Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

PostHumains

 | 
Elaine Després
, 
Hélène Machinal

Troisième partie. Biologie posthumaine. Évolution, mutation, clonage, animalité

The Secret d’Eva Hoffman

Quand le clonage sert un roman d’apprentissage

Jean-François Chassay

Texte intégral

“You poor thing,” she said to me. “It must be so very, very hard for you.” I nodded.
Eva Hoffman, The Secret

  • 1 Mentionnons dans la liste des curiosités sur le sujet, L’Homme à l’oreille cassée d’Edmond About e (...)

1Le Meilleur des mondes d’Aldous Huxley, publié en 1932, correspond à la fois à l’aboutissement imaginaire d’une conception étatique de l’eugénisme (prémonitoire, puisque le livre se retrouve dans les librairies quelques mois avant l’accession d’Hitler à la chancellerie) et au point de départ d’une longue liste de dystopies génétiques. Il existait déjà des ouvrages de fiction qui traitaient d’hérédité et de génétique1. Aucun cependant ne proposait, de manière aussi globale, une réflexion critique sur les possibilités qu’elles offraient – pour le pire.

  • 2 Farmer J. D. et d’A. Belin A., « Artificial Life : the Coming Evolution », in Langton C. G., Taylo (...)

2Le fantasme catastrophique proposé par Huxley a connu bien des développements, se ramifiant en fonction des progrès de la biologie moléculaire. Ainsi, le clonage, cette technique qui vise la reproduction artificielle d’un être vivant génétiquement identique à l’original, a servi de support à de nombreuses fictions au cours des deux dernières décennies. Voilà un cas d’eugénisme qui avive les craintes les plus fortes ou, à l’inverse, les exaltations les plus grandiloquentes – par conséquent les plus comiques : « L’avènement de la vie artificielle constituera l’événement historique le plus important depuis l’émergence de l’homme… Ce sera le moment fort de l’histoire de la Terre, et peut-être de l’univers entier2. » Le moment fort de l’histoire de l’univers devrait être sa naissance, mais l’anthropomorphisme et la logique ne font pas toujours bon ménage.

  • 3 Dans les craintes illégitimes, il y a l’idée selon laquelle le clonage créerait un double parfait (...)
  • 4 Jordan B., Les Marchands de clones, Paris, Le Seuil, coll. « Science ouverte », 2003, p. 117.
  • 5 Lecourt D., op. cit., p. 2-3.

3La peur du clonage se traduit de différentes manières, légitimes ou non3. Mais l’idée que bientôt une armée d’Adolf Hitler clonés envahira les rues apparaît, quand même, un peu trop apocalyptique. Reste que face à un nombre grandissant de profiteurs néolibéraux pour qui le vivant devient un lucratif marché, la méfiance se justifie. Pour Bertrand Jordan, « la médecine moderne présente le caractère unique de constituer un secteur marchand dans lequel la demande est créée par l’offre. Ce sont les progrès médicaux qui suscitent les sollicitations des malades, et le système de santé, public ou privé, fait ensuite en sorte de financer l’accès (généralisé ou restreint) à ces nouvelles technologies4 ». Ces améliorations servent souvent les malades, permettant une meilleure qualité de vie, mais dès que la technologie existe, un médecin se présentera toujours pour répondre aux désirs du patient, aussi délirants soient-ils, du moment qu’il paye rubis sur l’ongle. À l’inverse, la critique à l’égard de ce qui concerne le posthumain (selon l’expression consacrée) « peut aisément se formuler ainsi : ce que l’expansion des biotechnologies nous promet pour demain n’a rien d’humain5 ». Une telle affirmation sous-entend l’immuabilité de la définition de l’humanité. L’Histoire, édifiante, en propose un vibrant démenti. Y aurait-il, fondamentalement, une nature humaine qui ne changera jamais ? Ce fondamentalement reste lui-même culturellement daté.

4Si certaines personnes craignent l’existence d’un « nouvel eugénisme » (aussi appeler eugénisme individuel, domestique ou libéral) qui revamperait l’ancien, on note pourtant des différences de fond. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’eugénisme se présentait essentiellement comme étatique (même s’il existait des débats à ce sujet), visant à modifier à long terme la constitution génétique d’une population. Les travaux contemporains que certains qualifient d’eugénistes reposent sur l’idée d’une autonomie des parents (ou de la femme en particulier) et sur leur capacité à faire face à des handicaps plus ou moins graves. Pour le dire autrement, dans un cas l’enjeu concerne le futur des populations, dans l’autre le présent de la famille. Ce qui ne signifie pas qu’il ne puisse y avoir des pressions sociales jouant un rôle dans les décisions individuelles.

  • 6 J’utilise ici évidemment un terme prisé par ceux qui dénigrent les possibilités offertes aujourd’h (...)

5The Secret d’Eva Hoffman aborde cette forme moderne d’eugénisme6 tout en offrant une forme de roman d’apprentissage qui s’inscrit dans l’univers posthumain. Il se déroule pour l’essentiel entre 2022 et 2025. Pourtant, les lieux n’évoquent en rien un monde de science-fiction. Roman d’anticipation, il actualise, par le biais de l’imaginaire, des débats propres à ce début de XXIe siècle.

  • 7 Hoffman E., The Secret, New York, Ballantine Books, 2004, p. 64-65. Désormais, les références à Th (...)

6The Secret d’Eva Hoffman offre dans un premier temps une réflexion sur l’éducation. Le lecteur assiste aux étapes d’un apprentissage respectueux de l’évolution de l’enfant. On a envie, ironiquement, de lire ce roman parallèlement à Émile ou l’éducation de Rousseau. Ironiquement, puisque Rousseau (comme toute une partie des penseurs progressiste du XVIIIe siècle) privilégiait un retour à la nature, à sa pureté et à son innocence. Pourtant, rappelons que Rousseau est également omniprésent intertextuellement dans un roman d’éducation d’un type particulier : le Frankenstein de Mary Shelley, autre exemple d’être artificiel, qui devra cependant s’éduquer lui-même. Le parallèle avec The Secret se révèle rapidement. Dans un premier temps, l’éducation chez Hoffman n’a rien de la violence vécue par le monstre créé par Victor Frankenstein. À première vue, la vie de la jeune Iris, narratrice de ce roman, apparaît sereine. Pourtant, le climat révèle peu à peu quelque chose d’étouffant, de malsain. La jeune fille vit seule avec Elisabeth, sa mère, choyée, élevée par une femme qui lui consacre tout son temps. Cette mère exemplaire a quitté New York et un lucratif emploi dans la finance pour vivre dans une petite ville du Midwest, acceptant des contrats très bien payés qui lui suffisent amplement. Iris vit donc dans un cadre parfait. Il n’empêche que les contraintes de son existence apparaissent vite oppressantes au lecteur. Sa mère refuse de la laisser sortir et de voir d’autres enfants. Elles vivent en constante symbiose. Elisabeth refuse de lui parler de sa propre enfance, de ses parents, même après la visite de sa sœur, qu’Iris ne verra qu’une fois pendant qu’elle habite sous le toit maternel et sur laquelle sa mère impose un silence de plomb, après son départ. Surtout, elle refuse de parler à Iris de son géniteur, sous prétexte qu’elle manque de maturité. Elle affirme que les révélations viendront le jour de ses dix-huit ans. Ce silence exacerbe la curiosité et l’impatience d’Iris qui, à dix-sept ans, fouille dans les papiers de sa mère au cours d’un de ses rares moments d’absence. Elle finit par découvrir la vérité : Elisabeth peut difficilement lui offrir des révélations sur son père, puisqu’il n’existe pas. Elle est un clone de sa mère : « I looked at her and the vertigo returned. My mother, my twin, my mother, my matter, materia materna, from which I was made. My mother, my self. My mother, my monstrousness7. » Allitération et paronomase ajoutent à l’effet d’étrangeté. Les mots se regardent en miroir comme la mère et la fille, fille-mère/mère-fille.

7Le choc existentiel, véritable secousse sismique, lui fait fuir la maison. Dès lors, le roman devient une quête d’apprentissage qui oblige Iris à se demander dans quelle mesure elle appartient à l’humanité. Elle se sauve à New York, vit sa première relation sexuelle, tente des expériences qui lui permettront (lui permettraient) de développer et d’assumer sa personnalité. Comme n’importe quel adolescent, dira-t-on. Mais sa situation est fort singulière. Nous sommes en 2022 et le clonage humain, devenue une réalité, ne fait pas pour autant partie des mœurs. La pratique en est marginale et le « produit » qui en résulte provoque un malaise social. Rien cependant n’équivaut au mal-être que vit le clone lui-même : « To speak in the first person is in my case a fiction. It is an act of hubris, or of strange illusion » (S, p. 64). Être ou ne pas être ? C’est effectivement la question. Il y a quelque chose de pourri au royaume des biotechnologies.

8Iris, ce clone, occupe ici entièrement l’espace narratif. Si elle est combative – elle possède une grande indépendance d’esprit, malgré ou à cause du milieu étouffant dans lequel elle a vécu jusque-là – elle est aussi perturbée – rien dans son éducation ne la prépare à ce statut qui en fait une marginale involontaire. Elle s’interroge même sur ses sentiments : « Natural. Instinctive. I shouldn’t be allowed to use such words, perhaps no one should anymore. I am the thing that interrogates their very meanings. Still, that’s how I felt, and who knows, who knows what that shows? » (S, p. 31). Elle ressemble tellement à sa mère que ceux qu’elle rencontre, comme la sœur (chez qui elle habitera), les parents et un des anciens amants de sa mère, qui l’a connue enfant, projetteront sur elle les sentiments – fantasme, amour, haine, dépit, frustration – qui les lient à Elisabeth. Ils voient tellement la mère à travers la fille qu’Iris se sent dépossédée, sans identité : « I was nothing more than a Xerox of her cellular matter, an offprint of her genetic code. A microchip off the old motherboard. That was what my halfknowledge had been about, the Weirdness beyond the line of my familiar Being, the It in the deep cavity of my mind » (S, p. 61-62).

  • 8 Stuart S., « Are Clones Really Different? Evidence From a Bildungsroman : Eva Hoffman’s The Secret(...)

9Le constat est implacable. En effet, « in using this mechanical terminology Iris takes a negative view of herself : the Xerox copy is always of inferior quality to the original; the offprint and the microchip are merely parts of a greater whole. Essentially she has come to see herself as a lesser version of her mother8 ». Version diminuée peut-être, mais avec laquelle elle se confond, au point qu’elle parle de ses « grand/parents », de sa « sister/aunt » et de « she/me ». Alors qu’elle incarne un étonnant fantasme d’ubiquité – elle se sent en symbiose avec sa mère même parfois à de grandes distances –, on imagine mal solitude plus radicale : « I had had no proper birth, and nobody wanted to acknowledge that I was occupying a rightful place in the world. I had no space and I had no time; I was still the snag, the hiccup where the virtual begins to repeat itself, the same image over and over again » (S, p. 157). Cette connaissance de son état, qui la plonge dans un état d’abandon vertigineux, la rend d’autant plus humaine.

10Sa quête la conduit chez « Rosen, MacPherson and Park : Genetic Engineering and Modification », lieu de sa fabrication (on ne sait trop dans pareil cas si le mot nécessite des guillemets…). Sous de faux prétextes – un travail pour un cours à l’université –, elle obtient un rendez-vous avec le docteur Park pour qu’il lui parle de ses travaux. Mais les clonages humains ne sont pas nombreux et l’étaient encore moins 17 ans auparavant : avant un deuxième rendez-vous, il vérifie et son intuition se voit confirmée. Il l’a reconnue – ou plutôt, il a reconnu sa mère à travers elle. S’engage alors un dialogue (de sourds) entre le cloneur et la clonée.

  • 9 Ce qui rappelle un roman beaucoup plus comique, celui de Boris Vian/Vernon Sullivan, Et on tuera t (...)

11Dans un premier temps, pour expliquer le clonage, il utilise la métaphore de la cuisson9, ce qui ne rassure pas Iris : « “I told you, it’s very simple if you know how to put together the elements. If you know the recipe. Not difficult at all. The important thing is the ingredients should be fresh and good.” He chuckled again. Clearly, the cooking metaphor had occurred with others before me » (S, p. 93). Iris se sent insultée, ce que Park ne comprend pas :

“How could you do what you did?” I said in a strangled voice. “How can you bring yourself to talk to me like that?”
He looked taken aback. “Why, what do you mean?” he said. “Talk to you like what?” “As if I were some inanimate object you made,” I said. “Some kind of manufactured brand you produced.”
“Why? Aren’t you pleased,” he asked, “to have turned so well? To be so well… finished ?” (S, p. 97)

  • 10 La faute d’anglais de Park ressemble à un intéressant lapsus. En disant « You mother » plutôt que (...)

12Park, d’origine asiatique, s’excuse en soulignant que son anglais manque de précision – on dirait, plutôt, de subtilité. Mais justement, sans subtilité, son langage va à l’essentiel. D’autres auraient enrobé un discours dont la signification fondamentale aurait été la même. Entre la jeune fille qui vit, dans son corps, les problèmes éthiques posés par le clonage, et le scientifique qui affirme penser au progrès de la science, le gouffre ne se comblera pas. Il considère travailler pour le bien de l’humanité. La preuve : il a rendu Elisabeth heureuse. Par la même occasion, il tient un discours froidement eugéniste : « You [sic]10 mother was genetically very well endowed. That’s why we thought she was a good candidate. We didn’t want to bring anyone damaged into the world. Or mentally unstable » (S, p. 97). Pour le plus grand profit de la mère et de la société, l’enfant doit être normal. Évidemment, des termes comme « damaged » et « unstable » sont d’un flou artistique prodigieux, même si on peut saisir en gros ce qu’ils signifient. Pour des gens au pouvoir qui n’aiment pas subir de critiques brusques ou franches, l’instabilité peut se définir de manière large. Le discours eugéniste ou portant sur la dégénérescence au XIXe siècle en fait largement la démonstration. Et voilà comment une phrase en apparence lisse et transparente, objective et facilement compréhensible, ouvre la porte au meilleur des mondes. Sans compter qu’on peut à loisir modifier la frontière qui, du point de vue scientifique, détermine ce que signifie un enfant « endommagé ».

  • 11 Jordan B., op. cit., p. 117-118.

13Les problèmes éthiques concernent Park d’autant moins qu’il existe des comités pour cela. Comme scientifique, s’il suit les protocoles, il ne voit pas pourquoi on remettrait son travail en question. D’où son agacement devant ce qu’il nomme un « emotional sabotage ». « Suggesting I’ve done something wrong. You’re trying to pretend I’m a monster. Monster scientist from the movies » (S, p. 98). Pour Iris, l’accusation va de soi, puisqu’à eux deux, ils forment une monstruosité : « You’ve certainly made a monster. A freak. Maybe that makes you one too » (S, p. 98). Le scientifique répondra en changeant de terrain : « If your mother has any compliants, she can write me, or come and talk to me. She was my customer, not you » (S, p. 99). Iris ne pourrait se sentir davantage annihiler. On ne saurait mieux dire qu’elle n’est qu’un objet de marchandisation, un jouet. Le scientifique se débarrasse de sa création. Syndrome Frankenstein, encore ? Mais nous sommes passés de l’époque romantique à l’époque néolibérale : « Le clonage reproductif humain entre, de manière assez évidente, dans cette logique individuelle et marchande où les considérations éthiques et “sociétales” sont peu prises en compte11. »

14Park s’intéresse aux mécanismes du corps, à un système déterminé par une « cuisson » particulière. Il demeure extérieur à l’opération – Victor Frankenstein n’a pas cette chance, puisque le monstre viend se rappeler à son bon souvenir. Iris aussi, mais le rapport de force a bien changé.

15Le monstre de Frankenstein, on le sait, ne parvient pas à s’intégrer à la société à cause de son altérité fondamentale qui fait en sorte qu’on le rejette. Pour Iris, belle jeune fille qui arrive dans l’âge adulte, le problème ne se pose pas de manière aussi frontale. Pourtant, elle subit également le regard des autres.

  • 12 Shelley M., Frankenstein, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, p. 119-120.

16On a souvent noté l’omniprésence de la métaphore filée du regard dans le Frankenstein de Mary Shelley. Non seulement l’échange de regard, mais même les yeux du monstre causent le rejet de son créateur. Le phénomène se produit dès le moment où il ouvre les yeux : « ses cheveux étaient d’un noir brillant, et abondants ; ses dents d’une blancheur de nacre ; mais ces merveilles ne produisaient qu’un contraste plus horrible avec les yeux transparents, qui semblaient presque de la même couleur que les orbites d’un blanc terne qui les encadraient… » ; « Incapable de supporter la vue de l’être que j’avais créé… » ; « ses yeux, s’il est permis de les appeler ainsi, étaient fixés sur moi. » ; « Ah ! aucun mortel ne pourrait supporter la vue de ce visage horrible12. » Et il ne s’agit là que de citations tirées des trois premiers paragraphes qui suivent la naissance du monstre.

17Cet échange de regard tient aussi à l’effet de fascination morbide entre un père qui n’en est pas vraiment un et un fils qui ne peut se targuer de ce titre. Quand le monstre affirme à Frankenstein qu’il sera à ses côtés le soir de ses noces, le moins qu’on puisse dire est que la phrase étonne de la part d’un fils (presque naissant) à son père. Mais justement : cette contradiction intenable (fils/non-fils, père/non-père) donne la mesure de la monstruosité de cette naissance. Cet énoncé impossible prononcé par le fils tient justement à ce qu’il ne pourra jamais se constituer comme un vrai fils, un vrai sujet.

18Dans un contexte contemporain où les possibilités ouvertes par la biologie moléculaire paraissent infinies, The Secret retrouve la trame de cette naissance contre-nature. Combien de fois, parlant des relations tendues avec sa mère, Iris utilisera une formule comme : « We gazed at each other for a long time ? » (S, p. 239).

19Iris se souvient que dès l’âge de six ans, lors de la visite de sa tante qu’elle ne reverra pas avant une douzaine d’années, le terme de « monstre » avait été utilisé à son propos : « How could you do something so… monstrous ? » (S, p. 13). Déjà, lors de son arrivée à la maison, elle avait remarqué quelque chose d’étrange dans le regard de sa tante : « But when she perused my face, her expression changed to something else : surprise, uneased, and something more indefinable—something like fear » (S, p. 12). Ce phénomène, ce « strange look », elle le sentira souvent, comme s’il le marquait au fer rouge – puis, Hoffman actualise cette métaphore : « I think I also took the Strange Look in and turned it on myself like a dark laser beam, until I came upon my own absolute strangeness, my mineral self » (S, p. 16). Le sentiment de son absolue différence la frappe de plein fouet lorsqu’elle rencontre ses grands-parents : « I couldn’t figure out why they were still standing as if fixed in place, why their confused expressions were changing into something more horrified. Then I remembered now that they understood who I was » (S, p. 130). La beauté d’Iris contraste avec la laideur du monstre de Frankenstein ; pourtant, il s’agit d’une beauté spectrale, un double à l’identique de sa mère : « I was the embodiment of the unacceptable » (S, p. 131).

  • 13 Elizabeth est aussi, rappelons-le, le prénom de la fiancée de Victor dans le roman de Shelley, et (...)

20Si Iris apparaît comme le double parfait de sa mère, The Secret apparaît comme une doublure actualisée du roman de Shelley. Là aussi on peut parler d’une histoire familiale, et là aussi d’une histoire de vengeance. Passant de la biologie à la physique, Iris rappelle que « two physical objects cannot occupy the same space. It was the first lesson I’d learned in basic physics. As basic as you can get, and no quantum or string physics had managed to undo it yet » (S, p. 153). Sa mère et elle occupant le même espace, phénomène inconcevable responsable de son mal-être, elle décide de se venger et de la tuer, comme la créature en a le désir face à Frankenstein, devenant monstre moral en plus d’apparaître à elle-même comme une monstruosité génétique. Dans la scène la plus forte du roman, Iris retourne chez sa mère des semaines après sa fuite, une nuit. Elle annonce froidement à Elisabeth la mort de sa mère (sa propre grand-mère, à moins de considérer qu’il s’agit aussi, légitimement, de sa propre mère). Alors, comme Victor, Elisabeth13 comprend qu’elle a créé un être qui lui échappe : « The look on her face, I think, was horror : the horror of recognition. My creatrix faced me and understood that she had made a monster » (S, p. 161). Face à ce parfait miroir, l’horreur consiste aussi à découvrir qu’elle est ce monstre qui s’apprête à la détruire : « For a long time we stood absolutely still, locked into each other’s gaze as if by a spell » (S, p. 162). Puis Iris attaque, frappe sa mère et tente de l’étrangler. Celle-ci parvient à dire, tentant de lui échapper : « “Who are you ?” […] her voice nothing more than a deep breath. “What are you?” » (S, p. 162). Formule qui fait écho encore une fois au monstre de Frankenstein. Comprenant à un certain point de sa courte existence sa situation, il se demande non pas « Qui étais-je ? », mais bien « Qu’étais-je ? » (« What was I ? »), puisque le discours philosophique l’exclut. Dans un roman publié au début du XXIe siècle et qui se déroule en 2022, à une époque où les clones humains existent, une question n’exclut pas l’autre et Elisabeth les utilise l’une et l’autre, ne sachant qui ou quoi se trouve devant elle. Mais Iris a l’avantage sur la créature de Frankenstein d’avoir vécu plus de 100 ans après la naissance de la génétique et elle a une réponse à donner : « “You,” I answered on the same wave of air. “I am you” » (S, p. 162).

21Au rapport père-fils de Frankenstein se substitue un rapport mère-fille aussi complexe, sinon intenable. Le roman de Shelley renvoyait au mythe de Prométhée ; The Secret renvoie à une version inversée de Médée. La mère ne tue pas ses enfants, mais fait surgir du néant un spectre, une morte-vivante qui vit son purgatoire. On ne s’étonne pas qu’au début de la scène que je cite ici, le mythe soit rapidement évoquée : « I hated her. […] How was I going to bear, or to expel, that much rage? It threatened to lacerate me like a burning garment, as if Medea’s dress had been wrapped not around me but within me, within my burning flesh » (S, p. 161).

22Pas plus que le monstre, elle ne parvient à tuer celle qui l’a créée, mais pour d’autres raisons. Elle sait qu’il existe une filiation directe et ne peut tuer son miroir. Lentement, très lentement, elle apprend à vivre avec un état qui la rend horrible à elle-même : « Borne, born; maybe I’d have to give birth to myself out of my burden, by disburdening myself of… what? Her, her-in-me, the hypnotic pull of our union » (S, p. 166). Donner naissance à soi-même : situation impossible, mais pas davantage que d’être à la fois fille et sœur d’une même personne.

23Les débats concernant les possibilités de la génétique masquent souvent une crainte de voir disparaître la famille traditionnelle. En ce sens, la biologie moléculaire se trouve à l’épicentre d’une réflexion sociale qui déborde des murs des laboratoires. « The nuclear familythe nukewas Dead as the dodo by the time I came along » (S, p. 7), affirme Iris. Si la famille bourgeoise a éclaté, imposer des frontières à la conception semble impossible.

24Dans ce roman, le clone n’a pas le choix. Sa mère a passé la commande et Iris est née. Certes, à l’intérieur d’une société, il existe des règles, nous en subissons tous. Mais nous acceptons d’aliéner notre liberté en toute bonne foi pour le bien de la communauté, ce qui en retour nous sert. C’était déjà le principe du contrat social de Thomas Hobbes dans Le Léviathan, largement critiqué, discuté et amendé depuis 1651. Si des règles semblent coercitives, il existe des mécanismes pour les contester, même si parfois la contestation s’avère difficile devant la crapulerie des possédants en place, qui assurent toujours de plus en plus leur pouvoir. Pour les clones, dès la naissance, il est trop tard. Personne ne demande à venir au monde, mais les chances génétiques ne jouent pas de la même façon pour les clones. Le docteur Park, père putatif d’Iris – si l’adjectif s’accorde dans ce contexte… – dirait qu’au contraire les clones ont plus de chances parce qu’on leur garantit la normalité. Encore faut-il s’entendre sur la définition de ce terme et se demander comment une société évoluerait si tous les sujets qui la composent offraient le même profil génétique qui pousserait les uns et les autres à agir de manière semblable.

25Oublions un moment les questions éthiques et revenons au hasard de la théorie de l’évolution et à la sélection naturelle. Les humains sont des joueurs et aiment jouer. Activité libre, le jeu s’oppose au travail. Néanmoins, le paradoxe du jeu impose de revoir cette opposition. Car il faut travailler très fort pour atteindre la plénitude et la liberté du jeu. Plus on connaît dans le moindre détail les règles, plus on s’astreint à en respecter les contraintes, plus le plaisir est grand. Plus notre connaissance méthodique du cadre général augmente, plus on ressent le bonheur du jeu qui nécessite une part importante de hasard, de chance, de situations fortuites, de coïncidences. Si on connaît déjà la fin de la partie, pourquoi jouer ? Pouvons-nous vraiment vivre le plaisir du jeu à travers un tel mécanisme que la surprise disparaîtrait complètement ?

  • 14 Philip von Lenard, prix Nobel de physique en 1905, martela que la théorie de la relativité ne pouv (...)
  • 15 Prix Nobel de physiologie en 1913, Richet, dans son livre La Sélection humaine promouvait l’amélio (...)

26Grâce à Darwin, nous savons que la part de hasard est grande dans l’évolution de la vie. La nature n’y échappe pas. Mais les règles d’un jeu, d’un sport, se raffine, se précise, rendent le plaisir plus grand. Personne n’aurait envie de naître dans des conditions physiques et intellectuelles très limitatives. La science peut aider, de plus en plus, à ce que les êtres naissent avec des chances égales. Mais les règles du jeu sont une choses, déterminer le résultat en est une autre. Des absurdités comme féconder une femme avec le sperme d’un prix Nobel relève du délire – et pourtant, des gens qui n’ont pas le sens du ridicule y croit. On voit mal quelle chance aurait celui qui naîtrait de fous comme Philip von Lenard14 ou Charles Richet15. Évoquer la supériorité intellectuelle de x ou de y est aussi discutable qu’évoquer un concept flou comme celui de normalité.

27Avoir un enfant signifie jouer avec des dés (génétiques). C’est le plaisir de voir grandir quelqu’un qui est par certains côtés comme soi, par d’autres justement très différent. Pour le meilleur et pour le pire : comme dans un sport, sur le long terme, les victoires et les défaites s’équilibrent.

28Choisir d’avoir un enfant relève du risque, du jeu et la génétique a de plus en plus les moyens d’aider les gens à absorber mieux les défaites, à les rendre beaucoup plus vivables. Certains sont victimes, par les lois du hasard de l’hérédité, de problèmes graves et si la biologie moléculaire peut aider à y échapper, tant mieux, malgré les cris d’orfraie des faux cassandres qui considèrent qu’il ne faut pas toucher à la sacro-sainte nature humaine au risque de subir l’apocalypse. Mais entendons-nous pour dire que choisir la couleur des yeux de son enfant comme si on choisissait la robe de sa poupée ne devrait pas relever des priorités de la science, pour le dire de manière posée. Et pour vouloir avoir un clone, il faudrait d’une part posséder une très haute opinion de soi-même, et d’autre part ne pas comprendre comment fonctionne la vie d’un être humain, où les acquis jouent un rôle aussi important que l’inné. Tant pis pour Narcisse.

Bibliographie

Bibliographie

Bachelard-Jordan C. L’Eugénisme, la science et le droit, Paris, Presses universitaires de France, 2001.

hoffman E., The Secret, New York, Ballantine Books, 2004.

Jordan B., Les Marchands de clones, Paris, Le Seuil, coll. « Science ouverte », 2003.

Lecourt D., Humain/posthumain, Paris, Presses universitaires de France, 2003.

Shelley M., Frankenstein, Paris, Garnier-Flammarion, 1979.

Stuart S., « Are Clones Really Different ? Evidence From a Bildungsroman : Eva Hoffman’s The Secret », Critical Survey, vol. 20, no 1, 2008, p. 43-55.

Notes

1 Mentionnons dans la liste des curiosités sur le sujet, L’Homme à l’oreille cassée d’Edmond About en 1862 (dont le titre rappelle une aventure de Tintin) ou encore The Legacy of Cain de Wilkie Collins en 1888, un des premiers romans policiers à utiliser la génétique dans le cadre d’une enquête de manière aussi importante.

2 Farmer J. D. et d’A. Belin A., « Artificial Life : the Coming Evolution », in Langton C. G., Taylor C., Farmer J. D. et Rasmussen S. (dir.), Artificial Life II, New York, Addison Wesley, 1992, cité par Lecourt D., Humain/posthumain, Paris, Presses universitaires de France, 2003, p. 62-63.

3 Dans les craintes illégitimes, il y a l’idée selon laquelle le clonage créerait un double parfait – par exemple d’un enfant décédé. Un tel argument sous-entend que la génétique serait entièrement responsable du développement de la personnalité. Or, on l’a souvent dit, des jumeaux identiques, élevés par les mêmes parents, dans le même cadre, allant à la même école et même parfois habillés de manière identique, n’ont pas nécessairement une personnalité semblable. L’environnement joue aussi un rôle primordial.

4 Jordan B., Les Marchands de clones, Paris, Le Seuil, coll. « Science ouverte », 2003, p. 117.

5 Lecourt D., op. cit., p. 2-3.

6 J’utilise ici évidemment un terme prisé par ceux qui dénigrent les possibilités offertes aujourd’hui par la biotechnologie.

7 Hoffman E., The Secret, New York, Ballantine Books, 2004, p. 64-65. Désormais, les références à The Secret seront tirés de cette édition et indiquées entre parenthèses suite à la citation, précédées de la mention S.

8 Stuart S., « Are Clones Really Different? Evidence From a Bildungsroman : Eva Hoffman’s The Secret », Critical Survey, vol. 20, no 1, 2008, p. 48.

9 Ce qui rappelle un roman beaucoup plus comique, celui de Boris Vian/Vernon Sullivan, Et on tuera tous les affreux, où un des clones (ratés) du docteur Schutz, modèle du savant fou, dira au personnage central du roman, Rock Bailey, qu’il est raté parce qu’il a trop cuit.

10 La faute d’anglais de Park ressemble à un intéressant lapsus. En disant « You mother » plutôt que « Your mother », il entérine dans le langage même la fusion entre mère et fille. Ce n’est pas « votre mère », instaurant une filiation ET une distance entre l’une et l’autre, mais « vous mère », les fusionnant.

11 Jordan B., op. cit., p. 117-118.

12 Shelley M., Frankenstein, Paris, Garnier-Flammarion, 1979, p. 119-120.

13 Elizabeth est aussi, rappelons-le, le prénom de la fiancée de Victor dans le roman de Shelley, et qui finira étranglée.

14 Philip von Lenard, prix Nobel de physique en 1905, martela que la théorie de la relativité ne pouvait fonctionner parce qu’Albert Einstein était un scientifique à 100 % juif. Que ceux qui croient les hommes de science toujours objectifs et habités uniquement par des intérêts élevés se le tiennent pour dit…

15 Prix Nobel de physiologie en 1913, Richet, dans son livre La Sélection humaine promouvait l’amélioration de la race : « La sélection ne sera efficace que si elle est sévère, et la sévérité, c’est l’élimination des mauvais. Or les mauvais ne vont pas disparaître de leur plein gré : il faudra donc une autorité pour les éliminer de la société humaine. » (Cité par Bachelard-Jobard C., L’Eugénisme, la science et le droit, Paris, Presses universitaires de France, 2001, p. 45.)

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540