Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Troisième partie. La dynamique églises/agriculture à l’épreuve des siècles

Le clergé des cathédrales anglaises et ses terres agricoles (1541-1840)

Jean Morrin

Texte intégral

1Au début du xvie siècle, la plupart des revenus de l’Église anglicane, de la monarchie et des collèges d’Oxford et de Cambridge provenaient de leurs propriétés foncières. De la Réforme au xixe siècle, l’Église anglicane continua de puiser l’essentiel de ses revenus de terrres agricoles, de bois, de propriétés urbaines et de dîmes : les évêques, les doyens et les chapitres vivaient de leurs domaines fonciers, le clergé paroissial de ses bénéfices (glebes). Cette communication s’attachera à la gestion des terres par le clergé des cathédrales, à partir de l’exemple des chapitres de Durham et de Saint-Paul de Londres.

  • 1 Les cathédrales de fondation ancienne étaient celles de York, Saint-Paul de Londres, Chichester, E (...)
  • 2 Par exemple, A.-H. Thompson (éd.), Statutes of the Cathedral Church of Durham, Surtees Society, CX (...)

2La gestion des terres agricoles dans les vingt-quatre cathédrales anglaises qui existaient au xvie siècle était loin d’être homogène. Certes, des similitudes existaient, comme par exemple l’interdiction pour les chapitres d’acheter ou de vendre les terres sans le consentement du souverain. Mais deux cas de figure doivent être soigneusement distingués : d’une part, les cathédrales de fondation ancienne, séculières dès avant la Réforme, à l’exemple de Saint-Paul ; d’autre part, les chapitres nouvellement créés par Henri VIII à la suite de la suppression des monastères, à l’exemple de Durham au nord-est de l’Angleterre1. À tous les chapitres des cathédrales de fondation nouvelle, le souverain avait imposé des statuts définissant revenus, dépenses et mode de gestion des domaines agricoles2. Les cathédrales de fondation ancienne conservèrent pour leur part leurs anciens usages coutumiers.

3La comparaison entre Durham et Saint-Paul, conduite en quatre temps, nous permettra d’apprécier combien la gestion des terres agricoles peut différer entre une cathédrale de fondation ancienne et une de fondation nouvelle. On mesurera d’abord l’impact de la politique religieuse d’Henri VIII à Saint-Paul et surtout à Durham où le roi fonda une cathédrale séculière en 1541. Au cours du siècle qui suivit, un système de gestion des terres agricoles fut peu à peu élaboré : le beneficial leasehold propre aux terres ecclésiastiques. On s’interrogera alors sur la diversité des statuts des tenanciers des cathédrales. Enfin, on verra comment les critiques formulées à partir du xixe siècle à l’encontre de la gestion des domaines fonciers des cathédrales conduisirent au Cathedral Act de 1840.

Cathédrales, Réforme et pouvoir royal au temps d’Henri VIII

  • 3 Statutes of Durham, 1-14.
  • 4 Statutes of Durham, 15-63.
  • 5 Statutes of Durham, 111, 117-9, 127.
  • 6 Statutes of Durham, 119-21.
  • 7 Parliamentary papers (PP) 1836, Reports XXXVI, Second Report of the Ecclesiastical Duties and Reve (...)
  • 8 R.-A. Lomas et A.-J. Piper (éd.), Durham Cathedral Priory Rentals, vol. 1, Bursars Rentals, Surtee (...)
  • 9 Statutes of Durham, 73-217.
  • 10 PP 1836, XXXVI, p. 8.

4En 1539, Henri VIII supprima le prieuré de Durham et, deux ans plus tard, créa une cathédrale séculière. Un doyen et un chapitre succédèrent au prieur et au clergé régulier même si, par la suite, le prieur devint doyen et quelques-uns des moines devinrent chanoines3. Le chapitre comprenait douze chanoines résidents. Henri VIII le dota de presque toutes les terres communautaires possédées par le ci-devant prieuré, dont les loyers continuèrent d’alimenter les fonds communs capitulaires destinés à la gestion de la cathédrale4. À titre de rémunération, le doyen et chaque chanoine recevaient un traitement et une partie de ces fonds communs : après le paiement de tous les frais de la cathédrale, le trésorier – un des chanoines – répartissait l’argent restant entre les chanoines qui remplissaient les exigences de résidence pendant l’année5. Les domaines agricoles de la cathédrale de Durham – pas moins de 30 000 hectares – se trouvaient dans les paroisses du comté de Durham ou du comté voisin de Northumberland, entre Durham et l’Écosse. Le doyen et chaque chanoine étaient aussi des prébendiers : chacun possédait un bénéfice individuel ou corps land, provenant du domaine féodal originel du prieuré (demesne land). Quand Henri VIII avait créé le nouveau chapitre, il avait partagé ce domaine féodal entre le nouveau doyen et les membres du chapitre. La prébende restait la possession personnelle du chanoine sa vie durant6. Néanmoins, les prébendiers devaient obtenir le consentement du chapitre pour louer leurs prébendes. Notons qu’à l’exception de Durham et Ely7, la possession de prébendes par les chanoines des cathédrales de fondation nouvelle était chose rare. Le doyen et le chapitre de Durham héritèrent également des tenanciers seigneuriaux du prieuré et de leurs loyers fixes. Avant 1539, ces derniers acquittaient des rentes seigneuriales fixes pour leurs fermes 8 et chaque ferme restait fréquemment dans la même famille pendant des générations. Ces continuités de part et d’autre de la Réforme n’empêchèrent pas un changement essentiel : l’uniformisation de la gestion de l’ensemble des terres. Dans les lettres patentes de fondation du chapitre de Durham, le souverain avait en effet statué sur l’administration des terres et des tenanciers hérités du prieuré9. Une telle homogénéité fait défaut aux cathédrales de fondation ancienne dont la gestion s’était élaborée sur près d’un millénaire sans grande intervention royale10.

  • 11 Priory Rentals, vol 1, p. 199-227.
  • 12 Statutes of Durham, 95-7, 167.
  • 13 The College, Durham. Records of the Dean and Chapter of Durham (DCD), Lease Registers (Reg) 1-112, (...)

5Le roi avait prescrit que le chapitre de Durham substituât au système féodal un mode de location où chaque ferme – de l’ordre de cinquante hectares – ne pouvait être louée qu’à un seul tenancier. Il n’en allait pas ainsi avant la Réforme : les moines du prieuré louaient leurs terres agricoles à des syndicats ou à des fermiers qui pratiquaient la sous-location11. Pour Henri VIII, le clergé de la cathédrale devait tirer profit de ses terres et en connaître ses locataires. Pour lutter contre les sous-locations, le roi défendit que le chapitre louât ses terres à des fermiers et qu’un homme riche en cumulât les baux12. Les contrats de location étaient établis par le chapitre réuni en assemblée, le receveur – un des chanoines – devant garder copie de tous les baux dans un registre ad hoc. Il enregistrait aussi les rentes dues, les paiements et les arrérages13.

  • 14 PP 1836, XXXVI, p. 25.
  • 15 David Johnson, « Estates and Income 1540-1714 », Derek Keene, Arthur Burns et Andrew Saint (éd.), (...)
  • 16 PP, 1836, XXXVI, 9 ; Church of England Record Centre (CERC), Survey books 1 and 2 (S1 and S2).
  • 17 Calendar of letters and Papers, Foreign and Domestic, Henry VIII 1540, 217, 1543, ii. 218, 1544, 1 (...)

6Pour le doyen et le chapitre de la cathédrale de Saint-Paul – une fondation ancienne – la Réforme eut des conséquences bien différentes. Depuis le viie siècle, ce chapitre était un organisme séculier, composé du doyen et des dignities (trois chanoines résidents). Chacun de ces quatre chanoines jouissait d’une prébende personnelle, d’un petit traitement fixe et d’une portion de la mense capitulaire provenant du revenu des terres et des bâtiments loués aux tenanciers : après avoir payé tous les frais de la cathédrale, le trésorier du chapitre partageait ce qui restait – à Saint-Paul comme à Durham – entre le doyen et les trois chanoines. Notons que la mense de Saint-Paul était inférieure à celle de Durham14. Le chapitre de Saint-Paul tirait ses revenus communs des propriétés urbaines de la Cité de Londres et de terres agricoles réparties dans les comtés avoisinant, surtout dans l’Essex et à l’embouchure nord de la Tamise. Le reste des terres agricoles communes se situait à Barnes dans le Surrey, à Caddington et Kensworth dans le Bedfordshire, à Charing et Throwley dans le Kent et à Lambourn dans le Berkshire15. En outre, 26 prébendiers, sans faire partie du chapitre ni résider à Saint-Paul, possédaient chacun une prébende personnelle. En échange de leurs prébendes, ils devaient seulement prononcer un sermon deux fois par an dans la cathédrale. Chacun des 30 prébendiers, dont les quatre membres du chapitre, louait sa prébende à des tenanciers qui devaient s’acquitter d’un loyer en nature ou en argent. Au début du xvie siècle, de nombreux tenanciers continuaient à verser des grains au clergé de Saint-Paul, dont les prébendes rapportaient bien davantage qu’à Durham16. La volonté du roi de se constituer de vastes chasses privées fut à l’origine du changement le plus important à Saint-Paul : Henri VIII s’empara des terres prébendales sises à Marylebone, Londres et Chingford dans l’Essex en les échangeant contre des terres monastiques confisquées dans les comtés d’Essex, Middlesex, Kent et Hertfordshire17. En revanche, la valeur cynégétique des terres de Durham, par trop éloignées de Londres, ne suscita pas la convoitise d’Henri VIII.

Un nouveau mode de location : le beneficial leasehold

  • 18 Statutes of Durham, 95-7. Les baux des maisons urbaines duraient quarante ans.
  • 19 W.-H.-D. Longstaffe (éd.), Durham Halmote rolls, vol. 1, Surtees Society, LXXXII, Durham, 1889, p. (...)
  • 20 Acts of the Privy Council 1575-7, pub. 1894, p. 140-2, 169-70. E. J. Morrin, Merrington : Land, La (...)
  • 21 DCD CA., 12 April 1626.

7Aucun problème significatif ne semble s’être posé lors de la Réforme entre le chapitre de Saint-Paul et ses tenanciers. En revanche, la situation fut beaucoup plus conflictuelle à Durham lors de la mise en œuvre des statuts voulus par le roi. Ceux-ci remplaçaient le système antérieur de baux – des loyers modestes, fixes et renouvelables de droit, contrepartie de la participation des tenanciers à la défense de la frontière contre les Écossais – par un contrat de vingt-et-un ans non automatiquement renouvelable18. L’augmentation de la population et la hausse des prix au cours du xvie siècle amplifièrent le mécontentement. En 1541, le roi s’attendait à ce que les revenus des loyers fixes suffisent au fonctionnement de la cathédrale et à la rétribution de son personnel : c’était sans compter sur les effets de l’inflation. Pour y répondre, le chapitre commença à exiger un paiement supplémentaire d’importance variable (fine ou gersum) chaque fois qu’il accordait ou renouvelait un contrat de bail à un tenancier. La plupart des tenanciers de Durham refusèrent d’accepter les nouveaux baux et de payer ces sommes supplémentaires. En conséquence, des conflits éclatèrent au xvie siècle entre le doyen, le chapitre et les tenanciers, alors même que le chapitre essayait de suivre les directives du souverain. Comme la plupart des tenanciers refusaient d’accepter de tels baux, les chanoines les remplacèrent par certains de leurs amis. Pour récupérer leurs fermes, les anciens locataires durent leur payer de fortes sommes19. Contre ces nouvelles pratiques, plusieurs tenanciers firent appel au Conseil privé de la reine Élizabeth dans les années 1570. Ils arguaient de leur obligation défensive face aux Écossais pour justifier leurs privilèges traditionnels et immémoriaux : le droit de louer les terres à loyer avantageux et d’en faire bénéficier leurs héritiers. Le Conseil privé tenta alors d’aboutir à un compromis : il suggéra que le chapitre demande à l’occasion des renouvellements des contrats un paiement supplémentaire fixe qui ne soit ni variable, ni arbitraire. En contrepartie, les locataires ne pourraient transmettre les baux qu’à leur famille la plus proche. Ce système de transmission limitée restreignait la possibilité de conserver les fermes au sein des mêmes familles et offrait au chapitre l’occasion de conclure de nouveaux contrats assortis d’un fine plus élevé. Ce compromis ne plut guère aux tenanciers qui entendaient conserver le droit de léguer leur ferme à qui bon leur semblait20. En 1626, les deux parties trouvèrent finalement un accord. Le chapitre proposait aux tenanciers des baux de vingt et un ans renouvelables au bout de sept ans moyennant un versement supplémentaire égal à la valeur annuelle de la ferme. Pourvu que les locataires s’acquittent des loyers fixes et paient les sommes d’argent tous les sept ans, le chapitre n’a jamais refusé de renouveler les baux21. Ce système de loyer utilisant des baux de vingt-et-un ans, renouvelables tous les sept ans, était donc favorable aux deux parties : sans avoir à se soucier du choix des tenanciers et de la gestion de chaque ferme, le chapitre était assuré d’un revenu régulier, il pouvait donc se consacrer pleinement à ses obligations religieuses tout en bénéficiant du prestige social lié à la possession du sol dans l’Angleterre de la première modernité ; quant aux tenanciers, ils avaient la possibilité de conserver leur ferme et pouvaient donc s’y investir avec l’assurance que leurs familles hériteraient du bail.

  • 22 Statutes of Durham, 91, 127. Par exemple, CC DCD MAN/4/30/16, MAN/4/33/10.
  • 23 Le fait que le chapitre de Durham n’ait plus de copyholders sur ses terres agricoles a également j (...)
  • 24 DCD Reg. 10, f° 417 sq ; Reg. 13, f° 133.

8Durant le premier siècle de son existence, le chapitre ne négligea pas l’exploitation de ses terres agricoles. On le voit fournir du bois aux tenanciers pour leur permettre de construire et de réparer leurs maisons et leurs granges. En tant que seigneur, il règle également l’usage des communaux dans les villages dépendant de lui22. Ce rôle cessa au xviie siècle en raison, notamment, de la clôture des champs capitulaires23. À partir de 1628, le chapitre permit à ses tenanciers de clore leurs terres. Ici, le mouvement des enclosures ne provoqua pas de problèmes graves : l’existence d’un seul grand propriétaire et la superficie globalement homogène des tenures 24 n’y furent pas étrangères.

  • 25 Calendar of State Papers Domestic (CSPD), 1649-50, 121 ; C.-H. Firth, R.-S. Rait (éd.), Acts and O (...)
  • 26 D. Johnson, art. cit., p. 309.

9Au xviie siècle, le clergé capitulaire fut confronté à l’épreuve de la guerre civile. Au Parlement, les presbytériens et les puritains en lutte contre Charles Ier étaient ouvertement hostiles aux évêques et au clergé des cathédrales. Après sa victoire sur Charles Ier, le Parlement supprima les uns et les autres. Ayant grand besoin d’argent, il vendit des terres ecclésiastiques. Pour ce faire, le Parlement fit procéder à un arpentage de toutes les fermes des cathédrales. À partir de 1649, des experts relevèrent la superficie de chaque ferme capitulaire, son contrat de location, le nom de son tenancier et la valeur de sa production agricole25. À Durham, 80 % des tenanciers capitulaires achetèrent leur ferme aux sale trustees de Londres afin de préserver leurs intérêts et ceux de leurs descendants, au prix de grandes difficultés financières car ils durent s’endetter pour procéder à l’achat. À Saint-Paul, 60 % des acheteurs étaient des tenanciers26.

  • 27 I.-M. Green, The Re-establishment of the Church in England 1660-3, Oxford, 1978, p. 61-79.
  • 28 DCD Renewals Book (RB) 1 and Contracts List, 1660-1730. RB2, 1660-1750. Church Commission (CC) DCD (...)
  • 29 DCD Valuations, Surveys and Terriers (SVT). D. Johnson, art. cit., p. 310.

10À la Restauration, Charles II restitua des biens ecclésiastiques, notamment des terres, aux évêques et aux chapitres rétablis (1660). Craignant les critiques après les événements des décennies 1640-166027, le clergé des cathédrales améliora la gestion de ses terres agricoles. À Durham, le receveur ouvrit un livre de biens qui recensait exactement en quoi consistait chaque propriété capitulaire, ferme ou propriété urbaine. Chaque fois que le chapitre renouvelait un bail, il enregistrait le nom du tenancier, la valeur de la ferme, la date et, pour la première fois, la somme de chaque supplément septennal. En effet, les fines étaient jusqu’alors considérés comme la propriété du doyen et du chapitre et n’apparaissaient pas dans les comptes. Nous disposons d’une remarquable série de registres (lease renewal books) de 1660 jusqu’au xixe siècle, nous permettant de connaître la situation de chaque ferme. Il en ressort que les profits capitulaires annuels sont restés stables de 1660 à 1740 avant d’augmenter fortement dans la deuxième moitié du xviiie siècle28. Au cours du xviiie siècle, des experts recensèrent toutes les terres et, pour la première fois, établirent des cartes pour toutes les paroisses où le chapitre de Durham possédait fermes ou maisons. Semblables améliorations s’observent également dans l’administration des domaines de la cathédrale Saint-Paul, au lendemain du Grand Incendie de 166629.

Les tenanciers des cathédrales : une grande diversité

  • 30 Voir par exemple, CC DCD 235424, f. 230A, f. 241, f. 250, f. 262.

11Le beneficial leasehold perdura jusqu’au xixe siècle. Après 1660, le chapitre de Durham réduisit ses dépenses d’investissement, par exemple en cessant de fournir du bois à ses tenanciers au motif que ceux-ci étaient responsables du bon entretien de leur exploitation agricole. Néanmoins, le chapitre veillait aux investissements productifs en ne majorant le versement supplémentaire septennal (fine) des tenanciers ayant amélioré leurs fermes que quelques années plus tard. Les archives capitulaires révèlent également que le chapitre avait l’habitude d’alléger le fine si le tenancier subissait des graves problèmes financiers ou personnels30 ; dans le cas où le tenancier n’arrivait pas à résoudre ses problèmes, il pouvait certes perdre son bail mais après avoir bénéficié d’un ou deux renouvellements à prix réduit. Ainsi, à Durham comme à Saint-Paul, les assemblées du chapitre furent le plus souvent consacrées à la gestion des terres.

  • 31 Guildhall Library (GL) MS 25730.
  • 32 GL, MS 25697, f. 221, 25730, f. 40. Jean Morrin, « Estates and Income 1714-2004 », Derek Keene, Ar (...)

12Si l’ensemble du clergé des cathédrales a usé du beneficial leasehold jusqu’au xixe siècle, des différences significatives subsistaient entre cathédrales de fondation ancienne et de fondation récente. Lors de sa fondation en 604, la cathédrale Saint-Paul avait reçu du souverain des propriétés urbaines et des terres agricoles comme celles de Tillingham dans l’Essex. Dès l’origine, le chapitre avait loué des parcelles de terre à des tenanciers ecclésiastiques en utilisant un système de rentes seigneuriales. Au lendemain de la Réforme, ces rentes féodales perduraient encore, aux côtés du beneficial leasehold, dans les comtés d’Essex, du Middlesex, du Hertfordshire, du Bedfordshire et du Surrey31. Contrairement à Durham, plusieurs systèmes coexistaient donc à Saint-Paul : le bail de vingt et un ans renouvelable tous les sept ans, majoritaire, mais également des baux à vie qui pouvaient durer jusqu’à trois générations. Dans ce dernier système, le revenu perçu par le chapitre était très irrégulier mais il était possible de compenser la longévité d’un tenancier par une forte augmentation du droit de renouvellement à la génération suivante. Le roi Charles Ier, avant la guerre civile, avait tenté d’interdire au clergé capitulaire de conclure des baux à vie mais le système perdura jusqu’à l’abolition des propriétés foncières des cathédrales au xixe siècle. Ces terres permettaient au chapitre de Saint-Paul d’entretenir, outre les quatre chanoines, d’autres ecclésiastiques et offi ciers laïcs ; alors qu’à Durham les employés de la cathédrale, ecclésiastiques et laïcs, étaient salariés, à partir des revenus communs, par le doyen et les douze chanoines32.

13Le profil sociologique des tenanciers ajoutait à la diversité des situations. À Durham, la plupart des tenanciers faisaient partie de la classe moyenne mais certains, au xviiie siècle, appartenaient à la gentry : c’est le cas, notamment, des ancêtres de sir Anthony Eden qui vivaient à Windlestone dans le comté de Durham. Par contre, à Saint-Paul, la plupart des tenanciers – voire des sous-locataires – faisaient partie de l’aristocratie (nobility).

  • 33 DCD Reg 1-112. St Paul’s Cathedral Library (SPCL), Chapter Minutes (CM), 16 Mar. 1853, GL, MS, 256 (...)
  • 34 Ainsi désigne-t-on les tenanciers dans le cadre du benefi cial leasehold (supra).
  • 35 Steve Hindle, « Persuasion and protest in the Caddington Common Enclosure Dispute 1635-9 », Past a (...)

14Aux xviiie et xixe siècles, le système féodal était encore perceptible sur les terres de Saint-Paul : les prébendiers étaient aussi seigneurs sur leurs prébendes. Dans ce système, le droit du tenancier sur sa ferme était enregistré par la cour de justice seigneuriale. Les tenanciers pouvaient justifier de leur propriété en montrant une copie manuscrite délivrée par cette cour, d’où le nom de copyholders donné à ceux-ci. Quand un copyholder mourait, son héritier devait se présenter devant la justice de son seigneur – le chapitre ou un prébendier – et payer une somme d’argent à un intendant pour faire valoir ses droits sur sa ferme. Les copyholders de Saint-Paul au xixe siècle comprenaient un comte, des entrepreneurs et un plombier33. La coexistence des bailleurs ecclésiastiques et des copyholders payant des rentes seigneuriales fut source de problèmes sur les domaines de Saint-Paul. Alors qu’à Durham la clôture des terres n’avait pas suscité d’oppositions, le chapitre de Saint-Paul connut dans les années 1630, dans son village de Caddington (comté de Hertfordshire) d’importants problèmes liés à la coexistence de deux systèmes de location : d’une part les tenanciers capitulaires, d’autre part les copyholders avec leurs droits féodaux. Le chapitre de Saint-Paul et les leaseholders 34 voulaient enclore les communs en dédommageant les copyholders en petites parcelles individuelles. Mais ces derniers refusèrent, préférant conserver leurs droits sur les communs, et il fallut attendre 1798 pour que le chapitre pût enclore les terrains communaux de Caddington35.

Critiques, débats et réforme (xviiie-xixe siècles)

  • 36 C. Clay, « The Greed of Whig Bishops Church Landlords and their Lessees 1660-1760 », Past and Pres (...)
  • 37 DCD SVT V A 4 A, P/76/4 Plan of Ferryhill, 1765.
  • 38 CC DCD 13637, 13638.
  • 39 J. Morrin, art. cit., p. 337-338.

15Dès le xviiie siècle, les contemporains comparèrent défavorablement le clergé des cathédrales aux propriétaires laïques36, et les historiens leur ont emboîté leur pas. L’un des arguments avancés est que les doyens et les chapitres se coupèrent progressivement de leurs exploitations agricoles et de leurs tenanciers. Ainsi la sous-location s’était-elle rapidement développée, probablement parce que bien des fils de tenanciers, préférant un emploi en ville à la gestion des terres, sous-louaient leur ferme ; il en découlait que les chapitres ne connaissaient plus personnellement les exploitants de leurs tenures. Avant la guerre civile, il n’y avait presque plus de sous-locataires à Ferryhill, dans le comté de Durham, mais en 1765 ceux-ci représentaient presque 90 % des tenanciers, à en croire l’arpentage du village37. De propriétaire actif, le clergé capitulaire s’était transformé en rentier ignorant de la réalité exacte des exploitations. Les tenanciers en profitèrent : quand le chapitre de Durham renouvela les baux au xviie et xviiie siècles, il utilisa pour le calcul des fines les valeurs sous-estimées qui lui avaient été déclarées. Ce fut seulement au xixe siècle que les experts employés par le chapitre de Durham purent procéder à une évaluation correcte avant de renouveler les baux38. Deux autres critiques furent adressées au clergé des cathédrales au début du xixe siècle : celle d’exiger des fines trop élevés mais aussi celle de ne pas profiter à plein de terres agricoles dont ils ne percevaient que tous les sept ans une somme en rapport avec leur valeur réelle. Les travaux des historiens suggèrent qu’au début du xixe siècle, le chapitre de Durham ne profitait que d’un quart de la vraie valeur de ses terres, alors que la proportion s’élevait à un tiers à Saint-Paul39.

  • 40 GL, MS 25729.
  • 41 DCD Reg. 23, ff. 15-6 ; 43, f. 323 ; 53, f. 117 ; 65, f. 163 ; CL 445/230440-1.

16En revanche, les clergés capitulaires de Durham et de Saint-Paul étaient plus avisés en d’autres domaines. Après 1831, le chapitre de Saint-Paul obtint du Parlement la permission de transformer les baux de vingt et un ans en baux de quatre-vingt-dix-neuf ans afin de permettre des constructions sur les terres concernées : ce fut pour lui l’occasion de grands profits40. De son côté, le chapitre de Durham s’intéressa de près, après 1790, au sous-sol de ses terres agricoles. Auparavant, il avait donné à ses tenanciers la permission d’extraire le charbon dans leurs fermes. À la fin du xviiie siècle, le chapitre se rendit compte de la valeur commerciale que représentait l’extraction du charbon. Il concéda alors aux compagnies d’extraction minière des baux d’autant plus rentables qu’ils pouvaient être augmentés chaque année41.

17Les nécessités financières de l’Église anglicane du xixe siècle rendirent plus criante la mauvaise gestion des terres agricoles des cathédrales. La population anglaise continuait à augmenter, notamment dans les villes industrielles du Nord comme Manchester, Leeds, Sheffield ou Bradford. La faible présence de l’Église anglicane y favorisait les succès des non-conformistes et notamment des méthodistes. Dans ce contexte, sous le gouvernement whig, les parlementaires débattirent de la réforme des cathédrales dans les années 1830. Au Parlement et au sein de l’Église anglicane, les réformateurs comme Charles Blomfield, évêque de Londres, jugeaient que le clergé capitulaire ne tirait pas suffisamment de profits de ses terres agricoles. Ils décidèrent alors de placer la gestion des terres sous la responsabilité d’experts et d’établir un nouveau système de loyers plus rentable. Le clergé était invité à se concentrer sur les seules activités spirituelles.

  • 42 CERC, S1-2, 4 ; S2, p. 401.
  • 43 CERC, S2, p. 401.

18Beaucoup de tenanciers capitulaires, y compris ceux de Durham, protestèrent contre ces changements, mais sans succès. Les commissions parlementaires reconnurent qu’à Durham les tenanciers avaient des droits importants sur leurs terres et qu’en général le chapitre gérait correctement ses terres. Néanmoins, le financement de l’Église anglicane appelait une réforme générale. Après dix années de débats et beaucoup de réunions de comités et de rapports parlementaires, la réforme des terres ecclésiastiques fut promulguée par le Cathedral Act de 1840 qui créa trois commissaires ecclésiastiques destinés à aider le clergé capitulaire dans la gestion de ses terres. Cette loi de 1840 abolit les prébendes personnelles des chanoines : à la mort d’un prébendier, sa prébende devenait propriété des commissaires ecclésiastiques. Dès lors, l’Église commença à salarier les chanoines. Les trois commissaires assistèrent également le clergé capitulaire dans la vente de la plupart de ses terres. Il fallait d’abord évaluer terres et bâtiments capitulaires, et les experts se heurtèrent à de grandes difficultés avec les prébendes des cathédrales de fondation ancienne où existaient non seulement des systèmes de location à bail mais aussi des copyholders. Les pires abus de gestion concernaient les prébendes personnelles des doyens et des prébendiers des cathédrales de fondation ancienne comme Cantlers, prébende de Saint-Paul située dans le Kentish Town à Londres : on y comptait toujours 150 copyholders en 1850 et le prébendier n’avait le plan d’aucune propriété42 ! Le comble avait été atteint lorsqu’en 1813 le prébendier Thomas Randolph avait échangé les deux tiers de sa prébende contre une rente annuelle versée par son sous-locataire, le marquis de Campden. En 1850, les experts de la compagnie Clutton déclarèrent que cette prébende aurait une valeur de 80 000 livres, à l’expiration des baux, mais que le chapitre n’en obtiendrait qu’un tiers. La compagnie Clutton ajouta que l’aliénation décidée en 1813 avait été une bien mauvaise décision. Le revenu de la plupart des prébendiers de Saint-Paul ne se montait qu’à un dixième de la valeur réelle de leurs prébendes43.

  • 44 Ecclesiastical Commissioners’ Act, 1868, 31 et 32 Vic., c. 114.
  • 45 Orders in Council, 10 December 1872, 9 August 1872.
  • 46 P. Mussett et P.-G. Woodward, Estates and money at Durham Cathedral 1660-1985, Cathedral Lecture, (...)

19Finalement, le gouvernement mit fin, par une série de lois, au système du beneficial leasehold. Un choix fut alors offert au clergé des cathédrales : celui de recevoir une somme d’argent annuelle ou celui de conserver quelques-unes de leurs terres, mais à condition de fixer des loyers rentables44. En 1872, le clergé de Durham choisit de reprendre possession d’une partie de ses terres, à commencer par celles qui étaient riches en charbon. Le clergé de Saint-Paul, quant à lui, préféra le paiement annuel, réserve faite de la propriété de Tillingham, dans le comté d’Essex, possédée depuis l’an 604 et toujours détenue aujourd’hui par le doyen et le chapitre45. Les chapitres qui avaient choisi de conserver des terres souffrirent de la crise agricole touchant l’Angleterre à la fin du xixe siècle mais n’en furent pas moins bénéficiaires sur le long terme. Quant aux autres, qui avaient choisi d’être payés en argent liquide, ils furent confrontés à un autre problème : la somme annuelle allouée par le gouvernement ne tenait pas compte de l’inflation. Par conséquent, le clergé capitulaire de Saint-Paul dut chercher des fonds privés dès la fin du xixe siècle ; encore aujourd’hui, la visite de la plupart des cathédrales d’Angleterre est payante. Quant à la cathédrale de Durham, ses terres agricoles et ses maisons urbaines lui fournissent, aujourd’hui encore, pas loin de la moitié de ses revenus46.

Notes

1 Les cathédrales de fondation ancienne étaient celles de York, Saint-Paul de Londres, Chichester, Exeter, Hereford, Lichfield, Lincoln, Salisbury, Wells et Windsor ; les cathédrales de fondation nouvelle étaient celles de Canterbury, Durham, Winchester, Bristol, Carlisle, Chester, Ely, Gloucester, Norwich, Oxford, Peterborough, Rochester, Worcester et Westminster.

2 Par exemple, A.-H. Thompson (éd.), Statutes of the Cathedral Church of Durham, Surtees Society, CXLIII, London, 1929, p. 97. Ce volume contient les Lettres patentes du roi Henri VIII fondant le chapitre, dotant la cathédrale et ses règles de gestion.

3 Statutes of Durham, 1-14.

4 Statutes of Durham, 15-63.

5 Statutes of Durham, 111, 117-9, 127.

6 Statutes of Durham, 119-21.

7 Parliamentary papers (PP) 1836, Reports XXXVI, Second Report of the Ecclesiastical Duties and Revenues Commission, p. 9.

8 R.-A. Lomas et A.-J. Piper (éd.), Durham Cathedral Priory Rentals, vol. 1, Bursars Rentals, Surtees Society, CXCVIII, 1989, p. 175-182, 215-7.

9 Statutes of Durham, 73-217.

10 PP 1836, XXXVI, p. 8.

11 Priory Rentals, vol 1, p. 199-227.

12 Statutes of Durham, 95-7, 167.

13 The College, Durham. Records of the Dean and Chapter of Durham (DCD), Lease Registers (Reg) 1-112, Statutes of Durham, 119, 123, 127, DCD, Chapter Acts.

14 PP 1836, XXXVI, p. 25.

15 David Johnson, « Estates and Income 1540-1714 », Derek Keene, Arthur Burns et Andrew Saint (éd.), St Paul’s. The Cathedral Church of London 604-2004, Yale UP, 2004, p. 305.

16 PP, 1836, XXXVI, 9 ; Church of England Record Centre (CERC), Survey books 1 and 2 (S1 and S2).

17 Calendar of letters and Papers, Foreign and Domestic, Henry VIII 1540, 217, 1543, ii. 218, 1544, 1. 495 ; Johnson, art. cit., p. 305.

18 Statutes of Durham, 95-7. Les baux des maisons urbaines duraient quarante ans.

19 W.-H.-D. Longstaffe (éd.), Durham Halmote rolls, vol. 1, Surtees Society, LXXXII, Durham, 1889, p. 189-250. D. Marcombe, The Dean and Chapter of Durham 1558-1603, Durham University, PhD. thesis, 1973, p. 141-142.

20 Acts of the Privy Council 1575-7, pub. 1894, p. 140-2, 169-70. E. J. Morrin, Merrington : Land, Landlord and Tenants 1541-1840, unpub. Ph.D., thesis, Durham Univ. 1997, 44-71 ; Marcombe, Thesis, 146-53. DCD CA., 21 November 1622.

21 DCD CA., 12 April 1626.

22 Statutes of Durham, 91, 127. Par exemple, CC DCD MAN/4/30/16, MAN/4/33/10.

23 Le fait que le chapitre de Durham n’ait plus de copyholders sur ses terres agricoles a également joué un rôle.

24 DCD Reg. 10, f° 417 sq ; Reg. 13, f° 133.

25 Calendar of State Papers Domestic (CSPD), 1649-50, 121 ; C.-H. Firth, R.-S. Rait (éd.), Acts and Ordinances of the Interregnum, 3 vol. (1911), II 81-104 ; the National Archives, Public Record Office, C54. Le grand intérêt de ces archives pour l’historien n’est plus à démontrer.

26 D. Johnson, art. cit., p. 309.

27 I.-M. Green, The Re-establishment of the Church in England 1660-3, Oxford, 1978, p. 61-79.

28 DCD Renewals Book (RB) 1 and Contracts List, 1660-1730. RB2, 1660-1750. Church Commission (CC) DCD RB 3, 1660-1770, RB 4, 1750-99, Notitia Book (NB) 1, (CC 167098) Durham, 1793-1870, NB 3, (CC 167101) Baux des mines, 1793-1870.

29 DCD Valuations, Surveys and Terriers (SVT). D. Johnson, art. cit., p. 310.

30 Voir par exemple, CC DCD 235424, f. 230A, f. 241, f. 250, f. 262.

31 Guildhall Library (GL) MS 25730.

32 GL, MS 25697, f. 221, 25730, f. 40. Jean Morrin, « Estates and Income 1714-2004 », Derek Keene, Arthur Burns and Andrew Saint (éd.), St Paul’s. The Cathedral Church of London 604-2004, op. cit., p. 335, 338. CERC, S.2, p. 485. Statutes of Durham, 157.

33 DCD Reg 1-112. St Paul’s Cathedral Library (SPCL), Chapter Minutes (CM), 16 Mar. 1853, GL, MS, 25647.

34 Ainsi désigne-t-on les tenanciers dans le cadre du benefi cial leasehold (supra).

35 Steve Hindle, « Persuasion and protest in the Caddington Common Enclosure Dispute 1635-9 », Past and Present, 158, 1998, p. 37-78.

36 C. Clay, « The Greed of Whig Bishops Church Landlords and their Lessees 1660-1760 », Past and Present, 87, 1980, p. 156. C. Hill, Economic Problems of the Church, Oxford, 1956, p. 11 ; M.-J. Tillbrook, Aspects of Government and Society of County Durham, 1558-1642, unpublished Liverpool University Ph. D, thesis, 1981, p. 7 ; J. Spearman, Enquiry into the Ancient and Present State of the County Palatine of Durham (1729), Durham, 1729, p. 117 ; P. Collinson, « The Protestant Cathedral », P. Collinson, N. Ramsay et M. Sparks (dir.), A History of Canterbury Cathedral, Oxford, 1996, p. 198 et 203. J. C. D. Clark, English Society 1688-1832, Cambridge, 1985, p. 136 et 302.

37 DCD SVT V A 4 A, P/76/4 Plan of Ferryhill, 1765.

38 CC DCD 13637, 13638.

39 J. Morrin, art. cit., p. 337-338.

40 GL, MS 25729.

41 DCD Reg. 23, ff. 15-6 ; 43, f. 323 ; 53, f. 117 ; 65, f. 163 ; CL 445/230440-1.

42 CERC, S1-2, 4 ; S2, p. 401.

43 CERC, S2, p. 401.

44 Ecclesiastical Commissioners’ Act, 1868, 31 et 32 Vic., c. 114.

45 Orders in Council, 10 December 1872, 9 August 1872.

46 P. Mussett et P.-G. Woodward, Estates and money at Durham Cathedral 1660-1985, Cathedral Lecture, 1988, p. 18.

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540