Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Que faire avec les ruines ?

 | 
Chantal Liaroutzos-Bauer

Troisième partie. La ruine à l’œuvre : le travail de la mémoire

L’ombre de la muraille, du premier empereur de Chine à Borges et Kafka

Alain Schnapp

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Avec les pyramides, la grande muraille de Chine incarne l’un des monuments les plus majestueux et les plus mémorables jamais construits par l’humanité ; elle est pour l’Orient l’équivalent de la tour de Babel dans la tradition judéo-chrétienne. Pourtant il ne faut pas s’y tromper, elle relève plus d’une construction occidentale qui assimile l’empire unifié de la Chine à une gigantesque machine monumentale, représentation même du pouvoir absolu, que d’une tradition chinoise ancienne. La muraille est entendue comme une protection qui défend l’empire sur des milliers de kilomètres et, en même temps, comme une manifestation d’un pouvoir illimité à qui rien ne saurait résister, comme une fin et un début à la fois : en érigeant pareil édifice, qui brave le temps et l’espace, Qin Shi Huangdi aurait inauguré un empire qui abolissait les royaumes de ses prédécesseurs, et en même temps jeté les bases d’un monument qui aurait subsisté sur plus de deux millénaires. Cet empire aurait perduré vin...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540