Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Quatrième partie. Clergé et agriculture dans la modernité du xixe siècle

Clergé, innovation et environnement culturel des agriculteurs de la région de Charlevoix (Québec) entre 1850 et 1910

Normand Perron

Texte intégral

  • 1 Pour plus de commodité, nous utilisons « Québec » pour aussi désigner le Bas-Canada (1791-1841), l (...)

1Au milieu du xixe siècle, au Québec, l’état « délabré » de l’agriculture préoccupe les autorités politiques. Les techniques de culture et d’élevage en cours au Québec supportent mal la comparaison avec les progrès observés en Europe. Le ministère de l’Agriculture du Québec 1 s’engage alors dans une offensive pour dynamiser le secteur agricole, entre autres par l’entremise des sociétés d’agriculture de comté. La question agricole préoccupe aussi le clergé catholique qui croit que la culture de la terre et la prospérité des campagnes constituent une garantie de stabilité sociale. L’Église catholique préconise dès lors des actions variées en faveur d’une agriculture raisonnée, parfois en parallèle à l’engagement de l’État mais le plus souvent en appui aux interventions de celui-ci.

2En dépit des efforts déployés, la rénovation des méthodes de culture et d’élevage avance à un rythme assez lent, trop aux yeux des réformateurs les plus progressistes. Diverses hypothèses peuvent être examinées, dont celles qui sont reliées à la problématique de l’innovation et à sa signification dans une société rurale traditionnelle. La décision d’innover n’est en effet pas un simple geste gratuit, sans conséquence pour l’agriculteur et pour son environnement social, économique et culturel. L’environnement culturel de l’agriculteur mérite une attention particulière dans l’étude du rôle des agents de développement agricole. Ainsi, l’environnement culturel explique la confiance de certains propagandistes agricoles pour les curés de paroisse. En raison de leur intégration à la communauté, ils croyaient ces derniers plus aptes à sensibiliser les agriculteurs aux nouvelles techniques. Il faut certes reconnaître l’influence des curés sur leurs ouailles, mais sans mésestimer pour autant une autre réalité, celle des résistances qu’ils ont rencontrées.

  • 2 Les interventions de l’Église catholique et des curés seront ici précisées selon les principales c (...)

3Trois points seront ici abordés. Comme le curé apparaît comme un acteur clef dans le rôle que le clergé a joué dans le développement agricole, il est assez instructif, en premier lieu, de s’attarder à l’influence théorique de celui-ci dans une problématique de diffusion des connaissances en matière d’agriculture. En bref, parmi l’ensemble des intervenants2, le curé est-il un acteur particulièrement efficace ? Le deuxième point concerne l’engagement du clergé catholique dans la campagne en faveur de l’innovation et de la modernisation de l’agriculture. Il a élaboré un ensemble de moyens ou s’est investi dans diverses actions afin de rejoindre les agriculteurs et leur communiquer des connaissances nouvelles. Quelques aspects de son intervention dans l’implantation et la promotion des associations agricoles seront ici revus. Le dernier point touche à l’accueil réservé aux curés par les agriculteurs. Les enjeux complexes reliés à l’innovation font que les relations entre les curés et les agriculteurs sont empreintes de confiance, mais aussi de méfiance.

4Certains aspects du rôle du clergé dans le changement agricole ont été étudiés en utilisant la région de Charlevoix comme terrain d’observation. Cette petite région d’environ 6 000 km2, localisée à l’est de la ville de Québec (voir carte 1), fait partie des Laurentides, à l’exception de l’îleaux-Coudres, qui appartient au système géologique des Appalaches. Sur le plan agro-géologique, cette région au relief accidenté compte parmi les plus défavorisées du Québec méridional. Les meilleures terres agricoles sont localisées en bordure du fleuve, dans les vallées, et à l’île-aux-Coudres. La colonisation agricole commence vers la fin du xviie siècle. Dans le contexte québécois, il s’agit d’une occupation ancienne. Vers 1850, la population atteint les 15 000 habitants et les 20 000 dans les premières décennies du xxe siècle. Plus de 80 % de cette population habite entre Baie-Saint-Paul et La Malbaie, à moins d’une dizaine de kilomètres des rives du fleuve, et à l’île-aux-Coudres. Des communications difficiles ont longtemps perturbé la vie des Charlevoisiens. Jusqu’au début du xxe siècle, le cabotage a facilité les échanges intra-régionaux et rendu accessibles les marchés agricoles à l’extérieur de la région. Le relatif isolement de la région s’est toutefois révélé un atout pour des fins touristiques et, vers 1900, quelque 10 000 villégiateurs fréquentent les environs de La Malbaie. Ce flot de visiteurs est suffisamment important pour stimuler le commerce des denrées agricoles. Néanmoins, en dépit d’un environnement contraignant, le traitement réservé au Charlevoix en matière de diffusion des connaissances agricoles ne se différencie guère de celui des autres régions du Québec. Certes, des conditions peu enviables ont pu freiner l’élan d’une partie des agriculteurs face à l’innovation et à la modernisation des pratiques agricoles, mais le comportement des agriculteurs charlevoisiens se distingue assez peu de celui de leurs confrères québécois.

Le Charlevoix en 2006.

Le Charlevoix en 2006.

Le curé comme relais dans une stratégie de communication des innovations

  • 3 Normand Perron, L’État et le changement agricole…, op. cit., p. 27-36.

5À l’aide d’études de spécialistes de la psychologie sociale et des observations de praticiens qui communiquent le savoir agricole dans les pays en voie de développement, il est possible de tirer diverses conclusions des stratégies de l’État pour rejoindre les agriculteurs et aussi de mieux situer l’intervention du clergé et des curés. Il ressort que l’État et les propagandistes agricoles ont ajusté leurs interventions au fil des ans pour mieux répondre aux doléances et aux comportements des agriculteurs face aux propositions d’innovation. Le désenchantement a vite suivi : l’espoir de les instruire des nouvelles techniques par l’entremise de conférenciers, par le soutien d’une société d’agriculture de comté ou par les campagnes d’information dans la presse, fut déçu. Aussi l’apparition des cercles agricoles, l’implantation des fermes de démonstration, le recours à des agents de développement agricole établis en permanence dans les collectivités locales sont-ils autant de témoins d’une volonté d’ajustement aux réactions de la masse des agriculteurs3.

6Les idées véhiculées par les conférenciers agricoles de passage et les journaux agricoles trouvaient une oreille attentive auprès des plus instruits, mais pour ceux qui lisaient avec peine ou étaient peu attirés par la lecture des journaux, rien ne valait le contact personnel avec des intervenants locaux où l’agriculteur pouvait nouer une relation de confiance.

7La valorisation d’agents locaux comme relais pour la promotion de techniques nouvelles a fait peu à peu l’unanimité, donnant ainsi raison aux intervenants non-gouvernementaux, tels les journaux indépendants comme la Gazette des campagnes. Dans les localités agricoles, le curé de paroisse compte assez vite parmi les agents privilégiés. Outre le fait qu’il était en contact régulier avec tous les agriculteurs de sa paroisse, il jouissait des avantages que lui procurait son statut. Plus que quiconque, il était en mesure d’obtenir une assez grande unanimité autour d’un projet, de faire connaître les activités agricoles, d’inciter à la participation aux concours et expositions agricoles, de citer en exemple les plus progressistes. Voilà qui sur un plan théorique reconnaît au curé une position avantageuse comme intermédiaire culturel.

Diversité et efficacité des actions du clergé et la problématique de l’innovation

Quelques formes d’engagement

8L’Église catholique, dont l’influence est grandissante dans la deuxième moitié du xixe siècle, s’était préoccupée assez tôt de la question agricole, tant à l’échelle locale qu’à celle du Québec. Cette préoccupation se fait sentir dans différents domaines et, en particulier, dans celui de l’éducation. À La Pocatière, une localité de la rive sud du Saint-Laurent, sise en face de Baie-Saint-Paul, les prêtres du collège fondent en 1859 une école moyenne d’agriculture avec ferme-modèle. Ce collège et des institutions semblables dispensent bientôt à des jeunes gens une formation en agriculture et leur font connaître les techniques agricoles en vogue. Certains jeunes ont pu par ailleurs fréquenter le collège d’agriculture grâce aux curés de leur localité qui payaient leurs études. À l’instar de la majorité des intervenants en matière d’agriculture, les curés croyaient que ces jeunes, ouverts aux idées nouvelles, apporteraient une contribution significative à la diffusion des connaissances agricoles dans leur localité d’origine.

9À la même époque débute la parution de la Gazette des campagnes, un journal fondé aussi au collège La Pocatière et qui paraît sans interruption importante de 1861 à 1895. Avec d’autres journaux, la Gazette des campagnes véhicule sans relâche l’idée que l’État devrait soutenir le développement des cercles agricoles, comme il le fait pour les sociétés d’agriculture.

  • 4 Voir Normand Perron, « La politique économique des trappistes de Mistassini. Une étude de cas : le (...)

10C’est encore l’époque où les fermes des communautés religieuses deviennent des modèles, présentées comme tels par l’Église catholique dans sa campagne en faveur de la modernisation de l’agriculture. Dans quelques cas, comme lors de l’établissement de moines trappistes à Mistassini4, au Lac-Saint-Jean, l’intention du clergé est manifeste. Il faut, pense-t-on, se donner en exemple aux agriculteurs du voisinage et leur permettre l’observation de méthodes modernes. L’agriculteur avait ainsi le loisir d’évaluer des animaux de race, de constater les avantages d’un bétail bien alimenté, de découvrir les techniques nouvelles en matière de culture, de labour, de récolte.

  • 5 Entre 1840 et 1930, 900 000 Canadiens français auraient quitté le Québec à destination des États-U (...)
  • 6 La lettre pastorale des évêques précise les attentes envers le missionnaire agricole. Après avoir (...)

11Dans le projet de modernisation de l’agriculture s’inscrit également la naissance de l’œuvre du missionnaire agricole à la fin du xixe siècle, alors que se multiplient les critiques virulentes à l’endroit des sociétés d’agriculture et que le problème de l’émigration vers les villes canadiennes et surtout vers les États-Unis 5 se pose toujours avec acuité. Cette situation incite sûrement l’Église à un plus grand engagement, d’autant qu’elle fait aussi sien l’objectif de modernisation de l’agriculture. Ses motifs 6 peuvent être différents de ceux de l’État, mais l’un et l’autre partagent la conviction qu’un secteur agricole dynamique est nécessaire au développement de la nation et à la prospérité économique.

12Le missionnaire agricole est un curé à qui l’on confie un rôle de propagandiste dans sa paroisse et dans les paroisses environnantes. L’Église attend de lui une tâche d’animateur et même de conseiller agricole. L’État abonde dans le même sens parce qu’il croit, après un long cheminement, que l’action d’un intervenant local comme le missionnaire agricole sera plus efficace que celle du conférencier de passage. Le missionnaire agricole jouera ce rôle jusqu’à ce que le ministère de l’Agriculture nomme, à compter de 1913, les premiers agronomes de comté et qu’il en fasse ses principaux intermédiaires locaux en matière d’agriculture.

13La grande nouveauté du missionnaire agricole réside dans l’implantation permanente en milieu local d’un animateur qui a une responsabilité officielle de promotion de l’agriculture. C’est, de plus, dans le contexte de l’offensive de l’Église en faveur des cercles agricoles et de leur reconnaissance officielle par l’État que les évêques des provinces ecclésiastiques d’Ottawa, de Montréal et de Québec fondent l’œuvre des missionnaires agricoles en 1893.

Le clergé et la promotion des associations agricoles

14Pour la période retenue, deux associations se distinguent en matière d’agriculture : les sociétés d’agriculture et les cercles agricoles. Rappelons que ces associations fleurissent à partir du milieu du xixe siècle, mais seules les sociétés d’agriculture bénéficient du patronage de l’État pendant toute la période retenue. La situation des cercles agricoles est plus complexe : il y a l’ère d’avant et d’après 1893, l’année 1893 étant celle où l’État reconnaît officiellement l’existence des cercles agricoles.

  • 7 Hamelin et Roby, op. cit., p. 189.

15Aux habitants de l’île d’Orléans, près de Québec, revient l’honneur du premier cercle agricole en 18627. En 1875, les cercles se fédèrent dans l’Union agricole nationale. Il suffit alors de dix membres pour former un cercle. On en compte une quarantaine au début des années 1880 et nombre d’entre eux doivent leur survie à la volonté de quelques membres de l’élite locale dont peuvent faire partie le curé de la paroisse et quelques gros agriculteurs. La vie des cercles agricoles d’avant 1893 demeure assez méconnue, quoique les journaux en vantent les bienfaits. Parfois, ils s’adonnent à de multiples activités, dont certaines d’ordre culturel. Dans le Charlevoix, ces cercles sont absents jusqu’en 1893, exception faite de l’existence d’un cercle culturel aux Éboulements où les membres discutent aussi d’agriculture. Il est possible que les activités de ces cercles soient plus permanentes que celles des sociétés d’agriculture qui étaient assez souvent l’objet d’une réorganisation vers la fin de l’hiver en vue de la prochaine saison agricole.

16Les journaux agricoles, à l’instar de la Gazette des campagnes, donnent aux cercles agricoles un avantage sur les sociétés d’agriculture pour la raison suivante : leur espace d’action se situe à l’échelle locale, ce qui signifie que les agriculteurs se connaissent et qu’ils ont une plus grande confiance envers les dirigeants, contrairement aux sociétés d’agriculture qui desservent généralement un comté. La zone d’influence du cercle agricole correspond en effet au territoire de la paroisse religieuse, lui-même souvent identique à celui de la localité. Il s’agit d’un espace social qui reflète le milieu de vie quotidien de l’agriculteur et l’on peut y décerner une des raisons qui a finalement amené l’État à mieux intégrer les cercles agricoles dans sa stratégie. Sans remettre en cause l’existence des sociétés d’agriculture, l’État a cru finalement qu’une action à l’échelle des paroisses et un engagement des curés dans les cercles agricoles seraient des atouts notables. Les observations cumulées par les agents de l’État au cours des années 1870 et 1880 sur le problème de communication avec les agriculteurs ont amené probablement celui-ci à modifier son point de vue sur l’utilité des cercles agricoles.

  • 8 Le Journal d’Agriculture illustré, 1887, sans date quotidienne, p. 35-42. Jean-Charles Chapais pré (...)

17Le succès de certains cercles agricoles pousse peut-être l’Église catholique à une action mieux concertée. Avec l’appui des évêques, les cercles agricoles se sont dotés d’une constitution en 1886 et, en janvier 1887, un premier congrès des cercles agricoles eut lieu à Trois-Rivières. Plus que jamais, les cercles agricoles semblent intéresser les curés. Ainsi, pour le Charlevoix, où l’on trouve encore peu de traces de cette association agricole, six curés 8 participent à ce premier congrès des cercles agricoles. Cet intérêt pour les cercles agricoles ne signifie pas par contre une indifférence des curés à l’égard des sociétés d’agriculture. Certains d’entre eux assument même la présidence de ces associations agricoles.

  • 9 Le Journal d’Agriculture illustré, 15 juillet 1918, p. 6.

18À partir de 1893, le ministère de l’Agriculture accorde son soutien au financement des cercles agricoles à la condition qu’ils se plient à des règles de fonctionnement assez semblables à celles qui sont fixées aux sociétés d’agriculture. Tout en demeurant aux premières loges, l’État a pu escompter des retombées bénéfiques de l’engagement des curés de paroisses en faveur du développement agricole. Dès lors, le nombre de cercles agricoles se multiplie à l’échelle du Québec et dans ses diverses régions. En juillet 1900, quelque 530 cercles ont déjà été fondés9.

  • 10 Le Journal d’Agriculture illustré, 15 juillet 1893, p. 139.

19Le concept du cercle agricole bénéficiait avant 1893 de l’aval du clergé catholique, ne serait-ce que pour l’autonomie dont il jouissait vis-à-vis de l’État. Il semble toutefois que l’intervention du ministère de l’Agriculture dans le fonctionnement des cercles agricoles, loin de refroidir l’ardeur des curés de paroisse pour ces associations, l’ait stimulé. L’étude du cas de la région de Charlevoix est assez probante et sur ce plan, la région suit la tendance québécoise. Au début de l’été 1893, cinq paroisses de Charlevoix ont déjà leurs cercles agricoles 10 ; quatre fondent le leur en 1894 et trois autres dans les années qui suivent, pour un total de 12 en 1902. Ils quadrillent alors tout le territoire entre Saint-Siméon et Baie-Saint-Paul (voir carte 1).

20Quelle est la participation des curés de paroisse dans la naissance et dans le fonctionnement de ces cercles agricoles ? Certes, ils prient les agriculteurs de leur paroisse respective de devenir membres du cercle agricole, comme en font foi des notes éparses dans les cahiers de prônes. Cela dépasse parfois l’invitation polie, par exemple lorsqu’ils en font presque un devoir pour les agriculteurs… Plus révélatrice encore de l’engagement des curés de paroisse est leur participation au fonctionnement des cercles agricoles. Leur instruction et leur position font d’eux des candidats privilégiés à une fonction au conseil d’administration d’un cercle agricole.

21Les membres les plus influents des conseils d’administration des cercles agricoles sont ceux qui détiennent les fonctions de président et de secrétaire trésorier. Le poste de président, s’il vaut à son détenteur un certain prestige, exige du candidat qu’il bénéficie de la reconnaissance sociale. Le secrétaire trésorier doit aussi bénéficier de la confiance des siens. L’élu à cette fonction assure en outre la continuité dans les affaires du cercle agricole. Quelques secrétaires trésoriers ont d’ailleurs occupé leur poste pendant 10, 15 ou 20 ans.

22La présence des curés de paroisse dans les conseils d’administration des cercles agricoles entre 1893 et 1913 est un bon indice du rôle qu’ils y jouent. Le tableau 1 met en évidence des curés très actifs dans les dix premières années, une période cruciale dans l’établissement et dans la consolidation des cercles agricoles. Il met également en évidence que la présidence des cercles agricoles peut plaire aux curés, mais pas la fonction de secrétaire trésorier. Il valait probablement mieux pour le curé se tenir à l’écart des affaires financières et éviter la suspicion à son égard, car la fonction de curé ne met pas totalement à l’abri des rumeurs et des commentaires malveillants.

Tableau 1 : Curés présidents des cercles agricoles du Charlevoix, 1894-1913.

Tableau 1 : Curés présidents des cercles agricoles du Charlevoix, 1894-1913.

Source : Documents de la Session du Québec, 1894-1913.

23Faut-il s’étonner d’un pareil engagement des curés de paroisse dans la vie des cercles agricoles ? Pas vraiment. Ils ont l’appui de leurs supérieurs hiérarchiques et même du ministère de l’Agriculture qui a compris au cours des années 1880 les avantages de l’implication de personnages locaux influents. L’encadrement local des agriculteurs et la participation d’intervenants influents ont certes contribué au succès de l’implantation de ces cercles agricoles. Force est toutefois de constater le retrait assez rapide des curés de l’avant-scène dans l’administration de ces associations agricoles.

24Qu’il préside ou non les destinées du cercle agricole, le curé, par la fonction qu’il occupe, a le loisir d’en faire la promotion. La plupart n’y manquent pas. Par exemple, les cahiers de prônes révèlent que le curé sert de relais pour annoncer les assemblées des associations agricoles, faire des commentaires, des recommandations, donner son point de vue et inviter ses fidèles à réfléchir et à agir. De plus, le curé peut revenir sur ces sujets avec régularité. L’intérêt du prône comme médium de communication réside également dans sa capacité à rejoindre la majorité des paroissiens. Les messages véhiculés au sujet des associations agricoles, du passage des conférenciers, des cours offerts sur les méthodes de culture et des diverses activités associées à la diffusion des connaissances rejoignent sans nul doute un auditoire beaucoup plus vaste que ne pouvait l’espérer la presse écrite.

  • 11 Les cahiers de prônes sont de qualité inégale. Des curés notent en détail ce qu’ils transmettent c (...)

25En dépit de leurs lacunes11, les prônes dominicaux deviennent soudainement plus bavards à compter de 1893. Dans la foulée de la reconnaissance des cercles agricoles, on y trouve nombre d’allusions sur les questions relatives à l’agriculture. Dans le Charlevoix, ces allusions sont à peu près totalement absentes avant 1893, ce qui ne signifie nullement que les curés ignorent la question agricole. Mais il y a un engagement plus palpable à compter de 1893, puisque les curés insistent avec régularité sur la participation des agriculteurs à la vie des cercles agricoles. Chose certaine, il y a une retombée notable à signaler. Comme association agricole locale et avec l’appui soutenu de la majorité des curés de paroisse, les cercles agricoles réussissent là où les sociétés d’agriculture avaient échoué : rejoindre davantage d’agriculteurs (voir figure 1) et le faire dans toutes les localités.

  • 12 Normand Perron, L’État et le changement agricole…, p. 144-145. Cette estimation a été faite à part (...)

26Une ombre au tableau entache cependant cette réussite. En effet, on peut estimer que moins de 50 % des agriculteurs du Charlevoix sont membres des cercles agricoles au cours de la période 1894-191312. Ni les appels des curés, pas plus que ceux des députés et des conférenciers agricoles, ni les avantages financiers que procure l’appartenance à un cercle pour l’achat des graines, ni la modeste cotisation à payer pour devenir membre n’auront permis un meilleur recrutement. Visiblement, nombre d’agriculteurs n’ont guère été réceptifs au progrès agricole et aux invitations de leurs curés.

  • 13 Source : Documents de la session du Québec, Rapport au Commissaire de l’Agriculture, voir les rapp (...)

Figure 1 : Nombre de membres des sociétés d’agriculture et des cercles agricoles du Charlevoix13, 1865-1950.

Figure 1 : Nombre de membres des sociétés d’agriculture et des cercles agricoles du Charlevoix13, 1865-1950.

Les limites de l’influence du curé de paroisse en matière d’agriculture

27Comme intervenant, le curé bénéficie d’atouts favorables. Il a à son crédit l’instruction, le prestige associé à sa fonction et la confiance de ses ouailles, ce qui contribue globalement à faire de sa personne un agent agricole efficace, du moins en théorie. Le curé a-t-il vraiment été un relais valable dans la stratégie de communication auprès des agriculteurs ? On peut le croire, mais non sans des bémols. Quelques indices laissent en effet supposer que l’influence du curé a des limites dans la problématique de l’innovation agricole. Pour les agriculteurs, le changement peut en effet apparaître comme un vecteur d’effondrement de valeurs fondamentales de leur mode de vie, de leur organisation socio-économique, de leur culture et une résistance parfois active, parfois passive, est perceptible.

  • 14 Le Journal d’Agriculture illustré, 15 mars 1894, p. 46.

28À la fin du xixe siècle, les difficultés rencontrées par le missionnaire agricole de La Malbaie mettent à jour la suspicion à laquelle un personnage aussi en vue qu’un curé de paroisse s’expose à titre d’intervenant en matière d’agriculture. Précisons que la région de Charlevoix bénéficie d’un missionnaire agricole dès mars 1894, en l’occurrence le grand-vicaire Bruno-Élisée Leclerc, curé de La Malbaie14. Si la présence de curés parmi les principaux officiers des conseils d’administration des cercles agricoles suscite peu ou pas de malaises importants, du moins en apparence, il en va autrement pour les interventions et les conseils des missionnaires agricoles auprès des agriculteurs.

  • 15 La Gazette des Campagnes, 26 janvier 1893, p. 381-382.

29Les espoirs fondés sur les missionnaires agricoles sont grands, mais en même temps le mandement qui autorise l’établissement de ces missionnaires rappelle les inquiétudes des autorités religieuses au sujet de l’enseignement dispensé par ceux-ci. La prudence guide les évêques qui craignent les divergences de vue avec le conférencier agricole, mais aussi les conflits potentiels entre le missionnaire agricole et les agriculteurs en désaccord sur les enseignements proposés. Ce sentiment va plutôt à l’encontre de la croyance que les agriculteurs accueilleront « sans défiance 15 » les conseils du prêtre qu’ils respectent, comme l’a cru entre autres Jean-Charles Chapais, journaliste agricole et apôtre de l’industrie laitière au Québec.

  • 16 Le Courrier de Charlevoix, 8 août 1896, p. 2.

30L’Église invite donc ses missionnaires agricoles à évaluer les résistances et les mécontentements que leurs interventions pourraient susciter. La position d’autorité du missionnaire agricole est contestable en matière d’agriculture et son statut de religieux ne le met surtout pas à l’abri des moins dociles. Il est même permis de supposer que des membres du clergé aient eu déjà maille à partir avec des agriculteurs, cela même avant l’époque du missionnaire agricole. La mise en garde de l’Église sur le travail du missionnaire agricole s’avéra vite justifiée. Dès 1895, moins de deux ans après sa nomination à titre de missionnaire agricole, le curé Leclerc ainsi qu’un médecin sont pris à partie par des agriculteurs. La suspicion couve sur les motifs de Leclerc pour la cause agricole. Il lui est reproché de nourrir des intérêts cachés, probablement en rapport avec la dîme. L’affaire préoccupe le rédacteur du Courrier de Charlevoix16, un journal publié à Baie-Saint-Paul, qui intervient en faveur de Leclerc et des curés de paroisse. Le journal doute que la dîme soit en cause et il invite les mécontents à plus de retenue sur la question de l’engagement des curés pour la cause agricole. Les démêlés de Leclerc confirment l’appréhension des autorités religieuses quant aux susceptibilités et aux réactions plutôt imprévisibles des agriculteurs, du moins de certains d’entre eux.

  • 17 Paroisse de La Malbaie, cahiers de prônes, 1896, sans jour, sans mois, sans pagination.

31Il est possible de tirer de l’analyse de divers conflits entre les curés et leurs paroissiens une conclusion intéressante sur le domaine de compétence. Pour le curé, le fait d’être le chef spirituel de la communauté n’assure pas nécessairement une réception sereine de son enseignement dans un domaine où les agriculteurs, tels des gardiens des traditions, perpétuent les acquis des générations précédentes et dont le leitmotiv est : « Ainsi faisaient nos pères. » On peut comprendre que les mises en garde des autorités religieuses mettent tôt en relief un problème assez particulier : celui du champ de compétence de chacun. On trouve dans les cahiers de prône des allusions en ce sens. Le dimanche de la Pentecôte de 1896, le grand-vicaire Leclerc s’emporte et dénonce les critiques contre les mandements sur l’agriculture, sur la colonisation et sur l’établissement des missionnaires agricoles. Il se plaint d’avoir été siffl é, ennuyé, lassé etharcelé. À ses dires, on le punit parce qu’il a voulu montrer la nécessité d’améliorer les techniques agricoles en donnant des exemples de rendements dérisoires. À ceux qui lui rappellent qu’il devrait se contenter de prêcher l’Évangile, il rétorque : « Eh bien, je prêchais l’Évangile en faisant ce que je faisais17. »

  • 18 Paroisse des Éboulements, cahiers de prônes, 1914, sans jour, sans mois, p. 174.
  • 19 Ibid., 29 mars 1931.
  • 20 Paroisse de Saint-Placide, cahiers de prônes, 21 janvier 1934.

32Leclerc essaie donc de consolider sa position en s’abritant derrière l’Évangile, ce que feront d’ailleurs d’autres curés. Dans le quotidien, la modernisation de l’agriculture leur apparaît aussi une affaire religieuse qu’il ne convient guère de discuter. L’argument est parfois exprimé très clairement. Quand en 1914 le curé des Éboulements incite les siens à encourager la société d’agriculture et le cercle agricole et à assister aux conférences, il y voit une nécessité pour « le bien moral et temporel de la paroisse 18 ». Une quinzaine d’années plus tard, toujours aux Éboulements, le curé, qui milite pour l’Union catholique des cultivateurs, dira : « En fait d’agriculture, je ne connais rien, mais en fait d’œuvres sociales, de coopération, d’union, je ne m’en laisserai imposer par qui que ce soit19. » Et lorsqu’en 1934 le curé de Saint-Placide, une paroisse pauvre à vocation agro-forestière, située près de Baie-Saint-Paul, se défend d’avoir donné de mauvais conseils agricoles, il explique à ses paroissiens que le pasteur dans sa paroisse a la grâce d’état pour donner des conseils spirituels et temporels. Il ne se trompe pas, clôt-il20. Ces prises de position d’autorité vont plutôt à l’encontre des plaidoyers en faveur de l’intelligence des agriculteurs et ce, alors que la campagne sur les mérites d’une agriculture raisonnée dure depuis des décennies.

33Malgré l’existence de conflits et les divergences de vue, le clergé et ses membres sont capables d’observations fines et ont compris que les réformes proposées doivent se faire minimalement en harmonie avec le mode de vie et les valeurs des agriculteurs. Ce qui semble un détail prend parfois une importance insoupçonnée. Ainsi, plus d’un curé aura remarqué l’intérêt des agriculteurs pour la participation aux assemblées des associations agricoles, à condition bien sûr qu’elles aient lieu de préférence le dimanche après la grand-messe, donc à un temps social acceptable. Sinon l’assiduité en souffre, ce qu’ont aussi noté des conférenciers. Cette coutume contraignante que déplorent le curé Leclerc et des agents de l’État au xixe siècle va perdurer pendant plusieurs décennies.

34Nombre de curés de paroisse sont intervenus dans les activités agricoles, non seulement dans l’animation des cercles agricoles comme on l’a vu précédemment, mais également dans la fondation des beurreries et des fromageries, dans l’organisation des premières coopératives ou par leur soutien au syndicalisme agricole, ce qui oblige à reconnaître leur engagement et leur influence. En ce qui concerne les cercles agricoles, les réactions des agriculteurs montrent que le prestige du curé ne suffit ni à les mobiliser tous, ni à modifier en quelques années l’ensemble de leurs pratiques en matière d’agriculture.

35Il faut comprendre que la réception faite aux actions des curés et à l’ensemble des agents du développement agricole relève aussi des enjeux qui sont reliés à l’innovation. Comme les changements brusques dans les sociétés agricoles traditionnelles sont plutôt rares, on peut déduire que le travail de l’ensemble des agents auprès des agriculteurs fut de longue haleine avec un quotidien parsemé de réussites et d’échecs. Les curés de paroisse ont-ils fait mieux que les autres agents du développement agricole ? Considéré sous l’angle de la psychologie sociale, c’est probable. Dans l’environnement des agriculteurs, ils constituent des intermédiaires culturels d’une plus grande valeur, davantage crédibles que la majorité des autres agents de développement agricole, cela en dépit de leur vulnérabilité sur le plan personnel et humain à titre de conseiller en matière d’agriculture et sur le plan professionnel et scientifique en matière de connaissances agricoles.

Notes

1 Pour plus de commodité, nous utilisons « Québec » pour aussi désigner le Bas-Canada (1791-1841), le Canada-Est (1841-1867) et la province de Québec (1867 à nos jours). Pour la même raison, par ministère de l’Agriculture, nous entendons l’ensemble des ministères qui, sous des noms différents, ont pris en charge l’agriculture.

2 Les interventions de l’Église catholique et des curés seront ici précisées selon les principales conclusions d’une étude sur le rôle de l’État dans la diffusion des connaissances agricoles. Voir Normand Perron, L’État et le changement agricole dans Charlevoix, 1850-1950, Québec, Presses de l’université Laval, 2003, xii, 318 p. ; voir également Normand Perron, « Entre culture et science : l’État, l’innovation et le changement agricole dans Charlevoix, fin xixe-début du xxe siècle », Scientia Canadensis (Canadian Journal of the History of Science, Technology and Medicine/Revue canadienne d’histoire des sciences, des techniques et de la médecine), vol. 29, n° 1, 2006, p. 29-48.

3 Normand Perron, L’État et le changement agricole…, op. cit., p. 27-36.

4 Voir Normand Perron, « La politique économique des trappistes de Mistassini. Une étude de cas : leur établissement laitier », mémoire de maîtrise d’histoire, Québec, université Laval, 1975, xxiii, f° 157 ; Camil Girard et Normand Perron, Histoire du Saguenay – Lac-Saint-Jean, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1989, 672 p.

5 Entre 1840 et 1930, 900 000 Canadiens français auraient quitté le Québec à destination des États-Unis. Voir Yves Roby, Les Franco-Américains de la Nouvelle-Angleterre, 1776-1930, Sillery, Septentrion, 1990, 434 p.

6 La lettre pastorale des évêques précise les attentes envers le missionnaire agricole. Après avoir affirmé le caractère religieux du travail du missionnaire agricole, le document des évêques souligne que celui-ci doit faire aimer l’agriculture et faire connaître les endroits les plus propices à la colonisation agricole. Il lui incombe des responsabilités qui tiennent davantage aux idées de modernisation de l’agriculture, comme soutenir les associations agricoles, favoriser l’adoption de l’industrie laitière, démontrer l’importance de la comptabilité agricole. Le missionnaire agricole reçoit aussi la responsabilité de trouver dans chaque paroisse un jeune homme capable d’étudier dans une école d’agriculture et qui, une fois revenu dans son milieu, deviendra un modèle. Par contre, les évêques se montrent prudents sur la question de l’enseignement des techniques agricoles. À moins d’une maîtrise parfaite de ces enseignements, le missionnaire devra laisser cette tâche aux conférenciers et aux experts agricoles. Voir Normand Perron, L’État et le changement agricole…, p. 110-111 ; Jean Hamelin et Yves Roby, Histoire économique du Québec, 1851-1896, Montréal, Fides, 1971, p. 190.

7 Hamelin et Roby, op. cit., p. 189.

8 Le Journal d’Agriculture illustré, 1887, sans date quotidienne, p. 35-42. Jean-Charles Chapais présente un compte rendu du premier congrès des cercles agricoles tenu à Trois-Rivières les 20 et 21 janvier 1887.

9 Le Journal d’Agriculture illustré, 15 juillet 1918, p. 6.

10 Le Journal d’Agriculture illustré, 15 juillet 1893, p. 139.

11 Les cahiers de prônes sont de qualité inégale. Des curés notent en détail ce qu’ils transmettent comme information à leurs fidèles. Chez d’autres, les notes rédigées dans le cahier de prônes font plutôt office d’aide-mémoire, les curés se contentant alors d’inscrire un ou quelques mots. Dans tous les cas, ce que le curé a pu dire à ses fidèles peut être différent de ce que la source écrite donne à entendre. Les informations sont parfois anodines mais elles trouvent un sens nouveau une fois mises en relation avec différentes données. Sur les cahiers de prônes comme source, voir aussi Serge Gagnon et René Hardy, L’Église et le village au Québec, 1850-1930, L’enseignement des cahiers de prônes, Montréal, Leméac, 1979, p. 14-22.

12 Normand Perron, L’État et le changement agricole…, p. 144-145. Cette estimation a été faite à partir des rapports des cercles agricoles publiés dans les Documents de la session du Québec, 1894-1914 et le Recensement du Canada de 1911.

13 Source : Documents de la session du Québec, Rapport au Commissaire de l’Agriculture, voir les rapports entre 1866 et 1914 ; Annuaire statistique du Québec, voir les années 1914-1934 ; Fonds de la Société d’agriculture de Charlevoix n° 2 du comté de Charlevoix, Société d’histoire de Charlevoix ; Registre des sociétés d’agriculture 1904-1913 et Registre des Sociétés d’agriculture 1926-1973, ANQ-Q, Fonds Agriculture, E9/1960-01-029/291, localisation : 1C05-1405A/1 ; Registre des cercles agricoles, ANQ-Q, Fonds Agriculture, E9/1960-01-029/292-299, localisation : 1A06-1501A/1, 1A061502A/1, 1A06-1503A/1, 1A06-1504A/1, 1A06-1506A/1, 1A06-2101A/1, 1A06-2103A.

14 Le Journal d’Agriculture illustré, 15 mars 1894, p. 46.

15 La Gazette des Campagnes, 26 janvier 1893, p. 381-382.

16 Le Courrier de Charlevoix, 8 août 1896, p. 2.

17 Paroisse de La Malbaie, cahiers de prônes, 1896, sans jour, sans mois, sans pagination.

18 Paroisse des Éboulements, cahiers de prônes, 1914, sans jour, sans mois, p. 174.

19 Ibid., 29 mars 1931.

20 Paroisse de Saint-Placide, cahiers de prônes, 21 janvier 1934.

Table des illustrations

Titre Le Charlevoix en 2006.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5269/img-1.png
Fichier image/png, 506k
Titre Tableau 1 : Curés présidents des cercles agricoles du Charlevoix, 1894-1913.
Légende Source : Documents de la Session du Québec, 1894-1913.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5269/img-2.png
Fichier image/png, 2,6k
Titre Figure 1 : Nombre de membres des sociétés d’agriculture et des cercles agricoles du Charlevoix13, 1865-1950.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5269/img-3.png
Fichier image/png, 7,4k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540