Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Troisième partie. La dynamique églises/agriculture à l’épreuve des siècles

Les fraternités de prêtres en France sous l’Ancien Régime : sociétés de crédit ou « mutualités sacerdotales » ?

Stéphane Gomis

Texte intégral

  • 1 Pour plus de précisions, Stéphane Gomis, Les « Enfants prêtres » des paroisses d’Auvergne, xvie-xv (...)
  • 2 L’expression « enfant prêtre » a été rencontrée à deux reprises : à Jaligny, voir Arch. dép. de l’ (...)

1Sous l’Ancien Régime, les communautés de prêtres sont, au sein de l’Église de France, des institutions paroissiales aux caractères bien spécifiques1. Ces sociétés sont particulièrement nombreuses dans les diocèses de montagne, du Jura aux Pyrénées, en passant par le Massif central ; par exemple, le diocèse de Clermont, que j’analyserai plus particulièrement ici, en compte un peu plus de deux cents sur un total de plus de huit cents paroisses environ. Apparues aux xiiie et xive siècles, elles accueillent exclusivement les prêtres natifs de la paroisse. Ceux-ci portent le nom de prêtres « filleuls » car ils ont tous été baptisés dans l’église paroissiale qui a consacré leur renaissance spirituelle. Les fraternités les plus considérables ont rassemblé jusqu’à cent membres, comme à Aurillac dans le diocèse de Saint-Flour. En Auvergne, la dénomination « enfant prêtre » est moins communément employée qu’en Berry ou en Lorraine2. Néanmoins, l’expression est sans doute celle qui résume le mieux la réalité de la fonction. Les prêtres sociétaires sont, à côté du curé et de son vicaire, des clercs au statut original. Leur spécificité est liée notamment aux conditions qui président à leur recrutement. Les compagnies les mieux structurées, que sont les fraternités de prêtres « filleuls et communalistes », se sont dotées de véritables organes de gouvernement. Leur rôle réside principalement dans la célébration des messes pour les défunts de la paroisse, fondées par testaments ou par donations. Cependant, leur dimension spirituelle ne se limite pas à ces services pour les morts. Ces derniers ne représentent qu’un volet de la fonction cultuelle des sociétaires. Il convient de signaler la plus grande solennité apportée au culte paroissial, à travers le lustre donné aux messes chantées, les processions et surtout, la psalmodie commune – voire le chant – de tout ou partie de l’office canonial. Au-delà, de ces aspects strictement liturgiques, il est nécessaire également de replacer ces fraternités dans l’économie et la société villageoise, dont elles constituent un rouage essentiel. En effet, se distinguant par leur instruction et leur statut, ces clercs contribuent à la gestion des biens patrimoniaux, quand ils ne deviennent pas les véritables chefs de leur « clan ». Ce sont tout d’abord ces aspects que nous envisagerons. Par ailleurs, les communautés sacerdotales tentent de gérer rationnellement les biens accumulés par le mécanisme des fondations pieuses. À ce propos, nous nous intéresserons à leur activité de prêteur. Enfin, nous évoquerons le système des donations accordées par ces clercs, à titre personnel, en faveur de leur parenté.

Prêtres sociétaires et gestion des patrimoines familiaux

  • 3 Abel Poitrineau, « Institutions et pratiques successorales en Auvergne et en Limousin sous l’Ancie (...)
  • 4 A. Poitrineau, « Sur la configuration des familles en Auvergne aux xviie et xviiie siècles », Entr (...)

2En terme de droit successoral, « l’Auvergne [fait] partie de ce groupe de provinces, très minoritaires en France, qui appliquent le système du partage inégalitaire entre héritiers et privilégient généralement l’héritier unique3 ». Ce sont généralement les fils, et plus spécifiquement les aînés, qui en profitent. Ils assurent ainsi le maintien de l’oustau, c’est-à-dire la maison paternelle. Abel Poitrineau a montré que les fratries complexes dominent dans les zones de hauts plateaux et de montagnes, tant à l’ouest qu’à l’est, alors que les familles nucléaires sont majoritaires en Limagne et dans le val d’Allier4. Il s’avère donc que les ménages élargis, autrement dit ceux qui pratiquent le choix de désigner un seul héritier, sont particulièrement nombreux dans les régions montagneuses. Or il se trouve que cette géographie coïncide assez bien avec les zones de recrutement sacerdotal les plus importantes et, par contre-coup, avec celles de fortes densités de fraternités sacerdotales.

  • 5 Quelques travaux se sont attachés à détailler le fonctionnement des communautés familiales ; voir (...)
  • 6 Françoise Cardenoux-Manaranche, La seigneurie de Besse à la fin du xviesiècle, d’après le terrier (...)
  • 7 Pour une vision plus globale, voir les travaux de Gérard Béaur, notamment l’Histoire agraire de la (...)

3Cependant, il ne faudrait pas en conclure trop hâtivement, que l’exhérédation est synonyme d’exclusion du clerc. Au contraire, le prêtre filleul est un des éléments de la dynamique de la solidarité communautaire. Il contribue au maintien de la cohésion de l’organisation sociale et économique de la communauté. En fait, loin d’être écartés, les prêtres sociétaires viennent renforcer les solidarités familiales. C’est particulièrement vrai lorsqu’on s’intéresse aux communautés de familles. Si les origines des sociétés de prêtres sont difficiles à cerner, elles rejoignent dans leur esprit cette autre structure communautaire dont l’existence est attestée dans le haut pays. Les hautes terres, notamment celles du Massif central, ont vu se multiplier différentes formes de vie communautaire. Ces communautés familiales ont pour nom « communautés taisibles », « frérèches » ou « consorces ». En Auvergne ou en Limousin, vivre « au même pot et au même feu » n’est pas un fait isolé5. La forme la plus élaborée du système voit deux ou trois générations cohabiter dans la même demeure avec parents et alliés. Plus simplement, après la disparition de leurs parents, plusieurs enfants d’une même famille peuvent décider de poursuivre la vie commune en compagnie de leurs conjoints. C’est une façon d’éviter le partage des biens et le morcellement des propriétés. Les communautés de familles associent donc plusieurs ménages vivant sous un même toit et exploitant leurs terres en commun. L’étude des terriers enseigne que les enfants prêtres participent activement à la mise en valeur du domaine familial. Ainsi, lors de la déclaration d’une terre, d’un pré ou de tout autre bien foncier, leur nom apparaît au côté de celui d’un frère ou d’un neveu. À Besse, dans les monts du Cézallier au sud-ouest du diocèse, le terrier de 1580 indique que 25,8 % des tenanciers déclarent détenir leurs biens en « consortage ». La majorité d’entre eux sont des frères. On trouve également l’association oncles-neveux ou encore celle de deux beaux-frères. L’un des prêtres de la fraternité, Michel Respailh, se trouve être à la tête de l’une de ces communautés. En effet, par le décès de ses deux frères, Antoine et Jehan, il est le seul garçon adulte de la maisonnée. La postérité est assurée par son neveu, Jacques, le fils de Jehan. Par ailleurs, un autre ménage fait partie de la communauté, celui de Guillaume Meynial et de son épouse, dont on ignore le nom. Guillaume est le cousin germain du prêtre communaliste. Sa mère est une Respailh. Or, en 1580, il est lui aussi décédé. Il laisse trois fils, François, Bertand et Jehan. Michel est donc aussi le curateur de ses trois petits cousins. C’est au nom de toute sa parentèle qu’il déclare un ensemble de biens assez considérable. Les Respailh-Meynial possèdent le domaine des Costes, dans le mas de Péalat, d’une superficie d’environ quarante hectares, auquel s’ajoutent, dans le même village, deux corps de bâtiments complets, avec maison, grange et étable, treize journaux de prés et sept séterées de champs. En outre, ils ont au terroir de Savroy dix journaux de prés, deux séterées de terres et des bois. Ils figurent donc parmi les censitaires les plus riches. En tout, ils acquittent 10 livres, 18 sols, 1 denier de cens, c’est-à-dire 5 % de la totalité de l’impôt perçu sur l’ensemble de la seigneurie foncière6. En outre, cet exemple illustre combien, dans les décennies antérieures à la Réforme catholique, la tenue vestimentaire ne distingue pas véritablement le clerc du laïc. Face au travail à accomplir, le paysan ne perçoit pas nécessairement le clerc comme un homme de Dieu. Il représente plutôt une aide appréciée pour des activités contraignantes. Toutes les bonnes volontés sont donc les bienvenues. De plus, leurs occupations spirituelles n’accaparent pas constamment les sociétaires. Plus globalement, à l’image de leurs parents, les enfants prêtres partagent donc les difficultés de la vie, liées à une économie dont l’équilibre reste toujours très fragile. Dans ces conditions, dans la France rurale de l’époque moderne, le recours au prêt est chose courante7.

  • 8 BnF, Manuscrits français, n° 18423, papiers du chancelier Séguier, f° 532-541 : Mémoire des abus q (...)

« La province d’Auvergne a le malheur d’estre plus infestées d’usure que toute autre province du royaume […]. L’usure y est tellement établie que ceux qui font commerce d’argent ne font nulle difficultés de tirer interest des sommes qu’ils prettent, sans demande, ny condamnation en justice8. »

4Ce réquisitoire, bien sévère, émane du chancelier de Louis XIV, Pierre Séguier. Le ministre se tient régulièrement informé du travail accompli par les magistrats envoyés en 1665-1666 pour tenir les Grands Jours. Le jugement du chancelier Séguier est peut-être excessif, mais il a le mérite d’énoncer une situation relativement courante. Elle n’est sans doute pas spécifique à « la province d’Auvergne ».

Mutualités sacerdotales ?

  • 9 Nicole Lemaitre, Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles du diocèse de Rodez (1417-1563), (...)
  • 10 Serge Brunet, Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous (...)
  • 11 Bernard Schnapper, Les rentes au xvie siècle : Histoire d’un instrument de crédit, Paris, 1957.
  • 12 Jean Jacquart, « L’endettement paysan et le crédit dans les campagnes de la France moderne », Ende (...)
  • 13 A. Poitrineau, La vie rurale en Basse-Auvergne au xviiie siècle (1726-1789), Paris, 1965, t. 1, p. (...)
  • 14 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 35 G 35.
  • 15 Évelyne Morin, La vie économique et sociale à Ambert en Livradois de 1580 à 1661, thèse, École des (...)
  • 16 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 5 E 18/416-426. En l’absence d’inventaire des actes passés par les comm (...)

5Le rôle économique des fraternités de prêtres a été bien mis en évidence notamment par les travaux de Nicole Lemaitre sur le Rouergue 9 et par ceux de Serge Brunet sur le Val d’Aran10. Ils ont montré comment les collèges sacerdotaux fonctionnent aussi comme de véritables sociétés de crédit, plus proches de la « mutuelle » que de la banque. Certes, ils sont au sein des communautés paroissiales le symbole de la communion des vivants pour intercéder en faveur des morts. Mais le système a également une dimension profane, économique, importante. Très tôt, vraisemblablement dès leur création, mais les premières mentions datent du début du xve siècle, les communautés de prêtres ont pratiqué l’achat de rentes constituées, procédé habituel sous l’Ancien Régime11. Par cet acte, passé devant notaire, le vendeur (le bénéficiaire du prêt) reçoit de l’acheteur (ici, la communauté de prêtres) un capital appelé « principal ». La rente est donc l’intérêt du capital prêté, selon des taux raisonnables, excédant très rarement le denier 12 (8,33 %). Elle reste redevable tant que le capital n’est pas remboursé. En outre, le vendeur garde toujours la possibilité de procéder au rachat de la rente. Il s’agit donc d’un prêt déguisé sous la forme d’une vente. Ces pratiques renforcent l’idée d’un circuit clos. Les prêtres participent activement à l’économie paroissiale en évitant à la communauté villageoise de recourir à des usuriers. Il y a quelques années, Jean Jacquart rappelait la typologie de l’endettement paysan. La palette est large. Elle commence avec le prêt ordinaire qui, face à une échéance, conduit le débiteur à en différer le paiement. Elle peut conduire également à l’endettement de nécessité qui, pour sa part, est plus considérable et plus tragique puisqu’il pousse à l’emprunt le chef de famille pour faire vivre les siens12. De même, Abel Poitrineau note que « les ruraux s’endettent par bien des canaux13 ». La France d’Ancien Régime est un pays qui souffre régulièrement du manque de numéraire. Or comment faire face, en temps de crise, au paiement de certains impôts comme la taille ? L’une des solutions consiste à s’adresser à la fraternité de sa paroisse. La plupart des sociétés de communalistes, qui ont les moyens financiers suffisants, s’adonnent à l’achat de rentes. L’argent dont elles disposent provient des contrats de constitution de fondations pieuses. En Rouergue, le système s’appuie sur les mêmes ressorts. Au xvie siècle, pour le diocèse de Rodez, Nicole Lemaitre signale combien le taux pratiqué est favorable au laboureur. Alors qu’à Paris, il s’élève au denier 12, les prêtres natifs pratiquent un prêt au denier 14 (7,1 %). En 1655, l’inventaire, dressé par les syndics de la communauté de Montaigut-en-Combraille dans le diocèse de Clermont, indique que sur les cent cinquante-deux contrats conservés alors dans les archives, trente-neuf sont des rentes constituées, soit 25,6 % du total. Les trois quarts des actes restants rassemblent, notamment sous la forme de testaments, des fondations pour l’accomplissement de services religieux14. Les donations consistent en des biens immobiliers ou de terres. Les revenus, provenant de leur mise en valeur, sont utilisés pour faire face aux demandes de constitution de rentes. Ainsi, le 2 mars 1644, Jean Roy apothicaire et Jeanne Tailhardat son épouse, moyennant une donation au principal de 150 livres de rente, chargent la communauté de « dire annuellement à l’autel du Rosaire, chacun jour de l’octave de l’Assomption, une messe des morts ». Quelques années plus tard, le 9 octobre 1649, cette somme est prêtée à Mathieu Jallard, laboureur, et à sa femme Marguerite Laval, selon un intérêt établi au denier 20 (5 %). Au total, à Montaigut, le taux le plus élevé est de 6,6 %, c’est-à-dire qu’il correspond au denier 15. Le plus faible est de 5 %. La moyenne s’établit à 5,8 % (denier 17). Avant l’édit de décembre 1665 qui établit le « denier 20 » (5 %), pour l’ensemble du royaume, le taux légal est, depuis 1569, celui du « denier 15 » (6,6 %). Les communalistes proposent donc à leurs débiteurs des rentes plus intéressantes que le taux habituel. À Ambert, l’endettement est également assez fréquent. Entre 1628 et 1637, la communauté va engager, dans des opérations de constitution de rentes, 4 266 livres. Au cours de la seule année 1628, le montant s’élève à 1 099 livres15. Ici, encore, la moyenne tourne autour du denier 17. Pour la décennie 1661-1670, le taux des rentes passées chez maître Annet Gladel s’établit en moyenne à 5,5 % (denier 18). Quelques très rares contrats dépassent le denier 12. C’est le cas le 25 novembre 1663, lors de la transaction conclue avec Madeleine Logent et sa belle-sœur Marie Peschier. Pour un capital de 820 livres, la rente annuelle est fixée à huit livres, soit un taux de près de 10 %. Alors que pour la décennie 1628-1637, les prêtres achètent en moyenne une rente tous les ans, trente ans plus tard, ce chiffre s’abaisse à un achat tous les trois ans16.

  • 17 L’expression est empruntée à N. Lemaitre, « Les communautés de prêtres filleuls dans le Rouergue d (...)
  • 18 Sous l’Ancien Régime, certains taux peuvent dépasser les 50 %, Georges Duby et Armand Wallon (dir. (...)
  • 19 Bartolomé Clavero, La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, 1996, p (...)

6Selon quels processus ces hommes de Dieu ont-ils donc été amenés à devenir des « manieurs d’argent17 » ? En effet, il semble légitime de se demander comment il est possible d’être membre du clergé et de pratiquer le prêt à intérêt. Les taux excèdent très rarement le denier 12 (8,33 %). Ils ne peuvent donc pas être considérés comme usuraires18. Mais cela suffit-il à bien comprendre dans quel état d’esprit ces rentes sont accordées ? L’étude de Bartolomé Clavero a permis de considérer la question avec un nouveau regard et de nouvelles approches. En effet, dans son livre intitulé La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, il défend l’idée qu’il existe une morale catholique qui admet le prêt19. Pour lui, la démarche est possible quand le prêteur entend obtenir la gratitude de l’emprunteur. Il s’emploie à démontrer que, dès le xvie siècle, pour les théologiens de l’École de Salamanque, exiger de l’argent n’est pas licite, mais exiger une compensation comme « la bienveillance et l’amour » l’est parfaitement. En définitive, le prêt doit être considéré comme un bienfait pour être moral. Pour la théologie catholique, le bénéfice spirituel du prêt doit l’emporter sur son bénéfice financier. Ce que l’Église condamne, ce n’est pas le prêt en tant que tel mais l’usure mentale qui l’accompagne. Le schéma explicatif fourni par B. Clavero s’avère particulièrement pertinent pour notre propos. Ce qui est en jeu dans la demande d’indemnisation dépasse alors les aspects utilitaires et juridiques. Elle doit davantage être comprise dans le cadre d’un processus qui est, pour l’auteur, celui du don et du contre-don. Dans ce système d’échange où, comme le souligne B. Clavero, la dimension familiale est essentielle, les enfants prêtres trouvent pleinement leur place. Afin de prier pour les morts de la communauté, ils reçoivent un don : du numéraire qu’ils ne thésaurisent pas mais qu’ils vont réinjecter en forme de contre-don dans l’économie paroissiale. Ces mécanismes prennent tout leur sens si l’on prend en compte leurs incidences économiques et sociales.

  • 20 N. Lemaitre, Le Rouergue flamboyant…, op. cit., p. 289-295 notamment.

7Pour répondre à ces besoins, l’organisation mise en place par les sociétés de prêtres obituaires est effectivement plus proche de la « mutuelle » que de la banque. Cela est particulièrement vrai lorsqu’elles pratiquent des prêts à la consommation, sous la forme de céréales mais également de semences. Ces derniers sont un appoint précieux pour faire repartir la production après des calamités. Ils peuvent prendre la forme d’un crédit à très court terme comme en témoignent des exemples rouergats. Ainsi, entre 1514 et 1535, la communauté de Saint-Laurent pratique au printemps le prêt de blé. Il arrive aussi que des fraternités s’adonnent au prêt sur gage mobilier. En 1523, Bernard Melet, habitant de Saint-Laurent, apporte aux clercs deux flacons d’argent contre la somme de 156 livres. Il récupère son bien deux mois plus tard, moyennant le remboursement de la somme. Voilà les compagnies assimilées à de véritables Monts-de-Piété ! L’entreprise fonctionne, semble-t-il, à la satisfaction de tous. L’étude des registres de comptes montre que l’opération n’enrichit pasla communauté. À Sauveterre dans le Ségala, pour la période 1617-1618, 81 livres 6 sous sont prêtées ; 29 livres 15 sous seulement sont récupérées20.

  • 21 Les sondages réalisés, pour la décennie 1750-1759, dans les minutiers de Me Damien Gladel, notaire (...)
  • 22 Jourdan, Decrusy, Isambert et Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1825, t. 22, p (...)
  • 23 A. Poitrineau, La vie rurale…, op. cit., p. 597. Voir également, Bertille de Mainbray-Carmantrand, (...)

8Cependant, au cours du xviiie siècle, les mécanismes de ce système sont mis à mal21. Ces difficultés ont des origines diverses. Conjointement à la baisse du niveau des fondations, l’une des causes est à rechercher dans la législation royale. En effet, celle-ci entend s’attaquer aux biens détenus par les gens d’Église, appelés de main morte. Or les rentes obituaires participent de ces revenus qui échappent à l’impôt ou encore aux droits de mutation. Déjà, en 1689, une première ordonnance réclame un prélèvement du sixième du capital de tous les obits fondés. En 1749, un nouvel édit entend renouveler « toutes les dispositions des lois sur les établissements et les acquisitions des gens de main-morte22 ». Il renforce et accentue toutes les mesures précédentes. Le texte indique très clairement que « la multiplication des rentes constituées sur des particuliers a contribué encore à l’accroissement des biens possédés par les gens de main-morte ». Désormais, il leur est défendu « d’acquérir, de recevoir, ni de posséder à l’avenir aucune rente sur les particuliers, si ce n’est après en avoir obtenu la permission du roy, par lettres patentes, qu’il faut en outre faire enregistrer auprès du parlement ». La législation devient donc très sévère. On comprend sans peine que de telles exigences ne pouvaient que ralentir le mouvement des rentes. Cela d’autant plus que chaque démarche n’était pas gratuite. En outre, la banqueroute de Law, au début des années 1720, a également porté un coup sérieux au capital des fraternités. En effet, beaucoup de rentes ont été rachetées par le truchement des billets de banque. Or, après la chute du Système, ces derniers n’ont plus beaucoup de valeur. Par ailleurs, si au xviiie siècle les solidarités paysannes existent toujours, les liens qui unissent l’ensemble des villageois ne sont plus aussi forts. En Basse-Auvergne, les « consortages » résistent moins bien aux ambitions personnelles de certains membres de la communauté. De fait, le nombre des divisions d’hoiries semble croître dans la seconde moitié du dernier siècle de l’Ancien Régime23.

9Ainsi, les dispositifs à l’œuvre évitent à l’emprunteur d’aliéner inexorablement la terre familiale. Mais, contesté notamment par la législation royale et la montée de l’individualisme, le système périclite dans la seconde moitié du xviiie siècle. Néanmoins, parallèlement à la pratique du prêt, les sociétaires agissent également à titre individuel.

Au service des siens

  • 24 Michel Vernus, « Le clergé paroissial d’Ancien Régime et les actes notariés : l’exemple du doyenné (...)
  • 25 L’insinuation est obligatoire seulement pour les donations portant sur des biens d’une valeur supé (...)
  • 26 Le ressort de cette sénéchaussée s’étendait sur la majeure partie de la Basse-Auvergne. Nous nous (...)

10Plusieurs mentions indiquent que tel ou tel prêtre se trouve « chargé de famille », de neveux, de nièces ou de sœurs. Dans le même temps, on apprend qu’il demeure en compagnie de parents, d’un frère ou d’enfants, dont il se trouve être le tuteur. Le sociétaire dispose, sans nul doute, de quelques moyens qui lui permettent de soutenir financièrement la fratrie. Michel Vernus a signalé tout l’intérêt d’étudier les donations entre vifs24. Ces actes sont passés devant notaire. Il semblait difficile de mener une étude sérielle sur un temps long à partir des minutes notariales ; il aurait fallu dépouiller un nombre considérable de minutiers. Fort heureusement, depuis l’ordonnance de 1539 et jusqu’en 1703, ce type d’acte fut soumis à l’insinuation, dont des registres recensent obligatoirement tous les contrats supérieurs à cinquante livres25. Ce sont les accords contractés dans le ressort de la sénéchaussée de Riom qui ont concentré mon attention ; d’une part parce que la collection conservée permet d’étudier le phénomène pour l’ensemble du xviie siècle ; d’autre part parce que cette juridiction couvre une grande partie du territoire diocésain, à l’exception des archiprêtrés de Souvigny et de Cusset au nord, et de celui de Mauriac au sud26. La période étudiée couvre les années 1600 à 1699. Au total, 544 contrats de donation de prêtres natifs, en faveur d’un ou de plusieurs membres de leurs familles, ont été recensés. L’évolution de la courbe des donations montre une progression constante jusque dans les années 1660-1679, avec un petit palier à la charnière des décennies 1620-1629 et 1630-1639. Le niveau stagne alors autour de la cinquantaine d’actes. Après le redressement qui s’effectue dans les premières décennies du xviie siècle, cette période correspond à des temps difficiles, notamment avec le retour des épidémies de peste, autour des années 1628-1632. La baisse qui s’amorce après 1680 semble continue.

Donations faites par des prêtres sociétaires dans la sénéchaussée de Riom (1600-1699).

Donations faites par des prêtres sociétaires dans la sénéchaussée de Riom (1600-1699).
  • 27 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, B INS 152, f° 420 sq.
  • 28 Ibid., 5 E 0 4474 et 4476, minutes de Me Cladière.

11Cette chute est-elle vraiment inéluctable ? Elle est surtout contemporaine de l’offensive des autorités épiscopales contre les sociétaires. Elle signale également une baisse globale des revenus des prêtres natifs. Le niveau des donations reste tout de même aux alentours de la cinquantaine. Les sociétaires vivent surtout une crise qui les incite peut-être à la prudence et à moins de largesses. La plupart des actes engagent des biens d’une valeur supérieure à cinquante livres, parfois légèrement inférieure. Les donations faites par les prêtres à leurs parents sont de différentes natures. En septembre 1622, Claude Baud, prêtre filleul d’Arlanc, fait donation de plusieurs pièces de terre à son frère Antoine, laboureur de la même paroisse, pour les « bons et agréables services » qu’il en a reçu, « et qu’il espère encore recevoir27 ». Vraisemblablement, comme un grand nombre de sociétaires, Claude Baud occupe une des pièces de la maison. Le 15 novembre 1652, « Messire » François Bresson, communaliste de Besse, fait donation de tous ses biens présents et à venir à son neveu Guillaume Bresson. En échange, Guillaume se charge de pourvoir à tous les besoins de son oncle sa vie durant, « tant en nourriture, linge [il devra lui fournir une soutane chaque année], médicaments ». Déjà, en 1650, François Bresson avait fait plusieurs donations à son parent chez lequel il occupait une chambre située au premier étage28. En 1760 encore, Antoine Rabusson, pour sa part, reçoit de son oncle Joseph, communaliste de Gannat, la belle somme de 9 560 livres. Par ailleurs, la répartition géographique des actes de donation reflète la forte présence des prêtres sociétaires de la partie méridionale du diocèse. Le soutien matériel des enfants prêtres s’exerce donc plus fortement dans les zones de montagne où l’esprit communautaire semble mieux affirmé, pour faire face « aux malheurs du temps ».

12En définitive, le filleul est celui qui intercède pour les vivants et les morts mais il est aussi l’enfant devenu prêtre qui à titre individuel représente un secours très apprécié par les siens. Ce bien particulier mis en commun dans un souci de partage, n’est-ce pas aussi le bien de la communauté toute entière, qui redistribue ainsi à ses clercs une partie du travail de chacun, sous la forme de fondations de messes ? Elle en attend des bienfaits spirituels. Le filleul devient alors le médiateur par excellence entre Dieu et les siens, qu’ils soient morts ou vivants. La majeure partie de cette manne est elle-même réinjectée dans le circuit économique par le biais des prêts à taux modérés. Les sociétés cléricales contribuent ainsi à mieux structurer l’équilibre économique du village. Elles sont donc bien à leur manière une manifestation de ces solidarités communautaires qui revêtent un caractère essentiel à l’époque moderne.

Notes

1 Pour plus de précisions, Stéphane Gomis, Les « Enfants prêtres » des paroisses d’Auvergne, xvie-xviiie siècles, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise-Pascal, 2006.

2 L’expression « enfant prêtre » a été rencontrée à deux reprises : à Jaligny, voir Arch. dép. de l’Allier, 2 G 84 (9), quittance du 4 octobre 1637 ; ainsi qu’à Ambert où ces termes sont utilisés dans une requête adressée par les prêtres au duc de Bouillon en 1751 (lettre reproduite dans l’article de Lucien Drouot, « Notes sur les églises primitives d’Ambert et l’origine des prêtres communalistes », Ambert et son église, 1471-1971, Clermont-Ferrand, 1971, p. 25). En revanche, cette titulature semble plus largement répandue en Berry (cf. Jean-Jacques Meunier, « La communauté des enfants-prêtres de Saint-André de Châteauroux », Revue de l’Académie du Centre, 1966, t. 92, p. 9-25) et dans le diocèse de Toul (cf. Charles Guyot, « La communauté des enfants-prêtres, et l’inventaire des fondations de la paroisse de Mirecourt », Mémoires de la société d’archéologie lorraine et du musée historique lorrain, 1892, t. 42, p. 154-203).

3 Abel Poitrineau, « Institutions et pratiques successorales en Auvergne et en Limousin sous l’Ancien Régime », Études rurales, n° 110-112, 1988, p. 31-43. Voir également, Jean Yver, Essai de géographie coutumière, Paris, 1966, p. 158-162 et Anne Zink, « La coutume et la pratique. Les contrats de mariage à la limite de l’Auvergne et du Bourbonnais », La coutume au village dans l’Europe médiévale et moderne. Actes des 20e Journées Internationales d’Histoire de l’Abbaye de Flaran, Septembre 1998, Toulouse, 2001, p. 201-213 et « Contrats de mariage et famille en Auvergne au xviiie siècle », Bulletin historique et scientifique de l’Auvergne, t. 101, 2000, p. 155-172.

4 A. Poitrineau, « Sur la configuration des familles en Auvergne aux xviie et xviiie siècles », Entre faim et loup… Les problèmes de la vie et de l’émigration sur les hautes terres françaises au xviiie siècle, Clermont-Ferrand, 1976, p. 81-93. Dans les actes de la même table-ronde, voir également la communication présentée par Jacques Bourdin, « Famille nucléaire, famille élargie : l’exemple de la Limagne d’Issoire et de ses bordures montagneuses », p. 181-194. Tout récemment, A. Zink a confirmé et affiné les conclusions d’A. Poitrineau, « Une historienne entre l’espace et le temps », Jean-Luc Fray et Céline Pérol (dir.), L’historien en quête d’espaces, Clermont-Ferrand, 2004, p. 447-458.

5 Quelques travaux se sont attachés à détailler le fonctionnement des communautés familiales ; voir notamment, Henriette Dussourd, Au même pot et au même feu… Étude sur les communautés familiales agricoles du centre de la France, Paris, 1979 ; « Avec les parsonniers », Revue d’Auvergne (numéro spécial sur les communautés familiales), t. 95, 1981 et Pierre Charbonnier, « Les communautés à plusieurs étages en Auvergne et Bas-Limousin », Les communautés villageoises en Europe occidentale du Moyen Âge aux Temps Modernes (Flaran, 4, 1982), Auch, 1984, p. 209-214.

6 Françoise Cardenoux-Manaranche, La seigneurie de Besse à la fin du xvie siècle, d’après le terrier de 1580, mémoire de maîtrise, Clermont II, 1974, p. 88-93.

7 Pour une vision plus globale, voir les travaux de Gérard Béaur, notamment l’Histoire agraire de la France au xviiie siècle. Unités et changements dans les campagnes françaises entre 1715 et 1815, Paris, 2000.

8 BnF, Manuscrits français, n° 18423, papiers du chancelier Séguier, f° 532-541 : Mémoire des abus qui ont estez observez en l’administration de la justice par les commissaires deputés par Sa Majesté, pour l’execution des arrests de la cour des Grands Jours, dans la province du hault et bas Auvergne (1665-1666).

9 Nicole Lemaitre, Le Rouergue flamboyant. Le clergé et les fidèles du diocèse de Rodez (1417-1563), Paris, 1988.

10 Serge Brunet, Les prêtres des montagnes. La vie, la mort, la foi dans les Pyrénées centrales sous l’Ancien Régime (Val d’Aran et diocèse de Comminges), Aspet, 2001.

11 Bernard Schnapper, Les rentes au xvie siècle : Histoire d’un instrument de crédit, Paris, 1957.

12 Jean Jacquart, « L’endettement paysan et le crédit dans les campagnes de la France moderne », Endettement paysan et crédit rural dans l’Europe médiévale et moderne, Actes des 17e Journées Internationales d’Histoire de l’Abbaye de Flaran, Septembre 1995, Toulouse, 1998, p. 283-297.

13 A. Poitrineau, La vie rurale en Basse-Auvergne au xviiie siècle (1726-1789), Paris, 1965, t. 1, p. 486.

14 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 35 G 35.

15 Évelyne Morin, La vie économique et sociale à Ambert en Livradois de 1580 à 1661, thèse, École des chartes, 1971.

16 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 5 E 18/416-426. En l’absence d’inventaire des actes passés par les communalistes de l’église Saint-Jean, nous avons eu recours aux minutes notariales. Bien entendu, il ne s’agit pas ici d’un état exhaustif des rentes achetées par la communauté. Mais, dans la mesure où l’étude de la famille Gladel, dont plusieurs membres étaient prêtres sociétaires, semble avoir été très fréquentée par les communalistes, il s’agit là de données assez significatives. En Limousin, Pascale Jeuniaux avance des taux similaires (Pascale Jeuniaux, Les prêtres filleuls dans le diocèse de Limoges du xiiie siècle à la Révolution. L’exemple des communautés marchoises, thèse, École des chartes, 1984, p. 168).

17 L’expression est empruntée à N. Lemaitre, « Les communautés de prêtres filleuls dans le Rouergue d’Ancien Régime », Ricerche di Storia Sociale e Religiosa, n° 34, 1988, p. 57.

18 Sous l’Ancien Régime, certains taux peuvent dépasser les 50 %, Georges Duby et Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, t. 2 : De 1340 à 1789, Paris, 1975, p. 135-136.

19 Bartolomé Clavero, La grâce du don. Anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, 1996, pour la traduction française d’un ouvrage paru à Milan en 1991. Plus encore que les thèses développées par Max Weber (1864-1920), l’auteur dénonce ceux qui ont fait un usage excessif des écrits du philosophe. Tel B. Nelson qui croit pouvoir écrire : « La croyance selon laquelle, […], il fut possible de dépasser la condamnation de l’usure constitue purement et simplement une erreur. » Or l’argumentation de M. Weber est restée bien partielle. En effet, celui-ci n’a jamais présenté une comparaison systématique du catholicisme et du protestantisme, dont ce dernier entendait se différencier. L’étude de B. Clavero permet aujourd’hui cette comparaison. À propos de Max Weber, voir notamment son étude : L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, 1964, pour la traduction française d’un ouvrage paru en 1905 et consulter la présentation stimulante de Laurent Fleury, Max Weber, Paris, coll. « Que sais-je ? » (n° 3612), 2001.

20 N. Lemaitre, Le Rouergue flamboyant…, op. cit., p. 289-295 notamment.

21 Les sondages réalisés, pour la décennie 1750-1759, dans les minutiers de Me Damien Gladel, notaire à Ambert (Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 5 E 18/513-522), de Me René Chandorat, notaire à Ardes (Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 5 E 48/396-405) et de Me Jean Julhiard, notaire à Besse (Arch. dép. du Puy-de-Dôme, 5 E 0614-0623), n’ont pas permis de découvrir de constitutions de rentes. Ce type d’activité semble bien avoir disparu de la gestion des fraternités sacerdotales.

22 Jourdan, Decrusy, Isambert et Recueil général des anciennes lois françaises, Paris, 1825, t. 22, p. 226-235.

23 A. Poitrineau, La vie rurale…, op. cit., p. 597. Voir également, Bertille de Mainbray-Carmantrand, Pratiques communautaires et législation royale en Auvergne (xviie-xviiie siècles), thèse de droit, université de Clermont, 1971, p. 106-119.

24 Michel Vernus, « Le clergé paroissial d’Ancien Régime et les actes notariés : l’exemple du doyenné de Lons-le-Saunier (xviiie siècle) », Travaux présentés par les membres de la Société d’émulation du Jura, 1976, p. 149.

25 L’insinuation est obligatoire seulement pour les donations portant sur des biens d’une valeur supérieure à cinquante livres tournois, faute de quoi celles-ci ne peuvent transférer aucun droit de propriété, d’hypothèque, ni aucun droit réel. Pour les actes où les sommes concernées étaient inférieures à cinquante livres, l’insinuation était facultative.

26 Le ressort de cette sénéchaussée s’étendait sur la majeure partie de la Basse-Auvergne. Nous nous sommes appuyé sur les travaux d’Éric Tixier, Les anciennes familles bourgeoises dans les insinuations judiciaires de Riom, Durtol, 1996, t. 1 (1650-1703) ; Clermont-Ferrand, 2000, t. 2 (1621-1649) ; Clermont-Ferrand, 2002, t. 3 (1606-1620) ; Clermont-Ferrand, 2003, t. 4 (1589-1605). Cet auteur a recensé systématiquement les contrats impliquant les membres du clergé.

27 Arch. dép. du Puy-de-Dôme, B INS 152, f° 420 sq.

28 Ibid., 5 E 0 4474 et 4476, minutes de Me Cladière.

Table des illustrations

Titre Donations faites par des prêtres sociétaires dans la sénéchaussée de Riom (1600-1699).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/5252/img-1.png
Fichier image/png, 6,1k

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540