Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rousseau en toutes lettres

 | 
Éric Francalanza

Troisième partie. Correspondance et littérature

Rousseau juge Stiepan Zanović

Branko Aleksić

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Ici on entre dans les ténèbres », avertit Rousseau en tête de cette continuation de ses Confessions, qu’il intitule Rousseau juge de Jean-Jacques et désigne par le terme générique littéraire de « dialogues1 ». En effet, ce texte est tout sauf dialogue : il présente une scission d’identité – d’une part Rousseau s’explique avec soi-même, d’autre part, une personne anonyme, un « Français » d’usage, donne des répliques et relance l’auteur du texte. C’est un plaidoyer pro domo sua, l’autodéfense de l’auteur contre les interdictions de continuer des lectures publiques de ses Confessions, à cette date encore non publiées. Rousseau a « acquis le droit de parler avantageusement de sa propre personne », comme le dira le comte de Barruel-Beauvert, capitaine des Grenadiers royaux de Bretagne, l’un des premiers biographes contemporains qui a insisté sur l’impossibilité de séparer l’instance auctoriale du « personnel » – le personnage intime2. Le contenu très personnel du texte de Rousseau, vic...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540