Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Quatrième partie. Clergé et agriculture dans la modernité du xixe siècle

Cruce et aratro

Les frères de l’Instruction chrétienne de Ploërmel et l’enseignement agricole au xixe siècle

Marcel Launay

Texte intégral

  • 1 L’enseignement de l’agriculture était situé à mi-chemin entre les sciences naturelles et la leçon (...)
  • 2 P. J. Burnichon, « Retour aux champs. L’enseignement agricole », Études, t. 63, septembre-décembre (...)
  • 3 Ibid. p. 80.
  • 4 Sur l’Association bretonne, voir J.-Y. Guiomar, Le bretonisme. Les historiens bretons au xixe sièc (...)
  • 5 Ibid., p. 585 sq.

1La question de l’enseignement de l’agriculture à divers niveaux a traversé tout le xixe siècle. En ce qui concerne sa place à l’école primaire, malgré diverses recommandations officielles suivies de peu d’effet, il faut attendre les lois du 16 juin 1876 et du 28 mars 1882 suivies du décret du 18 janvier 1887 pour voir expressément notifier : « L’instruction primaire élémentaire comprend […] les premières notions de sciences, principalement dans leur application à l’agriculture1. » Malgré ces recommandations, il restera beaucoup à faire pour convaincre des maîtres avec une formation suffisante de traduire concrètement cette nécessité. Encore en 1894, dans un article paru dans Les Études, le P. Burnichon regrettait, notamment, que « pour combattre le calamiteux phénomène de la désertion des campagnes », que dans l’école primaire libre « nous sommes pauvrement outillés et manifestement en retard2 ». Pour lui, d’ailleurs, les ambitions devaient être modestes : « Au reste, il ne s’agit point tant d’enseigner l’agriculture à l’école primaire que d’inspirer aux enfants de la campagne ce que l’on pourrait appeler l’esprit agricole, je veux dire le goût, l’estime, l’attachement, la passion même pour le noble métier de cultivateur. » Ainsi, si l’instituteur « témoigne de l’intérêt pour les choses de l’agriculture, s’il fait entendre qu’il y a des progrès à réaliser et que, à condition de s’instruire, le cultivateur peut faire d’honnêtes bénéfices, le travail des champs sera en honneur parmi son petit peuple et la vocation viendra d’elle-même3 ». Cependant, à la même époque, lors du congrès de l’Association bretonne présidée par le vicomte Charles de Lorgeril, un rapport faisait remarquer qu’au sujet de la formation agricole « l’enseignement libre avait laissé loin en arrière l’enseignement officiel4 ». On pouvait en effet constater durant ces années où la guerre scolaire faisait rage que dans cette région les initiatives à ce propos étaient nombreuses et que les frères de l’Instruction chrétienne de Ploërmel y prenaient largement leur place à différents niveaux. Cependant, ce n’était pas, à proprement parler, pour eux une véritable nouveauté, ayant associé depuis longtemps, à l’image de la devise des syndicats agricoles chrétiens de la fin du siècle Cruce et aratro (la croix et la charrue), christianisme et agriculture pour préserver l’âme paysanne5.

Le temps des pionniers

  • 6 E. Juillard (dir.), Apogée et crise de la civilisation paysanne (1789-1914), Histoire de la France (...)
  • 7 M. Faugeras, « Les trappistes de Melleray pionniers de l’agriculture moderne dans la première moit (...)
  • 8 R. Bourrigaud, Le développement agricole au xixe siècle en Loire-Atlantique, Nantes, 1994, p. 335 (...)

2La première moitié du siècle avait vu le clergé prendre un certain nombre d’initiatives dans ce domaine, dans le cadre des fermes-écoles, avant même leur reconnaissance officielle au début de la Deuxième République par le décret du 3 octobre 18486. On peut ainsi citer, sous la Restauration, dans le diocèse de Nantes, le cas des trappistes de l’abbaye de Melleray qui étaient venus s’y installer en août 1817 après leur exil en Angleterre. De leur domaine de 200 ha. les moines allaient rapidement faire une exploitation modèle, forts de leurs connaissances et de leur matériel importés d’Outre-Manche. Appuyé par le préfet de Loire-Inférieure Villeneuve-Bargemont, économiste de valeur, l’abbé, dom Antoine Saulnier de Beauregard, ouvrait en avril 1827 une école d’agriculture destinée aux fils d’agriculteurs aisés des départements bretons pour « servir d’aide à la régénération rurale des provinces de l’ancienne Bretagne7 ». Les études y seraient de trois ans, et l’on y apprendrait toutes les opérations agricoles. En juillet 1830, alors qu’il accueillait 24 élèves, l’établissement disparaissait faute de financement et du fait de la répression religieuse exercée par le nouveau régime. L’idée de développer un enseignement agricole pratique avait donc pris corps dans le département, avant même l’expérience de Jules Rieffel à Grand-Jouan sur la commune de Nozay à partir de 18338.

  • 9 MgrLaveille et abbé Colin, Gabriel Deshayes et ses familles religieuses, Paris, 1924. Le père peut (...)
  • 10 A. Crosnier, Gabriel Deshayes, t. 2, Paris, 1918, p. 283 sq.
  • 11 Gabriel Deshayes, L’audace de la foi. Esprit et paroles. Documents et recherches, t. 12, Saint-Lau (...)
  • 12 En 1899, les frères s’unirent aux salésiens de don Bosco.

3Gabriel Deshayes (1767-1841), qui a été à l’origine d’un nouveau souffle pour les fondations du père de Montfort, missionnaires de la Compagnie de Marie et filles de la Sagesse et qui a créé les frères de Saint-Gabriel, peut également figurer parmi les pionniers d’une réhabilitation de l’agriculture dans le cadre de colonies agricoles9. À la fin de sa vie, en 1839, ce fut l’idée d’une nouvelle fondation, celle de frères agriculteurs appelés « frères de Saint-François d’Assise ». Le but qu’il se proposait d’atteindre était le suivant : l’instruction théorique et pratique que l’on donnerait à des enfants pauvres, à de jeunes orphelins serait un moyen pour eux de gagner honnêtement leur vie et de se perfectionner dans le domaine des travaux des champs. Dans les colonies que l’on envisageait de créer serait procurée une instruction primaire adaptée aux enfants avec une forte éducation religieuse10. Les premiers religieux furent recrutés parmi les frères de Saint-Gabriel qui se sentaient un attrait particulier pour l’agriculture. En 1840, quelques-uns d’entre eux étaient envoyés à la Maison Saint-Louis près de Bordeaux, où le chanoine Buchon dirigeait une colonie pour orphelins, avec la mission « de s’en tenir à l’agriculture puisque la divine Providence paraît vous ouvrir cette voie 11… » Par la suite, en avril 1841, un contrat était passé avec Mgr Villecour, évêque de La Rochelle, qui précisait que la maison mère de l’institut serait établie dans ce diocèse. Les débuts furent difficiles et les frères, aux jours les plus prospères, ne dépassèrent jamais la quarantaine12.

  • 13 Voir notice de Ph. Friot, « La Mennais (Jean-Marie-Robert de) », Dictionnaire historique de l’éduc (...)
  • 14 Cité par Pierre Perrin, Les idées pédagogiques de Jean-Marie de Lamennais, Rennes, 2000, p. 64.
  • 15 A. Laveille, Jean-Marie de La Mennais (1780-1860), t. 2, Vannes, 1927, p. 85.
  • 16 Voir la notice d’H. Le Goff dans D. Andrejewski (dir.), Les abbayes bretonnes, Paris, 1983, p. 321 (...)
  • 17 « Jean-Marie de La Mennais, fondateur et pionnier de la formation professionnelle agricole », Sema (...)

4À l’heure où des agronomes soucieux de la prospérité du monde rural fondaient les premières institutions agricoles privées, les projets du P. Deshayes s’inscrivaient dans les préoccupations identiques du fondateur des frères de l’Instruction chrétienne de Ploërmel, Jean-Marie de Lamennais (1780-1860)13. Celui-ci, de son côté, était soucieux d’adapter le niveau de formation proposé par l’école primaire à l’état et au devenir socio-professionnel de chaque élève. D’une façon générale, comme il l’expliquait en 1832 au ministre du Commerce et des Travaux publics, il se proposait de « répandre en Bretagne la connaissance des meilleures méthodes d’agriculture et d’arts14 ». À ses yeux, cette province était encore trop marquée par les pratiques routinières des exploitants, propriétaires ou fermiers. Pour remédier à un tel état de fait, tout devait commencer par l’école et on prêtera au vicaire général du diocèse de Rennes les propos suivants : « De même que le fils de l’ouvrier doit apprendre les notions qui lui sont indispensables plus tard pendant son apprentissage, le fils du cultivateur doit être initié de bonne heure à ce qui regarde la culture du sol15. » Un de ses premiers projets, qui devait d’ailleurs avorter faute de subventions, fut d’acquérir les bâtiments de l’ancienne abbaye des prémontrés à Beauport près de Paimpol dans le diocèse de Saint-Brieuc16. Il s’agissait d’y installer un orphelinat agricole destiné aux enfants abandonnés ou à des jeunes repris de justice qu’il serait possible de réhabiliter par le travail. Par la suite, le fondateur encouragea les frères avec l’appui du président de l’Association bretonne, le comte de Sesmaisons, à introduire des notions d’agriculture au programme des écoles élémentaires pour en faire « un accessoire à l’instruction primaire », alors que dans les programmes officiels rien n’était prévu à ce sujet. Il fallait que ces maîtres associent leurs élèves à leurs recherches personnelles en développant chez eux le goût d’une culture raisonnée17. Le but poursuivi à plus longue échéance était d’améliorer les conditions de vie de ces futurs paysans et de les conserver à la terre, alors que la tentation était forte de la quitter vue la surpopulation rurale de l’époque et l’attirance de la ville.

  • 18 M. Boulet, « La formation des acteurs de l’agriculture : l’école des paysans », Les enjeux de la f (...)

5Sans appui des autorités académiques, les initiatives qui voulaient répondre à un tel appel furent, jusqu’à la disparition du supérieur général, en réalité modestes, alors que du côté de l’Instruction publique les choses allaient également lentement. En août 1839, un décret du Conseil royal de l’Instruction avait autorisé des cours d’agriculture dans les écoles normales. Mais il fallut attendre la Deuxième République et le décret du 3 octobre 1848 pour qu’un enseignement professionnel, s’adressant à des jeunes gens de plus de seize ans et placé sous la tutelle du ministère de l’Agriculture et du Commerce, fût organisé à trois niveaux, ceux des « exploitations agricoles-écoles », des « fermes-écoles » et des « écoles régionales »18. En 1850, la loi Falloux, dans son article 23, évoquait enfin, dans les programmes de l’enseignement primaire, « des instructions élémentaires de l’agriculture ». Sous le Second Empire, en février 1856, un rapport de Fortoul, ministre de l’Instruction publique, recommandait à nouveau « un système régulier d’enseignement pratique de l’agriculture » dans les écoles normales. À cette époque, l’enseignement primaire comportait bien des notions d’agriculture mais ce ne fut qu’en 1867 qu’un nouveau programme émanant du ministère de l’Instruction publique et de celui de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics concerna l’enseignement de l’agriculture à l’école primaire, ce qui prouvait que tous les maîtres étaient loin de s’impliquer dans ce domaine.

  • 19 Ph. Friot, « Les frères de l’Instruction chrétienne sous la Monarchie de Juillet (1830-1848) », Ét (...)
  • 20 A. Laveille, Jean-Marie de Lamennais, op. cit., t. 2, p. 374 ; également P. Perrin, Les idées péda (...)
  • 21 E. Herpin, L’abbé Jean-Marie de La Mennais. Ses grandes idées et ses grandes œuvres, Ploërmel, 189 (...)
  • 22 P. Perrin, Les idées pédagogiques…, op. cit., p. 66.
  • 23 Voir A. Laveille, Jean-Marie de Lamennais…, op. cit., p. 375, note 1.

6Du côté des frères, durant toutes ces années, si cet enseignement continuait à être « en grand honneur » dans les écoles communales ou privées où ils étaient présents et qui, dès 1848, avaient atteint le chiffre de 173, il était le plus souvent laissé aux initiatives personnelles19. Parmi celles-ci et à titre d’exemple, on peut signaler, en Ille-et-Vilaine, le cas du frère Augustin qui était en 1850 à la tête de celle de Pleurtuit. Après achat d’un champ pour la somme de 800 fr., il le faisait labourer, ensemencer après sélection et récolter sous les yeux des élèves. Après cette démonstration, ceux-ci pouvaient emporter « une petite provision de graines pour que leurs parents fassent de semblables essais20 ». Ainsi pouvaient-ils s’initier aux techniques agricoles et étudier différents types de cultures : blé, colza, tabac, etc. qui étaient pratiquées dans la région. Dans le même département, à Saint-Méloir-des-Ondes, le frère Auguste, en 1853, était « autorisé verbalement, par le recteur de l’académie de Rennes, à comprendre l’enseignement agricole dans le programme des matières apprises à l’école21 ». En 1860, son cours d’agriculture et d’horticulture comptera plus de 60 élèves22. Le frère utilise de « bonnes lectures » comme les Éléments d’agriculture de Rodin ou La chimie agricole de Malagutti d’où il tire des dictées pour la classe. Il emmène les élèves visiter « les terres les plus intelligemment drainées ou les champs les mieux labourés ainsi que les fermes les mieux tenues ». Il prête également livres et journaux techniques à son jeune public, faisant preuve ainsi d’une pédagogie active23. Ces pratiques, aussi intéressantes qu’elles pouvaient être, méritaient d’être généralisées d’une façon plus officielle.

Une tradition renouvelée et élargie

  • 24 Art. cit., p. 76.
  • 25 Cité par G. de Sallier-Dupin, « L’enseignement agricole au xixe siècle dans les Côtes-d’Armor », S (...)
  • 26 Voir Histoire de la Bretagne et des pays celtiques de 1789 à 1914, Morlaix, 1980, p. 86-94.
  • 27 Voir M. Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, 1992, p. 336 sq.

7Dans son article de 1894, le P. Burnichon rendait un hommage particulier aux frères de l’Instruction chrétienne, apôtres « de la régénération des campagnes par l’agriculture » grâce à leur enseignement24. La fin du siècle est en effet marquée par une généralisation des pratiques et des nouvelles initiatives qui se situent dans l’héritage même du fondateur. Avant même les lois de 1879 et de 1882 et les décrets qui s’en suivirent, en Bretagne la question d’un véritable enseignement agricole à l’école primaire était toujours d’actualité. En 1874, les congressistes de l’Association bretonne réunis à Guingamp observaient que les fermes-écoles n’étaient fréquentées que par des privilégiés en trop petit nombre. À leurs yeux, « l’école primaire est aujourd’hui le seul moyen pratique et efficace de vulgariser dans les masses rurales ces notions élémentaires de bonnes tenues des fermes25 ». La nécessité d’y faire appel paraissait d’autant plus évidente que, malgré des progrès évidents dus au développement des moyens de communication, des défrichements, de l’utilisation des engrais et de l’introduction de cultures nouvelles, l’agriculture bretonne connaissait bien des fragilités26. Celles-ci étaient dues, entre autres, à l’exiguïté des exploitations et à la surpopulation rurale, ce qui n’était pas une nouveauté mais qui entraînait un exode de plus en plus important : 201 000 départs entre 1891 et 1911. Cet état de fait touchait les fondements mêmes de la civilisation paroissiale, d’où les préoccupations du clergé à ce sujet qui allait lier développement agricole et stabilisation des populations27. Le but poursuivi était à la fois religieux, moral et professionnel car, comme le déclarait en 1893 l’évêque de Vannes Mgr Bécel, « l’émigration enlève à l’agriculture des bras qui finiront par lui manquer ».

  • 28 MgrLaveille, Le frère Cyprien (1816-1897), Paris, 1910.
  • 29 Voir A. Nourrisson, « Les frères de l’Instruction chrétienne de Ploërmel dans la tourmente en Fran (...)
  • 30 G. Duby (dir.), Histoire de la France rurale. De 1914 à nos jours, t. 4, Paris, 1978, p. 398 et 51 (...)

8L’ébranlement à ce propos se situe dans les années 1890, avec pour les frères sous le généralat du frère Cyprien (1861-1897), à l’heure de la guerre scolaire l’implication personnelle du frère Abel (Jean-Marie Gaudichon)28. Assistant du supérieur depuis 1889 et qui devait lui succéder à sa disparition, ce dernier, né en 1845 à Plessé en Loire-Atlantique, était entré au noviciat en 1860. Il avait enseigné de longues années à l’école de La Guerche, au diocèse de Rennes, avec comme membre de la société pomologique de l’Ouest une passion manquée pour l’agriculture29. Il allait être soutenu à la fois par l’Association bretonne et la Société des agriculteurs de France. Fondée en 1867 avec un siège rue d’Athènes à Paris, présidée successivement par l’ancien ministre des Affaires étrangères Drouin de Luys et les marquis de Dampierre et de Vogüe, celle-ci rassemblait les grands propriétaires, souvent issus de la noblesse, intéressés par ailleurs au capitalisme industriel et bancaire. Après la loi de 1884 sur la reconnaissance du syndicalisme, elle abritera, à partir de 1886, l’Union centrale des syndicats agricoles avec à leur tête des notables et des exploitants aisés, dont elle allait encourager le développement pour encadrer politiquement et socialement la paysannerie30.

  • 31 M. Lagrée, Religion et cultures…, op. cit., p. 457.
  • 32 MgrLaveille, Le frère Cyprien…, op. cit., p. 451.
  • 33 Archives des frères de l’Instruction chrétienne, Chroniques, t. 12, 1899. En mars de cette année, (...)
  • 34 Cité par P. Perrin, Les idées pédagogiques…, op. cit., p. 66.

9Concrètement, en 1892, le frère Abel conjointement avec le vicomte de Lorgeril présentait devant la Société un programme d’enseignement agricole pour les écoles rurales avec la création d’un examen, le certificat agricole primaire. En effet, l’idée défendue par le président de l’Association bretonne était qu’il fallait remplacer le certificat d’études primaires, générateur d’illusion et de déclassement, par un certificat agricole professionnel31. L’année suivante, la Société ayant adopté le projet, en Ille-et-Vilaine, une trentaine d’écoles libres présentait 587 élèves devant une commission ad hoc et 497 obtenaient l’examen, tandis que dans le Morbihan, dans l’arrondissement de Ploërmel, sur 180 candidats 120 satisfaisaient aux épreuves32. Le frère Abel pouvait alors promettre à la Société qu’en 1894 plus de 2 000 élèves bretons se présenteraient à l’examen. Ils furent en réalité 2 206 provenant de 116 écoles. Cette même année, l’Association bretonne pouvait affirmer que grâce à elle et aux frères, « l’enseignement agricole est fondé en Bretagne ». Les années suivantes, l’examen fut doté d’un second degré, qualifié un peu pompeusement de « diplôme supérieur ». De 1894 à 1900, 12 562 élèves dont 895 filles subissaient ces épreuves avec 7 784 reçus au certificat élémentaire et 1 447 au diplôme supérieur, soit un total de 9 231 reçus33. Dès le 20 février 1895, dans son assemblée générale, la Société avait décidé d’organiser un mouvement plus général de propagation de cet enseignement agricole en recommandant le plan et le modèle mis en place par la commission provinciale de l’Association bretonne. Conjointement à ce projet, elle décernait à l’Institut de Ploërmel un diplôme d’honneur pour avoir « ouvert la voie en créant de toutes pièces pour ses nombreuses écoles un système pratique pouvant devenir le point de départ d’un immense progrès34 ».

  • 35 MgrLaveille, Le frère Cyprien…, op. cit., p. 425-426.
  • 36 Voir A. Nourrisson, « Les frères de l’Instruction chrétienne… », art. cit., p. 57.

10À cette époque, les initiatives du frère Abel avaient déjà eu un retentissement qui avait dépassé les frontières. En 1892, lors d’un voyage au Canada dans la province de Québec, le ministère de l’Agriculture avait fait appel à lui pour présenter devant le gouvernement ses méthodes avec la proposition de confier aux frères de vastes fermes-modèles35. Devenu supérieur général en 1899, il sera à nouveau sollicité par le ministre hongrois de l’Agriculture qui avait envoyé un représentant pour enquêter sur son action en Bretagne. Au mois de mars, celui-ci lui écrivait : « Je trouve, pour ma part, votre système d’éducation vraiment digne d’éloges […] et il contient des enseignements fort utiles à l’organisation de l’instruction agricole en tous pays. » Après 1904, alors que l’institut était interdit d’enseignement en France, les frères allaient emporter leur savoir-faire au Canada et dans divers pays de mission36.

  • 37 Archives des frères de l’Instruction chrétienne, Chroniques, t. 10, n° 5, octobre-novembre 1895, p (...)
  • 38 Archives des frères de l’Instruction chrétienne, Chroniques, t. 10, n° 5, juin-juillet 1896, p. 31 (...)
  • 39 L’avant-garde de l’Ouest, cité par A. Lallemand, L’histoire d’une pomme qui devient verger. 120 an (...)
  • 40 Dès 1902, une pétition en leur faveur avait recueilli en Bretagne 70 000 signatures. Voir A. Nourr (...)

11En France même, après 1894, alors qu’un cours d’agriculture était ouvert dans toutes leurs écoles libres, distinctions et récompenses jalonnèrent leurs activités. Ainsi pour les concours pomologiques peut-on relever pour la seule année 1895 à Saint-Brieuc un diplôme d’honneur avec félicitations spéciales, 5 médailles de vermeil, 10 d’argent, 13 de bronze et 9 mentions honorables. À Laval, ce furent 2 médailles de vermeil, 3 médailles d’argent et une de bronze37. L’année suivante, toujours à Saint-Brieuc, lors du congrès provincial de l’Association bretonne, les juvénistes de Ploërmel exposaient 48 dessins de machines agricoles, de plans de ferme et d’exploitations. On faisait remarquer que les frères avaient envoyé à l’exposition scolaire des travaux en breton qui présentaient un réel intérêt, « c’était un premier commencement, il suffit de marcher avec prudence, mais sûrement, dans la voie où l’on s’est engagé et l’on arrivera progressivement à établir dans les écoles l’enseignement du breton à côté de l’enseignement du français38 ». À l’heure où la presse régionale rendait hommage à l’action de l’institut qui avait inauguré, « dans l’Ouest de la France les méthodes nouvelles et progressives qui perfectionnent et améliorent le système agricole, l’outillage et l’élevage des animaux39 », celui-ci avait déjà dû revoir son plan d’action, puisque depuis 1891 avaient expiré les délais impartis à la laïcisation des personnels des établissements publics. Si jusqu’au refus de demande d’autorisation (1903) et l’interdiction d’enseignement (1904), les frères avaient recentré leurs efforts dans les écoles libres, après ces dates ce furent des sécularisés qui allaient devoir maintenir la tradition de cet enseignement de l’agriculture40.

Les méthodes pédagogiques et la politique éditoriale

  • 41 A. Lallemand, L’histoire d’une pomme qui devient verger…, op. cit., p. 16.

12C’est au niveau des établissements que l’on peut suivre les expériences pratiques qui caractérisent cet enseignement. Quelques exemples permettent d’illustrer des initiatives diverses. Ainsi en est-il à Derval, dans le diocèse de Nantes, avec le frère Barthélemy Meleard, qui avait déjà, à Trédion dans le Morbihan puis à Retiers en Ille-et-Vilaine, manifesté son intérêt pour les choses de la terre. À partir de 1879, il allait se consacrer à la formation professionnelle agricole dans le pensionnat qu’il dirigeait et qui accueillait en 1866 près de 300 élèves dont 75 pensionnaires41. À côté des connaissances techniques acquises en classe lors de leçons complémentaires, les élèves profitent de travaux pratiques. En effet, l’établissement dispose d’un jardin, d’un verger avec pressoir, d’un élevage bovin pour « des observations de proximité ». Sur le terrain, les jeunes sont initiés à l’arpentage, à la taille et à l’entretien des arbres fruitiers, notamment des pommiers. Dans le cadre des exploitations familiales, ils expérimentent à leur tour ce qu’ils ont appris au pensionnat.

  • 42 R. Bourrigaud, Le développement agricole…, op. cit., p. 477.
  • 43 A. Lallemand, L’histoire d’une pomme qui devient verger…, op. cit., p. 28.

13Pour stimuler leur intérêt, le frère directeur de Saint-Joseph les fait participer aux concours et expositions organisées par les notables grands propriétaires et par les syndicats qui se développent à la fin du siècle, comme celui de pomologie de l’arrondissement de Châteaubriant sous l’impulsion du comte de Pontbriant42. Médailles et distinctions récompensent les échantillons de fruits, de cidre, les collections d’herbiers, les plans d’exploitation ou dessins qui y sont présentés. Le frère Barthélemy fait des émules, ainsi pour le frère Jean-Joseph Quirion qui fut son collaborateur de 1886 à 1896 et qui, muté à Saint-Gildas-des-Bois, fondera une ferme-école. En 1900, à l’heure du départ du directeur du pensionnat, la réputation de celui-ci s’étendait jusqu’aux limites du Grand Ouest43.

  • 44 L’agriculture à l’école primaire, Vannes, 1883.
  • 45 Archives des frères de l’Instruction chrétienne, chroniques, t. 12, 1899, p. 1583.
  • 46 H.-C. Rullon et Ph. Friot, Un siècle de pédagogie dans les écoles primaires (1820-1940), Paris, 19 (...)
  • 47 H. Rollet, L’action sociale…, op. cit., p. 613.

14Il avait longtemps manqué aux maîtres un manuel pratique pour encadrer leur enseignement. Ce fut à l’initiative du frère Abel qu’en 1893 paraissait L’agriculture à l’école primaire, œuvre du frère Télesphore sur les indications et conseils du supérieur général44. L’ouvrage, accompagné de « cent figures », était divisé en 42 leçons correspondant aux 42 semaines de l’année scolaire. Les leçons étaient subdivisées en 305 questions accompagnées de 126 problèmes et de 200 expériences pratiques qui avaient pour but « d’amener l’élève sur le terrain et de lui faire appliquer au sol l’enseignement du livre45 ». Le succès fut considérable avec trois éditions de 2 000 exemplaires la première année. En 1894, le frère Abel écrivait : « Nous préparons une édition illustrée du cours d’agriculture », qui paraissait l’année suivante et où étaient traitées toutes les questions touchant au sol, aux amendements, engrais, assolements, animaux domestiques, arboriculture, horticulture et viticulture. L’ouvrage allait être couronné en 1895 par l’Association bretonne et la Société des agriculteurs de France46. En 1898, il était traduit en trois langues et atteignait son trente-cinquième mille. Une dizaine de congrégations enseignantes s’adressaient à Ploërmel pour en acquérir des exemplaires. Les éditions devaient se succéder, accompagnées de leçons supplémentaires avec un appendice formé par « une notice sommaire sur la culture de la ferme-modèle de Malleville à Ploërmel » et par un calendrier de l’agriculture d’après l’Almanach de la Société des agriculteurs de France. On recommandait la diffusion du manuel dans les presbytères de campagne. En 1896, le syndicat des agriculteurs de la Manche avait d’ailleurs pris la décision de le faire distribuer dans les écoles libres du département et en juillet de cette année, une commission issue du syndicat se transportait dans les écoles de garçons qui l’utilisaient pour y mener une enquête sur son impact47.

  • 48 H.-C. Rulon et Ph. Friot, Un siècle de pédagogie…, op. cit., p. 198.
  • 49 La carte était publiée à Nantes par la librairie Lanoë-Mazeau. Une demande de 300 fr. de subventio (...)

15Si, dans un premier temps, c’était le public masculin qui était visé, il apparut bien vite qu’il fallait également penser aux filles. Il fallait les préparer à leur futur rôle de ménagères et maîtresses de maison. Ce fut dans cette perspective que furent publiées en 1895 les Leçons d’agriculture et d’économie domestique, qui étaient au départ spécialement destinées aux écoles tenues par les Filles de la Providence fondées en 1821 par Jean-Marie de La Mennais. Le frère Abel s’était chargé de ce qui concernait la culture des jardins et des champs et à ses côtés une équipe de collaborateurs évoquait les qualités de la « bonne fermière », la tenue du ménage, la lingerie, la basse-cour, etc.48. Le manuel, qui au départ comportait 176 pages, devait lui aussi comporter des additions successives. On peut ajouter à ces publications, en 1899, la parution de la « carte album du vigneron » dont l’auteur était le frère Antoine de Padoue, directeur de l’école Saint-Marc de Saint-Jean-de-Boiseau en Loire-inférieure. Celle-ci, qui devait recevoir une médaille d’argent de la part de la Société des agriculteurs de France, présentait « un tableau synoptique, écrit, dessiné et peint à la main avec des modèles de greffes49 ».

  • 50 Les Saints-Anges. Centenaire 1875-1975, Archives des frères de l’Instruction chrétienne, p. 39.
  • 51 J. Prévoteau, « Les frères de Ploërmel à Pontivy », Centenaire de l’école Les Saints Anges 1875-19 (...)

16La publication des manuels s’accompagnera de divers mémoires rédigés par les frères et destinés aux responsables du monde agricole. Ce fut le cas du rapport du frère Théodule de l’école des Saints-Anges à Pontivy, destiné au congrès provincial des Agriculteurs de France qui devait se tenir à Saint-Brieuc au mois de juin. Dès 1883, l’établissement s’était déjà fait remarquer avec l’apparition dans le programme du cours supérieur d’un prix d’agriculture50. Une dizaine d’années plus tard, une quarantaine d’élèves obtenaient le certificat, alors que l’école se voyait décerner médailles et mentions. Le frère présentait donc « une étude pour servir à la création d’une école d’agriculture libre en Bretagne ». Selon lui, il fallait « donner aux enfants le goût de l’agriculture, l’idée du progrès et le moyen de la rendre plus payante ». Dans cette perspective, « il faut que l’élève soit exercé au travail personnel, qu’il mette la main à la pâte. Il doit étudier sur place le meilleur assolement… le temps favorable aux divers travaux51 ». Le projet concernait les fils d’exploitants comme ceux des propriétaires « qui ont en vue de diriger le faire-valoir de leurs propriétés ». Il était nécessaire de prévoir « un terrain suffisant pour le développement complet de l’agronomie, 12 ou 15 ha. au minimum ». Ainsi se formerait une élite d’une grande compétence, alliée à une rectitude morale fondée sur les valeurs chrétiennes. Les événements liés à la politique anticléricale du début du xxe siècle n’allaient pas permettre de réaliser ce projet.

  • 52 Ibid., p. 39.

17Par contre, aux Saints-Anges même, en 1897-1898, était créé un cours spécial avec une durée des études de trois ans et un enseignement à la fois théorique et pratique. Les élèves y étudiaient la physique-chimie, l’histoire naturelle, la pratique agricole, l’horticulture et l’arpentage. Le terrain d’application était une petite ferme « d’une contenance de 40 journaux » située à proximité entre Lestitut et Keroport. Jusqu’en 1903, les élèves, malgré un nombre décroissant, se présentaient toujours au certificat, alors que l’école recevait médailles et récompenses de l’Association bretonne. En 1900, à l’exposition universelle de Paris, on avait pu voir exposer cahiers d’écoliers, dessins, herbiers provenant du pensionnat qui « furent très remarqués52 ». À la même époque, un des frères s’occupait activement du syndicat agricole de Pontivy et des communes avoisinantes.

  • 53 Voir P. Cabanel et J.-D. Durand (dir.), Le grand exil des congrégations religieuses françaises (19 (...)
  • 54 90 ans. Une riche histoire, n° 3, p. 4.
  • 55 Y. Dubois, Agriculteur : un métier. S’y préparer à l’École d’agriculture et d’horticulture de Ploë (...)

18Les lois anticongréganistes de 1901 et 1904 perturbèrent profondément la vie des frères de l’Institut et de leurs écoles, entraînant pour les uns le départ vers l’étranger ou la sécularisation pour les autres53. Cependant, en Bretagne, les années qui suivirent virent quelques nouvelles initiatives en matière d’enseignement agricole. À Ploërmel même, après le rachat en 1909 des bâtiments de la maison-mère grâce à un Anglais, le lieutenant-colonel Pollock Gore, le frère Hamono, sécularisé, y fondait une école d’agriculture et d’horticulture. Pour assurer les cours qui s’étalaient sur deux ans, le directeur s’entourait de professeurs laïcs et de personnalités locales bénévoles54. Outre l’instruction religieuse et le français figuraient au programme la comptabilité, l’horticulture, l’arboriculture, la zoologie, la botanique, le droit rural, etc. Pour la pratique, on utilisait le jardin de l’ancienne communauté et les terres y attenant. La première promotion sera de 11 élèves ayant obtenu un diplôme de capacité devant un jury où siégeaient des représentants de la Société des agriculteurs de France et de l’Union des syndicats agricoles du département. En 1912, on notera la présence du professeur départemental d’agriculture délégué par le préfet. À cette occasion, le délégué de la Société soulignait combien avait été bien rempli le programme proposé par le prospectus de l’école : « L’amour de Dieu, de la Patrie, de la famille, l’idée chrétienne du devoir, la simplicité dans les goûts, l’attachement à la terre natale, la conscience des obligations sociales qui incombent à tous bons citoyens 55… » La Grande Guerre ne devait pas interrompre ses activités, avec cependant des effectifs modestes jusqu’en 1918, de 15 à 30 élèves. Ainsi avait été maintenu un des aspects de la fondation des frères de l’Instruction chrétienne qui, à la suite de son fondateur, avaient perçu tout l’intérêt de doter le milieu agricole d’un enseignement agricole théorique et pratique.

Notes

1 L’enseignement de l’agriculture était situé à mi-chemin entre les sciences naturelles et la leçon de choses. Sur l’histoire de cet enseignement en général, Th. Charmasson et al., L’enseignement agricole. 150 ans d’histoire, Dijon, 1999. Également A.-M. Lelorrain, « Le rôle de l’école primaire dans la formation des agriculteurs de la Révolution à la Libération », Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture (1760-1945), actes du colloque CNESAD (19-21 janvier 1999), Dijon, 2000, p. 110.

2 P. J. Burnichon, « Retour aux champs. L’enseignement agricole », Études, t. 63, septembre-décembre 1894, p. 74-81.

3 Ibid. p. 80.

4 Sur l’Association bretonne, voir J.-Y. Guiomar, Le bretonisme. Les historiens bretons au xixe siècle, Mayenne, 1987. Suspendue en 1859 pour cause de légitimisme, elle avait été relancée en 1872. Sur le vicomte Charles de Lorgeril, voir D. Mengotti, « La noblesse et le catholicisme social de la Restauration à la Première Guerre mondiale », Association d’entraide de la noblesse française, juin 1992, p. 84 ; également H. Rollet, L’action sociale des catholiques en France (1981-1901), Paris, 1947, p. 611.

5 Ibid., p. 585 sq.

6 E. Juillard (dir.), Apogée et crise de la civilisation paysanne (1789-1914), Histoire de la France rurale, t. 3, Paris, 1976, p. 170. Également G. Avanzini (dir.), Dictionnaire historique de l’éducation chrétienne d’expression française, Paris, 2001, p. 242-243.

7 M. Faugeras, « Les trappistes de Melleray pionniers de l’agriculture moderne dans la première moitié du xixe siècle », Enquêtes et documents, Centre de recherches sur l’Histoire de la France atlantique, t. 3, Nantes, 1975, p. 173 sq.

8 R. Bourrigaud, Le développement agricole au xixe siècle en Loire-Atlantique, Nantes, 1994, p. 335 sq.

9 Mgr Laveille et abbé Colin, Gabriel Deshayes et ses familles religieuses, Paris, 1924. Le père peut être considéré comme un refondateur des frères de Saint-Esprit fondés par le père de Montfort.

10 A. Crosnier, Gabriel Deshayes, t. 2, Paris, 1918, p. 283 sq.

11 Gabriel Deshayes, L’audace de la foi. Esprit et paroles. Documents et recherches, t. 12, Saint-Laurentsur-Sèvre, 1995, p. 77.

12 En 1899, les frères s’unirent aux salésiens de don Bosco.

13 Voir notice de Ph. Friot, « La Mennais (Jean-Marie-Robert de) », Dictionnaire historique de l’éducation chrétienne, op. cit., p. 396-397.

14 Cité par Pierre Perrin, Les idées pédagogiques de Jean-Marie de Lamennais, Rennes, 2000, p. 64.

15 A. Laveille, Jean-Marie de La Mennais (1780-1860), t. 2, Vannes, 1927, p. 85.

16 Voir la notice d’H. Le Goff dans D. Andrejewski (dir.), Les abbayes bretonnes, Paris, 1983, p. 321 sq.

17 « Jean-Marie de La Mennais, fondateur et pionnier de la formation professionnelle agricole », Semailles. Les cahiers agricoles du Nivot, septembre 1956.

18 M. Boulet, « La formation des acteurs de l’agriculture : l’école des paysans », Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture (1760-1945), op. cit., p. 26.

19 Ph. Friot, « Les frères de l’Instruction chrétienne sous la Monarchie de Juillet (1830-1848) », Études mennaisiennes, février 2003, p. 158.

20 A. Laveille, Jean-Marie de Lamennais, op. cit., t. 2, p. 374 ; également P. Perrin, Les idées pédagogiques… op. cit., p. 66

21 E. Herpin, L’abbé Jean-Marie de La Mennais. Ses grandes idées et ses grandes œuvres, Ploërmel, 1897, p. 116.

22 P. Perrin, Les idées pédagogiques…, op. cit., p. 66.

23 Voir A. Laveille, Jean-Marie de Lamennais…, op. cit., p. 375, note 1.

24 Art. cit., p. 76.

25 Cité par G. de Sallier-Dupin, « L’enseignement agricole au xixe siècle dans les Côtes-d’Armor », Société d’émulation des Côtes-d’Armor. Histoire et archéologie, t. 128, 1999, p. 117.

26 Voir Histoire de la Bretagne et des pays celtiques de 1789 à 1914, Morlaix, 1980, p. 86-94.

27 Voir M. Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, 1992, p. 336 sq.

28 Mgr Laveille, Le frère Cyprien (1816-1897), Paris, 1910.

29 Voir A. Nourrisson, « Les frères de l’Instruction chrétienne de Ploërmel dans la tourmente en France de 1880 à 1914 », Études mennaisiennes, n° 27, juin 2002, p. 23.

30 G. Duby (dir.), Histoire de la France rurale. De 1914 à nos jours, t. 4, Paris, 1978, p. 398 et 519.

31 M. Lagrée, Religion et cultures…, op. cit., p. 457.

32 Mgr Laveille, Le frère Cyprien…, op. cit., p. 451.

33 Archives des frères de l’Instruction chrétienne, Chroniques, t. 12, 1899. En mars de cette année, le supérieur général présentait un rapport devant la commission parlementaire d’enseignement qui faisait apparaître que depuis 1893 dans les 342 écoles primaires de France dirigées par les frères, 1 080 élèves s’étaient présentés au certificat d’enseignement agricole primaire et que 743 l’avaient obtenu (p. 135).

34 Cité par P. Perrin, Les idées pédagogiques…, op. cit., p. 66.

35 Mgr Laveille, Le frère Cyprien…, op. cit., p. 425-426.

36 Voir A. Nourrisson, « Les frères de l’Instruction chrétienne… », art. cit., p. 57.

37 Archives des frères de l’Instruction chrétienne, Chroniques, t. 10, n° 5, octobre-novembre 1895, p. 176.

38 Archives des frères de l’Instruction chrétienne, Chroniques, t. 10, n° 5, juin-juillet 1896, p. 312.

39 L’avant-garde de l’Ouest, cité par A. Lallemand, L’histoire d’une pomme qui devient verger. 120 ans d’enseignement agricole à Derval par les frères de Ploërmel, Nantes, 1994, p. 27.

40 Dès 1902, une pétition en leur faveur avait recueilli en Bretagne 70 000 signatures. Voir A. Nourrisson, « Les frères de l’Instruction chrétienne… », art. cit., p. 43.

41 A. Lallemand, L’histoire d’une pomme qui devient verger…, op. cit., p. 16.

42 R. Bourrigaud, Le développement agricole…, op. cit., p. 477.

43 A. Lallemand, L’histoire d’une pomme qui devient verger…, op. cit., p. 28.

44 L’agriculture à l’école primaire, Vannes, 1883.

45 Archives des frères de l’Instruction chrétienne, chroniques, t. 12, 1899, p. 1583.

46 H.-C. Rullon et Ph. Friot, Un siècle de pédagogie dans les écoles primaires (1820-1940), Paris, 1962, p. 197.

47 H. Rollet, L’action sociale…, op. cit., p. 613.

48 H.-C. Rulon et Ph. Friot, Un siècle de pédagogie…, op. cit., p. 198.

49 La carte était publiée à Nantes par la librairie Lanoë-Mazeau. Une demande de 300 fr. de subvention au Conseil général de Loire-inférieure pour l’achat de 150 cartes qui seraient distribuées dans les mairies et les écoles fut votée en août 1899.

50 Les Saints-Anges. Centenaire 1875-1975, Archives des frères de l’Instruction chrétienne, p. 39.

51 J. Prévoteau, « Les frères de Ploërmel à Pontivy », Centenaire de l’école Les Saints Anges 1875-1975, dact., p. 38 (Archives des frères de l’Instruction chrétienne). À la même époque, il rédigeait une étude sur la ferme du Grand Resto en évoquant la fondation de cette école d’agriculture avec l’aide de l’Association bretonne, p. 37.

52 Ibid., p. 39.

53 Voir P. Cabanel et J.-D. Durand (dir.), Le grand exil des congrégations religieuses françaises (1901-1914), Paris, 2005, p. 190.

54 90 ans. Une riche histoire, n° 3, p. 4.

55 Y. Dubois, Agriculteur : un métier. S’y préparer à l’École d’agriculture et d’horticulture de Ploërmel, s. d., p. 19.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540