Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour un récit transnational

 | 
Yolaine Parisot
, 
Charline Pluvinet

Les auteurs

Texte intégral

1Isaac Bazié est professeur au département d’études littéraires de l’université du Québec à Montréal. Ses récents travaux portent sur la réception des littératures francophones et sur le rapport entre littérature, violence et mémoire. Il a publié entre autres : Écritures de la réclusion, Québec, Presses de l’université du Québec, 2015 (coéd. Carolina Ferrer) ; Intertextualité et adaptation dans les littératures francophones, Oberhausen, Athena-Verlag, 2013, (coéd. Josias Semujanga) ; Femmes en francophonie – Écritures et lectures du féminin dans les littératures francophones, Montréal, Mémoires d’encrier, 2013 (coéd. Françoise Naudillon) ; Violences postcoloniales et formes de représentations littéraires et médiatiques, Berlin, Lit-Verlag, 2011 (coéd. Hans-Jürgen Lüsebrink)

2Gisela Bergonzoni est membre du CELLAM et doctorante en Littérature générale et comparée à l’université Rennes 2 et à l’université de São Paulo (USP), au Brésil. Sa thèse porte sur la « mort de l’auteur » et la figure auctoriale dans la littérature contemporaine. Elle participe à l’édition de la revue Criação & Crítica, de l’USP, et au groupe L’auteur en jeu. Elle a été chargée de cours à l’université Paris Ouest-Nanterre et contribué à des ouvrages collectifs, dont le volume Retour à l’auteur (Presses universitaires de Reims, 2015).

3Emmanuel Bouju est professeur de littérature comparée à l’université Rennes 2 et Visiting Professor à Harvard University. Il exerce la responsabilité des activités et de certaines des publications aux PUR du Groupe phi : Littératures sous contrat (2002), L’engagement littéraire (2005), Littérature et exemplarité (codirection d’A. Gefen, G. Hautcœur et M. Macé, 2007) et L’autorité en littérature (2010). Il est aussi l’auteur de Réinventer la littérature : démocratisation et modèles romanesques dans l’Espagne post-franquiste (préface de Jorge Semprún, PUM, 2000) et de La transcription de l’histoire. Essai sur le roman européen de la fin du vingtième siècle (PUR, 2006). À paraître prochainement : Fragments d’un discours théorique. Nouveaux éléments de lexique littéraire, aux Éditions Nouvelles Cécile Defaut.

4Marie Bulté est agrégée de lettres modernes et actuellement ATER à l’université Bretagne-Sud. Elle est en quatrième année de doctorat de littératures comparées sous la direction d’Emmanuel Bouju (université Rennes 2) et d’Isaac Bazié (université du Québec à Montréal) et travaille sur la figure romanesque de l’enfant-soldat appréhendé comme témoin dans les littératures africaines postcoloniales.

5Inès Cazalas est maître de conférences à l’université Paris 7 et membre du CERILAC. Travaillant sur les relations entre littérature, histoire et politique, elle est l’auteur de plusieurs articles ainsi que d’une thèse à paraître chez Classiques Garnier (Contre-épopées généalogiques. Fictions nationales et familiales dans les romans de Thomas Bernhard, Claude Simon, Juan Benet et António Lobo Antunes). Elle a également dirigé avec Marik Froidefond Le Modèle végétal dans l’imaginaire contemporain (PUS, 2014).

6Jean-François Chassay est professeur au département d’études littéraires à l’université du Québec à Montréal. Il s’intéresse en particulier à l’inscription de la science dans la littérature et dans le discours social, et à la sociocritique. Il a publié plus d’une vingtaine de livres (essais, fictions, anthologies, actes de colloques). Derniers titres parus : Au cœur du sujet. Imaginaire du gène (Montréal, Quartanier, 2013), Le Monstre au bistouri (Dijon, éditions Murmures, 2014), Requiem pour un couple épuisant et autres nouvelles (Montréal, Leméac, 2015).

7Chloé Chaudet, agrégée de lettres modernes, a soutenu une thèse de littérature comparée en octobre 2014, dans le cadre d’une cotutelle entre l’université Paris-Sorbonne et l’université de la Sarre, Allemagne. Cette thèse, qui esquisse une poétique transculturelle de l’engagement littéraire contemporain, à partir d’un ensemble varié de romans « postcoloniaux » et/ou « postmodernes », sera prochainement publiée sous le titre Écritures de l’engagement par temps de mondialisation (Éditions Classiques Garnier).

8Barbara Dos Santos est docteure en littératures lusophones et chercheuse associée à l’université Rennes 2. Elle y a enseigné pendant plusieurs années les littératures et civilisations des pays africains de langue officielle portugaise et a également assumé les fonctions de lectrice pour l’Institut Camões.

9Émilie Etemad enseigne à l’université Rennes 2 dans la filière « Métiers des bibliothèques et de la documentation » et achève une thèse sur Roberto Bolaño, sous la direction d’Emmanuel Bouju. En 2012, elle coordonne une journée d’étude sur le thème de l’internationalisation du champ littéraire latino-américain (Rennes 2). Elle traite de la question du rapport à l’histoire dans les articles : « “Détectives” de Roberto Bolaño, ou comment témoigner de l’autre côté du miroir » (2011) et « Amphitryon d’Ignacio Padilla : échecs et crise de la filiation » (2011).

10Alice Forge est née en 1985 à Paris, où elle travaille actuellement. Plasticienne, après l’obtention de son master à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en 2010, elle poursuit une recherche en doctorat, au sein de la ligne de recherche Fictions et interactions, et sous la direction de M. Bernard Guelton. Mémoires du Futur est le nom de son projet plastique poursuivi depuis huit ans, au sein duquel elle invente une communauté d’artistes fictifs du futur, le contexte sociopolitique de leur activité, et réalise leurs œuvres sous leurs noms propres. Elle utilise un large éventail de médias pour crédibiliser l’existence de ces auteurs : photographie numérique, photomontages, livres d’artistes et installations. Ce projet vise à créer une bibliothèque d’ouvrages, fonctionnant comme un réseau intertextuel interne et ouvert sur des œuvres littéraires référentielles. Elle a fait partie de plusieurs expositions collectives en France, au Brésil en 2011, ainsi que de l’atelier sur le projet interactif Hupareel à Montréal en 2013 ainsi qu’à Shanghai en 2014. En 2014 toujours, Béatrice Guéna, MCF à l’université de Dijon, présente le projet Mémoires du Futur à ses côtés, au sein du colloque La Bibliothèque des textes fantômes. Textes absents, récits troués, œuvres perdues, à l’université de Lausanne. En décembre dernier, elle participe à une exposition conjointe avec l’auteur Jean-Benoît Puech à Dijon, à l’occasion de laquelle elle anime aux côtés de l’écrivain des ateliers d’écriture sur le sujet de l’auteur fictif.

11Alison James est professeur de littérature française à l’université de Chicago. Ses recherches portent sur l’Oulipo, les poétiques formalistes, l’écriture du quotidien, et l’esthétique documentaire en littérature. Elle est l’auteure de Constraining Chance : Georges Perec and the Oulipo (Northwestern University Press, 2009) et de divers articles sur Aragon, Jacques Roubaud, Harry Mathews, François Bon, Clément Rosset et Jacques Rancière. Elle a dirigé le numéro spécial « Forms of Formalism » de la revue L’Esprit créateur (2008) et a codirigé avec Christophe Reig l’ouvrage collectif Frontières de la non-fiction. L’esthétique documentaire et ses objets (PUR, 2013). Elle a aussi codirigé avec Olivier Dubouclez un numéro spécial de la revue Littérature consacré à Valère Novarina (no 176, 2014).

12Béatrice Jongy-Guéna est maître de conférences en littérature comparée à l’université de Bourgogne. Elle travaille sur les représentations contemporaines de soi (littérature et études culturelles) et le théâtre. Ses recherches actuelles portent sur un genre hybride, entre autobiographie, fiction et essai. Elle a fondé « L’auteur en jeu », équipe associant chercheurs, écrivains et artistes autour des fictions d’auteur. Elle est l’auteur d’un essai : L’Invention de soi : Rilke, Kafka, Pessoa (Peter Lang, 2011) et a notamment coordonné L’Automédialité contemporaine (Revue d’études culturelles, no 4, Dijon, Abell) et Transmission/Héritage dans l’écriture contemporaine de soi, Clermont-Ferrand, PUB (2009).

13Jérémy Lambert est chercheur au Fonds national de la recherche scientifique. Il réalise, au sein du Centre de recherche sur l’imaginaire (CRI) de l’université catholique de Louvain, une thèse de doctorat qui porte sur l’actualisation des récits mythiques dans la littérature française de la seconde moitié du XXe siècle – notamment à partir de l’œuvre de l’écrivain belge Henry Bauchau, dont il est un des gestionnaires du Fonds d’archives déposé à l’U.C.L. Spécialiste de la littérature française (1850-2000), ses recherches portent également sur l’expression de la spiritualité dans les arts (il a codirigé en 2014, avec Andrée Lerousseau, aux Éditions modulaires européennes, le volume À l’école de la vie intérieure. Approches interdisciplinaires), sur le questionnement identitaire dans ses rapports à la mémoire personnelle et collective, ainsi que sur les relations que la littérature entretient avec la peinture (entre autres chez Joris-Karl Huysmans, auquel il a consacré l’ouvrage Peinture et bibelot. Prégnance du pictural chez Joris-Karl Huysmans, publié aux éditions Honoré Champion en 2012).

14Anthony Mangeon est professeur de littératures francophones à l’université de Strasbourg. Il a enseigné aux universités de Stanford, de Cergy-Pontoise et de Paul-Valéry-Montpellier. Il est l’auteur ou l’éditeur de plusieurs ouvrages dont La Pensée noire et l’Occident (2010), Postures postcoloniales (2012) et Anthropolitiques (2015).

15Andrée Mercier est professeure titulaire au département des littératures à l’université Laval à Québec et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), qu’elle a dirigé de 2009 à 2013 (et de 2008 à 2013 pour le site université Laval). Avec l’équipe « Poétiques et esthétiques du contemporain » subventionnée par le FRQ-SC, elle travaille à un livre sur la construction du contemporain au Québec et en France, ainsi qu’à la question de la porosité des pratiques narratives actuelles dans la littérature québécoise. Elle s’intéresse plus particulièrement aux questions d’autorité narrative, de vraisemblance et de narration problématique, de même qu’au motif de la quête dans le roman contemporain.

16Christophe Meurée fut chercheur postdoctoral Figura à l’université du Québec à Montréal, puis chargé de recherche du F.R.S./FNRS. Il travaille sur la théorie littéraire et sur la littérature contemporaine (XXe-XXIe siècles : Marguerite Duras, Michel Houellebecq, Bernard-Marie Koltès, Marie NDiaye, Claude Simon, Jean-Philippe Toussaint, etc.), sur des questions liées à la temporalité, aux postures et à la généricité. Il s’intéresse en particulier aux entretiens d’écrivains et aux modes de légitimation du discours littéraire dans le contemporain et l’extrême contemporain. Avec David Martens, il a récemment publié un recueil d’entretiens d’écrivains et de professionnels de l’interview littéraire (Secrets d’écrivains, Les Impressions nouvelles, 2014).

17Gabrielle Napoli est professeur de lettres modernes dans le secondaire, en Seine-Saint-Denis. Collaboratrice régulière à la Quinzaine littéraire, elle a publié en 2013, aux éditions Classiques Garnier, un ouvrage tiré de sa thèse de littérature générale et comparée intitulé : Écritures de la responsabilité. Histoire et écrivains en fiction : Kertész et Tabucchi.

18Oana Panaïté est Associate Professor of French à Indiana University-Bloomington (États-Unis), ayant aussi occupé, en automne 2013, la Chaire des Amériques en tant que professeure invitée à l’université Rennes 2-Haute Bretagne. Elle a publié un ouvrage intitulé Des littératures-mondes en français. Écritures singulières, poétiques transfrontalières dans la littérature contemporaine (Rodopi, 2012) et dirigé deux numéros de revue : L’Esprit créateur (« La pensée littéraire/The Idea of Literature ») et Alternative francophone (« Crise du français, impact de la francophonie », codirigé avec Timo Obergoeker). Parmi ses travaux actuels, on compte une étude critique sur la « fortune coloniale » de la littérature en français et un manuel de littérature française et francophone intitulé Entre-textes (codirigé avec Vera Klekovkina, à paraître en 2016 aux éditions Routledge).

19Yolaine Parisot, maître de conférences en littératures francophones et comparées à l’université Rennes 2 et membre du CELLAM-Groupe Phi, poursuit des recherches consacrées aux littératures postcoloniales francophones et anglophones de la Caraïbe, de l’océan Indien et de l’Afrique subsaharienne. Elle a publié Caraïbe, océan Indien : questions d’histoire, revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures, no 2, Paris, L’Harmattan, 2009 (codirection V. Bonnet et G. Bridet), et Genre et migrations postcoloniales : lectures croisées de la norme, Rennes, PUR, coll. « Plurial », 2013 (codirection N. Ouabdelmoumen). Elle est la présidente du Conseil international d’études francophones.

20Charline Pluvinet est maître de conférences à l’université Rennes 2 et membre du CELLAM-Groupe Phi. Ses travaux portent sur les représentations de l’auteur dans la fiction romanesque, la mise en scène de soi, l’interrogation des postures ainsi que de l’autorité de l’auteur. Elle a publié sa thèse aux Presses universitaires de Rennes en 2012 sous le titre : Fictions en quête d’auteur.

21Valentina Tarquini est docteur en littérature française, générale et comparée à l’université de Strasbourg et en cultures et littératures comparées à l’université Rome 3 depuis 2012. Sa thèse portait sur la figure du fou et ses fonctions narratives et socio-littéraires dans le roman francophone et anglophone d’après les indépendances. L’année suivante, elle a mené des recherches postdoctorales au Centre international d’études francophones, Paris-Sorbonne, sur les mises en scène de l’écrivain africain et la figure d’auteur dans le roman contemporain. Depuis 2014 elle est chercheur-associé auprès du département de langues, littératures et cultures étrangères à l’université Rome 3. Valentina Tarquini est actuellement accueillie auprès du laboratoire LIS de l’université Paris Est-Créteil où, dans la continuité avec ses derniers travaux, elle mène une recherche soutenue par la fondation Maison des sciences de l’Homme sur les stratégies narratives et les enjeux de l’autoréflexivité dans le système littéraire africain contemporain. Ses articles sont publiés dans des collectifs et des revues spécialisées et ils portent, entre autres, sur les débats autour des périphéries littéraires et les questions épistémologiques dans les lettres africaines, mais aussi sur des romanciers tels que Boubacar Boris Diop, Georges Ngal, A. A. Waberi, A. Mabanckou, Fatou Diome.

22Chloé Tazartez, certifiée en lettres modernes et doctorante en littérature générale et comparée à l’université Rennes 2, travaille sur la mise en fiction du terrorisme dans les littératures arabe et états-unienne post-11 septembre 2001, sous la direction d’Emmanuel Bouju. Don DeLillo, John Updike, Jess Walter, Laila Halaby, Wajdî al-Ahdal, Khaled al-Berry, Abdullah Thabit et Inaam Kachachi sont autant d’auteurs auxquels elle s’intéresse. Elle a publié un article intitulé « Je suis de l’antimatière » dans le no 5 de la revue Interférences littéraires, « Le sujet apocalyptique », dirigé par Christophe Meurée (novembre 2010) sur la construction des personnages dans Le Zéro de Jess Walter, et un article intitulé « Fictionnalisation de l’attentat-suicide : surexposition d’un triple dispositif chez DeLillo, Binebine et Khadra », dans la revue TRANS- (février 2013), qui traite de la configuration narrative de ces œuvres selon l’agencement d’un triple dispositif (fictionnel, imaginaire, terroriste).

23Myriam Watthee-Delmotte est directrice de recherches du Fonds national de la recherche scientifique belge, professeur à l’université catholique de Louvain, où elle a fondé le Centre de recherche sur l’imaginaire, et membre de l’Académie royale de Belgique. Elle est la directrice scientifique du fonds Henry Bauchau créé à Louvain-la-Neuve à l’initiative de l’écrivain. Elle développe une approche anthropologique et sémiologique des représentations culturelles. Ses travaux portent sur la littérature contemporaine en tant que vecteur de sacralisation (écritures et postures auctoriales). Son ouvrage Littérature et ritualité. Enjeux du rite dans la littérature française contemporaine (2010) a obtenu le Prix Emmanuel Vossaert. Elle coordonne à l’UCL un pôle d’Attraction interuniversitaire sur la littérature et les innovations médiatiques. Elle est depuis 2014 la présidente de l’association Charles Plisnier, qui promeut la création francophone.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540