Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Troisième partie. La dynamique églises/agriculture à l’épreuve des siècles

Confréries et économie rurale dans l’Ouest lorrain (xive-xviiie siècle)

Frédéric Schwindt

Texte intégral

  • 1 Gabriel Le Bras, « Esquisse d’une histoire des confréries », Études de sociologie religieuse, Pari (...)
  • 2 Notion largement débattue aujourd’hui par la sociologie religieuse américaine : Frédéric Schwindt, (...)
  • 3 Pour cette communication, nous avons choisi de privilégier l’aspect financier.

1Largement étudiées depuis les travaux novateurs du doyen Le Bras dans les années 19401, les confréries sont surtout connues pour leur fonction religieuse et pour avoir diffusé de nouvelles formes de piété : le Rosaire par exemple à partir du xve siècle ou plus tard les grandes dévotions tridentines. Elles ont été, avec les missions, une des armes favorites de la Réforme catholique dans son dessein de changer les comportements religieux et moraux. Mais la recherche s’est moins interrogée sur la raison de l’engouement des foules et sur la multiplicité des motivations. En effet, le simple fait de créer une association ou les phénomènes de mode ne sont pas suffisants, à moins de croire sur parole les témoignages laudatifs des clercs et d’admettre que les individus de l’Ancien Régime, dénués de libre arbitre, étaient incapables de choisir2. Cette interrogation conduit directement à s’intéresser à l’intendance des confréries, d’autant que les sources disponibles sont le plus souvent, malgré leur aridité, de nature économique3.

  • 4 Voir la carte en annexe 1.
  • 5 Qui se poursuit à un rythme encore plus élevé à l’époque contemporaine : 1 500 confréries depuis 1 (...)

2Entre la fin du Moyen Âge et l’époque moderne, plus de 1 000 associations pieuses ont existé dans la partie occidentale de l’espace lorrain (essentiellement le diocèse de Verdun et l’ouest de celui de Toul, soit environ 500 paroisses qui formeront en 1790 le département de la Meuse4). Les exemples qui seront développés ici ne sont donc que quelques cas d’espèce à l’intérieur d’un phénomène massif5. Celui-ci est surtout urbain jusqu’au xvie siècle, il se diffuse dans les campagnes au xviie siècle – malgré la guerre de Trente Ans terrible en Lorraine – et devient massivement rural à partir des années 1670-1680 lorsque commence la reconstruction.

  • 6 Stefano Simiz, Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Villeneuve d’Asq, Presses (...)
  • 7 Guy Cabourdin, Terres et Hommes de Lorraine (1555-1635), 2 vol., Nancy, Presses universitaires de (...)

3Si les confréries sont nombreuses en ville, il n’existe le plus souvent qu’une seule compagnie au village, dotée d’une multitude de fonctions. Lorsque la mode change, on se contente en général de rebaptiser l’ancienne association sans fonder un nouvel organisme. Quelles que soient les dédicaces, les associations adoptent d’ailleurs assez vite une structure et un fonctionnement identiques, voire la même vie religieuse interne. Ce point fait débat entre les spécialistes d’histoire religieuse, lesquels considèrent que chaque dénomination (Rosaire, Saint-Sacrement, Sacré-Cœur…) correspond à un projet précis, et les spécialistes d’histoire économique et sociale qui, eux, s’intéressent à la manière dont les populations s’approprient les organisations. En revanche, on tend moins aujourd’hui à séparer les différentes sortes de confréries – purement religieuses, professionnelles, charitables – tant elles participent toutes d’un même mouvement6. Enfin, il faut souligner la constante faiblesse, déjà mentionnée en son temps par Guy Cabourdin7, de la fabrique dans les campagnes lorraines. Lorsqu’elle existe, elle est soit faiblement dotée en terre, soit ruinée par les guerres. D’ailleurs, les habitants préfèrent donner des terres aux confréries car ce patrimoine risquerait d’être assez vite mangé par les charges courantes des fabriques.

4Tout ceci explique pourquoi les compagnies dévotes ont joué à deux reprises un grand rôle, tant matériel que religieux, dans les reconstructions qui ont suivi les guerres de Cent Ans et de Trente Ans.

Confréries et reconstructions après la guerre de Cent Ans

5Au cours des deux derniers siècles du Moyen Âge, les confréries sont encore des organismes urbains, rares, prestigieux, élitistes et riches.

Une large assise terrienne et financière

  • 8 Voir le tableau en annexe 2.

6La confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt, dans le pays de Fernand Braudel, est une association de clercs qui a accumulé entre 1416, date à laquelle elle apparaît dans les archives, et 1540, 23 hectares de terres et de prés, une douzaine de maisons au sein de la zone d’influence de la ville et plus tard de 55 maisons à Gondrecourt même (soit 20 % de l’immobilier local) et près de 200 contrats8. Elle jouit ainsi d’une imposante puissance financière et bénéficie à plein de l’âge d’or de la Lorraine qui dure jusqu’aux années 1620. Autres exemples, la confrérie des Trépassés de Saint-Mihiel possédait 7 hectares en 1523, la société Notre-Dame d’Ourches, un petit village près de Vaucouleurs, autant en 1549 et la compagnie Saint-Roch de Troyon, localité de la vallée de la Meuse, près de 12.

  • 9 Cette chronologie des fondations est proche de celle trouvée en Limousin pour les fondations de ch (...)

7Ces associations se sont encore enrichies par la fondation de chapelles largement dotées à la fin du Moyen Âge, les exemples les plus connus étant ceux de Saint-Mihiel (la capitale seconde du duché de Bar), de Verdun mais aussi de Marville, une cité du nord meusien alors sous influence espagnole9. À l’époque du duc René II, certains officiers ou de riches marchands utilisent même la fondation de chapelles, dont ils se réservent l’administration, comme un moyen d’évasion fiscale. En tout cas, celles-ci servent à compléter l’assise politique et économique de familles en train de s’élever.

Une adhésion guidée par l’intérêt économique

  • 10 Arch. dép. de la Meuse, 8 E 4.

8L’entrée dans une confrérie relève donc parfois d’un intérêt bien peu spirituel, surtout lorsque les membres donnent des terres qui sont aussitôt louées à d’autres adhérents. À Gondrecourt, au xvie siècle, il n’y a qu’une dizaine de membres cooptés10. À l’occasion du repas annuel de l’association, le past, les terres de la compagnie sont mises aux enchères pour un bail de trois années au profit unique des confrères qui se cautionnent d’ailleurs mutuellement. Lorsque, par hasard, une personnalité extérieure est autorisée à faire une proposition, il s’agit toujours d’un parent qui sera agrégé à l’association dans les jours suivants. De la même manière, les constitutions de rentes qui se multiplient à partir du xvie siècle profitent avant tout aux adhérents.

La place dans la reconstruction : des prés aux prêts

  • 11 Alain Girardot, Le droit et la terre : le Verdunois à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Nancy, Presses (...)
  • 12 Par exemple à Belleville en 1493 et à Ippecourt en 1511.

9Une des caractéristiques qui peut expliquer le succès précoce des confréries est le poids des communautés d’habitants, aspect sur lequel Alain Girardot a fortement insisté dans son étude circonscrite au Verdunois11. Les empiétements sur les droits seigneuriaux, la multiplication des fours individuels, l’intervention grandissante des communautés dans les adjudications ou leur rôle dans la reconstruction des églises vont de pair avec une place accrue des confréries dans le secteur économique et la fondation de riches chapelles12.

10Les confréries semblent avoir intensifié leur rôle économique pour pallier la défaillance d’autres acteurs financiers. Déjà mise à mal par le déplacement vers l’est des grandes routes commerciales, la bourgeoisie verdunoise, contrairement à celle de Metz, manque sa reconversion foncière. De même, la disparition des banquiers juifs ou lombards, à la fin du xive siècle, a créé une situation de vide alors que les Lombards captaient l’essentiel du crédit rural à court terme. Or, les sources, particulièrement riches pour la cité de Saint-Mihiel, montrent l’influence de plus en plus importante des confréries dans ce domaine. Les associations du Verdunois s’introduisent elles aussi activement sur ce marché. Avant 1382, elles semblaient totalement absentes alors qu’elles interviennent dans le tiers des opérations observables de 1450 à 1499.

11Au xvie siècle, la société Notre-Dame des Pelletiers de Marville détient quant à elle des biens sous forme de fiefs. Les confréries, ou au moins une partie d’entre elles, ont accumulé les possessions dans les deux derniers siècles du Moyen Âge, ce qui en fait une des rares institutions à disposer d’argent frais. Le souci des maîtres de bien gérer les revenus de leurs associations respectives les conduit vers les prêts à intérêt, c’est-à-dire à jouer concrètement le rôle d’une banque. La multiplication de ce type d’échange, à la fin du xve siècle, est d’ailleurs totalement coordonnée avec la reprise économique et le début de la reconstruction. Tardive en Verdunois, celle-ci ne débute effectivement que vers 1480.

12L’élevage est un autre secteur d’implication des confréries. Elles cherchent à se constituer des gagnages en acquérant les éléments nécessaires parcelle par parcelle. Dans le pays de Saint-Mihiel, 36 des 37 achats de terre par les confréries dans la première moitié du xve siècle concernent des prés, ce qui s’explique par l’essor local de l’élevage. Malgré le dépeuplement, les négociants n’hésitent pas à mener très loin leurs troupeaux pour les engraisser. Or, la plupart des achats fonciers conservés pour les bourgeois et les confréries de Saint-Mihiel, entre 1350 et 1450, portent sur des prairies qui sont là aussi accensées prioritairement à leurs propres membres.

  • 13 Arch. dép. de la Meuse, 8 E 7, 11, 12.

13Cette envergure économique débouche déjà sur des formes de crédit rural dans une société où dominent les petits propriétaires. Les laboureurs sont plus nombreux que les manouvriers malgré une accélération de la concentration des terres après 1400. Tout ceci concorde avec la possibilité pour eux de léguer des prés aux institutions religieuses et aux confréries. Mais l’endettement des exploitants explique aussi la confiscation de leurs biens au profit des associations créancières. La confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt entre ainsi dans un cercle vertueux d’enrichissement au début du xve siècle13. Elle dispose très tôt de larges excédents financiers qu’elle réinvestit sous forme de prêts dans les villages voisins. Les débiteurs ne pouvant rembourser voient leurs terres ou leur maisons saisies, ce qui arrondit progressivement le patrimoine de l’association, donc ses revenus futurs et par voie de conséquence sa capacité bancaire.

  • 14 Alain Girardot, Le droit et la terre …, op. cit., p. 805.

14Les confréries ont enfin la maîtrise d’équipements et de banalités : une partie, souvent essentielle, de la reconstruction a été laissée à des personnes morales, confréries ou « corporations », ou aux rares individus assurés ou presque du lendemain, les officiers14. Ayant accumulé des capitaux importants, les fraternités peuvent, en effet, plus facilement se projeter dans l’avenir. Faute d’autres preneurs, les fraternités et leurs capitaux investissent le terrain de la reconstruction. En 1477, les corvisiers d’Arrancy rebâtissent le pilant à écorces du village. Au début du xvie siècle, les drapiers de Verdun transforment le moulin à papier de la ville en foulon. Quant aux pelletiers de Marville, on peut supposer que les fiefs qu’ils tiennent du seigneur de Cons consistent en banalités ou en équipements de ce genre. D’ailleurs, une compagnie de Dun-sur-Meuse détenait aussi un four banal.

Confréries et reconstructions après la guerre de Trente ans

Anciennes et nouvelles confréries

15Rappelons tout d’abord que l’époque est marquée par un grand flux de fondations occasionné par la diffusion massive des confréries dans les campagnes. Les anciennes compagnies sont relancées et des centaines de nouvelles érigées (350 au xviie et autant au xviiie siècle) mais avec la tendance nouvelle, notamment après 1650, de créer des confréries « à dévotion », c’est-à-dire sans patrimoine.

16Si au début du xviie siècle, on donne encore des terres – prés plus qu’emblavures du reste – au milieu du siècle, il s’agit plutôt d’argent réuni à la suite d’un « tour de table ». Et à la fin du siècle, la confrérie doit vivre non de ses rentes mais des cotisations de ses adhérents. L’évolution financière des compagnies est ainsi fortement contrastée. Les anciennes organisations, une fois reconstituée leur économie interne un temps désorganisée par le conflit, entrent à partir de 1680 dans une phase de croissance de leurs revenus alors que ceux des nouvelles stagnent.

La croissance des revenus

  • 15 Environ 4,5 % à la fin du xviiie siècle.

17Les biens fonciers recommencent à rapporter 15 à la fin du xviie siècle d’autant que ce patrimoine s’est arrondi des confiscations effectuées chez les débiteurs défaillants. Chaque année, les comptes rendus mentionnent des excédents qui vont croissant. Les recettes augmentent alors que les dépenses stagnent voire diminuent.

18Au même moment, dans plusieurs dizaines de confréries, on observe une politique de gestion qui consiste à comprimer les dépenses, notamment les dépenses religieuses, afin de dégager au maximum des marges qui sont alors constituées à des particuliers sous forme de rentes à 5 % ou transférées aux autorités municipales pour financer leurs dépenses.

Évolution des recettes des confréries en indice (1620-1790).

Évolution des recettes des confréries en indice (1620-1790).

19Ces prêts d’argent augmentent à leur tour, de manière cumulative, à la fois l’épargne et les revenus des confréries. En un siècle, de 1687 à 1786, le seul capital mobilier de la confrérie de Gondrecourt décuple en passant de 1 500 à 15 000 livres, ce qui correspond alors à 700 % du revenu annuel. Saint-Éloi de Saint-Mihiel détient même un capital supérieur à 26 000 livres.

  • 16 Frédéric Schwindt, La communauté et la foi – Confréries et société à l’ouest de l’espace lorrain ((...)

20Au moment de la Révolution, une évaluation de la fortune des confréries dans le département de la Meuse est possible et elle serait d’un peu moins de 1 500 000 Livres pour un revenu annuel de 60 000 livres soit 4 %16. Les registres de vente des biens nationaux mentionnent les « folles enchères » qui ont suivi l’adjudication du patrimoine des confréries. Les biens fonciers ont été adjugés en moyenne à 150 % de l’évaluation initiale, une inflation supérieure à celle qui a concerné les autres biens nationaux. Le désir de les acquérir devait donc être grand. Rappelons que, contrairement à l’ouest de la France, 50 % des acquisitions ont été réalisées en Lorraine par des paysans.

La variation annuelle des dépenses de la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt (en moyennes mobiles sur 5 ans, 1684-1789).

La variation annuelle des dépenses de la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt (en moyennes mobiles sur 5 ans, 1684-1789).

Comparaison des recettes et du capital mobilier de la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt (1631-1786).

Comparaison des recettes et du capital mobilier de la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt (1631-1786).

La confrérie au village

21Lors de la reconstruction qui s’étale grosso modo de 1680 à 1730 et pendant le reste du xviiie siècle, les confréries, outre leurs classiques fonctions religieuses et sociales, développent leur rôle de soutien économique.

Un agent économique majeur

  • 17 En Lorraine, ensemble de biens fonciers dont le curé avait la jouissance.

22La confrérie villageoise est un agent économique majeur et parfois le plus gros propriétaire terrien. Dans les secteurs de Saint-Mihiel et de Montmédy, en 1789, la moyenne de son patrimoine foncier dépassait 5 hectares contre 2 ou 3 dans les régions de Bar, Vaucouleurs ou Commercy et 2 seulement dans le Verdunois. Mais si on retire les associations récentes mal dotées, certaines compagnies peuvent alors être assimilées à des « coqs de village ». Non loin de là, dans la plaine thermale des Vosges, 5 ou 6 ha. faisaient le bonheur d’une famille de laboureurs. On comprend l’intérêt pour les curés de mettre la main sur ce patrimoine qui, joint à celui de la fabrique et de leur propre bouvrot17, pouvait constituer un beau domaine à exploiter.

23Parfois, les prés des confréries, au sens des herbages, sont même plus importants en superficie que les communaux ; leur mise aux enchères tous les trois ans est donc un moment crucial de la vie du village. Les administrateurs sont d’ailleurs fort avisés : ils gèrent la confrérie comme leurs propres biens, en échangeant telle ou telle parcelle contre une autre afin d’optimiser le patrimoine et de créer des complémentarités. La confrérie des Trépassés de Saint-Mihiel possède ainsi, en 1523, des prés dans les méandres de la Meuse – les meilleurs endroits – des emblavures dans les trois soles, des jardins et des vergers autour de la ville et des étangs dans la plaine de la Woëvre (là où se trouve aujourd’hui le lac de Madine).

Les possessions de la confrérie des Trépassés de Saint-Mihiel en 1523.

Les possessions de la confrérie des Trépassés de Saint-Mihiel en 1523.

Sources : A.M. Saint-Mihiel GG 7.

Le rôle financier

24Tous les fonds notariés n’ont pas été conservés et toutes les constitutions de rentes n’étaient pas, pour une raison de coût, enregistrées au contrôle des actes. Néanmoins, au cœur du xviiie siècle, les confréries sont à l’origine de 4 à 8 % des actes passés devant le notariat du marquisat de Stainville et même jusqu’à 20 % pour les seules constitutions de rente.

25Au sein de la douzaine de villages qui forment le marquisat puis duché-pairie de Stainville, les seules associations religieuses produisent alors de 300 à 400 contrats par décennie pour un montant moyen qui passe de 150 à 200 livres.

26Mais dans certains endroits, une confrérie, à l’exemple de celle de Gondrecourt, arrive à monopoliser les prêts au sein d’une vaste zone d’influence.

27Il est d’ailleurs possible, malgré les lacunes, de dessiner une carte des zones de prêts des confréries à l’échelle du futur département de la Meuse.

La part des confréries dans le notariat du marquisat de Stainville au xviiie siècle.

La part des confréries dans le notariat du marquisat de Stainville au xviiie siècle.

28Un sondage a été réalisé dans le contrôle des actes au moyen de 5 coupes chronologiques réparties de 1700 à 1780. Douze bureaux du contrôle des actes ont été choisis sur le territoire (soit un tiers d’entre eux). Cette enquête a révélé que, de manière récurrente, les mêmes associations étaient à l’origine des prêts. Ainsi, la congrégation des cryptes de saint Vincent, à la cathédrale de Verdun, est pratiquement la seule association de la ville épiscopale à apparaître dans le notariat alors que la cité regorge d’organisations pieuses. Un examen plus approfondi a montré que la compagnie était une des pièces maîtresses du système local de crédit. En effet, cette société de prêtres habitués, qui mutualisait les ressources d’un certain nombre de chapelles de la cathédrale, disposait de fonds très importants. Les habitants des villages où le chapitre cathédral détenait des droits ou des biens venaient demander des prêts et ils étaient orientés par les chanoines vers la confrérie en question.

29Lorsqu’elles existent, les archives révolutionnaires donnent la liste des constitutions de rente que les associations détenaient au moment de leur disparition. Là où les documents ont été conservés et quand le nom et le village de résidence de l’emprunteur sont notés, il est possible de dessiner les espaces géographiques au sein desquels les confréries prêtaient de l’argent. Les fonds de la série Q sont abondants mais inégaux pour l’ancien diocèse de Verdun. Un tel traitement n’est donc possible que dans trois secteurs du nord-meusien : le Clermontois, le pays d’Etain et le territoire de Montmédy. En revanche, le sud meusien est mieux loti puisque l’on peut couvrir les trois cinquièmes de la région et même déduire certaines zones d’influence en négatif. Néanmoins, des lacunes importantes subsistent autour de villes comme Bar, Verdun, Stenay ou Vaucouleurs pour lesquelles les sources manquent complètement.

Constitutions de rentes en faveur des confréries et des fabriques (d’après les archives du notariat du marquisat puis du duché-pairie de Stainville 1670-1799).

Constitutions de rentes en faveur des confréries et des fabriques (d’après les archives du notariat du marquisat puis du duché-pairie de Stainville 1670-1799).

30Limitée aux sources disponibles, la carte des zones d’influence financière des confréries concerne donc environ 200 paroisses qui sont soit le siège d’une ou de plusieurs associations qui prêtent, soit le lieu de résidence des emprunteurs. Dans les parties du futur département de la Meuse où ces zones peuvent être reconstituées vers 1789-1790, on remarque une organisation à deux niveaux : tout d’abord de petites zones quand les prêts bénéficient d’abord aux habitants du lieu ou d’une agglomération proche puis des zones d’influence plus larges qui couvrent quelquefois plusieurs dizaines de villages. Un cercle étendu en contient plusieurs petits mais jamais les vastes auréoles ne se recoupent, ni une petite avec une grande. Malgré les lacunes, une certaine division de l’espace et des tâches semble apparaître entre les associations pieuses. D’humbles organismes locaux prêtent de petites sommes aux habitants du cru, des individus qu’ils connaissent et qui appartiennent parfois à la fraternité tandis que d’autres sont devenus de véritables « crédits agricoles » avant l’heure !

  • 18 Arch. dép. de la Meuse, 16 G 370 – Constitutions de rente de la confrérie du Saint Nom de Jésus de (...)
  • 19 Arch. dép. de la Meuse, Bp 1161-1168 – Bailliage de Commercy – Fabrique et confréries (1572-1790)  (...)

31Les compagnies urbaines concentrent au xviiie siècle les emprunts les plus importants, donc les plus rares. Il leur faut ainsi drainer une région plus vaste, laquelle correspond peu ou prou à la zone d’influence de la ville, celle où les notaires entretiennent des réseaux. Ces espaces sont posés depuis longtemps car le cercle de 25 kilomètres de diamètre qui entoure Gondrecourt correspond au groupe de villages au sein duquel la confrérie Saint-Nicolas des Clercs a acquis des terres depuis le début du xve siècle. La même remarque pourrait être faite pour Saint-Mihiel. L’ancienneté de ce découpage économique et mental de l’espace explique que les zones ne se mélangent pas. Depuis la fin du xviie siècle, la Charité de Nançois-le-Petit dessine un petit territoire qui couvre 6 ou 7 paroisses dont Velaines, Tronville, Willeroncourt ou Salmagne18. Un siècle plus tard encore, les habitants de ces villages n’empruntent jamais à Ligny qui détient pourtant des compagnies plus anciennes et plus riches. Or, Velaines n’est qu’à un kilomètre du chef-lieu et Nançois-sur-Ornain à deux. Dans la zone de Gondrecourt, aucune autre association que l’antique compagnie des clercs n’est mentionnée, comme si les habitudes étaient prises depuis tellement longtemps que les autres sociétés ne pouvaient investir le marché financier. Le même exemple se retrouve dans le Clermontois, à Jametz et à Etain, et d’une manière presque aussi parfaite à Saint-Mihiel comme si la ville avait asphyxié la campagne au contraire de Commercy, Revigny et Nançois-le-Petit où une concurrence subsiste un peu avec les associations locales. Malgré tout, Nançois-sur-Ornain n’est qu’un village qui possède certes une belle association mais depuis peu de temps. Il ne peut pas concurrencer Ligny au-delà d’un cercle de quelques villages. De même, les principales sociétés de Commercy semblent subir une crise au cours du xviiie siècle et elles sont peu à peu « phagocytées » par la fabrique19.

Les zones d’influence financière des confréries à la fin de l’Ancien Régime.

Les zones d’influence financière des confréries à la fin de l’Ancien Régime.

32Pour le sud meusien, les vides dessinés en négatif par les larges auréoles laissent apparaître ce que les archives ne pouvaient montrer. L’espace autour de Vaucouleurs, sauf la partie qui s’approche de Ligny, correspond à l’ancien doyenné. De même, on voit se dessiner ce que devait être la zone d’influence de Bar, coincée entre le Pays de Revigny, la région de Stainville et les divers cercles constitués autour de Rembercourt, Nançois et Ligny.

  • 20 « Gondrecourt (Meuse) et ses villages en 1790 : le témoignage des catégories professionnelles », F (...)

33De manière durable, à l’exception d’un rattrapage partiel à l’époque contemporaine, la région de Gondrecourt demeure un ventre mou du réseau confraternel. C’est sous l’Ancien Régime le secteur de la Meuse qui fonde le moins d’associations. L’hypothèse a donc été avancée que la superbe association de saint Nicolas avait anesthésié les velléités de création dans les villages dominés par la cité. Les élites locales n’auraient eu pour ambition que d’obtenir leur inscription dans cette prestigieuse compagnie qui détient une vaste zone d’influence depuis le xve siècle. Mais la faiblesse de Gondrecourt – son rayonnement médiocre par rapport aux villes voisines souligné jadis par Fernand Braudel – explique aussi la fragile diffusion des confréries de la cité vers les villages20. Un seul couvent a été érigé à Gondrecourt, celui des récollets. La population demeure à un niveau réduit, un peu plus de mille habitants au xviiie siècle et mille six cents vers 1850. Le poids de la population urbaine, par rapport à celle de l’ensemble des villages environnants, est insuffisant (un rapport de 1 à 6,5 vers 1803). Comme dans la région de Souilly ou de Fresnes-en-Woëvre sous l’Ancien Régime, son faible niveau de population ne permet pas à la ville d’atteindre un seuil critique suffisant pour favoriser le développement des associations. Au même moment, Ligny compte deux fois plus d’habitants et Commercy ou Saint-Mihiel quatre à cinq fois plus. Ces trois localités possèdent, en outre, de nombreux monastères et des institutions importantes, notamment judiciaires, ce qui maintient sur place une importante population d’officiers. Gondrecourt, en revanche, perd sa prévôté au xviiie siècle. En 1803, sa structure professionnelle était nettement plus dominée par le secteur primaire que dans les autres villes, tandis que le secteur tertiaire marquait le pas, inférieur de 10 % à ce qu’il était à Ligny-en-Barrois. Au début du xixe siècle encore, Gondrecourt n’a ni médecin, ni chirurgien, et on ne décompte que 11 maîtres d’école pour 24 localités contre presque un par paroisse dans le secteur de Commercy.

  • 21 Frédéric Schwindt, « Un espace virtuel ? Géographie des Pays meusiens et du département de la Meus (...)

34Les grandes zones d’influence que révèlent les constitutions de rente des confréries correspondent naturellement aux espaces polarisés par les villes et à de véritables Pays révélés par la diffusion d’un thème ou d’une dédicace spécifiques21. Force est donc de constater que les réseaux associatifs s’épanouissent dans des cadres géographiques, économiques et mentaux anciens et qu’il n’est pas possible de les isoler du terrain.

À qui s’adressent les prêts et pour quel usage ?

35Parfois, la raison pour laquelle un individu, un couple ou un groupe de personnes emprunte à une confrérie est donnée dans le texte du contrat.

36Il y a après 1680 un effondrement des prêts à la consommation ou destinés à apurer une dette et une augmentation régulière des prêts à l’investissement, surtout pour acheter une terre jusque vers 1730-1740, puis, après cette date, essentiellement pour acheter une part de maison. En effet, comme l’a très bien expliqué Guy Cabourdin, la reconstruction agricole est achevée vers 1730, en revanche, la croissance démographique demeure forte.

37D’ailleurs, on note en même temps une transformation des aides apportées par les confréries de charité. Les aides en nature ou le paiement du médecin, caractéristiques des temps de crise, deviennent plutôt des dons en argent lorsque les malheurs s’éloignent, des prêts à la consommation à la fin du xviie siècle et, comme pour les autres confréries, des prêts à l’investissement au siècle des Lumières.

La profession des débirentiers de la Charité de Nançois-sur-Ornain (1677-1791).

La profession des débirentiers de la Charité de Nançois-sur-Ornain (1677-1791).

Les justifications données par les débirentiers des confréries lors de la signature des contrats (1620-1789).

Les justifications données par les débirentiers des confréries lors de la signature des contrats (1620-1789).

38En majorité, ces prêts vont à des agriculteurs et d’abord aux plus importants d’entre eux, les laboureurs, et ceci dans un cadre géographique relativement restreint.

La répartition selon la distance du capital financier de la Charité de Nançois-sur-Ornain (1677-1791).

La répartition selon la distance du capital financier de la Charité de Nançois-sur-Ornain (1677-1791).

39Les notaires sont tout naturellement au cœur du système car ils connaissent les associations disponibles pour prêter de l’argent et les demandeurs. On trouve même parfois des constitutions de rente en blanc, où manque juste le nom du prêteur, voire des actes surchargés. Une constitution d’abord rédigée pour la Charité-Providence de Saint-Mihiel au xviiie siècle a ainsi été transformée au profit d’un couvent féminin de la ville qui a peut-être pu fournir plus rapidement la somme demandée. D’où l’intérêt d’assister aux remises de comptes des confréries ou de connaître le trésorier afin de savoir quand un capital sera disponible.

Le soutien à la collectivité

40Pendant la guerre, les confréries sont fréquemment appelées à participer aux versements des rançons. Même après, les communautés d’habitants invoquent leur pauvreté pour demander aux associations de compenser cette faiblesse. On trouve alors dans les comptes des compagnies la mention que l’excédent de l’année a été versé à la commune qui avait besoin de faire effectuer tels ou tels travaux dans le village. Au xviiie siècle, il s’agit essentiellement des projets scolaires : construction de la classe, paiement du maître, installation d’une religieuse enseignante.

Les prêts en argent des confréries aux communautés d’habitants (XVIIe-XVIIIe siècles).

Les prêts en argent des confréries aux communautés d’habitants (XVIIe-XVIIIe siècles).

41Ce phénomène éclaire d’un jour nouveau les fondations à répétition de confréries dans les mêmes localités. Certes, il s’agit de motiver des chrétiens blasés par les anciennes dévotions et de diffuser des thèmes nouveaux, par exemple le Sacré-Cœur au siècle des Lumières, mais derrière l’explication religieuse, il y a une motivation d’ordre économique : relancer un cycle économique chargé de doter la paroisse et la collectivité.

  • 22 Frédéric Schwindt, « Confréries et assistance dans les Pays meusiens au xviiie siècle », Georges V (...)

42Mais une fois cette mission d’assistance achevée, les confréries n’ont plus, dans la seconde moitié du xviiie siècle le même intérêt et on tend de plus en plus à fusionner leur patrimoine avec celui des fabriques. Les curés tendent alors à nommer eux-mêmes les administrateurs voire le même trésorier pour l’ensemble des institutions de leur paroisse réalisant donc une sorte de fusion comptable. Bien avant la Révolution fleurissent donc les projets d’utiliser leurs revenus pour des œuvres sociales dites « utiles22 » : école, paiement d’une sage-femme, hôpital etc…

Les petites écoles fondées ou financées par les confréries sous l’Ancien Régime.

Les petites écoles fondées ou financées par les confréries sous l’Ancien Régime.

43Il manque à cette présentation, mais cela aurait été hors sujet, les phénomènes sociaux connexes comme par exemple le rôle des confréries dans la prise du pouvoir au village. Cependant, ce qui a été dit sur le plan économique permet de comprendre le succès religieux des associations pieuses. Les habitants ont accepté les fraternités de la Réforme tridentine parce qu’elles s’appuyaient sur des formes plus traditionnelles, souvent spontanées, d’association et qu’elles leur rendaient de nombreux services. Elles permirent une accumulation de patrimoine et de capital, considérée par les habitants comme une réelle propriété collective, et le financement de nombreux services. Enfin, elles constituèrent une sorte « de crédit agricole » avant la lettre, l’échange des constitutions de rente jouant même parfois le rôle d’une monnaie.

  • 23 Les terres de labour ainsi que les prés sont mesurés en jour et en fauchée (20,44 ares tous les de (...)

44Tous ces ponts avec la société profane font que les habitants se sentaient à la fois propriétaires de la compagnie et impliqués dans son fonctionnement, et rendaient plus facile son œuvre d’acculturation religieuse. Notons, pour conclure, que deux fois plus de confréries ont été créées de 1789 aux années 1950 qu’au cours des six siècles précédents. Or, même si la Meuse demeure plus pratiquante que la France de l’intérieur comme en témoigne la « carte Boulard », ces vagues de fondations contemporaines furent souvent sans lendemains. La perte de tous leurs biens, une certaine coupure avec la société, l’exclusion des habitants de toute initiative en leur sein montrent en négatif combien cette liaison, perdue progressivement entre 1750 et 1850, avait été une des clefs du succès de la Réforme catholique en Lorraine à l’époque moderne.23

Annexes

Annexes. L’espace lorrain.

Diocèses d’Ancien Régime et diocèses concordataires en Lorraine.

Diocèses d’Ancien Régime et diocèses concordataires en Lorraine.

D’après : René Taveneaux (dir.), Encyclopédie illustrée de la Lorraine – La vie religieuse, Matz, 1998, p. 185.

Tableau des biens acquis par la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt de 1416 à 1540.

Tableau des biens acquis par la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt de 1416 à 1540.

Source : Arch. dép. de la Meuse, 8 E 12 - 8 E 13 - Cartulaire de la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt.
Légende : J = jour de terre, f = fauchée de pré, F - G - Bl = Franc, Gros et blanc barrois. 23

Les raisons invoquées par les débirentiers des confréries lors de la signature des contrats (1620-1789) : faire face.

Les raisons invoquées par les débirentiers des confréries lors de la signature des contrats (1620-1789) : faire face.

Les raisons invoquées par les débirentiers des confréries lors de la signature des contrats (1620-1789) : investir.

Les raisons invoquées par les débirentiers des confréries lors de la signature des contrats (1620-1789) : investir.

Notes

1 Gabriel Le Bras, « Esquisse d’une histoire des confréries », Études de sociologie religieuse, Paris, 1956, t. 2, p. 418-422 ; Gabriel Le Bras, « Les confréries chrétiennes », ibid., t. 2, p. 423-462.

2 Notion largement débattue aujourd’hui par la sociologie religieuse américaine : Frédéric Schwindt, « Rodney Stark et la sociologie religieuse américaine, une stimulation pour la recherche européenne », Revue de l’Histoire des Religions, n° 1, 2007, p. 61-81.

3 Pour cette communication, nous avons choisi de privilégier l’aspect financier.

4 Voir la carte en annexe 1.

5 Qui se poursuit à un rythme encore plus élevé à l’époque contemporaine : 1 500 confréries depuis 1790, à la différence qu’elles ne participent plus directement à la vie économique.

6 Stefano Simiz, Confréries urbaines et dévotion en Champagne (1450-1830), Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion, 2002.

7 Guy Cabourdin, Terres et Hommes de Lorraine (1555-1635), 2 vol., Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1977.

8 Voir le tableau en annexe 2.

9 Cette chronologie des fondations est proche de celle trouvée en Limousin pour les fondations de chapelles ou de congrégations de prêtres filleuls : Michel Cassan, Le temps des guerres de Religion – Le cas du Limousin (vers 1530 – vers 1630), Paris, Publisud, 1996, p. 125-128 et 376-378.

10 Arch. dép. de la Meuse, 8 E 4.

11 Alain Girardot, Le droit et la terre : le Verdunois à la fin du Moyen Âge, 2 vol., Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1992.

12 Par exemple à Belleville en 1493 et à Ippecourt en 1511.

13 Arch. dép. de la Meuse, 8 E 7, 11, 12.

14 Alain Girardot, Le droit et la terre …, op. cit., p. 805.

15 Environ 4,5 % à la fin du xviiie siècle.

16 Frédéric Schwindt, La communauté et la foi – Confréries et société à l’ouest de l’espace lorrain (xiiie-xxe siècles), thèse d’histoire de l’université de Nancy II sous la direction de Louis Châtellier, 2004, t. 3, p. 64-77.

17 En Lorraine, ensemble de biens fonciers dont le curé avait la jouissance.

18 Arch. dép. de la Meuse, 16 G 370 – Constitutions de rente de la confrérie du Saint Nom de Jésus de Nançois-sur-Ornain (1690-1770).

19 Arch. dép. de la Meuse, Bp 1161-1168 – Bailliage de Commercy – Fabrique et confréries (1572-1790) ; Bp 3117-3126 - Prévôté de Commercy – comptes de la fabrique et de confréries (1545-1749).

20 « Gondrecourt (Meuse) et ses villages en 1790 : le témoignage des catégories professionnelles », Fernand Braudel, L’Identité de la France, éd. de 1990, t. 1, p. 163-176.

21 Frédéric Schwindt, « Un espace virtuel ? Géographie des Pays meusiens et du département de la Meuse à travers la dédicace des associations religieuses (xiiie-xxe siècles) », 13e colloque d’onomastique : Espace représenté, espace dénommé : Géographie – Cartographie – Toponymie, IUFM de Reims, 13-15 octobre 2005, Presses universitaires de Valenciennes, 2007, p. 321-350.

22 Frédéric Schwindt, « Confréries et assistance dans les Pays meusiens au xviiie siècle », Georges Viard (dir.), Soins des corps et soins des âmes. Médecine et assistance en France et en Nouvelle-France, à paraître.

23 Les terres de labour ainsi que les prés sont mesurés en jour et en fauchée (20,44 ares tous les deux en Lorraine). Mais lorsque les autres biens sont mentionnés, c’est aussi implicitement, comme le montre l’étude du cartulaire, en fonction de la même indication de surface : ex. ½ vigne = 10,22 ares… On peut donc évaluer globalement les superficies acquises par la confrérie.

Table des illustrations

Titre Évolution des recettes des confréries en indice (1620-1790).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-1.png
Fichier image/png, 12k
Titre La variation annuelle des dépenses de la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt (en moyennes mobiles sur 5 ans, 1684-1789).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-2.png
Fichier image/png, 8,8k
Titre Comparaison des recettes et du capital mobilier de la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt (1631-1786).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-3.png
Fichier image/png, 9,9k
Titre Les possessions de la confrérie des Trépassés de Saint-Mihiel en 1523.
Légende Sources : A.M. Saint-Mihiel GG 7.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-4.png
Fichier image/png, 78k
Titre La part des confréries dans le notariat du marquisat de Stainville au xviiie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-5.png
Fichier image/png, 10k
Titre Constitutions de rentes en faveur des confréries et des fabriques (d’après les archives du notariat du marquisat puis du duché-pairie de Stainville 1670-1799).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-6.png
Fichier image/png, 9,7k
Titre Les zones d’influence financière des confréries à la fin de l’Ancien Régime.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-7.png
Fichier image/png, 344k
Titre La profession des débirentiers de la Charité de Nançois-sur-Ornain (1677-1791).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-8.png
Fichier image/png, 4,1k
Titre Les justifications données par les débirentiers des confréries lors de la signature des contrats (1620-1789).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-9.png
Fichier image/png, 4,8k
Titre La répartition selon la distance du capital financier de la Charité de Nançois-sur-Ornain (1677-1791).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-10.png
Fichier image/png, 2,3k
Titre Les prêts en argent des confréries aux communautés d’habitants (XVIIe-XVIIIe siècles).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-11.png
Fichier image/png, 3,6k
Titre Les petites écoles fondées ou financées par les confréries sous l’Ancien Régime.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-12.png
Fichier image/png, 237k
Titre Diocèses d’Ancien Régime et diocèses concordataires en Lorraine.
Légende D’après : René Taveneaux (dir.), Encyclopédie illustrée de la Lorraine – La vie religieuse, Matz, 1998, p. 185.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-13.png
Fichier image/png, 364k
Titre Tableau des biens acquis par la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt de 1416 à 1540.
Légende Source : Arch. dép. de la Meuse, 8 E 12 - 8 E 13 - Cartulaire de la confrérie Saint-Nicolas de Gondrecourt.Légende : J = jour de terre, f = fauchée de pré, F - G - Bl = Franc, Gros et blanc barrois. 23
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-14.png
Fichier image/png, 21k
Titre Les raisons invoquées par les débirentiers des confréries lors de la signature des contrats (1620-1789) : faire face.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-15.png
Fichier image/png, 6,2k
Titre Les raisons invoquées par les débirentiers des confréries lors de la signature des contrats (1620-1789) : investir.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5254/img-16.png
Fichier image/png, 7,7k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540