Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le roman de la révolution

 | 
Isabelle Durand-Le Guern

Première partie. Dire la révolution

Chapitre III. Regards sur la révolution : ironie et mise à distance

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ces dispositifs narratifs associés à l’adoption plus ou moins explicite de tel ou tel modèle romanesque posent la question de la posture de l’auteur vis-à-vis de l’événement raconté. Qu’il s’agisse d’une stratégie auctoriale interventionniste ou à l’inverse de la mise à l’écart, au moins apparente, de toute instance pouvant se référer à l’auteur, une lecture de l’événement se dessine, et le regard du lecteur se trouve inévitablement orienté. La charge idéologique qui s’attache à la notion de révolution constitue évidemment un enjeu essentiel, et quels que soient ses présupposés politiques, le lecteur averti sera à l’affût de tout signe de prise de parti, de jugement historique ou tout simplement de connivence. C’est là que l’ironie trouve toute sa place, en créant une distance entre le récit en apparence neutre, voire naïf des événements, et un jugement implicite qu’il sera réservé au destinataire du roman de formuler. Il convient donc de s’interroger sur le regard porté par les nar...

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540