Version classiqueVersion mobile

PostHumains

 | 
Elaine Després
, 
Hélène Machinal

Troisième partie. Biologie posthumaine. Évolution, mutation, clonage, animalité

Contre une alopécie de la pensée

De la résilience « humaniste » chez Will Self

Maylis Rospide

Texte intégral

  • 1 « If, as Malarmé said, “Beliefs are ideas going bald,” then ours is an age in which a myriad of tr (...)

1Dans son introduction à l’ouvrage collectif The End of Everything : Postmodernism and the Vanishing of the Human, l’auteur britannique contemporain Will Self se lamente sur le peu de réflexion dans l’épistémè contemporaine concernant la condition humaine. Ainsi, empruntant à Malarmé le bon mot selon lequel les croyances sont des idées devenues chauves, il compare le postmodernisme (qui se télescope à son tour avec une définition de la fin de l’Homme) à une alopécie de la pensée1. Face à cette tonsure postmoderne/posthumaine, certains penseurs se dressent, chevelures luxuriantes au vent, pour amorcer ce questionnement complexe qu’est celui de la condition humaine.

2Si l’intervention de Will Self à ce sujet nous intéresse, c’est avant tout que son œuvre a parfois été décrite comme une entreprise posthumaniste/posthumaine, sulfureuse et redéfinissant les frontières de la pensée contemporaine et la représentation de l’Autre et du Soi dans la littérature britannique du XXIe siècle. Néanmoins, il est aisé de remarquer que cette étiquette « posthumaine » qui colle à la prose de Self est trop souvent utilisée comme synonyme de cruauté. Nous tenterons donc d’interroger à la fois la lecture qui est faite de l’œuvre selfienne, ainsi que les outils de la pensée contemporaine qui lui sont appliqués. Nous commencerons notre tour d’horizon de l’écriture selfienne par une rapide définition du terme posthumanisme (« rapide définition » et « posthumanisme » étant oxymorique), nous nous attacherons ensuite à explorer quelques cas d’infraction à l’unité du sujet humain (à travers les clones, les doubles et le CsO), puis nous conclurons sur des cas d’ouverture à l’Autre en évitant soigneusement la figure du cyborg et en nous concentrant sur ses ancêtres (le grotesque) ou ses descendants (la figure de l’humainimal).

Définition

3Une étude du posthumanisme n’en serait pas vraiment une si elle contournait la délicate épreuve d’une définition du terme humanisme. Néanmoins, comme le précise Tony Davies, la force de ce mot (et des concepts qu’il recouvre) réside bien en son aspect protéen et vague :

  • 2 Davies T., Humanism, Londres, Routledge, 1997, p. 24.

But can a word capable of sustaining so many and so diverse a variety of uses be said to mean anything at all? Is it any more than a blank screen onto which anyone can project their flickering fantasies of power and happiness? It may be of course, that it is precisely this protean adaptability and serviceable vagueness that gives the word its rhetorical power and range2.

  • 3 « Humanism is a word with a very complex history and an unusually wide range of possible meaning a (...)

4Notre tâche est donc vouée à l’échec, avant même d’avoir commencé, un constat pessimiste d’ailleurs partagé par Davies3. Mais plutôt que de nous arrêter là et d’abandonner, nous nous proposons de circonscrire ce terme, au risque de l’affaiblir. En effet, nous avancerons que le posthumanisme se définit en creux, par rapport à un certain type d’humanisme qu’il décrit, mais qu’il construit/écrit également, comme une projection sur un grand écran blanc. Ainsi, cet humanisme du posthumanisme se lit comme un grand récit : celui de ce que Linda Hutcheon nomme liberal humanism. Sous la plume de Hutcheon, ce terme se retrouve en opposition au postmodernisme. Ainsi, un portrait-robot du coupable se dessine à travers la liste des traits principaux du sujet dans ce cadre :

  • 4 Hutcheon L., A Poetics of Postmodernism : History, Theory, Fiction, Londres, Routledge, 1988, p. 5 (...)

Like much contemporary literary theory, the postmodernist novel puts into question that entire series of interconnected concepts that have come to be associated with what we conveniently label as liberal humanism: autonomy, transcendence, certainty, authority, unity, totalization, system, universalization, center, continuity, teleology, hierarchy, homogeneity, uniqueness and origin4.

  • 5 Hayles N. K., How We Became Posthuman : Virtual Bodies in Cybernetics, Literature and Informatics, (...)

5Ce chapelet de caractéristiques est assez proche de plusieurs listes offertes par N. Katherine Hayles : « As I indicated in chapter 1, the values of liberal humanism—a coherent, rational self, the right of that self to autonomy and freedom, and a sense of agency linked with a belief in enlightened self-interest—deeply inform Wiener’s thinking5 », avec en exergue la cohérence, le libre arbitre, la capacité à ressentir des émotions et à être imprévisible. À travers ces quelques termes, il nous semble que cette étiquette prend déjà forme, et, par retour du balancier, le posthumanisme se fait jour. Mais si la définition de la racine pose problème, il nous apparaît que le suffixe est également à prendre en considération dans notre amorce d’étude.

6Si Jean-François Lyotard propose dans « Note sur les sens de “post” » une analyse du suffixe, c’est certainement pour mettre en garde le lecteur sur l’apparente simplicité de ces quatre lettres. Ainsi, si post- veut bien dire après en termes chronologiques (indiquant ainsi souvent une rupture avec ce qui précède), il ne peut être conçu comme un simple changement : il travaille aussi avec, à côté de, et à travers l’humanisme. Ainsi, le posthumanisme n’est pas la fin de l’Homme, fin synonyme de cruauté (cette interprétation signifierait la mort de la caritas), mais plutôt une renégociation, un questionnement, un travail sur et avec la condition humaine et la tradition humaniste (humanitas). Nous empruntons donc les mots de Neil Badmington pour préciser ce que nous entendons par posthumanisme, définition que nous testerons à l’aune de l’œuvre de Will Self :

  • 6 Badmington N., Alien Chic : Posthumanism and the Other Within, Londres, Routledge, 2004, p. 146.

Humanism is here and not quite there. It comes and goes, it flickers, it drifts, and it is precisely this wandering that I want to call the possibility of posthumanism. I should like to stress again that I am not using the term in question to signify the obsolescence of humanism. The “post” does not mark an end, a break, or novelty; it identifies, rather, a patient reckoning with—a working-through of—what follows the prefix. This is not undertaken with a view to refining or refinding anthropocentrism; the engagement with tradition is avowedly critical in its commitment to an undermining. I want, in other words, to propose a posthumanism that is not afraid to tackle the traces of humanism that haunt contemporary western culture6.

7Badmington nous semble ici se rapprocher du déconstructionnisme, qui travaillerait de l’intérieur, plutôt qu’en opposition. À la suite de Badmington, nous devons chercher ces traces d’humanisme qui hantent les marges des pages de Will Self afin de tester ce pouvoir de déconstruction.

Infraction à l’unité du corps humaniste

  • 7 Ce terme fait référence aux écrits de Scott Bukatman pour qui le corps devient le lieu de toutes l (...)

8Le « lieu7 » que nous avons choisi pour notre exploration des motifs posthumains chez Will Self est le corps humain : l’hygiène du corps humaniste devient poreuse et perméable à l’environnement dans la théorie posthumaniste. Mais plus que la création du cyborg (cette rencontre de l’organique et de l’inorganique dont nous reparlerons), les limites du corps sont remises en question :

  • 8 Bukatman S., op. cit.

It is the experience of the body that operated to center the subject, which is why the body must serve as the locus for any interface with terminal identity. […] So far, the body has remained largely protected, a boundary that might be transgressed, but a boundary and limit point nevertheless. Yet, within these discourses, the body is hardly inviolate—it is instead a site of almost endless dissolution. From here the language of terminal identity becomes increasingly de-forming of the human, as the subject is simulated, morphed, modified, retooled, genetically engineered, and even dissolved8.

9Remettre en cause les définitions traditionnelles des limites corporelles du sujet, c’est bien remettre en question le sujet lui-même : le corps est un objet, mais aussi un objet de discursivité, soumis à l’idéologie. Chez Will Self, cette infraction à l’unicité, la singularité et l’aspect discret du corps humain passe par l’exploration métaphorique et parfois plus concrète des doubles, doppelgänger et autres clones. Bien souvent, cette création d’un double corporel s’accompagne par un dédoublement de la personnalité.

10L’imitation de The Picture of Dorian Gray par Will Self, dans Dorian : An Imitation, devrait contenir en son sein un questionnement de l’unicité, de l’homogénéité et de l’imperméabilité du corps/sujet humaniste. En effet, Judith Halberstam, dans son ouvrage Skin Shows : Gothic Horror and the Technology of Monsters, souligne le potentiel du sujet devenu une simple surface épidermique :

  • 9 Halberstam J., Skin Shows : Gothic Horror and the Technology of Monsters, Durham, Duke University (...)

In Wilde’s The Picture of Dorian Gray, the body is obviously enthralled to the soul. […] Dorian’s proof, of course, is that his soul has been extracted and transferred to a painting that sits in judgment over him. But Dorian, like Lord Henry, represents a failure of self-discipline and that failure is linked to the fact that his soul is separate from his body. Without the sense that the soul is buried deep within, the body becomes all surface9.

11En découplant le duo corps/esprit, corps/âme, le double wildien ouvre la porte à une interrogation des notions de profondeur et d’unicité du sujet, deux paramètres que Halberstam identifie comme des oripeaux humanistes. Ce questionnement est mis à jour par l’adaptation selfienne qui transforme le tableau de Basil Hallward en une installation vidéo qui, elle aussi, souffre des abus et extravagances de Dorian. Ce dédoublement artistique est souligné par la description d’une culture homosexuelle des années 1990 qui aurait eu pour effet, selon Lord Henry Wotton, d’aplanir la spécificité du sujet, de l’uniformiser jusqu’à l’anéantir. Ainsi, lors d’une conversation avec Dorian, Henry dresse le portrait d’êtres qui ne peuvent se distinguer :

  • 10 Self W., Dorian : An Imitation, Harmondsworth, Penguin, 2003 [2002], p. 273.

“No need for those biologists to bother with genetic engineering, eh Dorian. Because you boys have beaten them to it. You’re all completely interchangeable: cocks, arseholes, jeans, brains.” In the middle of July, Gianni Versace was murdered in Miami, and this did penetrate Dorian’s purple haze enough to make him think that maybe he should look for some help. He’d known the self-styled King of Glitz—or had he only imagined knowing him? Was it rather that he had flown to Miami and done the shooting himself? Cunanan—what kind of fucked-up pseudonym was that10 ?

12La juxtaposition nominale des termes « cocks, arseholes, jeans, brains » semble démembrer les sujets, tout comme dans une description blasonique, démembrement qui se conclut par la perte de singularité et d’identité de Dorian qui devient Andrew Cunanan. L’interchangeabilité qui devrait faire pénétrer Dorian : An Imitation dans le questionnement posthumain ne fait que présenter la déconstruction du sujet comme une menace, une déchéance qui se conclut dans la version selfienne par la totale dissolution du personnage, mais aussi du statut ontologique du texte (car le lecteur se rend compte que ce qu’il a lu jusque-là est un texte partiel et partial écrit par Wotton). Pour que ce questionnement fonctionne, il aurait fallu que le texte se solve par la disparition du sujet. Bien que nous ne maintiendrons pas que le posthumanisme ne puisse exister que dans une euphorie complète, il nous semble que l’horreur du récit et la condamnation implicite du texte ne sont pas propices à la déconstruction. Le dédoublement métaphorique ne ferait donc, en creux et en négatif, que renforcer les limites du sujet humaniste en condamnant tout assouplissement des définitions traditionnelles du corps humain. Cette interprétation, et cette utilisation de motifs qui pourraient avoir un potentiel de déconstruction posthumaniste, se range plutôt dans le cadre d’une technophobie paniquée, comme le souligne Dan Dinello, en indiquant l’inquiétude d’être remplacé par ces doubles ou de perdre sa singularité :

  • 11 Dinello D., Technophobia ! Science Fiction Visions of Posthuman Technology, Austin, University of (...)

The clone confronts us with profound uneasiness because it has the potential “to challenge the notion of who we are,” says Pierre Baldi. […] While robots and cyborgs destabilize the boundaries between human and machine, the clone counters our sense of possessing a unique identity—it’s another created-by-technology being that potentially can replace us. This anxiety about facing our clone is reminiscent of an older fear, that of the doppelgänger or double […]. At a psychological level, the double represents our evil side, the embodiment of a violent, primitive subconscious, as in the two classics of doppelgänger terror, Robert Lewis Stevenson’s The Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde (1886) and Oscar Wilde’s The Picture of Dorian Gray (1890)11.

13Si l’œuvre de Will Self soumet bien les corps de ses personnages à des redéfinitions de leurs frontières, ces infractions à l’unicité, la singularité et l’hygiène humaniste ne peuvent donner lieu à un travail sur l’idéologie qui a construit de tels objets discursifs/objets réels : elles semblent plutôt réinscrire en creux le désir d’un corps discret.

14Cette peur panique est présente dans l’esthétique du double chez Self, mais elle l’est aussi dans la réinterprétation du Corps sans Organes (Deleuze et Guattari). Afin de tester le caractère holistique du corps humaniste, le CsO change la donne et la cartographie habituelle du corps humain afin de retravailler les relations de pouvoir, de hiérarchie et de système qui le caractérisent :

  • 12 Halberstam J. et Livingston I. (dir.), Posthuman Bodies, Bloomington et Indianapolis, Indiana Univ (...)

It [the Body without Organs] rejects the “holism” formerly attributed both to the individual organism and to the larger ecosystem. […] All such selectional systems are what Deleuze and Guattari call desiring machines or bodies without organs: they are not closed structures, but relational networks that “work only when they break down, and by continually breaking down.” Breakdowns are inevitable, since the process of adaptation is never rapid enough to keep up with the pace of continual change. And every breakdown brings to the fore an immense reservoir of new, untapped difference and mutations: material in random variation upon which selection can operate12.

  • 13 « In his place of total darkness mouth and eyes are one organ that leaps forward to snap with tran (...)

15Judith Halberstam et Ira Livingston soulignent l’importance de ces corps dont les limites tombent, bougent et se redéfinissent. Prenant comme exemple la fameuse scène de Naked Lunch de William S. Burroughs13, le Corps sans Organes est cette machine de changement, de mutation et de permutation qui devrait faire écho à cette critique en mouvement qu’est le posthumanisme. Si Will Self, souvent comparé à Burroughs, semble bien encore une fois emprunter ce thème du CsO, le potentiel de ce motif est rapidement jugulé par l’horreur qu’il inspire et le jugement moral implicite de l’œuvre. Dans Cock and Bull, Will Self présente deux novellas : celle de « Cock » qui raconte l’histoire de Carol, une jeune femme qui découvre un jour qu’elle a un pénis, et « Bull » qui suit un homme affublé d’un vagin dans le creux du genou. Si cette redistribution des cartes corporelles devrait pouvoir interroger la notion de corps humaniste, elle est présentée comme une aberration de la nature. Lorsque le médecin de Bull, qui abusera physiquement de lui, découvre l’étrange métamorphose de son patient, il se lance à la recherche d’autres cas médicaux similaires. Il feuillette alors diverses encyclopédies anatomiques et ses trouvailles sont décrites par le menu au lecteur :

  • 14 Self W., Cock and Bull, Harmondsworth, Penguin, 1993 [1992], p. 136-137.

The faded half-tones, and worse, chromatically distorted colour plates, showed the most fantastic profusion of physical confusion: a man posed shyly—naked white belly billowing—his hand on the back of a kitchen chair, his chest a veritable palimpsest of nipples, some half-cancelling others, some saucer-large; another man screwed up the side of his head towards the camera, the Dürer whorls of his inner-ear containing a scrap of a penis; a woman, pear-shaped and otherwise chillingly ordinary, lay back to give the ultimate crotch shot: double-decker vaginas. […] He pulled down Nicholson’s classic Distortions of the Sex, a book that had been rented out by those who could get their hands on it when Alan was at medical school. […] In Nicholson’s, Siamese twins lay cunt-to-mouth, trapped by a webbing of flesh into a life-long act of cunnilingus; a perfectly ordinary man’s penis had another perfectly ordinary man’s penis growing out of it at right angles; a young woman, not unattractive in a pinched and mean English provincial way, had a clitoris the size of a parsnip14.

16Cette nouvelle cartographie sexuelle pourrait ouvrir la porte à une performativité certaine, dans la lignée des écrits de Judith Butler. Le réagencement corporel serait alors un moyen de dévoiler la discursivité du corps et la construction complexe du genre. Néanmoins, une fois de plus, chez Self, ces créatures qui enfreignent la hiérarchie humaniste ne sont pas des révélateurs, ou des éléments de déconstruction, ils permettent plutôt un repli paradoxal vers le standard hygiénique d’un corps « normal » à travers la terreur qu’ils inspirent. Carol, qui est l’exemple le plus poussé de Corps sans Organes, se transforme en tueuse sanguinaire, allant jusqu’à violer son mari et même son narrataire intradiégétique (auquel le lecteur est censé s’identifier directement). Aucune adhésion n’est alors possible à ce projet de l’horreur et de la cruauté qui s’écartent du potentiel posthumaniste de telles créatures.

Ouverture du corps au non-humain

17Les infléchissements posthumains les plus connus semblent être ceux qui mettent en scène une ouverture du corps à tout ce qu’il n’est pas, de l’humain au non-humain. Si le cyborg devient la figure tutélaire de tels hybrides, nous souhaiterions rappeler que dans notre définition, il n’est que cela : un mode de questionnement des limites, de la position hiérarchique et de la nature du sujet humain dans lequel la technologie n’entre pas nécessairement en ligne de compte. La fusion avec cet Autre va au-delà des confins de la technologie : c’est pour cela que nous nous attarderons sur les ancêtres et les descendants du cyborg.

18Les métamorphoses jalonnent l’histoire du posthumain, et ce thème n’est pas contemporain. En effet, le grotesque sous toutes ses formes est un précurseur de cette déconstruction de l’ordre et de la hiérarchie établie (au même titre que d’autres ancêtres plus récents du cyborg tels que les Golems, automates, robots et autres androïdes). Néanmoins, si nous nous référons à Bakhtine, et à Bruce Clarke, le grotesque est une parenthèse qui se clôt toujours, se soldant ainsi par un retour à l’ordre établi. Ce chapitre rapidement refermé laisse entrevoir le déséquilibre constant que souhaite, par contraste, établir le posthumanisme :

  • 15 Clarke B., Metamorphosis : Narrative and Systems, New York, Fordham University Press, 2008, p. 2.

The forms taken by premodern tales of metamorphosis anticipate and overlap modern and contemporary stories of posthuman transformation. But there are some marked differences. Archaic and classical metamorphs—once-human characters mixed up with nonhuman traces — were typically either renaturalized by inscription into the organic order (Daphne into a laurel tree, Narcissus into a flower) or returned to human status after a bestial detour. In contrast, modern depictions of bodily metamorphoses center on reorganizations of biological and/or technological elements without return tickets—uncanny syntheses that retain transgressive stigmata and tend to refuse renaturalisation.
[…] Coupled to Darwinian doctrines, modern technological developments have driven the assembly of new stories that rewrite the boundaries between ourselves, animals, and machines. New media generate new metamorphs. […] Whatever the outcome, these stories intimate that the essence of the human is to have no essence15.

19Ce refus du retour à l’ordre établi, ce ticket sans retour pour le posthumain serait donc la ligne qui sépare le grotesque « traditionnel » d’un questionnement posthumaniste. Cette fusion avec l’animal ou le végétal, puisque c’est ce dont parle le grotesque, contient néanmoins en son sein un potentiel interrogateur aussi fort que le cyborg. Ces motifs ne manquent pas d’apparaître dans l’œuvre de Will Self, mais une fois de plus ces fusions penchent vers la réinscription, une fois la parenthèse fermée, des limites hygiéniques du corps humain.

  • 16 Bakhtine M., L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissa (...)

20Ce que Bakhtine nomme un « motif ornemental » dans son étude de l’œuvre de François Rabelais16 ne vise pas à faire peur, mais à célébrer le bas corporel et matériel, tout en soulignant l’aspect fluctuant du corps humain : l’ordre est ébranlé et la hiérarchie subvertie. La fusion avec les plantes (mais aussi les animaux) semble être le mode principal d’existence du grotesque. Cette hybridation se fait jour notamment dans les récits de métamorphose. Dans « Cock », la métaphore de la fleur permet de questionner les limites du genre sur un ton étrangement euphorique lorsque Carol découvre son nouvel organe reproducteur :

  • 17 Self W., Cock and Bull, op. cit., p. 73.

For it didn’t lift itself up in any ungainly fashion, there was nothing mechanical in its sudden growth, nothing wooden. Rather, like a flower opening in a stop-action film, the penis grew all at once, every part of it moving together, in concert, in harmony. It unfolded, spread itself to the sun. Lifted up its slim, supple length so that its smooth skin covering became taut, velvety17.

  • 18 Winterson J., The PowerBook, Londres, Vintage, 2001 [2000], p. 22.

21Cette évocation poétique et inhabituellement positive chez Self n’est pas sans rappeler l’utilisation du même motif, de façon beaucoup moins métaphorique, chez d’autres auteurs contemporains. Ainsi, lorsqu’un des personnages féminins de Jeanette Winterson tente de faire passer en fraude un bulbe de tulipe entre ses cuisses, celui-ci se mêle à la chair, exhibant les différentes couches qui unissent genre, sexe et sexualité, révélant la discursivité des frontières du corps humaniste : « She laughed delightedly and kissed the red flower, its petals fastened tight into a head. […] Then a strange thing began to happen. As the Princess kissed and petted my tulip, my own sensations grew exquisite, but as yet no stronger than my astonishment, as I felt my disguise come to life. The tulip began to stand. I looked down18. » Les passages extraits de The PowerBook et de « Cock : A Novelette » sont donc assez proches, mais se désunissent, sur le long terme. Alors que la fusion grotesque chez Winterson permet une redéfinition des frontières du genre, et donc du sujet, sans être condamnée par le texte, celle de Self se transforme peu à peu, le sexe-fleur finissant par devenir une arme qui tuera le mari de Carol lors d’une scène finale de viol. Une fois de plus le motif semble bien être porteur d’une déconstruction possible du sujet humaniste, mais se trouve rejeté par la conclusion du texte. Si l’ancêtre grotesque échoue à reformuler en profondeur les limites du sujet, les héritiers du cyborg hantent aussi les pages des romans selfiens.

22Si nous avons choisi ici de nous attaquer à un auteur du mainstream et qui ne fait pas nécessairement figurer de véritables cyborgs à travers les pages de sa fiction, c’est que nous estimons que le cyborg n’est qu’une porte ouverte vers l’interrogation et non une réalité figée. Ainsi, lorsque Donna J. Haraway a complété la famille des créatures posthumaines, capables de questionner l’hygiène du sujet humaniste, il n’est pas étonnant qu’elle s’écarte de la fusion technologie/organique pour se tourner vers les animaux de compagnie et autres compagnons d’espèce. Cette altérité radicale doit exposer l’anthropocentrisme qui est souvent imposé à l’espèce animale afin de dévoiler la discursivité de nos propres définitions du sujet :

  • 19 Haraway D. J., The Companion Species Manifesto : Dogs, People, and Significant Otherness, Chicago, (...)

I tried to inhabit cyborgs critically, i.e., neither in celebration nor condemnation, but in a spirit of ironic appropriation for ends never envisioned by the space warriors. Telling a story of co-habitation, co-evolution, and embodied cross-species sociality, the present manifesto asks which of two cobbled figures—cyborgs and companion species—might more fruitfully inform liveable politics and ontologies in current life worlds. These figures are hardly polar opposites. Cyborgs and companion species each bring together the human and non-human, the organic and technological, carbon and silicon, freedom and structure, history and myth, the rich and the poor, the state and the subject, diversity and depletion, modernity and postmodernity, and nature and culture in unexpected ways19.

  • 20 Ibid., p. 16.

23Loin d’être l’antithèse du cyborg, le compagnon d’espèce en est le prolongement qui met à mal l’hygiène imperméable du sujet humaniste : « In sum, “companion species” is about a four-part composition, in which co-constitution, finitude, impurity, historicity, and complexity are what is. The Companion Species Manifesto is, thus, about the implosion of nature and culture in the relentlessly historically specific, joint lives of dogs and people, who are bonded in significant otherness20. »

24Dans le corpus selfien, Great Apes s’impose comme l’œuvre dans laquelle humain et compagnons d’espèce se rencontrent (puisque la logique du roman repose sur le fait que Simon Dykes, un artiste renommé, se réveille un matin pour se rendre compte que le monde est dominé par les grands singes), mais nous aborderons plutôt « Flytopia », une nouvelle moins connue. Jonathan est un jeune universitaire qui passe quelques jours dans un cottage de la campagne anglaise alors que sa femme est restée en ville. Exaspéré par des nuées d’insectes qui le harcèlent, il finit par entrer en contact avec ces créatures qui communiquent avec lui en s’organisant en formations qui tracent des lettres et des messages adressés à cet être humain. En se mettant d’accord pour collaborer pacifiquement, Jonathan et les insectes trouvent un mode de cohabitation bénéfique pour les deux espèces. Cette collaboration culmine avec un rêve d’accouplement entre Jonathan et sa compagne devenue insecte :

  • 21 Self W., « Flytopia », in Tough, Tough Toys for Tough, Tough Boys, Harmondsworth, Penguin, 1999 [1 (...)

As she removed epidermis after epidermis, the sun streamed through her wings […]. Then they were one writhing thing on the sheet. She arched above him, her multifaceted eyes capturing and scattering the light. He groaned—in awe and pleasure. Out of the line of his sight, her modified ovipositor pushed smoothly from the tip of her abdomen […]. The ovipositor nuzzled his anus; and then the sting oozed up, killing him at the moment of climax. Jonathan awoke, his mouth full of glutinous, mucal crud. It was ten thirty in the evening, and he was now living in Flytopia21.

25Cette scène, qui aurait pu être la continuité de l’utopie amorcée par la nouvelle dans laquelle la cohabitation et la collaboration entre espèces en amollissent les frontières, marque en fait le début d’une dystopie. Le sujet humain et grammatical disparaît du passage : « she » devient « ovipositor », arme mortelle qui tue son mari. Cet interlude onirique trouve une conclusion « réelle » dans l’économie de la nouvelle lorsque la femme de Jonathan rentre effectivement à la maison et est offerte aux insectes en guise de morceau de viande dans lequel les nouveaux amis de l’universitaire pourront pondre. Ce motif qui aurait pu déconstruire les présupposés anthropocentriques de l’humanisme libéral échoue une fois de plus dans l’œuvre selfienne pour réinscrire par défaut, à travers l’horreur inspirée par les récits, une hygiène corporelle du sujet, coupée de toute relation éthique à l’Autre.

Conclusion

26En amorçant cette réflexion, nous avons souhaité souligner le fait qu’un questionnement posthumaniste devrait pouvoir dépasser la simple figure du cyborg en s’incarnant dans diverses infractions aux limites du corps humaniste. Néanmoins, chez Will Self, ces parenthèses sont le plus souvent synonymes de cruauté et d’une peur panique de la perte de la singularité, de la position hiérarchique et de l’imperméabilité du sujet à l’Autre.

27C’est ainsi que nous aimerions conclure sur la résilience d’une certaine conception de l’humanisme : à la fois sous la forme d’un déni fort chez Will Self, mais aussi d’une rémanence dans le terme même de posthumanisme. En effet, nous avons fait plus haut allusion à une citation de Neil Badmington qui soulignait le fait que le posthumanisme n’est pas une fin de l’Homme ou même de l’humanisme : c’est une renégociation, un travail avec. C’est pour cela qu’il nous semble que le posthumanisme porte mal son nom, ce devrait être plutôt un humanisme sous rature, pour suivre les traces de Derrida, Elaine L. Graham et Badmington, bien que cette option soit typographiquement moins viable que le terme posthumain/posthumanisme. Si la fin de l’Homme doit s’écrire dans le langage de l’Homme, pour emprunter les mots du philosophe, le terme humanisme continue à exister sous la biffure, mettant ainsi en avant l’aspect presque intenable d’une telle entreprise de déconstruction.

Bibliographie

Bibliographie

Badmington N., Alien Chic: Posthumanism and the Other Within, Londres, Routledge, 2004.

Bakhtine M., L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970.

Bukatman S., Terminal Identity: The Virtual Subject in Postmodern Science Fiction, Durham, Duke University Press, 2002 [1993].

Burroughs W. S., Naked Lunch, Londres, Flamingo, 1993 [1959].

Clarke B., Posthuman Metamorphosis: Narrative and Systems, New York, Fordham University Press, 2008.

Davies T., Humanism, Londres, Routledge, 1997.

Dinello D., Technophobia! Science Fiction Visions of Posthuman Technology, Austin, University of Texas Press, 2005.

Halberstam J. et Livingston I. (dir.), Posthuman Bodies, Bloomington et Indianapolis, Indiana University Press, 1995.

Halberstam J., Skin Shows: Gothic Horror and the Technology of Monsters, Durham, Duke University Press, 2000 [1995].

Haraway, D. J., The Companion Species Manifesto: Dogs, People, and Significant Otherness, Chicago, Prickly Paradigm, 2003.

Hayles N. K., How We Became Posthuman: Virtual Bodies in Cybernetics, Literature and Informatics, Chicago, University of Chicago Press, 1999.

Hutcheon L., A Poetics of Postmodernism: History, Theory, Fiction, Londres, Routledge, 1988.

Self, W., Cock and Bull, Harmondsworth, Penguin, 1993 [1992].

—, Dorian: An Imitation, Harmondsworth, Penguin, 2003 [2002].

—, The End of Everything: Postmodernism and the Vanishing of the Human, Duxford, Icon, 2003.

—, Tough, Tough Toys for Tough, Tough Boys, Harmondsworth, Penguin, 1999 [1998].

Winterson J., The PowerBook, Londres, Vintage, 2001 [2000].

Notes

1 « If, as Malarmé said, “Beliefs are ideas going bald,” then ours is an age in which a myriad of trichologically challenged men and women are fighting to the death over a single broken, pink, plastic comb. » (Self W., « Foreword », in The End of Everything : Postmodernism and the Vanishing of the Human, Duxford, Icon, 2003, p. v.)

2 Davies T., Humanism, Londres, Routledge, 1997, p. 24.

3 « Humanism is a word with a very complex history and an unusually wide range of possible meaning and contexts; and for anyone attempting to offer an account of those meanings, the attraction of Humpty Dumpty’s approach to the problems of definition is obvious. Life would certainly be much easier, and this book a good deal more straightforward, if I could simply set out my definition of humanism in the first page, and then proceed to demonstrate, with carefully selected examples and a contemptuous disregard for any prosaic objections, that it means just what I choose it to mean. No such luck, alas. » (Ibid., p. 2-3.)

4 Hutcheon L., A Poetics of Postmodernism : History, Theory, Fiction, Londres, Routledge, 1988, p. 57.

5 Hayles N. K., How We Became Posthuman : Virtual Bodies in Cybernetics, Literature and Informatics, Chicago, University of Chicago Press, 1999, p. 86-87. Cette citation se poursuit un peu plus loin : « He goes on to develop other characteristics that, for him, set the human apart from the android : being unique, acting unpredictably, experiencing emotions, feeling vital and alive. The list reads like a compendium of qualities that the liberal humanist subject is supposed to have. » (Ibid., p. 163-164.)

6 Badmington N., Alien Chic : Posthumanism and the Other Within, Londres, Routledge, 2004, p. 146.

7 Ce terme fait référence aux écrits de Scott Bukatman pour qui le corps devient le lieu de toutes les négociations posthumaines : « In contemporary fiction and philosophy the body has been successively—if not simultaneously—addicted to, infected by and wired into the cybernetic system. » (Bukatman S., Terminal Identity : The Virtual Subject in Postmodern Science Fiction, Durham, Duke University Press, 2002 [1993], p. 243-244.)

8 Bukatman S., op. cit.

9 Halberstam J., Skin Shows : Gothic Horror and the Technology of Monsters, Durham, Duke University Press, 2000 [1995], p. 73.

10 Self W., Dorian : An Imitation, Harmondsworth, Penguin, 2003 [2002], p. 273.

11 Dinello D., Technophobia ! Science Fiction Visions of Posthuman Technology, Austin, University of Texas Press, 2005, p. 216.

12 Halberstam J. et Livingston I. (dir.), Posthuman Bodies, Bloomington et Indianapolis, Indiana University Press, 1995, p. 51-53.

13 « In his place of total darkness mouth and eyes are one organ that leaps forward to snap with transparent teeth… but no organ is constant as regards either function or position… sex organs sprout anywhere… rectums open, defecate and close… the entire organism changes color and consistency in split-second adjustments… » (Burroughs W. S., Naked Lunch, Londres, Flamingo, 1993 [1959], p. 180.)

14 Self W., Cock and Bull, Harmondsworth, Penguin, 1993 [1992], p. 136-137.

15 Clarke B., Metamorphosis : Narrative and Systems, New York, Fordham University Press, 2008, p. 2.

16 Bakhtine M., L’Œuvre de François Rabelais et la culture populaire au Moyen Âge et sous la Renaissance, Paris, Gallimard, 1970, p. 41.

17 Self W., Cock and Bull, op. cit., p. 73.

18 Winterson J., The PowerBook, Londres, Vintage, 2001 [2000], p. 22.

19 Haraway D. J., The Companion Species Manifesto : Dogs, People, and Significant Otherness, Chicago, Prickly Paradigm, 2003, p. 4.

20 Ibid., p. 16.

21 Self W., « Flytopia », in Tough, Tough Toys for Tough, Tough Boys, Harmondsworth, Penguin, 1999 [1998], p. 35.

Auteur

Maître de conférences d’études anglophones, université de Montpellier 3

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search