Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Quatrième partie. Clergé et agriculture dans la modernité du xixe siècle

Les missionnaires agricoles du Québec, 1894-1920

Jean Roy

Texte intégral

1À la fin du xixe siècle, l’abbé André du Bois de La Villerabel, secrétaire de l’évêché de Saint-Brieuc, estime que le combat des prêtres français, à mener dans la France rurale, est semblable à celui que livre le clergé canadien. Pour le faire connaître, il publie, en 1897, un opuscule de 15 pages intitulé Les missionnaires agricoles du Canada. Son but est d’attirer l’attention de ses collègues sur cet apostolat nouveau qui prend la défense des ruraux. S’appuyant sur la lettre pastorale des évêques canadiens du 6 janvier 1894, il en fait ressortir le rôle social qui est de retenir le cultivateur sur sa terre. Le moyen d’y parvenir est de rendre l’agriculture payante en renversant la routine grâce à l’enseignement des techniques agricoles. À ses yeux, la France doit s’inspirer de l’institution canadienne et en créer une semblable, car il croit que les mêmes maux la frappent.

  • 1 Marcel Bacquaert, « Les missionnaires agricoles dans le nord de la France », Michel Boulet (dir.), (...)

2Du Bois de La Villerabel a-t-il connu l’existence des « Missionnaires agricoles dans le Nord de la France » dépeints par Marcel Bacquaert lors du colloque Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture1 ? Il apparaît que les préoccupations de ces 32 missionnaires s’apparentent à celles de leurs collègues du Québec. Toutefois, les différences entre les clercs de part et d’autre de l’Atlantique ne manquent pas, la principale étant la formation spécialisée reçue par les Français, rarement acquise par les Québécois.

  • 2 Michel Boulet (dir.), Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture, 1760-1945, Dijon, É (...)
  • 3 Jean Roy, « La dîme comme prélèvement ecclésiastique », Normand Séguin et Serge Courville (dir.), (...)
  • 4 Le Canadien émigrant, par douze missionnaires des Townships de l’Est, Québec, Imprimerie-Coté et C(...)
  • 5 Gabriel Dussault, Le curé Labelle : messianisme, utopie et colonisation au Québec, 1850-1900, Mont (...)
  • 6 Martin St-Pierre, Les manuels d’agriculture au Québec, 1850-1930, Université du Québec à Trois-Riv (...)
  • 7 Guy Boisclair, Étude d’un mouvement de modernisation de l’agriculture : les premières années de l’ (...)

3À l’instar du clergé français, celui du Québec des xviie-xxe siècles se préoccupe beaucoup d’économie et d’agriculture2. Ses motivations sont multiples et ses interventions variées. Il adopte des mesures qui lui paraissent appropriées et à sa portée. Décimateur, il tire la meilleure part de ses revenus du travail des champs et il prend des mesures pour garantir leurs entrées3. Grand propriétaire terrien, tels les sulpiciens de Montréal ou le Séminaire de Québec, il afferme l’exploitation de ses biens seigneuriaux. Au milieu du xixe siècle, il dénonce la spéculation dont font preuve les grands propriétaires, car il voit là une cause de l’émigration4. Une volonté de travailler à l’amélioration des façons culturales aux xixe et xxe siècles le montre soucieux de la diffusion des techniques5. Leur enseignement emprunte alors plusieurs canaux : la presse, le livre6, les écoles d’agriculture, les cercles agricoles, la création de l’œuvre des missionnaires agricoles. Au xxe siècle, il favorise le syndicalisme 7 et il appuie la coopération dans le secteur des caisses d’économie.

  • 8 Marc A. Perron, Un grand éducateur agricole, Édouard-A. Barnard, 1835-1898, s. l., 1955, 355 p ; B (...)
  • 9 « Premier congrès des cercles agricoles Saint-Isidore, laboureur », Montréal, Eusèbe Sénécal et fi (...)

4Au chapitre de ses initiatives et de ses encouragements, figure la création des cercles agricoles à la fin des années 1860. Une vingtaine d’années plus tard, alors que leur nombre a beaucoup crû, il partage l’avis de l’agronome Édouard-A. Barnard, un anglophone francisé, ancien zouave également, qui fait du cercle le meilleur moyen de diffusion des techniques8. Or, le gouvernement ne montre aucune volonté de chapeauter et de patronner ces associations. L’épiscopat prend alors la décision de réunir à Trois-Rivières, sous la présidence de son évêque, Louis-François Laflèche, « un premier congrès des cercles agricoles9 ». L’événement, du mois de janvier 1887, réunit plus d’un millier de prêtres, de cultivateurs et de professionnels. Tous comprennent que le cercle est une association paroissiale naturellement sous le contrôle plus ou moins direct du clergé. Ainsi ce prêtre du collège de l’Assomption demande à Mgr Fabre, le 14 novembre 1892, « de vouloir bien charger un prêtre dans chaque comté du diocèse de Montréal de [leur] organisation et de leur surveillance dans le but d’aider à la diffusion de la science agricole. » L’accord est bientôt fait pour demander aux évêques de nommer, chacun dans son diocèse, « un zélateur » pour promouvoir la création de ce type d’association et son action. L’année suivante, les évêques de Montréal, Québec, Sherbrooke, Trois-Rivières et Saint-Hyacinthe désignent effectivement quelques prêtres pour exercer cette fonction : le missionnaire agricole est né, mais pas encore l’œuvre car, pour ces évêques, son organisation diocésaine demande des bases plus solides. La lettre pastorale du 6 janvier 1894 y pourvoira.

  • 10 Bruno Jean, Les idéologies éducatives agricoles (1860-1890) et l’origine de l’agronomie québécoise(...)

5De son côté, l’État retarde sur l’Église. En 1893, six ans après le premier congrès des cercles, il s’engage dans la même voie. Ils sont d’accord pour s’appuyer mutuellement. Le gouvernement commence à financer les cercles ainsi que leurs conférenciers10, ce qui a pour effet de les contrôler. De son côté, l’épiscopat définit le cadre de l’intervention du clergé et lui assigne des objectifs.

Mise en place et organisation de l’œuvre

  • 11 « Lettre pastorale de nos seigneurs archevêques et évêques des provinces ecclésiastiques de Québec (...)
  • 12 Les sources de l’étude reposent principalement sur les comptes rendus des conventions et les rappo (...)

6La lettre pastorale du 6 janvier 1894 livre la raison de la fondation de l’œuvre : favoriser la prospérité agricole par l’enseignement. Chaque évêque désigne un ou plusieurs prêtres, presque tous des curés de paroisses, « qui ont des aptitudes et des connaissances en agriculture11 ». Des tâches concrètes sont données au missionnaire. Il lui est demandé de faire connaître les associations agricoles, comme les cercles et les syndicats, et de rendre compréhensible « le mouvement du commerce des produits et [celui de] l’industrie laitière ». L’amélioration du sol, la production de bons fourrages, l’amélioration du bétail, notamment la race bovine, la tenue d’un bon système de comptabilité et l’industrie familiale sont également des sujets d’attention de sa part. Toutefois, c’est aux conférenciers qu’il incombe d’entrer dans les explications et les détails de l’enseignement des techniques. Dans un appel à la prudence, afin de ne pas créer de situation délicate avec les fidèles, on ajoute que « le missionnaire agricole pourra traiter ces questions, s’il se sent parfaitement renseigné et capable de donner une réponse satisfaisante à toutes les objections routinières qu’on ne manque pas de soulever dans les causeries12 ». De plus, le missionnaire aide les curés au recrutement d’au moins un enfant par paroisse pour les écoles d’agriculture. Deux précisions, absentes de la lettre, sont à ajouter : l’église ne peut servir de classe à l’enseignement agricole et les prélats prennent en charge les frais occasionnés par son travail en établissant une quête.

  • 13 Entre 1895 et 1920, vingt-trois conventions. Il n’y en eut ni en 1897, ni en 1908, année du tricen (...)

7Mais, encore faut-il structurer l’œuvre et coordonner les actions du clergé. Ce rôle est assigné aux congrès annuels qui, à partir de 1895, se tiennent au mois de juillet, exceptionnellement en août, le plus souvent dans une institution de l’enseignement agricole. Le premier se déroule chez les Pères trappistes d’Oka, considérés comme les chefs de file de cet enseignement spécialisé13. Les années suivantes, la convention devient le moment de faire le point sur le travail effectué au cours de l’année qui s’achève. Comme le demandent ses statuts, le missionnaire doit faire rapport de ses opérations le premier juin de chaque année. Le secrétaire se charge de présenter un rapport de synthèse.

8C’est également à l’occasion de la convention que les experts en agriculture viennent le renseigner. Pendant deux jours, il écoute et discute leurs avis. Avec ses collègues, il délibère ensuite sur le travail à faire et il prend position sur divers sujets. Il est ainsi appelé à remplir le rôle d’un membre d’un groupe de pression auprès d’autres institutions.

9En somme, son action est davantage orientée vers la promotion et l’organisation que vers l’intervention sur le terrain. Le missionnaire n’est pas, à vrai dire, un spécialiste de l’agriculture, quoiqu’il s’en trouve. Voyons-le plutôt comme un intermédiaire entre le monde de la science agricole et les agriculteurs chez qui il désire favoriser la connaissance et l’emploi des techniques. En amont, il s’appuie sur les spécialistes du gouvernement qui l’informent sur les orientations et les politiques de l’État. Il s’appuie également sur les responsables de diverses institutions économiques qui font valoir les vertus du changement et sur les agronomes qui mettent à jour ses connaissances sur les techniques agricoles. En aval, il compte sur le curé de la paroisse pour rejoindre les membres des cercles et sur le conférencier dont il a la charge de faciliter la venue.

La pratique associative

10Cet aperçu des objectifs et de l’articulation de l’institution mérite maintenant d’être revu à la lumière des faits de terrain, car il peut se dégager une fausse image de sa stabilité. Or, justement, la régularité des conventions n’est pas un indice fiable de sa vigueur. En effet, selon son secrétaire, les cinq premières années ne sont pas à la hauteur des attentes. Déjà en 1898, une fragilité se remarque. Pour pallier les faiblesses dues aux absences des missionnaires, il est demandé aux évêques de remplacer les prêtres devenus incapables de remplir leurs tâches. Encore en 1910, le secrétaire note que « la petite phalange des missionnaires [52 à ses débuts] s’éclaircit à chaque année, graduellement. La maladie et infirmités forcent à abandonner. Les décès aussi ».

11Cette fragilité se voit encore dans l’irrégularité de la remise des rapports annuels. Jusqu’en 1901, à peine 15 missionnaires les envoient ponctuellement au secrétaire, entre 22 et 38 les années suivantes. De grands écarts s’observent donc entre les diocèses : rareté puis absence des rapports en provenance de Montréal, par contre, production plus nombreuse de Québec et de Chicoutimi. Alors que Trois-Rivières montre une grande conformité, Nicolet affiche un réel désintérêt jusqu’en 1918, lorsque la ville épiscopale accueille le congrès.

12L’assistance aux conventions est un autre indice de la vigueur relative de l’institution. Or, elle est plutôt inégale. Le chiffre de 52 de la première convention n’est plus jamais atteint. À la suivante, ils ne sont plus qu’une petite vingtaine. Celle de Sainte-Marie-de-Beauce s’en rapproche le plus, avec 40. Vient ensuite Ottawa avec 27 missionnaires. Dans ce cas, le déplacement des congressistes est défrayé par le ministre Turgeon de Québec, et ils ont l’occasion de visiter la ferme expérimentale du gouvernement fédéral, là où les accueille le ministre Fisher. La moyenne des années 1901-1914 est de 21. Bref, c’est la moitié du nombre des sociétaires qui assiste aux conventions. L’euphorie de la première convention, à Oka, paraît bien loin. D’ailleurs, l’institut des trappistes n’attire plus autant au xxe siècle, toujours moins de 20 missionnaires. La Pocatière, berceau de l’enseignement agricole, fait mieux.

13Toutefois, ils ne sont pas les seuls membres du clergé dans l’assistance. Selon les lieux, d’autres clercs viennent en gonfler le nombre : en 1901, à La Pocatière, ce sont une trentaine de prêtres ; trois ans plus tard, à Sainte-Thérèse, on dénombre des supérieurs de collèges, des directeurs d’écoles et des frères enseignants.

Les conventions

  • 14 Le curé Labelle manifeste le même désir. Les cisterciens s’établirent à Notre-Dame-du-Lac, au Lac- (...)

14C’est quand même lors de la première convention d’Oka que le ton est donné. Le lieu est hautement symbolique, tant la ferme-modèle des trappistes représente « le véritable foyer de la science et du progrès agricole », comme l’affirme l’évêque Laflèche, par ailleurs désireux de voir les cisterciens établir une telle ferme dans son diocèse14. La prestigieuse réunion rassemble d’autres membres de l’épiscopat, le commissaire du département de l’industrie laitière à Ottawa, l’agronome Barnard, des professeurs des écoles d’agriculture, les 52 missionnaires agricoles et, non le moindre, le commissaire de l’agriculture et de la colonisation du Québec, Louis Beaubien.

  • 15 Notons que les évêques ont déjà agi dans ce sens en généralisant la « dîme » sur le foin, en 1891.

15Son discours place le développement de l’industrie laitière au cœur des préoccupations du gouvernement, et il désigne les missionnaires agricoles comme ses meilleurs propagandistes, car, dit-il, ils ont la confiance des agriculteurs. Dans son élan enthousiaste, il rassure les membres du clergé qui seraient inquiets pour leurs revenus à la suite des changements dans l’agriculture. En effet, selon lui, le développement des plantes fourragères peut se faire au détriment des céréales, entraînant, de la sorte, une perte de revenus décimaux. Il dit croire que les évêques sont en mesure d’exercer « d’abord leur discrétion en cette matière » et, au besoin, sauront intervenir pour ajuster les taxes qui pèsent sur la « dîme ». De son côté, le gouvernement sera prêt à légiférer15.

L’apport du clergé aux conférences

  • 16 Régis Thibeault, « Dallaire, Omer-Edmond », Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14, 1911-192 (...)
  • 17 Michèle Brassard et Jean Hamelin, « Joseph-Onésime Brousseau », Dictionnaire biographique du Canad (...)

16La convention reflète l’esprit de l’œuvre et ses principes, de même qu’elle s’ouvre à l’action des missionnaires, notamment par les exposés qui s’y donnent. Tous ont un lien avec l’économie, même lorsque le sujet traite de l’enseignement. Il est cependant plus direct lorsque des spécialistes de l’agriculture s’en chargent, ainsi lorsqu’il est question de l’industrie laitière ou de la chimie agricole ou encore de la culture des sols. Le plus souvent, ce sont des laïcs qui le font. La palme revient à Jean-Charles Chapais avec 22 conférences, quoiqu’il se montre assez éclectique, touchant une grande variété de sujets ; Omer-Edmond Dallaire16, fonctionnaire au service du département de l’Agriculture et de la Colonisation, puis directeur de l’école de laiterie de Saint-Hyacinthe, en prononce 11. Les trappistes traitent des sujets spécialisés comme l’aviculture. Mais au total, le clergé ne contribue que pour une petite part aux exposés, 32 sur 151, à peine 21 %. De plus, ses interventions se font principalement dans le champ de l’éducation : l’enseignement ménager et l’orphelinat agricole, ou dans celui de la coopération. Le curé Dauth de Saint-Léonard-d’Aston, qui livre son expérience de l’exploitation d’une terre de petite taille entre 1891 et 1894, ou le curé Brousseau de Saint-Damien-de-Bellechasse qui donne une instruction sur le marnage restent des cas isolés. Fondateur d’un orphelinat agricole 17 et de deux congrégations religieuses, Brousseau fait siens les buts de la Société de colonisation du diocèse de Québec.

  • 18 L’abbé Jean-Baptiste-Arthur Allaire, Nos premiers pas en coopération agricole ou « Rapport du prem (...)

17Encore en 1916, le sujet de la colonisation reste bien présent parmi les préoccupations des conférenciers. Mais il l’est moins que celui de la coopération. Son principal porteur est Jean-Baptiste-Arthur Allaire. À l’origine de la première coopérative agricole 18 en 1903, il multiplie ses interventions et il continue d’affirmer son leadership par la suite. Il est vrai que ce sujet prend beaucoup d’ampleur depuis le début du siècle. Il a d’ailleurs fait l’objet de recommandations de la part des missionnaires réunis en assemblée.

Les recommandations

18Outre l’encadrement du travail des missionnaires et son instruction sur les techniques agricoles, la convention est également le lieu de discussion des politiques du gouvernement en matière d’agriculture et surtout d’enseignement. Bref, les congressistes ont l’occasion d’échanger sur des points divers et ils ont l’opportunité d’exprimer des vœux qu’ils s’empressent d’ailleurs de formuler et d’adresser à d’autres associations. L’amélioration des chemins publics, l’accélération du recrutement des étudiants pour les écoles d’agriculture, le maintien de l’indépendance des cercles agricoles vis-à-vis des sociétés d’agriculture, la dénonciation de l’esprit de parti dans les cercles agricoles, l’encouragement du mouvement de colonisation dans plusieurs régions et l’encadrement du mouvement coopératif font l’objet d’interventions. Tous ces points ne reçoivent pas un traitement identique, ni la même réponse de la part des destinataires.

  • 19 Rapport de l’année 1901-1902.

19Quatre recommandations méritent un commentaire. La première concerne une suggestion du supérieur du collège de Sainte-Thérèse exprimée lors du congrès de la société d’industrie laitière, à Waterloo, le 4 décembre 1895. Le désir est de voir se tisser des liens entre les associations agricoles afin d’unir leurs actions. Le congrès des missionnaires le fait sien au mois de juillet suivant et le secrétaire écrit une lettre d’invitation aux diverses associations afin qu’elles délèguent des membres de leur exécutif aux conventions. Bien qu’acceptée, l’invitation restera pourtant sans suite19.

20L’espoir de l’établissement d’une ferme expérimentale au Québec, semblable à celle d’Ottawa, ne rencontre pas de satisfaction non plus. Certes, il existe des fermes-modèles à Oka, à Sainte-Anne-de-la-Pocatière, à Roberval, toutes trois aux mains du clergé, et à Sainte-Anne-de-Bellevue. Mais aucune n’est une ferme expérimentale dans le vrai sens du mot, c’est-à-dire là où des expériences de toutes sortes sont tentées. De ce point de vue, le Québec est en retard sur d’autres provinces canadiennes. Selon les congressistes, la ferme de La Pocatière paraît toute désignée pour l’accueillir.

21Plus heureuse d’effet est la recommandation de l’attribution d’une chaire d’agronomie à l’université Laval de Montréal. Il faut toutefois plusieurs interventions avant sa mise sur pied. Elle est souhaitée dès 1893 par Testard de Montigny, curé et ardent promoteur des cercles agricoles, à l’occasion du congrès des cultivateurs. Les missionnaires la réclament encore en 1903. Ils en renouvellent le vœu en 1906 et en 1907. Ils s’adressent aux évêques afin qu’ils en favorisent la création « dans les universités Laval de Québec et de Montréal, pour former des conférenciers et agronomes capables de bien enseigner l’agriculture ». Ce vœu, laissé sans réponse jusque-là, est réalisé en 1908 par l’affiliation à l’université Laval de Montréal, de l’École d’agriculture d’Oka, sous le nom d’Institut agricole d’Oka.

  • 20 Jacques Saint-Pierre, Histoire de la coopérative fédérée de Québec. L’industrie de la terre, Québe (...)

22La fondation de l’« Union expérimentale de Québec » est également à mettre au crédit du mouvement de la coopération auquel adhèrent les missionnaires. La convention d’Oka, en 1909, désire la création de cette nouvelle association et le frère Liguori de la Trappe en est le grand artisan. Comme celle de l’œuvre des missionnaires, son but est de rendre l’agriculture davantage rémunératrice, d’obtenir de meilleurs résultats d’exploitation et de favoriser la coopération. Toutefois, en plus des progrès agricoles, elle a également comme objectif « de faciliter au consommateur des villes l’achat, à des prix raisonnables, des denrées nécessaires à la vie. » Pour ce faire, il convient de diminuer à la ferme les coûts de production au moyen d’une culture rationnelle, grâce à la coopération et par la suppression des intermédiaires inutiles. L’idée débouche, le 27 janvier 1913, sur l’établissement d’un grand centre de consommation : le Comptoir coopératif de Montréal20.

La diffusion de l’enseignement

23La rencontre régulière des élites et des missionnaires lors des conventions annuelles n’est, somme toute, que l’amorce du travail de diffusion. Tentons maintenant d’en voir la suite dans les campagnes. Les rapports annuels fournissent des chiffres intéressants sur l’activité des conférenciers et sur leur audience. Même si elles sont sujettes à caution, les statistiques de l’assistance indiquent qu’un grand nombre de cultivateurs se déplace pour les écouter. Ils y viennent parce qu’ils appartiennent à un cercle agricole et que quelqu’un se charge de les informer sur cette activité.

Un agent incontournable : le curé de la paroisse

  • 21 Jean Roy, « Les comptes de Majorique Marchand, curé de Gentilly », 1890-1904, Études d’histoire re (...)

24Les curés des paroisses sont étroitement associés à l’économie agricole de leur paroisse, non pas seulement parce qu’ils retirent une part de leurs revenus de la dîme, ce qui est d’ailleurs vrai pour tous, mais aussi parce que plusieurs sont des exploitants. Certains mettent en valeur la terre de la fabrique. C’est le cas du curé de Saint-Léonard-d’Aston, conférencier lors de la première convention des missionnaires et également celui des cercles. La terre de la fabrique lui rapporte 450 dollars en 1894. De son côté, à la même époque, le curé de Gentilly retire annuellement autour de 350 dollars de l’exploitation des biens agricoles dont il a la propriété21.

25Nonobstant cela, tous sont concernés par la lettre pastorale des évêques au sujet de l’établissement de l’œuvre des missionnaires et la lisent au prône. Mais certains le sont encore davantage que d’autres. La raison est qu’ils sont activement impliqués dans la vie du cercle paroissial. Au début du xxe siècle, 20,3 % de ces regroupements ont un clerc parmi leurs dirigeants. En Mauricie, c’est 40 % contre 24 % au Centre-du-Québec, même si dans le comté de Yamaska, il n’en est aucun. C’est dire qu’il existe des écarts entre les régions : 4 sur 4 dans Gaspé et 12 sur 24 dans celle Rimouski.

  • 22 Document de la session, 1896, 157 p.

26Toutefois, ces fonctions ne résument pas toute l’action du clergé dont l’implication est ressentie comme une nécessité par les conférenciers. C’est du moins ce que pense un professeur de l’École d’agriculture du collège-séminaire de l’Assomption. Selon lui, l’apathie renaît rapidement « là où les curés n’insufflent pas le feu sacré22 ».

27Pour le curé, il n’est pas de meilleur moment pour diffuser les renseignements aux membres de cette association que les annonces faites au prône du dimanche. La tenue de l’assemblée des directeurs, la réunion des associés, le paiement de la cotisation rendue nécessaire pour l’octroi du gouvernement, une prochaine conférence, même l’arrivée des graines de trèfle à un magasin, sont des faits habituels qu’il communique en chaire. Plusieurs de ces activités se déroulent à la sacristie, ainsi à Sainte-Eulalie. Il arrive aussi qu’elles se déroulent dans l’église même : ainsi, à Saint-Ferdinand-d’Halifax, c’est à l’occasion de la grand-messe que le prêtre prononce sa conférence. Il contrevient ainsi à une directive de son évêque. Le cas n’est pas unique.

28Il arrive donc qu’un prêtre soit pleinement engagé à tous les niveaux de l’enseignement. Louis-Élie Dauth (1835-1903), curé de la paroisse de Saint-Valère, « s’est mis à pratiquer une culture raisonnée afin de prêcher par l’exemple », et une opinion affirme que « plus d’un cultivateur doit l’aisance, dont il jouit, à la méthode qu’ [il] lui a enseignée ». Assigné à la cure de Saint-Léonard d’Aston, il est nommé membre du conseil d’agriculture de la province, puis il donne des conférences ici et là dans le diocèse de Nicolet, parfois dans une église, parfois chez un cultivateur. Si cher à Mgr Laflèche, Denis Gérin (18461923), quant à lui, curé de Saint-Justin en Mauricie et ancien zouave pontifical, fut le premier secrétaire de l’Œuvre. Il lui revient d’avoir mis sur pied le premier cercle de la région de Trois-Rivières. Organisateur des campagnes d’embellissement des fermes, il fonde les expositions scolaires pour inculquer aux jeunes l’amour du sol. Il accompagne également les conférenciers.

Le public des cercles agricoles

  • 23 Ces statistiques combinent les données officielles du gouvernement tirées des Documents de la sess (...)

29Mais combien de personnes se déplacent pour les entendre ? Les conférences s’adressent en tout premier lieu à leurs membres. Les femmes sont invitées. Or, les cercles ne rassemblent qu’une partie de la population agricole. Au début du xxe siècle, ils composent 48,4, 57 et 50,9 % des cultivateurs dans chacun de trois comtés de Nicolet, de Yamaska et de Drummond23. Ces relevés s’accordent avec d’autres en Mauricie et dans Charlevoix.

30L’évaluation de l’assistance aux conférences est plus hasardeuse. Les statistiques inscrites dans les rapports de missionnaires, ainsi que celles que les conférenciers officiels du gouvernement donnent au commissaire, peuvent servir d’indication. Selon les informations livrées par les missionnaires, entre 1899 et 1910, la moyenne annuelle des cercles visités est de 153 et l’assistance moyenne par conférence est de 167 personnes. C’est deux fois plus que celle à laquelle a droit un professeur d’agriculture à l’École d’agriculture de l’Assomption. Celui-ci a visité 57 cercles dans 54 paroisses différentes, les unes situées dans des comtés rapprochés comme Montcalm, Joliette et Laval, d’autres, par contre, dans des lieux aussi éloignés que Mégantic et Lac-St-Jean, avec une assistance moyenne de 75 à 80 auditeurs par conférence. Le médecin W. Grignon paraît connaître davantage de succès. Durant le même temps, il a prononcé 113 conférences et l’assistance moyenne est de 306 personnes. Le succès est donc très inégal.

31Par ailleurs, il y a certainement à prendre en compte l’offre de services du gouvernement. C’est du moins ce qui ressort des propos tenus, lors de la convention de 1906, par le secrétaire de la Société de l’industrie laitière de la province de Québec. Il note qu’il ne se donne plus qu’une seule conférence annuelle aux cultivateurs, alors que la loi en prévoit deux. Selon lui, il est certain qu’avec trois conférenciers officiels on ne peut faire davantage. Il estime qu’il devrait y avoir deux conférenciers résidants dans chacune des cinq grandes divisions agricoles.

32L’idée est de les rattacher à des territoires pour rendre ainsi de meilleurs services. Résidant parmi les cultivateurs, accrédité par le gouvernement, le conférencier est en mesure d’étudier les ressources ; il est en contact avec les exploitants lors des conférences, des concours, des consultations particulières. Le secrétaire conclut que c’est ainsi que des progrès ont été accomplis en Europe.

  • 24 En 1911, le gouvernement fédéral vote la loi de l’enseignement agricole et offre des subsides aux (...)

33L’augmentation du nombre des conférenciers, ce qui s’observe dès 1910, contribue à la hausse des rencontres avec les cultivateurs. Ils sont sept en 1913, lorsque les cinq premiers agronomes officiels sont nommés par le gouvernement24. C’est le début de la fin des conférenciers agricoles, relayés par des professionnels.

  • 25 Thérèse Hamel, Michel Morisset et Jacques Tondreau, De la Terre à l’école… op. cit., p. 106 et 107

34L’historiographie religieuse du Québec a maintes fois noté les rapports intimes entre l’Église et l’État, plus particulièrement dans le secteur de l’éducation. Les historiens qui se sont intéressés à leurs liens dans celui de l’économie agricole ont surtout retenu les dimensions idéologiques du discours ecclésiastique. Autant dire qu’on a négligé de s’interroger sur les raisons économiques de son action et d’en examiner les contextes. Encore aujourd’hui, pour plusieurs, sa vision agriculturiste résume tout25. Or, je crois avoir démontré que le clergé est fortement impliqué dans le développement de l’industrie laitière qui apparaît, dans les dernières décennies du xixe siècle, comme le défi à relever de la part de l’agriculture québécoise. Il lui revient d’avoir pris le leadership du changement en imposant le cercle agricole comme institution de première ligne.

  • 26 Firmin Létourneau, Histoire de l’agriculture (Canada français), 1959, 407 p.

35Toutefois, bien qu’il ait enclenché le changement, il n’en assure pas la dynamique. De ce point de vue, il faut bien comprendre que les missionnaires s’en sont remis aux vrais spécialistes de l’agriculture. Ils les ont écoutés et ils ont adopté leurs points de vue. Je crois l’avoir souligné à travers les recommandations des conventions. On peut donc ainsi rejoindre Firmin Létourneau lorsqu’il affirme dans son Histoire de l’agriculture que les missionnaires agricoles ont été au service de l’État26.

36La formation des agronomes et leur engagement par le gouvernement ont beaucoup enlevé à la pertinence de l’œuvre des missionnaires agricoles, mais non pas au travail du clergé, notamment dans les champs de l’éducation et de la coopération. Après l’abolition en 1926 de la société des Missionnaires agricoles, le clergé travaillera à la mise sur pied des écoles moyennes d’agriculture.

Notes

1 Marcel Bacquaert, « Les missionnaires agricoles dans le nord de la France », Michel Boulet (dir.), Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture 1760-1945, Dijon, Educagri éditions, 2000, p. 289-292.

2 Michel Boulet (dir.), Les enjeux de la formation des acteurs de l’agriculture, 1760-1945, Dijon, Éducagri, 2000, 525 p. Thérèse Hamel, Michel Morrisset et Jacques Tondreau, De la Terre à l’école. Histoire de l’enseignement agricole au Québec, 1926-1969, Montréal, HMH, 2000, 366 p. Frédéric Barriault, Le goupillon et la machine : le catholicisme montréalais face au progrès technologique, 1847-1914, université de Sherbrooke, mémoire de maîtrise en histoire, 2004, 214 p. Cette recherche emprunte quelques-unes des pistes dégagées par Michel Lagrée, La bénédiction de Prométhée. Religion et technologie, xixe-xxe siècle, Paris, Fayard, 438 p.

3 Jean Roy, « La dîme comme prélèvement ecclésiastique », Normand Séguin et Serge Courville (dir.), Atlas historique du Québec, La paroisse, Presses de l’université Laval, Québec, 2001, p. 176-189.

4 Le Canadien émigrant, par douze missionnaires des Townships de l’Est, Québec, Imprimerie-Coté et Cie, 1851, 46 p.

5 Gabriel Dussault, Le curé Labelle : messianisme, utopie et colonisation au Québec, 1850-1900, Montréal, Hurtubise HMH, 1983, 392 p ; Normand Séguin, La conquête du sol au xixe siècle, Trois-Rivières Boréal, 1977, 295 p ; Normand Perron, L’État et le changement agricole dans Charlevoix, 1850-1950, Québec, Presses de l’université Laval, 2003, 318 p.

6 Martin St-Pierre, Les manuels d’agriculture au Québec, 1850-1930, Université du Québec à Trois-Rivières, mémoire de maîtrise en Études québécoises, 1999, 107 p.

7 Guy Boisclair, Étude d’un mouvement de modernisation de l’agriculture : les premières années de l’Union catholique des cultivateurs dans le diocèse de Joliette, 1924-1952, Trois-Rivières, Université du Québec, thèse de doctorat en Études québécoises, 2002, 326 p.

8 Marc A. Perron, Un grand éducateur agricole, Édouard-A. Barnard, 1835-1898, s. l., 1955, 355 p ; Bruno Jean, « Édouard-A. Barnard », Dictionnaire biographique du Canada, vol. 12, 1891-1900. Depuis nombre d’années, Édouard-A. Barnard, enseignait la régénération de l’agriculture, la rupture avec la routine, ce qu’il pratiquait sur sa propre ferme. Il s’appliquait surtout à améliorer la race bovine en vue de la production du lait et de la viande. Il fut d’ailleurs un des instigateurs du grand mouvement de l’industrie laitière. Il reçut la tâche du gouvernement de parcourir la province pour y donner des conférences sur l’agriculture et les cercles agricoles.

9 « Premier congrès des cercles agricoles Saint-Isidore, laboureur », Montréal, Eusèbe Sénécal et fi ls, imprimeurs-éditeurs, 1887, 83 p.

10 Bruno Jean, Les idéologies éducatives agricoles (1860-1890) et l’origine de l’agronomie québécoise, Québec, Institut supérieur des sciences humaines, université Laval, thèse de maîtrise en sociologie, 1977, 237 p.

11 « Lettre pastorale de nos seigneurs archevêques et évêques des provinces ecclésiastiques de Québec, de Montréal et d’Ottawa établissant l’œuvre des missionnaires agricoles », Mandements des évêques de Saint-Hyacinthe, vol. 10 : 1892 à 1895, 1925, p. 64. L’évêque de Québec fait connaître leurs noms : MEQ, 17/8/1894, circulaire au clergé, n° 228, vol. 4, p. 138.

12 Les sources de l’étude reposent principalement sur les comptes rendus des conventions et les rapports des activités annuelles, pour les années 1895-1920. Les documents sont dispersés. La Bibliothèque de l’université du Québec à Trois-Rivières, la Bibliothèque nationale du Québec – Grande bibliothèque de Montréal – et les Archives du Séminaire de Nicolet les conservent. Aucun document n’a été repéré pour les années 1898-1900. Les journaux, notamment les journaux agricoles, renferment beaucoup d’informations sur les cercles et les conférences, de même que L’Union des Cantons de l’Est. Les documents de la session du gouvernement québécois fournissent la transcription des rapports du ministre et des conférenciers agréés.

13 Entre 1895 et 1920, vingt-trois conventions. Il n’y en eut ni en 1897, ni en 1908, année du tricentenaire de la fondation de Québec. Lieux et nombre de conventions : Oka (9), La Pocatière (4), Ottawa où était une grande ferme expérimentale (2), Sainte-Th érèse, Rimouski, Trois-Rivières, Chicoutimi, Rigaud, Sainte-Marie-de-Beauce, Sainte-Agathe, et Nicolet (1).

14 Le curé Labelle manifeste le même désir. Les cisterciens s’établirent à Notre-Dame-du-Lac, au Lac-St-Jean, en 1896.

15 Notons que les évêques ont déjà agi dans ce sens en généralisant la « dîme » sur le foin, en 1891.

16 Régis Thibeault, « Dallaire, Omer-Edmond », Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14, 1911-1920.

17 Michèle Brassard et Jean Hamelin, « Joseph-Onésime Brousseau », Dictionnaire biographique du Canada, vol. 14, 1911-1920. Il exploite la terre de la fabrique, introduit la culture fruitière, concourt à l’établissement d’un aqueduc. Après la fondation de la Congrégation des Sœurs du Perpétuel Secours, en 1892, à qui il confie l’orphelinat de Saint-Damien, J.-O. Brouseau (1853-1920) établit un orphelinat agricole au Lac Vert, près de Saint-Damien. Son but est de former de jeunes orphelins à la vie rurale. Il attribue cette tâche à la congrégation des Frères de Notre-Dame-des-Champs qu’il met sur pied en 1903. Sa mission est de travailler la terre, d’enseigner l’agriculture scientifique. Cette congrégation fusionne en 1931 avec celle des Clercs-de-Saint-Viateur.

18 L’abbé Jean-Baptiste-Arthur Allaire, Nos premiers pas en coopération agricole ou « Rapport du premier congrès de la Confédération des sociétés coopératives agricoles du Québec », Saint-Hyacinthe, La Tribune de Saint-Hyacinthe, Ltée, 1916, 60 p.

19 Rapport de l’année 1901-1902.

20 Jacques Saint-Pierre, Histoire de la coopérative fédérée de Québec. L’industrie de la terre, Québec, Presses de l’université Laval et Institut québécois de recherche sur la culture, 1997, 287 p.

21 Jean Roy, « Les comptes de Majorique Marchand, curé de Gentilly », 1890-1904, Études d’histoire religieuse, vol. 71, 2005, p. 7-32.

22 Document de la session, 1896, 157 p.

23 Ces statistiques combinent les données officielles du gouvernement tirées des Documents de la session et celles des rapports des curés pour les années autour de 1904.

24 En 1911, le gouvernement fédéral vote la loi de l’enseignement agricole et offre des subsides aux provinces afin de les aider dans la mise en œuvre de leur enseignement agricole. Le Québec s’en servira pour mettre sur pied son service agronomique. Note tirée de François Hudon, L’action agronomique au Québec, Ordre des agronomes du Québec, 1987, p. 17.

25 Thérèse Hamel, Michel Morisset et Jacques Tondreau, De la Terre à l’école… op. cit., p. 106 et 107.

26 Firmin Létourneau, Histoire de l’agriculture (Canada français), 1959, 407 p.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540