Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roussel : hier, aujourd’hui

 | 
Pierre Bazantay
, 
Christelle Reggiani
, 
Hermes Salceda

Quatrième partie. Récritures

Re : Raymond Roussel au Japon

Toshihiro Kokubu

Texte intégral

1Raymond Roussel et le Japon ? La relation est peut-être fortuite, même si l’écrivain notait qu’il avait visité une fois le Japon (C, p. 27). Il n’en reste pas moins qu’il semble exercer une curieuse attraction sur les lecteurs de ce pays d’Extrême-Orient où florissaient autrefois l’art d’avant-garde et l’importation de la pensée française contemporaine (Foucault, Deleuze, Derrida, etc.), et prospère aujourd’hui la culture des otakus.

  • 1 Les participants venaient de pays variés (Espagne, Pays-Bas, Allemagne, Canada, Argentine etc.) mai (...)
  • 2 Kitayama Kenji, « Raymond Roussel au Japon », in Pierre Bazantay et Patrick Besnier (dir.), Raymond (...)

2C’est peut-être pour cela que la « délégation japonaise » a été remarquée au colloque « Raymond Roussel, hier, aujourd’hui » organisé à Cerisy-la-Salle en juin 2012. Trois Japonais y étaient en effet présents parmi une trentaine de participants1 (soit une proportion d’un dixième, donc !). D’ailleurs, notre collègue Kenji Kitayama avait déjà publié un article intitulé « Raymond Roussel au Japon2 » dans les actes du précédent colloque « Roussel » de Cerisy (qui a eu lieu en 1991). C’est donc pour faire le bilan de la situation actuelle que je présente ici, à la suite de Kitayama, une courte synthèse de la réception de Roussel au Japon.

Les traductions

3Nous ne pouvons certes pas dire que Roussel jouisse d’une grande notoriété au Japon – il n’est pas Flaubert, Stendhal ou Proust – mais il n’en reste pas moins que cet auteur original attire un certain nombre d’amateurs dans les domaines littéraire aussi bien qu’artistique.

4La première traduction de Roussel en japonais remonte à 1959. Il s’agit des chants III et IV de Nouvelles Impressions d’Afrique, traduits par Norio Awazu dans Sekai Meishishutaisei 5 [Anthologie des plus grands poèmes du monde, t. V], publié chez Heibonsha. Déjà, à cette époque, le surréalisme était bien connu au Japon – ce mouvement d’avant-garde avait été « importé » dans l’archipel avant la guerre, presque « en temps réel » – ; c’est donc dans la lignée des précurseurs du surréalisme que le traducteur situe Roussel. Mais sa perspicacité et son audace n’en sont pas moins remarquables puisqu’il a choisi cette ultime œuvre de Roussel dont l’écriture « à parenthèses » rend la traduction très difficile (il n’existe d’ailleurs à ce jour aucune traduction complète de cette œuvre en japonais).

5C’est ensuite la parution de la version japonaise du livre de Michel Foucault, Raymond Roussel, en 1975 (traduit par Kôichi Toyosaki, publié par les Presses Universitaires Hôsei), qui semble avoir contribué à répandre le nom de Raymond Roussel dans un public un peu plus nombreux, plus ou moins intellectuel mais ne sachant pas forcément lire le français.

6Avant la publication de cette monographie de Foucault, les Japonais disposaient déjà (depuis 1967) de la traduction de Pour un nouveau roman d’Alain Robbe-Grillet (qui contient « Énigme et transparence chez Raymond Roussel »), et de celle des Études sur le théâtre dada et surréaliste d’Henri Béhar (qui contient « La gloire théâtrale de Raymond Roussel »), depuis 1972.

7Dans ce contexte, Roussel commence peu à peu à être connu dans le milieu littéraire et artistique japonais. En effet, un critique d’art, Yoshiaki Tôno, auteur d’une monographie sur Marcel Duchamp (1977), publie en 1974 une série d’articles sur les rapports entre Roussel et Duchamp dans la revue Bijutu Techô [Le Cahier de l’art]. Et c’est lui qui fait découvrir l’œuvre de Roussel à son ami, artiste aux multiples talents, Shuji Terayama (1935-1983) – auteur de haïkus, dramaturge, metteur en scène et cinéaste, il est un peu le Jean Cocteau du Japon. Terayama consacre à Roussel, en 1976, pour la première fois au Japon, un numéro de revue (qui est plutôt une sorte de « bulletin » de la troupe de théâtre qu’il dirige) : Chika Engeki [Le Théâtre underground]. Depuis, des revues littéraires et artistiques comme Eureka (1977), Art Vivant (1988), Yasô [Fantaisie Nocturne] (1990) ont publié des numéros spéciaux consacrés à Roussel.

8Pendant ce temps, la traduction des deux romans majeurs de Roussel a été réalisée par Kôji Okaya. Impressions d’Afrique a d’abord été publié, en 1980 (chez Hakusuisha), puis Locus solus en 1987 (chez Atelier Peyotl). Les deux livres sont maintenant épuisés, mais ils sont l’un et l’autre réédités en format de poche chez Heibonsha, et toujours disponibles. C’est grâce à Okaya que ces chefs-d’œuvre de Roussel sont enfin devenus accessibles au grand public japonais. Okaya est également traducteur de Roussel l’ingénu de Michel Leiris (Atelier Peyotl, 1991), et l’auteur de L’Énigme de Raymond Roussel : Comment il a écrit certains de ses livres (Kokusho Kankôkai, 1998). Ce recueil d’articles, qui contient un compte rendu détaillé de la découverte de la « malle de Roussel » en 1989 et la traduction d’un fragment de ses documents inédits (l’épisode de « la nouvelle découverte d’Adinolfa »), reste, pour le moment, le seul livre en japonais entièrement consacré à Roussel.

9Par ailleurs, Kenji Kitayama publie, en 1989, la traduction de Vie de Raymond Roussel de François Caradec chez Libroport, avant que la version japonaise (traduite par Hiroshi Takayama et Tôru Morinaga) des Machines célibataires de Michel Carrouges ne paraisse, en 1991, chez Arina Shobô.

10Ainsi, des années 1970 aux années 1990, le nom et l’œuvre de Roussel sont-ils progressivement reconnus.

Universitaires et écrivains

  • 3 Sakazume Haruo, « Commentaires de Nouvelles Impressions d’Afrique », Bulletin de recherches de l’Un (...)

11Parallèlement aux travaux de Kôji Okaya, apparaissent au cours des années 1980-2000 plusieurs chercheurs qui abordent Roussel de front. Masachika Tani est le premier Japonais à consacrer sa thèse de doctorat à cet auteur (Lieu commun hors du commun chez Raymond Roussel, thèse de l’université Paris 3-Sorbonne nouvelle, 1987). D’autre part, Kenji Kitayama et Haruo Sakazume (également connu comme traducteur de Georges Perec) écrivent beaucoup d’articles en japonais ou en français sur Roussel. On notera, en outre, que Sakazume continue à traduire, sans être publié par une maison d’édition commerciale, Nouvelles Impressions d’Afrique, qu’il publie, avec ses commentaires détaillés, dans des bulletins de l’université à laquelle il appartient3. Ces trois rousselliens constituent pour ainsi dire « la première génération » des études rousselliennes au Japon.

12Bien sûr, il n’y a pas que des universitaires qui s’intéressent à l’œuvre de Roussel. À la suite des traductions de Kôji Okaya, de nombreux écrivains et artistes ont été attirés par l’univers roussellien.

  • 4 La formule est de Leiris Michel (Roussel l’ingénu, Montpellier, Fata Morgana, 1987, p. 95).

13Force est d’admettre qu’au Japon, Roussel est considéré, encore maintenant, comme « un grand marginal4 ». Il est plutôt classé, si l’on peut dire, parmi ces auteurs méconnus qu’apprécieraient les seuls « connaisseurs ». Et c’est justement pour cela que son œuvre attire beaucoup d’amateurs de littérature ou d’art, parmi lesquels des romanciers et des artistes plus ou moins connus du public japonais.

  • 5 Kanai Mieko, Dôkeshi no koi [La Romance de l’arlequin], 1990 : Kanai, par exemple, fait dire à l’un (...)
  • 6 Kobayashi Kyôji, Kôyaron [De la lande sauvage], 1991.

14J’ai déjà cité le nom de Shuji Terayama, qui était très populaire dans le milieu du cinéma et du théâtre expérimentaux, mais il y a d’autres écrivains encore qui font allusion à Roussel dans leurs œuvres, ne serait-ce que d’une manière fugitive, pour adresser un clin d’œil au lecteur dilettante, tels Mieko Kanai5 (1947-) ou Kyôji Kobayashi6 (1957-).

  • 7 http://katsuji.yomiuri.co.jp/kouza/entry/20070729.htm (site en japonais)
  • 8 http://www.froggy.co.jp/seiko/55/55.html (site en japonais) ; une partie de ce texte est parue d’ab (...)

15Parmi ces auteurs, celui qui a le premier tenté de proposer une réflexion plus ou moins « sérieuse » (à sa propre manière, non de façon académique) sur Roussel est Seiko Ito (1961-). Auteur de plusieurs romans – No Life King (1988) a été sélectionné pour le prix Yukio Mishima – il est plutôt connu dans l’archipel comme comédien, musicien (surtout de hip hop) ou animateur de télévision ( !). Dans un entretien avec Hikaru Okuizumi (lui-même romancier célèbre, dont La Nuit où le serpent fut tué et Les Pierres sont disponibles en français), Ito dit que la lecture d’Impressions d’Afrique a changé sa vie7. Il publie sur son site un long texte qu’il qualifie lui-même de « life work » : « 55 note [sic] : Saussure, Duchamp, Raymond Roussel8 », où il aborde ces trois auteurs sous l’angle du jeu d’échecs. Mais Ito a abandonné ce « life work » en 2001 (excepté un très petit ajout en 2006), et le texte reste actuellement inachevé.

16Par ailleurs, Kazushi Hosaka (1956-), l’un des prosateurs japonais les plus importants, couronné, pour son style minimaliste, de prix littéraires prestigieux tels que le prix Ryunosuke Akutagawa, le prix Junichirô Tanizaki et le prix Taiko Hirabayashi, consacre une trentaine de pages à Roussel dans son essai sur le roman : Shôsetsu no tanjô [La Naissance du roman], publié chez Shinchôsha en 2006. Dans ce livre où il enchaîne librement ses pensées sur Leiris – l’ouvrage commence par sa lecture du Journal 1922-1989 de Michel Leiris (dont la version japonaise est parue en 2001-2002, traduite par Fumio Chiba) – Kafka, Beckett, Godard, Nietzsche, Klossowski etc., Hosaka, en citant longuement quelques épisodes d’Impressions d’Afrique et de Locus solus, admire le style exact et presque mécanique de Roussel et la forme originale de ses œuvres.

  • 9 Hosaka Kazushi, Shôsetsu no tanjô [La Naissance du roman], Shinchôsha, 2006, p. 109.

17Ce que Hosaka et Ito disent tous les deux, c’est qu’ils n’avaient jamais lu, avant de rencontrer Roussel, une œuvre aussi intéressante et bizarre. Dans son essai, Hosaka témoigne de l’impact de l’œuvre de Roussel sur son lecteur9. Ceci tendrait à montrer qu’il existe au Japon suffisamment de lecteurs potentiels de Roussel.

  • 10 http://www.actufantasy.com/spip/ITW-Enjoh-Toh.html

18Je citerai enfin un autre romancier qui mentionne Roussel : Toh Enjoh ([1972-] ; il utilise une autre orthographe : « Enjoe »). C’est un écrivain de la dernière génération, qui a débuté en 2006-2007 avec deux ouvrages qu’il a publiés successivement (Self-Reference ENGINE [2006] et Du baseball [2007]) et qu’on pourrait placer respectivement dans les genres « SF » et « Littérature » (« avec un L », comme on dit). Se destinant d’abord à la physique (son directeur de recherches était un spécialiste de la théorie des systèmes complexes) puis converti à la littérature, Enjoh s’est d’emblée fait remarquer par un style très abstrait et volontairement pédant. Dans l’un de ses premiers écrits, Tsugi no chosha ni tsuzuku [Suite au prochain auteur] (2007), texte borgésien hautement métafictionnel et plein de citations et de cuistrerie, Enjoh se réfère à Locus solus et à Impressions d’Afrique, en faisant allusion au procédé qui consiste à produire une histoire en jouant sur les deux lettres b et p (il semble qu’il confonde Impressions d’Afrique avec le conte générateur de celui-ci : « Parmi les Noirs »). D’ailleurs, sa première œuvre de science-fiction, Self-Reference ENGINE, commence par cette phrase qu’on pourrait lire dans un sens très roussellien : « Toutes les chaînes de caractères possibles. Tous les livres y sont inclus. » Actuellement, aucune de ses œuvres n’est disponible en français, mais on peut lire un entretien dans cette langue sur le site des éditions ActuSF10, où ce jeune romancier cite La Belle Hortense de Jacques Roubaud comme l’une des œuvres marquantes pour lui dans les domaines de la science-fiction et de la fantasy.

Les artistes

  • 11 Sur son site, on trouve sa biographie en français : http://ondine-i.net/profile.html
  • 12 Aoyagi Izumiko, « Ravel et Raymond Roussel », Ongaku to bungaku no taiihou [Le Contrepoint de la mu (...)

19Pianiste et écrivain, Izumiko Aoyagi11 (1950-) – dont le grand-père, Mizuho Aoyagi (1899-1971), est lui aussi écrivain, et connu pour ses traductions de Rousseau, Maupassant, Gautier etc. – est l’une des artistes attirées par l’univers roussellien. Elle a écrit, de son point de vue de musicienne, un article comparant Roussel à Maurice Ravel, où elle observe notamment : « C’est par la voie des Machines célibataires de Michel Carrouges que Ravel et Roussel sont entrés en résonance sur le champ magnétique que je suis12. » Selon elle, ces deux artistes avaient, malgré les différences apparentes et l’absence de relation directe entre eux, beaucoup d’affinités aussi bien dans leurs caractères que dans leurs œuvres, sans parler du fait qu’ils étaient l’un et l’autre pianistes inscrits au Conservatoire de Paris presque à la même époque : l’écriture (littéraire / musicale) exacte et rigoureuse, le goût classique, la manie des règles, la vie célibataire et solitaire (Ravel, comme on sait, a passé les dernières années de sa vie dans sa maison « Le Belvédère » située en banlieue de Paris, tout comme Martial Canterel vivait dans sa villa « Locus Solus »).

20Aoyagi montre aussi, en analysant chacun des épisodes relatifs à la musique d’Impressions d’Afrique et de Locus solus, combien et comment l’expérience et la culture musicales de Roussel retentissent sur ces « numéros ». Ainsi, le ver apprenant à jouer de la cithare sous la direction de Skarioffszky ou Carmichaël obligé de réciter le chant ponukéléien représentent en quelque sorte la relation du professeur et de l’élève dans l’apprentissage musical ; quant à Ludovic chantant à voix quadruple, sa bouche est comparée aux doigts du pianiste jouant une fugue à quatre voix de Bach – dont l’art consiste, selon Aoyagi, à mouvoir ses dix doigts de manière indépendante.

21Par ailleurs, Aoyagi, en examinant la musique « composée » par Roussel dans ses romans, fait remarquer qu’elle forme un contraste complet avec celle que préfère l’auteur dans sa vie réelle : sa préférence allait à Gounod, Wagner, Massenet etc. alors que la musique qu’on trouve dans Impressions d’Afrique et Locus solus est, loin d’être conventionnelle, plutôt révolutionnaire et avant-gardiste. Selon Aoyagi, cette musique fait penser, au-delà de Ravel, à John Cage ou à Luciano Berio, compositieur italien réputé pour ses travaux expérimentaux et sa musique électroacoustique.

22Yoshio Ootani (1972-), musicien et critique, concacre lui aussi un chapitre à Roussel dans son livre, Motteyuku uta, oiteyuku uta : furyô shônen tachi no bungaku to ongaku [Les Chants à emporter, les Chants à laisser : la littérature et la musique pour les mauvais garçons] (Esquire Magazine Japan, 2009). Dans ce chapitre, intitulé « Raymond Roussel et le surréalisme », Ootani, en prévenant qu’il n’a lu de Roussel que les deux romans – Impressions d’Afrique et Locus solus – en version japonaise, développe librement sa réflexion sur Roussel en alléguant Saussure, Breton, Blanchot ou Shuzo Takiguchi (surréaliste japonais [1903-1979]). Il cite également Izumiko Aoyagi deux fois (ce qui montre qu’il lui doit beaucoup dans la rédaction de cet article), mais (curieusement ?) il ne se réfère jamais à la musique dans son analyse, qui se fait donc uniquement du point de vue littéraire.

  • 13 http://www.tamabi.ac.jp/idd/shiro/RR/RR.html (site en anglais et en japonais).
  • 14 http://www.tamabi.ac.jp/idd/shiro/IA/rr2.pdf (article en japonais).

23Pour aborder à présent le domaine de l’art contemporain, rappelons la publication, par Shiro Takahashi (1943-), plasticien et professeur à l’Université de l’art Tama, d’un « Illustrated Guide for Raymond Roussel » sur son site13. Takahashi a également écrit un article intitulé « Raymond Roussel and Cyber-art » (2009), qu’il a accompagné de plusieurs images inspirées des inventions rousselliennes14.

24Une autre adaptation libre de Roussel pourrait se trouver dans un manga. Certains estiment en effet que NIWA : The Garden (East Press, 2007) de Yuichi Yokoyama (1967-) est pour ainsi dire un « Locus solus en version BD ». De fait, la conception d’ensemble des deux œuvres semble analogue puisque des invités découvrent plusieurs inventions absurdes dans un jardin. Une maison d’édition française, spécialisée dans la bande dessinée, a publié la traduction de ce manga sous le titre Jardin (Paris, Matière, 2009). Voici la présentation du livre qui figure sur son site :

  • 15 http://www.matiere.org/jardin.html (on peut lire aussi une courte biographie de Yokoyama et un extr (...)

Une foule de plusieurs centaines de personnes pénètre dans le « jardin » et découvre peu à peu ce vaste territoire interdit constitué d’une succession de paysages artificiels animés de mouvements automatisés. Le « jardin » est un décor désert, habité uniquement de dispositifs mécaniques, de cliquetis, de chocs et de grincements, un lieu sans orientation ni logique qui paraît généré au fur et à mesure de la curiosité qu’il suscite. Un lieu probablement sans fin, voué à l’inouï, à l’extraordinaire, à l’invention15.

25On dirait une description de Locus solus ! Mais, en fait, à part ce cadre général, l’expression artistique de Yokoyama – son style, ses goûts, sa conception du monde et surtout l’ambiance inquiétante représentée dans l’œuvre – est bien propre à cet artiste plasticien qui s’est d’abord exclusivement consacré à la peinture. D’ailleurs, l’intrigue et la cohérence manquent complètement à son Jardin. Le monde artistique de Yokoyama, tout à fait unique en son genre, est assez loin de celui de Roussel.

  • 16 Ce néologisme japonais désigne une personne qui consacre une certaine partie de son temps aux manga (...)

26Une autre trace de Roussel dans la culture otaku16 est présente dans le film d’animation Innocence (2004), réalisé par Mamoru Oshii (1951-). Fortement marqué par l’influence de L’Ève future de Villiers de l’Isle-Adam, il développe, à la suite d’un film précédent d’Oshii, Ghost in the Shell, l’histoire d’un monde où cohabitent cyborgs et humains. Dans Innocence, le nom de l’usine impliquée dans un complot cybernétique est « Locus Solus et Cie » ; cette usine fabrique des gynoïdes (robots androïdes d’apparence féminine) nommées « Hadaly » (en référence à L’Ève future) qui, par la faute d’un programme, massacrent des humains avant de se suicider (de s’autodétruire).

  • 17 Op. cit.

27Certes, le film d’Oshii ne fait que mentionner le nom « Locus Solus » et le manga de Yokoyama n’est peut-être pas directement inspiré par l’œuvre de Roussel – en tout cas, l’auteur n’en a pas parlé, et c’est une partie de ses lecteurs qui qualifie cette œuvre de « Locus solus en BD » – mais ces deux références nous montrent qu’au Japon, l’œuvre de Roussel est accueillie favorablement par les artistes qui travaillent dans le milieu de la bande dessinée, de la science-fiction, de l’animation, enfin de toute la culture qui repose sur le monde virtuel. Il semble que l’univers roussellien se marie bien avec la culture « otakiste » japonaise. D’ailleurs, l’un des livres pionniers consacrés à cette culture, celui d’Étienne Barral17, a été traduit en japonais par notre collègue roussellien, Susumu Niijima, et publié en 2000 chez Kawade Shobô Shinsha.

28Pour conclure, je noterai que l’une des dernières adaptations théâtrales d’Impressions d’Afrique a été mise en scène à Tokyo en 2009. C’est « Engeki Jikkenshitsu Ban’yu Inryoku » [Laboratoire Théâtral Attraction Universelle], troupe de théâtre issue de « Tenjô Sajiki » [Paradis au Théâtre], qui fut dirigé par Shuji Terayama. La représentation était intitulée Impressions d’Afrique version Ban’yu Inryoku : il s’agissait donc forcément d’une adaptation (très) libre du roman – mais on y voit du moins la preuve de l’attraction de Roussel, toujours active sur la culture avant-gardiste japonaise.

Annexes

Annexes

Œuvres de Roussel traduites en japonais

Nouvelles Impressions d’Afrique, trad. Norio Awazu, in Sekai Meishishutaisei 5 [Anthologie des plus grands poèmes du monde, t. V], Heibonsha, 1959 [Chants III et IV].

« La colonne qui, léchée jusqu’à ce que la langue saigne, guérit la jaunisse », trad. Norio Awazu, in Surréalisme Tokuhon 1 [Le Cahier du surréalisme 1], Shichôsha, 1981.

Impressions d’Afrique, trad. Kôji Okaya, Hakusuisha, 1980 (réédition en livre de poche chez Heibonsha, 2007).

« Parmi les Noirs », trad. Fumi Tsukahara, in Waseda Bungaku [Littérature Waseda], août 1986.

Locus solus, trad. Kôji Okaya, Atelier Peyotl, 1987 (réédition en livre de poche chez Heibonsha, 2004).

« Idylle funambulesque », trad. Kôji Okaya ; « Chiquenaude », trad. Kôji Okaya, in La Boîte célibataire (recueil de nouvelles variées), Chikuma Shobô, 1990.

« Comment j’ai écrit certains de mes livres » (ce titre ne désigne ici que le texte explicatif et biographique, et non l’ouvrage posthume dans son ensemble), trad. Kôji Okaya, in Leiris Michel, Roussel l’ingénu (trad. Kôji Okaya), Atelier Peyotl, 1991.

« Deuxième document pour servir de canevas », trad. Masachika Tani, in Yaso [« Fantaisie Nocturne »], no 27 (numéro spécial « Roussel »), 1990.

« La nouvelle découverte d’Adinofa », trad. Kôji Okaya, in Kôji Okaya, L’Énigme de Raymond Roussel : Comment il a écrit certains de ses livres, Kokusho Kankôkai, 1998.

L’Étoile au front, trad. Susumu Niijima ; La Poussière de soleils, trad. par Toshihiro Kokubu, Jinbun Shoin, 2001 (les deux pièces sont réunies en un seul volume).

Chronologie de la réception de Roussel au Japon

1959

Extraits de Nouvelles Impressions d’Afrique, trad. Norio Awazu ;

1967

Robbe-Grillet Alain, Pour un nouveau roman, trad. Tokuyoshi Hiraoka ;

1972

Behar Henri, Etudes sur le théâtre dada et surréaliste, trad. Shinya Andô ;

1974

Série d’articles sur Roussel et Duchamp par Tôno Yoshiaki dans la revue Bijutsu Techô ;

1975

Foucault Michel, Raymond Roussel, trad. Koichi Toyosaki ;

1976

Revue Chika Engeki, numéro spécial « Roussel » ;

1977

Revue Eurêka, numéro spécial « Roussel et Duchamp » ;

1980

Impressions d’Afrique, trad. Kôji Okaya ;

1986

« Parmi les Noirs », trad. Fumi Tsukahara ;

1987

Locussolus, trad. Kôji Okaya ;

1988

Revue Art Vivant, numéro spécial « Roussel » ;

1989

Caradec François, Vie de Raymond Roussel, trad. Kenji Kitayama ;

1990

« Idylle funambulesque », trad. Kôji Okaya ;
« Chiquenaude », trad. Kôji Okaya ;
Revue Yasô, numéro spécial « Roussel » ;
« Deuxième document pour servir de canevas », trad. Masachika Tani;

1991

Carrouges Michel, Les Machines célibataires, trad. Fliroshi Takayama et Toru Morinaga ;
Leiris Michel, Roussel l'ingénu, trad. Kôji Okaya ;
« Comment j’ai écrit certains de mes livres » (le texte éponyme du livre), trad. Kôji Okaya ;

1998

Okaya Kôji, L’Enigme de Raymond Roussel : Comment il a écrit certains de ses livres (pour le moment la seule monographie en japonais consacrée à Roussel) ;
« La nouvelle découverte d’Adinolfa », trad. Kôji Okaya ;

1999

Ito Seiko, « 55 note : Saussure, Duchamp, Raymond Roussel », revue Sekai ;

2001

L’Etoile au front, trad. Susumu Niijima ;
La Poussière de soleils, trad. Toshihiro Kokubu ;

2004

Oshii Mamoru, Innocence (film d’animation inspiré par L’Eve future de Villiers de l’Isle-Adam, où apparaît le nom « Locus Solus et Ck ») ;
Locus solus (réédité en livre de poche) ;

2006

Hosaka Kazushi, La Naissance du roman (essai sur le roman, où Fauteur traite de Roussel de manière admirative) ;
Aoyagi Izumiko, « Ravel et Raymond Roussel », Le Contrepoint de la musique et de la littérature (recueil d’essais sur la musique et la littérature) ;

2007

Impressions d'Afrique (réédité en livre de poche) ;
Yokoyama Yuichi, NIWA (« Locus solus en version BD » ?) ; Enjoh Toh, « Suite au prochain auteur », revue Bungakukai (nouvelle métafictionnelle où l’auteur fait allusion à Impressions dAfrique et à Locus solus) ;

2009

Takahashi Shiro, « Raymond Roussel and Cyber-art », Bulletin de recherches de l’Université de l’art Tama (article accompagné de plusieurs images inspirées par les inventions rousselliennes) ;
Ootani Yoshio, « Raymond Roussel et le surréalisme », Les Chants à emporter, les Chants à laisser : la littérature et la musique pour les mauvais garçons (recueil d’essais sur la littérature et la musique) ;

Adaptation théâtrale d’Impressions d’Afrique par la compagnie Ban’yu Inryoku [« Attraction Universelle »].

Notes

1 Les participants venaient de pays variés (Espagne, Pays-Bas, Allemagne, Canada, Argentine etc.) mais seul le Japon, excepté la France, avait envoyé plus de deux conférenciers.

2 Kitayama Kenji, « Raymond Roussel au Japon », in Pierre Bazantay et Patrick Besnier (dir.), Raymond Roussel, perversion classique ou invention moderne ?, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1993, p. 267-274.

3 Sakazume Haruo, « Commentaires de Nouvelles Impressions d’Afrique », Bulletin de recherches de l’Université Konan-Joshi, no 16, 1979, p. 121-153 ; « Commentaires de Nouvelles Impressions d’Afrique de Raymond Roussel (2) », Études de littérature européenne (Université Konan-Joshi), no 23, 1999, p. 17-44 ; « Commentaires de Nouvelles Impressions d’Afrique de Raymond Roussel (3) », Études de littérature européenne (Université Konan-Joshi), no 24, 2000, p. 32-50.

4 La formule est de Leiris Michel (Roussel l’ingénu, Montpellier, Fata Morgana, 1987, p. 95).

5 Kanai Mieko, Dôkeshi no koi [La Romance de l’arlequin], 1990 : Kanai, par exemple, fait dire à l’un de ses personnages, un employé qui travaille dans l’édition : « Le traitement de texte pourrait permettre de créer davantage de romans qui détruisent la langue avec des jeux de mots radicaux comme chez Joyce ou Raymond Roussel […]. »

6 Kobayashi Kyôji, Kôyaron [De la lande sauvage], 1991.

7 http://katsuji.yomiuri.co.jp/kouza/entry/20070729.htm (site en japonais)

8 http://www.froggy.co.jp/seiko/55/55.html (site en japonais) ; une partie de ce texte est parue d’abord dans la revue Sekai [Le Monde], Iwanami Shoten, janvier-mars 1999, puis dans la revue Waseda Bungaku [Littérature Waseda], mai 2001.

9 Hosaka Kazushi, Shôsetsu no tanjô [La Naissance du roman], Shinchôsha, 2006, p. 109.

10 http://www.actufantasy.com/spip/ITW-Enjoh-Toh.html

11 Sur son site, on trouve sa biographie en français : http://ondine-i.net/profile.html

12 Aoyagi Izumiko, « Ravel et Raymond Roussel », Ongaku to bungaku no taiihou [Le Contrepoint de la musique et de la littérature], Misuzu Shobô, 2006, p. 183 (p. 179-224).

13 http://www.tamabi.ac.jp/idd/shiro/RR/RR.html (site en anglais et en japonais).

14 http://www.tamabi.ac.jp/idd/shiro/IA/rr2.pdf (article en japonais).

15 http://www.matiere.org/jardin.html (on peut lire aussi une courte biographie de Yokoyama et un extrait d’un entretien sur ce site : http://www.matiere.org/yokoyama.html).

16 Ce néologisme japonais désigne une personne qui consacre une certaine partie de son temps aux mangas, aux dessins animés, aux jeux vidéo, à une idole etc. Sur ce phénomène qui marque la culture nipponne d’aujourd’hui et influence également la France, voir Barral Étienne, Otaku, les enfants du virtuel, Paris, Denoël, 1999 ; Azuma Hiroki, Génération Otaku : les Enfants de la postmodernité, trad. Corinne Quentin, Paris, Hachette Littératures, 2008 ; Oliveri Nicolas, Cyberdépendances : une étude comparative France-Japon, Paris, L’Harmattan, 2011.

17 Op. cit.

Auteur

Né en 1967 à Wakayama, au Japon, il est professeur à l’université Aoyama Gakuin où il enseigne le français et la culture française depuis 2009.
Sa thèse de doctorat, Le Jeu du je chez Raymond Roussel, université de la Sorbonne nouvelle – Paris 3, a été soutenue en 2002. En tant que traducteur, il a publié, entre autres, la version japonaise de La Poussière de soleils de Roussel (2001), Les Rolling Stones, une biographie de François Bon (2006), Un animal, un philosophe de Robert Maggiori (2007) et Jeune fille d’Anne Wiazemsky (2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540