Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Quatrième partie. Clergé et agriculture dans la modernité du xixe siècle

Le clergé et la naissance des caisses rurales en Franche-Comté (1893-1914)

Vincent Petit

Texte intégral

  • 1 Pour la Franche-Comté, Vincent Petit, Charité, catholicisme social, démocratie chrétienne : pour u (...)
  • 2 Marcel Launay, « Le clergé et la naissance des caisses rurales en Bretagne (1893-1914) », Annales (...)

1Si le catholicisme social et la démocratie chrétienne ont fait l’objet de nombreux travaux1, leur développement dans le monde rural est beaucoup moins connu. Il est vrai que l’émergence du catholicisme social naît d’abord du spectacle et du refus de la révolution industrielle et de la misère ouvrière : ainsi en va-t-il de la fondation de la Société de Saint-Vincent-de-Paul et de l’œuvre des cercles catholiques d’ouvriers par Albert de Mun et le marquis de La Tour du Pin en 1871. L’encyclique Rerum Novarum de 1891 qui fixe la doctrine sociale de l’Église s’adresse d’abord aux ouvriers de l’industrie. Néanmoins, dans la conception d’un catholicisme intransigeant, global et donc social, la question ouvrière ne se sépare pas d’une question agricole dont l’acuité se fait de plus en plus vivace au tournant du siècle. La fondation de caisses rurales par le clergé répond donc aux besoins apparemment contradictoires d’adapter la paysannerie aux exigences d’une économie libérale moderne et de construire une société chrétienne sur les bases d’un catholicisme intransigeant. Alliés aux notables conservateurs, des curés de campagne entreprennent l’application pratique de la doctrine sociale de l’Église par l’introduction d’institutions sociales et économiques, ici celles du crédit2.

L’émergence d’un clergé social

  • 3 La Semaine religieuse de Besançon, 16 mai 1891, p. 311-312. La Semaine religieuse de Saint-Claude (...)

2L’implication du clergé dans les œuvres sociales, agricoles et ouvrières, prend une importance considérable avec la réception de l’encyclique Rerum Novarum dans les diocèses de Besançon et de Saint-Claude. La Semaine religieuse de Besançon, qui en publie un commentaire3, se félicite surtout de ce que l’intervention du magistère romain met fin « aux divisions des écoles catholiques sur ce sujet ». L’année suivante, les conférences ecclésiastiques sont en partie consacrées à l’étude de l’encyclique. Des prêtres se réunissent pour traiter de problèmes sociaux et fondent en 1897 une revue mensuelle, Le clergé et les œuvres, revue des œuvres paroissiales. L’abbé Victor Tissot se remémore cette effervescence :

  • 4 Ch. Périn et C. Jannet sont deux économistes catholiques, appartenant à « l’école d’Angers » et pa (...)
  • 5 La Semaine religieuse de Besançon, 27 juillet 1907. L’abbé Victor Tissot est l’auteur de brochures (...)

« Les préoccupations sociales étaient vives aussi, à cette époque, parmi le jeune clergé. Les séminaristes lisaient avidemment les ouvrages de Le Play, de Charles Perrin, de Claudio Jannet4 ; ils méditaient les encycliques de Léon XIII ; ils avaient sur leur table de travail, à côté des Sommes théologiques, les opuscules de Louis Durand, et tous rêvaient plus ou moins de fonder syndicats, caisses rurales, etc. dans leur future paroisse5. »

  • 6 Pierre Lacroix, « La J.A.C. dans le Jura : préparations lentes et premiers pas », Semaine religieu (...)

3Ces réminiscences enthousiastes qui sonnent comme autant d’encouragements dessinent sans doute un idéal-type plus qu’une réalité. Néanmoins, des prêtres ont effectivement mis en application la doctrine sociale catholique en milieu rural, comme l’abbé Jules Tervaux6, curé de la Vieille-Loye (Jura) en 1890, où il fonde une caisse rurale, une coopérative de ravitaillement, une cantine pour les enfants du catéchisme, un patronage, un ouvroir, une société de secours mutuel, une laiterie coopérative, et même un système de retraite pour les personnes employées dans les divers services qu’il a fondés !

Le système Raiffeisen-Durand

  • 7 Friedrich Wilhelm Raiffeisen (1818-1888) fut à la tête de différentes municipalités de Rhénanie en (...)
  • 8 André Gueslin, « Louis Durand, fondateur du crédit mutuel. Entre libéralisme social et catholicism (...)

4Le principal animateur du mouvement des caisses rurales – ou caisses Raiffeisen 7 – en France s’appelle Louis Durand8. Avocat lyonnais né en 1859, il est le secrétaire de l’Union du Sud-Est des syndicats agricoles. En 1891, il publie un livre intitulé Le crédit agricole en France et à l’étranger, puis un Manuel pratique à l’usage des fondateurs et des administrateurs des caisses rurales. En 1893, il fonde l’Union des caisses rurales et ouvrières à responsabilité illimitée (UCROF).

  • 9 Les statuts des caisses rurales sont conservés aux Archives départementales, série 6U (tribunal de (...)
  • 10 Albéric de Truchis de Varennes, Les associations professionnelles agricoles en Franche-Comté […], (...)

5Qu’est-ce qu’une caisse rurale9 ? Louis Durand, lors du congrès national catholique de 1896, en explique le fonctionnement : la caisse rurale est une société coopérative en nom collectif (régie par la loi du 24 juillet 1867) dans laquelle « tous les membres sont responsables solidairement et indéfiniment sur tous leurs biens des engagements de la caisse ». La caisse ne dispose pas de capital : elle emprunte de l’argent – « en donnant comme garantie l’engagement solidaire de tous ses membres10 » – qu’elle prête ensuite à ses membres, pour un objet utile et productif, contrôlé par le conseil d’administration. Les bénéfices, tirés de la différence « entre le taux de l’argent déposé et le taux de l’argent prêté », ne sont pas distribués sous forme de dividendes aux sociétaires, mais alimentent un fonds de réserve. La caisse est gérée par un conseil d’administration, parmi lequel sont choisis le directeur et le comptable, soumis à un conseil de surveillance et à l’assemblée générale annuelle des sociétaires.

6Dans le système Raiffeisen-Durand, l’inégalité entre les caisses et leur base géographique restreinte impliquent la création d’une caisse de second degré, dite de compensation, dont les actionnaires sont les caisses locales elles-mêmes.

  • 11 Abbé Quillet, La conférence au village. Caisses rurales, par un directeur de caisse rurale, p. 8.

7Un tel fonctionnement exige la forte solidarité de ses membres. La principale garantie du bon fonctionnement d’une caisse réside dans son homogénéité sociale : « On ne prête l’argent qu’aux sociétaires ; et pour être sociétaire, il faut être accepté, reconnu comme solvable, honnête, laborieux, économe, intelligent11. » C’est pourquoi l’organisation d’une caisse rurale est confinée à l’échelle villageoise ou paroissiale. Louis Durand explique que les « caisses rurales reposent sur la confiance, la confiance sur la conscience, et la conscience sur la foi » et « par le jeu naturel de son mécanisme, la caisse rurale, association de confiance mutuelle, ne groupe-t-elle dans son sein que les meilleurs, les plus honnêtes et les plus dignes de la commune ». Aussi, selon l’abbé Quillet, « il est inutile que les ivrognes, les paresseux, les chicaneurs, les gens trop endettés se présentent ».

  • 12 Abbé Quillet, La crise agricole, ses causes, ses remèdes, p. 20. Voir aussi La Semaine religieuse (...)
  • 13 Abbé Moniot, Association de la Jeunesse catholique française. Congrès de Besançon les 17, 18, 19 e (...)

8La création d’une caisse rurale répond donc à l’ambition de préserver la petite propriété paysanne, et au-delà, de défendre l’organisation sociale traditionnelle : « C’est surtout un bien précieux pour maintenir la stabilité du foyer, en sauvegardant la propriété de la famille, en favorisant les vertus domestiques. » En responsabilisant ses membres, elle constitue aussi un outil d’éducation morale, puisque « sous l’influence de cette association, l’homme des champs apprend l’ordre, l’économie, le travail, la tempérance12 ». De plus, elle libère les campagnes de la domination financière des villes car elle stimule « la plus utile décentralisation, celle de l’argent, décentralisation qui laisse au service du cultivateur le produit de ses petites économies13 ».

Le catholicisme social à la campagne

9L’organisation d’une caisse rurale dépasse de loin le seul objet qu’elle se fixe puisqu’elle s’inscrit dans un mouvement plus large, celui du catholicisme social et de la doctrine sociale de l’Église. Telle qu’elle est exposée par l’abbé Quillet dans La crise agricole. Ses causes, ses remèdes (1897), la pensée sociale catholique appliquée au monde agricole débute par le constat d’une situation de crise que révèlent le morcellement des exploitations agricoles, la dépopulation, l’endettement des ménages, le manque de capitaux… La hantise de l’exode rural, et à l’inverse, l’exaltation de la vie campagnarde en constituent l’un des thèmes récurrents : « Nous voulons qu’on puisse garder au village cette famille qui va partir on ne sait où, ces enfants gais et roses qu’une société marâtre va disperser. » Les causes de cette crise sont d’abord l’impuissance et « l’insouciance » de l’État, mais aussi l’apathie du cultivateur, faute d’une « éducation religieuse et professionnelle » suffisante. À cet égard, le catholicisme social aspire à une véritable régénération morale, en luttant contre « l’esprit révolutionnaire » et « la diminution de l’esprit religieux et des vertus traditionnelles » dans les relations sociales. Les suites de cette « démoralisation » sont « le luxe de la table et des vêtements, la sensualité », le travail du dimanche, l’alcoolisme et la dénatalité, et plus fondamentalement « l’égoïsme ». Cette pensée sociale fustige avec force l’individualisme, « là encore un fruit de la Révolution qui a détruit les anciennes corporations, pour laisser les cultivateurs isolés, livrés à eux-mêmes ». La dénonciation de l’atomisation sociale, thème repris à la pensée traditionaliste, est fondatrice de ce catholicisme social antimoderniste.

  • 14 A. Truchis de Varennes, Association de la Jeunesse catholique française…, op. cit., p. 105.

10D’une manière générale, à travers le machinisme, la libre-concurrence, l’agiotage, c’est le système économique libéral qui est remis en cause au nom d’une vision idéalisée de la société pré-industrielle. Là s’insère un antisémitisme propre à la critique anticapitaliste du temps, avec la dénonciation du « maquignon juif14 ». Observons qu’aucun propos de cette nature n’émane d’ecclésiastiques.

  • 15 Abbé Quillet, La Semaine Religieuse de Besançon, 11 août 1900.

11La déclinaison des remèdes reprend le schéma de l’encyclique Rerum Novarum. L’abbé Quillet reconnaît à l’État un rôle de « protection » des intérêts agricoles, en excluant avec force le socialisme. Plus sûrement, la pensée sociale catholique érige en vertu à la fois la responsabilité individuelle des cultivateurs et leur association. Dans cette tâche, le clergé, secondé par les laïcs, occupe une place déterminante. À la tête de sa paroisse, il a pour devoir de propager les principales valeurs catholiques, « la religion, la famille, la propriété, la patrie », par l’édition de brochures, la diffusion de journaux, l’animation de conférences et de cercles d’études. Mais le clergé a aussi la charge « d’organiser le peuple » par l’association, qui répond à des objectifs matériels mais constitue surtout la première phase d’une reconstruction de la société autour des principes chrétiens : « La doctrine qui a fait les corporations du Moyen Âge doit aussi inspirer les associations du xxe siècle15. »

  • 16 Sur Mgr Petit, voir Jean-Michel Blanchot, « Un évêque citoyen et patriote. La pensée et l’action p (...)
  • 17 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences fr (...)

12C’est dans cette approche qu’il faut replacer l’ensemble des œuvres sociales catholiques. L’archevêque de Besançon, Mgr Petit, appelle dès 1898 à « constituer par l’association, autant que le permet l’initiative privée, une sorte d’organisation chrétienne générale de la société », en citant entre autres, les associations de crédit mutuel. Après la Séparation des Églises et de l’État, il est plus explicite dans une Lettre-circulaire relative à la réorganisation religieuse du diocèse : « Les mutualités, les sociétés de prévoyance, les caisses rurales sont autant de moyens d’action auxquels le prêtre peut donner un concours utile. Il prouvera par là […] cette vérité pratique trop oubliée : que le catholicisme est essentiellement social16. » À ce titre, la création de syndicats agricoles, de caisses rurales, de patronages, de cours sociaux agricoles, d’écoles ménagères… exprime un « projet global de société » qui vise à « instaurer le règne social du Christ17 ».

L’implantation des caisses rurales en Franche-Comté

13Les caisses rurales font l’objet d’une communication lors du congrès régional des cercles catholiques d’ouvriers qui a lieu à Besançon du 2 au 5 mars 1893. Un des principaux organisateurs du congrès, le marquis de Froissard, fonde la première caisse du département du Jura, le 30 juillet 1893. Mais le clergé joue aussi un rôle considérable : sur huit caisses fondées entre 1893 et 1895, la moitié a un directeur ecclésiastique.

  • 18 Abbé Durand, Edmond Monnier. Souvenirs, Lons le Saunier, 1899 et Monographie d’une usine chrétienn (...)
  • 19 La Semaine religieuse de Besançon, 31 août 1907. L’abbé Kannengieser (1855-1933), prêtre alsacien, (...)
  • 20 A. de Truchis de Varennes, Les associations professionnelles agricoles… op. cit., p. 145.

14Le développement des caisses rurales dans le département du Doubs est indissociable de la figure de l’abbé Henri Quillet. Né en 1858 à By (Doubs) d’une famille de cultivateurs originaire du Jura, ordonné prêtre en 1883, il est nommé vicaire de Rurey dès l’année suivante, puis curé de la même paroisse en 1893. C’est par un livre que le jeune abbé Quillet découvre cette institution originaire d’outre-Rhin. En effet, la veuve d’Edmond Monnier de Baudin (Jura), famille très engagée dans le catholicisme social18, distribue aux curés des alentours un volume intitulé Les catholiques allemands (1892) de l’abbé Alphonse Kannengieser 19 – ouvrage qui contient des renseignements sur les caisses établies par Raiffeisen. Au printemps 1893 sévit une sécheresse en Franche-Comté, et nombre de paysans éprouvent le besoin d’acheter des denrées alimentaires et du fourrage20. L’abbé Quillet décide de créer une première caisse rurale à Montrond le 27 novembre 1893. Dès lors, il entame une campagne de propagande en animant de nombreuses conférences, avec René Caron et l’abbé Jeunet.

  • 21 L’Éclair Comtois, 26 août 1907.

« Il faisait battre la caisse communale, les cultivateurs accouraient dans une grange ; on retournait un cuvier, et sur ce piédestal rustique, de robustes bras hissaient en riant le conférencier. Il exposait familièrement ses vues, l’objet et le mécanisme de ses œuvres, les avantages qu’elles procurent aux travailleurs des champs, puis essuyait le feu des objections, toujours les mêmes qu’il excellait à réfuter21. »

15Propagandiste infatigable, il fait preuve de grandes capacités d’organisation :

  • 22 Bulletin mensuel de l’union des caisses rurales et ouvrières, mai 1900.

« Quand on veut fonder une association dans un village, il faut travailler ce village, voir les principaux de l’endroit, y faire des réunions préparatoires entre quelques-uns seulement ; y répandre des brochures, etc. Puis quand le terrain est préparé, le conférencier vient, achève ce qui a été commencé, fonde l’œuvre et ça va tout seul22. »

  • 23 Il y cotoie l’abbé Thomas (diocèse de Nantes), l’abbé Müller et l’abbé Cetty (diocèse de Strasbour (...)
  • 24 Ces congrès animés par l’abbé Lemire, député du Nord, marquent l’affirmation du groupe des « abbés (...)

16Dans ce souci pédagogique, il collabore à de multiples périodiques et écrit de nombreuses brochures. Vice-président du groupe des caisses rurales du département du Doubs en 1896, il représente le Doubs aux congrès des caisses rurales et ouvrières de Tarbes en 1897 et 1900 et au congrès international des caisses rurales de juillet 1900 à Paris23. Il participe aux congrès ecclésiastiques 24 de Reims en 1896 et de Bourges en 1900, au congrès de la jeunesse catholique de Besançon en 1898. Il cherche à développer les patronages ruraux, les jardins ouvriers et l’enseignement ménager, et témoigne ainsi une activité inlassable, jusqu’à sa mort brutale survenue le 14 août 1907.

  • 25 Fondées en 1872 dans le but de propager et de mettre en pratique les enseignements du sociologue F (...)
  • 26 Georg Friedrich Dasbach (1846-1907), s’engagea contre le Kulturkampf en animant de nombreux organe (...)
  • 27 François Louvot, Haute-Saône. Les associations communales agricoles et leur groupement en unions d (...)

17En Haute-Saône, l’implantation des premières caisses rurales se nourrit directement aux sources, sans lien avec le département voisin. Alexandre Bellaigue de Bughas, ancien sous-directeur au ministère des affaires étrangères et membre des Unions de la paix sociale25, est initié au système Raiffeisen lors d’un séjour thermal à Trèves, par un prêtre, l’abbé Dasbach26. De retour à Gray, il prend contact avec Louis Durand (lui aussi membre des Unions de la paix sociale), et rencontre un cultivateur, Alexis Champy, qui se déclare prêt à créer une caisse rurale. La première caisse du département est fondée à Mantoche, le 14 janvier 1894. L’acclimatation d’une institution originaire d’Outre-Rhin suscite des doutes, qu’un voyage d’études en Alsace au début de l’année 1894 dissipe aussitôt27. Dans ce département, les notables jouent un rôle pionnier considérable alors que les curés de paroisse prennent peu à peu l’initiative : ainsi, sur les 25 premières caisses, huit ont été fondées directement par un ecclésiastique et en 1898, l’abbé Munier, curé de Mantoche, est désigné vice-président de l’Union des caisses rurales du département.

18Les groupes départementaux – celui de Haute-Saône, en mai 1894, est le premier créé en France – inspectent les caisses tous les ans et leur fournissent une aide logistique. Quant à la Fédération des trois groupes comtois proposée par Louis Milcent, elle ne semble pas avoir été menée à bien.

Une œuvre cléricale ?

  • 28 Archives diocésaines de Besançon, carton XX, lettre à Mgr Petit, 6 juillet 1899.
  • 29 Congrès diocésain de Besançon, 8-11 décembre 1910, Compte rendu, Besançon, imprimerie catholique d (...)

19L’œuvre des caisses rurales est, de loin, l’œuvre économique et sociale qui rencontre le plus l’adhésion des prêtres – une trentaine pour les deux diocèses. Deux raisons expliquent cette dilection : d’une part, l’organisation d’une caisse épouse la structure paroissiale et correspond donc à un schéma qui leur est familier ; d’autre part, elle apporte des résultats concrets à la communauté paysanne et érige le prêtre en médiateur. L’abbé Quillet justifie l’action sociale du clergé d’abord pour des raisons pratiques : « Pour développer l’extension des œuvres agricoles et assurer la prospérité de celles qui existent, les laïques militants sont assez rares, et l’expérience a montré que c’est encore dans le clergé qu’on trouvera plus facilement les éléments capables d’en assurer l’avenir28. » Ainsi, le curé peut, au moins temporairement, prendre la direction d’une caisse tout en formant un successeur qu’il aura lui-même choisi. Pour Alexis Champy, c’est au prêtre « de mettre de l’union entre toutes les œuvres » 29d’une paroisse.

  • 30 Abbé Quillet, La crise agricole, ses causes, ses remèdes, p. 17.
  • 31 Ibid., p. 27.
  • 32 Association de la Jeunesse catholique française. Congrès de Besançon…, op. cit., p. 102-103.
  • 33 Abbé Tissot, La Semaine religieuse de Besançon, 19 septembre 1908.

20Mais surtout, de cette manière, l’abbé Quillet exprime les conceptions quasi-théocratiques propres à la démocratie chrétienne : « Le prêtre est enfant du peuple, disciple du Christ qui guérissait les malades, consolait les malheureux30. » Derrière cette imputation se devine une certaine distance vis-à-vis des « gens de la haute classe » : « Font-ils ce qu’ils devraient faire dans cette société où le pouvoir vient du peuple et repose sur l’organisation du peuple31 » s’interroge-t-il. La collaboration avec les laïcs, et en particulier les notables, ne doit pas affecter la prééminence du clergé qui ne manque jamais d’être réaffirmée. Ici, l’ambition d’une reconquête religieuse est clairement exposée : « L’heure est bien pour le prêtre à l’apostolat social ; c’est par les services rendus au peuple sur le terrain des intérêts matériels qu’il reconquerra les âmes et retrouvera l’influence qu’il a perdue peu à peu au point de vue religieux32. » Seulement, derrière les encouragements prodigués par l’abbé Quillet, il faut lire aussi la répugnance de certains prêtres à s’engager, faute de « connaissances pratiques nécessaires33 ».

21Le rôle des laïcs est considérable, du fait que l’abbé Quillet s’appuie sur les réseaux du syndicalisme agricole pour fournir à l’œuvre des caisses rurales des cadres et des militants déjà formés. Cette complémentarité correspond aussi à l’application d’un des principes de l’école sociale catholique, celui de la collaboration des classes, qui sur le terrain ressemble davantage au paternalisme et au principe d’autorité cher à Le Play. Le mouvement des caisses rurales peut compter sur des notables royalistes, pour qui désormais l’engagement catholique tient lieu d’activité politique : le vicomte de Montrichard à Cléron, Henri de Menthon, Albéric de Froissard, le vicomte Albéric Truchis de Varennes… L’œuvre suscite aussi l’adhésion d’hommes soucieux de modernisation politique et économique, comme René Caron, secrétaire puis président du syndicats des agriculteurs du Doubs et président de l’Union des syndicats agricoles du Doubs, qui fonde une caisse rurale dans sa commune dès 1894 – il succédera même à Louis Durand à tête de l’UCROF en 1916 et sera élu député en 1919. Le mouvement des caisses rurales s’appuie enfin sur un grand nombre de petits proprétaires-exploitants, comme Alexis Champy à Mantoche.

22Dans ce mouvement, l’administration républicaine voit pour sa part un instrument de propagande politique :

  • 34 Sous-préfet de Baume-les-Dames, mars 1896. Cité par Louis Mairry, Le département du Doubs sous la (...)

« Les caisses rurales constituent une manœuvre du parti réactionnaire… Il est à craindre que les agriculteurs qui auront à recourir aux services de ces caisses soient, lors des élections, à la merci des membres des conseils d’administration, qui ont été choisis par les desservants parmi les adversaires du gouvernement34. »

  • 35 Une nuance toutefois : le mouvement Raiffeisen a entretenu des liens conséquents avec l’ACJF bien (...)

23L’accusation, qui porte sur le clergé (soumis, il faut le rappeler, aux contraintes du Concordat jusqu’en 1905), est plus sûrement vérifiable à propos des laïcs. Ces riches propriétaires fonciers, ralliés aux institutions républicaines mais recalés par le suffrage universel, sont en quête de nouvelles formes de patronage de la paysannerie. C’est avec eux et les membres de l’Association catholique de la jeunesse française que s’implante dans la région l’Action Libérale Populaire à partir de 1902. De ce point de vue, la collaboration entre clergé et notables, dictée avant tout par une nécessité pratique, ne manque pas d’ambiguïtés : les curés de campagne engagés dans le mouvement Raiffeisen représenteraient la démocratie chrétienne naissante35, volontiers antilibérale et populaire, alors que les propriétaires et agriculteurs défendraient une conception plus conservatrice.

Un développement spectaculaire mais sans lendemain ?

24En 1897, 129 caisses fonctionnent dans les trois départements (70 dans le Doubs, 34 en Haute-Saône, 25 dans le Jura), et constituent alors près d’un quart des caisses existant en France à l’époque. Leur localisation atteste de l’importance des contacts personnels où jouent l’influence propre de l’abbé Quillet (autour de Rurey) et les relations de voisinage et de parenté des principaux animateurs du mouvement (voir les pôles de Mantoche et d’Amance en Haute-Saône). Elle reprend aussi la géographie de l’ensemble des œuvres catholiques des deux diocèses, avec l’absence de l’arrondissement de Saint-Claude, où s’affirme au contraire une contre-société socialiste, et du nord, Territoire de Belfort et Montbéliard, région industrielle marquée par de fortes minorités protestante et israélite.

25En 1897, un arrêt du Conseil d’État qui astreint les caisses rurales au paiment de la patente marque un coup d’arrêt : sur les 77 caisses du Doubs, 22 doivent prononcer leur dissolution ; 5 caisses sont dissoutes en Haute-Saône sur les 34 existantes. Le mouvement reprend mais avec moins de dynamisme : ainsi, le Jura ne voit se fonder que 4 caisses entre 1898 et 1903 et l’essoufflement est déjà perceptible en ce qui concerne le Doubs (78 caisses en 1904, 70 en 1909).

Le développement du crédit agricole

  • 36 André Gueslin, Les origines du crédit agricole (1840-1914), Presses de l’université Nancy II, 1978 (...)
  • 37 Yves Amizet, « Cent ans de crédit agricole (1885-1985) », Travaux de la Société d’Émulation du Jur (...)

26Si leur problème réside dans leur faible réserve de fonds, puisqu’elles sont conçues sur une base locale, et qu’elles sont, comme l’avait déjà conçu Raiffeisen, dans la nécessité de créer une caisse de second degré, les caisses rurales tombent sous l’attraction d’un autre mouvement, plus vaste, mieux organisé encore, celui du syndicalisme agricole et des institutions financières qu’il a suscitées36. Le département du Jura en offre l’illustration la plus claire, avec le rôle éminent de Louis Milcent. Issu d’une famille originaire de Normandie, ce catholique fervent combat dans les zouaves pontificaux puis pendant la guerre de 1870. Avec le marquis de la Tour du Pin et Albert de Mun, il est l’un des fondateurs de l’œuvre des Cercles catholiques d’ouvriers dont il devient le secrétaire du comité. L’établissement de la République l’éloigne de Paris et du Conseil d’État, et par son mariage, il devient à Vaux-sur-Poligny un grand propriétaire foncier et poursuit son engagement catholique et social sur le terrain agricole, et participe aux réflexions de l’Union catholique d’études sociales et économiques de Fribourg constituée par Mgr Mermillod. Il côtoie le marquis Albéric de Froissard, grand propriétaire à Bersaillin, comme lui membre de l’œuvre des Cercles catholiques d’ouvriers, des unions de la paix sociale et de la Société des agriculteurs de France. Ensemble, ils participent à la fondation, après le vote de la loi de 1884, du syndicat agricole de l’arrondissement de Poligny37. Deux autres syndicats sont fondés dans les arrondissements de Dole et de Lons-le-Saunier, et s’unissent dans une Union départementale en 1887 qui compte 3 700 membres en 1894. Dans l’esprit de Louis Milcent, la création d’un syndicat agricole induit celle d’une société de crédit mutuel, si bien qu’en février 1885 se constitue une société anonyme sous le nom de Crédit mutuel agricole de l’arrondissement de Poligny. La société est une société par actions, dotée d’un capital initial de 21.300 francs, réunis par des actionnaires fondateurs, comme le prince d’Arenberg, le baron Picot d’Aligny, le marquis de Froissard, Alfred Bouvet… La seule présence cléricale est celle de l’évêque de Saint-Claude, Mgr Marpot. La société effectue des prêts mais accepte aussi les dépôts et se transforme en coopérative de crédit et de consommation en 1891, afin de réaliser des opérations commerciales. Elle conforme ensuite ses statuts à la loi du 6 novembre 1894 relative à la création de caisses locales de crédit agricole.

  • 38 Congrès national des syndicats agricoles les 22, 23, 24 et 25 août 1894 organisé par l’Union du Su (...)

27Lors du Congrès national des syndicats agricoles de Lyon 38 en août 1894, Louis Milcent souligne les faiblesses des caisses rurales et leur assigne l’objectif de servir de caisse d’épargne. Selon lui, la création d’une caisse centrale s’impose : « Recevant tous les dépôts des diverses caisses rurales, elle leur éviterait l’embarras de conserver des capitaux sans emploi ; et servant en même temps de régulateur, elle fournirait les fonds nécessaires à celles qui en manqueraient. » Les vœux adoptés par le congrès attestent d’un glissement en défaveur des caisses Raiffeisen : là où cœxistent des caisses à responsabilité illimitée et des caisses à responsabilité limitée, « l’union des diverses caisses se fera plus facilement par une caisse centrale à responsabilité limitée ».

  • 39 A. de Truchis de Varennes, Association de la jeunesse catholique française…, op. cit., p. 109.

28Les différentes sociétés de crédit mutuel agricole des trois départements comtois acceptent les caisses rurales comme sociétaires-associés, leur accordent un compte-courant et acceptent leurs dépôts, et consentent des prêts individuels aux cultivateurs membres de ces caisses : elles jouent ainsi « vis-à-vis des caisses rurales, le véritable rôle de caisse centrale39 », et ceci, dès 1896. Le processus va encore s’aggraver – la plupart des caisses rurales se plaçant sous le couvert de la loi de 1894. Suite au vote de la loi du 31 mars 1899, le Crédit mutuel agricole de l’arrondissement de Poligny, la coopérative de crédit mutuel du Doubs et la Caisse régionale agricole de crédit mutuel de Gray et de la Haute-Saône fondent la Caisse régionale de crédit agricole mutuel de Bourgogne et de Franche-Comté en 1900, qui devient de fait la caisse de troisième degré des caisses rurales de la région (77 d’entre elles y ouvrent un compte-courant).

29En conséquence, malgré quelques tensions, le mouvement Raiffeisen tend à se fondre dans les structures syndicales : dès lors, les caisses réservent le bénéfice de leur action aux seuls membres du syndicat.

30Le mouvement des caisses rurales type Raiffeisen a connu un développement spectaculaire dans le Doubs, la Haute-Saône et le Jura. En quatre ans (1893-97), le pôle franc-comtois constitue, avec le Sud-Ouest, la principale région d’implantation de l’UCROF. Seulement, dès 1898, le mouvement s’essouffle puis s’étiole, jusqu’à disparaître complètement après la Seconde Guerre mondiale. La principale cause de cette déliquescence réside dans l’attraction d’un syndicalisme agricole, plus ambitieux et qui répond sans doute plus aux attentes du monde paysan.

31Il faut donc conclure à la défaite du mouvement Raiffeisen – les caisses de Crédit mutuel ne réapparaîtront dans la région qu’à partir de 1962, à partir du foyer alsacien –, tout en rappelant qu’il a contribué au renforcement d’une autre institution, le Crédit agricole, qui puise en partie aux mêmes sources – André Gueslin souligne la subsistance des principes raiffeisenistes dans les lois de 1894 et 1899. En effet, l’œuvre des caisses rurales exprime davantage une utopie conservatrice, celle d’une société de petits propriétaires égaux, d’une société autarcique et volontiers cléricale, alors que le Crédit agricole est une structure capitaliste (au sens étymologique du mot), adossée à l’État et à un puissant mouvement syndical.

32À ce propos, si la situation frontalière de la Haute-Saône et du Doubs explique les liens assez étroits entre l’Allemagne et la France ou plutôt l’influence de la katholische Gegengesellschaft – alors que les rapports avec la Suisse se heurtent à une frontière confessionnelle, la disparition des caisses Raiffeisen en Franche-Comté, au contraire de la Bretagne, et le développement du Crédit agricole illustrent le devenir des structures de la contre-société catholique dans une région où l’intégration dans le cadre national et républicain est très largement consentie, y compris chez les hommes d’œuvre catholiques. La déconfessionalisation des institutions qu’ils animent en est à la fois la manifestation la plus visible et l’issue obligée.

Notes

1 Pour la Franche-Comté, Vincent Petit, Charité, catholicisme social, démocratie chrétienne : pour une généalogie de l’action sociale des catholiques bisontins 1840-1914, mémoire de DEA, université de Franche-Comté, 1997. Pour une approche comparative, voir la publication de trois colloques : Cent ans de catholicisme social à Lyon et en Rhône-Alpes, Paris, Éditions ouvrières, 1992 ; « Cent ans de catholicisme social dans la région du Nord », Revue du Nord, n° 290-291, avril-septembre 1991 ; Cent ans de catholicisme social en Alsace. De l’encyclique Rerum Novarum (1891) à la fin du xxe siècle, Presses universitaires de Strasbourg, 1991, 175 p. Pour une vision globale, Rerum Novarum. Écriture, contenu et réception d’une encyclique, actes du colloque des 18-20 avril 1991, publications de l’École française de Rome, 1997.

2 Marcel Launay, « Le clergé et la naissance des caisses rurales en Bretagne (1893-1914) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 95, année 1987, p. 553-564. Voir la thèse inédite de Francis Corvaisier, Naissance et développement de l’union des caisses rurales et ouvrières françaises. Action du clergé et influence religieuse 1893-1903, École pratique des hautes études, 1975, et le livre d’André Gueslin, Le Crédit mutuel. De la caisse rurale à la banque sociale, Strasbourg, Coprur, 1982.

3 La Semaine religieuse de Besançon, 16 mai 1891, p. 311-312. La Semaine religieuse de Saint-Claude est quant à elle muette sur le sujet.

4 Ch. Périn et C. Jannet sont deux économistes catholiques, appartenant à « l’école d’Angers » et partisans d’un « libéralisme tempéré » (J.-M. Mayeur), opposés en cela à « l’école de Liège », interventionniste.

5 La Semaine religieuse de Besançon, 27 juillet 1907. L’abbé Victor Tissot est l’auteur de brochures : Ce qu’un cultivateur doit savoir et retenir. Notions usuelles de chimie agricole, collection de l’Action catholique ; Les fruitières des Monts Jura. Crise et remèdes, Imprimerie catholique de l’Est, 1908.

6 Pierre Lacroix, « La J.A.C. dans le Jura : préparations lentes et premiers pas », Semaine religieuse du diocèse de Saint-Claude, 15 octobre 1979, p. 382.

7 Friedrich Wilhelm Raiffeisen (1818-1888) fut à la tête de différentes municipalités de Rhénanie entre 1845 et 1866. Il créa différentes institutions de bienfaisance pour les populations rurales et se consacra à partir de 1862 à la fondation de caisses de prêt (Biographisch-bibliographisches Kirchenlexikon, vol. 7, col. 1276-1278).

8 André Gueslin, « Louis Durand, fondateur du crédit mutuel. Entre libéralisme social et catholicisme intégral », Cent ans de catholicisme social à Lyon et en Rhône-Alpes, Éditions ouvrières, 1992, p. 407-434.

9 Les statuts des caisses rurales sont conservés aux Archives départementales, série 6U (tribunal de commerce).

10 Albéric de Truchis de Varennes, Les associations professionnelles agricoles en Franche-Comté […], Besançon, Jacques et Demontrand, 1939, p. 146.

11 Abbé Quillet, La conférence au village. Caisses rurales, par un directeur de caisse rurale, p. 8.

12 Abbé Quillet, La crise agricole, ses causes, ses remèdes, p. 20. Voir aussi La Semaine religieuse de Besançon, 31 janvier 1903.

13 Abbé Moniot, Association de la Jeunesse catholique française. Congrès de Besançon les 17, 18, 19 et 20 novembre 1898, Besançon, Bossanne, 1899, p. 115.

14 A. Truchis de Varennes, Association de la Jeunesse catholique française…, op. cit., p. 105.

15 Abbé Quillet, La Semaine Religieuse de Besançon, 11 août 1900.

16 Sur Mgr Petit, voir Jean-Michel Blanchot, « Un évêque citoyen et patriote. La pensée et l’action politiques d’un prélat républicain (1832-1909) », Mémoires de la Société d’Émulation du Doubs, 1994, p. 101-144, et Gaspard Nyault et Vincent Petit, « La Séparation de l’Église et de l’État à travers l’exemple d’une chrétienté de l’Est : la Franche-Comté », La Séparation en province, Conférence nationale des Académies des sciences, lettres et arts, Paris, Akademos, 2005, p. 123-137.

17 Jean-Marie Mayeur, Catholicisme social et démocratie chrétienne. Principes romains, expériences françaises, Paris, Cerf, 1986, p. 9, 24.

18 Abbé Durand, Edmond Monnier. Souvenirs, Lons le Saunier, 1899 et Monographie d’une usine chrétienne dans le Jura 1837-1876, s. l. n. d.

19 La Semaine religieuse de Besançon, 31 août 1907. L’abbé Kannengieser (1855-1933), prêtre alsacien, a publié des brochures sur Mgr Ketteler et de Windthorst, fondateur du parti catholique, le Zentrum. Le livre fait l’objet d’une longue publicité dans La Semaine religieuse de Saint-Claude des 2 et 9 avril 1892.

20 A. de Truchis de Varennes, Les associations professionnelles agricoles… op. cit., p. 145.

21 L’Éclair Comtois, 26 août 1907.

22 Bulletin mensuel de l’union des caisses rurales et ouvrières, mai 1900.

23 Il y cotoie l’abbé Thomas (diocèse de Nantes), l’abbé Müller et l’abbé Cetty (diocèse de Strasbourg), le R. P. Fontan (diocèse de Tarbes), l’abbé Cerutti (Italie)…

24 Ces congrès animés par l’abbé Lemire, député du Nord, marquent l’affirmation du groupe des « abbés démocrates ». Parmi les 26 prêtres du diocèse de Besançon présents à Reims en 1896, six sont engagés dans le mouvement des caisses rurales : les abbés Quillet, Verdot, Moniot, de Revel, Lefranc et Munier.

25 Fondées en 1872 dans le but de propager et de mettre en pratique les enseignements du sociologue Frédéric Le Play, elles regroupent les « hommes de bonne foi, soucieux d’assurer le respect de la loi de Dieu et le règne de la paix sociale » : l’Union régionale de Franche-Comté compte une soixantaine de membres en 1889 parmi lesquels Alfred Bouvet, Mgr Marpot et Mgr Ducellier – Louis Milcent et le marquis de Froissard sont inscrits à celle de Paris.

26 Georg Friedrich Dasbach (1846-1907), s’engagea contre le Kulturkampf en animant de nombreux organes de presse et d’institutions sociales, et en étant élu au Landtag de Prusse puis au Reichstag (Biographisch-bibliographisches Kirchenlexikon, vol. 15, col. 463-464).

27 François Louvot, Haute-Saône. Les associations communales agricoles et leur groupement en unions départementales. Caisse régionale agricole de crédit mutuel, Gray, typographie Roux, 1900, p. 4.

28 Archives diocésaines de Besançon, carton XX, lettre à Mgr Petit, 6 juillet 1899.

29 Congrès diocésain de Besançon, 8-11 décembre 1910, Compte rendu, Besançon, imprimerie catholique de l’Est, p. 257.

30 Abbé Quillet, La crise agricole, ses causes, ses remèdes, p. 17.

31 Ibid., p. 27.

32 Association de la Jeunesse catholique française. Congrès de Besançon…, op. cit., p. 102-103.

33 Abbé Tissot, La Semaine religieuse de Besançon, 19 septembre 1908.

34 Sous-préfet de Baume-les-Dames, mars 1896. Cité par Louis Mairry, Le département du Doubs sous la Troisième République, Besançon, Cêtre, 1992, p. 148-149.

35 Une nuance toutefois : le mouvement Raiffeisen a entretenu des liens conséquents avec l’ACJF bien plus qu’avec le Sillon (très hostile à l’ALP et aux notables). Voir notre communication au colloque Marc Sangnier et la démocratie sociale (Besançon, 18-19 mars 2004) : « Le congrès de la jeunesse catholique de Besançon en 1898 et ses suites : l’ACJF contre le Sillon ? », Presses universitaires de Franche-Comté, 2006, p. 95-121.

36 André Gueslin, Les origines du crédit agricole (1840-1914), Presses de l’université Nancy II, 1978, 453 p.

37 Yves Amizet, « Cent ans de crédit agricole (1885-1985) », Travaux de la Société d’Émulation du Jura 1985, p. 315-332 et Pierre Merlin, « Une réponse à la crise économique et aux innovations techniques ; un enjeu politique : la fondation des syndicats agricoles dans le Jura (1884-1914) », Travaux de la Société d’Émulation du Jura 1989, p. 219-240.

38 Congrès national des syndicats agricoles les 22, 23, 24 et 25 août 1894 organisé par l’Union du Sud-Est des syndicats agricoles. Compte rendu des séances, Lyon, Legendre, 1894, XIII-246 p.

39 A. de Truchis de Varennes, Association de la jeunesse catholique française…, op. cit., p. 109.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5281/img-1.png
Fichier image/png, 719k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540