Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour un récit transnational

 | 
Yolaine Parisot
, 
Charline Pluvinet

Première partie. Phénoménologie de l'événement, fictions du présentisme

La constellation romanesque d’Octobre 1970. L’engagement de la littérature dans l’Histoire1

Andrée Mercier

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier Marion Kühn, chercheuse postdoctorale au Centre de recherche interuniversitai (...)
  • 2 Hamelin L., La Constellation du lynx, Montréal, Éditions du Boréal, 2010.
  • 3 Beauchemin Y., L’Enfirouapé, Montréal, Éditions La Presse, 1977 (1974). Beaulieu V.-L., Un rêve qu (...)

1Publié en 2010, le roman de l’écrivain québécois Louis Hamelin intitulé La Constellation du lynx2 peut sembler se situer à la limite de la notion d’histoire immédiate et du rapport de proximité avec l’événement qu’une telle notion désigne. En effet, quarante années séparent ce que l’on appelle la crise d’Octobre 1970 de la parution de ce roman. Cependant, le caractère encore aujourd’hui nébuleux d’une partie des événements (dont les circonstances entourant la mort d’un otage enlevé par le Front de libération du Québec), la possibilité qu’a eue l’écrivain de rencontrer certains témoins et acteurs de cet épisode, la portée politique du récit, son organisation narrative et, plus largement, sa posture esthétique, associent La Constellation du lynx à une histoire du temps présent. Par ailleurs, la crise d’Octobre ayant inspiré plusieurs fictions, le roman de Louis Hamelin s’inscrit dans un ensemble qui permet d’envisager à distance variable le traitement littéraire des événements et, ainsi, de mieux mettre en lumière les spécificités et les tensions proprement contemporaines du rapport entre littérature et Histoire à l’œuvre dans ce roman. Dans le cadre de mon étude, je convoquerai donc également les fictions suivantes : Un rêve québécois de Victor-Lévy Beaulieu et L’Enfirouapé d’Yves Beauchemin, parues respectivement en 1972 et en 1974, c’est-à-dire peu après les troubles, de même que Le Coup de poing de Louis Caron et Un dernier blues pour Octobre de Pierre Turgeon, toutes deux publiées en 1990, plus exactement l’année marquant le vingtième anniversaire de la crise d’Octobre3. Si La Constellation du lynx restera au cœur de ma réflexion, les autres romans m’aideront à montrer comment l’appropriation des événements d’Octobre 1970 s’accentue au fil du temps dans les fictions, c’est-à-dire comment les récits semblent de plus en plus soucieux d’évoquer et de comprendre cet épisode de l’histoire du Québec, mais aussi comment cette appropriation progressive pose le problème de l’engagement idéologique et le risque du roman à thèse.

*

  • 4 Cet extrait est tiré du livre de Fournier Louis, F.L.Q. Histoire d’un mouvement clandestin, Montré (...)
  • 5 Sur les critères ayant servi à établir une première liste de citoyens à arrêter et à emprisonner, (...)
  • 6 Jacques Pelletier inclut les élections municipales du 25 octobre à Montréal dans la crise d’Octobr (...)

2Commençons par une présentation de ce que l’historiographie québécoise nomme communément la Crise d’Octobre 1970. L’expression désigne une brève série d’événements qui s’amorce, en date du 5 octobre, par l’enlèvement de James Richard Cross, attaché commercial du Haut-Commissariat de la Grande-Bretagne à Montréal, par le F.L.Q., c’est-à-dire le Front de libération du Québec, mouvement révolutionnaire qui, comme le précisera son premier communiqué, est « composé de volontaires prêts à mourir pour la cause de l’indépendance politique et économique du Québec4 ». Cet enlèvement sera suivi le 10 octobre par celui de Pierre Laporte, ministre du Travail et de l’Immigration, membre du Parti libéral alors à la tête du gouvernement provincial. À ces enlèvements, il faut ajouter la promulgation, le 16 octobre, de la Loi sur les mesures de guerre et l’occupation par l’Armée canadienne du territoire québécois. Cette loi ayant pour effet de suspendre les droits civils, elle mènera à l’arrestation de plus de cinq cents personnes soupçonnées d’appartenir au F.L.Q. ou d’être simplement liées à des mouvements dits d’extrême gauche5. La crise culminera le 17 octobre, lorsque le corps de Pierre Laporte sera retrouvé dans le coffre d’une voiture abandonnée et sa mort revendiquée par le F.L.Q. Quelques semaines plus tard, le premier otage sera libéré, moyennant l’obtention pour ses ravisseurs de sauf-conduits pour Cuba, alors que les autres felquistes ayant enlevé le ministre Laporte seront retrouvés peu de temps après et arrêtés. La crise elle-même aura duré quelques jours6, l’ensemble des événements – du premier enlèvement jusqu’au retrait de l’Armée canadienne – couvrant une période d’environ trois mois.

  • 7 En effet, le F.L.Q. cessera ses activités en 1972 (Fournier L., op. cit., p. 439).
  • 8 Par exemple les dernières années ont vu paraître les romans suivants : 21 jours en octobre de Maga (...)
  • 9 Le titre du roman évoque donc la situation du personnage principal Maurice Ferland. En effet, le m (...)

3Cette crise qui, comme le souligne Jacques Pelletier, aura finalement sonné le glas du terrorisme au Québec7, suscitera bon nombre de réactions mais aussi de textes, qu’il s’agisse de textes d’intervention politique, de témoignage, d’analyse ou de textes littéraires. Ces derniers, dont à ma connaissance la liste exhaustive n’a pas été faite et continue d’ailleurs de s’enrichir8, portent de façon plus ou moins directe sur la crise et lui accordent une importance très variable. On constate, par exemple, que le roman Un rêve québécois de Victor-Lévy Beaulieu ne fait qu’évoquer l’occupation de la ville de Montréal par les forces de l’ordre, alors que le protagoniste entend le bruit des sirènes de police et des hélicoptères mais ignore tout de ce qui a lieu à l’extérieur de sa maison, pendant qu’il se livre au meurtre sordide et sans doute fantasmé de sa femme. Dans L’Enfirouapé d’Yves Beauchemin, la crise d’Octobre inspire beaucoup plus explicitement une partie de la trame narrative, alors que le personnage principal décide de prendre en otage un député véreux à cause de qui il a dû subir injustement une peine de prison9. Pourtant, si L’Enfirouapé semble reprendre certains faits connus (la Loi sur les mesures de guerre, l’envoi de communiqués, la lettre que l’otage écrira au Premier ministre à la demande de ses ravisseurs, certaines des conditions exigées pour qu’il soit relâché dont la somme de cinq cent mille dollars et la libération de prisonniers politiques), les événements qui tournent autour de la prise d’otage n’occupent que la dernière moitié du récit et un seul des kidnappeurs endosse véritablement les traits d’un révolutionnaire, les autres se retrouvant dans l’aventure pour toutes sortes de raisons sauf politiques.

  • 10 Baril G., « L’immonde comme dessein, mobile et délit d’écriture », Voix et Images, vol. 26, no 1 ( (...)

4En fait, en regard des romans parus à plus grande distance des événements, ce qui frappe à la lecture de ces deux fictions, c’est l’absence de représentation de la crise elle-même. En effet, même si Un rêve québécois est dédié à la mère de deux felquistes, les frères Paul et Jacques Rose, et se déroule au moment de la crise d’Octobre, même s’il prend acte de la sédition et de la mort du ministre Pierre Laporte en mettant en scène le délire et la violence sacrificielle d’un homme aliéné et dépossédé, ce roman reste profondément métaphorique, non seulement d’une situation sociopolitique, mais comme l’a bien montré Geneviève Baril10, de la défaillance du langage et de l’écriture. L’Œuvre impossible qu’exprime avec une rare violence Un rêve québécois, c’est bien sûr ce qui mettrait fin à l’aliénation nationale mais aussi à l’impuissance de l’écrivain, figure qui hante les récits de Victor-Lévy Beaulieu. Quant à L’Enfirouapé, s’il puise davantage aux événements mêmes de la crise d’Octobre, il les situe toutefois en 1974, soit quatre ans après les faits. On ne saurait pourtant dire qu’il ne fait là que prendre une certaine liberté romanesque en repoussant quelque peu la période évoquée, puisque sa diégèse couvre également l’automne 1970 et signale de façon très indirecte la crise réelle. En effet, à ce moment du récit, le héros, condamné pour vol, rencontrera en prison un jeune homme arrêté, semble-t-il, pour des activités terroristes. C’est dire que la trame narrative de L’Enfirouapé occulte la véritable crise d’Octobre pour en inventer une autre, aux contours d’ailleurs éminemment burlesques.

  • 11 Pour une étude comparée de ces deux romans, on peut également lire l’étude d’Ollier Elsa, « Octobr (...)
  • 12 Si L’Enfirouapé dure aussi quelques années, les événements qu’il présente ne portent pas sur l’éve (...)

5En comparaison à ces deux romans parus peu après la double prise d’otage du F.L.Q., Le Coup de poing de Louis Caron et Un dernier blues pour Octobre de Pierre Turgeon offrent un traitement beaucoup plus réaliste des événements11. Nulle dimension métaphorique ou humoristique ne vient mettre à distance les faits historiques survenus il y a vingt ans. On constate également que les protagonistes sont des membres actifs du F.L.Q., contrairement aux héros – ou, plus justement, aux antihéros – des romans précédents, qui étaient plutôt empêtrés dans leur malheur personnel qu’engagés dans l’action révolutionnaire ou la réflexion politique. Le lecteur peut ainsi suivre de l’intérieur les aléas des acteurs des cellules terroristes. En dépit des changements de noms apportés aux felquistes, l’organisation est, quant à elle, désignée par son nom véritable (alors qu’elle n’était pas nommée dans les autres romans). Par ailleurs, si l’amplitude temporelle des romans varie, les deux sont construits de façon à inscrire la crise dans la durée, plus exactement de façon à appréhender les causes de cet événement. Dans Un dernier blues pour Octobre, l’histoire commence en juin 1968 et permet de rapporter dans quelles circonstances certains membres du F.L.Q. se sont rencontrés et en sont venus à opter pour l’action terroriste. Dans Le Coup de poing, la durée se limite à quelques jours du mois d’octobre 1970, mais de nombreux retours en arrière racontent le passé des personnages. Qu’il s’agisse de la répression policière ou des inégalités sociales et économiques, les origines de la prise de conscience de ces jeunes révolutionnaires se voient accorder autant d’importance dans la trame narrative que la crise elle-même12. Les deux romans s’arrêtent cependant avec l’arrestation des protagonistes, sans aller au-delà de la crise. C’est dire que les retombées de l’événement ne sont pas envisagées.

  • 13 Comme le souligne Daniel Madalénat : « Les personnages fictifs, ou peu connus, donc malléables, oc (...)
  • 14 Dans une chronique qu’il consacre aux romans de Caron et de Turgeon, Pierre Hébert considère toute (...)
  • 15 En ce sens, Le Coup de poing ne montre pas les événements constitutifs de la crise d’Octobre, mais (...)
  • 16 On peut lire à ce sujet l’article du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec qui revient sur (...)
  • 17 C’est notamment le cas d’Érick Falardeau dans l’étude déjà mentionnée ou de Jonassaint Jean, « Deu (...)
  • 18 La critique de Jean-François Chassay se montre particulièrement dure à l’endroit des deux romans, (...)

6Alors qu’Un dernier blues pour Octobre suit fidèlement la chronologie des faits et, contrairement aux usages du roman historique, présente fort peu de personnages entièrement fictifs13 (mis à part un policier, membre de la Brigade antiterroriste), Le Coup de poing va beaucoup plus loin dans la fiction, n’hésitant pas à inventer une cellule felquiste et une tentative d’enlèvement qui aurait précédé l’entrée en action des cellules responsables des deux autres prises d’otage14. Le roman s’en tient d’ailleurs à ces protagonistes fictifs et à leur tentative d’échapper à la police, les coups d’éclat des cellules réelles étant signalés par la narration mais sans jamais être montrés dans la diégèse15. Pourtant, malgré leurs différences, l’un et l’autre roman se verront reprocher leur manque de distance historique et critique. Dans le cas d’Un dernier blues pour Octobre, une part de la réception critique considérera que le récit tient davantage du documentaire que du roman16, sans pour cela faire preuve d’objectivité, car si le personnage du policier inventé permet de varier le point de vue sur les événements, ce dernier montre malgré tout une certaine sympathie pour la cause défendue par les felquistes et les autres militants indépendantistes. Dans le cas du Coup de poing, des critiques déploreront de même « l’implication affective et idéologique de l’auteur » qui serait trop évidente17. En somme, les deux récits seraient tombés dans le piège du roman didactique sinon pamphlétaire en cherchant trop ouvertement à expliquer la colère et la révolte des jeunes felquistes18.

7Publié quarante ans après les faits, La Constellation du lynx se montre-t-il aussi clairement orienté ? Ce qui frappe à la lecture du roman, c’est d’abord sa complexité et son ampleur. Ce roman de près de six cents pages, dont la trame temporelle couvre presque sept décennies (de 1943 à la fin des années 2000), déconstruit plutôt qu’il ne remonte la chronologie des événements et présente un grand nombre et une grande variété de personnages (felquistes et sympathisants, politiciens, policiers, militaires, avocats, étudiants, écrivains, artistes de variétés et même le fantôme de l’otage décédé). Alors que les romans précédents permettaient de reconstituer les causes de la crise, et plus exactement le parcours des jeunes révolutionnaires, La Constellation du lynx suit au fil de ses chapitres un mouvement oscillatoire incessant créant de multiples ruptures. Même si plusieurs chapitres portent un titre qui permet de savoir à quel moment l’action se situe, le récit passe d’une époque à une autre, et d’un personnage à l’autre, sans prendre soin d’organiser le tout sous forme d’analepses et de prolepses au sein d’une intrigue. En effet, pour déterminer de possibles retours en arrière et des anticipations, il faudrait pour cela que le lecteur puisse établir quelle est au juste la trame temporelle de base, ses bornes initiale et finale, et dès lors le cœur de l’histoire. Or, bien que le personnage de Samuel Nihilo, aspirant écrivain qui enquête sur la crise d’Octobre, assume un rôle important dans le récit, l’investigation à laquelle il se livre depuis qu’il a hérité des archives d’un ancien professeur décédé en 1999 ne forme pas cette base diégétique. On ne saurait dire non plus que les quelques jours de la crise d’Octobre ou que les années d’activité du F.L.Q. jouent ce rôle. En fait, tous les événements, qu’ils se passent en 1943, en 1975 ou en 2000, semblent relever d’une seule et même trame dont le défi consiste, pour le lecteur, à en reconstituer l’ordre et les intrications. La courte chronologie de la crise d’Octobre fournie par le paratexte au tout début du roman offre donc sur ce point une aide bien relative.

  • 19 Plus exactement au chapitre intitulé « Saint-Colomban, juin 1970, autour du solstice », in Hamelin(...)
  • 20 On le retrouve dans trois chapitres : « Jean-Claude s’en va-t-à Québec (automne 1973) », ibid., p. (...)

8À cette complexité temporelle qui, on s’en doute, ne facilite pas la saisie du système des personnages et des actions, s’ajoutent les fluctuations de la narration, parfois impersonnelle et omnisciente, parfois confiée à un personnage, à certains moments simultanée, à d’autres, ultérieure aux faits racontés, quelquefois prenant même la forme de dialogues. Ces variations ne renvoient pas à une hiérarchie des personnages et des discours : on ne saurait affirmer, par exemple, que la narration omnisciente prend en charge le récit et qu’elle délègue la parole aux autres narrateurs, ni que les modes de narration alternent selon des principes facilement identifiables. Le changement de mode de narration peut marquer le passage à un nouveau chapitre, comme il peut opérer par glissement au cours d’un même chapitre, un « je » prenant tout à coup la parole ou encore la perdant pour redevenir simple personnage au sortir ou à l’entrée d’un paragraphe. Quant aux narrateurs « je », ce sont des personnages dont l’importance se montre extrêmement variable : ils vont par exemple de Samuel Nihilo, dont l’enquête occupe une part significative dans l’histoire, à un policier non identifié impatient de se livrer à la perquisition d’un chalet et dont ce sera la seule occurrence dans le récit19, en passant par quelques apparitions d’un député d’arrière-ban qui enregistre son monologue alors qu’il conduit sur l’autoroute le menant à la ville de Québec20.

  • 21 Extraits de la « Note de l’auteur », ibid., p. 593.

9En regard des romans Le Coup de poing et Un dernier blues pour Octobre qui offraient une reconstitution et, surtout, une interprétation assez claire de la crise d’Octobre, La Constellation du lynx exige du lecteur un travail considérable, ne serait-ce que pour rétablir la chronologie des événements et saisir le rôle des différents acteurs. La multiplicité des voix et des points de vue va bien au-delà de ceux des felquistes comme c’était le cas dans les deux romans précédents, et si certains épisodes portent sur des événements pouvant expliquer leur engagement révolutionnaire, le récit ne se limite absolument pas à cette dimension. Militaires et policiers sont aussi mis en scène et, contrairement au policier de la brigade antiterroriste du roman de Pierre Turgeon, ils n’éprouvent aucune sympathie pour les felquistes ou le mouvement indépendantiste en général. Pourtant, malgré sa complexité, le roman de Louis Hamelin prend parti, et ne s’en cache d’ailleurs pas dans la « Note de l’auteur » qui clôt le livre. Ce parti n’est pas celui des felquistes, mais celui de la fiction comme « instrument d’investigation historique » devant « la façade pleine de trous d’une version officielle qui ne tient pas debout21 ».

  • 22 Mentionnons par exemple l’article de Lapointe Josée, « La Crise d’Octobre selon Louis Hamelin », L (...)
  • 23 Hamelin L., op. cit., p. 580-581.
  • 24 Ibid., p. 555.
  • 25 Comme le montre l’extrait suivant, le monologue est clairement adressé : « Les événements de cet a (...)

10Lors des nombreuses entrevues qu’il a accordées suite à la parution de son roman22, Louis Hamelin a eu l’occasion de préciser en quoi consistaient ces nombreux « trous » dans la façade de la version officielle de la crise d’Octobre, aussi bien dans celle des felquistes qui n’ont jamais raconté les circonstances exactes de la mort de leur otage (volontaire ou accidentelle ?), que dans celle des principaux acteurs politiques, policiers et militaires qui sont intervenus pendant la crise et même avant, lors d’opérations d’enquête et de surveillance du F.L.Q., mouvement actif depuis 1963. Dans le roman, par l’intermédiaire du personnage de Samuel Nihilo et des recherches qu’il mène sur les événements, que ce soit à partir d’archives et de rencontres de témoins, des hypothèses prendront forme pour redonner à l’histoire sa cohérence, notamment sur l’infiltration du F.L.Q. par des agents doubles ou la décision par les pouvoirs politiques de sacrifier ni plus ni moins la vie du ministre pris en otage, de façon à discréditer le F.L.Q. et toutes velléités indépendantistes, mais aussi à se débarrasser d’un homme ayant frayé avec la mafia. Or si Samuel Nihilo ne parvient pas à prouver ses hypothèses mais seulement à les formuler, la mise en récit travaille quant à elle fort habilement à les démontrer, entre autres par le jeu des modes de narration. En effet, nombre de chapitres indépendants de la trame de l’enquête de Nihilo mettent précisément en scène des opérations policières ou des manœuvres politiques qui confirment les conclusions de l’écrivain enquêteur. C’est le cas, par exemple, du court chapitre intitulé « 140, rue Collins23 » qui présente en narration omnisciente l’installation d’équipements par des policiers de la Gendarmerie royale du Canada dans la maison où sera gardé en otage le ministre, scène qui intervient quelques pages après que l’hypothèse d’une ligne téléphonique sur écoute est avancée par Samuel Nihilo24. La construction du récit fait donc en sorte que la conviction de l’écrivain enquêteur soit ultimement partagée par le lecteur, puisque la narration omnisciente, on le sait, dispose d’une autorité importante. D’autres chapitres, qui prennent la forme de confessions enregistrées d’un député du Parti libéral, confirment les manigances politiques ayant mené en quelque sorte à l’abandon du ministre à ses ravisseurs. Ces enregistrements qui semblent s’adresser directement au lecteur25 et auxquels Samuel Nihilo n’a pas accès sont dotés dans la fiction du statut de document dont la vérité paraît indiscutable.

  • 26 Rappelons la définition du roman à thèse fournie par Susan Rubin Suleiman dans l’introduction de s (...)
  • 27 Hamelin L., op. cit., p. 127.
  • 28 Ibid., p. 128.

11Est-ce à dire, pour autant, que La Constellation du lynx logerait, tout comme Le Coup de poing et Un dernier blues pour Octobre, à l’enseigne du roman à thèse ? Autrement dit que l’éloignement temporel et le développement d’un savoir critique sur les événements d’Octobre s’accompagneraient inévitablement du désir d’atteindre une certaine vérité et de l’enseigner sous couvert de la fiction26 ? Ce serait négliger le dispositif du roman de Louis Hamelin qui n’en fait pas un récit autoritaire mais un lieu de tensions et un espace de déchiffrement. S’il est vrai que le roman use de stratégies narratives pour confirmer les hypothèses avancées par Samuel Nihilo, il est aussi vrai que les résultats de l’enquête – et d’ailleurs l’enquête elle-même – ne prennent jamais la forme d’une intrigue au sens où l’entend Paul Ricœur. Ils sont livrés dans un désordre complexe, difficile à reconfigurer, et soumis à une variété de points de vue jamais prise en charge par une instance dont l’autorité dominerait l’ensemble du récit. C’est dire que l’accompagnement ferme auquel recourt le roman à thèse pour guider son lecteur vers la bonne interprétation ne se retrouve pas ici. Par ailleurs, la figure de l’enquête, souvent convoquée par la littérature contemporaine pour faire se rencontrer le processus d’investigation policier, historique et plus largement herméneutique, sert à mettre en scène le travail de recherche mais aussi les limites de l’investigation. Surtout, elle donne lieu à des exercices de méthode qui invitent le lecteur à soumettre tout texte à un nécessaire déchiffrement. Une scène du roman est particulièrement révélatrice. On y voit à l’œuvre l’ancien professeur de littérature de Samuel Nihilo qui, dans les années 1980, tentait déjà avec ses étudiants d’en apprendre davantage sur les dessous de la crise d’Octobre. Leur présentant un article de journal daté du 25 novembre 1970 qu’il soupçonne de se livrer à une forme de désinformation, le professeur montre à ses étudiants l’intérêt de recourir à l’analyse littéraire pour en saisir les possibles intentions et effets : qui parle ? Quel est le point de vue ? Que sait-on des personnages ? À qui s’adresse le texte ? Et d’ajouter : « Nous sommes des gens de lettres. Notre vocation est de déchiffrer27. » Si Samuel Nihilo retient cette leçon de son professeur quand, des années plus tard, il examine à son tour différentes pièces du dossier, le lecteur serait bien avisé de se dire qu’il doit en faire autant avec le roman qu’il est en train de lire. Quel en est le sous-texte ? À quelles stratégies répond-il ? Si La Constellation du lynx entend bien formuler des hypothèses et profiter de la fiction pour combler les failles d’un récit officiel, il prend soin aussi de problématiser sa propre démarche. « Lisons comme si nous devions désamorcer une bombe, en opposant l’intelligence à l’intelligence28 » conseillait le professeur à ses étudiants. La mise en garde ne concerne pas que l’échantillon de prose codée, mais tout texte qui recourt à une rhétorique de la fiction incluant bien sûr le roman lui-même.

12Que peut nous apprendre la constellation romanesque d’Octobre 1970 sur les rapports entre littérature et Histoire, plus exactement sur les façons dont la littérature peut se saisir d’une histoire proche ? En quoi le roman La Constellation du lynx peut-il prétendre interroger ce rapport en regard de romans dont la proximité temporelle avec les événements évoqués est plus grande ? Tenant compte des limites d’un corpus qui présente une partie seulement des textes de fiction inspirés par la crise d’Octobre, certaines observations peuvent néanmoins être faites. On ne s’étonnera sans doute pas que les romans parus peu après les événements, tel L’Enfirouapé, ou même écrits pendant qu’ils se déroulaient, comme c’est le cas d’Un rêve québécois, n’offrent pas une représentation aussi réaliste que celle proposée par des fictions qui ont pu disposer d’un peu de recul, de même que d’informations et d’analyses plus nombreuses. La dimension allégorique ou burlesque permettrait ainsi une saisie plus libre et malgré tout distanciée des événements, autant qu’elle traduirait l’intensité d’une expérience collective encore très vive. Explorée sous un mode tragique ou comique, la violence est très présente dans les deux romans, de même que le sentiment de dépossession ressenti par les personnages. Nous sommes dans un registre dominé par l’excès et le pathos. Si la distance relative dont les romans suivants ont profité a pu contribuer à un traitement plus réaliste des événements et à une configuration clairement soumise à une logique de causalité, elle semble aussi en avoir modifié la charge affective canalisée cette fois dans un discours idéologique plus orienté et dans la dimension héroïque des personnages. La figure de l’Histoire est d’ailleurs très présente dans Le Coup de poing et Un dernier blues pour Octobre, comme si la fiction se montrait à la fois instrument d’affirmation de la valeur historique de la crise et mise à distance du discours historique. De fait, bien que les récits n’envisagent pas directement les retombées sociales ou politiques des actions puisqu’ils se concluent par l’arrestation des felquistes, et bien que les romanciers prennent soin de dissocier leur vérité de celle des historiens dans un avertissement ou un avant-propos initial, la volonté des protagonistes de changer le cours de l’histoire de même que l’évocation au fil de la fiction d’autres faits historiques s’étant produits ailleurs dans le monde à la même époque donnent clairement aux événements une portée temporelle et collective beaucoup plus large.

*

13Dans une note qui clôt le roman, l’auteur de La Constellation du lynx revendique lui aussi les propriétés herméneutiques de l’imagination romanesque, mais refusant les précautions de ses prédécesseurs, il situe bel et bien la fiction sur le terrain de l’investigation historique plutôt que sur celui de la vérité littéraire. En cela, il définit autrement le rapport entre littérature et Histoire qui me paraît plus caractéristique d’une posture esthétique contemporaine. Amenant franchement la littérature sur le terrain de l’Histoire, La Constellation du lynx en fait jouer plusieurs facettes. Bien sûr, le roman revendique les facultés de la fiction à éclairer le réel en puisant aux ressources de la vraisemblance plutôt que de la vérité démontrable. Mais il va beaucoup plus loin en se servant de la fiction pour en montrer le pouvoir persuasif et, ce faisant, problématiser ce pouvoir. Dès lors, si La Constellation du lynx contribue certainement à affirmer la valeur historique de la crise d’Octobre et à poursuivre son appropriation littéraire comme l’ont fait les romans qui l’ont précédé, il s’en distingue en interrogeant la crise d’Octobre comme Histoire et comme fiction. En cela, il traduit bien la posture de la littérature contemporaine face à l’histoire immédiate dont le rôle serait moins d’offrir des récits vraisemblables d’événements qui « feront date », que de montrer comment le réel et la fiction s’entrelacent et doivent être déchiffrés.

Notes

1 Je tiens à remercier Marion Kühn, chercheuse postdoctorale au Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises à l’université Laval, dont la réflexion sur La Constellation du lynx de Louis Hamelin a nourri ma lecture du roman. On peut se référer à son article : Kühn M., « Le roman historique au présent. La mise en scène de l’enquête historique dans La Constellation du lynx de Louis Hamelin et Les Fossoyeurs d’André Lamontagne », Québec Studies (Special Issue : « Memory, Sexuality and the Transnational : New Quebec Scholars Writing across Disciplines »), hiver 2013, p. 67-84.

2 Hamelin L., La Constellation du lynx, Montréal, Éditions du Boréal, 2010.

3 Beauchemin Y., L’Enfirouapé, Montréal, Éditions La Presse, 1977 (1974). Beaulieu V.-L., Un rêve québécois, Montréal-Nord, VLB Éditeur, 1977 (1972). Caron L., Le Coup de poing (Les Fils de la liberté, III), Montréal, Éditions du Boréal, coll. « Boréal Compact », 2005 (1990). Turgeon P., Un dernier blues pour Octobre, Montréal, Éditions Libre expression, 1990.

4 Cet extrait est tiré du livre de Fournier Louis, F.L.Q. Histoire d’un mouvement clandestin, Montréal, Éd. Québec/Amérique, 1982, p. 13. Ce communiqué revendiquait le triple attentat à la bombe incendiaire contre trois casernes de l’Armée canadienne dans la nuit du 7 au 8 mars 1963. Comme le précise Louis Fournier, il s’agit là de « l’acte de naissance du Front de libération du Québec » (ibid.).

5 Sur les critères ayant servi à établir une première liste de citoyens à arrêter et à emprisonner, on peut consulter le livre de Louis Fournier qui cite à la page 327 le rapport d’enquête de Me Jean-François Duchaîne, Rapport sur les Événements d’octobre 1970, gouvernement du Québec, ministère de la Justice, 1981.

6 Jacques Pelletier inclut les élections municipales du 25 octobre à Montréal dans la crise d’Octobre puisque celles-ci se dérouleront « dans un climat de peur et d’hystérie » (Pelletier J., Le Poids de l’histoire. Littérature, idéologies, société du Québec moderne, Québec, Nuit blanche éditeur, coll. « Essais critiques », 1995, p. 142), ce qui n’est pas le cas de Louis Fournier qui s’en tient strictement aux actions du F.L.Q.

7 En effet, le F.L.Q. cessera ses activités en 1972 (Fournier L., op. cit., p. 439).

8 Par exemple les dernières années ont vu paraître les romans suivants : 21 jours en octobre de Magali Favre (Montréal, éd. Boréal, coll. « Boréal inter », 2010), Mesures de guerre d’André Marois (Montréal, éd. Boréal, coll. « Boréal junior », 2010) et La Nuit des cent pas de Josée Ouimet (Montréal, éd. Hurtubise, coll. « Atout. Histoire », 2009).

9 Le titre du roman évoque donc la situation du personnage principal Maurice Ferland. En effet, le mot « enfirouapé » qui, au Québec, constitue plutôt un verbe ou un adjectif qu’un substantif comme le propose le titre du roman de Beauchemin, renvoie à l’action de tromper : « enfirouaper quelqu’un », c’est le duper et profiter de sa naïveté, « être enfirouapé », c’est donc être victime de manigances ou de duperies.

10 Baril G., « L’immonde comme dessein, mobile et délit d’écriture », Voix et Images, vol. 26, no 1 (76), 2000, p. 40-59, en ligne, [http://id.erudit.org/iderudit/201517ar], consulté le 13 juin 2013.

11 Pour une étude comparée de ces deux romans, on peut également lire l’étude d’Ollier Elsa, « Octobre 1970 : une histoire à raconter. Un événement à s’approprier ? », L. Hotte (dir.), (Se) raconter des histoires. Histoire et histoires dans les littératures francophones du Canada, Sudbury, Éditions Prise de parole, 2010, p. 577-595.

12 Si L’Enfirouapé dure aussi quelques années, les événements qu’il présente ne portent pas sur l’éventuelle prise de conscience politique du protagoniste Maurice Ferland. Le lecteur peut constater que le personnage est victime d’une certaine aliénation socioéconomique, mais le roman ne fait pas de Maurice Ferland un révolutionnaire. Sa prise de conscience est relative et ses actions vouées essentiellement à une vengeance personnelle à l’endroit du député qui a abusé de sa naïveté.

13 Comme le souligne Daniel Madalénat : « Les personnages fictifs, ou peu connus, donc malléables, occupent le premier plan ; en général – avec des exceptions notables, comme le Cinq-Mars de Vigny, ou les biographies et mémoires romancés – les figures historiques, à l’arrière-plan, restent discrètes » (Madalénat D., « Roman historique », J. P. de Beaumarchais, D. Couty et A. Rey [dir.], Dictionnaire des littératures de langue française, vol. 3, nouvelle édition mise à jour et enrichie, Paris, Bordas, 1994, p. 21-40).

14 Dans une chronique qu’il consacre aux romans de Caron et de Turgeon, Pierre Hébert considère toutefois que le roman Un dernier blues pour Octobre use davantage de la fiction que Le Coup de poing, dans la mesure où il met en scène les événements d’Octobre 1970 et intègre ainsi l’Histoire au romanesque, alors que le roman de Caron se rabat sur le discours du narrateur pour dire les événements plutôt que de les montrer. Hébert P., « Histoires d’enlèvements », Voix et Images, vol. 16, no 3 (48), 1991, p. 539-545, en ligne, [http://id.erudit.org/iderudit/200930ar], consulté le 20 mars 2014.

15 En ce sens, Le Coup de poing ne montre pas les événements constitutifs de la crise d’Octobre, mais se limite à les évoquer (voir, sur ce point, l’article du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec : Falardeau É., « Le coup de poing, roman de Louis Caron », A. Boivin [dir.], Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, tome VIII : 1986-1990, Montréal, Éd. Fides, 2011, p. 191-192). Néanmoins, en regard d’Un rêve québécois et de L’Enfirouapé, il porte directement sur cet épisode historique.

16 On peut lire à ce sujet l’article du Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec qui revient sur la réception critique du roman. Lizotte A., « Un dernier blues pour Octobre, roman de Pierre Turgeon », A. Boivin (dir.), Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec, tome VIII : 1986-1990, op. cit., p. 907-908.

17 C’est notamment le cas d’Érick Falardeau dans l’étude déjà mentionnée ou de Jonassaint Jean, « Deux portraits du Québec », Lettres québécoises : la revue de l’actualité littéraire, no 61, printemps 1991, p. 19-20, qui qualifie le roman de « trop didactique ».

18 La critique de Jean-François Chassay se montre particulièrement dure à l’endroit des deux romans, regrettant que « la Crise d’Octobre ne réussi[sse] pas à devenir romanesque » et que les romans se confinent « au mauvais pamphlet ». Chassay J.-F., « Redondances », Spirale, n o 103, février 1991, p. 22. Il faut tout de même préciser que tous ne partagent pas cette opinion et que l’on trouve également des recensions positives, parfois même enthousiastes.

19 Plus exactement au chapitre intitulé « Saint-Colomban, juin 1970, autour du solstice », in Hamelin L., op. cit., p. 173.

20 On le retrouve dans trois chapitres : « Jean-Claude s’en va-t-à Québec (automne 1973) », ibid., p. 113 ; « Jean-Claude s’en va-t-à Québec (la suite) », ibid., p. 284 ; et « L’Aigle Fin ou Jici à Québec, enfin », ibid., p. 476.

21 Extraits de la « Note de l’auteur », ibid., p. 593.

22 Mentionnons par exemple l’article de Lapointe Josée, « La Crise d’Octobre selon Louis Hamelin », La Presse.ca, 24 septembre 2010, en ligne, [http://www.lapresse.ca/arts/livres/201009/23/01-4326016-la-crise-doctobre-selon-louis-hamelin.php], consulté le 1er avril 2014 ; ou encore la chronique de Barbe Jean, « Le roman dont il est le héraut », Canoë.ca, 21 septembre 2010, en ligne, [http://fr.canoe.ca/divertissement/livres/nouvelles/2010/09/21/15422681-ca.html], consulté le 1er avril 2014.

23 Hamelin L., op. cit., p. 580-581.

24 Ibid., p. 555.

25 Comme le montre l’extrait suivant, le monologue est clairement adressé : « Les événements de cet automne-là et certains détails en particulier reviennent me hanter, et aussitôt que tout recommence à s’embrouiller, là-dedans, je sors ma petite enregistreuse et je l’approche de ma bouche et c’est là que j’essaie de vous imaginer. Vous êtes là-bas quelque part dans le futur et toute cette histoire, en supposant même qu’elle puisse jamais vous intéresser, doit vous paraître épouvantablement compliquée » (ibid., p. 284).

26 Rappelons la définition du roman à thèse fournie par Susan Rubin Suleiman dans l’introduction de son ouvrage Le roman à thèse ou l’autorité fictive : « Je définis comme roman à thèse un roman “réaliste” (fondé sur une esthétique du vraisemblable et de la représentation) qui se signale au lecteur principalement comme porteur d’un enseignement, tendant à démontrer la vérité d’une doctrine politique, philosophique, scientifique ou religieuse » (Suleiman S. R., Le roman à thèse ou l’autorité fictive, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Écriture », 1983, p. 14).

27 Hamelin L., op. cit., p. 127.

28 Ibid., p. 128.

Auteur

Professeure titulaire au département des littératures à l’université Laval à Québec et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), qu’elle a dirigé de 2009 à 2013 (et de 2008 à 2013 pour le site université Laval). Avec l’équipe « Poétiques et esthétiques du contemporain » subventionnée par le FRQ-SC, elle travaille à un livre sur la construction du contemporain au Québec et en France, ainsi qu’à la question de la porosité des pratiques narratives actuelles dans la littérature québécoise. Elle s’intéresse plus particulièrement aux questions d’autorité narrative, de vraisemblance et de narration problématique, de même qu’au motif de la quête dans le roman contemporain.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540