Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le savant dans les Lettres

 | 
Valérie Cangemi
, 
Alain Corbellari
, 
Ursula Bähler

Première partie. Quand le professeur se fait écrivain

La geste de Guillaume d’Orange en polonais

Le cas d’un hapax littéraire ?

Anna Loba

Texte intégral

1Pour comprendre le rôle de la traduction et de l’adaptation de la geste de Guillaume d’Orange en langue polonaise, effectuée après la reconquête de l’indépendance par la Pologne en 1918, il est nécessaire de préciser le contexte, et notamment la situation des études médiévales en Pologne avant et après la première guerre mondiale.

  • 1 Goldman J., « Les études romanes en Pologne jusqu’à la fondation de la première chaire de philolog (...)

2« Les premières traces de l’intérêt pour le Moyen Âge roman datent en Pologne, comme en Occident, de la fin du XVIIIe siècle. Comme preuve peut servir, entre autres, le fait que les Mémoires sur l’ancienne chevalerie de J. B. La Curne de Sainte-Palaye ont paru en traduction polonaise déjà en 1772. […] Puis, au commencement du XIXe siècle, les études sur le Moyen Âge sont devenues plus nombreuses, surtout les études sur la littérature médiévale », constate Jean Goldman dans son incontournable guide des études romanes en Pologne1.

3Il n’est pas étonnant que les premiers travaux, témoignage d’un engouement romantique, aient été consacrés à la poésie des troubadours. Les premières études d’ensemble paraissent seulement au milieu du XIXe siècle. C’est après l’insurrection de 1863 qu’un grand progrès s’effectua en Pologne dans les domaines de la vie scientifique et littéraire. Les études romanes qui jusqu’à cette époque étaient menées par des érudits amateurs sont entrées dans une période nouvelle de la professionnalisation. Pourtant, dans plusieurs disciplines, et ce fut aussi le cas de la philologie romane, le manque de spécialistes constitua, pendant un certain temps, un obstacle insurmontable. Une trentaine d’années devait encore s’écouler jusqu’à ce qu’il fût possible de confier à un professeur polonais la première chaire de philologie romane en Pologne. Avant cette date, les études romanes étaient représentées dans les universités polonaises d’une part par les lecteurs de français qui enseignaient la connaissance pratique de la langue, d’autre part par les spécialistes de littérature universelle qui consacraient une partie de leurs cours aux littératures romanes.

4La littérature française du Moyen Âge, connue surtout de seconde main par les enthousiastes romantiques, a été étudiée de plus près dans quelques revues qui ont créé une atmosphère favorable à la réception des écrits des premiers médiévistes français. Pourtant la langue qu’on utilisa d’abord le plus souvent, même dans les travaux spécialisés, était le polonais. Une époque nouvelle dans l’histoire des études romanes en Pologne s’ouvrit avec la fondation en 1892 de la première chaire de philologie romane à Cracovie. Le premier professeur fut Maksymilian Kawczyński. La deuxième chaire de romanistique en Pologne a été fondée à Lwów (Léopol) en 1899. Elle a été confiée à Edward Porębowicz. Admises à l’Université, les études sur les langues et les littératures romanes y ont trouvé un point d’appui indispensable.

  • 2 Goldman J., « La philologie romane en Pologne 1892-1935 », Archivum Neophilologicum, II, 1937, p.  (...)
  • 3 Żeleński T. (Boy), « Bezwiedne orientacje », Flirt z Melpomeną, Warszawa, Instytut Wydawniczy, Bib (...)
  • 4 Drzewicka A., « Les études sur la littérature française du moyen âge en Pologne il y a cent ans »,(...)

5Des perspectives nouvelles s’ouvrirent devant la philologie romane après la Grande Guerre dans la Pologne ressuscitée. La deuxième génération des romanistes polonais disposait de neuf chaires de philologie romane dans six villes universitaires (Wilno, Lwów, Lublin, Cracovie, Varsovie, Poznań). Comme le remarque Goldman : « Les études polonaises sur la littérature française du Moyen Âge ont en comparaison avec les études sur les autres époques un caractère spécial, universitaire. Comme en Occident, la philologie romane officielle est souvent aussi en Pologne, intimement liée à l’étude du Moyen Âge2. » Le grand traducteur de la littérature française, Tadeusz Boy-Żeleński s’en plaignait en 1920 tout en y voyant la présence de l’esprit allemand3. Dans un article plus récent Anna Drzewicka doute pourtant que les débuts du médiévisme dans les études romanes universitaires en Pologne aient vraiment été d’importation allemande. Elle est portée à conclure : « On peut cependant se demander si on n’a pas affaire plutôt à une tendance générale, propre aussi bien aux universités françaises – et autres – à l’époque. Les noms de Gaston Paris, de Joseph Bédier, d’Antoine Thomas, de Mario Roques se répètent parmi les noms des maîtres des premiers romanistes polonais ; ces maîtres (et d’autres encore) ont certainement eu leur part d’inspiration dans le choix du centre d’intérêt opéré par les élèves4. »

L’épopée médiévale en Pologne

  • 5 Ibid., p. 85-86.

6Les problèmes de l’épopée française ont été abordés très tôt par les romanisants médiévistes polonais. Leurs recherches ont même suscité un vif débat qui pour de longues années a partagé le milieu universitaire polonais et que, suivant Anna Drzewicka, on pourrait qualifier de « pré-bédiériste ». « La fameuse querelle qui a opposé Porębowicz à Kawczyński – écrit Drzewicka – est comme un pendant de celle qu’allaient provoquer les Légendes épiques de Bédier. Cependant les dates sont là : les professeurs polonais se sont heurtés en 1903, le premier volume des Légendes a paru en 1908. » Elle ajoute plus loin : « On est frappé d’assister à un affrontement, dès cette date, entre deux attitudes qu’on nommait alors folklorisme et antifolklorisme, mais qui vus de la perspective actuelle, équivalent au traditionalisme et à l’individualisme5. » Pour Porębowicz, grand amateur et traducteur des chansons populaires de divers peuples, la littérature médiévale prend ses sources dans la création anonyme, fruit du génie du peuple. Kawczyński en revanche tendait à prouver que l’explication par le folklore était à rejeter et que les œuvres en langue vulgaire n’étaient qu’une création individuelle des poètes basée sur leur connaissance de l’antiquité.

7C’est dans ce contexte de formation des études romanes et de débats passionnés autour de l’interprétation des origines de la littérature médiévale (sans oublier la question de la reconquête de l’indépendance par la Pologne) qu’il faut comprendre l’apparition du roman d’Anna Ludwika Czerny inspiré par la geste de Guillaume d’Orange.

  • 6 Selon le chroniqueur Gallus Anonymus, c’est en 1085 que le souverain polonais Ladislas Herman a of (...)

8Anna Ludwika Czerny (née Pierożyńska) est née à Lwów en 1891. C’est à l’Université de cette ville qu’elle a étudié la philologie classique et romane et c’est le professeur Edward Porębowicz qui a exercé sur elle la plus grande influence. En 1913 elle épouse Zygmunt Czerny, docteur en philologie romane. La même année, grâce à une bourse de recherches, les jeunes mariés partent continuer leurs études à Paris. Zygmunt fait la connaissance de Joseph Bédier, donne une série de conférences à la Sorbonne, prépare sa thèse d’habilitation. Anna Ludwika étudie la peinture, expose ses tableaux à Lyon et à Grenoble, traduit, écrit des poèmes, réunit des matériaux pour ses futurs livres, voyage à travers la France. Elle visite Guillestre, Embrun, Beaucaire, Aniane, abbaye de Saint-Gilles et celle de Saint-Guilhem-le-Désert, hauts lieux de l’histoire carolingienne, mais aussi polonaise, puisque liés à la dynastie des Piast6. En 1921, les époux reviennent en Pologne, ils s’installent à Lwów et s’engagent dans la vie scientifique et culturelle de la ville. Zygmunt Czerny passe son habilitation et il est nommé professeur à l’université Jean Casimir où il va travailler jusqu’à la deuxième guerre mondiale.

  • 7 Antologia nowej liryki francuskiej, Lwów, Warszawa, Wydawnictwo Zakładu Narodowego im. Ossolińskic (...)
  • 8 Sierotwiński S., Kronika życia literackiego w Polsce pod okupacją hitlerowską w latach 1939-1945, (...)

9Cependant Anna Ludwika qui commence très tôt à publier ses poésies, récits en prose, traductions et essais dans des revues artistiques et littéraires remporte ses premiers succès. Dans les années vingt elle enseigne à l’école, mais à partir de 1933, elle se consacre entièrement au travail littéraire. En 1925 elle publie dans sa traduction une anthologie de la nouvelle lyrique française, volume novateur et original, consacré au mouvement « révolutionnaire » dans la poésie française des années 1907-19257. C’est en 1934, après la parution de ses deux recueils de poésie, qu’elle publie le livre intitulé O wojewodzie Gwilemie Krzywonosie (Sur le voïvode Guillaume au courbe nez), avec un sous-titre : Powieść rycerska (Le roman chevaleresque). Elle reviendra au Moyen Âge plus tard, avec la traduction du Devisement du monde de Marco Polo (1954) et celle d’Aucassin et Nicolette (1962). Le manuscrit de sa version de la Chanson de Roland s’est perdu pendant la deuxième guerre mondiale8.

10Qu’est-ce qui a poussé cette femme à faire un roman inspiré par la thématique chevaleresque ? Que voulait-elle dire au public à travers cette histoire médiévale ? Quels sens avait-elle envie d’actualiser dans ce roman ?

Guillaume au courbe nez

11Le roman O wojewodzie Gwilemie Krzywonosie qu’Anna avait terminé en 1927, fut publié en 1934 par Wydawnictwo Instytutu Literackiego – la maison d’édition de l’Institut Littéraire. Le livre est tiré à 1 000 exemplaires, joliment illustré par des gravures qui sont des reproductions en noir et blanc des initiales zoomorphes du fameux Sacramentaire de Gellone du VIIIe siècle. Il introduit le lecteur dans le monde de l’épopée française médiévale de façon très directe. On peut être étonné par ce passage brusque et rapide de la poésie contemporaine à la littérature du haut Moyen Âge.

  • 9 Aberdam R., « Skok w średniowiecze », Wiadomości literackie, no 37 (564), 1934, p. 4. Les fragment (...)
  • 10 Parmi les traductions de la Chanson de Roland en langues étrangères la traduction polonaise occupe (...)

12« Vous voulez savoir ce qui m’a poussée à écrire ce “roman” ? » – demanda Anna Ludwika lors d’une interview publiée dans l’hebdomadaire Wiadomości Literackie, pour répondre aussitôt : « Je voulais faire découvrir aux lecteurs polonais le trésor de la littérature épique du Moyen Âge français9. » Elle explique que les chansons de geste étaient en Pologne tout à fait inconnues du grand public et qu’au moment où elle rédigeait son œuvre, la traduction de la Chanson de Roland en polonais n’était pas encore publiée. L’affirmation peut se comprendre, car la traduction de Tadeusz Boy-Żeleński, devenue depuis lors canonique, est parue seulement en 1932, mais elle n’est pas tout à fait précise, car cette chanson de geste avait été traduite deux fois jusqu’aux années vingt. La première traduction, due à Seweryna Duchińska, est parue en 1866. La traductrice s’est basée sur la traduction en français moderne d’Adolphe d’Avril, publiée en 1865. Si on prend en considération le fait que l’editio princeps de la version d’Oxford date de 1837, on peut considérer que ce texte fut adapté à la langue et à la culture polonaises relativement tôt10. La traduction de Duchińska, bien accueillie par la critique, a été citée dans des anthologies et manuels et même dans des œuvres littéraires. La deuxième traduction intégrale de la Chanson de Roland était une version en prose de Kazimierz Król, publiée en 1903 d’après la traduction en français moderne de Léon Clédat (1899). Elle jouissait d’une certaine popularité, confirmée par sa réédition en 1921.

  • 11 Aberdam R., op. cit., p. 4.

13Mais Anna Ludwika Czerny choisit le cycle de Guillaume d’Orange, comme « le plus représentatif et le plus essentiellement “français” ». Selon elle, il « saisit l’homme de cette époque de façon la plus complexe, dans son rapport avec Dieu, avec son pays, son roi, sa famille, ses confrères, soi-même, les femmes, les animaux, la nature11 ». Ce cycle concentre et unit les trois éléments essentiels des œuvres épiques du XIIe siècle : héroïsme, religion et burlesque.

  • 12 Ibid.
  • 13 Ibid.

14Cet intérêt pour le Moyen Âge n’est pas, dans l’intention de l’auteure, une évasion de la réalité, mais au contraire il doit s’ancrer dans le contexte actuel. Selon elle, le thème de la défense de la civilisation et celui de la fondation de l’État sont particulièrement compréhensibles pour le lecteur polonais, car ils sont liés à la situation de la Pologne qui est en train de reconstruire son identité nationale et politique après le recouvrement de l’indépendance en 1918. Le souvenir de la guerre russo-polonaise de 1920, avec le siège et la défense dramatique de Lwów, semble ici très important. Ce contexte en même temps personnel et patriotique est souligné par Anna Ludwika. Elle parle de l’idée de « monter la garde aux confins du pays12 », de la nécessité de se consacrer au bien du peuple, elle évoque le souvenir d’un insurgé polonais, l’ermite Szymon Szydłowiecki, qu’elle qualifie de « héros épique par excellence13 ». Son intention est de rendre son livre proche du lecteur polonais.

  • 14 Żeleński T. (Boy), « Wstęp », Pieśń o Rolandzie, Warszawa, Biblioteka Boya, 1932, p. 9 (traduction (...)

15À travers ces déclarations, on peut voir en même temps une polémique avec Tadeusz Boy-Żeleński qui dans l’introduction de sa traduction de la Chanson de Roland de 1932, se moquait des tentatives d’actualisation des idéaux héroïco-patriotiques de l’épopée médiévale. Il faisait l’aveu d’une « impression étrange » qu’exerçait sur lui cette lecture « aujourd’hui, après la Grande Guerre, à l’époque d’un pacifisme instinctif ou conscient14 ».

  • 15 Aberdam R., op. cit., p. 4.
  • 16 Ibid..

16Anna Ludwika Czerny y fait allusion lorsque, dans l’interview déjà citée, elle évoque « une exceptionnelle sensibilité humanitaire15 » de l’homme contemporain qui se trouve heurté par un surcroît de cruauté, par la profusion des images de carnage et de tuerie, par le nombre de têtes qui tombent. À la veille d’une autre grande guerre, ses paroles frappent par leur lucidité : « Je ne suis pas sûre que, vu la cruauté de la Grande Guerre et le perfectionnement des méthodes d’extermination massive, notre siècle puisse prétendre à une supériorité sur le Moyen Âge obscur16. » Selon elle, malgré la profusion de duels, batailles et massacres, c’est dans le cycle de Guillaume d’Orange qu’apparaît – pour la première fois – la notion de responsabilité pour le sang versé et pour la vie des guerriers, même ennemis. Attentive aux problèmes de son époque, Czerny actualise donc à travers la réécriture de la chanson médiévale la question de la violence politique et de sa légitimité.

17Elle avoue que l’épopée française lui était familière grâce à ses études universitaires fortement marquées par la personnalité d’Edward Porębowicz. C’est sous la direction de ce professeur que Zygmunt Czerny a préparé sa thèse de doctorat sur la chanson de geste du cycle de Guillaume d’Orange Les Narbonnais. Si toutefois Anna Ludwika souligne l’influence de Porębowicz, elle passe sous silence la part due à son mari. Elle ne devait sans doute pas être négligeable, si l’on prend en considération la constante et systématique collaboration des époux dans la traduction et l’édition des chefs-d’œuvre des littératures romanes.

  • 17 Ibid.
  • 18 Ibid.

18Interrogée sur le rapport aux sources directes de son roman, Anna Ludwika répond : « Si j’avais eu à traduire un seul poème, j’aurais choisi la plus ancienne et la plus belle chanson – la Chançon de Guillelme. Or, je ne voudrais pas me limiter à un fragment, mais donner l’image la plus complète possible17. » Elle compare son travail à l’œuvre d’un auteur ou peut-être d’un jongleur médiéval qui, pour éviter des longueurs et des répétitions risquant d’ennuyer les lecteurs, puise dans la matière déjà existante pour en faire « un nouvel alliage », « une forme nouvelle18 ». Son œuvre lui fait penser également au travail d’assemblage et de réécriture effectué par Joseph Bédier lors de la rédaction de sa version de Tristan et Iseut. Pourtant son projet lui semble bien plus complexe. Face à des pièces très différentes, de valeur artistique inégale, elle se donne pour premier but la cohésion du style.

19Pour assurer à son œuvre la cohérence visée et pour enlever l’effet d’« anachronisme » dû au fait que les événements survenus aux VIIIe et IXe siècles sont racontés dans des œuvres provenant des XIIe et XIIIe siècles, elle introduit un cadre narratif. La geste de Guillaume est précédée par une sorte de prologue dans lequel elle met en scène des jongleurs qui chantent leurs chansons pendant la foire de Beaucaire. Ce prologue trouve son prolongement dans un intermède coupant la narration de la geste. Dans le souci de rendre son livre plus proche du lecteur polonais et de lier la légende carolingienne avec l’histoire de la Pologne, elle fait intervenir dans le prologue et dans l’intermède le personnage du duc Boleslas le Long (1127-1201), compagnon du roi Conrad III de Hohenstaufen lors de la deuxième croisade et de l’empereur Frédéric Barberousse lors de sa campagne italienne.

20L’introduction de ce cadre narratif permet à l’auteure de diviser l’immense matière de la geste en huit journées pendant lesquelles se déroule le spectacle des jongleurs. La première journée intitulée « Aymeri de Narbonne et les Aymerides » embrasse donc les origines du lignage, le département des fils d’Aymeri, mais aussi les amours et le mariage de Guillaume et d’Orable. La deuxième journée, « Le voïvode Guillaume », raconte le couronnement de Louis le Pieux, le siège de Narbonne et le martyre de Guibert. La troisième journée qui porte le titre « Les fiefs de Guillaume » embrasse notamment la prise de Nîmes et d’Orange. La quatrième journée est consacrée aux enfances de Vivien. La cinquième à la bataille d’Aliscans. Elle finit avec la mort de Vivien. La sixième journée intitulée « La vengeance » réserve une large place au personnage de Rainouart. La septième journée raconte la mort d’Aymeri. Et la huitième et dernière journée le moniage de Guillaume.

21Il est toutefois très difficile voire impossible d’établir avec certitude les sources qu’Anna Ludwika a utilisées. Pour rédiger la geste des Aymerides, elle prétend avoir eu à sa disposition une trentaine de versions en vers et en prose en français et leurs adaptations italiennes et nordiques, ainsi que des chroniques latines et des légendes populaires. Son roman contient donc des fragments traduits presque mot à mot : ceux qu’elle a jugés les plus beaux, présents dans toutes les versions, les plus anciennes et les plus récentes. À côté de ces traductions quasi fidèles, l’auteure introduit des raccourcis et des résumés, elle complète des lacunes et modifie, même profondément, son matériel. Ces changements sont visibles notamment dans la dernière partie intitulée « Zwiercica » (« Clôture ») qui est une version remaniée du Moniage Guillaume. Dans ce cas-là, la romancière jugeant que le texte original, par son caractère burlesque trop marqué, ne présentait qu’un reflet confus de la tradition bénédictine, voulait lui rendre sa naïveté primitive.

L’échec ?

  • 19 « Damskie pióra z kapelusza », Kurier Poranny, le 25 août 1934, p. 4.
  • 20 « Ankieta: Jaką najciekawszą książkę przeczytałem w roku 1934 », Prosto z mostu, no 3, 20 janvier (...)
  • 21 Voir Przegląd Powszechny, t. 204, 1934, p. 257-260.
  • 22 Godziszewski W., « Na marginesie powieści rycerskiej », Poradnik Językowy, no 4/5, 1936/7, p. 91-9 (...)
  • 23 Cette phrase : « Daj, ać ja pobruszę, a ty poczywaj » (Donne, je vais moudre [à la meule] et toi, (...)

22Le roman de Czerny n’a pas suscité grand intérêt ni de la part des critiques ni de celle des lecteurs. La publication a été suivie, il est vrai, de quelques mentions dans la presse, tantôt ironiques et dédaigneuses comme cette petite note critique dans un quotidien varsovien Kurier Poranny où l’auteur anonyme qualifiait l’œuvre de Czerny de « bizarrerie grotesque19 », tantôt élogieuses et encourageantes comme l’opinion de l’écrivain et éditeur Michał Pawlikowski, qui en répondant à l’enquête de l’hebdomadaire culturel Prosto z mostu, glorifiait le roman comme le plus beau et le plus intéressant livre de l’année 193420. C’est dans le mensuel socio-culturel jésuite Przegląd Powszechny, dans la rubrique des nouveautés littéraires, que paraît un compte-rendu plus développé, rédigé par Zofia Starowieyska-Morstinowa21. Tout en faisant l’éloge du livre, celle-ci reprend les idées exposées par Anna Ludwika Czerny dans l’interview déjà mentionnée, laissant toute critique sérieuse concernant les valeurs linguistiques et littéraires du texte à des spécialistes. Une modeste approche linguistique est finalement donnée par Wiktor Godziszewski dans le mensuel Poradnik Językowy22. Il souligne une archaïsation réussie, surtout grâce à un riche vocabulaire et à une syntaxe imitant le modèle latin. Il faudrait préciser ici qu’il est impossible de ressusciter la langue polonaise du IXe ni même du XIIe siècle, car la première phrase écrite en polonais, insérée dans une chronique latine, date de la deuxième moitié du XIIIe siècle. On ne peut pas non plus parler d’une langue polonaise littéraire au Moyen Âge23. L’invention d’un idiome capable de rendre le caractère de l’ancien français reste un défi auquel doivent faire face tous les traducteurs de la littérature française médiévale en polonais. Une autre difficulté est liée au fait que les chansons de geste restent un genre inconnu dans la littérature polonaise médiévale. Faute de mieux, Godziszewski vante donc une bonne connaissance de l’ancien polonais et l’usage heureux des vieux mots. Pourtant son appréciation reste sommaire et superficielle car il semble ne pas remarquer ce qui va s’avérer l’une des plus grandes faiblesses et tares du livre : sa langue est peut-être belle, raffinée et érudite, mais opaque voire obscure, surchargée de néologismes, de termes archaïques, de mots inusités et par là souvent inintelligibles. La polonisation des noms propres français donne des effets bizarres et rend le texte difficilement compréhensible, frôlant le pastiche.

23La critique la plus sérieuse vient enfin de l’essai de Teodor Parnicki, consacré au roman historique polonais contemporain, paru en 1935 dans la revue Droga. Parnicki (1908-1988), collègue plus jeune d’Anna Ludwika, lvovien comme elle, formé à la même Université, était écrivain et critique littéraire. À l’époque débutant, il deviendra plus tard un des plus grands auteurs polonais des romans historiques et brillant théoricien de ce genre littéraire.

  • 24 Le roman, traduit en français par Paul Cazin, a été publié en 1931 chez Gallimard.
  • 25 Parnicki T., « Współczesna polska powieść historyczna », Szkice literackie, Warszawa, Instytut Wyd (...)

24Parnicki tente de replacer le roman O wojewodzie Gwilemie Krzywonosie dans le contexte d’une renaissance du roman historique en Pologne. L’occasion s’y prête bien, car en 1934 paraissent deux romans consacrés au Moyen Âge européen : celui d’Anna Ludwika Czerny et Czerwone tarcze (Boucliers rouges) de Jarosław Iwaszkiewicz. En même temps la revue Tygodnik illustrowany publie le roman de Zofia Kossak-Szczucka Krzyżowcy (Les Croisés). Dans son étude, Parnicki fait une référence obligatoire au roman qui ouvre l’époque moderne du roman historique polonais : Żywe kamienie (Les pierres vivantes) de Wacław Berent (1918)24. Il le juge de façon sévère car selon lui il ne présente pas l’image d’un vrai Moyen Âge, mais déploie un rêve moderniste, rêve que la sensibilité fin de siècle se faisait de l’époque médiévale. Dans ce roman, selon Parnicki, tout ce qui au Moyen Âge était vivant et dynamique, se fige et se meurt. En conséquence, comme affirme le critique, on peut admirer un décor magnifique, une sorte de scénographie particulièrement réaliste et belle, mais dans ce cadre théâtral splendide, le romancier n’a pas su faire jouer les acteurs : ni le drame, ni l’action, ni l’intrigue ne sont au rendez-vous. La scène est vide et sur cette scène on ne voit déambuler que des ombres anonymes au lieu d’hommes en chair et en os25.

  • 26 Ibid., p. 112 (traduction A. Loba).

25Pour Parnicki, le roman de Czerny se distingue de façon positive des Pierres vivantes, car l’auteure a essayé de peindre le XIIe siècle au vif, de saisir son essence à travers la poésie épique, celle qui avait su conserver l’image vraie, l’âme de ce siècle. Anna Ludwika Czerny n’invente pas, mais crée un récit sur le Moyen Âge à partir d’éléments pour ainsi dire préfabriqués, elle reprend et réécrit ce récit que le Moyen Âge se racontait par la bouche des jongleurs. Sa tâche consiste à assembler des morceaux afin d’obtenir une composition narrative logique et cohérente et ensuite à la retranscrire en polonais, dans une langue proche de la langue de l’original. Parnicki salue cette tentative comme couronnée de succès : « Elle [Czerny] a réussi à merveille, surtout dans sa tâche de récréer une langue archaïque. » En outre, il félicite l’auteure d’avoir su garder une distance entre son propre point de vue sur le héros et son époque (IXe siècle) et le point de vue décisif dans le roman, celui des jongleurs du XIIe siècle. Mais les éloges s’arrêtent là. Parnicki conclut : « Mais Gwilem - une œuvre de grande envergure, remarquable par son art et son érudition – n’est pas un roman » et il continue : « Du point de vue du genre “roman historique”, c’est un exemple négatif : un pas décidé et conscient vers la réduction au minimum du rôle de l’imagination créatrice26. » Il reproche à l’auteure d’avoir creusé un profond abîme séparant l’époque ressuscitée et le temps présent. Selon lui, entre Gwilem, ses affaires, soucis, émotions et sentiments et le lecteur contemporain se dresse un mur d’indifférence et d’étrangeté. Cet effet, est dû en grande partie à une archaïsation de la langue particulièrement conséquente et n’est guère, atténué par la polonisation des noms propres (Aymeri – Emeryk, Vivien – Żywek, Vibald – Gibełt, etc.). Au contraire, cette polonisation s’avère, d’après Parnicki, le symptôme d’un refus tout à fait conscient de récréer une réalité historique occidentale, non polonaise, telle qu’elle était, pour la greffer sur son propre passé national.

  • 27 Le roman d’Anna Ludwika Czerny est considéré comme « expérimentation qui n’a pas éveillé d’écho du (...)
  • 28 Drzewicka A., Starofrancuska epopeja rycerska, Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 1979, p. 5

26Ce constat d’échec semble peser sur la critique moderne. Née d’une fascination pour le Moyen Âge français, fruit d’une grande érudition et d’une sensibilité poétique sans pareil, l’œuvre de Czerny reste une tentative manquée27, à mi-chemin entre roman et traduction, un livre oublié, enseveli dans les réserves des bibliothèques, « une rareté bibliophile28 ».

27Cependant le travail d’Anna Ludwika Czerny peut être aussi envisagé, à la fois, comme l’aboutissement d’une certaine formation philologique basée sur une excellente préparation historique et une énorme érudition linguistique et, comme l’expression d’un désir d’actualiser l’histoire. À travers sa réécriture archaïsante de la geste de Guillaume d’Orange, la traductrice cherche à restituer dans la littérature polonaise l’équivalent d’une forme inexistante ; en même temps, elle tente de montrer une proximité entre le Moyen Âge et le monde contemporain dans leur rapport à la violence. En 1934 Czerny dédicace son roman à tous ceux qui portent la flamme de la culture aux confins de l’Europe occidentale menacée par la barbarie (comprenons : le communisme) et au premier Voïvode de la Pologne, figure qui pourrait réunir les traits du Christ et du maréchal Piłsudski. Par ce geste, la savante écrivaine conduit Guillaume d’Orange sur le chemin difficile du messianisme polonais.

Notes

1 Goldman J., « Les études romanes en Pologne jusqu’à la fondation de la première chaire de philologie romane en 1892 », Archivum Neophilologicum, II, 1937, p. 126-127.

2 Goldman J., « La philologie romane en Pologne 1892-1935 », Archivum Neophilologicum, II, 1937, p. 229.

3 Żeleński T. (Boy), « Bezwiedne orientacje », Flirt z Melpomeną, Warszawa, Instytut Wydawniczy, Biblioteka Polska, 1920, t. I, p. 35-37.

4 Drzewicka A., « Les études sur la littérature française du moyen âge en Pologne il y a cent ans », Tradition et modernité. Actes du Colloque du Centenaire de la philologie romane à l’Université Jagellone (24-26 septembre 1992), Kraków, Universitas, 1993, p. 81.

5 Ibid., p. 85-86.

6 Selon le chroniqueur Gallus Anonymus, c’est en 1085 que le souverain polonais Ladislas Herman a offert à saint Gilles une statuette d’or pour obtenir la naissance d’un successeur. L’intervention du saint fut efficace : Boleslas, futur roi de Pologne sous le nom de Boleslas III la Bouche Torse naquit peu après.

7 Antologia nowej liryki francuskiej, Lwów, Warszawa, Wydawnictwo Zakładu Narodowego im. Ossolińskich, 1925. Voir Drzewicka A., Z zagadnień techniki tłumaczenia poezji. Studia nad polskimi przekładami liryki francuskiej w antologiach z lat 1899-1911, Kraków, Uniwersytet Jagielloński, 1971 (Zeszyty Naukowe Uniwersytetu Jagiellońskiego, 255 ; Prace Historycznoliterackie, 18), p. 139 ; Żurowska J., « L’Anthologie de la nouvelle poésie française d’Anna Ludwika Czerny », Le Surréalisme et son rayonnement. Actes du Séminaire organisé par l’Institut de Philologie Polonaise et le Centre de Civilisation Française de l’Université de Varsovie (novembre 1974), réd. Z. Ryłko, Warszawa, Uniwersytet Warszawski, 1980 (Cahiers de Varsovie, 6), p. 97-104.

8 Sierotwiński S., Kronika życia literackiego w Polsce pod okupacją hitlerowską w latach 1939-1945, t. 1, Kraków, Wydawnictwo Literackie, 1988, p. 253.

9 Aberdam R., « Skok w średniowiecze », Wiadomości literackie, no 37 (564), 1934, p. 4. Les fragments de l’interview sont traduits par A. Loba.

10 Parmi les traductions de la Chanson de Roland en langues étrangères la traduction polonaise occupe la quatrième place, après deux traductions allemandes et une anglaise. Voir Drzewicka A., « Pierwszy polski przekład Pieśni o Rolandzie », Zeszyty Naukowe Uniwersytetu Jagiellońskiego, no 112, 1965, p. 141-191 ; « Jak powstał najstarszy polski przekład Pieśni o Rolandzie », Kwartalnik Neofilologiczny, no 12, 1965, p. 145-156.

11 Aberdam R., op. cit., p. 4.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Żeleński T. (Boy), « Wstęp », Pieśń o Rolandzie, Warszawa, Biblioteka Boya, 1932, p. 9 (traduction A. Loba).

15 Aberdam R., op. cit., p. 4.

16 Ibid..

17 Ibid.

18 Ibid.

19 « Damskie pióra z kapelusza », Kurier Poranny, le 25 août 1934, p. 4.

20 « Ankieta: Jaką najciekawszą książkę przeczytałem w roku 1934 », Prosto z mostu, no 3, 20 janvier 1935.

21 Voir Przegląd Powszechny, t. 204, 1934, p. 257-260.

22 Godziszewski W., « Na marginesie powieści rycerskiej », Poradnik Językowy, no 4/5, 1936/7, p. 91-92.

23 Cette phrase : « Daj, ać ja pobruszę, a ty poczywaj » (Donne, je vais moudre [à la meule] et toi, repose-toi) provient du Livre de Henrykow (Liber fundationis claustri sanctae Mariae Virginis in Heinrichow), trouvé dans un monastère cistercien. Les traces écrites les plus anciennes d’un texte polonais datent du XIIe siècle. C’étaient des noms de personnes et des toponymes « incrustés » dans un document latin de 1136. Un recueil de sermons, les premiers textes complets conservés en polonais, date des années cinquante du XIVe siècle et la plus ancienne traduction en polonais d’un texte plus long reste un psautier datant de 1380 environ.

24 Le roman, traduit en français par Paul Cazin, a été publié en 1931 chez Gallimard.

25 Parnicki T., « Współczesna polska powieść historyczna », Szkice literackie, Warszawa, Instytut Wydawniczy PAX, 1978, p. 105 (reprise de la revue Droga, no 3, 1935, p. 213-226).

26 Ibid., p. 112 (traduction A. Loba).

27 Le roman d’Anna Ludwika Czerny est considéré comme « expérimentation qui n’a pas éveillé d’écho durable dans la littérature romanesque historique de l’entre-deux-guerres » (Malinowski J., « Starożytność i średniowiecze w powieści historycznej dwudziestolecia miedzywojennego », Z problematyki gatunków i prądów literackich XIX i XX wieku, réd. J. Konieczny, Warszawa, Poznań, PWN, 1972, p. 52-53).

28 Drzewicka A., Starofrancuska epopeja rycerska, Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 1979, p. 5.

Auteur

Institut de Philologie Romane, Université Adam Mickiewicz, Poznań (Pologne)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540