Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Troisième partie. La dynamique églises/agriculture à l’épreuve des siècles

Clergé anglais, agriculture et société rurale (xviie-xixe siècle)

John Broad

Testo integrale

  • 1 B. Kumin, « The English parish in a European perspective », K. French, G. Gibbs et B. Kumin, The P (...)

1Comprendre le rôle du clergé dans la vie rurale entre les xviie et xixe siècles suppose, avant d’en venir au cœur du sujet, une rapide synthèse sur la spécificité des structures ecclésiastiques anglaises. Dès avant la Réforme, d’importants décalages structurels doivent être soulignés par rapport au continent. Au commencement du xvie siècle, il n’y avait en Angleterre que 17 diocèses quand la France en comptait 131. Surtout, la proportion de curés résidents démarque nettement les deux royaumes : plus de 80 % en Angleterre, peut-être 50 % en France 1. La Réforme protestante du xvie siècle a logiquement renforcé les différences. Vers 1540, Henri VIII a dissous les ordres monastiques, confisqué leurs propriétés et leur droit à disposer des bénéfices. Un peu plus tard, les chantries, bénéfices liés à la célébration des messes pour les défunts, ont été supprimées. La grande majorité du clergé anglais s’est alors trouvée attachée soit à une cathédrale, soit – de façon bien plus fréquente – à une paroisse. À partir de 1558, l’Église anglicane a fortement encouragé les prêtres à se marier : contrairement au clergé catholique, les curés anglais ont dû le plus souvent entretenir femme et enfants, ce qui n’alla pas sans conséquences sur leur revenu, leur économie domestique et, partant, sur leur rapport à la vie rurale.

  • 2 P. Brassley, A. Lambert et Ph. Saunders, Accounts of the Reverend John Crakanthorp of Fowlmere, 16 (...)

2De façon classique, le curé anglais jouissait de plusieurs sources de revenus. En premier lieu, les terres du bénéfice (glebe) pouvaient être exploitées en faire-valoir direct ou indirect : le choix dépendait de la superficie ou de l’inclination personnelle du curé pour le travail de la terre. Si certaines pouvaient exceptionnellement atteindre 80 à 120 hectares, la majorité des grandes glebes ne dépassait pas les 20 à 30 hectares, à l’exemple de celle du Revd John Crakanthorp qui cultivait plus de 25 hectares en Cambridgeshire à la fin du xviie siècle 2. Mais dans peut-être 80 % des paroisses, les glebes étaient nettement plus modestes : des exploitations de 4 à 5 hectares, plus petites qu’une tenure paysanne de lafin du Moyen Âge et de moins en moins viables dans l’Angleterre des xviie et xviiie siècles.

  • 3 En Angleterre, on fait la distinction entre le rector qui retient les grosses dîmes et le vicar qu (...)

3En second lieu, la dîme. Comme sur le continent, les produits de la terre étaient soumis à un prélèvement décimal très inégalement réparti entre les membres du clergé. Des prêtres, ordinairement appelés rectors, percevaient la dîme sur les grains (« Great Tithe ») et aussi sur le croît et les produits de l’élevage (« Small Tithe »). Cependant, les grands ordres monastiques et le haut clergé s’étaient souvent emparés, au cours du Moyen Âge, des dîmes sur les grains. Après la Réformation et la suppression des monastères, celles-ci passèrent aux élites laïques (aristocratie, gentry et même marchands), les petites dîmes demeurant au vicar de la paroisse 3. Dans le cas le moins favorable, le nouveau décimateur – qualifié d’impropriator – prélevait à la fois les great et small tithes, ne laissant au desservant – curate – qu’un modeste salaire en espèces, les droits casuels (baptêmes, mariages, sépultures) et les offrandes de Pâques.

  • 4 Ch. Hill, Economic problems of the Church : from Archbishop Whitgift to the Long Parliament, Oxfor (...)
  • 5 Par exemple, Gayton on the Marsh dans le Lincolnshire : voir Christ Church Oxford Library, Wake Ms (...)
  • 6 Plusieurs fois en Lincolnshire : Christ Church Oxford Library, Wake Ms 326 ; E.-J. Evans, The Cont (...)
  • 7 The National Archives, Kew, London E134, E178 conservent de nombreux procès de dîme.

4Dès 1956, le grand historien anglais Christopher Hill a proposé une solide analyse des problèmes économiques de l’Église anglicane 4. S’il fut toujours tentant pour les paroissiens de se soustraire au paiement des dîmes, ceux qui, après la guerre civile, refusaient catégoriquement la juridiction de l’Église d’Angleterre firent de leur refus un principe, notamment chez les quakers. De leur côté, les desservants saisirent l’occasion, notamment au moment des enclosures, d’échanger leurs dîmes contre des parcelles de terre ou, plus fréquemment, une rente annuelle fixe 5. N’oublions pas qu’avant le xviiie siècle, les enclosures n’étaient pas forcément avantageuses pour le clergé. En effet, l’élevage des ovins et des bovins lui valait moins de dîmes, et ce d’autant plus que l’économie de marché incitait à acheter de jeunes moutons ou veaux à l’extérieur plutôt que les faire naître sur place : le curé ne pouvait plus bénéficier de la dîme du croît ou du lait. Deuxième problème, les exploitants des terres et des pâtures du finage n’étaient plus toujours des habitants du village mais parfois des « étrangers » qui louaient des prés loin de leurs fermes ou seulement des droits de pâturage sur des marais ou des communs. Ils parvenaient souvent – les exemples n’en manquent pas de la fin du xviie au milieu du xixe siècle 6 – à obtenir une forte réduction de leur dîme. Enfin, le clergé dut batailler, y compris par de coûteuses procédures judiciaires, pour faire reconnaître son droit à dîmer de nouvelles cultures telles que le navet, le lin ou le chanvre 7.

  • 8 Christ Church Oxford Library, Wake Mss 324-326.
  • 9 R. O’Day, The English Clergy : Emergence and Consolidation of a Profession, 1558-1642, Leicester, (...)

5La situation financière du clergé anglais est donc loin d’être homogène. Dans le vaste diocèse de Lincoln, qui s’étendait au xviie siècle sur plus de 250 kilomètres, de Londres à York – le revenu perçu par un curé pouvait aller de moins de 20 livres sterling – c’est-à-dire moins qu’un journalier agricole – à plus de 200 livres sterling 8, soit à peu près le niveau d’un petit gentleman. Au commencement du xviiie siècle, la reine Anne a entrepris d’augmenter les salaires des curés gagnant moins de 80 livres par an – et ils étaient nombreux. Le seuil retenu par la monarchie correspondait à peu près à la condition des fermiers aisés ou de la strate inférieure de la gentry. Dès 1560, le clergé anglais usa de différents moyens pour améliorer sa position sociale et s’agréger à la « pseudo-gentry » définie par Alan Everitt (médecins, apothicaires, régisseurs et hommes de loi). Dès avant 1650, la plupart des curés étaient gradés de l’université, ce qui leur donnait l’occasion de côtoyer (et courtiser !), à Oxford ou Cambridge, les fils de la gentry et de la noblesse de cour dont les familles détenaient les patronages de la plupart des bénéfices ecclésiastiques 9.

  • 10 J. Beckett, The Aristocracy in England 1660-1914, Oxford, 1986, p. 386 ; R.-W. Shorthouse, « Justi (...)

6Une telle évolution eut pour effet de distendre les liens, traditionnellement forts, du clergé rural avec les villageois. Au fur et à mesure que l’aristocratie et la gentry cédaient aux plaisirs de la cour et de la ville à partir du milieu du xviie siècle – pour ne plus résider dans leurs country houses que quelques semaines en été – les curés amplifièrent leurs rôles sociaux : charité, hospitalité, soin des malades, des chômeurs et des indigents. Pour mieux marquer leur appartenance à la société policée du xviiie siècle, ils prirent leurs distances par rapport aux travaux de la terre et au mode de vie paysan. Dans le diocèse de Lincoln vers 1710, beaucoup de curés se plaignent de l’état de presbytères jugés trop petits pour leurs familles, trop vétustes pour y demeurer commodément, trop au contact des animaux et de l’exploitation agricole. Ils ambitionnent de bâtir de nouveaux bâtiments, plus modernes et plus bourgeois. Leur participation accrue au gouvernement local illustre également cette gentrification. En 1625, 2 % seulement des juges de paix du comté de Hertfordshire étaient curés, et 33 % à la fin du xviiie siècle ; dans le comté d’Oxfordshire, le pourcentage s’éleva de 31 % en 1777 à 37 % en 1816 ; enfin, dans le comté de Northamptonshire des années 1830, les curés – 38 % des 107 magistrats actifs – étaient plus nombreux à siéger que les gentilshommes résidents 1010. Et pourtant, des curés continuaient, en nombre plus réduit il est vrai, à s’intéresser aux choses de la terre et à exploiter leurs glebes.

7À partir de deux cas précis, je souhaiterai montrer différentes facettes de cette évolution avant d’envisager l’investissement agronomique et philanthropique du clergé dans la société rurale du xixe siècle.

Un parcours exemplaire : les curés de Middle Claydon (xviie-xixe s.)

  • 11 J. Broad, Transforming English Rural Society : the Verneys and the Claydons 1600-1820, Cambridge U (...)

8Middle Claydon, paroisse du Buckinghamshire située à 90 km de Londres, devint en 1620 la maison de campagne des Verney, une famille proche des rois Jacques Ier et Charles Ier. Forte de la faveur royale, cette famille bénéficia de gratifications qui lui permirent de transformer profondément le système économique local. Les enclosures furent achevées en 1656, et les terres arables transformées en prairies et pâturages 11.

9Le curé était alors John Aris, diplômé d’Oxford mais aussi chef d’exploitation. Il épousa la veuve de son prédécesseur, Richard Askew, laquelle était héritière d’un coq de village. Les revenus de John Aris se composaient de la dîme en nature et des bénéfices de son exploitation agricole. Les transformations induites par les enclosures mirent en jeu trois acteurs. D’un côté, la famille Verney cherchait à pourvoir les paysans en exploitations viables, à alléger leurs dîmes voire à les y soustraire. Si les paysans y étaient favorables, le curé, lui, se plaignait de la diminution consécutive de ses revenus. Comme les enclosures entraînaient un nouveau mode d’agriculture, la dîme sur le croît chuta de trente agneaux à moins de huit. Quand Sir Ralph Verney s’exila en France entre 1643 et 1652, Aris tenta de s’entendre avec les villageois pour remettre en cause les changements récents, mais sans grand succès.

10Aris mourut en 1657, et son successeur, Edward Butterfield, était tout à fait différent. Il renonça à sa glebe et à ses dîmes en contrepartie d’un salaire annuel de 80 livres sterling, soit un niveau confortable, légèrement supérieur au revenu moyen des curés anglais. Butterfield n’est plus alors un exploitant agricole, mais il devient un administrateur au service des Verney, contrôlant les activités du régisseur du domaine, veillant à la situation des familles pauvres et à la bonne tenue morale de la communauté. Il fonda surtout une dynastie : trois Butterfields furent successivement curés de Middle Claydon sur une période de 80 ans. Des membres de cette famille s’allièrent à deux reprises avec la famille Millward à qui revint la gestion du domaine de Claydon au xviiie siècle. Et quand il n’y eut plus de Butterfields, deux générations de Millwards occupèrent la cure jusqu’au xixe siècle.

  • 12 J. Broad, Transforming English Rural Society, passim.
  • 13 N.D.T. : « middling farmers ».
  • 14 P. Brassley, A. Lambert et Ph. Saunders, Accounts…, op. cit.

11Middle Claydon illustre ainsi parfaitement la transformation du rôle du curé dans la société rurale anglaise des xviie-xixe siècles. Si John Aris comme son beau-père Richard Askew – était encore un exploitant agricole parmi d’autres, ses successeurs intégrèrent pleinement les professions constituant la middle class du domaine des Verney et des environs 12. Une telle évolution n’était pourtant pas systématique : au xviiie siècle, la comptabilité de John Crackanthorp en porte témoignage. Curé d’un village du sud de Cambridge, sur les belles terres calcaires des Chiltern hills, il exploitait entre 1682 et 1710 une glebe d’à peu près 36 hectares, à quoi s’ajoutaient 4 hectares possédés en bien propre. La famille conserva la cure sur deux générations et Crackanthorp associa son fils à la gestion de l’exploitation agricole. Il y récoltait du blé, de l’orge, de l’avoine et du seigle, pour l’approvisionnement de sa famille mais également du marché. L’orge, une des spécialités de la région, était utilisé pour fabriquer du malt dans les villes et villages voisins ou envoyé directement à Londres pour produire de la bière et du gin. Ses comptes montrent qu’il répartissait ses ventes de grains sur la totalité de l’année. Il expérimente également des semailles de variétés mêlées de blé – rouge et blanc – en jouant sur les proportions, et achète des engrais pour amender les terres de son exploitation. Sans être pour autant un cultivateur exceptionnel, Crackanthorp est représentatif des paysans moyens 13 de cette région d’Angleterre 14. À la charnière des xviiie et xixe siècles, l’investissement du curé John Mastin dans la diffusion des progrès agricoles atteint une toute autre dimension.

John Mastin, un curé dans le country business

  • 15 Ch. Vialls, K. Collins (éd.), A Georgian Country Parson : The Reverend John Mastin of Naseby, Nort (...)

12Issu de la paysannerie et non de la middle-class anglaise, John Mastin (1747-1829) présente un itinéraire peu banal 1515. Son père, laboureur (husbandman) en Nottinghamshire, prit en ferme une exploitation mais aussi la collecte de la dîme de son village. Dès son plus jeune âge, John fut repéré pour son intelligence. Mais bien qu’il eût fréquenté deux écoles, jusqu’à ses douze ans, il n’ira pas à l’université. De son treizième à son vingtième anniversaire, il fut placé comme domestique chez un curé, puis chez un autre qu’il accompagna lors d’un voyage à Londres. Lassé de l’horizon confiné de cette vie domestique, Mastin quitta son employeur et retourna chez son père. Ce retour coïncida avec le départ forcé de celui-ci, contraint de quitter sa ferme et d’en louer une autre dans un village situé à quelques miles, où les enclosures étaient en cours. Mastin a dit combien cette expérience fut pour lui formatrice : « It was here that he first became proficient in agricultural pursuits. » Mais il mourait d’envie de quitter la campagne. En 1770, il se rendit à Londres dans l’espoir d’un emploi offert par Earl Howe, attente qui s’avéra très vite déçue : il demeura donc sans travail dans la grande ville, avant d’obtenir un emploi de régisseur de domaines dans le Hertfordshire, dont il avait trouvé l’offre dans un journal. Là, il se familiarisa avec des modes d’agriculture très différents, et qui utilisaient des charrues et des batteuses inconnues en Nottinghamshire et Leicestershire. Deux ans plus tard, il se maria à l’héritière mineure d’une famille très peu fortunée à Gretna Green en Écosse pour contourner les dispositions matrimoniales de la loi anglaise. De retour dans le Leicestershire, le couple vint prêter main-forte au père de Mastin dans son exploitation agricole. Grâce au maigre pécule de son épouse, Mastin acheta une petite parcelle dans le village et bâtit lui-même une petite chaumière de trois pièces. Sans emploi, il s’essaya comme maître d’école. Un parent lui fit alors l’offre d’un bénéfice s’il se formait à la prêtrise, ce qu’il fit auprès d’un curé voisin à qui il promit de verser la première année du revenu de son bénéfice. Mastin n’obtint finalement pas la cure promise, mais il desservit, quarante ans durant, quatre paroisses.

  • 16 « He began to think it inconsistent with his clerical character. »
  • 17 Ainsi désignait-on une entreprise d’élevage et de commercialisation des bovins et des ovins.

13Il n’en resta pas moins un exploitant agricole actif. En 1778, 1784, 1788 et 1794, il loua des lots de terre de huit à seize hectares dans les paroisses en cours d’enclosure et utilisa les techniques les plus modernes pour les améliorer. Cela lui valut, dans chaque village, une excellente réputation. Dans le même temps, il devint régisseur de quelques gentlemen et se fit l’intermédiaire d’un banquier du pays désireux d’acheter une grande propriété à la campagne : Mastin la choisit et l’acquit en son nom. Plus tard, il négocia pour un gros éleveur de bétail du Leicestershire qui voulait devenir cultivateur en Hertfordshire où Mastin avait exercé son premier emploi de régisseur. En Northamptonshire où il était curé, il fut fortement sollicité pour gérer les affaires de la campagne (country business). Cependant, en 1795, il décida d’abandonner ces fonctions qu’il jugeait difficilement compatibles avec son état ecclésiastique 16. Mais il continua de louer des parcelles et de pratiquer, plusieurs années durant, le « business of the Grazier 17 », menant des expériences novatrices dans l’élevage ovin et bovin.

14Dans toutes ses entreprises, Mastin profita de l’ambivalence de son statut social. Il était reçu dans les country houses des gentlemen du comté et même, de temps en temps, dans celles de l’aristocratie. Il chassa avec eux et éleva des chiens de chasse. En 1803, on lui demanda de devenir juge de paix mais sa femme l’en dissuada. En 1792, Mastin publia une histoire de sa paroisse, Naseby en Northamptonshire (site de la grande bataille de 1645) grâce aux souscriptions de plus de 700 notables provenant de toute l’Angleterre, aristocrates, gentlemen, ecclésiastiques, bourgeois et « professions ». Il n’était cependant pas riche : ses quatre filles épousèrent des cultivateurs ou des artisans du pays – deux charpentiers, un coutelier et un fermier – même si Mastin nota que le dernier cité était neveu d’un gentleman. Il correspondit aussi avec Arthur Young et publia des réflexions sur l’amélioration de l’agriculture. En 1801, il fut primé de la médaille d’argent du Board of Agriculture. Il resta actif jusqu’à la vieillesse. Âgé de soixante-quinze ans, lors des enclosures de Naseby (1822), il ne se résignait toujours pas à l’inactivité et loua, une fois encore, 8 hectares de terrain vague pour les améliorer. Il les assécha et put, au bout d’un an, annoncer que ses parcelles étaient les plus rentables du manoir. Il poursuivit deux années encore son hobby farm.

  • 18 E.-J. Evans, op. cit., p. 95-106.

15Mastin fut un curé heureux, un homme avisé dans le country business, un cultivateur moderne. Non qu’il fût unique, mais la plupart de ses confrères privilégiaient d’autres rôles sociaux dans les campagnes du xviiie et surtout de la première moitié du xixe siècle. De 1750 à 1850, les salaires du clergé anglais furent affectés par deux changements majeurs : le mouvement des enclosures parlementaires, spécialement entre 1760 et 1830, et la réforme de la dîme de 1836 qui abolit les dîmes traditionnelles et les remplaça par un loyer indexé sur le prix des céréales 18. De nombreux clergymen tirèrent profit des enclosures parlementaires parce que leurs dîmes furent souvent converties en dons de terre. On peut estimer que peut-être 70 % des clôtures parlementaires entre 1757 et 1835 ont donné lieu à une commutation des dîmes en terres. De telles conversions s’observent dans 118 actes de clôture du Warwickshire (sur un total de 125) et dans 37 actes du Oxfordshire (sur 47). Dans de nombreux cas, le revenu des clergymen s’accrut significativement, mais il n’est pas aisé de déterminer combien d’entre eux, comme Mastin, ont exploité personnellement leurs terres. Les Parliamentary Papers en livrent des exemples mais l’essor de la rente foncière à la fin du xviiie siècle incitait plus volontiers à recourir au faire-valoir indirect pour limiter les risques.

Clergé, société rurale et philanthropie au xixe siècle

16Quelle a été la contribution du clergé anglais à la littérature des progrès agricoles ? La question n’est pas aisée. Sur les 80 Agricultural Reports publiés par le Board of Agriculture entre 1793 et 1820, seuls trois ont été écrits par des curés, dont le Revd Arthur Young – fils d’Arthur Young et secrétaire du Board – qui rédigea celui du Sussex. Sur les trois volumes des Annals of Agriculture publiés entre 1795 et 1796, 9 à 18 % des 147 articles sont signés par des curés. Tous ne démontrent pas une connaissance pratique de l’agriculture : certains se contentent de lieux communs sur la pauvreté et les problèmes du logement rural ; d’autres collectent, à l’intention du Board, des informations sur les conditions agricoles locales. L’un de ces curés se présente comme « being myself little acquainted with agriculture ». Quarante-cinq ans plus tard, The Royal Agricultural Society commence à publier son journal. Dans les quatre premiers volumes (1840-1843), seuls 15 des 222 articles sont écrits par des curés, dont trois sous la plume d’un prêtre professeur de botanique à l’université de Cambridge qui traite des variétés de blé et de leurs maladies. Si les auteurs ecclésiastiques sont encore peu nombreux, leur connaissance pratique de l’agriculture a indéniablement progressé au cours des quatre décennies écoulées.

  • 19 Ibid., p. 78.
  • 20 Ibid.

17John Mastin ne fut pas le seul à ressentir une incompatibilité entre ses activités agricoles et sa fonction cléricale. Dans les années 1780, l’évêque de Salisbury Shute Barrington soutient que « the habits of life in which the clergy are educated, and the important office they fill, are ill-suited to the occupation of a farmer19 ». Vers 1820, McCulloch écrit également qu’il est « extremely difficult to reconcile the two characters of a good farmer and a zealous and attentive clergyman 20 ». Ce sentiment fut renforcé, dans la première moitié du xixe siècle, par le mouvement évangélique, de plus en plus influent dans l’Église anglicane, qui mettait l’accent sur le rôle moral et philanthropique du clergé. La société rurale anglaise, notamment celle du Sud et des Midlands, s’appauvrit considérablement entre 1770 et 1850, la croissance démographique n’y étant pas compensée par la révolution industrielle. Tout en faisant connaître le problème de l’indigence rurale, les curés lui cherchèrent des solutions locales. Quand les ouvriers agricoles et les artisans ruraux établirent des fonds d’assurance mutuels (Friendly Societies) pour se garantir contre le chômage et les maladies, les curés encouragèrent souvent l’entreprise. C’est particulièrement avéré pour les friendly societies féminines, à l’exemple des dentellières du Bedfordshire et du Buckinghamshire : comme leurs fonds devaient être gérés par un homme, le curé offrit souvent ses services comme trésorier.

  • 21 J. Burchardt, The Allotment Movement in England, 1793-1873, London, 2002, p. 101-2, 114.

18Le commencement du xixe siècle vit apparaître les premiers alotments, équivalent rural des jardins ouvriers, destinés à permettre aux journaliers indigents des campagnes de cultiver des pommes de terres et des légumes. L’un des pionniers de ce mouvement fut le Revd Stephen Demambray en Wiltshire qui donna en 1806 l’usage gracieux de sa glèbe aux familles nécessiteuses : ces jardins existent toujours aujourd’hui. Une autre grande figure de ce mouvement fut l’évêque de Bath et Wells qui, dès sa nomination en 1824, créa 100 acres de jardins pour aider 360 familles. L’exemple fut suivi dans le diocèse, sans pour autant faire école ailleurs. Sur l’ensemble des « jardins ouvriers » repérables dans la documentation entre 1793 et 1873, 18 % sont d’initiative ecclésiastique 21. Dans beaucoup de cas, le clergé a favorisé le mouvement par ses encouragements, ou à tout le moins son soutien moral.

  • 22 Ch. Vancouver, General View of the Agriculture of Devon, 1808, p. 94-97.
  • 23 S.-G. Osborne, Letter to the marquis of Salisbury on a late Article in the National Review respect (...)
  • 24 H. Moule, Eight Letters to his Royal Highness The Prince Albert as President of the Council of the (...)

19Au xixe siècle, les préoccupations philanthropiques des curés, et tout autant de leurs épouses, les amenèrent à prendre la mesure des misérables conditions de l’habitat rural et à en alerter l’opinion. Parmi eux, le Revd Luxmore, fit construire pour les indigents des chaumières modèles dans sa paroisse de Bridestowe dans le Devon 22. D’autres firent pression sur de grands propriétaires terriens pour qu’ils logent plus décemment les tenanciers de leurs domaines et de leurs villages. L’une des figures les plus combatives fut sans doute Lord Sidney Godolphin Osborne dont l’itinéraire n’est, lui non plus, pas ordinaire : frère cadet du duc de Leeds, sa carrière ecclésiastique lui fut imposée par son père qui en avait décidé un jour à la chasse. Devenu curé dans le Hertfordshire puis dans le Dorset, il écrivit pendant une quarantaine d’années des lettres que publièrent souvent des journaux nationaux tels que The Times. Il s’adressa également à de grands propriétaires terriens comme le marquis de Salisbury. En 1844, il excéda si bien le député du comté de Dorset que ce dernier tenta de le faire venir au Parlement de Westminster afin de rendre compte de ses propos offensants sur les propriétaires terriens et les « chaumières délabrées ». Le président des Communes le compara alors à Jack Cade, le fameux rebelle du xve siècle. Invité dans les grandes maisons du comté, il répondit à ses hôtes en leur reprochant leurs déficiences. En 1846, il alla jusqu’à s’en prendre au prince Albert, époux de la reine Victoria, à propos des conditions misérables des villages relevant du duché royal de Cornouailles 23. Un autre curé du comté de Dorset, le Revd Henry Moule, poussa l’attaque encore plus loin dans les années 1850 : il publia deux recueils de lettres adressées au prince Albert, dénonçant l’état scandaleux des conditions de vie à Fordington, près de Dorchester, propriété du duché de Cornouailles 24. Moule n’avait pas les origines aristocratiques d’Osborne, mais tous deux appartenaient à l’aile évangélique de l’Église anglicane. Quoique œuvrant sans relâche à l’amélioration des conditions de vie des masses rurales, ils demeurèrent à l’écart de l’establishment politique et n’adhérèrent jamais à aucun parti politique.

20En résumé, entre 1600 et 1850, nombre de curés ruraux anglais ont peu à peu délaissé l’exploitation directe de leurs terres pour se contenter d’être rentiers. Cette évolution est la résultante d’importants changements économiques et sociaux dans les campagnes : le mouvement des enclosures, la paupérisation des petits propriétaires et des tenanciers, les divisions accrues dans la communauté rurale. Acteur d’un processus de gentrification, le clergé se démarque nettement, par son mode de vie, du menu peuple des campagnes pour se rapprocher des élites. Sa situation matrimoniale y tient également un rôle indéniable : le curé devait entretenir une famille et travailler à la promotion sociale de ses descendants. S’il y eut toujours quelques clergymen comme John Mastin à « mettre la main à la charrue » et à promouvoir de nouvelles techniques agricoles, la majorité préféra s’engager dans les questions morales et sociales des campagnes.

Note

1 B. Kumin, « The English parish in a European perspective », K. French, G. Gibbs et B. Kumin, The Parish in English Life 1400-1600, Manchester UP, 1997, p. 15-32. Voir aussi J. McManners, Church and Society in Eighteenth Century France, Oxford UP, 1998.

2 P. Brassley, A. Lambert et Ph. Saunders, Accounts of the Reverend John Crakanthorp of Fowlmere, 1682-1710, Cambridgeshire Records Society, 1988.

3 En Angleterre, on fait la distinction entre le rector qui retient les grosses dîmes et le vicar qui perçoit les petites dîmes.

4 Ch. Hill, Economic problems of the Church : from Archbishop Whitgift to the Long Parliament, Oxford, Clarendon Press, 1956.

5 Par exemple, Gayton on the Marsh dans le Lincolnshire : voir Christ Church Oxford Library, Wake Ms 326, p. 75.

6 Plusieurs fois en Lincolnshire : Christ Church Oxford Library, Wake Ms 326 ; E.-J. Evans, The Contentious Tithe : the Tithe Problem and English Agriculture, 1750-1850, Routledge, 1976.

7 The National Archives, Kew, London E134, E178 conservent de nombreux procès de dîme.

8 Christ Church Oxford Library, Wake Mss 324-326.

9 R. O’Day, The English Clergy : Emergence and Consolidation of a Profession, 1558-1642, Leicester, 1979.

10 J. Beckett, The Aristocracy in England 1660-1914, Oxford, 1986, p. 386 ; R.-W. Shorthouse, « Justices of the Peace in Northamptonshire, 1830-1834 », Northamptonshire Past and Present 5, 1973, p. 129-37.

11 J. Broad, Transforming English Rural Society : the Verneys and the Claydons 1600-1820, Cambridge University Press, 2004, ch. 1-3.

12 J. Broad, Transforming English Rural Society, passim.

13 N.D.T. : « middling farmers ».

14 P. Brassley, A. Lambert et Ph. Saunders, Accounts…, op. cit.

15 Ch. Vialls, K. Collins (éd.), A Georgian Country Parson : The Reverend John Mastin of Naseby, Northamptonshire Record Society, 2004.

16 « He began to think it inconsistent with his clerical character. »

17 Ainsi désignait-on une entreprise d’élevage et de commercialisation des bovins et des ovins.

18 E.-J. Evans, op. cit., p. 95-106.

19 Ibid., p. 78.

20 Ibid.

21 J. Burchardt, The Allotment Movement in England, 1793-1873, London, 2002, p. 101-2, 114.

22 Ch. Vancouver, General View of the Agriculture of Devon, 1808, p. 94-97.

23 S.-G. Osborne, Letter to the marquis of Salisbury on a late Article in the National Review respecting labourers and Artisans dwellings, Lewes London, 1883 ; A. White, The Letters of Sidney Godolphin Osborne, 3 vol., London, 1888.

24 H. Moule, Eight Letters to his Royal Highness The Prince Albert as President of the Council of the Duc of Cornwall, London, 1855 ; H. Moule, Four letters to his Royal Highness, Prince Albert… on the Dwellings of Eleven hundred of the Working Classes and poor of Fordington, London, 1854.

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540