre à quel point ce monde est à l’opposé d’un univers civilisé, ordonné, régi par des lois. Le désordre et la violence y règnent en maîtres. Ceux qui échappent à ces mœurs sont donc logiquement considérés comme anachroniques par l’historien : ainsi Galeswinthe, « […] figure mélancolique et douce qui traversa la barbarie mérovingienne comme une apparition d’un autre siècle23 ».

Mythes politiques

20À ce mythe historique des barbares, celui qui sans doute a marqué le plus fortement et le plus longuement notre représentation du Moyen Âge, il nous faut ajouter la construction d’autres types de mythes que l’on pourrait qualifier de politiques. Thierry dans sa manière d’écrire l’histoire s’attache en effet à en proposer une lecture signifiante et cohérente. Il s’agit, dans chacune de ses œuvres, de faire émerger de l’histoire une ligne directrice et les signes d’une évolution.

21Le titre de l’Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers État de Thierry indique d’emblée la problématique historique : saisir et d’interpréter les signes d’évolution d’un groupe social à travers les âges, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Dans une perspective différente de celle des Récits des temps mérovingiens, l’époque médiévale n’apparaît pas ici comme une époque barbare, mais comme une suite de progrès et de crises qui permettent l’avènement du Tiers État. Dans cette optique, chaque événement historique comporte un sens et l’histoire tend vers un but. S’intéressant par exemple aux communes, Thierry y lit régulièrement les prémices des révolutions modernes à venir :

  • 24 Thierry A., Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers-État, op. cit., p. 30.

Cette pensée féconde ne devait pas s’arrêter aux bornes d’une révolution municipale ; en elle était le germe d’une série de révolutions destinées à renverser de fond en comble la société féodale, et à faire disparaître ses moindre vestiges. Nous sommes ici à l’origine du monde social des temps modernes24

22En contradiction avec certains principes revendiqués par l’histoire romantique (saisir l’histoire par une forme d’immersion, se fondre dans l’époque et abandonner tout préjugé moderne), on a ici l’adoption d’un point de vue résolument anachronique, qui part du présent pour construire une représentation orientée du passé. Il s’agit de saisir et de reconstruire un mouvement, voire (et la métaphore maritime employée par Thierry nous le confirme) une lame de fond qui se résoudra plus tard en déferlante révolutionnaire. On trouve ainsi dans l’ouvrage une forme d’éloge lyrique du Tiers État et de son action patiente et résolue :

  • 25 Ibid., p. 67-68.

On peut suivre cette voix grandissante d’âge en âge à mesure que le temps marche et que le progrès s’accomplit. C’est elle qui, durant cinq siècles, a remué les grands courants de l’opinion. L’initiative du Tiers État en idées et en projets de réformes est le fait le plus intime du mouvement social dont nous avons vu, sinon le dernier terme, du moins une phase glorieuse et décisive, mouvement continu sous d’apparentes vicissitudes, et dont la marche ressemble à celle de la marée montante, que l’on voit avancer et reculer sans cesse, mais qui gagne et s’élève toujours25.

23C’est dans cette même optique, à la recherche d’indices du futur avènement du Tiers État que Thierry interprète le personnage d’Étienne Marcel comme un personnage anachronique et pré-révolutionnaire. Renchérissant sur cette interprétation, il nous propose une vision téléologique de l’histoire, dans laquelle le Moyen Âge joue le rôle d’essai, de répétition, au sens théâtral du terme, d’événements postérieurs :

  • 26 Thierry A., Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers-État, op. cit., p. 58.

Sa courte et orageuse carrière fut comme un essai prématuré des grands desseins de la Providence, et comme le miroir des sanglantes péripéties à travers lesquelles, sous l’entraînement des passions humaines, ces desseins devaient marcher à leur accomplissement26.

24Thierry tente ainsi de déterminer des lois générales du développement historique, en fonction de la détermination d’une finalité de l’histoire. Il s’agit, au travers de l’observation de ce développement, d’en extraire des lois qui permettent de mieux comprendre la succession et l’enchaînement des événements.

  • 27 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, 18e lettre, op. cit., p. 297.

Il y avait au XIIe siècle, pour les changements politiques, la même loi qu’au XVIIe, loi souveraine et absolue qui régira nos enfants comme elle nous a régis nous et nos pères. Tout l’avantage que nous avons sur nos devanciers c’est de savoir mieux qu’eux où nous marchons et quelles sont les vicissitudes, tristes ou heureuses, qu’amène le cours graduel du perfectionnement social27.

  • 28 Thierry A., Essais sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers-État, op. cit., p. 65.

25L’histoire du Moyen Âge ne semble ainsi constituée que de répétitions manquées d’événements à venir, de personnages en avance sur leur temps et incompris de leur époque, tel « le despote Louis XI [qui] n’est pas de la race des tyrans égoïstes, mais de celle des novateurs impitoyables ; avant nos révolutions, il était impossible de le bien comprendre28 ».

26Thierry jette ici les bases de l’histoire moderne, en s’intéressant aux masses, à la communauté active et productive qui forme l’essentiel de la société, même si elle est absente des sphères du pouvoir. Cependant, le trait essentiel qui distingue cette conception romantique de l’histoire réside sans doute dans cette propension à donner un sens à l’histoire, à vouloir saisir dans le Moyen Âge le temps des origines, le creuset dans lequel se sont constitués peuple, nation, liberté et avenir. Thierry y cherche les traces de la Révolution, il veut y trouver le peuple, celui des paysans, des bourgeois, de ceux qui ne sont encore rien mais qui deviendront une force agissante.

Thierry et la théorie des races

  • 29 Voir par exemple la lettre de Marx à Engels du 27 juillet 1854 où il désigne Thierry comme « père d (...)

27Il semble enfin que l’on puisse lire chez Thierry la fabrication d’un autre mythe (au sens le plus large que nous puissions prêter à ce terme, celui d’une structure mentale collective prégnante et signifiante), un mythe cette fois que l’on pourrait qualifier d’épistémologique, ou d’historico-philosophique, celui de la lutte des classes. Quelle que soit la valeur que l’on accorde à ce modèle économique et philosophique, on peut à l’évidence soutenir que Thierry, à partir d’une lecture largement mythique du développement historique, a créé un concept historique opératoire, dont la fortune ne s’est pas démentie depuis. Marx a en effet mainte fois souligné sa dette envers Augustin Thierry29.

  • 30 Thierry A., Récits des temps mérovingiens, op. cit., p. 26.

28L’historien recherche en effet dans toute l’histoire un principe explicatif, celui de l’opposition des races. Selon lui, cette opposition née avant et pendant le Moyen Âge, se poursuit jusqu’à l’époque contemporaine. Ainsi, le peuplement de la France se construit sur l’opposition entre les peuples gallo-romains et les envahisseurs germaniques. Au VIe siècle, « les officiers du palais [sont] soit barbares, soit romains d’origine […]30 ». Afin d’illustrer cette théorie, Thierry s’attache, tout au long de son récit, à différencier la psychologie des Romains et de celle des conquérants germaniques. Ainsi, le roi Hilpérik,

  • 31 Ibid., p. 30.

[…] tout en conservant une forte teinte de la barbarie germanique, des passions effrénées et une âme impitoyable, avait pris quelques-uns des goûts de la civilisation romaine […] [il] avait la prétention d’être grammairien, théologien et poète31.

  • 32 Le sous-titre de l’ouvrage est explicite : de ses causes et de ses suites jusqu’à nos jours.

29D’un côté donc, la sauvagerie primitive des Germains, de l’autre le raffinement de la civilisation latine… Ces présupposés ne sont évidemment pas neutres idéologiquement. Ils contribuent à entretenir l’idée d’une opposition de nature entre les différents peuples. Thierry fonde de la même façon son Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands sur cette théorie des races. En effet, comme Walter Scott dans Ivanhoé, il montre bien les sources de l’hostilité entre indigènes saxons et envahisseurs normands. Selon lui, ces différences d’origine se sont perpétuées jusqu’au XIXe siècle32 :

  • 33 Thierry A., Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, Paris, Furne, 1851 [1re éd. 1 (...)

Les classes supérieures et inférieures, qui aujourd’hui s’observent avec défiance ou luttent ensemble pour des systèmes d’idées ou de gouvernement, ne sont autres dans plusieurs pays, que les peuples conquérants et les peuples asservis d’une époque antérieure33.

30L’historien cherche donc à fonder des oppositions sociales contemporaines : il s’agit de redonner une forme de dignité aux peuples vaincus en les amenant à se retremper aux sources de leur histoire. La lutte des opprimés contre les conquérants d’hier se trouve de ce fait pleinement justifiée, et participe du mouvement rationnel de l’histoire vers plus de liberté. Le Moyen Âge, époque où tout se joue, fonde les droits qui se concrétiseront plus tard.

  • 34 Ibid., p. 5-6.

31L’exemple d’Augustin Thierry nous permet donc de comprendre un phénomène apparemment paradoxal, celui qui mène de l’érudition à l’imagination, de la rigueur scientifique à la fiction. De fait, chez Augustin Thierry, la visée savante qui préside à l’étude de l’histoire médiévale se traduit finalement par la construction d’images largement fantasmatiques, parfois stéréotypées, en tout cas suffisamment prégnantes pour qu’elles nourrissent longtemps l’imaginaire collectif dans sa représentation médiévale : les barbares francs et leur rudesse sauvage, la brutale primitivité du peuple, l’éternelle lutte d’un Tiers État opprimé par l’arrogance de la noblesse et du clergé… L’histoire ainsi mise en œuvre forme pour ainsi dire des concrétions mythiques qui, rencontrant un certain horizon d’attente, se fixent durablement dans la représentation collective du passé. Si l’histoire d’Augustin Thierry ne peut sans doute satisfaire à l’exigence de vérité (mais qu’en est-il de la vérité en histoire ?) elle réussit parfaitement son pari qui est de rendre chair et sang aux époques révolues, de faire entendre la voix oubliée des vaincus. Finalement, Thierry a été fidèle à son projet, et sa lucidité ne saurait être remise en cause, puisqu’il affirme lui-même une idée fondatrice de l’historiographie moderne, celle de relativisme historique : « on ne peut pas, quelque supériorité d’esprit que l’on ait, dépasser l’horizon de son siècle, et chaque nouvelle époque donne à l’histoire de nouveaux points de vues et une forme particulière34 ».

Notes

1 Gauchet M., Les « Lettres sur l’histoire de France d’Augustin Thierry, l’alliance austère du patriotisme et de la science », in Les Lieux de mémoire, Nora P. (dir.), volume 1, Paris, Gallimard, Quarto, 1997, p. 788.

2 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, Paris, Sautelet, 1827, p. VII.

3 Paul François Velly (1709-1759) est l’auteur d’une Histoire de France depuis l’établissement de la monarchie jusqu’à Louis XIV.

4 Louis-Pierre Anquetil (1723-1808), auteur de nombreux ouvrages historiques, entre autres une Histoire de France depuis les Gaulois jusqu’à la fin de la monarchie, en 14 volumes.

5 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, op. cit. p. IX.

6 Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785), philosophe, auteur d’Observations sur l’histoire de France.

7 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, op. cit., p. IX-X.

8 Ibid., p. 21.

9 Par Madeleine de Scudéry, 1649-1653.

10 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, op. cit., p. 23.

11 Thierry A., Préface de l’Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers-État, in Œuvres complètes, t. IX, Paris, Furne, 1853, 2e édition, p. II.

12 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, op. cit., p. 58.

13 Ibid., p. 60.

14 La conception de Thierry rejoint en cela celle de Hugo, développée notamment dans la Préface de Cromwell : « Ce n’est point à la surface du drame que doit être la couleur locale, mais au fond, dans le cœur même de l’œuvre, d’où elle se répand au-dehors, d’elle-même, naturellement, également, et, pour ainsi parler, dans tous les coins du drame, comme la sève qui monte de la racine à la dernière feuille de l’arbre. », Cromwell, Paris, GF-Flammarion, 1968 [1re éd. 1827], p. 91.

15 Thierry A., Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, Paris, Garnier, 3e édition, 1830, p. 11.

16 Thierry A., Récits des temps mérovingiens, Préface, Paris, Just Tessier éditeur, 1842, p. 22.

17 Ibid., p. 8-9.

18 Ibid., p. 8.

19 Denieul Cormier A., Augustin Thierry, L’Histoire autrement, Paris, Publisud, 1996, p. 147.

20 Thierry A., Récits des temps mérovingiens, Paris, Complexe, 1995 [1re éd. 1825], p. 25.

21 Ibid., p. 33.

22 Ibid., p. 57.

23 Ibid., p. 57.

24 Thierry A., Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers-État, op. cit., p. 30.

25 Ibid., p. 67-68.

26 Thierry A., Essai sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers-État, op. cit., p. 58.

27 Thierry A., Lettres sur l’histoire de France, 18e lettre, op. cit., p. 297.

28 Thierry A., Essais sur l’histoire de la formation et des progrès du Tiers-État, op. cit., p. 65.

29 Voir par exemple la lettre de Marx à Engels du 27 juillet 1854 où il désigne Thierry comme « père de la lutte des classes dans l’historiographie française », Correspondance, Paris, La Dispute, 1974, t. 4, p. 148.

30 Thierry A., Récits des temps mérovingiens, op. cit., p. 26.

31 Ibid., p. 30.

32 Le sous-titre de l’ouvrage est explicite : de ses causes et de ses suites jusqu’à nos jours.

33 Thierry A., Histoire de la conquête de l’Angleterre par les Normands, Paris, Furne, 1851 [1re éd. 1825], p. 4.

34 Ibid., p. 5-6.

Auteur

Université de Bretagne Sud

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540