Version classiqueVersion mobile

Que faire avec les ruines ?

 | 
Chantal Liaroutzos-Bauer

Troisième partie. La ruine à l’œuvre : le travail de la mémoire

Georges Perrot en Asie Mineure : du bon usage des ruines dans la France du XIXe siècle

Sophie Basch

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au carrefour de l’archéologie d’amateur et de l’archéologie scientifique, le XIXe siècle est animé par des tensions contradictoires, particulièrement manifestes en France. Que la référence à 1789 soit ou non explicite, consciente ou non, la réflexion esthétique sur les ruines est doublement tributaire des Lumières et de la Révolution. Ces monuments écroulés, reliques de la vanité humaine, sont aussi l’objet, depuis le travail de la Commission des Sciences et des Arts de la campagne d’Égypte (1798-1801) que prolongera la Mission scientifique de l’expédition de Morée (1828-1833), d’une attention beaucoup plus spécialisée. La Grèce idéalisée par la philosophie des Lumières, réinventée par les architectures de Soufflot, de Boullée, de Lequeu, de Ledoux, rajeunie par le néoclassicisme, actualisée par le philhellénisme, fonde une nouvelle généalogie : la France nouvelle est fille d’une Grèce antique largement inventée. Cet artifice ouvre la voie, à l’heure du réveil des nationalités dans ...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search