Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Quatrième partie. Clergé et agriculture dans la modernité du xixe siècle

Dans l’attente du Ciel : agromanes et clergé en Bretagne, au milieu du xixe siècle

Serj Le Maléfan

Texte intégral

  • 1 Nous faisons ici référence à l’ouvrage d’Yves Le Febvre, La Terre des prêtres, Paris, 1924 (rééd. (...)
  • 2 Selon l’expression forgée par Gérard Cholvy, Christianisme et société en France au xixe siècle, 17 (...)
  • 3 Les prêtres du xixe siècle sont le plus souvent issus de la paysannerie. Ils sont donc au fait des (...)

1Si, dans son ensemble, la Bretagne du xixe siècle ne constitue pas, de façon homogène, une « terre des prêtres1 », il est néanmoins assuré qu’elle s’affirme, après le choc de la Révolution, comme une « chrétienté traditionnelle2 ». Ici, l’Église peut s’appuyer sur une réelle ferveur populaire qui, au sein des isolats paroissiaux, accorde au prêtre, au recteur, une place particulière qui fait de lui à la fois le pasteur des âmes et un membre à part entière de la communauté rurale3. Conscients de cette réalité sociale et religieuse, les promoteurs du progrès agricole ont cherché auprès de l’épiscopat un soutien institutionnel à leur entreprise moderniste. Dans le même temps, ils ont fortement sollicité une entremise sinon une adhésion du clergé rural afin que les prêtres soient, dans le cadre de leurs paroisses, des intermédiaires actifs, passeurs des idées nouvelles en matière d’agriculture.

Progrès agricole et loi divine

  • 4 Ces deux expressions sont empruntées, l’une à André Siegfried (Tableau politique de la France de l (...)

2La demande et les attentes du mouvement agronomique s’adressent donc, conjointement, à une institution et à des individus. Ces deux aspects sont néanmoins intimement liés et participent d’une conception globale de l’Église et du monde ecclésiastique, pris dans sa diversité, et non d’une stratégie différenciée. Penser la démarche des promoteurs du progrès agricole vis-à-vis de l’Église en terme de stratégie serait d’ailleurs totalement anachronique. Chez ces hommes, enracinés dans le milieu rural pour la plupart d’entre eux, la foi chrétienne constitue l’un des prismes majeurs de leur vision du monde et des rapports entre les personnes. Certes, une telle affirmation demanderait des nuances, dans le temps et dans l’espace. Toutefois, force est de constater que, y compris dans les régions de « catholicisme non clérical » qui deviennent dans le dernier tiers du siècle des zones de « catholicisme bleu4 », l’empreinte religieuse a durablement imprimé sa marque dans les esprits.

  • 5 Association bretonne (désormais AB), comptes rendus des congrès de Redon (p. 8) et de Quimper (p. (...)

3On peut se convaincre de cette réalité par une mise en parallèle de deux déclarations extraites de discours prononcés par des membres éminents de l’Association bretonne, lors de congrès de cette assemblée agricole5. Dans son allocution d’ouverture, pour la session tenue à Redon en 1857, le comte de Caffarelli, député bonapartiste et président en exercice de l’Association, évoque les années de cherté des grains qui ont caractérisé la fin de la Monarchie de Juillet. Puis il affirme que, grâce aux progrès de l’agriculture, les souffrances alors endurées par les populations pourront désormais être sinon prévenues du moins diminuées quant à leur intensité. Mais il précise vivement aussitôt :

« En parlant ainsi nous n’allons point, Messieurs, à l’encontre des idées religieuses qui nous font voir dans les maux que nous avons à supporter l’intervention de la Providence. Loin de là : d’abord il ne nous sera jamais donné de nous y soustraire complètement, mais ensuite, en cherchant à les prévenir et à les combattre, nous accomplissons sa loi divine qui a condamné, il est vrai, l’homme au travail et à manger son pain à la sueur de son front, mais qui lui a donné le moyen d’améliorer son sort en profitant des ressources mises à sa disposition. »

4L’année suivante, lors de la première séance du congrès tenu à Quimper, Théophile de Pompéry, président du comice agricole du Faou (Finistère) et républicain notoire, salue chaleureusement les progrès accomplis dans son département pour donner corps à « une agriculture plus industrieuse ». Il en vient à vanter les bienfaits de la nouveauté technique et proclame dans le même temps :

« Non, si l’homme a été condamné à manger son pain à la sueur de son front, il ne lui a pas été interdit d’employer l’intelligence dont il est doué à alléger le fardeau que la Providence lui a imposé. […] C’est ainsi que le génie, la puissance et la richesse des sociétés humaines grandiront encore ; et l’homme, s’élevant toujours en intelligence, en sentiment religieux et en moralité avec l’accroissement de ses ressources matérielles, sera véritablement le roi de la création ! »

  • 6 Le lien entre Progrès et Providence constitue l’un des thèmes majeurs discutés par les différents (...)

5À leur manière, ces paroles traduisaient le sentiment que l’idée de progrès et sa réalisation matérielle pour le bien-être des populations n’avaient rien de contradictoire avec la définition religieuse de la place de l’homme sur Terre. Plus encore, elles tendaient à affirmer que le progrès matériel de l’humanité s’inscrivait dans les desseins de « la loi divine » et qu’il permettait à l’être humain de se hisser pleinement à la distinction sans partage que lui avait réservée le Créateur6. C’est dans le droit fil d’une pareille conception du progrès, et en particulier du progrès agricole, que se réalise la requête du mouvement agronomique breton vis-à-vis de l’institution ecclésiale. Il s’agit d’une véritable demande en grâce, au sens théologique de ce terme, afin que l’Église apporte sa bénédiction et le soutien de son imperium moral à l’entreprise de modernisation de l’agriculture.

La bénédiction morale de l’Église

  • 7 C’est-à-dire à travers ce que les documents de l’époque nous laissent discerner.
  • 8 L’Association bretonne prend naissance en 1843, à Vannes. Les comptes rendus des congrès de 1843 e (...)
  • 9 AB, congrès de Nantes (1845), p. 1. L’évêque de Nantes n’est cité qu’en quatrième position des per (...)

6Cette démarche a reçu un accueil favorable de la part de l’épiscopat. Encore faut-il apporter quelques précisions quant à la véracité d’une telle assertion. Ainsi, en ce qui concerne l’Association bretonne, le parrainage moral de la hiérarchie épiscopale n’apparaît de façon visible 7 que lors du troisième congrès (tenu à Nantes, en 1845) de cette organisation provinciale8. Il se manifeste par la présence, parmi les personnalités invitées à participer à la séance solennelle d’ouverture, de l’évêque de Nantes. Cette présence n’est cependant citée, dans le compte rendu du congrès rédigé par la direction de l’Association bretonne, que de manière extrêmement laconique9. En revanche, dans celui consacré à la session tenue à Quimper, en 1847, il est précisé que « M. le baron Boullé, préfet du Finistère, Mgr l’Évêque de Quimper et son chapitre sont placés à la droite et à la gauche de M. le Directeur ». Assurément une telle rédaction n’était en rien anodine. Elle traduisait, de la part des dirigeants de l’Association bretonne, une plus grande attention portée à la présence physique de l’évêque lors de ce moment particulier d’ostentation institutionnelle que constituait la séance d’ouverture des congrès. Surtout, elle donnait corps à une scénographie encore inusitée, à travers laquelle le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel se trouvaient fortement et symboliquement associés dans un appui commun, complémentaire, au mouvement de modernisation agricole.

  • 10 AB, congrès de Vannes (1853), p. 22.
  • 11 AB, congrès de Quimper (1858), p. 16-17.

7Toujours est-il que tous les autres congrès de l’Association bretonne ont continué à bénéficier de ce parrainage moral de l’Église, par la participation de la hiérarchie ecclésiale du lieu de réunion aux cérémonies d’ouverture et de clôture des sessions. De plus, lors du dixième anniversaire de la création de cette même société (Vannes, 1853), une messe est célébrée à la cathédrale de Vannes « avec invitation à tous les membres d’y assister10 ». Mais c’est sans aucun doute l’intervention de Mgr Sergent, évêque du diocèse de Quimper et de Léon, au cours du congrès organisé dans la cité quimpéroise, en 1858, qui marque pleinement le soutien moral de l’Église à l’entreprise de modernisation agricole. Intervention, et non pas seulement présence : le prélat avait en effet reçu la présidence d’honneur de l’assemblée. En vertu de cette fonction, l’évêque prononce, lors de la séance d’ouverture, une allocution dans laquelle il rend un vibrant hommage à l’œuvre et aux « patriotiques désirs » des membres de l’Association bretonne qui, inlassablement, s’emploient à « dissiper des préjugés, corriger des abus, propager des cultures avantageuses, travailler enfin de toutes manières au bien-être des peuples et à la prospérité du pays ». Puis il termine cette partie de son discours par une véritable bénédiction morale formulée en ces termes : « Grâces vous soient rendues, Messieurs, et qu’il plaise à Dieu de bénir vos efforts11 ! »

  • 12 Ibid., p. 15.

8Bien que ces paroles aient été enregistrées « comme un précieux encouragement et un titre d’honneur12 » par la direction de l’Association bretonne, les demandes et les attentes du mouvement agronomique vis-à-vis de l’Église n’en sont pas restées au seul stade de la recherche d’un parrainage moral. C’est une implication pratique des membres du clergé, en faveur du progrès agricole, qui a également été souhaitée et sollicitée.

L’appel au clergé rural

  • 13 Michel Lagrée, op. cit., 1992, chap. i : « L’empreinte du temps ».

9L’appel au concours du clergé paroissial ne constitue évidemment pas une spécificité du mouvement agronomique breton, on en trouve l’expression dans diverses revues agricoles à caractère national. Néanmoins, en Bretagne, cette sollicitation a puisé sa justification dans l’existence d’une vie paroissiale intense, faisant du prêtre un médiateur dont l’ascendant moral pesait, plus ou moins fortement selon les endroits, sur les populations dont il avait la charge spirituelle13.

  • 14 Dans les campagnes de Basse-Bretagne, le breton est, à cette époque, la langue unique utilisée par (...)
  • 15 L’Armorique centrale, 20 juillet 1846.

10Les attentes du mouvement agronomique vis-à-vis du clergé rural ont été de deux ordres. Le premier souhait fut celui d’un relais de l’information. À l’instar de ce que représentaient les instituteurs et plus généralement les maires au sein des campagnes, les curés, les vicaires et autres desservants des trèves et paroisses étaient en effet des hommes de l’entre-deux social et culturel. Leur formation scolaire leur permettait de lire et de comprendre la parole et le propos d’un discours dont l’origine était principalement citadine. Ils pouvaient en restituer l’essentiel à une population rurale peu familière de l’écrit, sinon même de la langue française14. À ce titre, ils étaient de véritables intermédiaires, au sens premier et tout prosaïque de ce mot. C’est cette potentialité de transmission que les organismes agricoles ont cherché à utiliser en adressant aux prêtres divers prospectus de vulgarisation mais plus généralement les affiches annonçant le détail des primes offertes lors des concours cantonaux ou reproduisant le compte rendu de certaines de leurs séances, demande étant faite aux destinataires de les placarder et de les commenter devant leurs paroissiens. Ainsi, lorsque Adolphe Morhéry, président du comice agricole de Loudéac (Côtes-du-Nord), veut assurer la plus grande publicité possible à une notice détaillant une nouvelle méthode de rouissage du lin, il fait tout naturellement parvenir cette dernière « à Messieurs les Maires et les Recteurs de l’arrondissement15 ».

  • 16 Au xixe siècle, ces deux termes ne recouvraient pas, loin s’en faut, une même réalité spatiale.
  • 17 Cela fut notamment le cas, en de nombreux cantons, à propos de la mise en valeur (selon la rhétori (...)

11Cet exemple suffit à souligner l’importance du rôle dévolu au clergé rural dans la diffusion d’une information immédiate, factuelle ou, en l’occurrence, plus technique. Il n’y a là rien de banal si l’on mesure combien il était indispensable, et même vital, pour les tenants du progrès agricole de parvenir à donner connaissance de leurs activités et de leurs actions en faveur de la modernisation de l’agriculture aux populations des campagnes, et ce de façon régulière. Certes, les agromanes étaient eux-mêmes, pour une grande part, gens de la campagne. Cependant, leur position sociale autant que leur lieu d’habitation – château ou ville – déterminaient une distance les plaçant à la marge des communautés villageoises. Les prêtres, immergés dans le quotidien de la vie paroissiale et communale16, constituaient en revanche des relais potentiels irremplaçables dans la transmission d’un discours allogène, parfois perçu comme une agression par les sociétés rurales17.

  • 18 Cette proposition d’une « Organisation de l’agriculture », composée en onze chapitres, paraît à la (...)

12Une seconde perspective, dépassant la seule demande, pourtant essentielle, d’une diffusion de l’information, a présidé aux attentes du mouvement agronomique vis-à-vis du clergé des campagnes. Dans sa proposition d’une Organisation de l’agriculture, qu’il rédige en 1844, Jules Rieffel, directeur de l’Association bretonne, met en effet l’accent sur la nécessité d’un enseignement agricole pour les « élèves des grands séminaires, qui sont destinés à exercer une si longue et si puissante influence dans les campagnes18 ». Il ajoute, à l’appui de cette opinion :

« Quel beau rôle […] leur serait réservé, si, avec plus de connaissances, ils se proposaient de joindre plus de bien-être matériel au perfectionnement moral ; s’ils prêchaient l’amélioration des conditions de la production, pour la plus grande gloire de Dieu et comme un nouveau bienfait de sa providence. »

13Le souhait d’une implication des ecclésiastiques dans la marche du progrès se trouvait ainsi nettement affirmé : forts d’une formation spécifique en matière d’agriculture, les prêtres devaient user de leur influence morale auprès de leurs fidèles pour se faire les propagateurs de la pensée agronomique.

  • 19 Contrairement à ce que pourrait laisser croire l’extrait suivant du compte rendu d’une fête agrico (...)
  • 20 Arch. dép. du Finistère, 7 M 69, comice agricole de Ploudalmézeau, procès-verbal de séance, 2 févr (...)
  • 21 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 7 M 39, comice agricole de Maël-Carhaix, procès-verbal de séance, 4 (...)

14Au plan local, d’autres que Rieffel ont tenté de donner corps à cette intention. On le devine par la présence maintes fois signalée de membres du clergé lors de fêtes agricoles organisées par les comices cantonaux ou par leur participation à des réunions délibératives de ces mêmes organismes. Présence nullement fortuite 19 mais qui résultait à coup sûr d’une demande explicite, à l’instar de la décision prise par le comice agricole de Ploudalmézeau (Finistère), en 1841, selon laquelle « tous les recteurs des communes du canton seront membres de droit de la société20 ». Pour sa part, lorsqu’il prend la présidence du comice de Maël-Carhaix (Côtes-du-Nord), en 1847, Emmanuel de Saisy met en avant l’indispensable appui « au développement du progrès agricole » des maires et des prêtres du canton. Vis-à-vis de ces derniers, il demande donc, en toute logique, que le comice leur adresse « l’invitation d’accepter le titre de membres honoraires de notre association agricole », arguant du fait que « leur influence nous sera du plus grand secours ». Il ajoute d’ailleurs : « Et je ne crains pas d’avancer que ces MM. s’y prêteront avec le zèle qu’ils mettent à tout ce qui peut intéresser leurs paroissiens, à la reconnaissance desquels ils acquerront par là de nouveaux droits21 ». Par cette déclaration, Emmanuel de Saisy, membre éminent du mouvement agronomique breton et par ailleurs conseiller général des Côtes-du-Nord, plaçait le clergé de son canton devant ses responsabilités quant à l’aide décisive qu’il pouvait apporter dans la propagation de l’idée de progrès agricole. Et, selon lui, c’est bien l’ascendant moral des prêtres sur leurs ouailles qui justifiait l’appel à une coopération active des hommes d’Église en faveur du discours agronomique.

  • 22 À cette époque, l’Association bretonne connaît certaines difficultés quant à la pérennisation de s (...)
  • 23 La commission d’organisation du congrès de Morlaix était dirigée par Hugues Querret, président de (...)
  • 24 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 4 T 6 : AB, circulaire envoyée aux curés du diocèse de Quimper, 20 m (...)

15Une telle attente trouve sa pleine expression dans les démarches entreprises par la commission chargée d’organiser le congrès de l’Association bretonne à Morlaix (Finistère) en 1850. Afin de mobiliser toutes les énergies pour faire de cette session un franc succès, dans une période de crise pour l’agriculture et suite au relatif échec du congrès précédent tenu à Saint-Malo22, les membres de cette commission 23 s’adressent directement à l’évêque de Quimper en lui demandant d’inviter son clergé à les seconder dans leur tâche. Forts de la réponse positive apportée par le prélat à cette requête, Hugues Querret et Louis de Kerjégu envoient une circulaire, accompagnée de la recommandation épiscopale, à tous les curés du diocèse24.

16Dans ce courrier, deux souhaits sont dûment formulés : celui d’une intervention du clergé paroissial auprès des cultivateurs afin que ces derniers participent en grand nombre au concours agricole organisé par l’Association bretonne ; celui d’une présence massive des prêtres ruraux aux séances du congrès. Non pas une présence honorifique mais une contribution active aux débats dans le but d’y apporter « opinions et […] conseils » quant aux « besoins des familles agricoles » et d’éclairer par là même « les recherches du congrès » tout en lui facilitant « les moyens de rendre ses travaux utiles ». La demande ainsi énoncée et l’aspiration qui s’y rattache se plaçaient donc à deux niveaux, complémentaires l’un par rapport à l’autre. À l’entremise des hommes d’Église vis-à-vis des cultivateurs s’ajoutait le vœu d’une participation effective du clergé aux travaux et à la définition de l’orientation programmatique de l’Association bretonne. De fait, les commissaires du congrès attendaient des prêtres qu’ils deviennent des acteurs du progrès agricole et qu’ils prennent une place, spécifique mais bien réelle, au sein du mouvement agronomique.

17Ce qui constitue un véritable appel en direction du clergé rural procédait d’un constat, d’une évidence, soulignés avec force dans la circulaire : le recteur vit quotidiennement au contact de la communauté paroissiale dont il a charge d’âmes, il connaît les habitudes, les pratiques collectives, il connaît surtout les individus, au plus près. Cependant, pour les représentants de l’Association bretonne, ce « chef d’une population confiée à votre sollicitude », dont la fonction première est de « faire apprendre et aimer d’abord la Religion comme principe et base du vrai bonheur » doit également se préoccuper du bien-être matériel de ses ouailles. Aussi n’hésitent-ils pas à affirmer, dans la suite de leur courrier :

« Vous comprenez aussi, Monsieur le Curé, et vous sentez vivement que l’accomplissement de votre grand sacerdoce se complète par une sollicitude incessante et très active pour tout ce qui peut adoucir les peines et accroître la prospérité des populations. […] Ces sentiments d’une charité immense, comme le principe que vous représentez, vous les éprouvez, non pas seulement comme prêtre, mais aussi comme citoyen toujours fier et heureux de répandre par les faits et par les conseils, le bonheur autour de lui. »

  • 25 Selon l’expression forgée par Paul Bénichou, op. cit., 1977, chap. xi : « Le credo humanitaire et (...)
  • 26 Sur cette crise économique du milieu du xixe siècle, on peut toujours renvoyer à l’ouvrage collect (...)
  • 27 Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, PUF, 1991
  • 28 Pour la Bretagne, nous pensons à l’ouvrage, déjà cité (1992), de Michel Lagrée, chap. v : « Œuvres (...)
  • 29 Francis Corvaisier, Les abbés démocrates, Rennes, Apogée, 2003.

18Sans aucun doute, cette déclaration était-elle marquée au sceau de l’effervescence intellectuelle qui s’est produite sous la Monarchie de Juillet, ce « credo humanitaire25 » encore ravivé par les vicissitudes d’une Seconde République en mal de définition sociale et par les effets d’une crise économique durable26. Toujours est-il que l’esprit qui anime ce texte, où se trouvent intimement liés les mots charité et citoyen, semble renvoyer aux lignes de forces d’une pensée, à la fois catholique et sociale, alors en pleine affirmation d’elle-même27. Certes, cette pensée a trouvé une réalisation concrète essentiellement en milieu urbain, en particulier à travers l’œuvre des conférences de Saint-Vincent de Paul28. Toutefois, bien avant l’intervention de terrain des « abbés démocrates29 », c’est un engagement actif du clergé rural en faveur du progrès agricole qui a ainsi été sollicité par le mouvement agronomique.

  • 30 Parmi les nombreux ouvrages consacrés à ce sujet, nous retenons celui de Giovanna Procacci, Gouver (...)
  • 31 Jean-Luc Mayaud, « Les campagnes et la question sociale au milieu du xixe siècle », Jean-Luc Mayau (...)

19Pour ces hommes, catholiques et progressistes à la fois, la question sociale constituait une préoccupation majeure, en ce mitan du siècle30. Surtout, cette question ne se réduisait pas au seul cadre des cités, elle concernait également les campagnes31. Il fallait donc trouver des solutions susceptibles de remédier à ces difficultés du temps, des solutions passant impérativement, selon eux, par une modernisation de l’agriculture. Dans ce but, l’engagement du clergé rural aux côtés des promoteurs du progrès agricole apparaissait comme une condition sine qua non pour la réussite de l’entreprise. C’était là tout l’enjeu de l’appel lancé par les responsables de l’Association bretonne, en ce mois de mars 1850.

  • 32 Jean-Baptiste Duroselle, op. cit., 1951 ; Jacqueline Lalouette, « Charité, philanthropie et solida (...)
  • 33 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 7 M 45, extrait du registre de délibérations du comice agricole de P (...)

20Mais si ces années particulières du milieu du siècle ont donné une plus grande acuité aux attentes du mouvement agronomique vis-à-vis de l’Église et, plus particulièrement du clergé rural, le souhait d’une bénédiction morale et d’une entremise en faveur du progrès agricole traverse l’ensemble de la période. Il ne nous appartient pas, ici, de dire dans quelle mesure un tel vœu a reçu, ou non, concrétisation. En revanche, deux remarques doivent conclure ce qui vient d’être énoncé. Tout d’abord, force est de constater que la demande d’une intervention du clergé rural aux côtés des agromanes induisait une approche singulière de la fonction sacerdotale et de ses fondements doctrinaires. On attendait du prêtre qu’il ne se préoccupe pas seulement du devenir des âmes mais qu’il emploie son magistère moral à favoriser ce qui pouvait assurer le bonheur terrestre, au présent. Il va sans dire qu’une telle posture n’allait pas de soi et qu’elle dépassait le simple cadre d’une charité de proximité érigée en vertu théologale32. D’autre part, envisager la relation entre mouvement agronomique et clergé sous le seul rapport attente/réponse, revient à placer les hommes d’Église en position unique de récepteurs et à leur dénier, de fait, tout rôle d’acteurs, de promoteurs du progrès agricole. La problématique ainsi installée est contingente, prescrite par l’exercice d’une communication qui se place sous le registre de la démonstration tout en restant limitée dans son développement. La réalité historique est évidemment plus riche et plus complexe en la matière, mais son abord exigerait de plus larges explications. Gageons simplement que le clergé rural, au moins sur le plan individuel, a su s’imprégner, par lui-même, de la pensée agronomique de ce temps, à l’instar du curé Pénault, desservant de la paroisse de Tréduder (Côtes-du-Nord), qui, en 1844, est qualifié par le secrétaire du comice agricole de Plestin-les-Grèves de « respectable ecclésiastique qui dans toutes les communes qu’il a desservies s’est honoré de protéger l’agriculture33 ».

Notes

1 Nous faisons ici référence à l’ouvrage d’Yves Le Febvre, La Terre des prêtres, Paris, 1924 (rééd. 1980).

2 Selon l’expression forgée par Gérard Cholvy, Christianisme et société en France au xixe siècle, 1790-1914, Paris, Le Seuil, 2001.

3 Les prêtres du xixe siècle sont le plus souvent issus de la paysannerie. Ils sont donc au fait des modes de vie et des coutumes villageoises. De plus, leur séjour au sein des paroisses est généralement relativement long (environ une dizaine d’années pour le vicariat). En pays bretonnant, la barrière de la langue n’existe aucunement pour eux mais des difficultés se font jour, néanmoins, lorsqu’il s’agit de passer d’une région dialectale à une autre (ce qui est notamment le cas dans le Finistère, entre Léon et Cornouaille). Yves Le Gallo, Clergé, religion et société en Basse-Bretagne de la fin de l’Ancien Régime à 1840, Paris, Éditions ouvrières, 1991 ; Michel Lagrée, Religion et cultures en Bretagne (1850-1950), Paris, Fayard, 1992.

4 Ces deux expressions sont empruntées, l’une à André Siegfried (Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, Imprimerie nationale, 1995,1re éd. en 1913, p. 475) qui fait le départ entre ce type de catholicisme et le cléricalisme, et l’autre à Michel Lagrée (op. cit., p. 68) qui désigne ainsi les « paroisses qui allient la pratique religieuse et la pratique républicaine ».

5 Association bretonne (désormais AB), comptes rendus des congrès de Redon (p. 8) et de Quimper (p. 26).

6 Le lien entre Progrès et Providence constitue l’un des thèmes majeurs discutés par les différents courants du catholicisme au xixe siècle. Le néo-catholicisme a tenté d’y apporter une réponse par « l’intégration de l’idée de progrès au dogme traditionnel », en considérant « la loi du progrès comme voulue par Dieu et tirant toute sa vertu de cette volonté… » (Paul Bénichou, Le temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard, 1977, p. 9-10).

7 C’est-à-dire à travers ce que les documents de l’époque nous laissent discerner.

8 L’Association bretonne prend naissance en 1843, à Vannes. Les comptes rendus des congrès de 1843 et 1844 ne signalent pas la présence d’ecclésiastiques lors des séances solennelles d’ouverture et de clôture de ces sessions.

9 AB, congrès de Nantes (1845), p. 1. L’évêque de Nantes n’est cité qu’en quatrième position des personnalités, notamment après Ferdinand Favre, maire de la ville.

10 AB, congrès de Vannes (1853), p. 22.

11 AB, congrès de Quimper (1858), p. 16-17.

12 Ibid., p. 15.

13 Michel Lagrée, op. cit., 1992, chap. i : « L’empreinte du temps ».

14 Dans les campagnes de Basse-Bretagne, le breton est, à cette époque, la langue unique utilisée par la très grande majorité de la population. Fañch Broudic, La pratique du breton de l’Ancien Régime à nos jours, Rennes, PUR, 1995.

15 L’Armorique centrale, 20 juillet 1846.

16 Au xixe siècle, ces deux termes ne recouvraient pas, loin s’en faut, une même réalité spatiale.

17 Cela fut notamment le cas, en de nombreux cantons, à propos de la mise en valeur (selon la rhétorique agronomique) des terres incultes.

18 Cette proposition d’une « Organisation de l’agriculture », composée en onze chapitres, paraît à la fois dans la revue Agriculture de l’Ouest de la France et dans le compte rendu du congrès de Rennes distribué aux quatre cents membres de l’Association bretonne. Les citations sont extraites de ce dernier document (p. 197), au chap. ix : « Instruction agricole ».

19 Contrairement à ce que pourrait laisser croire l’extrait suivant du compte rendu d’une fête agricole : le concours de charrues est lancé et « les nombreux assistants, cultivateurs, clergé et autres ont pu suivre avec le plus grand intérêt ces opérations ». La présence du clergé local n’est signalée qu’à cette occasion dans ce document (Arch. dép. du Finistère, 7 M 64, comice de Crozon, procès-verbal de la fête agricole, 27 décembre 1841).

20 Arch. dép. du Finistère, 7 M 69, comice agricole de Ploudalmézeau, procès-verbal de séance, 2 février 1841.

21 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 7 M 39, comice agricole de Maël-Carhaix, procès-verbal de séance, 4 mars 1847.

22 À cette époque, l’Association bretonne connaît certaines difficultés quant à la pérennisation de ses activités, en raison notamment des répercussions qu’ont eues les événements politiques de la période au sein de cette organisation.

23 La commission d’organisation du congrès de Morlaix était dirigée par Hugues Querret, président de la Société d’agriculture de Morlaix, et par Louis de Kerjégu, directeur de la ferme-école du Finistère et président de la Société d’agriculture de Brest.

24 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 4 T 6 : AB, circulaire envoyée aux curés du diocèse de Quimper, 20 mars 1850.

25 Selon l’expression forgée par Paul Bénichou, op. cit., 1977, chap. xi : « Le credo humanitaire et sa diffusion ».

26 Sur cette crise économique du milieu du xixe siècle, on peut toujours renvoyer à l’ouvrage collectif publié sous la direction d’Ernest Labrousse, Aspects de la crise et de la dépression de l’économie française au milieu du xixe siècle, 1846-1851. Études, Bibliothèque de la Révolution de 1848, t. 19, Paris, Société d’histoire de 1848, 1956.

27 Jean-Baptiste Duroselle, Les débuts du catholicisme social en France (1822-1870), Paris, PUF, 1991.

28 Pour la Bretagne, nous pensons à l’ouvrage, déjà cité (1992), de Michel Lagrée, chap. v : « Œuvres et militants », et à celui de Vincent Rogard, Les catholiques et la question sociale. Morlaix 1840-1914. L’avènement des militants, Rennes, PUR, 1997.

29 Francis Corvaisier, Les abbés démocrates, Rennes, Apogée, 2003.

30 Parmi les nombreux ouvrages consacrés à ce sujet, nous retenons celui de Giovanna Procacci, Gouverner la misère. La question sociale en France (1789-1848), Paris, Seuil, 1993.

31 Jean-Luc Mayaud, « Les campagnes et la question sociale au milieu du xixe siècle », Jean-Luc Mayaud (dir.), 1848, Actes du colloque international du cent cinquantenaire, tenu à l’Assemblée nationale à Paris, les 23-25 février 1998, Paris, Créaphis, 2002, p. 231-244. La grande enquête de 1848 sur le travail agricole et industriel, initié par l’Assemblée constituante, a rendu compte, à l’époque, de la réalité de la question sociale dans les campagnes. Cf. Jeannine Charon-Bordas, Ouvriers et paysans au milieu du xixe siècle. L’enquête de 1848 sur le travail, Paris, Publisud, 1994.

32 Jean-Baptiste Duroselle, op. cit., 1951 ; Jacqueline Lalouette, « Charité, philanthropie et solidarité en France vers 1848 », Jean-Luc Mayaud (dir.), op. cit., p. 203-230. Cet auteur montre comment l’exercice d’une charité nouvelle, envisagée selon les préceptes du catholicisme social, a rencontré la franche hostilité d’une grande partie de l’épiscopat. D’autre part, les indications fournies par Livr el labourer, ouvrage rédigé par un prêtre morbihannais au début des années 1840, permettent de penser que certains membres du clergé rural qui, a priori, ne refusaient pas l’idée de progrès agricole, se défiaient néanmoins d’une pensée portée par des « bourgeois vaniteux » (p. 15). Yves Le Berre (éd.), Joachim Guillome. Livr el labourer. Géorgiques bretonnes. D’après l’édition bilingue de 1849, Brest, Centre de recherche bretonne et celtique, 1991.

33 Arch. dép. des Côtes-d’Armor, 7 M 45, extrait du registre de délibérations du comice agricole de Plestin, 13 mars 1844. Lors de cette séance, le curé Pénault fait un exposé sur la culture du trèfle incarnat, fourrage qu’il cultive lui-même et qu’il considère « bien supérieur au trèfle du pays ». Le procès-verbal fait d’autre part mention de l’acquisition, « à ses frais », d’ouvrages d’agriculture que le prêtre tient à la disposition des cultivateurs du canton.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540