Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant dans les Lettres

 | 
Valérie Cangemi
, 
Alain Corbellari
, 
Ursula Bähler

Deuxième partie. Facettes de la vulgarisation

Entre découvertes de la Perse et du Moyen Âge turco-mongol : érudition et imaginaire de l’Orient

Anna Caiozzo

Texte intégral

1À la veille des Lumières, unanimement louées pour leurs préoccupations humanistes, une pléiade d’hommes lettrés du Grand Siècle entamait l’alliance des sciences et des lettres, dans un souci d’humanisme et d’ouverture à l’autre, sous le couvert du service diplomatique et des nécessités politiques. De fait, si dans la France de Louis XIV la connaissance de l’Orient passe surtout par celle des langues orientales, un fait adjacent et immédiatement associé fut la constitution de fonds orientaux et de corpus spécifiques. L’apprentissage des langues orientales, et la traductologie qui débute alors, ouvrent la perspective d’une meilleure connaissance des mondes lointains orientaux dans un phénomène d’ensemble où les voyages (de formation, d’exploration ou à visée diplomatique), sont une composante essentielle. C’est bien cette époque qui présida à la traduction ou à l’adaptation, dirons-nous, d’ouvrages clefs pour la connaissance du Moyen Âge proche-oriental et surtout central-asiatique, et pour l’aire dite turco-mongole.

L’encyclopédisme en chambre ou la naissance d’une curiosité scientifique pour l’Orient

Volonté royale et intérêts privés

  • 1 Van Der Cruysse D., Chardin le Persan, Paris, Fayard, 1998.
  • 2 Balayé S., La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, Droz, 1988.

2Cet intérêt, loin d’être une affaire personnelle suscitée par quelques farfelus en quête d’aventures ou fuyant dettes ou détracteurs, tels Jean-Baptiste Tavernier ou Jean Chardin1 pour ne citer que les plus fameux, est en effet une véritable affaire d’état. La diplomatie sous Louis XIV, la volonté de Colbert de développer contacts commerciaux et diplomatiques avec la Méditerranée occidentale d’une part et le Levant d’autre part, portée par la fondation de la compagnie des Indes orientales en 1664, s’accompagnent du développement du Collège royal et de ses activités connexes, dont la Bibliothèque du roi est la plus représentative2.

  • 3 Sur chacun des orientalistes cités, on peut voir les brèves notices du Dictionnaire des orientalis (...)

3Colbert encouragea non seulement le recrutement d’un personnel qualifié en langues orientales (à l’origine issu du Levant, Arméniens ou Syriaques), mais il mit encore en place, en 1669, le système des jeunes de langues, caractérisé par l’envoi régulier de quelques jeunes enfants à Smyrne en particulier, pour y apprendre le turc, l’arabe et le persan, prémisses à la fin du XVIIIe siècle, en 1795 plus exactement, de la fondation de l’École des Langues orientales3.

  • 4 Les premières études littéraires ou historiques, celles de Marie-Louise Dufrénoy, de Pierre Martin (...)
  • 5 Impery O., Mac Gregor A. (éd.), The Origins of Museums, The Cabinets of Curiosities in 16th and 17(...)

4Par ailleurs, l’entourage royal, les bibliothécaires, les traducteurs du roi euxmêmes, faisaient acheter par les voyageurs des manuscrits sur les places étrangères, d’Alger au Caire, en passant par Constantinople, constituant ainsi l’essentiel du fonds de la Bibliothèque royale, future BnF4. À partir de 1671, Colbert met la main sur le Collège royal dont la collaboration avec l’Académie des sciences s’amorce alors, et surtout avec la Bibliothèque du roi dont il s’occupa à partir de 1661 en la faisant agrandir, rue Vivienne, et en mettant en place une commission de catalogage dont un service d’acquisition en 1667 dirigé par Gilbert Gaulmin5. C’est d’ailleurs en 1718 que la Bibliothèque du roi devient une véritable institution sous la férule de l’Abbé Bignon totalisant à cette date, 600 œuvres traduites.

  • 6 Johann (Hans) Schiltberger (1380-1440), voir Bernardini M., « The Historiography Concerning Timur- (...)
  • 7 Piemontese M.-A., « Beltramo Mignanelli, senese biografo di Tamerlano », Oriente moderno, 1996, 76 (...)
  • 8 Moranvillé H. (éd.), « Jean de Sultaniyya, Mémoire sur Tamerlan et sa cour par un dominicain en 14 (...)
  • 9 La Route de Samarkand au temps de Tamerlan, Relation du voyage de l’ambassade de Castille à la cou (...)

5Ainsi, le monde des lettres, à la fin du XVIIe et au début du XVIIIe siècle, redécouvre d’une certaine façon l’Orient et ses merveilles, cet Orient que les cours d’Europe avaient naguère elles-mêmes entrevu par les remarquables récits de Plan Carpin, de Guillaume de Rubrouck et ceux, plus fantaisistes, de Marco Polo. On y avait alors découvert les Mongols et leurs étranges pratiques politiques et sociales, et, pour oublier l’échec des croisades, l’empire du Prêtre Jean faisait alors rêver princes et prélats. Entre-temps, Franciscains et Dominicains avaient payé le prix de leur prédication en Orient, et surtout au Maghreb, par le martyr individuel ou collectif. Un siècle plus tard, la victoire de Tamerlan sur le terrible sultan ottoman Bayazid fut relatée par les ambassadeurs castillans et un voyageur allemand6, et d’autres récits (italien7, nestorien8) nous rapportent encore des témoignages sur l’homme de fer, dont le plus célèbre demeure celui de Ruiz de Clavijo à la cour de Samarkand au début du XVe siècle9. Puis la nuit se fit sur l’histoire de l’Orient, faute de manuscrits, et surtout faute d’intérêt durant près de trois cents ans.

6Certes, l’intrusion des Mille et une nuits dans la littérature française a de façon consensuelle volé la vedette à tous les travaux historiques relégués au rang de matériel abscons pour érudits et, aujourd’hui encore, elles demeurent largement la vedette de l’orientalisme moderne, suscitant toujours le même engouement, comme le montrent les recherches et travaux et l’importance d’une littérature tous azimuts qui leur est consacrée. Les Mille et une nuits sont le reflet et le témoin d’un imaginaire planétaire relatif au merveilleux et à ses composantes véhiculé par le conte, mais, soulignons-le, les fondements de l’orientalisme reposent aussi sur les travaux d’approche – dont certains essentiels – des cercles savants dans la mouvance de la Bibliothèque du roi.

  • 10 Dew N., op. cit., p. 55.

7Un groupe particulier participe à l’émergence de la discipline, sans avoir la célébrité d’Antoine Galland, dont ils sont cependant les contemporains : Melchisédech Thévenot et son neveu Jean Thévenot, François Pétis de la Croix père et son fils François, le savant Jean-Baptiste d’Herbelot. Tous sont liés par un projet familial ou scientifique, en particulier cette fameuse Académie des Langues Orientales10 qui n’est pas autre chose que l’Académie des Sciences, chargée en 1667 au sein de la Bibliothèque du roi d’étudier la Bible pour contrecarrer les offensives des libertins. Chacune de ces figures illustre un aspect particulier du rapport du savant aux lettres, et à la constitution d’un imaginaire de l’Orient. Le quintet en question évoque en effet le voyage, la découverte des sources médiévales orientales, et celui du pastiche historique ou littéraire, et surtout la promotion d’un personnage que Rabelais ou Montaigne auraient apprécié : le voyageur – traducteur – écrivain.

  • 11 Atkinson G., Les Relations de voyages du 17e siècle et l’évolution des idées contribution à l’étud (...)
  • 12 Voir les arguments religieux proposés par Paul Saint-Pierre, « L’Orient traduit en français : L’au (...)

8Comme l’ont montré naguère les travaux de G. Atkinson ou M. Dodds11, les connaissances géographiques alliées à la littérature de voyages ont été des facteurs décisifs pour le développement des savoirs lointains. Certains ont cherché l’esprit des lumières en germe dans ces grands voyages du XVIIe siècle et, comme le souligne fort justement Nicholas Dew, l’intérêt pour l’Inde, pour la Perse et pour l’Empire ottoman est alimenté par la conjugaison de deux faits principaux : la connaissance des textes géographiques arabes et les récits de voyage, dont les relations d’ambassades12.

Un savant en chambre curieux de récits orientaux : Melchisédech Thévenot (1620-1692)

  • 13 Dew N., op. cit., p. 81.
  • 14 McClaughlin T., « Sur les rapports entre la Compagnie de Thévenot et l’Académie royale des Science (...)
  • 15 Ibid., p. 89.
  • 16 Mac Keon R. M., « Une lettre de Melchisédech Thévenot sur les débuts de l’Académie royale des scie (...)

9La géographie orientale et les récits de voyages en Orient ont fait l’objet d’un intérêt purement intellectuel, celui d’un savant devenu géographe en chambre : Melchisédech Thévenot. Prototype de l’érudit, savant et orientalisant, né à Paris en 1620 dans une famille d’officiers de robe, il voyagea en Europe, collectionnant dans le même temps des manuscrits orientaux et échangeant avec Abraham Ecchelensis, professeur d’arabe au collège maronite de Rome13. La fin d’une brève carrière diplomatique entre 1647 et 1655, en Italie puis en Flandres aux côtés de Mazarin, lui laissa le loisir d’animer un cercle de lettrés, créant son propre cabinet équipé d’instruments scientifiques, d’un musée et d’une bibliothèque14, et il ne retrouva que tardivement une position officielle, comme commis à la garde de la Bibliothèque du roi15. Thévenot est par ailleurs l’un des premiers membres de l’Académie des Sciences (1666)16, jouant un rôle de premier plan au sein du groupe Montmor, un cercle de scientifiques auquel appartenaient Steno, Jan Swammerdam, Christian Huygens, adeptes des sciences naturelles ou de la philosophie expérimentale naturelle, tentant entre autres de réhabiliter l’Histoire naturelle de Pline !

  • 17 Francis Richard en fait un état dans son Catalogue des manuscrits persans, vol. 1, ancien fonds, P (...)
  • 18 [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k114681h.r=relation+de+divers+voyages+curieux.langFR] et vol (...)

10Adepte des sciences et lui-même auteur de plusieurs inventions dont le niveau à bulle, un traité de natation, Thévenot fut aussi un collectionneur avisé et, à sa mort, sa bibliothèque recensée par Antoine Galland, la Biblioteca Thevenotiana, comptait de nombreux manuscrits orientaux proposés à la vente dont l’Abbé Bignon profita pour doter la Bibliothèque du roi17. Sa curiosité intellectuelle jointe aux diverses collections auxquelles il avait accès, lui firent entreprendre un projet pour le moins surprenant, projet que Galland décrit comme une volonté de connaissance des peuples pour favoriser le bien commun et « mieux vivre les uns avec les autres », et qui accompagne en 1664, le lancement de la Compagnie des Indes Orientales, comme le souligne la dédicace de l’ouvrage. Ses Relations de divers voyages curieux qui n’ont point été publiées ou qui ont été traduites d’Hacluyt, de Purchas, et d’autres voyageurs anglais, hollandais, etc., Paris, 1666 sont composées de 55 fascicules in quarto et de 7 fascicules de plus que prévu ajoutés en 169618.

11Ces voyages, mis en forme dans trois grands volumes par les membres de son groupe, évoquent l’Asie et le Proche-Orient et proposent, entre autres raretés, le Mémoire sur la Géorgie de Pietro della Valle envoyé par Urbain VIII en 1627, celui de Thomas Roe dans l’empire moghol, la Pyramidographia de John Greaves en 1646 en anglais, et les récits étranges de Cosmas Indicopleustes, voyageur grec du XVIe siècle.

  • 19 Dew N., op. cit., p. 104.
  • 20 Ibid., p. 114-116.

12C’est dans ce contexte que fut incluse la géographie d’Abu’l Fida (1273-1331), d’après un manuscrit arabe du Vatican édité par Abraham Ecchellensis19, géographe et prince ayyoubide de Hama ; on lui attribue une géographie que Thévenot aurait voulu publier in extenso dans une édition critique et traduite, car Abu’l Fida était un auteur en vogue dans les années 1630. Le texte concerné, le Taqwin al-buldan, une compilation géographique d’auteurs arabes, avait déjà fait l’objet de travaux de la part des scientifiques orientalistes. En fait, la géographie en question nécessitait une re-localisation en latitude et longitude selon le système que l’on trouvait dans les tables alors connues sous le nom des Zij-i Gurgani, ou tables du prince Ulugh Beg. Il en fit rapporter un exemplaire de Leyde où Golius les conservait. Thévenot examina le manuscrit qui contenait ces tables, mais qui cette fois était en persan, langue qu’il ignorait totalement. Or, les tables d’Ulug Beg avaient été bien étudiées par les anglais Thomas Hyde et John Greaves qui en avaient édité des versions en 1648 et 1665 ; Greaves avait d’ailleurs fourni une édition arabe-latin en 165020.

  • 21 Ibid., p. 127.
  • 22 Aboulféda (1273-1331), Géographie d’Aboulféda, Introduction générale à la géographie des Orientaux (...)
  • 23 Ouloug Beg Ibn Chahroukh Ibn Timour Kourgan, Prolégomènes des tables astronomiques d’Oloug-Beg, pu (...)

13Mais Thévenot dut renoncer à la publication du texte arabe, faute de presses à caractères spéciaux, et ce fut Antoine Galland qui fut chargé de le traduire en français. Mais, surtout, le cas de cette géographie particulière montrait les limites de la connaissance des langues orientales en 1660, et la possibilité limitée d’éditer en caractères orientaux21. Le texte d’Abu’l Fida ne fut véritablement édité et traduit par J. T. Reinaud qu’en 1840-4322, et celui d’Ulugh Beg par Sédillot23 en 1846-47.

L’encyclopédisme de d’Herbelot, prélude avorté à l’encyclopédisme savant

  • 24 Dew N., op. cit., p. 169.

14À peu près à la même époque, en 1696, une curieuse entreprise menée par Barthélemy d’Herbelot préludait à la très moderne Encyclopédie de l’Islam, bible des études orientales et islamisantes depuis sa fondation en 1954 par l’orientaliste Bosworth24.

  • 25 Ibid., p. 44.

15Barthélemy d’Herbelot fit ses études à Rome vers 1655, à une époque où la ville était le centre des études orientalistes, conjuguant les activités du collège pontifical, celles du collège maronite, de la bibliothèque Vaticane riche en manuscrits orientaux, et la propagande jésuite servait les desseins orientalistes puisqu’une presse en caractères non latins était alors en service25. Puis d’Herbelot fut nommé secrétaire-interprète du roi pour les Langues orientales en 1661.

  • 26 Richard F., « Le dictionnaire de d’Herbelot », Istanbul et les langues orientales (Actes du colloq (...)
  • 27 Dew N., op. cit., p. 173.

16En 1697, de retour à Paris, proche de Bossuet et Mabillon, d’Herbelot fait paraître la Bibliothèque orientale. La Bibliothèque orientale consiste en une encyclopédie composée de rubriques thématiques ou de notices aux origines variées, et pas toujours décelables, qui permettent de faire le point sur des sujets précis26. Approximatives, parfois erronées, les rubriques servirent néanmoins à de nombreux lettrés qui, au cours du XVIIIe siècle, commirent des œuvres issues de « la matière d’Orient ». Véritable trésor pour les essayistes et autres conteurs du XVIIIe siècle, elle connut le succès en Grande Bretagne, republiée en 1770, et Byron, par exemple, la connaît très bien27.

  • 28 Marzolph U., « Timur’Humorus Antagonist », Oriente moderno, 1996, p. 485-498.

17La Bibliothèque orientale propose une approche des dynastes turco-mongols, Gengis Khan, Hulagu, mais aussi une entrée « Tamerlan » bien analysée par Ulrich Marzolph28, d’autres sur Shahrukh ou Ulugh Beg. Les renseignements sur Tamerlan sont issus de l’écrivain d’époque moghole Mirkhwand (1433-98) qui lui-même avait compilé du matériel de son père vivant à la cour des Timourides d’Hérat. Sans doute d’Herbelot avait-il eu accès à l’ouvrage plus succinct d’Antoine Galland, les Paroles remarquables, les bons mots et les maximes des Orientaux, dans lequel il retrace des anecdotes dont celles se rapportant à Tamerlan. Quoi qu’il en soit, ces articles, loin d’être de simples ébauches, ne sont pas dénués d’intérêt pour le lecteur contemporain qui y trouve l’expression d’un imaginaire sur l’Orient mais aussi bien des connaissances et des propos pertinents mêlés d’explications sentencieuses dont beaucoup prêtent à sourire, on peut toutefois y apprécier une démarche historique propre à son temps, et telle que Pétis de la Croix père la pratique, compilation, absence de critiques et de recul, simplification dans l’approche et les matériaux, la Bibliothèque Orientale souffre de nombreuses faiblesses mais elle demeure pour l’historien, une réelle source historique, et sans aucun doute une source précieuse d’études sur la formation de la science historique elle-même conjuguée aux savoirs et aux imaginaires du temps.

Les voyageurs en Perse et en Inde, entre fascination et incompréhension

  • 29 Recueil de plusieurs relations et traitez singuliers et curieux de J.-B. Tavernier, chevalier, bar (...)
  • 30 Dufrenoy M.-L., L’Orient romanesque en France, 1704-1789, Tome III, L’idée de Progrès : l’Orient, (...)
  • 31 Tavernier J.-B., Les Six Voyages de J.-B. Tavernier en Perse et aux Indes, G. Montfort (éd.), Pari (...)

18Complétant l’encyclopédisme savant, les récits de voyage permirent une approche concrète, voire anthropologique et parfois historique, des régions concernées par les Turco-Mongols : la Perse et l’Inde. Jean-Baptiste Tavernier (1605-1689), par exemple, voyagea pour le compte de sa famille et du roi, dans le souci de développer les relations commerciales avec l’Orient et surtout avec l’Inde29, et François Bernier, quant à lui, est l’un des premiers à évoquer l’histoire des Timourides dans ses récits de voyage pour pouvoir présenter l’environnement politique et la filiation du Grand Moghol30. Jean-Baptiste Tavernier eut un parcours plus original, médecin, élève de Gassendi, en raison de certaines inimitiés, persécuté par Mazarin pour athéisme, il s’enfuit et, après un séjour en Syrie en 1654, il reprit la route des Indes par l’Égypte fin 1658 et en 1659. Tavernier rencontre alors le frère d’Awrang-Zib, le prince Dara, un opposant au régime, dont il soigne l’une des femmes ; après des aventures rocambolesques, un noble moghol l’introduit à la cour du Grand Moghol où il demeura huit ans comme témoin et confident. Ce séjour lui permit d’écrire une Histoire de la dernière révolution des États du Grand Moghol qui sortit en 1670 à Paris (1671, Berlin), et cet ouvrage en soi constitue une des sources pour la connaissance de la cour du Grand Moghol et l’édition de ses voyages en 1699 ouvrait la voie aux études indianistes31.

La Perse de Jean Thévenot

  • 32 Dew N., op. cit., p. 46.
  • 33 Thévenot J. de, Les Voyages aux Indes orientales, F. De Valence (éd.), Paris, Champion, 2008, p. 1 (...)
  • 34 Sur Jean Thévenot, Heller L. M., « Le testament olographe de Jean de Thévenot », XVIIe siècle, 167 (...)

19Le parcours de Jean Thévenot, neveu de Melchisédech, est beaucoup plus classique. Formé en langues, proche de d’Herbelot en 1652 qui pensait avec Pétis de la Croix pouvoir le faire nommer secrétaire du roi pour la langue turque, il fut écarté du poste32 ; désappointé, il quitta l’Europe dès 1663 pour voyager en Orient, le Levant et la Perse, voyage au cours duquel il perdit la vie à l’occasion d’un accident stupide, en 1667, à Mina. C’est là que le fils de Pétis de la Croix, François, le fit exhumer et pour l’enterrer à Tabriz, dans le couvent des Capucins33. Pourvu de ses carnets de voyages, il les remit à son père qui les fit éditer34.

  • 35 [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b59003384.r=Jean-Baptiste+Bourguignon+d%E2%80%99Anville++the (...)
  • 36 On verra sur Tamerlan, Forbes Manz B., The rise and rule of Tamerlane, Cambridge, New York, Cambri (...)

20Le voyage en Orient de Thévenot est remarquable de précision, tant sur la topographie de Constantinople que sur les mœurs des habitants : chacun des chapitres retrace avec une exactitude qui n’a rien à envier à Rubrouck ou Plan Carpin, les pratiques culturelles, sociales, ou religieuses des populations. Par ailleurs, ses descriptifs sont tellement précis qu’ils permettent au cartographe Jean-Baptiste Bourguignon d’Anville (1697-1782) de dresser des cartes manuscrites de la route depuis Alep jusqu’à Bagdad35. La cartographie, d’ailleurs, relaie la littérature de voyage : Pierre Duval (1619-1683) fait la carte de l’itinéraire de Perse traversée par l’ambassadeur anglais Dodmere Cotton en 1627. Mais surtout, Thévenot décrit au chapitre III la généalogie du Grand Moghol et évoque ainsi les Timourides d’Hérat, cette dynastie fondée en 1370 par Tamerlan, un fils de chef de la tribu Barlas qui nomadisait en Transoxiane depuis l’époque mongole, dans la région de Kisch (Shahr-i Sabz)36 et qui furent chassés du pouvoir par les Turkmènes au XVIe siècle, trouvèrent un asile et une prospérité inespérée dans l’Inde du nord, que Tamerlan avait conquis en 1398.

21La dynastie des Moghols fut non seulement l’héritière culturelle du monde timouride, mais aussi du monde iranien préislamique dont elle s’inspira pour établir ses structures politico-religieuses. Fascinante pour les voyageurs européens, l’Inde moghole fut une terre d’asile pour les Timourides, leur patrimoine culturel et leurs manuscrits, et une opportunité pour restituer un tableau varié de la production manuscrite et de la culture visuelle de ces époques.

La redécouverte et la transmission de l’histoire des Turco-Mongols, les Pétis de la Croix père et fils

22Si la géographie orientaliste dans toutes ses dimensions permit une ouverture sur le réel, ce furent les historiens et traducteurs qui offrirent aux Européens, et aux Français au premier chef, l’histoire de ces peuples lointains.

L’histoire des Mongols et Turco-mongols de Pétis père, compilation ou œuvre d’historien ?

23François Pétis de la Croix, père, fut le premier à proposer une Histoire du Grand Genghizcan premier empereur des Anciens Mogols et Tartares divisée en quatre livres contenant la vie de grand Can. Son élévation ses conquêtes, avec l’Histoire abrégée de ses successeurs qui règnent encore à présent. Les mœurs, les coutumes, les lois des anciens Mogols et Tartares, et la géographie des vastes pays de Mongolistan, Turquestan, Capschac, Yugurestan, et de la Tartarie orientale et occidentale, éd. Paris, Jombert, 1710.

24Cette dernière, une œuvre composée à partir de « plusieurs auteurs orientaux et de voyageurs européens dont on voit les noms à la fin avec un abrégé de leurs vies », étonne à plus d’un titre. C’est avec stupéfaction que le lecteur découvre à la fin de cette histoire d’une grande précision, véritable somme de connaissances du temps, une histoire restituée des Mongols, réalisée à partir de traductions de textes arabes et persans, dont l’Histoire universelle de Rashid al-din, mai aussi d’une dizaine d’auteurs orientaux, et des textes latins en compléments, ceux de Rubrouck en autres.

25Cette histoire parut à sa mort, à l’initiative de son fils François, « Par feu Monsieur de La Croix le père, secrétaire interprète du roi es langue turque que Arabesque que turquesque, Paris, veuve Jombert au palais 1710, Avec approbation et privilège du roi ».

  • 37 Balagna J., L’Imprimerie arabe en Occident, XVIe, XVIIe, XVIIIe, Paris, Maisonneuve – Larose, 1984
  • 38 IbnArabshah, Portrait du grand Tamerlan, avec la suite de son histoire, jusques à l’établissemen (...)

26Pétis de la Croix, était en effet titulaire de la chaire d’arabe du Collège royal jusqu’en 1692, et traducteur officiel du roi Louis XIV, cette fonction essentiellement honorifique ne lui donnait pas d’obligation de cours car les professeurs du collège royal n’avaient pour ainsi dire pas d’élèves. Leur principale fonction étant la traduction des ouvrages et des courriers diplomatiques, ils pouvaient de ce fait se livrer à leurs propres activités de recherche, voire même éditer des textes arabes depuis l’introduction de la presse apportée par Savary de Brèves37. Pétis disposait ainsi de nombreux manuscrits arabes, turcs et persans, outre les siens, ceux du roi, et quand il mourut en 1695 à 73 ans, il avait traduit la vie de Louis XIV en turc, et fait publier les trois volumes du voyages en Orient de Jean Thévenot. Il rédigea aussi un dictionnaire Français – Arménien, l’un des premiers catalogues de manuscrits turcs et persans de la Bibliothèque du roi. Notons qu’à la même époque, Pierre Vattier (1623-1667), médecin, spécialiste d’Avicenne et Aristote, et professeur d’arabe au Collège royal, traduisit pour sa part Ibn Arabshah, l’un des biographes détracteur de Tamerlan dans une Histoire du Grand Tamerlan contenant l’origine, la vie et la mort de ce fameux conquérant, nouvellement traduite en français de l’arabe d’Achamed fils de Guerapse en 165838. Le Moyen Âge turco-mongol sortait de l’ombre.

Le Zafar Nameh de Pétis de la Croix, une source de l’histoire timouride ?

Tamerlan et Louis XIV

27François Pétis de la Croix (1653-1713), fils du précédent, fut destiné par Colbert en échange d’une prime de 1 000 livres versée annuellement, à devenir un jeune de langue : à 16 ans, en 1670, il est envoyé au Levant pour y apprendre les langues et les mœurs des habitants, et ce jusqu’en 1680. Après quatre années à Alep pour l’apprentissage de l’arabe et du turc, il composa en arabe une histoire de Louis XIV et de sa campagne contre les Hollandais qui connaîtra en Orient un grand succès ! Il voyagea ensuite en Perse à Ispahan où il demeura deux ans pour apprendre le persan, de 1674 à 1676, et là, il acquit une copie du Zafar Nameh d’Ali Yazdi dont, à la demande de Colbert, il entreprit la traduction en 1681. Après un séjour à Constantinople, il revint à Paris qualifié comme orientaliste, riche de nombreux manuscrits arabes, turcs, persans qui finiront par augmenter le fond oriental de la Bibliothèque du roi, et fut affecté à une activité diplomatique intense jusqu’en 1687.

  • 39 Sebag P., « Sur deux orientalistes français, F. Petis de la Croix et le sieur de la Croix », ROMM, (...)

28En 1692, nommé à la chaire d’arabe du Collège du roi et interprète officiel, il exerça ses activités traduisant notamment, en 1693, un ouvrage important pour l’histoire médiévale du Maghreb, le Rawd al-Qirtas d’ibn Abi Zar39, puis l’histoire de Sindbad le marin, deux contes des Mille et une nuits (tome 8) et, enfin, il fit paraître l’œuvre de son père, l’Histoire du grand Gengis Can, à laquelle il ajouta la liste de tous les empereurs jusqu’à Tamerlan.

29Pétis fils s’attelle alors à son œuvre majeure, dont la remarquable préface met en valeur le parti pris du traducteur, montrant les problèmes de traductologie liés aux œuvres orientales. Lorsque l’œuvre fut achevée, elle fut présentée en 1697 à l’Abbé Bignon, le bibliothécaire du roi, qui la jugea d’approche trop abrupte :

  • 40 Cité par Blechet F., op. cit., p. 95.

Je vous avouerai que le commencement m’en a paru trop sec et trop étendu […] l’ouvrage n’attirera l’attention qu’à l’endroit où il s’agit des dernières guerres de Tamerlan avec Hussein. Ce qui précède est rempli de petits faits de guerres particulières qui se ressemblent trop et ne sauraient guère piquer en matières de temps et de lieux si éloignés de nous. Je penserais en général que pour faire un bon abrégé il n’est pas tant question de retrancher la multitude de paroles sur chaque événement que de retrancher le récit des événements les moins considérables en se contentant d’en indiquer plusieurs dans une même phrase en deux mots par exemple40.

30L’ouvrage ne parut cependant qu’à l’initiative de son fils Alexandre-Louis en 1722 et, ce dernier présente, au volume I, page 34 et suivantes, les méthodes de travail de son père : l’ouvrage n’est pas une traduction intégrale au mot à mot, mais bien une adaptation, une sorte de restitution des épisodes centraux dépouillés de tout l’ornement oriental et des poèmes qu’il est habituel de glisser dans toute biographie. Tous les événements factuels sont traduits dans le langage accessible au lecteur du temps mais des passages entiers sont omis, ceux que Pétis considère comme des digressions littéraires et sans rapport avec le sujet. Par ailleurs, l’ouvrage est accompagné de cartes des expéditions de Tamerlan ou de l’Asie centrale.

Tamerlan, l’histoire et l’imagination

31En 1782, l’héritage de Pétis le jeune est dispersé par ses enfants qui vendent ses livres et manuscrits à la Bibliothèque du roi, cependant que son œuvre sert de base à la plupart des travaux entrepris alors sur Tamerlan.

  • 41 Martino P., L’Orient dans la littérature française aux XVIIe et XVIIIe siècles, Genève, Slatkine, (...)

32La vie de Tamerlan constitua au cours des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles un thème de prédilection et d’imagination pour le monde des lettres : le Tamerlan de Marlowe et les œuvres de la même veine représentent des œuvres fictionnelles sans écho sur le réel faisant un usage détourné d’un personnage illustrant les conflits et les passions de leur temps. C’est le cas du Bazajet de Racine, des pièces dites turques ou de la Soltane de Bounyn en 1651. Comme le dit Martino, qui a bien perçu les enjeux41 : « Il est évident que, vers 1650, et assez longtemps après, la grande majorité des lecteurs ne se sentaient aucune curiosité véritable vers les pays lointains, dont ils connaissaient à peine les noms ; ils n’avaient d’autres désirs que de se voir peints eux-mêmes et reproduits sous une forme idéalisée dans le roman comme au théâtre. » Les œuvres à prétention historiques sont en partie fantaisistes ou erronées, comme le Sieur de Saintyon, dans son Histoire du grand Tamerlan tirée d’un excellent manuscrit et de quelques autres originaux très propre à former un grand capitaine Paris, Pralard, 1677 où l’on apprend que Tamerlan a fait la conquête de la Chine et de l’Égypte !

33Par la suite, le travail des Thévenot, d’Herbelot et autres Pétis de la Croix, permirent le développement d’ouvrages plus crédibles en attendant le renouveau de la fin du XVIIIe siècle, celui du Jésuite Margat de Tilly (1689-1747), qui fait paraître une Histoire du grand Tamerlan empereur des Mogols et conquérant de l’Asie, Paris, Guérin, 1739, une sorte de pastiche du Zafar Nameh qu’il ne nomme évidemment pas.

34Quant à Langlès, l’un des pères des Langues orientales, à la fin du XVIIIe siècle, outre les Fables de Bidpaï, le Pañchatantra indien, traduites du pahlavi en arabe au IXe siècle par Ibn al-Muqaffa sous le nom de Kalila wa Dimna, il publie ses Instituts politiques et militaires de Tamerlan proprement appelés Timour Écrits par lui-même en Mogol et traduits en français sur la version persane d’Abu Taleb el-Hosseïni avec la Vie de ce conquérant d’après les meilleurs auteurs orientaux etc. Paris, 1787 !

  • 42 Dew N., op. cit., p. 121.

35Langlès aurait traduit un manuscrit venant d’Oxford de la bibliothèque du docteur Hunter en caractères arabes et datant de 1783. Langlès se démarque de la traduction anglaise dans laquelle il a observé des contresens pour fournir une traduction française plus exacte d’après lui du persan. Langlès précise à la page 9 que pour préparer ce volume il a fait une vie de Tamerlan à partir d’Ibn Arabshah, Mirkhwand et Ali Yazdi, et son ouvrage se nomme alors : Vie de Timour d’après les auteurs orientaux, puis lui succèdent les Instituts42. Ces Instituts de Langlès ne lassent pas d’interroger, sur ces sources et sur ce curieux ouvrage visiblement apocryphe dont personne ne s’est beaucoup préoccupé.

  • 43 A Century of Princes: Sources on Timurid History and Art, Thackston W. M. (éd.), Aga Khan Program (...)

36La vie de Tamerlan et l’œuvre de Yazdi ont fait, contrairement à ce que l’on peut penser, l’objet de peu de travaux ; à peine compte-t-on l’édition critique réalisée par le tchèque Felix Tauer 1937 à Prague, et celle très partielle de William Thackston en 1989 à l’occasion de l’exposition timouride américaine organisée par Thomas Lentz et Glenn Lowry43.

Imaginaire et mimétisme ou le jour qui fait rêver plus que la nuit…

37Pétis fut aussi un homme de lettres. Il proposa à la cour, entre 1710 et 1712, ses Mille et un jours, alors que Galland venait de faire paraître, entre 1704 et 1711, les Mille et une Nuits.

38Ces contes orientaux qui succédaient à L’histoire de la Sultane de Perse et autres contes, se présentaient comme une œuvre orientale originale traduite du turc. D’après Pétis, l’auteur était Dervis Moclès, un savant derviche, persan, traducteur de fables indiennes, qu’il rencontra à Ispahan en 1675 ; mais on ne trouva nulle trace de l’original persan de ces fables, et l’on pensa longtemps, par recoupement du matériel utilisé, que Pétis était bien l’auteur de ces contes, adaptant certains et récrivant d’autres.

  • 44 Les Mille et un jours, contes persans, François Petis de la Croix, Sebag P. (éd.), Paris, 1980, p. (...)

39Paul Sebag a démontré la supercherie et analysé les raisons « louables » présidant à l’écriture d’un faux44 : dans le manuscrit 5494 f° 75 de l’Arsenal, on apprend que Pétis fit ce recueil pour Marie-Adelaïde de Savoie (1685-1712), duchesse de Bourgogne, qui vraisemblablement lui avait demandé de composer « quelque chose comme Galland l’avait fait. » Il fit l’Histoire de la Sultane de Perse et des vizirs tirée de l’histoire des 40 vizirs et cela devint les Mille et un jours.

  • 45 Perrin J.-.F., « L’invention d’un genre littéraire au XVIIIe siècle », Féeries, 2, 2005, p. 9-27.
  • 46 Hahn F., François Pétis de La Croix et ses Mille et un jours, Rodopi, Amsterdam – New York, 2002.
  • 47 Perrin J.-F., op. cit., p. 25.

40L’enseignement des Mille et une nuits est fondamental, car il met en exergue la promotion d’un genre nouveau, le conte45, mais aussi celui d’un imaginaire renouvelé par des ingrédients exotiques, « la matière d’Orient », déjà constituée, mais remodelable à loisir par divers ingrédients : la magie, les djinns, l’enchantement46, matière que les auteurs du XVIIIe siècle vont exploiter durablement ; l’Abbé Bignon par ses Aventures d’Abdallah, Gueullette avec ses Contes Tartares en 1715 puis, à leur tour, Voltaire pour Zadig, Diderot pour L’oiseau blanc, mais aussi les compositeurs de musique, Puccini en 1924, ou Carlo Gozzi en 1762 pour Turandot, la terrible fille du Touran issue du conte Les pavillons des sept princesses ou Haft Paykar de Nizami. On peut conclure sur l’avis d’un spécialiste du genre, Jean-François Perrin47 : « Le succès du genre fondé par Galland et ses grands épigones exprime un profond désir d’émancipation des esprits et une capacité inédite d’ouverture à l’étrangeté, à l’altérité. »

  • 48 Boch J., « De la traduction à l’invention. Aux sources des Contes orientaux de Caylus », Féeries, (...)

41En somme, l’esprit curieux et scientiste des premiers orientalistes avait ouvert aux sciences humaines un double débouché, le pastiche pour les uns, renouvelant le conte et sa matière48, les voyages et l’histoire pour les autres ; les Quatremère de Quincy et autres Anquetil du Perron allaient aux XVIIIe et XIXe siècle défricher le champ de l’histoire orientale dont les hommes du Grand Siècle montraient la voie.

Notes

1 Van Der Cruysse D., Chardin le Persan, Paris, Fayard, 1998.

2 Balayé S., La Bibliothèque nationale des origines à 1800, Genève, Droz, 1988.

3 Sur chacun des orientalistes cités, on peut voir les brèves notices du Dictionnaire des orientalistes de langue française, Pouillon F. (dir.), Paris, Khartala, 2008. Blechet F., « Les interprètes de la bibliothèque du roi dans Istamboul et les langues orientales », Paris, Varia Turcica, 1995, p. 89-100, Richard F., « Aux origines de la connaissance de la langue persane en France », Luqman - Annales des Presses universitaires d’Iran, III, no 1, 1986-7, p. 23-42, Berthier A., « Turquerie ou Turcologie ? L’effort de traduction des langues au XVIIe siècle, d’après la collection des manuscrits turcs conservés à la Bibliothèque nationale de France », dans Istanbul, op. cit., p. 283-317 et surtout Dew N., Orientalism in Louis XIV’s France, Oxford – New York, Oxford University Press, 2009.

4 Les premières études littéraires ou historiques, celles de Marie-Louise Dufrénoy, de Pierre Martino ne mesurent pas toujours l’apport des érudits ; par chance, la remarquable étude de N. Dew vient y remédier.

5 Impery O., Mac Gregor A. (éd.), The Origins of Museums, The Cabinets of Curiosities in 16th and 17th Centuries in Europe, Oxford, Oxford University Press, 1985, Omont H. A., Missions archéologiques françaises en Orient aux 16e et 17e siècles, Paris, Imprimerie Nationale, 1902, 2 volumes, p. 22.

6 Johann (Hans) Schiltberger (1380-1440), voir Bernardini M., « The Historiography Concerning Timur-i Lang », dans Italo-Ouzbek Scientific Cooperation in Archaeology and Islamic Studies, An Overview, Rome January 30, 2001, Rome, Istituto Italiano per l’Africa e l’Oriente, 2003, p. 137-196.

7 Piemontese M.-A., « Beltramo Mignanelli, senese biografo di Tamerlano », Oriente moderno, 1996, 76, no 2, p. 213-226.

8 Moranvillé H. (éd.), « Jean de Sultaniyya, Mémoire sur Tamerlan et sa cour par un dominicain en 1403 », Bibliothèque de l’École des Chartes, 55, 1894, p. 433-446.

9 La Route de Samarkand au temps de Tamerlan, Relation du voyage de l’ambassade de Castille à la cour de Timour Beg, Ruy Gonzáles de Clavijo, 1403-1406, éd. Kehren L., Paris, Imprimerie nationale, 1990.

10 Dew N., op. cit., p. 55.

11 Atkinson G., Les Relations de voyages du 17e siècle et l’évolution des idées contribution à l’étude de la formation de l’esprit du 18e siècle, Paris, H. Champion, 1924 et Dodds M., Les Récits de voyages, sources de L’Esprit des lois de Montesquieu, Paris, H. Champion, 1929, etc.

12 Voir les arguments religieux proposés par Paul Saint-Pierre, « L’Orient traduit en français : L’autre transposé », Ballard M., D’Hulst L. (éd.), La Traduction en France à l’âge classique, Villeneuve d’Ascq, Septentrion, Travaux et Recherches, 1996, p. 178-204 et p. 193.

13 Dew N., op. cit., p. 81.

14 McClaughlin T., « Sur les rapports entre la Compagnie de Thévenot et l’Académie royale des Sciences », Revue d’Histoire des sciences, 1975, XXVIII, 1/3, p. 235-242.

15 Ibid., p. 89.

16 Mac Keon R. M., « Une lettre de Melchisédech Thévenot sur les débuts de l’Académie royale des sciences », Revue d’Histoire des Sciences et de leurs applications, t. 18, 1965, p. 1-6.

17 Francis Richard en fait un état dans son Catalogue des manuscrits persans, vol. 1, ancien fonds, Paris, Bibliothèque Nationale, 1989, p. 11-14.

18 [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k114681h.r=relation+de+divers+voyages+curieux.langFR] et volumes suivants.

19 Dew N., op. cit., p. 104.

20 Ibid., p. 114-116.

21 Ibid., p. 127.

22 Aboulféda (1273-1331), Géographie d’Aboulféda, Introduction générale à la géographie des Orientaux traduite de l’arabe en français et accompagnée de notes et d’éclaircissements par M. Reinaud, Paris, Imprimerie nationale, 1848, vol. 1 et 2. Voir aussi, Tolmacheva M., « The Medieval Arabic Geographers and the Beginnings of Modern Orientalism », International Journal of Middle East Studies, 27, 1995, p. 141-156.

23 Ouloug Beg Ibn Chahroukh Ibn Timour Kourgan, Prolégomènes des tables astronomiques d’Oloug-Beg, publiés avec notes et variantes et précédés d’une introduction, par Sédillot M. A.-L.-P.-E., Paris, Firmin Didot, 1847.

24 Dew N., op. cit., p. 169.

25 Ibid., p. 44.

26 Richard F., « Le dictionnaire de d’Herbelot », Istanbul et les langues orientales (Actes du colloque organisé par l’IFEA et l’INALCO à l’occasion du bicentenaire de l’École des Langues orientales, Istanbul, 29-31 mai 1995), Varia turcica, XXXI, Paris, l’Harmattan, 1997, p. 79-88.

27 Dew N., op. cit., p. 173.

28 Marzolph U., « Timur’Humorus Antagonist », Oriente moderno, 1996, p. 485-498.

29 Recueil de plusieurs relations et traitez singuliers et curieux de J.-B. Tavernier, chevalier, baron d’Aubonne. Qui n’ont point esté mis dans ses six premiers voyages. Divisé en cinq parties. Avec la relation de l’intérieur du serrail du Grand Seigneur suivant la copie imprimée à Paris, Genève, Club des libraires de France, Le Cercle du bibliophile, 1970.

30 Dufrenoy M.-L., L’Orient romanesque en France, 1704-1789, Tome III, L’idée de Progrès : l’Orient, Amsterdam, Rodopi, N. V., 1975, p. 17-26.

31 Tavernier J.-B., Les Six Voyages de J.-B. Tavernier en Perse et aux Indes, G. Montfort (éd.), Paris, chez Olivier de Varenne, 2004. Les six voyages de Jean Baptiste Tavernier [Texte imprimé] : en Turquie, en Perse, et aux Indes, pendant l’espace de quarante ans, & par toutes les routes que l’on peut tenir ; accompagnez d’observations particulières sur la qualité, la religion, le gouvernement, les coûtumes & le commerce de chaque païs, avec les figures, le poids, & la valeur des monnoyes qui y ont cours : suivant la copie imprimée a Paris, Amsterdam, chez Johannes van Someren, 1678.

32 Dew N., op. cit., p. 46.

33 Thévenot J. de, Les Voyages aux Indes orientales, F. De Valence (éd.), Paris, Champion, 2008, p. 13.

34 Sur Jean Thévenot, Heller L. M., « Le testament olographe de Jean de Thévenot », XVIIe siècle, 167, 1990, p. 227-234.

35 [http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b59003384.r=Jean-Baptiste+Bourguignon+d%E2%80%99Anville++thevenot.langFR] et [http://gallica.bnf.fr/ark :/12148/btv1b59003384.r=Jean-Baptiste+Bourguignon+d%E2%80%99Anville++thevenot.langFR].

36 On verra sur Tamerlan, Forbes Manz B., The rise and rule of Tamerlane, Cambridge, New York, Cambridge University Press, 1999.

37 Balagna J., L’Imprimerie arabe en Occident, XVIe, XVIIe, XVIIIe, Paris, Maisonneuve – Larose, 1984.

38 IbnArabshah, Portrait du grand Tamerlan, avec la suite de son histoire, jusques à l’établissement de l’empire du Mogol, Paris, chez Augustin Courbe, 1658.

39 Sebag P., « Sur deux orientalistes français, F. Petis de la Croix et le sieur de la Croix », ROMM, 25/1978, p. 89-117.

40 Cité par Blechet F., op. cit., p. 95.

41 Martino P., L’Orient dans la littérature française aux XVIIe et XVIIIe siècles, Genève, Slatkine, 1970, p. 33.

42 Dew N., op. cit., p. 121.

43 A Century of Princes: Sources on Timurid History and Art, Thackston W. M. (éd.), Aga Khan Program for Islamic Architecture (Cambridge, Mass.), 1989.

44 Les Mille et un jours, contes persans, François Petis de la Croix, Sebag P. (éd.), Paris, 1980, p. 8 : « Le nom de François Petis de la Croix associé aux Mille et un jours, est aujourd’hui ignoré du grand public, pour n’être plus connu que par ceux qui se sont intéressés de près à l’histoire des sciences et des lettres du siècle de Louis XIV. »

45 Perrin J.-.F., « L’invention d’un genre littéraire au XVIIIe siècle », Féeries, 2, 2005, p. 9-27.

46 Hahn F., François Pétis de La Croix et ses Mille et un jours, Rodopi, Amsterdam – New York, 2002.

47 Perrin J.-F., op. cit., p. 25.

48 Boch J., « De la traduction à l’invention. Aux sources des Contes orientaux de Caylus », Féeries, 2/2005, p. 47-59.

Auteur

Université Paris Diderot

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540