Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roussel : hier, aujourd’hui

 | 
Pierre Bazantay
, 
Christelle Reggiani
, 
Hermes Salceda

Première partie. Ouvertures

Roussel rime ailleurs

Jean Ricardou

Texte intégral

1Une œuvre à capacité représentative est d’autant plus vivace, sans doute, que ce qu’elle formule est ouvertement tributaire des façons de le formuler.

2En effet, ce qui la caractérise, pour lors, outre ce qui est représenté, c’est ce à quoi elle touche, et qui n’est rien de moins que la machinerie même de la représentation. Par suite, comme l’accrédite, du reste, la présente réunion (eût-elle pour l’une des siennes sources, en l’occurrence, la fortuite tardive découverte d’amples malles d’inédits et de documents), il n’est guère surprenant que l’étrange œuvre de Raymond Roussel continue de retenir les intérêts. En effet, c’est résolument, car, semble-t-il, sous l’emprise d’une exigence, que, les manières du dire, elle les porte à de curieux paroxysmes. C’est que, au plus simple, la machinerie représentative se laisse réduire à deux volets majeurs, et c’est que, dans l’œuvre de Roussel, à tel endroit ou à quelque autre, chacun de ces volets se montre l’objet de mesures extrêmes.

Procédé

3 Deux volets majeurs ? Oui.

4En effet, selon une bi-partition spécialement apparente dans les écrits faits de ce que, à l’ordinaire, on appelle des « lettres », cette machinerie se trouve sitôt en proie, le premier du registre de l’écarte ment, et, le deuxième, de l’ordre du rapprochement, à deux mécanismes contraires. Du registre de l’écartement ou, si l’on préfère, de l’assemblage, car, en général, certains des éléments requis se trouvent, par l’office des intercalations inévitables qui travaillent la mise en proximité, nécessairement éloignés, plus ou moins, les uns des autres.

5De l’ordre du rapprochement ou, si l’on préfère, de l’ensemblage, car, leur nombre n’étant pas infini, et, pour lors, une façon de récurrence devenant obligatoire, certains de ces éléments se trouvent, puisque surviennent ainsi, entre eux, des similitudes qui les relient, nécessairement réunis, plus ou moins, les uns avec les autres.

6Or ce sont tels mécanismes, précisément, qui, dans l’œuvre de Roussel, font l’objet, ici ou là, d’un extrémisme résolu.

  • 1 Car il est permis de saisir, quelquefois, en bas de page, à cause, notamment, au terme de certaine (...)

7S’agissant de l’écartement, d’abord, et si, du moins, dans les écrits faits de « lettres », on conçoit ce que, à l’ordinaire, on appelle la « phrase », comme, à cause de la fondamentale unité articulatoire qu’elle propose, un cardinal dispositif d’assemblage, on ne saurait faillir d’apercevoir que, avec les chants des Nouvelles Impressions d’Afrique, elle se prend, non sans maintes instructives acrobaties, à s’étendre jusqu’à d’extravagantes longueurs qui outrepassent nettement les laxistes bornes communément admises, de telle sorte que plusieurs des siens éléments censés devoir être proches se trouvent, en sa venue, éloignés par d’immenses écarts. Ainsi en va-t-il, de manière flagrante, avec la section numéro 2 ayant pour titre « Le champ de bataille des Pyramides ». C’est que, selon une étrange structure où abondent les spectaculaires parenthèses à plusieurs degrés, tel chant se trouve largement1 constitué d’une seule et unique phrase étirée sur plusieurs centaines de vers (NIA, p. 45-157).

Par exemple, le sujet inscrit à son début, au vers 1 :
Rien que de l’évoquer sur ce champ de bataille

8ne rencontre, selon une grammaticale articulation, son verbe et ses compléments :

Fait que, méditatif, on oublie un moment
L’Égypte, son soleil, ses soirs, son firmament

9qu’à sa fin, c’est-à-dire aux vers… 643 et 644.

10Or, après avoir chuchoté cette remarque, il va falloir y revenir. En effet, bien que, pour son aptitude à ouvrir sur une spéciale intelligibilité des écrits faits de « lettres », il le mérite, ce n’est guère à ce curieux assemblage qui éloigne que la présente étude est consacrée.

11S’agissant du rapprochement, ensuite, et si, du moins, dans les écrits faits de « lettres », on conçoit ce que, à l’ordinaire, on appelle la « rime », comme, à cause de la ressemblance des éléments qu’elle sollicite, un cardinal dispositif d’ensemblage, on ne saurait faillir d’apercevoir que, dans l’œuvre de Roussel, elle se trouve accompagnée, dût-on se montrer scrupuleux pour en saisir le tout, de l’intégrale collection des occurrences qui lui sont parentes.

12Or, après avoir chuchoté cette remarque, il va falloir y revenir. En effet, car, pour son aptitude, non moins, à ouvrir sur une spéciale intelligibilité des écrits faits de « lettres », elle le mérite, c’est à la structure de telle intégrale collection des occurrences parentes que la présente étude, avec l’espoir d’en tirer, par la suite (section 7), un bénéfice conceptuel, vouera d’abord quelque soin.

Contradiction

13Toutefois, avant d’en offrir l’exercice, il semble opportun de se garantir d’une lourde hypothèque idéologique.

14 Une lourde hypothèque idéologique ? Oui.

15En effet il se pourrait que la « critique », comme on l’appelle couramment, sitôt qu’elle s’active sur des travaux accomplis, fût aux prises, selon un déchirement sans doute quelquefois insu, avec deux penchants adverses.

16Ou bien elle s’applique au résultat obtenu, voire à la manière de l’obtenir, et, pour lors, ce à quoi elle s’intéresse, c’est à l’œuvre plutôt, voire aux procédés qui l’ont permise.

17Ou bien elle s’enquiert de celle ou celui qui a obtenu ce résultat, voire à la vie qui fut la sienne, et, pour lors, ce à quoi elle s’intéresse, c’est à l’auteur plutôt, voire aux événements qui l’ont affecté.

18Or il n’est point rare, dans certains ouvrages, et avec, le plus souvent, un silence sur le problème lors surgi, que ces deux penchants adverses s’exhibent en périlleuse coexistence.

19Si l’on veut en offrir des exemples, l’on peut songer, et à une occurrence globale (qu’il est utile d’apercevoir car elle montre l’emprise d’une idéologie, généralement, sur toute une époque), et à une occurrence locale (qu’il est utile d’apercevoir car elle montre l’emprise de cette idéologie, spécifiquement, sur tel écrivain).

20 Une occurrence globale ? Oui.

21En effet il se rencontre, à cet égard, parmi une foule d’autres, un instructif échantillon assez bien connu. C’est que, encore naguère, a sévi en France, destinée aux lycéens et aux étudiants, une célèbre collection de la Libraire Hachette, dénommée les « Classiques illustrés Vaubourdolle », laquelle n’a point hésité, avec, dirait-on, l’aimable souci d’être exhaustif, à réunir benoîtement, au fil des siens volumes, selon, du reste, un collectif sous-titre où la conjonction de coordination « et » parle d’elle-même, « Études sur la vie et les œuvres de nos grands auteurs », les deux adverses penchants.

22Or ce qui s’est accompli, de cette manière, en chacun de tels opuscules, ce sont, l’une étant accentuée par l’autre, et chacune comme allant de soi, deux plutôt douteuses opérations : l’une, c’est l’addition irréfléchie de l’auteur et de l’œuvre ; l’autre, c’est, l’existence de l’auteur se trouvant inscrite en précédence, l’action point trop pensée de la vie sur les livres.

23 Une occurrence locale ? Oui.

24En effet il se rencontre, à cet égard, s’agissant de Roussel, d’instructives pages assez méconnues. C’est que, nul de ses lecteurs ne l’ignore, l’œuvre de celui-ci s’est close, quant à sa publication, par les offices d’un volume qu’inaugurent, sous l’éponyme intitulé Comment j’ai écrit certains de mes livres, quelques posthumes feuillets qui se sont plus, avec, dirait-on, l’aimable souci d’être exhaustif, à réunir benoîtement, non moins les deux adverses penchants. Car ce qui s’est accompli, avec tels propos, relève, également comme allant de soi, d’un amalgame irréfléchi du « procédé » et de l’« auteur », ou, si l’on osait une formule plus large, de la rencontre point trop pensée d’une bibliographie et d’une biographie.

25 Comme allant de soi, d’un amalgame irréfléchi du « procédé » et de l’« auteur » ? Oui.

26En effet, ce qui se manifeste, quand on en compare le presque début et la presque fin, ce sont, au fort net, les deux positions antagonistes.

27 Au presque début s’impose, avec toute sa force, la notion de « procédé ». C’est que, dès le second paragraphe, dont, avec, pour la circonstance, l’appui d’un graissage, voici l’ensemble :

Il s’agit d’un procédé très spécial. Et, ce procédé, il me semble qu’il est de mon devoir de le révéler, car j’ai l’impression que des écrivains de l’avenir pourraient peut-être l’exploiter avec fruit (C, p. 11).

28surgissent, la seconde confirmant la première, deux instructives déclarations.

29La première, avec le terme « procédé », c’est, noir sur blanc, la mention du phénomène décisif.

  • 2 Larousse universel en deux volumes, Paris, Librairie Larousse, 1923, article « Procédé ».

30La deuxième, avec l’avis « des écrivains de l’avenir pourraient peut-être l’exploiter avec fruit », c’est, ouvertement, et selon, en somme, la très courante acception de « méthode à suivre pour faire quelque opération2 », l’idée que, ressortissant à la recette, un « procédé » relève, non point trop d’un « auteur » qui, suivant quelque apanage, en serait l’exclusif propriétaire, mais plutôt, suivant quelque partage, d’un loisir toujours offert à quelques-uns.

31 À la presque fin s’impose, en revanche, faisant contraste, l’invasive notion d’« auteur ». C’est que, vers la cauda de cet écrit, dont voici l’essentiel :

32Quelques courtes notes biographiques termineront cet ouvrage.

Je fus élevé avec ma sœur Germaine, plus tard duchesse d’Elchingen, puis princesse de la Moskova à partir du 21 octobre 1928, date où mourut sans laisser d’enfants le frère aîné de mon beau-père, Napoléon Ney, prince de la Moskova, marié à S. A. I. la princesse Eugénie Bonaparte, descendante directe du roi Joseph et de Lucien Bonaparte. Fait curieux : presque tous les noms de l’Empire se trouvaient réunis dans la famille de mon beau-frère, son demi-frère était prince d’Essling et duc de Rivoli ; sa sœur aînée avait épousé S. A. le prince Murat, prétendant au trône de Naples ; ses autres sœurs étaient : la princesse Eugène Murat, la duchesse de Camastra, la duchesse d’Albuféra et la duchesse de Fezensac (C, p. 27-28).

33surgissent, la seconde aggravant la première, également deux instructives déclarations.

34La première, avec la formule « notes biographiques », c’est, noir sur blanc, puisque, de cette manière, s’annonce un aspect de la vie du rédacteur, la mention d’un clair souci auctorial.

35La deuxième, dans cette optique, c’est une cohue de précisions, lesquelles pourraient bien, dès lors que le principe du procédé exclut l’auteur en la singularité de sa personne, paraître légèrement incongrues.

36Or ce qui appert, aussi, dans Comment j’ai écrit certains de mes livres, c’est que tel choc entre la mention concernant le « procédé » et les mentions concernant la biographie se produit, non seulement, de cette façon, selon un abrupt à distance, mais encore, déjà, innombrablement, tout au long, de manière feutrée. Car, si l’épanchement autobiographique se trouve, sur la fin, la précédente citation en porte témoignage, non seulement claironné, mais encore soutenu par maints futiles nobiliaires détails, il ne laisse guère d’être actif, plus haut, à diverses reprises.

37Ainsi est-ce d’une façon comme toute naturelle, d’emblée, lors du troisième paragraphe :

Très jeune j’écrivais déjà des contes de quelques pages en employant ce procédé (C, p. 11).

38que s’installent, avec la fort personnelle mention « Très jeune j’écrivais déjà », d’une part, l’individualité d’un énonciateur, et, d’autre part, avec une stipulation ressortissant à l’âge, une sienne précise singularisation.

39Ainsi est-ce d’une façon comme toute naturelle, également au préalable, avec l’incipit :

Je me suis toujours proposé d’expliquer […]

40et même, plus tôt encore, avec, en lieu et place du possible titre « Comment se sont écrits certains de mes livres », l’intitulé « Comment j’ai écrit certains de mes livres », qui, arborant, lui non moins, la première personne du singulier, bref disposant le locuteur en pleine lumière, que s’intronise spécialement un individu.

41Or, le moment semble venu d’en prendre cure, si la contradiction est bien de ce genre, alors nul doute que ne se trouvent permises, quant à Raymond Roussel, deux attitudes inverses.

42Ou bien celle d’une attention portée à l’auteur Roussel en rehaussant par exemple, dans le contenu des malles retrouvées, les extrinsèques éléments qui relèvent de sa biographie. Et, dans ce cas, l’on est fidèle, il faut en convenir, à un certain Roussel, le Roussel qui, contrevenant entièrement à la logique du principe de procédé, n’a pas reculé devant une incohérence aimablement issue d’une voyante poussée de son ego.

43Ou bien celle d’une attention portée au scripteur Roussel en faisant saillir la présence d’intrinsèques structures dans certains des ouvrages qui ressortissent à sa bibliographie. Et, dans ce cas, l’on est fidèle également à un certain Roussel, mais à un Roussel tout autre, le Roussel qui, donnant pleine vigueur à la logique du principe de procédé, a su, après avoir quelque peu saisi le mécanisme de celui qu’il requiert, partager, les ouvrant clairement à plusieurs, certaines précises façons de faire.

44Bref, il faut choisir.

45Ou bien, ce qu’il semble meilleur d’exclure, soutenir l’incohérence logique de Comment j’ai écrit certains de mes livres qui, associant l’affirmation d’une personne et la mention d’un procédé, suscite la contradictoire biographisation d’une recette.

46Ou bien, ce qu’il semble meilleur d’admettre, retenir la cohérence logique liée au concept de procédé et, à l’opposite de toute obligeance vis-à-vis du séduisant anecdotisme, comme celui qui pousse jusqu’à s’enorgueillir d’on ne sait trop quelle hasardeuse parenté avec une noblesse du reste secondaire, examiner les intrinsèques structures offertes par l’œuvre en son déploiement.

Éclaircissement

47Or, si, dans cette optique, l’on peut avancer, de Roussel, qu’il a quelque peu saisi le mécanisme du procédé requis, c’est qu’il semble en avoir entrevu, du moins pour une part, il faudra y revenir (section 7), et le principe radical, et sa conséquence majeure.

48 Et le principe radical ? Oui.

49En effet, quand les premières pages de Comment j’ai écrit certains de mes livres précisent :

Ce procédé, en somme, est parent de la rime. Dans les deux cas, il y a création imprévue due à des combinaisons phoniques (C, p. 23).

50elles procèdent à deux opérations dont la seconde est primordiale.

51D’un bord, elles mentionnent la parenté du procédé requis avec la rime, et, d’un autre bord, ce faisant, elles fournissent, de la rime, en retour, fût-elle incomplète, une éclatante définition.

52Assertant, en prime lieu, la parenté du procédé requis avec la rime, elles atténuent, puisque, depuis des siècles, la rime est familière, l’impressionnante bizarrerie du procédé. Définissant, en second lieu, la rime en relation avec la force du procédé requis, elles accroissent, puisque son mécanisme est déclaré une « création imprévue due à des combinaisons phoniques », la fondamentale étrangeté de la rime. C’est que la rime, à l’ordinaire maintenue dans un rôle mineur (puisqu’elle est largement admise, et surtout, en France, depuis les classiques, comme un simple ornement du discours), à savoir un jeu sachant faire saillir le matériau verbal tout en le pliant à la formulation du dire, accède, dans le propos de Roussel, à une capacité majeure, car elle s’y laisse entendre, on vient de le saisir, étant plus qu’un brin autre chose, comme ce qui permet l’invention du dire.

53 Et sa conséquence majeure ? Oui.

54En effet, s’il en va ainsi, alors ce qui, s’agissant de la rime, s’en vient à prendre toute son amplitude, c’est un complet changement d’opinion. Car ce qui, pour lors, est mis en vigueur, c’est, non plus trop la conviction reçue d’un préalable quelque chose à dire utilisant la langue en tant que simple « moyen » dont la rime, au mieux, est en mesure de signaler la présence sous les subsidiaires espèces d’un ornement, mais plutôt la subversive pensée d’un dire survenant sous l’emprise de la langue en tant que sa condition et que la rime fait saillir, fondamentalement, selon des ressemblances décisives.

55Or il se trouve que, sous les espèces d’une contradiction, simultanément affichée et inaperçue, c’est tel problème qu’entrevoit, dans Comment j’ai écrit certains de mes livres, le fragment qui précède l’intrusion de ce qui, on l’a souligné, est sans ambages intitulé « notes biographiques ». Car, ce qui se montre, quand on s’avise de le relire :

Il faut encore que je parle ici d’un fait assez curieux. J’ai beaucoup voyagé.
Notamment en 1920-21 j’ai fait le tour du monde par les Indes, l’Australie, la Nouvelle Zélande, les archipels du Pacifique, la Chine, le Japon et l’Amérique […]. Je connaissais déjà les principaux pays de l’Europe, l’Égypte et tout le nord de l’Afrique, et plus tard je visitai Constantinople, l’Asie-Mineure et la Perse. Or, de tous ces voyages, je n’ai jamais rien tiré pour mes livres. Il m’a paru que la chose méritait d’être signalée tant elle montre clairement que chez moi l’imagination est tout (C, p. 27).

56ce sont deux indications dont la seconde est primordiale.

57L’une, c’est que Roussel, à cet endroit, ne saisit guère que, en stipulant, de tels éléments, cependant massifs, de la sienne vie, qu’ils n’ont jamais nourri les siens livres, il élimine, précisément, la raison d’être des « notes biographiques » dont, sitôt après, l’on en a fourni plus haut un pénible échantillon, il s’en vient à courir étourdiment le risque.

58L’autre, c’est que Roussel, à cet endroit, ne fait qu’entrevoir le phénomène que son travail manifeste, car ce qui est actif, en rigueur, dans certains versants de son œuvre, relève, non point trop, comme en substance il est asserté, de l’imagination tout court, mais plutôt, comme il le faudrait, pouvant bien être plus que miette autre chose, de l’imagination en tant qu’elle est sollicitée à partir des ressemblances inhérentes au matériau de la langue.

Théorie

59Si, à présent, contre l’incohérence à laquelle Roussel, en injectant ses intempestives « notes autobiographiques » hélas s’abandonne, l’on choisit ce qu’il entrevoit en la page à l’instant citée, et si, pour lors, on s’applique à un soigneux examen de ce qui se trouve en jeu avec la rime, alors ce sont, la première permettant de saisir l’exercice de la rime comme un cas parmi d’autres dans un ensemble de plus grande envergure et la seconde montrant l’actif de cet ensemble dans l’œuvre concernée, deux observations qui s’imposent. Toutefois, avant de s’y engager, et sauf trop confortable obscurantisme, il importe de noter ce qui favorise suffisamment telle opération pour la rendre loisible.

60 Ce qui favorise suffisamment telle opération pour la rendre loisible ? Oui.

61En effet, s’il existe, aujourd’hui, la chance de comprendre que, déférant à un principe de plus grande envergure, la rime n’est jamais que l’un des simples cas fournis par un groupe plus vaste, c’est qu’il existe, désormais, ayant pour nom TEXTIQUE, une discipline dont l’objectif est l’établissement d’une théorie unifiante des opérations de l’écriture et des structures de l’écrit. C’est qu’une théorie unifiante se reconnaît à une précise capacité. En effet, avec son concours, certains objets d’étude changent de registre : d’entités conçues, jusque-là, comme indépendantes, ils sont induits, avec elle, à devenir, fût-ce avec le maintien de leur idiosyncrasie, les diverses occurrences de ce qu’il convient d’appeler une même classe structurale. Cependant si, de la sorte, en ce qu’elle incline à une conception moins exiguë, la TEXTIQUE semble opportune en la circonstance, nul doute, en même temps, qu’avec sa mise en jeu ne surgisse un spécifique tracas. C’est que, avec la sienne prétention d’offrir toujours, en pleine rigueur, une assise verbale à la structure des objets qu’elle analyse, cette discipline en est venue, non seulement à constituer, mais encore à manipuler un vocabulaire plutôt spécial, et c’est que ce vocabulaire plutôt spécial pourrait bien, justement parce qu’il est plutôt spécial, rebuter celles et ceux qui désirent, tout en bénéficiant des éventuels acquis facilités par son office, se maintenir hors de la précision technique. Tel est le motif pour lequel la TEXTIQUE s’en remet souvent, et, notamment, en la circonstance, à ce qu’elle nomme l’écrit bizoné. Car ce dont il s’agit, avec l’écrit bizoné, c’est de répartir le propos tenu en deux qualifiables sortes de régions.

62D’un bord, comme il est advenu jusqu’ici, des zones coutumières n’utilisant, selon quelque apparence, quitte parfois à s’en désolidariser discrètement, que les vocables habituels dans ce genre d’exercices, et divulguant, le moins mal possible, les résultats obtenus, avec plus de conscience, selon de précises voies instruites en théorie.

63D’un autre bord, comme il adviendra plus loin, des zones techniques, chacune dotée d’un spécial rentrant, visant, avec le secours, cette fois, d’une terminologie construite, celle-ci relevât-elle, en le profond, de quelque inédite chimie, à expliciter sans fléchir la rigueur de l’examen.

64Ainsi, au plus gros, deux options semblent ouvertes.

65Ou bien se maintenir à l’extérieur d’une discipline dont on souhaite ne recevoir que les fruits (il suffit, pour cela, d’être inattentif, ci-après, aux rares moments techniques).

66Ou bien se frotter à la discipline qui mûrit en rigueur ces fruits (il suffit, pour cela, d’être attentif, ci-après, à ces rares techniques moments).

Mécanisme

67Quoi qu’il en aille, ainsi, de la technicité, ce que note Roussel, quant à la rime, cela s’est vu effleuré plus haut (section 3), n’est qu’une seule de ses deux majeures particularités.

68D’un côté, il insiste, résolument, ce qui est heureux, sur la sonorité qui l’institue.

69D’un autre côté, il omet, résolument, ce qui pourrait bien être fâcheux, et il faudra y revenir (section 7), le statutaire positionnement qui la conditionne.

70 Le statutaire positionnement qui la conditionne ? Oui.

71En effet, même si l’on s’en tient à une définition courante, comme celle que propose Le Petit Robert, et qui se montre, ci-après, pourvue d’un graissage :

72 Rime : Disposition de sons identiques à la finale de mots placés à la fin de deux unités rythmiques.

73ce qui définit la rime, c’est, non seulement, manifestée ici par la formule « sons identiques », une phonique ressemblance perceptible, mais encore, d’un même jeu, manifesté ici par la formule « à la fin », un emplacement déterminé.

74Or, sitôt qu’une certaine vision théorique incline à concevoir la rime, loin de toute entité indépendante, comme un simple cas dans quelque ensemble structural plus vaste, celui, pour tout dire, où de phoniques occurrences semblables produisent une mise en lumière du matériau verbal, ce qui appert, c’est que, pour tenir ce rôle, il convient qu’elles s’installent, non point trop, particulièrement, à la seule fin de deux unités rythmiques, mais plutôt, généralement, à des emplacements mutuellement remarquables. À cette enseigne, outre l’identité de places dans des endroits pareils, que, en se trouvant à la fin des unités rythmiques, permet certes la rime, peuvent se grouper, et la superposition, et le voisinage, et l’opposition.

75 Et la superposition ? Oui.

76En effet il est facile de concevoir une situation où les phoniques occurrences semblables se trouvent, en quelque sorte, au même lieu.

77Ainsi en irait-il, par exemple, pour un exposé concernant certaines structures rousselliennes, si, par improbable, il avait osé prendre pour titre Roussel rime ailleurs. Car, pour lors, ce qui se fût donné à percevoir n’eût été rien de moins que, à la même place, bref en superposition, d’une part, l’occurrence phonique laissant entendre que « Roussel se trouve rimer à d’autres endroits », et, d’autre part, s’orthographiât-elle autrement (« rimailleur »), la même occurrence phonique laissant entendre que, pour lors, « Roussel est un rimeur de piètre aloi ».

78Ce procédé, qui peut être pensé comme « parent de la rime », et même si, d’ordinaire, il ne lui est pas explicitement attaché, est assez reconnu, néanmoins, quant à lui-même, pour avoir reçu, dans la langue française dite courante, nul locuteur français ne l’ignore, le nom de calembour.

79 Et le voisinage ? Oui.

80En effet il est facile de concevoir une situation où les phoniques occurrences semblables se trouvent en des lieux voisins.

81Ainsi en va-t-il, par exemple, dans la phrase bien connue du Journal de Jules Renard (1895) :

Ajoutez deux lettres à Paris : c’est le paradis.

82Car, pour lors, ce qui se donne à percevoir n’est rien de moins, sous les espèces d’une mise en proximité, bref en voisinage, des phoniques occurrences semblables, et le mécanisme de sa venue en fût-il, dans la circonstance, plus ou moins énoncé, que l’idée d’un certain cousinage entre le jardin d’Eden et la capitale de la France.

83Ce procédé, qui peut être pensé, également, comme « parent de la rime », et même si, d’ordinaire, il ne lui est point explicitement attaché, est assez reconnu, néanmoins, quant à lui-même, pour avoir reçu, avec d’autres cas, dans la langue française dite savante, peu l’ignorent, le nom de paronomase.

84 Et l’opposition ? Oui.

85En effet il est possible de concevoir une situation où les phoniques occurrences semblables se trouvent, pour ainsi dire, en des lieux inverses.

  • 3 Mallarmé Stéphane, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1945, (...)

86Ainsi en va-t-il, par exemple, avec le sonnet dit en « yx » de Stéphane Mallarmé3, dont les trois premiers mots, « Ses purs ongles », rencontrent, sous l’angle de la sonorité, et encore que cet agencement paraisse n’avoir guère été trop souvent perçu, un écho avec l’ultime, « septuor ». Car, pour lors, ce qui se donne à percevoir n’est rien de moins, par une mise des deux phoniques occurrences semblables aux antipodes, bref par une opposition de leurs places, que, dans telle pièce toute vouée au miroitement, une façon de reflet extrême.

  • 4 Ricardou Jean, « Une leçon d’écriture de Stéphane Mallarmé », in Bertrand Marchal et Jean-Luc Stei (...)

87Ce procédé, qui peut être pensé, également, comme « parent de la rime », et même si, d’ordinaire, il ne lui est pas explicitement attaché, se trouve trop peu reconnu, en lui-même, pour avoir reçu un spécial vocable dans la langue française courante ou savante, de telle sorte qu’un analyste a cru devoir, jadis, le diagnostiquer sous la néologique formule d’« isomorphisme polaire4 ».

  • 5 Cet ensemble de fascicules, mille quatre cents pages en 2011, régulièrement examiné, au fil de l’a (...)

Cette situation peut se concevoir d’une façon moins vague et mieux coordonnée, en textique, par référence, dans telle de ses évolutions annuelles, au massif théorique Intelligibilité structurale de l’écrit5.
En effet, ce qui est mis en œuvre, au fil de cette élaboration voulue cohérente, ce sont, entre autres, quatorze concepts, liés étroitement, chacun, à la systéma-ticité d’ensemble, et capables, semble-t-il, de saisir d’une façon plus construite les mécanismes ici en jeu.

88Voici, d’abord, en guise de repère, la kyrielle des termes réfléchis qui les assignent :

dialampologisme (1), dialampo (épi) logisme (2), dialampo (para) logisme (3), dialampo (iso) logisme (4), dialampo (anti) logisme (5), dialampochorisme (6), dialampo (épi) chorisme (7), dialampo (para) chorisme (8), dialampo (iso) chorisme (9), dialampo (anti) chorisme (10), dialampomorphisme (11), dialampo (para) morphisme (12), dialampo (iso) morphisme (13), dialampo (anti) morphisme (14).

89Voici, ensuite, avec l’espoir d’une intelligibilité, la kyrielle de leurs définitions.

  1. L’on appelle dialampologisme (ISE (2011), vol. 1/11, UF-12.5, du grec ancien dialampês, « très brillant », d’où, ici, « notable », et logos, « relation »), dans cette discipline, « toute relation notable6 ».
  2. L’on appelle dialampo(épi)logisme (ISE (2011), vol. 1/11, UF-12.12, du grec ancien épi, « superposé à »), « la notable relation de superposition ».
  3. L’on appelle dialampo(para)logisme (ISE (2011), vol. 1/11, UF-12.9, du grec ancien para, « auprès de ») « la notable relation de proximité ».
  4. L’on appelle dialampo(iso)logisme (ISE (2011), vol. 1/11, UF-12.10, du grec ancien isos, « égal ») « la notable relation d’identité ».
  5. L’on appelle dialampo(anti)logisme (ISE (2011), vol. 1/11, UF-12.11, du grec ancien anti, « en face de ») « la notable relation d’opposition ».
    Dès lors, il est possible de spécifier au moins deux parmi les aspects, le chorisme ou rapport de places (du grec ancien chôra, « place assignée ») et le morphisme ou rapport de formes (du grec ancien morphè, « forme »), sur lesquels peuvent se rencontrer ces notables relations.
  6. L’on appelle dialampochorisme, par simplification (ISE (2011), vol. 1/11, UF-12.14), « toute notable relation positionnelle ».
  7. L’on appelle dialampo(épi)chorisme (ISE (2011), vol. 1/11, UF-12.21) « la notable relation positionnelle de superposition ».
  8. L’on appelle dialampo(para)chorisme (ISE (2011), vol. 1/11, UF-12.18) « la notable relation positionnelle de proximité ».
  9. L’on appelle dialampo(iso)chorisme (ISE (2011), vol. 1/11, UF-12.19) « la notable relation positionnelle d’identité ».
  10. L’on appelle dialampo(anti)chorisme (ISE (2011), vol. 1/11, UF-12.20) « la notable relation positionnelle d’opposition ».
  11. L’on peut nommer dialampomorphisme, par simplification, toute notable relation formelle.
  12. L’on peut nommer, par simplification, dialampo(para)morphisme la notable relation formelle de proximité (ou ressemblance).
  13. L’on peut nommer, par simplification, dialampo(iso)morphisme la notable relation formelle d’identité.
  14. L’on peut nommer, par simplification, dialampo(anti)morphisme la notable relation formelle d’opposition.

Ainsi ce qui est appelé, de façon courante, le calembour relève, sous cet angle, d’un dialampo(iso)morphisme (si les occurrences superposées sont iden-tiques), ou d’un dialampo(para)morphisme (si les occurrences superposées se trouvent seulement semblables), en dialampo(épi)chorisme.
Ainsi ce qui est appelé, de façon savante, la paronomase relève, sous cet angle, pour de nombreux cas, d’un dialampo(para)morphisme en dialampo(para) chorisme.
Ainsi ce qui est appelé, de façon courante, la rime relève, sous cet angle, d’un dialampo(iso)morphisme en dialampo(iso)chorisme.

Ainsi ce qui a été nommé, de façon sommairement néologique, un « isomorphisme polaire » relève, sous cet angle, d’un dialampo(para)morphisme en dialampo(anti)chorisme.

90Or il se trouve, le moment est venu d’en prendre souci, que ce sont, plus ou moins, ces quatre situations majeures, à savoir, redisons-le, celle de la rime, celle du calembour, celle de la paronomase, celle de l’« isomorphisme polaire », qui se rencontrent dans l’œuvre de Roussel.

Occurrences

91 La situation de la rime ? Oui.

92En effet, ils y sont d’abondance, chacun le sait, et, notamment, avec La Vue ou encore, ainsi que l’atteste, selon « moment » et « firmament », la citation fournie plus haut (section 1), avec Nouvelles Impressions d’Afrique, les écrits porteurs d’occurrences phoniques pareilles à la fin des vers, bref en lieux identiques.

93 La situation du calembour ? Oui.

94En effet, et dût se voir sollicitée, pour lors, une indication extérieure aux écrits eux-mêmes, à savoir que Roussel imprimait surtout à compte d’auteur, il a été possible de lire, dans les titres Impressions d’Afrique, puis Nouvelles Impressions d’Afrique, les titres « Impressions à fric », puis « Nouvelles Impressions à fric », qui ressortissent, chacun, à de phoniques occurrences semblables au même lieu.

95 La situation de la paronomase ? Oui.

96En effet toute une section du volume Comment j’ai écrit certains de mes livres a pour titre « Textes de grande jeunesse ou Textes-Genèse », formule dans laquelle il est facile d’apercevoir que les deux segments « Textes de […] jeunesse » et « Textes-Genèse » présentent des occurrences phoniques semblables en des lieux voisins.

97 La situation de l’«  isomorphisme polaire » ? Oui.

98En effet, ce qui caractérise, au prime chef, comme le constate aisément tout lecteur de ce livre, la kyrielle des « Textes-Genèse », c’est, selon ce qu’il est loisible de nommer le « procédé initial », et comme il advient, dût-on reprendre un exemple bien connu, dans le conte « Parmi les Noirs », qui dispose, avec, au début de sa première phrase, « Les lettres du blanc sur les bandes du vieux billard » et à la fin de sa dernière, « — LES… LETTRES… DU… BLANC… SUR… LES… BANDES… DU… VIEUX… PILLARD » (C, p. 161-168), la rencontre de phoniques occurrences pareilles, à un son près, en des lieux opposés.

Cette situation peut se concevoir d’une façon moins vague et mieux coordonnée, en textique, par référence, dans telle de ses évolutions annuelles, au massif théorique Intelligibilité structurale de l’écrit.
En effet, ce qui est mis en œuvre, au fil de cette élaboration voulue cohérente, ce sont, entre autres, treize concepts, liés étroitement, chacun, à la systématicité d’ensemble, et capables, semble-t-il, de saisir d’une façon plus construite les mécanismes ici en jeu.

99Voici, d’abord, en guise de repère, la kyrielle des termes réfléchis qui les assignent :

schèmes (1), orthoreprésentation (2), effet orthoreprésentatif (3), orthoscripture (4), destitution représentative (5), effet destitutif (6), ortho(méta)représentation (7), effet ortho(méta)représentatif (8), orthotexture (9), ortho(isomorpho/épichoro)texture (10), ortho(paramorpho/parachoro)texture (11), ortho(isomorpho/isochoro)texture (12), ortho(paramorpho/antichoro)texture (13).

100Voici, ensuite, avec l’espoir d’une intelligibilité, la kyrielle de leurs définitions.

  1. L’on appelle schèmes (ISE (2011), vol. 1/11, UF-14.5, du grec ancien skhêma, « figure géométrique », et, en l’occurrence, dans l’acception moins exiguë de zone différenciée) les sensibles zones issues d’un effet différentiel qui surviennent dans le champ qu’elles impliquent.
  2. L’on appelle orthoreprésentation (ISE (2011), vol. 1/11, UF-17.4, du grec ancien orthos, « correct ») l’opération par laquelle des schèmes permettent correctement que s’ajoute, pour un récepteur envisagé, au moins une autre idée à celles qu’on peut se faire d’eux-mêmes.
  3. L’on appelle effet orthoreprésentatif (ISE (2011), vol. 1/11, UF-17.5) le
    résultat que produit l’opération d’orthoreprésentation.
  4. L’on appelle orthoscripture (ISE (2011), vol. 1/11, UF-17.29) toute structure entière suffisante pour permettre, chez un récepteur envisagé, un certain effet orthoreprésentatif.
  5. L’on appelle destitution représentative (ISE (2011), vol. 1/11, UF-21.7) l’opération de rétrogradation qu’en son ordinaire procès la représentation inflige aux « moyens », matériels notamment, qu’elle requiert.
  6. L’on appelle effet destitutif (ISE (2011), vol. 1/11, UF-21.4) le résultat que produit l’opération de destitution.
  7. L’on appelle ortho(méta)représentation (ISE (2011), vol. 1/11, UF-23.6, du grec ancien orthos, « correct » et méta, « au-delà ») l’opération par laquelle un écrit conduit organiquement, de façon directe ou indirecte, à une tendancielle restitution, au-delà de l’orthoreprésentation, les « moyens », matériels notamment, qu’en son ordinaire procès celle-ci à la fois requiert et, en son conjoint effet destitutif, estompe.
  8. L’on appelle effet ortho(méta)représentatif (ISE (2011), vol. 1/11, UF-23.7, du grec ancien orthos, « correct » et méta, « au-delà ») le résultat que produit l’opération d’ortho(méta)représentation.
  9. L’on appelle orthotexture (ISE (2011), vol. 1/11, UF-23.18) toute entière métastructure suffisante pour permettre, chez un récepteur envisagé, un effet ortho (méta) représentatif.
  10. L’on peut nommer orthotexture isomorpho/épichorique, ou ortho(isomorpho/épichoro)texture, la texture ordinairement appelée calembour, dans laquelle des éléments identiques se trouvent en superposition.
  11. L’on peut nommer orthotexture paramorpho/parachorique, ou ortho(para morpho/parachoro)texture, la texture savamment appelée paronomase, dans laquelle des éléments semblables se trouvent en voisinage.
  12. L’on peut nommer orthotexture isomorpho/isochorique, ou ortho(isomorpho/isochoro)texture, la texture ordinairement appelée rime, dans laquelle des éléments identiques se trouvent à la même place en des lieux pareils.
  13. L’on peut nommer orthotexture paramorpho/antichorique, ou ortho(paramorpho/antichoro)texture, la texture, certaine fois sommairement appelée « iso morphisme polaire », dans laquelle des éléments semblables se trouvent à des places opposées dans le même site.

Il convient d’ajouter que le diagnostic de texture suppose, ce qui demande une
analyse soigneuse, quelquefois délicate, une argumentation montrant que la
représentation offerte provient surtout des conditions formelles et position
nelles qui lui sont prescrites.

101Pour lors, il semble loisible d’apercevoir deux phénomènes.

Dérive

102Le premier phénomène pourrait bien ressortir, chez Roussel, à une nouvelle contradiction.

103 Une nouvelle contradiction ? Oui.

104En effet ce dont il semble s’agir, outre le prime divorce, on l’a mentionné (section 2), qui oppose, d’une part, la mise en jeu d’un procédé et, d’autre part, l’affirmation d’un auteur, n’est rien de moins, cette fois, qu’un second divorce, il faut y venir, qui oppose, d’un côté, une certaine pratique de l’écrit, et, d’un autre côté, une certaine théorie de la rime.

105C’est que, d’un côté, il vient de le saillir, en sollicitant les quatre situations majeures de la rime, du calembour, de la paronomase, et de ce qui a été nommé l’«  isomorphisme polaire », bref en invitant le groupe complet des cas où diverses phoniques occurrences pour le moins semblables se trouvent à des emplacements mutuellement remarquables, une certaine pratique roussellienne de l’écrit met en vigueur le cardinal aspect de la position. Et c’est que, d’un autre côté, il l’a été perçu plus haut (section 5), si elle mentionne avec profondeur l’aptitude inventive de la rime, une certaine théorie roussellienne néglige, à son égard, la constitutive question de l’emplacement.

106Le second phénomène pourrait bien être, avec le corrélat d’une dérive, l’apparente cécité de Roussel quant à cette nouvelle contradiction.

107 L’apparente cécité de Roussel quant à cette nouvelle contradiction ? Oui.

108En effet, comme il en a été avec les conjointes promotions du procédé et de la biographie, Roussel paraît ne guère apercevoir que, d’un côté, il requiert, dans sa pratique de l’écrit, les jeux du positionnement, et que, d’un autre côté, dans sa théorie de la rime, il en ignore complètement le principe.

109 Avec le corrélat d’une dérive ? Oui.

110En effet il semble que ce soit à un aveuglement quant à cette contradiction entre une certaine pratique roussellienne de l’écrit (qui requiert de précises places), et une certaine théorie roussellienne de la rime (qui renonce à la cardinale détermination du positionnement), que corresponde le passage du roussellien « procédé initial » au roussellien « procédé évolué ». C’est que, dans le « procédé initial », celui où, comme il vient d’être rappelé, la dernière phrase fournit un précis écho sonore à la première, le positionnement des phoniques occurrences pareilles relève d’une importance capitale, et que, dans le « procédé évolué », le positionnement des phoniques occurrences pareilles subit une entière pulvérisation. Et c’est à cause de telle pulvérisation, précisément, que, d’une part, l’existence de l’écrit posthume Comment j’ai écrit certains de mes livres se montre nécessaire, et que, d’autre part, le « procédé évolué » qu’il révèle mérite un profond désaveu.

111 L’existence de l’écrit posthume se montre nécessaire ? Oui.

112En effet, dans la mesure où Comment j’ai écrit certains de mes livres manifeste avec soin la recette, jusque là plutôt ignorée, par laquelle Impressions d’Afrique et Locus solus, notamment, ont été conçus, nul doute que, sous un angle, il offre l’avantage d’une précise lumière.

113 Le « procédé évolué » mérite un profond désaveu ? Oui.

114En effet, ce qui se perd, avec le « procédé évolué », c’est, alors qu’il est majeur, l’un des fondamentaux intérêts du « procédé initial ».

115Car ce qui caractérise le « procédé initial », à savoir, rappelons-le, comme avec le conte « Parmi les Noirs », le jeu de phoniques occurrences semblables posi-tionnées au tout début et à la toute fin du conte, c’est qu’il ressortit à l’une des quatre situations, chacune présente, plus ou moins, dans l’œuvre, qui font saillir la langue requise en tant que, avec les siennes similitudes, elle permet l’invention de ce qui est dit.

116Or le propre des divers cas de la classe structurale qui remplit ce rôle, qu’il s’agisse de la superposition, du voisinage, de l’identité des places ou de leur oppo-sition, c’est que, exigeant chacun, ainsi qu’il a été observé, des emplacements mutuellement remarquables, ils réclament chacun, pour advenir, évidemment la constitutive co-présence des éléments ainsi liés. Et c’est, précisément, telle nécessaire co-présence qui, avec le « procédé évolué », se trouve, par les offices d’un protocole exacerbé en trois étapes, subir une entière volatilisation.

117La première étape, tranchante, déjà, par elle-même, consiste à priver l’écrit obtenu de l’un des deux groupes verbaux liés par la productive ressemblance sonore.

118Ainsi, à en croire les divulgations fournies par Comment j’ai écrit certains de mes livres, le roman Impressions d’Afrique provient du conte « Parmi les Noirs ».

119Mais, sauf à se montrer trop inattentif au début de la révélation, ce qui appert, avec une relecture :

En ce qui concerne la genèse d’Impressions d’Afrique, elle consiste donc dans un rapprochement entre le mot billard et le mot pillard. Le pillard, c’est Talou ; les bandes, ce sont les hordes guerrières ; le blanc, c’est Carmichaël […] (C, p. 13).

120c’est que l’écrit obtenu subit une évaporation du groupe des éléments (celui du billard, celui de ses bandes, celui de la craie avec laquelle y ont été inscrites certaines « lettres ») qui se trouve co-présent, lui, dans le conte.

121La deuxième étape, aggravant cet exercice, consiste à requérir des mots qu’il est seulement possible d’associer à l’un des groupes verbaux fondateurs et qui, de toute manière, a disparu.

122Ainsi, sauf à se montrer trop inattentif au prolongement de la révélation, ce qui appert, avec une relecture :

Cherchant un mot à ajouter au mot blanc, je pensai à la colle qui fixe le papier à la base du cube de craie. Et le mot colle pris dans le sens […] de retenue, me fournit les trois heures de consigne infligées au blanc (Carmichaël) par Talou (C, p. 13).

123c’est que l’écrit obtenu subit l’évaporation d’un terme, la « colle » (en tant que substance adhésive), qu’il n’est pas impossible de lier à l’un des éléments (le « cube de craie » nommé « blanc ») du groupe des vocables (dont « billard »), lui-même volatilisé, et co-présent, lui, dans le conte.

124La troisième étape, portant, en sa venue, cet exercice à son pire, consiste à solliciter des mots qui, cette fois, n’ont plus aucun rapport avec le groupe, lui-même absenté, des corrélatifs vocables initiaux.

125Ainsi, sauf à se montrer trop inattentif au reste de la révélation, ce qui appert, avec une relecture : Voici d’autres exemples :

1 ° Roue (sens de roue de voiture) à caoutchouc (matière élastique) ; 2 ° roue (sens de personne orgueilleuse qui fait la roue) à caoutchouc (arbre). D’où le caoutchouc de la place des Trophées où Talou vient faire la roue en posant le pied sur le cadavre de son ennemi (C, p. 14).

126c’est que l’écrit obtenu, avec le recours à des mots, « roue » et « caoutchouc », entièrement venus d’ailleurs, subit une évaporation de tout contact avec le groupe des vocables (dont « billard »), lui-même volatilisé, et co-présent, lui, dans le conte.

127Dès lors il est aisé d’apercevoir en quoi le « procédé évolué » saccage le majeur intérêt du « procédé initial ».

128 En quoi le « procédé évolué » saccage le majeur intérêt du « procédé initial » ? Oui.

129En effet il est facile d’apercevoir que, à l’inverse du « procédé initial » qui permet, en inscrivant, dans les écrits, les phoniques éléments semblables à des places mutuellement remarquables, la lecturabilité de la structure institutrice, le « procédé évolué » commettant, dans les écrits, l’élimination des divers éléments pareils, provoque un déficit de cette lecturabilité.

Cette situation peut se concevoir d’une façon moins vague et mieux coordonnée, en textique, par référence, dans telle de ses évolutions annuelles, au massif théorique Intelligibilité structurale de l’écrit.
En effet, ce qui est mis en œuvre, au fil de cette élaboration voulue cohérente, ce sont, entre autres, cinq concepts, liés étroitement, chacun, à la systématicité d’ensemble, et capables, semble-t-il, de saisir d’une façon plus construite les mécanismes ici en jeu.

Voici, d’abord, en guise de repère, la kyrielle des termes réfléchis qui les assignent :
dysorthostructure (1), dysorthotexture (2), dysortho(isomorpho/exo-ostisochoro)texture (3), dysortho(crypto)texture (4), dysortho(crypto (isomorpho/exo-ostiso choro))texture (5).

Voici, ensuite, avec l’espoir d’une intelligibilité, la kyrielle de leurs définitions.

  1. L’on appelle dysorthostructure (ISE (2011), vol. 1/11, UF-10.6, du grec dus, préfixe marquant la perturbation, et orthos, « correct ») toute structure censée incorrecte en son efficience.
  2. L’on appelle dysorthotexture (ISE (2011), vol. 1/11, UF-36.28) toute entière méta structure apparemment suffisante pour concourir à un effet ortho(méta)représentatif, mais affligée d’une incorrection sous cet angle.
  3. L’on peut nommer dysortho(isomorpho/exo-ostisochoro)texture (du grec dus, préfixe marquant la perturbation, orthos, « correct », isos, « identique », morphê, « forme », exô, « au dehors », ostisoun, « quelconque », et chôra, « place assignée »), toute dysortho(isomorpho)texture venue de ce que la place de ses éléments pareils se trouve à l’extérieur de l’écrit et n’importe où.
  4. L’on peut nommer dysortho(crypto)structure (du grec dus, préfixe marquant la perturbation, orthos, « correct », et kruptos, « secret ») toute structure incorrecte en ce que, pour un récepteur envisagé, elle est dépourvue de l’identificateur qui lui est nécessaire.
  5. L’on peut nommer dysortho(crypto(isomorpho/exo-ostisochoro))texture (du grec dus, préfixe marquant la perturbation, orthos, « correct », kruptos, « secret », isos, « identique », morphê, « forme », exô, « au dehors », ostisoun, « quelconque », et chôra, « place assignée ») toute texture isomorpho/exoostisochorique en ce que, pour un récepteur envisagé, elle est dépourvue du nécessaire identificateur qui se trouve à l’extérieur et n’importe où.

Ainsi il est loisible de saisir que les écrits rousselliens obtenus par les offices du « procédé évolué », et en ce que la place des phoniques éléments pareils se trouve, non seulement extérieure à l’écrit concerné, mais encore n’importe où, se composent d’innombrables dysortho(crypto(isomorpho/exo-ostisochoro))textures.

130Pour lors, nulle peine à saisir deux leçons.

Leçons

131La première, dans la mesure où, touchant surtout les deux romans Impressions d’Afrique et Locus solus, elle concerne seulement l’œuvre roussellienne, peut être dite particulière.

132En effet, c’est à cause du déficit de lecturabilité de la structure institutrice dont ces romans pâtissent, et venu de ce que Roussel rime ailleurs, qu’ils ont le besoin, que satisfait Comment j’ai écrit certains de mes livres, d’une manière de béquille.

133La seconde, dans la mesure où, correspondant à un oukase idéologique, elle concerne une attitude plutôt répandue, pourrait bien être dite générale.

134En effet il est à craindre que, à l’instar de Roussel, ce soit une insuffisante théorisation de l’écrit en ses structures qui, davantage qu’on paraît communé-ment l’admettre, voue de nombreux écrivains à une certaine imperfection de leur pratique.

Notes

1 Car il est permis de saisir, quelquefois, en bas de page, à cause, notamment, au terme de certaines des notes, de ce qu’il est coutumier d’appeler « point final », ce qu’il n’est guère impossible, dans un prime temps, de nommer des « phrases internes ».

2 Larousse universel en deux volumes, Paris, Librairie Larousse, 1923, article « Procédé ».

3 Mallarmé Stéphane, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1945, p. 68.

4 Ricardou Jean, « Une leçon d’écriture de Stéphane Mallarmé », in Bertrand Marchal et Jean-Luc Steinmetz (dir.), Mallarmé ou l’Obscurité lumineuse (actes du colloque de Cerisy), Paris, Hermann, 1999, p. 209.

5 Cet ensemble de fascicules, mille quatre cents pages en 2011, régulièrement examiné, au fil de l’annuel SÉMinaire de TEXtique (Semtex) auquel il est réservé, et dans le cadre du Cercle Ouvert de Recherches en TEXtique (Cortex), subit, de façon méthodique, sous les espèces d’une révi-sion et d’une complémentation, une Évolution quasiment annuelle (pour tous renseignements sur le Séminaire de textique : par la poste, Centre Culturel International de Cerisy, 27 rue de Boulainvilliers, 75016 Paris, France ; par l’internet, http://www.ccic-cerisy.asso.fr).

6 Les mentions incluses dans cette catégorie de parenthèses procèdent à des raccourcis : la mention « ISE (2011) » abrège l’indication « Intelligibilité structurale de l’écrit (Évolution 2011) » ; la mention « vol. 1/11 » abrège l’indication « premier des onze volumes de cet ensemble » ; la mention « UF-4.5 » abrège l’indication « cinquième rubrique du quatrième chapitre de l’opuscule intitulé Unification fondamentale ».

Auteur

Né en 1932, Jean Ricardou a enseigné dans le primaire, le secondaire et le supérieur. Il est actuellement conseiller à la programmation et à l’édition auprès du Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle.
Il a écrit plusieurs « Nouveaux Romans », ainsi que plusieurs essais consacrés au Nouveau Roman, et il a inventé une nouvelle discipline intitulée Textique, à laquelle il voue un séminaire annuel à Cerisy (www.ccic-asso.fr/textique13.html). Il a publié plusieurs études impliquant l’œuvre de Raymond Roussel : « L’activité roussellienne » (Pour une théorie du Nouveau Roman, Paris, Le Seuil, 1971), « Le Nouveau Roman est-il roussellien ? » (L’Arc, no 68, 1977), « L’ilôt et l’ilote, place du rôle de l’imagination dans le procès de l’écriture » (in Écriture de la religion, écriture du roman, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1979), « Le nom de Roussel » (in Psychanalyse des arts de l’image, Paris, Clancier-Guénaud, 1982), « Raymond Roussel, un académisme démesuré » (in Raymond Roussel : perversion classique ou invention moderne ?, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1993).

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540