Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roussel : hier, aujourd’hui

 | 
Pierre Bazantay
, 
Christelle Reggiani
, 
Hermes Salceda

Deuxième partie. Poétiques

Les mots et les êtres taxinomies rousselliennes

Christophe Reig

Texte intégral

Les Sept Arts sont divisés en deux groupes inégaux qui correspondent aux deux voies (viae) de la sagesse ; le Trivium comprend : Grammatica, Dialectica et Rhetorica ; le Quadrivium comprend : Musica, Arithmetica, Geometria,Astronomia […].
L’opposition du Trivium et du Quadrivium n’est pas celle des Lettres et des Sciences ; c’est plutôt celle des secrets de la parole et des secrets de la nature.
Roland Barthes
« L’Ancienne rhétorique. Aide-mémoire »

1On a déjà souligné comment certains textes rousselliens (en particulier ceux dits « à procédé ») s’ingénient à polariser à l’extrême la tension – toute rhétorique et secrète – entre les mots et les choses, traçant leur chemin à la façon d’un thyrse noué entre lettres et sciences, associant rectitude du procédé et détour de la fiction. Locus solus et Impressions d’Afrique s’appliquent, de façon maniaque et systématique, à rechercher une forme d’unité, d’unification, de fiction unifiante qui ferait fi, par le pouvoir de la rhétorique, des adunata (voire des oxymores), sans oublier de mettre en scène la démonstration de force d’artes mechanicae dont les cellules de Locus solus forment la figure de proue. Avec leurs machines largement déployées, à l’ustensilité abolie, et toutefois promptes à la souffrance et à la génération de récit, la mécanique rhétorique se soutient, paradoxalement lestée d’un encyclopédisme massif qui masque et trahit leur fausse complexité (et celle du procédé).

  • 1 Kerbellec Philippe, Au cannibale affable, Monaco, Éditions du Rocher, 1994, p. 58.

2Il semble donc que les textes appuyés sur le procédé partent du postulat suivant : les mots ont divorcé des choses (à moins que ce ne soit le contraire – dans tous les cas ils n’en font plus partie intégrante, et cette plaie laisse échapper sang et sens (Philippe Kerbellec explique ainsi que Roussel « saignait sur chaque phrase. Il écrivait autant sur sa peau avec son sang » ; il y « laissait sa peau1 »). La blessure ne peut être naturellement rédimée, cicatrisée autrement que par l’écriture. Les textes sont ainsi des carrefours aménagés patiemment avec la technique rhétorique et l’imaginaire scientifique, des passages douloureusement frayés entre le secret de la parole et le secret d’une nature lue un temps (celui de Roussel) à l’aune de la technique triomphante.

  • 2 Reggiani Christelle, La Rhétorique de l’invention de Raymond Roussel à l’Oulipo, thèse de doctorat (...)

3À propos de ce perpétuel et contradictoire mouvement entre mots et choses, Christelle Reggiani écrit avec justesse : « Toute son œuvre est ainsi animée par une peur de la faille, de la rupture, contre laquelle le procédé fonctionne comme une véritable machine à créer de l’unité2 ». Unité des mots, des choses, peut-être de mots réifiés ou considérés comme des choses, à moins que ce ne soit le contraire, l’interrogation reste pendante. Y fourmille cette question de la thématisation de la quadruple friction : mots/choses, lettres/sciences, arts du discours/arts mécaniques, nature/culture.

  • 3 Le Brun Annie, Vingt mille lieues sous les mots, Raymond Roussel, Paris, Pauvert-Fayard, 1994, p.  (...)

4Dans ces mondes de la fiction roussellienne, ainsi scrutés, Annie Le Brun estime que, « tissu de l’échange et de la différenciation, le langage serait alors la métaphore vivante d’une affolante physique où il n’y a pas de point de contact qui ne soit point de séparation3 ». Serrer davantage pour dénouer ce rapport : voilà qui renoue d’ailleurs avec des problématiques bien cernées par Foucault.

5Et le procédé (on devrait dire les procédés), qu’on sait « parent de la rime » (C, p. 23), induit notoirement le double bind de cette écriture, si originalement frappante et moderne parce que nécessairement et historiquement incapable de retrouver la continuité de mots jadis inhérents aux naturae rerum. Non sans un système, Roussel use de ce détour rhétorique d’un artifice extrême afin de souligner/marquer cette rupture, affichant une volonté de voir les mots réifiés puis à nouveau rassemblés (artificiellement), dévitalisés mais recombinés.

6Ce moteur scriptural à plusieurs temps modélise, comme on l’a justement remarqué, l’écriture (facétieusement ?) corsetée sur un patron résolument (absolument) moderne.

7Aussi, ce procédé (qu’on devrait dire pluriel), si abondamment commenté, double, divise et réunit les mots. Quel rôle attribuer à la taxinomie, et à ses avatars, qui font partie intégrante de ces « carrefours technico-rhétoriques » (j’assume cette expression peu euphonique) inventant, combinant des rapports – susceptibles de contrariété – entre les êtres et les mots ?

  • 4 « Une étude prudente des espèces naturelles est doublement menacée par deux doctrines. Premièremen (...)

8Pas plus que je ne voudrais buter sur le fond d’un néo-nominalisme (Les Mots et les Choses serait le terminus ad quem où s’arrêterait toute relance analytique), plaquer sur les textes une « franchise » foucaldienne, je ne souhaite présenter Roussel comme un nostalgique. En circulant dans les propos qui suivent, j’ai bien conscience d’avoir endossé une sorte d’habit de nominaliste. Celui-ci, en dépit des années passant, me semble encore de bon aloi ; et si j’épouse certaines thèses de Foucault et me reporte assez fidèlement (laborieusement ?) à ses textes – j’omets de mettre en perspective, faute de place, les nombreux débats qui, d’Aristote à Wittgenstein, en passant par Russell ou Goodman ont fait trembler sur ses bases la notion même de taxinomie4.

  • 5 Foucault Michel, « La Métamorphose et le Labyrinthe », NRF, n° 124, 1963, p. 638-661 ; Raymond Rou (...)

9Toutefois, en suivant du doigt l’un des nombreux brins tissés par les réflexions de Michel Foucault, on se prend à penser que cette solution roussellienne s’affirme par le biais de taxinomies souvent tracées en pointillés pour mieux se trouver détourées, détournées et réfutées aussitôt que signalées. Tout le monde connaît la belle préface des Mots et les Choses évoquant l’émerveillement provoqué par l’hétérologie de la taxinomie de l’Encyclopédie chinoise (elle-même rapportée par Borges). Sur ce fond, Foucault note à quel point les entrechocs de telles énumérations possèdent un grand pouvoir de dépaysement et d’enchantement. Mais comme cet autre grand texte qu’est le Raymond Roussel, ou l’article bien connu « La Métamorphose et le Labyrinthe5 », élude quelque peu ce problème des taxinomies rousselliennes, je me suis décidé à emprunter plutôt quelques-uns des sentiers que balisent Les Mots et Les Choses.

10Évidemment, dans le cadre de cette étude, on ne saurait non plus réduire la taxinomie à sa définition la plus communément admise : une répartition systématique en classes, en catégories, d’êtres, de choses ou de notions ayant des caractères communs. Les récits de Roussel n’ont pas de visée didactique à proprement parler – encore que l’usage de cautions et de références scientifiques ne soit pas négligeable dans l’élaboration de ces mondes fictionnels.

  • 6 Cournot Antoine-Augustin, Essai sur les fondements de nos connaissances – et sur les caractères de (...)

11Si je veux suivre le positiviste qu’est Antoine-Augustin Cournot, « la classification proprement dite est une opération de l’esprit qui, pour la commodité des recherches ou de la nomenclature, pour le secours de la mémoire, pour les besoins de l’enseignement, […] groupe artificiellement des objets auxquels il trouve quelque caractère commun, et donne au groupe artificiel ainsi formé une étiquette ou un nom générique6 ». La taxinomie figure donc une tentative de rapprochement, parfois un peu forcée, elle juxtapose selon une méthode ou un système. Jusqu’au début du XXe siècle, elle paraît susceptible de jeter un pont – fragile – entre les sciences de la nature et du langage, qui, jadis, formaient les deux versants du septennium médiéval évoqué par Barthes. Globalement, l’établissement de taxinomies triomphe à l’âge classique, et plus encore aux XVIIIe et XIXe siècles, puis se métamorphose, se délite et décline, semble-t-il, sachant que les derniers feux de l’effort positiviste en préparent l’abandon au profit de la plus modeste et raisonnable nomenclature (à usage scientifique), ou de débats langagiers (Wittgenstein, Russell etc.).

  • 7 Pajaud Daniel, La Taxinomie bionaturaliste, t. I : Nomenclature et Taxinomie : Pratiques de la dén (...)

12Telle est sans doute la leçon de Cournot, qui en extirpant – au mieux en éludant – sa dimension langagière, laisse transparaître les scories de sa démarche. Je précise pour les plus pointilleux et les plus curieux que les ouvrages didactiques, y compris les plus récents, sur les taxinomies – comme celui de Daniel Pajaud7 – font fi (de manière assez radicale) des apories langagières avec lesquelles les sciences humaines se débattent, en usant d’un tour de passe-passe verbal qui évacue sans trop de ménagements la nomination et ses problèmes. Le classement ontologique semble en être curieusement revenu à un idéal classique de transparence, et les « taxons » font abstraction du problème de l’écart entre les mots et les choses. Parenthèse fermée.

  • 8 Dagognet François, Le Catalogue de la vie. Étude méthodologique sur la taxinomie (1970), Paris, PU (...)

13Mais, un temps, la taxinomie n’a pas été que cet instrument commode. Elle a fourni (pour nous cantonner à l’exemple botanique) tout à la fois « glossologie, répertoire des signes actifs, dictionnaire de synonymes, catalogue signalétique, techniques d’appellation exacte et d’abréviations8 ». Et, avant encore, elle a fait chair… le Verbe.

14Globalement, ce qui intéresse au premier chef notre démarche consiste surtout à ressaisir, dans le cas Roussel, la manière dont les formes ou les opérations taxinomiques, censées déployer une grille de lecture du monde, en proposer un tableau à entrées multiples, relèvent essentiellement d’un jeu de langage, et révèlent essentiellement le jeu dans le langage. En recouvrant d’une pellicule de continu ses textes, Roussel désigne le désastre d’un langage qui crie de toutes ses forces la discontinuité, il montre du doigt les raccords dans ses fictions, nostalgique qu’il est d’un monde ordonné, tout en affirmant et assumant une relative confiance dans l’avenir.

15Dans quelle mesure le nomos (la loi) appliqué au langage permet-il de discerner, redécouper et rassembler des catégories de phusis, puisque la taxi/nomie consiste en un jeu de prélèvement(s), de rapprochement(s), de déplacement(s) ? Penser, classer, écrire : entre ces trois termes, l’écriture joue et bâille de manière systémique.

  • 9 Foucault Michel, Raymond Roussel, op. cit., p. 209.
  • 10 Foucault Michel, Les Mots et les Choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, (...)

16Il faut sans doute reconnaître que la modernité – dans laquelle baigne Roussel – est une modernité « à rebours », nostalgique. Écrire semble possible, Foucault le démontre assez magistralement, parce que la « représentation » s’est soustraite de la fiction et de la pensée. Ou devrait-on dire, plutôt : les fictions rousselliennes font coaguler ce que les formes taxinomiques sédimentées par l’histoire occidentale ont finalement empêché, fait faillir, conduisant à une défaillance générale de la représentation. C’est donc cette fragmentation des anciennes catégories, dont il est conscient, qui contraint Roussel, me semble-t-il, à adopter cette posture douloureuse dans laquelle le « langage lui-même (pour citer Foucault) réduit en poudre par un hasard systématiquement ménagé, raconte indéfiniment la répétition de la mort9 ». La mort des choses et la mort du lien essentiel entre les mots et les choses. Elle rappelle que le travail scriptural consiste en un ressassement incertain de mots fossilisés, mis sous verre, qui ne peuvent ramener les choses à la vie essentielle – au mieux à l’instar des effets du vitalium en montrer un spectacle d’ombres. Et ce que Foucault présume du langage résonne étrangement quand on pense au cas Roussel : « Par un effet de balancier [il] constitue l’homme depuis qu’il s’est voué à la dispersion et forcément disperse son locuteur quand il se rassemble10 ». Le tout sous la bannière d’un procédé secret, posthume, voilà une phrase qui entre évidemment en résonance avec un destin tragique.

17Problème complexe, on le voit, puisque lorsque le langage paraît, les choses sont déjà passées, trépassées, absentes. Et le langage ne peut que donner l’illusion de la vie : citer n’est jamais ressusciter. Le voilà dispersé : comment le rassembler – quand tout en lui s’y refuse désormais, puisque toutes les anciennes correspondances qui reliaient solidement (métaphysiquement) les êtres entre eux – ont été remises en question ? Le travail rhétorique de juxtaposition n’a plus la garantie des figures classiques. Revenir à ces taxinomies jadis propres à représenter, en les détournant, concentrer le langage, en formaliser les contours : n’est-ce pas prendre le risque (et Roussel devait en être conscient) d’entraîner sa propre dispersion corporelle ?

18À la lecture des rigoureuses démonstrations explicatives de Locus solus, des strictes mises en scènes d’Impressions d’Afrique, en contemplant le rectangle aménagé de L’Allée aux lucioles, il semble que l’on retrouve autant de topoï dont l’organisation paraît convoquer – tout en les détournant et les défaisant – les anciennes taxinomies, rendant hommage indirectement à des classifications toujours marquées par la caducité, comme pour mieux les jeter à terre : ici le rêve d’un âge d’or se rend compte qu’il n’est qu’un rêve.

19Pour toutes ces raisons, quoique classique, l’entreprise roussellienne s’inscrit cependant dans la dynamique impulsée par Mallarmé. Une poétique écartelée qui, par ailleurs, rend compte du monde perçu simultanément à travers une longue-vue tournée vers l’avenir et un rétroviseur. Ou plutôt qui voudrait embrasser, subsumer les aspects contradictoires de la poétique occidentale. Si les règles de l’art deviennent molles, si l’eau est enfin respirable, si le spectacle de la mort peut devenir hystérologique, c’est parce qu’à l’instar de l’atome dont l’étymologie croyait rendre manifeste et intangible l’insécabilité, le langage est désormais coupé, privé de ses racines, flottant dans les airs mais butant à la surface des choses. Il y résonne avant d’y ricocher, se fragmenter, et s’y refléter à l’infini. De sorte que les textes rousselliens, du moins ceux qui usent du procédé, opèrent des classifications, sérient, et rassemblent – formant des artefacts qui imitent et/ou déjouent la nature, une conception de la nature stratifiée et datée cependant : celle de la fin du XIXe siècle.

  • 11 Houppermans Sjef, Écriture et Désir, Paris, José Corti, 1985, p. 287 sq.

20À l’occasion d’un chapitre d’Écriture et Désir, Sjef Houppermans évoque, dans une approche quasi-bachelardienne, l’usage des éléments dans Impressions d’Afrique11. Il détecte ainsi l’ambivalence de l’eau, et attribue justement à Rhéjed la conquête de l’air, et à Siléis, celle du feu. En soulignant le double mouvement langagier (unification, dissociation) qui enclenche le tourniquet des significations, Sjef Houppermans détermine des catégories mythologiques, ainsi que les dialectiques imaginaires qui font se répondre macrocosme et microcosme. Un tel système reflète sans doute le fonctionnement de l’imaginaire de ces textes. Toutefois, le recours exclusif à un tel modèle propédeutique de déchiffrement – hérité de la Renaissance – passe sous silence à quel point Roussel fait le deuil de l’ancienne « prose du monde ».

  • 12 Amiot Anne-Marie, « Raymond Roussel et la science », Annales de la faculté des lettres et sciences (...)
  • 13 Amiot Anne-Marie, « Roussel et la science », art. cit., p. 268.

21Dans deux articles décisifs, Anne-Marie Amiot a déterminé l’existence de rapports privilégiés entre Roussel et la science12. Elle rend d’ailleurs parfaitement compte de ce que les connaissances rousselliennes ne se réduisent pas à celles du temps. Le savoir, écrit-elle, embrasse « le courant illuministe du XIXe siècle mais aussi du XVIIIe, réactualisant le rêve de la Renaissance d’une pensée totalisante13 ». Ainsi, la dévotion portée aux figures scientifiques ne se cantonne pas à Lavoisier ou à Camille Flammarion (pour ne citer que ces deux savants). La science attire également par son versant romanesque, porté par les personnages de Jules Verne. Canterel appartient ainsi très nettement (comme Bex) à la communauté des savants romanesques de l’époque. Non parce qu’il est désintéressé, non seulement parce qu’il triomphe des pesanteurs et contraint les anciennes oppositions (ce qui, déjà, n’est pas rien), mais parce qu’il est susceptible de déclencher des processus de nomination de corps inconnus. Naturellement, pour ce qui relève du contexte historique, Anne-Marie Amiot rappelle que

  • 14 Loc. cit.

Nous sommes dans un temps d’intenses découvertes, où restent encore vacantes certaines cases de la classification de Mendeleiev (mort en 1907) ; ces créations de corps imaginaires, analogiques des découvertes réelles, témoignent d’une foi dans la possibilité de reculer les limites d’une science où tout est possible désormais, où l’imagination a conquis le premier rang, faisant du savant l’agent d’une recréation du monde secret et premier : les atomes14.

22Les catégories qu’emploie Anne-Marie Amiot (« microcosme », « macrocosme », « merveilleux » etc.) reflètent bien la singularité de la poétique roussellienne – qui relève finalement d’une forme de syncrétisme. Les textes ne ratent guère une occasion de conjoindre positivisme moderne et points de vue plus anciens (confluence mâtinée, comme A. -M. Amiot l’a bien perçu, d’utopisme).

23Dans Impressions d’Afrique, la longue liste des passagers du Lyncée émiette définitivement la figure jadis totalisante de l’humaniste qui circulait à son aise dans ce que nous considérons a posteriori comme des champs disciplinaires. Chacun possède sa spécialité ; toutefois, les exigences de Talou déclenchent une ingéniosité biaisée, un saut quantique qui procède par ricochet – si j’ose dire. Il faut reconnaître que l’utilitarisme ou l’intérêt strictement financier n’ont pas droit de cité chez Roussel. Gratuité et extravagance sont toujours de mise.

24En définitive, qu’en est-il de la perception des éléments dans ce monde de taxinomies troublées par l’hétéroclite, le bric-à-brac ? S’il y a maintenant du mystère dans les êtres, c’est notamment parce que ceux-ci sont perçus non seulement comme « sourds et sauvages » (Foucault), autarciques, parce qu’ils échappent au langage : ils se sont échappés du langage, désormais rétifs aux anciennes taxinomies. Les adunata, les oxymorons de Roussel n’ont rien d’un bestiaire fantastique : on sait qu’à la description minutieuse succède, différée, la vraisemblabilisation par le biais d’explications, souvent à caractère scientifique (ou du moins dans cette tonalité). Sans tourner volontairement le dos au soleil de la modernité, Roussel en regarde l’ombre projetée, chargeant paradoxalement la technè, celle des machines, mais aussi la technè rhètorikè (le cas échéant le dressage d’animaux), de fournir une mythologie propre à se substituer aux anciennes catégories, dont on laisse parfois intacte l’apparente ossature. Poissons marins habitués à l’eau douce, chat épilé devenu chat-grenouille (plongeur), oiseau sauvage domestiqué… Les rapprochements tournent à l’inversion, l’inversion à la dérision. Le vertige baroque n’est plus de mise.

25Sur ce fond, ce qui frappe le lecteur est qu’il se trouve poussé avec ravissement dans une suite d’énumérations, une série de tableaux dans lesquels êtres et choses semblent se juxtaposer ou plutôt se distribuer selon une logique qu’on sait au départ exclusivement (notamment depuis Comment j’ai écrit certains de mes livres) textuelle et verbale, mais qui n’en n’est pas moins fascinante parce qu’elle forge un monde qui contrarie nos lectures habituelles.

26À l’instar des atomes d’Impressions d’Afrique « pris de vertige » (IA, p. 141), on s’interroge sur l’efficacité hors pair qu’exerce cette tension qui désosse et remembre l’espace de la représentation, afin que soient rendues possibles les intersections entre règnes animal, minéral et végétal. Pour ces raisons, dans les mondes rousselliens rien ne semble à sa place ; sous l’attraction d’une loi qui aimante, au nom de la loi tue, sans mobile, le nom a bougé : taxi/ nomos, taxinomie.

27C’est que Roussel, me semble-t-il, écrit et circule sur la tangente tracée par des problématiques similaires à celle des taxinomistes, dans une trajectoire à la fois inverse et complémentaire. Le procédé associe ou joue l’homophonie et la friction des mots pour loger (fût-ce dans un locus solus) une fiction qui figure et déploie une suite de tableaux, dont les stricts mécanismes et récits (et moteurs de la narration) dépeignent cliniquement un chaos (organisé, maîtrisé). La taxinomie informe le texte qui prend à son tour les formes d’une taxinomie incertaine, élargie à l’échelle de celui-ci.

  • 15 Dagognet François, op. cit., p. 20.

28Mais une taxinomie ne devrait-elle pas naturellement tenter, à travers une méthode (un chemin) ou un système, de percevoir dans le chaos des apparences un facteur enfoui, un pluriel condensé qui entraînerait les autres et les commanderait ? Je n’entre pas dans les détails, mais pour toute taxinomie il s’agit en effet de « capter les êtres qui de tous côtés s’échappent15 ». De trouver un dénominateur commun, qui postulerait que l’ordre règne, malgré tout, dans le désordre des anomalies. On connaît la formule de Cuvier, pour qui, par exemple, « tous les animaux n’en sont plus qu’un seul, plus ou moins échelonné ».

  • 16 Ibid., p. 151.

29Deux lois, parmi d’autres, travaillent la topographie animale : la loi de symétrie ou de duel, et la loi inverse de conjugaison. « Il suffit de les employer, à doses variables et l’on rebâtit n’importe quelle disposition16. » En somme, à l’instar du procédé qui en faisant trembler les mots procure l’histoire, la taxinomie renégocie perpétuellement le rapport des mots avec les êtres. Modifier la situation d’un vivant dans une série ou le redéfinir relève toujours de l’opération linguistique et requiert toujours, du même coup, de devoir réinventer une appellation conforme à son essence et à son emplacement. Écrire signifie donc « concevoir, placer, nommer », et cela rappelle quelque chose.

30Reste qu’il n’est guère une page roussellienne où les frontières élémentaires de l’antique « monde sublunaire » (Aristote) ne soient devenues poreuses : chats et chevelures galvanisées dans l’eau, êtres terrestres devenus amphibiens, végétaux se mirant dans le ciel, plantes dotées de vertus insoupçonnées, transcendant même la mort… De fait, pour comprendre comment ce monde de la fiction est paradoxalement rendu cohérent – en conservant son aspect extravagant – tout se passe comme si, on va le voir, la trajectoire scripturale de Roussel inscrivait en creux, dans son exercice d’équilibrisme fictionnel, la plupart des ruptures épistémologiques qui ont successivement bouleversé représentation et perception occidentales.

  • 17 Foucault Michel, Les Mots et les Choses, op. cit., p. 13.

31Rejoignons pédestrement le chemin tracé par Foucault. Parti à la recherche d’un tableau qui ordonnerait l’articulation par le langage des êtres entre eux, Les Mots et les Choses entreprend une recherche qualifiée d’« archéologique » afin de ressaisir comment « notre culture a manifesté qu’il y avait de l’ordre, et à quelles modalités de cet ordre les échanges devaient leur loi, les êtres vivants leur régularité, les mots leur enchaînement et leurs valeurs représentatives17 ».

32Guidé par un principe d’économie, je survole maintenant les découpages proposés par Foucault.

  • 18 Loc. cit.

33Dans ce premier temps qui bute sur l’âge classique, la « ressemblance » a permis la clôture du champ du savoir et la perception du monde s’est articulée autour de la notion de similitude. Grâce à ses différentes déclinaisons que sont la convenentia (ménageant des proximités), l’aemulatio (qui replie les êtres symétriquement sur eux-mêmes), la puissante analogie (qui se voit conférer réversibilité et polyvalence à l’échelle d’un champ universel d’application) et surtout le jeu d’assimilation parfaitement contrebalancé des sympathies et des antipathies, la nature et plus largement le cosmos restent ordonnés, et se replient, selon les propres mots de Foucault, « comme les pages d’un grand livre18 ». Le langage n’est jamais séparé du monde ; il le poursuit, sous une autre forme. Ce qui permet à Foucault de déduire que les langues sont avec le monde dans un rapport d’analogie et non de signification. L’étrangeté botanique ou animale aussitôt rencontrée trouve une place par adjonction simple dans un bestiaire, voilà tout. Des espaces sont aménagés pour tous ; avec ces primitives machines rhétoriques, nul besoin de classement : reste à compiler un savoir (pléthorique et infini, et alors ?). Un savoir qui pose sur le même plan, explique Foucault, magie et érudition – dont la rencontre forge nombre d’anecdotes chez Roussel, cela a été souvent remarqué.

  • 19 Voir Reggiani Christelle, « Des livres d’images : statuts textuels de l’image roussellienne », in (...)

34Une conséquence majeure en découle, déjà bien démontrée : la prégnance du livre, du mémoire, du grimoire dans les textes rousselliens, son goût pour les sommes et les traités19. Pour ne prendre qu’un exemple, Paracelse est mentionné car il remet en selle l’intentionnalité dans les éléments. Muni de son sauf-conduit de parangon du savoir, son talent lui permet de traverser sans encombre les règnes animaux, végétaux etc., dont les frontières ne sont pas encore strictement découpées :

Dans l’humeur, Paracelse remarqua pour la première fois des globules rouges qui, soumis à l’analyse, lui donnèrent principalement, à sa grande surprise, « charbon, soufre et salpêtre », éléments de la poudre à canon […] (LS, p. 251).

35Ainsi, nombreuses sont les occasions de réitérer une confiance bien placée dans les placets, les grimoires… – des grimoires qui rêvent d’un savoir enraciné dans le latin, comme c’est le cas de ces enluminures :

[Elles] prenaient maintenant pour lui une signification claire et pleine d’unité, qui rendit décisive l’utilisation projetée.
Par prudence, lors de son inoffensif larcin, l’adolescent avait soustrait, en même temps que l’in-folio, un album pour écoliers dont chaque page contenait un portrait d’animal souligné par la désignation latine de l’espèce (IA, p. 265).

36Et, pour finir, dans le même ordre d’idées, l’Erebi Glossarium de Ludovico Toljano :

Là, classés par ordre alphabétique, dieux, animaux, sites ou objets touchant aux deux surnaturels séjours ont leur nom escorté d’un texte copieux, où documents et anecdotes, citations et détails s’entassent judicieusement. […] À la fin du livre s’éternisait, partout sur deux colonnes, une fine nomenclature alphabétique de tous les sujets traités – animaux, végétaux ou minéraux – chacun fournissant, à la suite de son nom, l’indication des pages qui l’étudiaient (LS, p. 153-154).

37Heureuse époque désormais achevée où chaque chose était un mot, chaque mot était une chose, et cette distribution entre catégories appelait une certaine équanimité. Mais comme le découvre l’âge classique, la continuité d’un tel monde n’était obtenue qu’au prix d’une forme d’illusion, de biais, de facticité.

  • 20 Foucault Michel, Les Mots et les Choses, op. cit., p. 76.

38Du coup, en taxant la ressemblance de source d’erreur, et en construisant un temps cette langue simple, se voulant « absolument transparente20 », l’âge classique s’est inventé une mathesis comme science générale de l’ordre. Les mots, telle une fine pellicule, se sont détachés des choses, le sens n’est plus qu’un lointain héritage de celles-ci. Et chaque génération, durant trois siècles, renouvelle son goût pour une taxinomie ordonnatrice susceptible de maîtriser ce jeu tragique. Mathesis, taxinomia : toute la représentation va se jouer dans cet espace qui – distendu – disperse les signes sous prétexte de les rassembler davantage. Et quoique obnubilé par un souci de transparence, le siècle classique n’aspire à la simplicité qu’en usant d’une rhétorique extrêmement sophistiquée.

  • 21 Loc. cit.

39Seulement voilà : dans ce rapport définitivement symétriquement tranché, entre mots et choses le sens ne coagule plus et, « de plein et tautologique se trouve dissocié et comme ouvert en son milieu21 ». Il ne reste plus qu’à chercher dans l’écriture « l’or » et « le sang » (Locus solus). Pour autant, le brouillage des catégories de la perception, celles-là même qui appellent l’erreur et se trouvent logiquement rejetées par le classicisme et par chaque vague de furor taxinomiae ne le sont naturellement pas chez Roussel. Au contraire, nombre de pages des récits consacrent l’extravagance, s’enchantent d’abord de l’illusion organisée, puis jouent sur la déceptivité. On lève un pan de voile sur ces fictions copieuses faites de peu de mots. Le monstrueux joyau qui organise les cellules de Locus solus « n’était autre qu’un immense récipient rempli d’eau » (LS, p. 76). On a laissé jouer la taxinomie, sans la fixer, le déplacement (taxi) est devenu la loi du langage. Sous la forme biaisée du métatextuel connotatif, les frontières interrègnes et élémentaires se troublent.

40La sphère striée de cellules pour regarder à travers se veut absolument « parfaite » et « homogène ». Les antipathies cessent tandis que, dans le même temps, le mouvement dissociatif du procédé consacre des alliances surprenantes. L’aqua micans est « pareille à du diamant fluide » (LS, p. 113). Elle permet l’amphibie. « L’or exerçait sur la masse d’eau une mystérieuse attraction » (p. 114). Comment faire de ces corps démembrés, séparés des corps conducteurs ? Voilà qu’apparaît chez Canterel « une idée soudaine » (p. 96) : l’érythrite ; chez Bex : l’aimantine. Nommer, c’est donc bien évidemment créer.

41À cet égard, la taxinomie et ses opérations (nécessaire abstraction, tâtonnements et déplacements induits, recherche d’un métalangage subsumant) rejoignent parfaitement, me semble-t-il, les préoccupations rousselliennes. Les plantes, les êtres vivants, versent, selon le mot de Foucault, dans une analytique infinie. Il faut les nommer, en cerner les signes, les traquer. J’en veux pour preuve ces mises en scène répétées qui vont de l’observation à l’hypothèse, de l’hypothèse à la déduction, de la déduction à la cellule suivante. Sans aucun doute, pour ne prendre que cet exemple, l’itinéraire, tel que Canterel l’aménage pour ses invités, relève d’un parcours herméneutique et érudit disposant des êtres dans un locus solus, conçu non seulement comme un gigantesque parc d’attractions, mais bien comme une taxinomie totale, un herbier démultiplié à la scénographie complexe.

42Symptomatiquement, Impressions d’Afrique s’ouvre également sur une suite de tableaux et de cryptogrammes à interpréter à travers des « grilles spéciales ajourées » (IA, p. 38) pour décliner une nomenclature généalogique – celle de Talou. Problématique tangente car le temps fait effraction dans cette continuité jadis assurée entre choses et entre mots et choses (ou qui, du moins, accordait du crédit à cette illusion). L’âge classique a pu avoir le sentiment de quadriller le domaine entier du règne végétal ou animal, chaque groupe recevant un nom. Pour cela, il fallait figer ceux-ci. L’histoire naturelle a pu ainsi pallier cette rupture épistémologique par une mise en continuité linéaire des éléments, afin de découper la représentation sur un mode évident, universel. Or, le temps est devenu intérieur au langage et accentue l’écart entre choses et mots.

  • 22 Hacking Ian, Entre science et réalité : la construction sociale de quoi ?, trad. Baudouin Jurdant, (...)

43Démarche de laboratoire ou plutôt de l’« esprit de laboratoire » bien décrit par Hacking22, qu’emprunte et perpétuellement brouille Roussel. Comme chez Sade d’ailleurs, autre classique mentionné par Foucault, ordonnançant et disposant des corps jusqu’à la faillite des représentations, les tableaux se succèdent avec une rigueur absolue : observation, hypothèse (des invités de Canterel, du lecteur), mais décryptage in fine qui élude la dimension langagière celée. Le mot jusqu’à sa propre mort, le mot qui survit à la mort. Et le tout dans un laboratoire, certes, mais considéré comme un lieu, rendu par la grâce de la taxinomie qui propulse les mots et les choses entre eux et contre eux-mêmes au poiein du poète.

44À la fin du XVIIIe siècle, une nouvelle configuration apparaîtra qui substitue en matière de caractère les fonctions aux aspects ; il faudra donc désormais plonger dans la profondeur des choses pour en ramener à la surface un nom et le distribuer dans la taxinomie :

  • 23 Foucault Michel, Les Mots et les Choses, op. cit., p. 263.

Ainsi, la culture européenne s’invente une profondeur où il sera question non plus des identités, des caractères distinctifs, des tables permanentes avec tous leurs chemins et parcours possibles, mais des grandes forces cachées, développées à partir de leur noyau primitif et inaccessible, mais de l’origine, de la causalité de l’ histoire.
Désormais les choses ne viendront plus à la représentation que du fond de cette épaisseur retirée en soi […]23.

  • 24 Ibid., p. 253.
  • 25 Le Brun Annie, op. cit., p. 107.
  • 26 Foucault Michel, Les Mots et les Choses, loc. cit.

45À vrai dire, les textes de Roussel appellent le même genre d’observation et semblent pleinement témoigner de ce que les choses échappent, en leur vérité fondamentale, à l’espace du tableau taxinomique. « Celles-ci s’enroulent sur elles-mêmes, témoignent d’une inaccessible réserve24. » Roussel se trouve donc sans vouloir choisir à la quadruple et contradictoire confluence de la nostalgie de la Renaissance, de la disjointure classique entre mots et choses, de l’optimisme positiviste, mais aussi de la crise instituée dans « l’ordre du langage et du visuel25 » et de la disparition du nominalisme inhérent à la connaissance classique. Le langage est devenu paradoxalement un objet de la connaissance parmi tant d’autres – dont le nivellement est compensé par la littérature telle qu’elle émerge chez Mallarmé ou Nietzsche. « Ce n’est que par la suite que la littérature s’est détachée de tout autre langage par une coupure profonde, en formant une sorte de contre-discours, et en remontant ainsi de la fonction représentative du signifiant du langage à cet être brut oublié depuis le XVIe siècle26. »

46Les spécimens (torpille, etc.) ont donc tout pour étonner. Mais ce qui interroge davantage c’est que l’on puisse encore et toujours superposer dans la même case taxinomique des mots similaires renvoyant à des choses si différentes. Ou encore que des êtres puissent se situer à l’intersection exacte de ces cases nominales jadis si patiemment délimitées. Perpetuum mobile, il ne se passe pas un jour sans que la taxinomie ne trouve dans la nature l’occasion d’une remise en question, d’une redistribution, parfois même consécutive à la main de l’homme. Il s’agit naturellement chez Roussel du croisement de mots. À propos de la « Raie Esturgeonnée, spécimen encore inconnu que lui avait procuré la veille un sondage heureux opéré en pleine mer », « l’ichtyologiste Martignon » expliquait que « [l]e poisson que nous avions sous les yeux était le produit d’un croisement de races ; seuls des œufs de raie fécondés par un esturgeon pouvaient engendrer les doubles particularités nettement caractérisées que réunissait à lui seul le phénomène de l’aquarium » (IA, p. 82).

47Dès lors, la fascination s’exerce en direction de ces curiosa, tels ces êtres apparemment réifiés, inertes : « Vue ainsi par transparence, l’éponge montrait, au milieu de son tissu presque diaphane, un véritable cœur humain en miniature auquel se rattachait un réseau sanguin fort complexe » (IA, p. 146). Les frontières jadis fermement tracées ne stabilisent finalement plus les représentations – devenues sans garanties.

48Nature vs artifice. On ne peut certes pas résumer tout le XVIIIe siècle dans cet antagonisme quelque peu rebattu. Toutefois, les taxinomies qui déploient leurs efflorescences et constituent un volet important de la relation au monde se retrouvent chez Roussel à l’état le plus patent dans le champ botanique, sur lequel je vais m’attarder avant de conclure.

  • 27 Dagognet François, op. cit., p. 45.

49Quoi de plus secret et silencieux en effet qu’un végétal ? La botanique à l’époque de Roussel cherche dans un mouvement contradictoire mais complémentaire à déchiffrer et faire parler le végétal, tout en échappant à la suffocation et au chaos des apparences alimentées par l’exploration du continent africain. Car, un siècle plus tôt, Michel Adanson parti à la conquête du monde avait échoué en pleine Afrique, et d’un coup les grilles patiemment élaborées s’en étaient trouvées bouleversées : « L’Europe plie sous le poids du nombre des espèces, venues des continents les plus lointains27. » Si l’on suit François Dagognet, la botanique était déjà, depuis le XVIIIe siècle, la grande science naturelle, la plus bouillonnante et la mieux travaillée – et on ne sera pas surpris d’apprendre, d’une part, que les naturalistes se préoccupent autant des mots que des fleurs et, d’autre part, qu’on peut la considérer comme une science scripturaire.

50Ses avancées – parfois stochastiques – concernent au premier chef les opérations de nomination, qui changent de nature. Exit l’exclusive de l’étymologie, et la solide racine de naguère ne suffit plus à considérer le végétal. Voilà les Linné, Jussieu etc. à la recherche de l’appellation exacte, sorte de talisman, de sommation verbale qui permettrait aussitôt de tout savoir de la plante – du moins tout ce qui s’y rattache. Un désir de nomination absolue qu’on retrouve dans un passage fameux d’Impressions d’Afrique, à travers la composition des tableaux de Carmichaël :

« L’écho du bois d’Argyros envoyant à Constantin Canaris l’arôme des fleurs évoquées. »
Soreau composant le personnage de l’illustre marin, se tenait de profil au premier plan […].
Sans bouger, Soreau prononça distinctement le mot « Rose », qui bientôt fut répété par une voix partie de la coulisse […].
Le mot « Œillet », jeté ensuite par Soreau, eut la même répercussion phonétique et odorante. […] chaque fois, l’écho propagea de puissants effluves odoriférants, en parfait rapport avec le vocable docilement redit (IA, p. 100).

51On connaît le mot de Gertrude Stein (« A rose is a rose is a rose »). Le langage se déploie, se déplie identique, et s’épuise dans cette répétition. Taxinomies et procédés suivent plutôt une trajectoire analogue à celle de la botanique, devenue discipline d’avant-garde, qui se transforme en une science des combinaisons, et s’évertue à dégager l’ordre de la somme de toutes les situations possibles en une symbolique des diagrammes. Voilà donc les plantes qui, à l’instar des mots sur le papier, prolifèrent dans les textes. La zoologie suivra.

  • 28 Ibid., p. 83.
  • 29 Ibid., p. 43.

52Leurs racines et celles des mots s’entrelacent et se dénouent. Dans ces forêts de rhizomes, les taxinomies constituent un effort pour chercher à les ancrer, et trouver le caractère distinctif qui permettrait de les rassembler. Or, les mots manquent : ils font défaut aux botanistes qui ont recours à la néologie. Dans le calme des herbiers, collections, parcs et jardins, les Jussieu, Linné, Lamarck etc. vont surtout prendre acte de cette nouvelle analytique pour remonter du manifeste au latent. « Forger un terme n’est pas un acte secondaire d’appellation, mais un drame réel, rapide, une lutte contre l’envahissement de l’accessoire28. » Dans les herbiers, on fait sécher la fleur, on la tue pour mieux la nommer : « Le mot matérialise une victoire, l’enracine29. »

53Rhizomique donc, la plante permet à Roussel de thématiser la consolidation, le corsetage, contre ce qui ne se cesse de se déchirer. On rappelle qu’en sus de l’horror vacui, dans la nature tout est longtemps gradué, nuancé (du XVIIIe siècle jusqu’à la fin du siècle suivant) : cette continuité est exigée y compris par l’histoire naturelle qui s’immisce dans les savoirs. Seul le continu peut garantir que la nature se répète et que la structure, par conséquent, puisse devenir caractère. Les botanistes s’emploient donc à fabriquer des polynômes et cette navette entre latent et manifeste n’a pu qu’enchanter Roussel.

54D’où, vraisemblablement, le recours massif tantôt à la figure suprême du botaniste (le véritable linguiste) ou encore au thème végétal comme vecteur méta-textuel. Parce qu’elle est un précipité de langage, la plante (ou son nom, mais c’est la même chose) se trouve parée de vertus médicinales, à même de réguler le sang, le sens et le langage. Distinguée entre toutes par une science patiemment élaborée, la feuille autorise découpages, textes, flexions. Du coup, l’analogie irrigue à nouveau le récit. Chaque mot est une graine, chaque graine peut faire des miracles. Revenir de la mort, plonger dans le passé, comme on va chercher un nom véritable qui rédimerait la malédiction :

Avec une des épines de la tige [Fogar] ouvrait la veine engorgée pour en retirer le caillot compact. Ensuite un seul pétale, pressé entre ses doigts, lui fournissait un liquide violet dont quelques gouttes suffisaient pour ressouder la fente mortellement dangereuse (IA, p. 247).

55Cette sève, cette glu est l’encre seule à même d’ancrer les mots des écartés, écartelés. C’est le « liquide efficace, qui, tombant sur la veine, en ressouda subitement les deux bords écartés » (IA, p. 144). En définitive, la botanique assure l’équilibre entre nature et culture, entre mots et choses, elle est à la fois prélèvement sur une nature extérieure mais aussi marque du travail intérieur, inlassable de l’écrivain : « Indéfiniment la plante répétait ses curieuses révolutions moléculaires, qui semblaient liées à sa propre existence » (IA, p. 143).

  • 30 Ibid., p. 65.

56Jeu de patience, la taxinomie florale (des Esseintes n’est pas si loin), à l’instar de la botanique, ne peut qu’aboutir à la fleur artificielle : pridiana vidua. C’est que « dans le cabinet de sciences naturelles on peut ordonner de façon immuable, puisqu’on ne range que le mort ou le cadavérique30 ».

  • 31 « Il avait chaque semaine une classe de botanique du professeur Borthelande, qui, célibataire écon (...)

57Or, la « veuve de la veille » – traduction obligeamment fournie par Roussel31 – pleure certainement l’ancienne prose du monde, déplorant ce moment où ses aïeules, fleurs de rhétorique, étaient encore susceptibles de resserrer les liens d’un monde déchiré comme une toile. Elle désigne l’activité scripturale, à la manière de l’autre veuve célèbre : Pénélope. La pousse des fleurs, le travail des mots sont des activités mortuaires sans cesse recommencées. Ils englobent le mouvement pendulaire des signes, qui marque la coexistence de la vie et de la mort, la nécessité que la fleur a de mourir pour que les signes adviennent, sa renaissance par la parole. Noir de la graine (son « épanouissement posthume » [C, p. 35]) incertain sur papier immaculé.

  • 32 Foucault Michel, Les Mots et les Choses, op. cit., p. 321.

58À la fois annamite et tulipe, fleur saturée de toutes les autres, la représentation s’échappe, elle déjoue les catégories traditionnelles : sommes-nous encore devant une fleur ? Voilà le signe engrossé de cette épaisseur historique, qui s’est mise à obérer toute herméneutique, désormais marquée du sceau de la mort. Comme l’indique Foucault, Roussel s’inscrit donc de plain-pied dans cette configuration qui, à partir du XIXe siècle, « métamorphose entièrement la théorie de la représentation qui achève de disparaître et met en face de l’homme sa propre finitude radicale32 ». En ce sens, il n’est pas aventureux de penser que la taxinomie – qui, dans ses acceptions traditionnelles, insuffle du sens dans la vie – trace alors les limites de l’ordre naturel jusqu’à bouleverser celui-ci, ajoute ses efforts à ceux du procédé qui fait lui aussi revenir et les êtres et les mots de la mort – fût-ce au prix de la vie du scripteur.

Notes

1 Kerbellec Philippe, Au cannibale affable, Monaco, Éditions du Rocher, 1994, p. 58.

2 Reggiani Christelle, La Rhétorique de l’invention de Raymond Roussel à l’Oulipo, thèse de doctorat, université Paris 4-Sorbonne, 1997, p. 93.

3 Le Brun Annie, Vingt mille lieues sous les mots, Raymond Roussel, Paris, Pauvert-Fayard, 1994, p. 15.

4 « Une étude prudente des espèces naturelles est doublement menacée par deux doctrines. Premièrement, certains philosophes dits “réalistes” croient que l’idée d’espèce naturelle est fonda-mentale pour toute bonne philosophie des sciences : non seulement il s’agit d’une classe définie d’espèces – les espèces naturelles –, mais cette classe, ou une de ses sous-classes, est essentielle aussi bien pour la logique que pour l’ontologie ou la linguistique, la psychologie cognitive ou les sciences de la nature. Deuxièmement, d’autres philosophes, dont les tenants du nominalisme et du constructivisme, pensent que toutes les espèces sont créées par l’homme et qu’il n’en existe pas qui soient particulièrement “naturelles” », Hacking Ian, Historical Ontology, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 2002, p. 23.

5 Foucault Michel, « La Métamorphose et le Labyrinthe », NRF, n° 124, 1963, p. 638-661 ; Raymond Roussel, Paris, Gallimard, 1963 (« La Métamorphose et le Labyrinthe » y devient un chapitre [p. 96-124]).

6 Cournot Antoine-Augustin, Essai sur les fondements de nos connaissances – et sur les caractères de la critique philosophique, Paris, Hachette, 1851, p. 246.

7 Pajaud Daniel, La Taxinomie bionaturaliste, t. I : Nomenclature et Taxinomie : Pratiques de la dénomination et usages des concepts en ontologie, Paris, Lachurié, 1989.

8 Dagognet François, Le Catalogue de la vie. Étude méthodologique sur la taxinomie (1970), Paris, PUF, 2004, p. 61.

9 Foucault Michel, Raymond Roussel, op. cit., p. 209.

10 Foucault Michel, Les Mots et les Choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard, 1966, p. 397.

11 Houppermans Sjef, Écriture et Désir, Paris, José Corti, 1985, p. 287 sq.

12 Amiot Anne-Marie, « Raymond Roussel et la science », Annales de la faculté des lettres et sciences humaines de Nice, no 22, 1982, p. 267-283 ; « Raymond Roussel et Camille Flammarion », Mélusine, no 3, 1983, p. 122-142.

13 Amiot Anne-Marie, « Roussel et la science », art. cit., p. 268.

14 Loc. cit.

15 Dagognet François, op. cit., p. 20.

16 Ibid., p. 151.

17 Foucault Michel, Les Mots et les Choses, op. cit., p. 13.

18 Loc. cit.

19 Voir Reggiani Christelle, « Des livres d’images : statuts textuels de l’image roussellienne », in Anne-Marie Amiot et Christelle Reggiani (dir.), Formes, images et figures du texte roussellien, Revue des lettres modernes, série Raymond Roussel, n° 2, Paris-Caen, Lettres modernes Minard, 2004, p. 34.

20 Foucault Michel, Les Mots et les Choses, op. cit., p. 76.

21 Loc. cit.

22 Hacking Ian, Entre science et réalité : la construction sociale de quoi ?, trad. Baudouin Jurdant, Paris, La Découverte, 2001 ; leçon inaugurale au Collège de France, http://www.college-defrance.fr/media/lecons-inaugurales/UPL52662_LI_157_Hacking.pdf (page consultée le 15 novembre 2012).

23 Foucault Michel, Les Mots et les Choses, op. cit., p. 263.

24 Ibid., p. 253.

25 Le Brun Annie, op. cit., p. 107.

26 Foucault Michel, Les Mots et les Choses, loc. cit.

27 Dagognet François, op. cit., p. 45.

28 Ibid., p. 83.

29 Ibid., p. 43.

30 Ibid., p. 65.

31 « Il avait chaque semaine une classe de botanique du professeur Borthelande, qui, célibataire économe fixé dans la banlieue et très épris de de sa science, consacrait tout le produit superflu de son traitement et de ses leçons à la culture en serre de végétaux curieux. […] Il dépaqueta un jour devant Jerjeck et ses camarades, pour leur en parler longuement, une pridiana vidua (veuve de la veille), grande fleur annamite qui, ressemblant de forme à la tulipe, doit son nom triste, évocateur de deuil, à ses étamines blanches et à ses pétales noirs. La pridiana vidua est surtout remarquable par le fond de sa corolle, qui sécrète une cire noire à nombreux granules blancs – appelée cire nocturne pour son aspect de firmament étoilé » (LS, p. 157).

32 Foucault Michel, Les Mots et les Choses, op. cit., p. 321.

Auteur

Chercheur associé à l’Équipe d’Accueil EA 4400 « Écritures de la Modernité/Métamorphoses de la fiction » (Sorbonne nouvelle – Paris 3), Christophe Reig enseigne à l’université de Perpignan.
Il a consacré une monographie à Jacques Roubaud (Mimer, Miner, Rimer – Le Cycle romanesque de Jacques Roubaud, New York-Amsterdam, Rodopi, 2006), publié de nombreux articles sur l’Oulipo, quelques oulipiens (Marcel Bénabou, Paul Fournel, Harry Mathews, Georges Perec…) mais aussi sur des écrivains modernes (Raymond Roussel, Jean Lahougue) ou contemporains (Emmanuel Carrère, Régis Jauffret…). Avec Christelle Reggiani et Hermes Salceda, il codirige, depuis 2011, la revue Formules. Revue des créations formelles.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540