Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Quatrième partie. Clergé et agriculture dans la modernité du xixe siècle

Des trappistes aux champs. Une congrégation religieuse venue seconder le comice agricole de la Double (1868-1910)

Corinne Marache

Texte intégral

« C’est, messieurs qu’il y a deux hommes dans le trappiste… Ces deux hommes sont le religieux et l’agriculteur. »
Extrait du discours prononcé par l’évêque de Périgueux et de Sarlat dans l’église d’Echourgnac à l’occasion de l’installation des trappistes, le 22 octobre 1868.

  • 1 Corinne Marache, Les métamorphoses du rural. L’exemple de la Double en Périgord (1830-1939), Paris (...)

1La Double est un plateau forestier situé au sud de la Dordogne, délimité par les rivières de l’Isle et de la Dronne et par leurs affluents respectifs, la Rizonne et la Beauronne. Au milieu du xixe siècle, la situation économique, démographique et sanitaire de cette région, qui s’est aggravée au fil des siècles, est préoccupante : la forêt, de plus en plus sollicitée et abîmée (par les verriers, les bûcherons, les charbonniers, les faucheurs de litière, les troupeaux de moutons et de chèvres, les incendies…), a laissé place à des étendues de taillis, de landes et de bruyères incapables de pomper les eaux stagnantes et les étendues marécageuses retenues par un sol argilo-sableux ponctué d’étangs et de petits cours d’eau1. Les fièvres paludéennes (alors appelées intermittentes) y sévissent et les paysans, pour la plupart petits propriétaires ou métayers, y pratiquent une polyculture vivrière extrêmement pauvre.

2Pour soutenir l’assainissement et le désenclavement, dont la nécessité est reconnue par les pouvoirs publics depuis les années 1850, quelques notables locaux décident, en 1864, de créer un comice agricole. Mais l’entreprise s’annonce ardue et très vite, ils font appel à des moines trappistes, forts d’une riche expérience en la matière puisqu’ils viennent notamment de faire leurs preuves au cours de l’assèchement des marais de la Dombes. Arrivés à Echourgnac, au cœur de la Double, en 1868, les moines se lancent aussitôt dans l’assainissement de leur domaine et s’efforcent de convaincre leurs voisins d’en faire autant. Leur propriété devient vite un modèle d’agriculture. Toutefois, leur influence économique comme leur pédagogie par l’exemple ont leurs limites. Il convient donc de s’interroger sur la véritable portée de leur action dans l’assainissement et la modernisation agricole de la Double et de considérer les rapports qu’ils tissent avec la population rurale environnante. Pour ce faire, nous évoquerons tout d’abord le contexte et les circonstances de l’arrivée des moines trappistes dans la Double, nous analyserons ensuite leur rôle dans l’assainissement, puis dans le développement et la modernisation agricoles du « pays ».

La Double en Périgord.

La Double en Périgord.

Contexte et circonstances de l’arrivée des trappistes dans la Double : un appel au secours

  • 2 Corinne Marache, « Encourager plus que l’agriculture. Le rôle du comice central agricole de la Dou (...)
  • 3 Le baron Pierre François Gustave d’Arlot de Saint-Saud (1818-1894), né à La Roche-Chalais, est mai (...)
  • 4 Léonard Piotay (1812-1894), médecin issu de la moyenne bourgeoisie, est maire de Mussidan de 1855 (...)

3En 1865 est établi à Echourgnac un comice agricole qui se propose de soutenir l’assainissement et le désenclavement de la région, et, à terme, de développer et moderniser son agriculture2. Il est créé à l’initiative de deux grands propriétaires terriens, notables et élus locaux, le baron d’Arlot de Saint-Saud 3 et le docteur Léonard Piotay4. Mais les deux hommes et leurs acolytes sont conscients de la lourdeur de la tâche. Aussi, trois mois après sa réunion fondatrice, le conseil d’administration du comice aborde la question d’une éventuelle venue de trappistes dans la Double :

  • 5 Arch. privées P. Esclafer de la Rode, cahier des délibérations du conseil d’administration du comi (...)

« Des propositions ont été faites par Mgr l’évêque de Périgueux relativement à la création d’un établissement de trappistes au centre de la Double ; le conseil accepterait avec bonheur cette fondation et autorise son bureau à s’en occuper sérieusement […], afin de savoir si la création d’un établissement de trappistes dans la Double […] a en effet quelques chances5. »

4L’atmosphère semble donc tout à fait propice à cette installation. Les défenseurs de la Double savent que rien ne doit être négligé, que toutes les aides sont bonnes à prendre. Leur région est dans une situation critique et les exemples de l’aide gouvernementale récemment apportée à l’assainissement de la Dombes, des Landes de Gascogne ou de la Sologne aiguisent leurs espoirs. Le conseil d’administration du comice réuni le 11 juin 1867, faisant le point sur le projet, explique qu’il bénéficie de la bienveillance générale :

  • 6 Ibid, p. 62 r°-v°., 63 r., séance du conseil d’administration du 11 juin 1867.

« L’idée de la fondation d’un établissement de R.P. trappistes dans la Double a fait son chemin depuis lors ; les hautes autorités civiles et religieuses la patronnent chaudement ; la Société départementale d’agriculture vient de lui donner une preuve éclatante et publique de sa sympathie ; l’opinion publique se prononce dans le même sens ; la presse, tant du département que des départements voisins, lui prête son appui 6… »

  • 7 Jean Briquet, La Double, conférence prononcée à l’abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance d’Échourgna (...)

5Apprenant que ce comice périgourdin souhaitait voir des trappistes se fixer dans la contrée pour l’assainir et la cultiver, le père abbé dom Jean, abbé des Sept-Fonds (Allier) se rend sur les lieux. Mais le chapitre général donne alors sa préférence à une création dans le Dauphiné7.

  • 8 Jean-Marie François Léon Chamboduc de Saint-Pulgent (1822-1875) est nommé préfet de la Dordogne en (...)
  • 9 Arch. privées P. Esclafer de la Rode, cahier des délibérations du conseil d’administration du comi (...)
  • 10 Propriété située sur la commune d’Échourgnac, à environ un kilomètre et demi du bourg. Arch. privé (...)

6Selon certains contemporains comme le rédacteur en chef du journal périgourdin l’Écho de Vésone, Eugène Massoubre, la nomination de M. de Saint-Pulgent à la préfecture de la Dordogne accélère le processus8. Ce préfet venu de l’Ain prend très vite fait et cause pour la Double qu’il inspecte quelques jours seulement après son installation, lors de sa première sortie dans le département. Il affirme alors aux membres du comice que « tout son intérêt [est] d’avance acquis à Échourgnac, à la Double et à son comice et qu’il [a] espoir et volonté de mener à bien les questions pendantes d’améliorations agricoles et d’assainissement ainsi que, préfet de l’Ain, il l’a fait pour la Dombes9 ». Au printemps suivant, sans qu’aucune preuve ne nous permette toutefois d’établir de lien de cause à effet, le chapitre général charge le père Henry Vandenbroucque, abbé du Port-du-Salut (Mayenne), de mener à bien la création d’un monastère au cœur de la Double. Le 11 juin 1868, ce dernier vient visiter la région et accepte la proposition du docteur Piotay qui lui offre vingt journaux à démembrer de sa grande propriété de Biscaye « qu’il ne fera pas payer10 ».

  • 11 Ibid., séance du conseil d’administration du 20 juillet 1868.
  • 12 Discours prononcé par Mgrl’Évêque de Périgueux et de Sarlat dans l’église d’Echourgnac à l’occasio (...)

7Le 29 juillet, les huit premiers moines arrivent à la gare de Périgueux où ils sont reçus par l’évêque, Mgr Dabert et le préfet de la Dordogne, M. de Saint-Pulgent. Conduits dès le lendemain à Echourgnac, ils saluent l’abbé Burg dans sa modeste église, avant de se rendre à Biscaye. La communauté compte alors le père Fulgence Orlandis, confesseur, et les Frères Augustin, André, Éloi, Gilles, Julien, Euthyme et Prosper. Les trappistes achètent aussitôt le reste de la propriété de Biscaye, soit 120 hectares de prairies, champs, forêts, taillis et étangs souvent insalubres pour 66 000 francs, soit « à des conditions […] avantageuses […] afin de ne pas retarder plus longtemps l’arrivée au sein de la Double des R.P. trappistes11 ». Mais les fièvres ne tardent pas à atteindre les malheureux qui reçoivent des moines en renfort en septembre et en octobre – ils sont alors 22. Le 22 octobre 1868, Mgr Dabert procède à leur installation officielle et à la bénédiction de leur couvent12. La cérémonie, débutée en l’église paroissiale, s’achemine ensuite en procession vers le monastère de fortune installé dans le relais de chasse situé au centre de leur propriété : la salle du bas est transformée en réfectoire, une autre petite salle en chapelle, l’étage et le grenier en dortoirs.

8Les trappistes arrivent donc par et pour l’agriculture. Des notables locaux, agromanes et gros propriétaires terriens conservateurs, sont à l’origine de leur venue, par le truchement du comice agricole de la Double. Ceci explique les liens qui les unissent par la suite.

Le rôle des trappistes dans l’assainissement de la Double

9Dès leur arrivée, les moines entreprennent la construction d’un monastère qu’ils ne terminent qu’en 1877. Le sol argileux et mouvant de la Double leur donne des difficultés : la voûte de l’église s’effondre, obligeant sa reconstruction selon un axe est-ouest au lieu de l’axe nord-sud initialement prévu. L’érection de l’église de Notre-Dame de Bonne-Espérance en abbaye est acceptée par le chapitre général de 1876 et signée à Rome le 21 mars 1877.

10Parallèlement aux travaux de construction des bâtiments religieux démarrent les premiers travaux de viabilisation et d’assainissement du domaine. La rudesse de ce labeur est telle, qu’en 1875, le chapitre général autorise les moines à prendre un « mixte », petit déjeuner frugal (environ 66 grammes de pain et un verre de vin), non prévu dans la règle originelle, destiné à leur permettre d’assumer cette tâche. Dès les premiers mois de leur installation, le domaine est progressivement défriché et mis en culture (céréales, vignes, prairies, potagers…), les terres sont amendées, des puits sont creusés, une étable et une porcherie sont construites, mais surtout, les quatre étangs de la propriété sont asséchés, comme l’indique une lettre adressée par le frère Eugène au préfet de Saint-Pulgent le 4 février 1869 :

  • 13 Arch. dép. de la Dordogne, 7 S 134.

« J’ai fait dessécher, creuser et défricher [nos quatre] étangs qui, dès le printemps, seront mis en culture. […] Nous possédons également deux étangs sur la vallée de la Duche. Le plus grand, l’étang de Maisonneuve, est également sec depuis plusieurs mois et doit recevoir une céréale, le second, Crau du Puits, […] sera mis à sec et ensemencé dans quelques semaines, aussitôt qu’il sera possible d’en enlever le poisson13. »

  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid.
  • 16 Cette somme est inférieure de 100 francs à ce qui est accordé dans la Dombes.
  • 17 Arch. dép. de la Dordogne, 7 S 134.
  • 18 Georges Livet, « La Double », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1942, p. 199.
  • 19 Arch. dép. de la Dordogne, 7 S 134, demande de remise en eau des étangs asséchés de La Jemaye et d (...)

11Les moines ne se contentent pas d’assainir leur domaine, ils souhaitent également y inciter leurs voisins pour voir ainsi la région se régénérer : « J’ai un désir sincère de voir la Double assainie et de mon côté je ferai tout ce qui dépendra de moi pour venir en aide aux malheureuses populations qui habitent cette contrée14. » Ils n’hésitent d’ailleurs pas à financer eux-mêmes les travaux de leurs voisins. À peine un an après leur arrivée, le frère Eugène explique au préfet de Saint-Pulgent qu’il a « obtenu de M. Guibert, de Pleine Serve, [son] voisin, qu’il dessèchera prochainement ses étangs à la condition qu’un des deux sera encaissé à [leurs] frais15 ». Les trappistes donnent parfois leurs propres primes aux propriétaires qui acceptent d’assécher leurs étangs pour augmenter encore leur zèle : ces primes à l’assèchement sont passées le 2 avril 1868 de 30 francs à 150 francs16. Mais ces efforts ne suffi sent pas toujours et les religieux se trouvent régulièrement confrontés à la résistance de propriétaires obtus, ce que le frère Eugène ne manque pas de rapporter dans ses lettres au préfet : « J’ai fait des offres avantageuses à MM. Lachaud, Louberte, et Le Breton, nos voisins, pour l’achat et le dessèchement de leurs étangs ; mais ces personnes mal conseillées ne veulent pas entendre raison17. » Le géographe Georges Livet, qui travailla sur la Double, explique à ce propos que « les conseils platoniques se brisent contre l’apathie routinière des uns, contre l’égoïsme calculateur des autres. Aussi, seul l’exemple peut-il réussir. C’est le privilège de cette contrée si déshéritée d’avoir suscité des animateurs18 ». Pourtant, les moines ne désespèrent pas et poursuivent patiemment leur travail de persuasion. Ils soutiennent des actions collectives (pétitions, syndicats) propres à augmenter encore les chances de réussite de cette longue et laborieuse entreprise. Ils participent ainsi à une pétition lancée en février 1869, pour tenter d’inciter les propriétaires récalcitrants à assécher les étangs19. Dans une lettre écrite au préfet de la Dordogne le 6 février, on apprend que le frère Eugène propose même un plan de remise en culture de la Double :

  • 20 Arch. dép. de la Dordogne, 7 S 134.

« Si les étangs indispensables étaient réduits et encaissés et les autres mis en culture, si un fossé de 0,75 mètre était creusé dans le milieu des nauves, la Double serait un pays très salubre et avec de la chaux qu’il me serait facile de fournir à bas prix si j’avais les ressources nécessaires pour faire construire un four, on rendrait cette contrée très fertile20. »

  • 21 Ibid.

12L’ingénieur en chef des Ponts et Chaussées se félicite de cet entrain : « On ne peut qu’applaudir aux actes et aux tentatives de M. le Prieur. On est heureux de trouver en lui cette activité intelligente qui sera d’un si bon exemple pour le pays21. »

13Les moines tiennent donc leurs promesses. En les appelant, M. de Saint-Pulgent, Mgr Dabert, MM. Piotay et d’Arlot de Saint-Saud et bien d’autres souhaitaient les voir contribuer rapidement à l’assainissement de la Double et convaincre leurs voisins par leur persévérance, leur foi et leur savoir-faire. C’est chose faite. Au total, s’ils ne jouent pas un rôle décisif dans les travaux d’assèchement des étangs, ils donnent l’exemple et prêtent main forte à qui souhaite les imiter, n’hésitant pas pour cela à quitter leur abbaye, même si d’aucuns considèrent cet altruisme comme l’outil d’une propagande anti-républicaine. Leur action, loin de concerner toute la Double, est essentiellement locale. Mais leur installation à Echourgnac, commune située au cœur de la région et comptant parmi les plus touchées par le fléau paludéen, est stratégique et amplifie la portée de leur combat. Sans parvenir à des résultats spectaculaires, les trappistes génèrent une dynamique relayée par les aides et les encouragements publics, qui contribue à l’achèvement de l’assainissement de la région dans les années 1880-1890.

14Soulignons que leur implication dans le programme d’amélioration de la Double ne se limite pas à ces seuls travaux. Les moines mènent d’autres actions, moins spectaculaires, mais tout aussi importantes. Ils luttent contre les incendies qui ravagent régulièrement ce qui reste de la forêt doubleaude :

  • 22 Arch. dép. de la Dordogne, V 242.

« Dimanche dernier 30 mai, un incendie terrible se déclare à 10 heures dans la commune de Lajemaye, sur les propriétés du baron de Feydeau. Le feu poussé par un violent vent du nord ne tarde pas à envahir la commune d’Echourgnac. Tout le monde court au secours ; mais en tête de la population, on voit le Père Prieur avec tous ses religieux quittant son église pour accourir combattre le fléau dévastateur. À six heures du soir, ils étaient encore sur le théâtre de l’incendie, et ne se sont retirés que lorsque tout danger a disparu, la plupart avec la barbe et le cheveux roussis ; et ce qu’ils ont fait dimanche, ils l’ont fait chaque fois qu’un incendie s’est déclaré dans nos contrées ; et Dieu sait si cela arrive souvent22. »

  • 23 Ibid, congrégations d’hommes, extrait d’une lettre d’un groupe d’habitants au préfet de la Dordogne (...)
  • 24 Arch. dép. de la Dordogne, 4 Z 200, lettre du maire d’Échourgnac au sous-préfet de Ribérac au suje (...)

15Ils combattent l’éradication des fièvres et se soucient du mieux-être des populations locales, même si, comme le soulignent les républicains, ils sont loin d’être les seuls. Pour cela, ils distribuent gratuitement des remèdes (essentiellement de la quinine, de piètre qualité disent leurs détracteurs), donnent pain et aumône aux plus démunis du village et accueillent les étrangers. Ainsi, dans les années 1880, « ils distribuent plus de deux mille remèdes et plus de trois cents pains23 ». En 1900, ils assistent huit vieillards infirmes et environ trente enfants24.

  • 25 Ibid., lettre d’un anonyme au sous-préfet de Ribérac, 19 septembre 1901.

16Or, ceci n’est pas du goût de tous les administrés. Certains voient d’un mauvais œil la venue des pauvres et des vagabonds en ces lieux. En 1901, un anonyme se plaint au sous-préfet de la présence de ces « fainéants qui vont chercher la bouillie25 ». Alors que la région est assainie et que l’anticléricalisme fait rage, leur présence, liée à l’insalubrité des lieux, n’est plus aussi cruciale et beaucoup les trouvent indésirables. Dans ce contexte, le milieu notabiliaire conservateur à l’origine de leur venue demeure leur principal soutien face à des adversaires républicains de plus en plus virulents. Piotay, Saint-Saud, Navaille et bien d’autres notables les défendent avec verve ; ils arguent de leur dévouement pour la Double, mais aussi de leur rôle dans l’économie locale et notamment dans l’agriculture. Ainsi, dans une lettre adressée en 1880 au préfet de la Dordogne par un groupe d’habitants d’Echourgnac et forte de 112 signatures, on peut lire :

  • 26 Arch. dép. de la Dordogne, V 242.

« Ces religieux nous sont aujourd’hui indispensables. […] Qui donnera toute l’année du travail à un nombre fort grand d’ouvriers qui sans eux resteraient inoccupés, et du pain à tous nos pauvres ? […] Plus leur industrie sera prospère, plus ils feront de bien au pays. […] Malgré tout cela, on nous assure que le 30 juin, on va les expulser. Que deviendront alors leurs belles récoltes, leur superbe vacherie, leur fromagerie ? […] Si une pareille iniquité pouvait se commettre, ce serait une vraie calamité pour toute la Double et un malheur pour le gouvernement de la République, qui s’aliènerait ainsi bénévolement la population la plus laborieuse et la plus honnête du département26. »

17On perçoit dans ces propos une empathie non dissimulée à l’égard des moines qui nuit certainement à l’objectivité des signataires. Aussi, conviendrait-t-il de nuancer cette exagération. Néanmoins, il est vrai que les trappistes participent à leur manière, même timidement, à la modernisation et au développement de l’agriculture doubleaude en diffusant le progrès agricole et en créant des débouchés et des emplois dans une région alors économiquement déshéritée.

L’exploitation agricole des trappistes : une ferme-modèle ? Un moteur économique pour la région ?

  • 27 Louis de Lamothe, Voyages agricoles en Périgord et dans les pays voisins, Périgueux, Dupont et Cie(...)
  • 28 Installation complète avec chaudières, presses à fromage, caisses à petit lait, caves d’entrepôt…
  • 29 En 1879, les moines ont obtenu une médaille d’argent au concours agricole départemental tenu à Muss (...)
  • 30 Cette fromagerie a servi jusqu’en 1953, avant d’être modernisée.

18Ancienne propriété du docteur Piotay, le domaine de Biscaye sur lequel s’installent les moines, devient très vite une exploitation agricole florissante. L. de Lamothe, secrétaire de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Dordogne, la visite en 1881 et nous en livre une description détaillée27. Sur les 105 hectares du domaine, les moines cultivent directement 40 à 45 hectares de terres labourables ; le reste se divise en fermages et métairies. Un tiers est planté en légumineuses (trèfle ou vesce) et prairies artificielles qui donnent 15 tonnes de foin et des fourrages verts, 3 hectares sont en prairies naturelles et 1 hectare en jardin. Sur leurs 15 hectares de vignes, ils récoltent environ 80 barriques bordelaises de vin par an. Employant une main-d’œuvre importante (frères convers – ils sont en tous 34 en 1902 – et domestiques), ils offrent des emplois très recherchés dans une contrée où de nombreux paysans ne parviennent pas à vivre exclusivement de leur exploitation. Avec le produit de leurs 150 à 200 pigeons, ils achètent des œufs pour les infirmes et les hôtes. Ils possèdent un matériel perfectionné : charrue brabant, charrue spéciale, charrues Dombasle, faucheuse-moissonneuse – que deux bœufs et six chevaux leur permettent de tracter –, batteuses, trieurs pour les blés, hache-paille… La fromagerie 28 constitue leur plus grande source de bénéfices puisqu’ils produisent alors 9 tonnes de fromage par an29. Elle dispose d’une installation à trois paliers, très ingénieuse pour l’époque : le contenu de gros bidons de 50, 80 et 100 litres, soulevés par des palans et basculés à bout de bras, est versé dans les cuves de fabrication ; le lait chauffé à la vapeur est emprésuré et travaillé à l’aide d’instruments à main… Puis les cuves se basculant, le caillé se déverse sur un couloir en bois qui entretient la masse, tandis que le sérum s’écoule dans un grand bac. De là, le sérum se déverse dans l’écrémeuse, puis, après écrémage, est acheminé à la porcherie par une canalisation souterraine 30… Cette fromagerie fonctionne grâce au lait des 24 vaches laitières de l’exploitation et à celui acheté dans les fermes des alentours, créant ainsi des débouchés inespérés dans le pays, jusqu’alors très peu enclin à l’élevage :

  • 31 Arch. dép. de la Dordogne, V 242, congrégations d’hommes, extrait d’une lettre d’un groupe d’habit (...)

« Ils ont introduit chez nous, pays éminemment propre aux cultures fourragères, l’industrie de la fabrication des fromages ; un grand nombre de propriétaires ont des vaches à présent et vendent leur lait aux trappistes. Cette industrie enrichira la contrée en peu de temps. Le commerce des bestiaux ne va pas, mais le commerce du lait va fort bien. Sous peu d’années, tous ici auront des vaches, feront du fumier pour améliorer des terres trop pauvres et auront un beau bénéfice de la vente de leur lait31. »

19Effectivement, un nombre croissant de paysans qui ne possédaient jusqu’alors qu’une ou deux bêtes de travail, élèvent quelques vaches dont ils vendent le lait à l’abbaye. Mais cela est insuffisant. La Trappe doit se fournir jusque dans la vallée de l’Isle voisine, où l’élevage est plus développé que dans la Double.

20Présents à tous les concours annuels du comice de la Double, au contact permanent de la population locale, les trappistes font connaître leurs pratiques agricoles novatrices. Ils sont ainsi primés 11 fois au comice d’Échourgnac entre 1869 et 1883, pour des produits agricoles divers et des animaux (vaches, pouliches et poulinières, fourrages…). Leur exploitation est une véritable ferme-modèle pour les Doubleauds invités à venir la visiter autant que bon leur semble : le matériel moderne utilisé, les races de vaches élevées (hollandaises, gâtines), les techniques adoptées sont autant de leçons d’agriculture. Mais, comme le soulignent à juste titre certains républicains locaux hostiles à leur présence en 1880, non sans une pointe de mauvaise foi, l’efficacité de cette pédagogie par l’exemple doit être relativisée puisque les petits paysans ne disposent pas des moyens suffisants pour les imiter :

  • 32 Ibid., congrégations d’hommes, lettre des républicains d’Échourgnac au préfet de la Dordogne au suj (...)

« Des personnes partageant leurs idées vous diront que les trappistes sont utiles au pays pour donner l’exemple de l’agriculture ; nous protestons formellement et nous engageons de prouver qu’ils font de très mauvaise agriculture et qu’il n’est pas permis à un simple propriétaire d’employer leur système qui est très mauvais pour le pays. Ils ne sarclent aucune plante, de sorte que leurs terres et leurs vignes sont pleines de mauvaises herbes. Il est vrai qu’ils attellent six ou sept chevaux à une charrue, mais quel est le propriétaire qui pourrait faire ces dépenses ? Aucun. S’ils ont des grains, ce n’est point leur bon travail, c’est à force d’engrais chimiques, et comme ni l’argent ni les hommes ne leur coûtent rien puisqu’ils reçoivent le travail des hommes gratuitement et l’argent qu’ils peuvent posséder à titre de dons, ils peuvent faire un peu mieux que les autres propriétaires qui sont obligés de payer fort cher32. »

  • 33 Ibid., congrégations d’hommes, extrait d’une lettre d’un groupe d’habitants au préfet de la Dordogn (...)

21Au-delà de son ton provoquant, l’objection mérite d’être retenue. Cependant, les paysans puisent des idées dans ces pratiques agricoles et reproduisent ce qu’ils peuvent. On sait par exemple que l’amélioration de la préparation des fumiers doit beaucoup à l’exemple des trappistes. Par ailleurs, les moines s’efforcent parfois d’apporter leur aide directe ou leurs conseils aux agriculteurs, jouant à l’occasion un rôle d’intermédiaires, de vulgarisateurs pour diffuser les dernières connaissances agronomiques. Ainsi, lors de la crise phylloxérique, ils emploient tous les moyens pour combattre l’insecte destructeur et constituent une pépinière de plants américains afin d’en fournir à leurs voisins33.

22L’implication des moines trappistes dans la modernisation agricole locale, si elle mérite d’être nuancée, n’en est donc pas moins réelle. Il est bien évidemment impossible de la quantifier ou de la mesurer, elle est multiple et diffuse. Les moines agissent directement sur les orientations de l’agriculture locale en créant de nouveaux débouchés et en suscitant un timide développement de l’élevage laitier dans les familles paysannes. Plus indirectement, la pédagogie par l’exemple qu’ils pratiquent dans leur propriété, lors des comices agricoles ou ailleurs participe au progrès agricole en marche, à la mesure du lieu bien entendu et malgré les limites indéniables qu’elle présente. Enfin, les actions ponctuelles qu’ils mènent pour encourager des pratiques agricoles nouvelles et efficaces, notamment pendant la crise phylloxérique, viennent compléter la mission des notables agromanes, du comice, du professeur départemental d’agriculture ou des syndicats agricoles naissants.

  • 34 Archives diocésaines de Périgueux, D 589, abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance, ouv. dactyl., s. d. (...)
  • 35 Elles ne se rendent définitivement propriétaires de l’ensemble du domaine qu’en 1952. Entretien av (...)

23Si les moines sont soutenus par les conservateurs qui les appelèrent à l’aide et leurs successeurs, leur présence est, dès les années 1880, largement décriée par les républicains locaux qui les accusent de tous les maux : mauvaise agriculture trop ambitieuse pour les lieux, emploi de domestiques pour des sommes dérisoires, entretien de nécessiteux profiteurs et trublions, encouragement des jésuites à passer dans les fermes pour influencer le vote paysan… Au lendemain de la loi de 1901, les moines, qui refusent de se soumettre, diminuent peu à peu leur activité. Ils coupent leurs forêts, vendent les vaches, négligent leur vignoble… Le R.P. Dom Louis Anis trouve rapidement d’autres occupations. Vers 1907, il intègre une association de propriétaires de Nefs Lacroix, voitures de tourisme à deux places fabriquées à Agen. Finalement, en 1910, le chapitre général prononce la dissolution de la communauté. Au-delà des divergences d’opinion qu’il suscite, le départ des moines en 1910 pose un réel problème économique pour la commune d’Echourgnac et ses alentours. Soucieux de préserver l’activité fromagère devenue très importante dans l’économie locale, mais aussi de voir revenir un jour des religieux à la Trappe, une poignée de propriétaires conservateurs crée alors la Société agricole de la Double, constituée par décision du tribunal civil de Ribérac en 191234, qui assure la gestion du domaine. Si cette immense exploitation, désormais travaillée par des ouvriers agricoles, conserve un poids important dans l’économie locale, elle ne perpétue pas en revanche le rôle d’éducation et de conseil que remplissaient les moines. En 1922, des moniales trappistines venues d’Espagne s’installent à l’abbaye. D’abord locataires de la société, elles réussissent progressivement à racheter la fromagerie en 193235. Elles poursuivent donc l’activité fromagère, mais demeurent cloîtrées et n’ont aucun contact, si ce n’est commercial, avec la population locale. Si, à l’instar de leurs prédécesseurs masculins, elles contribuent au développement de l’activité économique, elles ne jouent en revanche aucun rôle pédagogique.

24Les moines trappistes ne sont donc ni les « sauveurs de la Double » qu’ont vu en eux les notables de la fin du xixe siècle, ni les mauvais agriculteurs arrogants, malhabiles et manipulateurs qu’ont dénoncés les républicains. Liés religieusement, humainement et politiquement aux notables conservateurs, peut-être ont-ils intercédé pour eux auprès des électeurs. Mais surtout, leur action, sans être décisive, s’est inscrite dans un contexte favorable à la Double dans la seconde moitié du xixe siècle. En quelques décennies, des notables conservateurs ont alors su attirer sur leur région les regards et les capitaux nécessaires à sa régénérescence. Les trappistes, comme le comice, puis, plus tard, les syndicats agricoles de tous bords, ont participé de cette dynamique et ont su s’y intégrer tant bien que mal, du moins tant que la situation politique le leur a permis. Leur présence est indissociable de la métamorphose que connut la Double dans la deuxième moitié du xixe siècle.

Notes

1 Corinne Marache, Les métamorphoses du rural. L’exemple de la Double en Périgord (1830-1939), Paris, CTHS/FHSO, 2006, 562 p.

2 Corinne Marache, « Encourager plus que l’agriculture. Le rôle du comice central agricole de la Double dans le développement rural local », Ruralia, n° 16-17, 2005, p. 75-99.

3 Le baron Pierre François Gustave d’Arlot de Saint-Saud (1818-1894), né à La Roche-Chalais, est maire de sa commune pendant 25 ans, puis conseiller municipal durant une vingtaine d’années. Il est surtout un agronome actif et passionné : vice-président de la Société d’agriculture, sciences et arts de la Dordogne et assidu correspondant des Annales agricoles et littéraires, il est aussi membre du conseil de la Société des agriculteurs de France.

4 Léonard Piotay (1812-1894), médecin issu de la moyenne bourgeoisie, est maire de Mussidan de 1855 à 1860, puis conseiller municipal jusqu’en 1878. Il exerce parallèlement les fonctions de conseiller d’arrondissement de 1859 à 1865, puis de conseiller général de 1865 à 1889. Il est également président et fondateur de la Société d’agriculture de Mussidan créée en 1856, membre de la Société d’agriculture sciences et arts de la Dordogne et de l’Association médicale de la Dordogne.

5 Arch. privées P. Esclafer de la Rode, cahier des délibérations du conseil d’administration du comice agricole de la Double, livre A (1864-1872), p. 11 r°., séance du conseil d’administration du 17 avril 1865.

6 Ibid, p. 62 r°-v°., 63 r., séance du conseil d’administration du 11 juin 1867.

7 Jean Briquet, La Double, conférence prononcée à l’abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance d’Échourgnac, le 30 novembre 2002.

8 Jean-Marie François Léon Chamboduc de Saint-Pulgent (1822-1875) est nommé préfet de la Dordogne en octobre 1867, ancien préfet de l’Ain, il devrait son avancement au R.P. abbé des trappistes, établis dans l’Ain pour assainir la région. Dès son arrivée, il porte un vif intérêt à l’assainissement de la Double, faisant particulièrement avancer l’assèchement des étangs. Il se déplace même à Échourgnac en 1868, pour y encourager la création d’un syndicat des propriétaires concernés par le projet.

9 Arch. privées P. Esclafer de la Rode, cahier des délibérations du conseil d’administration du comice agricole de la Double, livre A (1864-1872), p. 71v.°, séance du conseil d’administration du 31 octobre 1867.

10 Propriété située sur la commune d’Échourgnac, à environ un kilomètre et demi du bourg. Arch. privées P. Esclafer de la Rode, cahier des délibérations du conseil d’administration du comice agricole de la Double, livre A (1864-1872), p. 75 r°., séance du conseil d’administration du 11 juin 1868.

11 Ibid., séance du conseil d’administration du 20 juillet 1868.

12 Discours prononcé par Mgr l’Évêque de Périgueux et de Sarlat dans l’église d’Echourgnac à l’occasion de l’installation des trappistes le 22 octobre 1868, Périgueux, Imprimerie J. Bounet, 1868, 15 p. et Irénée Menard, « Fondation de N.-D. de Bonne-Espérance », Chronique de l’abbaye de N-.D. de Port-du-Salut, chap. iv, 23 p.

13 Arch. dép. de la Dordogne, 7 S 134.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 Cette somme est inférieure de 100 francs à ce qui est accordé dans la Dombes.

17 Arch. dép. de la Dordogne, 7 S 134.

18 Georges Livet, « La Double », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, 1942, p. 199.

19 Arch. dép. de la Dordogne, 7 S 134, demande de remise en eau des étangs asséchés de La Jemaye et d’Échourgnac. Voir aussi Jean Cubelier de Beynac, Patrick Esclafer de la Rode, « 1864-1873 : Dix ans qui ont transformé la Double du Périgord », Documents d’archéologie et d’histoire périgourdines, bulletin de l’ADRAHP (Association pour le développement de la recherche archéologique et historique en Périgord), t. 7, 1992, p. 105-118.

20 Arch. dép. de la Dordogne, 7 S 134.

21 Ibid.

22 Arch. dép. de la Dordogne, V 242.

23 Ibid, congrégations d’hommes, extrait d’une lettre d’un groupe d’habitants au préfet de la Dordogne au sujet des projets d’expulsion des trappistes, juin 1880.

24 Arch. dép. de la Dordogne, 4 Z 200, lettre du maire d’Échourgnac au sous-préfet de Ribérac au sujet des enfants et des vieillards assistés par les trappistes, 3 décembre 1900.

25 Ibid., lettre d’un anonyme au sous-préfet de Ribérac, 19 septembre 1901.

26 Arch. dép. de la Dordogne, V 242.

27 Louis de Lamothe, Voyages agricoles en Périgord et dans les pays voisins, Périgueux, Dupont et Cie, t. 1, 1880, p. 1149-1167.

28 Installation complète avec chaudières, presses à fromage, caisses à petit lait, caves d’entrepôt…

29 En 1879, les moines ont obtenu une médaille d’argent au concours agricole départemental tenu à Mussidan, pour leurs fromages : L. de Lamothe, Voyages agricoles… op. cit., p. 1150.

30 Cette fromagerie a servi jusqu’en 1953, avant d’être modernisée.

31 Arch. dép. de la Dordogne, V 242, congrégations d’hommes, extrait d’une lettre d’un groupe d’habitants au préfet de la Dordogne au sujet des projets d’expulsion des trappistes, juin 1880.

32 Ibid., congrégations d’hommes, lettre des républicains d’Échourgnac au préfet de la Dordogne au sujet de l’expulsion des trappistes d’Échourgnac, le 25 octobre 1880.

33 Ibid., congrégations d’hommes, extrait d’une lettre d’un groupe d’habitants au préfet de la Dordogne au sujet des projets d’expulsion des trappistes en 1880, juin 1880.

34 Archives diocésaines de Périgueux, D 589, abbaye Notre-Dame de Bonne-Espérance, ouv. dactyl., s. d., p. 20.

35 Elles ne se rendent définitivement propriétaires de l’ensemble du domaine qu’en 1952. Entretien avec la mère supérieure de l’abbaye de la Trappe d’Échourgnac, 3 octobre 2000.

Table des illustrations

Titre La Double en Périgord.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5273/img-1.png
Fichier image/png, 25k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540