Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Roussel : hier, aujourd’hui

 | 
Pierre Bazantay
, 
Christelle Reggiani
, 
Hermes Salceda

Lire Roussel au XXIe siècle

Pierre Bazantay, Christelle Reggiani et Hermes Salceda

Texte intégral

1On se souvient de l’explicit du texte liminaire de Comment j’ai écrit certains de mes livres :

En terminant cet ouvrage je reviens sur le sentiment douloureux que j’éprouvai toujours en voyant mes œuvres se heurter à une incompréhension hostile presque générale. (Il ne fallut pas moins de vingt-deux ans pour épuiser la première édition d’Impressions d’Afrique.)
Je ne connus vraiment la sensation du succès que lorsque je chantais en m’accompa-gnant au piano et surtout par de nombreuses imitations que je faisais d’acteurs ou de personnes quelconques. Mais là, du moins, le succès était énorme et unanime. Et je me réfugie, faute de mieux, dans l’espoir que j’aurai peut-être un peu d’épa-nouissement posthume à l’endroit de mes livres (C, p. 34-35).

  • 1 « C’est à Gide, qui généreusement nous lisait jadis Impressions d’Afrique, que je dois la découver (...)
  • 2 Avant 1963 (date de publication de Raymond Roussel chez Gallimard), Michel Foucault n’a fait paraî (...)

2Roussel énonce ainsi l’échange – éminemment « douloureux » de son aveu même – de la gloire vécue contre une hypothétique fortune posthume, un renon-cement dont s’excepte cependant l’exhibition spectaculaire de la voix, par le chant ou l’imitation. Et de fait, la voix de Raymond Roussel – relayée dans l’espace de ses fictions par tout un imaginaire phonographique qu’étudie dans ce volume Susumu Niijima – est bel et bien parvenue jusqu’à nous. Pour reprendre les mots de l’auteur, l’« épanouissement posthume » tant espéré – et délibérément appelé par une voix elle-même posthume – s’est en effet produit, même s’il n’a pas pris exactement les formes attendues par l’écrivain. Et pourtant, la voix de Roussel s’inscrivait de manière récurrente dans ses textes, comme le montre ici même Toshihiro Kokubu, souvent associée à l’idée d’immensité et dans des configurations où le sujet se considère lui-même comme un objet. Il est sûr que Roussel, au début du XXIe siècle, reste un auteur pour happy few, mais il n’en demeure pas moins que son œuvre a su trouver, tout au long du siècle dernier, des lecteurs fervents, pour qui elle a pu représenter une sollicitation esthétique et théorique majeure. L’influence de Roussel parcourt ainsi, même si c’est de façon parfois secrète, l’art et la pensée du XXe et du XXIe siècles. Là où on pouvait l’attendre, accompagnant les réinventions littéraires successivement expérimentées par les Surréalistes, les Nouveaux Romanciers et les Oulipiens – sans oublier Gide et Cocteau1 – mais là, aussi, où elle était sans doute un peu moins attendue, venant étayer la réflexion de quelques philosophes : Gilles Deleuze a dit plus d’une fois que Raymond Roussel était le meilleur livre de Michel Foucault (c’est en tout cas l’un de ses tout premiers2).

3Mais l’influence de Roussel s’est également déployée là où on l’attendait encore moins, inspirant nombre d’artistes (plasticiens, architectes, cinéastes, musiciens…) qui, dans la voie naguère ouverte par Dali et Duchamp, relancent le procédé vers de nouvelles explorations (Roussel quant à lui parlait de « prospection » [C, p. 29]), rendant ainsi hommage à la puissance de l’imaginaire de l’écrivain – en même temps, peut-être, que la différence des pratiques artistiques constitue en soi un « antidote » capable de combattre efficacement un « charme » manifestement redoutable ; dans les termes de Cocteau :

  • 3 Cocteau Jean, op. cit., p. 202.

En 1918 je repoussais R. Roussel comme propre à me mettre sous un charme dont je ne prévoyais pas l’antidote. Depuis j’ai construit de quoi me défendre. Je peux le contempler du dehors3.

4De ce déplacement de la réception posthume de l’œuvre de Roussel témoigne en tout cas, ici même, le cinéaste Erik Bullot. Aussi une partie importante de ce volume est-elle consacrée à la réception de Roussel – dont on vient de signaler quelques parti-cularités – aux lectures, aux récritures et aux usages que des auteurs venus d’horizons divers ont pu faire de l’œuvre de l’écrivain. Comme on sait, la « redécouverte » de Roussel dans les années 1960 fut en grande partie le fait de l’intérêt qu’il éveilla chez les grands nietzschéens que furent Deleuze et Foucault ; Jean-Louis Cornille énonce ici un jalon important de la réception de Roussel chez les philosophes en prélevant les traces rousselliennes présentes chez Bataille et Klossowski.

5Ce faisant, il ressoude un maillon de la chaîne des lectures de Roussel entre les années 1940 et 1960, et montre la persistance et la continuité de la référence roussellienne dans le nietzschéisme français.

6Christophe Reig réactualise, quant à lui, la référence foucaldienne dans les études rousselliennes en proposant une analyse du monde et des êtres qui peuplent la prose de Roussel à la lumière de l’un des livres majeurs de Foucault, Les Mots et les Choses. Il montre ainsi comment l’œuvre de Roussel répète les multiples façons qu’ont les êtres et les mots de se lier et de se délier.

7À son tour, Jean-Pierre Montier, contribuant à resserrer les liens entre le Nouveau Roman et l’écriture roussellienne, montre qu’il existe « une continuité entre La Vue et L’Observatoire de Cannes [de Jean Ricardou], qui ressortit à une même mutation d’épistémè par rapport à la littérature classique, romantique ou symboliste, que ce changement doit être connecté aux modèles contemporains, par lesquels se pensent et se construisent l’un par l’autre notre rapport au visuel et au réel ». C’est aussi à La Vue que s’intéresse Jean-François Jeandillou, pour retracer minutieusement l’itinéraire suivi par la profusion descriptive de Roussel et analyser les multiples points de focalisation dont elle relève.

8Toshihiro Kokubu nous donne, pour sa part, un aperçu de l’importante récep-tion japonaise de Roussel, notamment marquée par la place qu’occupe dans la culture de ce pays la science-fiction.

9Enfin, Philippe Bootz, Inés Laitano et Hermes Salceda, à travers l’analyse de la remédiatisation numérique de Nouvelles Impressions d’Afrique qu’ils ont réali-sée, inscrivent résolument Roussel dans la postmodernité – l’écrivain ayant, en effet, livré à ses lecteurs, avec son dernier ouvrage, une puissante machine textuelle annonçant le travail sur les rapports du linguistique et du visuel que développeront les poètes concrets bien des années plus tard, ainsi que bon nombre d’expériences réalisées dans le domaine de la poésie numérique. Roussel apparaît alors comme un précurseur des esthétiques de la frustration qui tendent à mettre en échec les processus de lecture habituels.

10C’est également vers l’inscription de l’expérience littéraire roussellienne dans la postmodernité que semblent pointer les articles de Frank Wagner et d’Ilias Yocaris (dans une perspective deleuzienne chez ce dernier). En choisissant comme corpus deux œuvres majeures, Impressions d’Afrique et Locus solus, ces deux auteurs montrent comment l’écriture romanesque de Roussel tend à décevoir les horizons d’attente des lecteurs de son temps en mettant en cause la mimesis réaliste par une multipli-cation de récits enchâssés qui situe le texte roussellien du côté de l’auto-réflexivité et du simulacre.

11Le travail de P. Bootz, I. Laitano et H. Salceda rejoint, en partie tout au moins, l’esprit de celui réalisé par Sozita Goudouna comme commissaire de l’exposition Locus Solus présentée au musée Benaki d’Athènes en 2010. Laissant définitive-ment de côté le « mythe Roussel » (décadent, excentrique, farfelu), S. Goudouna projette le parc de Canterel vers les expériences les plus récentes dans des perfor-mances qui multiplient les hybrides humains, mécaniques et technologiques. Il s’agit de possibilités certainement contenues dans Locus solus – une œuvre dont l’objet essentiel, comme le montre Pierre-Henry Frangne, n’est autre que la mort de l’art, approchée justement à travers la collection (puisqu’il est question d’une œuvre d’art dans chaque chapitre du roman) parfaitement incohérente d’œuvres qui ne sont que simulacres.

12Soulignant encore la puissance de l’imaginaire roussellien, Michihiro Nagata rapproche, quant à lui, les œuvres de Cornell et de Roussel en relevant chez les deux créateurs le même intérêt pour les sciences et les objets magiques. Tous deux partagent aussi une certaine nostalgie de l’enfance et le même intérêt pour Camille Flammarion – ainsi que le même esprit collectionneur et bricoleur.

13Partant de l’idée qu’il peut être paradoxal de parler d’un cinéma roussellien dans la msure où Roussel n’a probablement jamais mis le pied dans une salle de cinéma, et où les adaptations de ses livres sont pratiquement inexistantes, Erik Bullot nous rappelle cependant comment, par sa structure binaire (associant une image, un spectacle, un tableau à son explication), la disposition des récits de Roussel rappelle le cinéma des premiers temps, qui consistait en un défilé d’images expliquées par un bonimenteur. Il s’interroge sur le rapport entre la parole et l’image, entre l’image et le mot, et montre comment les mots, chez Roussel, engendrent les images et réciproquement et, en même temps, comment les uns et les autres occultent le procédé générateur.

  • 4 Voir, en particulier, Foucault Michel, Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris, Gallima (...)

14Si l’œuvre de Roussel s’avère ainsi productrice de pensée autant que de fictions, c’est sans doute en proportion du goût des formes qui en définit la singularité esthé-tique. La forme, en effet – à entendre le mot dans son sens premier – suppose un rapport au sensible, impliquant la question de l’espace, dans une configuration qui a pu être pensée par la philosophie contemporaine (et notamment Michel Foucault) sous le nom de dispositif4 : inventeurs de « dispositifs » – nœuds de formes, de forces et de discours – davantage que de phrases mémorables, les livres de Roussel s’offrent par conséquent à des investissements aussi bien non littéraires.

15Or, les avant-gardes – qu’elles soient esthétiques ou intellectuelles – ayant besoin, du fait de leur historicité particulière, de se construire leurs propres filiations, à rebours des généalogies instituées, le nom de Raymond Roussel, comme on sait épargné par la gloire, apparaîtra aisément comme celui d’un précurseur désirable. L’histoire esthétique du XXe siècle a permis de le vérifier : à l’instar des Surréalistes ou des Nouveaux Romanciers enrôlant Roussel sous leur bannière littéraire, la critique formaliste née du linguistic turn des années 1970 a volontiers fait de l’écri-vain un porte-étendard, et du propos métatextuel de Comment j’ai écrit certains de mes livres (dont la composition d’ensemble fait du reste un très étrange dispositif) une référence fétiche. Et pourtant, comme le rappelle ici Jean Ricardou – l’un des principaux théoriciens du Nouveau Roman – l’œuvre de Roussel n’est pas exempte de contradictions. Elles découlent notamment du paradoxe qui conduit simul-tanément l’écrivain à la pratique d’une écriture rigoureuse sous la contrainte du procédé, neutralisant en principe l’inscription des « émois du moi » (pour reprendre l’expression ricardolienne), et à l’affirmation insistante de son génie immense et de sa quête de la gloire.

16Le procédé roussellien est, comme on sait, « parent de la rime » (C, p. 23) ; or, cette analogie entre le procédé et la rime, justement, pourrait rendre plus aisé le recadrage historique de l’œuvre roussellien. C’est du moins l’hypothèse qu’avance ici Pierre Bazantay, pour qui Roussel se serait lancé dans la carrière des lettres en « sauveur de la rime » – le vers roussellien pouvant alors être envisagé comme une tentative de refonder la littérature après le vide dans lequel l’avait plongée la dispa-rition de Victor Hugo. Ainsi le poète de Mon âme reste-il contraint de faire des vers, pour remplir un vide fatal.

  • 5 Sur l’histoire littéraire des écrivains, voir notamment le numéro spécial de Romanic Review, New Y (...)
  • 6 Voir, notamment, Vila-Matas Enrique, « Retour à Locus solus », trad. Hermes Salceda et Anne-Marie (...)
  • 7 Selon le mot de Thibaudet : Thibaudet Albert, « Les trois critiques » (1922), Réflexions sur la li (...)
  • 8 Sur la préhistoire de la critique universitaire roussellienne, voir Amiot Anne-Marie, « Le feuille (...)

17On le voit, la critique roussellienne fut d’abord le fait d’autres écrivains, dans des approches où la rencontre avec l’œuvre de Roussel permettait d’énoncer, à chaque fois, la singularité d’une revendication littéraire5. Si cette veine n’est certes pas tarie – il n’est que de songer, aujourd’hui, à l’écrivain espagnol Enrique Vila-Matas6 – elle a cependant été relayée, à partir du dernier quart du XXe siècle, par la critique « professionnelle7 » des universitaires, dont la tradition s’est constituée, s’agissant de Roussel, autour de quelques grands colloques8.

  • 9 Les actes firent l’objet, en 1984, du no 6 de la revue Mélusine, dirigée par Henri Béhar.
  • 10 Sur cette découverte, voir notamment Angremy Annie, « La malle de Roussel. Du bric-à-brac au décry (...)
  • 11 Bazantay Pierre et Besnier Patrick (dir.), Raymond Roussel, perversion classique ou invention mode (...)
  • 12 Dans le volume des actes, la contribution inaugurale d’Annie Angremy revient sur l’importance de c (...)
  • 13 En témoignent, notamment, les articles suivants : Basset Anne-Marie, « La genèse de quelques noms (...)

18Le premier – notamment marqué par une représentation de La Poussière de soleils restée dans la mémoire de quelques spectateurs héroïques – fut organisé à Nice, en 1983, par Anne-Marie Amiot9 : s’y invente, de différentes manières, une critique roussellienne qui échappe à l’hagiographie. Lui succède, deux ans après la découverte (en 1989) de la « malle » conservée par la Société Bedel et son don à la Bibliothèque nationale de France10, le premier colloque « Roussel » de Cerisy, dirigé par Pierre Bazantay et Patrick Besnier. Intitulé Raymond Roussel, perver-sion classique ou invention moderne11 ?, il marque l’affirmation d’une critique qui, disposant désormais d’un corpus considérablement élargi par une masse imposante d’inédits12, s’autorise l’exploration de voies diverses : théorie littéraire, génétique, poétique, études de réception définissent quelques-uns des axes selon lesquels s’étoile la composition du volume des actes13.

  • 14 Ricardou Jean et Van Rossum-Guyon Françoise (dir.), Nouveau Roman : Hier, aujourd’hui (1972), Pari (...)

19C’est donc vingt-et-un ans plus tard (et très exactement du 9 au 16 juin 2012) que s’est à nouveau tenu à Cerisy-la-Salle un colloque consacré à l’œuvre de Roussel, dont ce livre constitue les actes. Quelque vingt ans après, il s’agissait d’abord – sous un titre rendant explicitement hommage au colloque de 1971 sur le Nouveau Roman14 – de réunir la très cosmopolite communauté roussellienne (qui compte une proportion importante de chercheurs étrangers) pour inviter à une relance, et à une ouverture, du discours critique. Au lecteur bien sûr de juger de la réussite d’un tel pari, mais on voudrait cependant souligner, au seuil de l’ouvrage, la nouveauté de son propos, eu égard au contexte critique que l’on vient de rappeler.

  • 15 Voir notamment, ici même, les contributions de Pierre Bazantay, Helga Finter, Jean-François Jeandi (...)
  • 16 Ont déjà été publiés les volumes I (Mon âme, Poèmes inachevés, La Doublure, Chroniquettes [1994]), (...)

20S’agissant de l’œuvre elle-même, tout d’abord, s’impose un équilibre générique jusqu’alors inédit, puisque romans, ouvrages dramatiques et poétiques sollicitent désormais à parts à peu près égales l’attention des commentateurs15, dans des démarches qui sont elles-mêmes, de façon générale, beaucoup plus poétiques que génétiques. Tout se passe comme si, après l’inventaire du « trésor » déposé à la Bibliothèque nationale de France et son exploitation dans la monumentale édition des Œuvres entreprise par les éditions Pauvert-Fayard16, la considération du procédé se trouvait dépassée vers celle de la langue dont justement il procède – voire celle du discours (qui rejoint en l’occurrence l’interdiscours social des lieux communs) dont Jean-Michel Bony montre qu’il pourrait bien être sous-jacent au texte roussellien. Ce déplacement n’a, en réalité, rien d’étonnant : si l’inscription de l’écriture roussel-lienne dans l’histoire de la littérature s’est souvent avérée incertaine, en revanche – le travail de Michel Arrivé le montre bien – le rapport aux mots que suppose le procédé correspond très précisément aux préoccupations de la linguistique de l’époque : M. Arrivé constate que les problématiques et la conception de la langue qui carac-térisent l’œuvre de Roussel coïncident avec celles sur lesquelles Saussure s’apprête à fonder la linguistique du XXe siècle. Ainsi le langage apparaît-il chez les deux auteurs comme le lieu de la manifestation des différence ; mais si Saussure fait de la linéarité du signifiant un principe, Roussel semble découvrir dans Nouvelles Impressions d’Afrique une façon de la mettre en cause. Il peut s’agir, aussi, du rapport à la langue française, et au dictionnaire qui en est le trésor – notamment celui de Bescherelle, qui fait l’objet de la contribution de Sjef Houppermans, décryptant son usage par Roussel pour découvrir, en filigrane, nombre d’associations fondées sur le patronyme de l’auteur. D’autres réseaux translinéaires se tissent également à partir de l’exploitation d’autres mots mobilisés par le procédé.

  • 17 Nagata Michihiro, « L’improbable théâtre de Raymond Roussel. Sur l’adaptation théâtrale d’Impressi (...)

21Plus largement, c’est l’idée même de langue qui entre en jeu, telle que la réinvente un imaginaire linguistique rêvant autour de la coupure (qui est aussi une doublure) entre signifiant et signifié. Cet imaginaire complexe rencontre d’ailleurs celui d’une vocalité non moins paradoxale : les voix qui parcourent les fictions rousselliennes sont tout ensemble centrales et inaudibles, jusqu’à donner lieu à cet « improbable théâtre », selon l’expression de Michihiro Nagata17, mettant en scène des voix bavardes qui pourtant ne parlent pas et réalisent ainsi, dans cette étrange polyphonie, le rêve d’une voix de l’écriture. Christelle Reggiani s’attache ici à étudier le paradoxe que représente l’écriture théâtrale de Roussel, offrant aux spectateurs des pièces romanesques au moyen d’une contestation radicale du dialogue. On peut alors s’interroger sur ce qui fait l’impossibilité manifeste, pour l’auteur de récits aussi spectaculaires qu’Impressions d’Afrique ou Locus solus, de produire des pièces « théâtrales ». C’est que le théâtre de Roussel déjoue toutes les conventions de l’art dramatique, ainsi que l’explique Helga Finter, notamment à travers la désarticulation du rapport entre la scène et le texte, entre l’imaginaire et le symbolique : « C’est la mise à jour du langage et de ses articulations qui est le secret de ce théâtre. » Sur scène, les personnages de Roussel s’efforcent de se construire un imaginaire commun sans jamais y parvenir, puisque chaque récit se trouve menacé par l’avènement d’un autre récit.

  • 18 Voir, en particulier, les articles de Jean-Louis Cornille et de Jean-Pierre Montier.
  • 19 C’est l’objet de la contribution de Michihiro Nagata.
  • 20 En ce sens, ce volume s’inscrit dans la perspective ouverte par le no 4 de la série Raymond Rousse (...)

22On fera l’hypothèse que c’est précisément cet investissement paradoxal de l’énonciation qui permet, avec d’autres facteurs, de rendre compte du curieux déséquilibre qui affecte l’« épanouissement posthume » de Raymond Roussel, déci-dément beaucoup plus artistique que proprement littéraire. Les « affinités électives » qui unissent l’œuvre roussellien et tels écrivains du XXe siècle ne sont certes pas passées sous silence : les noms de Bataille, de Klossowski, des Nouveaux Romanciers et au premier chef de Jean Ricardou – dont la poétique romanesque est du reste saisie dans son rapport à l’image (en l’occurrence photographique) – sont bien présents dans ce volume18. Mais il n’en reste pas moins que l’œuvre de Roussel connaît (on a déjà eu l’occasion de le signaler) une très remarquable fortune musicale et plastique, qui explique la place accordée, dans l’économie de ce livre, aux arts : on lira, en effet, quelques témoignages d’artistes – auxquels il faut ajouter l’étude de l’œuvre « sœur », à bien des égards, de Joseph Cornell19 – mais aussi des réflexions proprement esthétiques, ainsi, en particulier, de l’article de Pierre-Henry Frangne, qui analyse l’idéalisme dévoyé de Roussel20.

23Il reste à observer, in fine, que dans cet « épanouissement posthume » multi-forme et cosmopolite, la notion de spécialiste de Roussel semble bien avoir disparu : c’est du moins ce que l’on appellera, en hommage aux scientifiques qui ont participé au colloque, la « conjecture de Cerisy »…

Notes

1 « C’est à Gide, qui généreusement nous lisait jadis Impressions d’Afrique, que je dois la découverte de Locus solus et la lecture récente de cette admirable Poussière de soleils », Cocteau Jean, Opium. Journal d’une désintoxication (1930), Paris, Stock, 1987, p. 199.

2 Avant 1963 (date de publication de Raymond Roussel chez Gallimard), Michel Foucault n’a fait paraître que Maladie mentale et Psychologie, Paris, PUF, 1954 et Folie et Déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Plon, 1961.

3 Cocteau Jean, op. cit., p. 202.

4 Voir, en particulier, Foucault Michel, Surveiller et Punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975 ; Deleuze Gilles, « Qu’est-ce qu’un dispositif ? », 1988, Deux régimes de fous et autres textes, Paris, Minuit, 2003, p. 316-325 ; ainsi que Agamben Giorgio, Qu’est-ce qu’un dispositif ?, trad. Martin Rueff, Paris, Payot et Rivages, 2007.

5 Sur l’histoire littéraire des écrivains, voir notamment le numéro spécial de Romanic Review, New York, vol. C, 2010 : « Literary Histories of Literatures ».

6 Voir, notamment, Vila-Matas Enrique, « Retour à Locus solus », trad. Hermes Salceda et Anne-Marie Amiot, Christelle Reggiani et Hermes Salceda (dir.), Réceptions et usages de l’œuvre de Roussel, Revue des lettres modernes, série Raymond Roussel, no 4, Caen, Lettres modernes Minard, 2010, p. 215-219.

7 Selon le mot de Thibaudet : Thibaudet Albert, « Les trois critiques » (1922), Réflexions sur la littérature, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2007, p. 728.

8 Sur la préhistoire de la critique universitaire roussellienne, voir Amiot Anne-Marie, « Le feuilleton critique roussellien : Résumé des derniers épisodes (à suivre) », Anne-Marie Amiot et Christelle Reggiani (dir.), Nouvelles impressions critiques, Revue des lettres modernes, série Raymond Roussel, no 1, Paris-Caen, Lettres modernes Minard, 2001, p. 23-54.

9 Les actes firent l’objet, en 1984, du no 6 de la revue Mélusine, dirigée par Henri Béhar.

10 Sur cette découverte, voir notamment Angremy Annie, « La malle de Roussel. Du bric-à-brac au décryptage », Revue de la Bibliothèque nationale, no 43, 1992, p. 36-49.

11 Bazantay Pierre et Besnier Patrick (dir.), Raymond Roussel, perversion classique ou invention moderne ?, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 1993.

12 Dans le volume des actes, la contribution inaugurale d’Annie Angremy revient sur l’importance de cet apport (Angremy Annie, « Le déménageur et la bibliothécaire », dans ibid., p. 11-18).

13 En témoignent, notamment, les articles suivants : Basset Anne-Marie, « La genèse de quelques noms dans Locus solus », p. 57-68 ; Ricardou Jean, « Raymond Roussel ? Un académisme démesuré », p. 121-154 ; Bazantay Pierre, « Mais c’est un très grand poète ! », p. 157-172 ; Magné Bernard, « De Roussel et Perec, derechef : à propos des procédés », p. 245-266 ; Kitayama Kenji, « Raymond Roussel au Japon », p. 267-274.

14 Ricardou Jean et Van Rossum-Guyon Françoise (dir.), Nouveau Roman : Hier, aujourd’hui (1972), Paris, Hermann, 2011.

15 Voir notamment, ici même, les contributions de Pierre Bazantay, Helga Finter, Jean-François Jeandillou, Toshihiro Kokubu et Christelle Reggiani.

16 Ont déjà été publiés les volumes I (Mon âme, Poèmes inachevés, La Doublure, Chroniquettes [1994]), II (Textes-Genèse, Chiquenaude, Nanon, Une page du folk-lore breton [2007]), III (La Seine, La Tonsure [1994]), IV (La Vue [1998]), V et VI (Les Noces [1998]), VII (Impressions d’Afrique [2009]) et IX (L’Allée aux lucioles, Flio, Pages choisies [2009]).

17 Nagata Michihiro, « L’improbable théâtre de Raymond Roussel. Sur l’adaptation théâtrale d’Impressions d’Afrique », Histoires littéraires, no 36, 2008, p. 18-39.

18 Voir, en particulier, les articles de Jean-Louis Cornille et de Jean-Pierre Montier.

19 C’est l’objet de la contribution de Michihiro Nagata.

20 En ce sens, ce volume s’inscrit dans la perspective ouverte par le no 4 de la série Raymond Roussel : Reggiani Christelle et Salceda Hermes (dir.), Réceptions et usages de l’œuvre de Roussel, Revue des lettres modernes, série Raymond Roussel, no 4, Caen, Lettres Modernes Minard, 2010.

Auteurs

Enseigne la littérature française à l’université Rennes 2.
Spécialiste de Raymond Roussel auquel il a consacré sa thèse, il a publié notamment (avec P. Besnier) Le Petit Dictionnaire de Locus solus (Amsterdam-Altanta, Rodopi, 1994). Il est également l’éditeur des Noces de Roussel (Paris, Pauvert-Fayard, 1998).
Professeur de langue et littérature françaises à l’université Paris-Sorbonne.
Elle a notamment publié : Rhétoriques de la contrainte. Georges Perec, l’Oulipo, Saint-Pierre-du-Mont, Éditions InterUniversitaires, 1999 ; Éloquence du roman. Rhétorique, littérature et politique aux XIXe et XXe siècles, Genève, Droz, 2008 ; L’Éternel et l’Éphémère. Temporalités dans l’œuvre de Georges Perec, Amsterdam-New York, Rodopi, 2010.
Enseigne à l’université de Vigo. Il travaille essentiellement sur les textes de Raymond Roussel et de Georges Perec, en tant que traducteur et en tant que critique.
Il s’efforce comme traducteur de transposer en espagnol la complexité textuelle des écrits de ces auteurs en respectant leurs contraintes d’écriture souvent difficiles.
Ses travaux portent sur les rapports de la contrainte au récit, le statut du paratexte et la problématisation de la traduction à travers des textes à contraintes. Il co-dirige avec Christelle Reggiani la série Raymond Roussel de La Revue des Lettres modernes et avec C. Reggiani et C. Reig la revue Formules. Revue des créations formelles.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540