Version classiqueVersion mobile

PostHumains

 | 
Elaine Després
, 
Hélène Machinal

Première partie. Espace virtuel, espace incarné. Mémoire, mise en réseau et digitalisation du sujet posthumain

L’homme télégraphié

Wiener et le posthumain

Pierre Cassou-Nogués

Texte intégral

  • 1 Je me référerai par la suite uniquement au texte anglais. L’ouvrage paraît en 1950. La deuxième éd (...)

1La perspective de se télécharger sur un ordinateur est un élément central dans le posthumain contemporain. On la retrouve dans la fiction (dans de multiples textes de Greg Egan notamment), mais aussi chez des penseurs comme Hans Moravec ou Ray Kurzweil. Nous pourrions poursuivre notre vie, non plus dans le corps que nous connaissons, mais à titre de programmes sur un ordinateur, susceptibles de prendre conscience, de communiquer avec l’extérieur (les proches, par exemple, que nous avons laissés dans la réalité) et de vivre toutes sortes d’aventures dans des environnements virtuels. Cette idée a son origine dans les textes de Norbert Wiener et un épisode de science-fiction dans Cybernétique et société (en anglais The Human Use of Human Beings1). Je m’attacherai à examiner la façon dont elle se met en place dans un domaine au statut mal défini entre science et fiction.

2Je n’affirme nullement qu’il est possible de se télécharger. Je n’entends pas non plus analyser la fonction idéologique que peut prendre cette perspective d’un téléchargement : c’est finalement l’une des rares modalités, compatible avec la science et qui ne recourt pas au divin, pour rêver de l’immortalité. Mon but est simplement d’en analyser l’origine. Le téléchargement suppose l’identification de la personne à une configuration, disons, qui se laisse coder et, par suite, reproduire sur un autre support. Comment cette idée prend-elle naissance et se développe-t-elle ? Quelles sont les parts de la science et de la fiction ? Ce sont les questions qui m’intéressent ici.

Mises au point

  • 2 Lyotard J.-F., L’Inhumain, causeries sur le temps, Paris, Galilée, 1988, p. 20.

3Jean-François Lyotard rapporte les techno-sciences à cet événement singulier que serait la mort du soleil2. Le but des techno-sciences, pour Lyotard, est de rendre possible la survie d’une pensée à la mort du soleil. Et, pour cela, les technosciences s’efforcent d’inventer une vie désincarnée, ou une vie autrement incarnée, incarnée sur une machine, et une vie alors inhumaine. Je suis entièrement la leçon de Lyotard et, dans cette optique, considère l’homme télégraphié comme un tel être inhumain, ou posthumain, constituant la fin de la cybernétique, le but qui la dirige et par rapport auquel il faut la mesurer.

4Je reprends aussi, avec une argumentation un peu différente, la thèse que défend N. Katherine Hayles dans son livre How We Became Posthuman, selon laquelle la cybernétique forme le socle conceptuel dont part l’idée contemporaine du posthumain. Pour des penseurs comme Marvin Minsky, Hans Moravec, Ray Kurzweil, nous formons, ou sommes sur le point de former, des êtres, une espèce si l’on veut, fondamentalement différents des humains que nous avons été, et qu’il vaut donc mieux nommer posthumains. Or, soutient Hayles, l’une des opérations, sinon l’opération essentielle, qui sous-tend l’idée du posthumain, remonte à la cybernétique et consiste à donner une caractérisation abstraite de l’humain qui néglige son incarnation. La cybernétique, plus exactement, développe une théorie de l’information et thématise l’humain dans ce cadre comme système de traitement d’information de sorte que l’humain peut alors être assimilé à, couplé avec et reproduit dans ces machines à traiter de l’information que sont les ordinateurs.

  • 3 Triclot M., Le Moment cybernétique, Grenoble, Champs Vallon, 2008, notamment p. 229-230.

5Il faut dire que cette thèse a été, en France, sévèrement critiquée par Mathieu Triclot3, qui s’appuie sur une autre analyse de la notion d’information, telle que la définissent Claude Shannon et Wiener. Triclot entend montrer que, contrairement à l’interprétation de Hayles, la cybernétique ne détache pas l’information de sa matière, du signal concret qui la porte.

6Je ne veux pas entrer dans l’histoire de l’information. À mes yeux, il n’est pas exclu que Wiener dise à propos de l’homme télégraphié plus, ou autre chose, que ce qu’implique sa théorie de l’information. Peut-être celle-ci n’a-t-elle que peu d’importance pour la cybernétique comme science-fiction.

7L’homme télégraphié anticipe les expériences de pensée de Moravec, notamment. La situation de l’individu cybernétique est identique à celle de ce posthumain que l’on conserve sur une disquette. Comme le montre bien le roman The City and the Stars d’Arthur C. Clarke de 1956, la télé-transportation, telle que l’imagine Wiener, fonctionne aussi bien dans le temps, rend possible la conservation de l’individu en tant que configuration dans la mémoire d’une machine et sa réactivation à une époque ultérieure. L’homme, ainsi télégraphié, a les propriétés (la quasi-immortalité, par exemple) et la nature du posthumain : il existe essentiellement comme une configuration qui se laisse abstraire de sa matière.

Une nouvelle de Kipling : l’extension du champ d’action

8Wiener part d’une nouvelle de Rudyard Kipling, « Avec la poste de nuit » [With the Night Mail], qui raconte le voyage au-dessus de l’Atlantique d’un inspecteur du Bureau Aérien. La nouvelle date de 1905. Les vols aériens, en dirigeable ou en avion, en sont à leurs balbutiements. Kipling imagine leur développement et le moment où la traversée de l’Atlantique se fera en une nuit et aussi régulièrement qu’un voyage en train. Le courrier est acheminé, de l’Europe vers l’Amérique, en dirigeable. Les gestes du pilote et des dockers de ces ports aériens sont rodés par l’habitude. L’intensité du trafic a obligé les États à céder la plupart de leurs prérogatives à un « Bureau Aérien » qui gouverne donc de fait la planète.

9Mise à part cette idée que l’extension des échanges amène la paix universelle et un gouvernement unique, sous l’égide du Bureau Aérien, la situation qu’imagine Kipling, ce monde où les vols transatlantiques sont quotidiens, s’est réalisée. Dans les grands traits, Kipling a vu juste. Et Wiener, qui a connu les paquebots transatlantiques et découvert dans les années 1950 la généralisation progressive du transport aérien, veut faire à son tour un pas de plus. Au fond, le transport physique de l’être humain n’a que peu d’importance.

10Imaginons un architecte qui, depuis l’Europe, construit un bâtiment en Amérique. Il lui suffit de pouvoir observer le chantier au moyen de photographies qu’on lui transmet régulièrement ou, dirions-nous, d’une télévision, et, en retour, de pouvoir envoyer ses directives, ses plans, par télégraphe, téléphone ou ce que Wiener appelle l’Ultrafax. L’architecte n’a pas besoin de se rendre sur place. Le trafic aérien imaginé par Kipling est devenu une réalité, mais cette réalité doit encore être dépassée. Il est inutile de transporter le corps humain, il suffit d’étendre son rayon d’action, de lui donner des organes de perception et d’action partout à la surface de la Terre :

  • 4 Wiener N., The Human Use of Human Beings, New York, Avon, 1967 [1954], p. 132.

[Kipling] ne semble pas se rendre compte que partout où portent les mots d’un homme, en tout lieu que sa capacité de perception atteint, son contrôle et en un sens son existence physique s’étendent. Voir et donner des ordres dans le monde entier, c’est pour ainsi dire être partout. […] Le transport des messages amène l’extension des sens de l’homme et de sa capacité d’action d’un bout du monde à l’autre4.

11Wiener souligne que cette capacité à percevoir et à agir à travers le monde, que rendent possible son « Ultrafax » et notre Internet, est une extension, et une modification, de l’existence humaine. Les caméras qui surveillent le chantier et informent l’architecte, les machines qui crachent en retour ses ordres, sont les prothèses de ce cyborg dont le corps est disséminé à la surface de la Terre. L’architecte a rompu avec les modes d’incarnation, la localisation dans l’espace et le temps, naturels. Il a pris une sorte d’ubiquité.

Deux versions de la télégraphie humaine

12Le modèle de l’architecte ne mène pas encore à leur terme les transformations qu’implique la théorie de l’information dans la situation humaine. L’architecte utilise les fils de télégraphe pour étendre le champ de ses messages. Ses perceptions consistent bien en certains messages, certains codes qui parcourent les fils télégraphiques, entrent dans le système nerveux, aboutissent au cerveau où ils produisent d’autres messages, des codes, qui prennent le chemin inverse le long des nerfs, puis des câbles électriques jusqu’à leur point d’arrivée, un chantier disions-nous, où ils se transforment en action, que celle-ci soit exécutée par des machines ou des ouvriers, qui sont alors utilisés comme des machines. Mais, au lieu d’envoyer ainsi les messages sur les lignes télégraphiques, pourquoi ne pas reproduire sur place ce rapport entre messages entrants et messages sortants, cet appareil à transformer des messages que représente l’architecte pour la théorie de l’information ? Notre architecte, considéré comme une boîte noire qui transforme les messages, peut être caractérisé par un certain code, ce code transmis par téléphone et le même appareil reconstruit sur place. Voici donc l’architecte qui sort de la cabine téléphonique, sur le chantier. C’est une cabine un peu spéciale, elle peut aussi servir de télétransporteur : nous entrons d’un côté, la machine nous code et, avec la mélodie d’un vieux fax, nous envoie de l’autre côté de l’Atlantique, où une autre machine nous décode et nous reconstitue.

  • 5 Ibid., p. 139-140.

Il n’y a pas de distinction absolue entre les types de transmission que nous utilisons pour envoyer un télégramme d’un pays à un autre et ceux qui sont du moins théoriquement possibles pour transmettre un organisme vivant tel un être humain. Admettons donc que l’idée selon laquelle nous puissions voyager par télégraphe, en plus de voyager par train ou par avion, n’est pas intrinsèquement absurde, aussi lointaine que puisse être sa réalisation5.

  • 6 Ibid., p. 141.

13Kipling entendait déplacer le corps de l’humain. Wiener commence par étendre son rayon d’action en multipliant les messages que l’humain peut recevoir et envoyer. Puis, il transforme l’humain en message de façon à pouvoir à son tour l’envoyer. L’erreur, ou la limite, des réflexions de Kipling tient à ce que la circulation future, le « trafic » qu’il faut analyser, n’est pas « la transmission des corps humains », mais « la transmission des informations humaines6 ».

14Plus exactement, Wiener donne, sans utiliser le terme, deux modèles de « télétransportation ». Dans The Human Use of Human Beings, le savant part de l’idée que l’identité du corps ne tient pas à la matière dont il est constitué, mais à sa forme, à sa configuration : en anglais, « pattern ». La matière de notre corps semble se renouveler régulièrement. Les aliments ingérés sont assimilés, et cette matière vient remplacer celle que l’usure du temps nous enlève. Certains mécanismes permettent au corps de conserver sa configuration en même temps qu’il remplace sa matière.

15Or, cette configuration qui définit l’identité du corps, de l’individu, pourrait être analysée, codée sous la forme d’un message et, dès lors, envoyée par télégraphe. Wiener n’y voit pas plus d’information que dans l’Encyclopedia Britannica (ce qui n’est pas énorme). Il resterait ensuite à décoder l’information au point d’arrivée et à trouver le moyen de reconstruire l’individu à partir de sa configuration. La machine aurait à sa disposition des molécules de carbone, beaucoup d’eau, du calcium, etc., toutes les molécules qui entrent dans la composition du corps. Elle lirait la configuration reçue et reproduirait l’individu.

  • 7 Ibid., p. 131.

Ce serait amusant aussi bien qu’instructif de se demander ce qui arriverait si l’on transmettait la configuration [pattern] entière du corps humain, du cerveau humain avec ses souvenirs, ses connexions particulières, de telle sorte que l’hypothétique récepteur puisse réincarner ces messages dans une matière appropriée, où puissent se poursuivre les processus en cours dans le corps et l’esprit7.

16Ainsi, bien qu’il n’emploie pas le terme, Wiener invente le télé-transporteur : un appareil susceptible de transporter l’humain d’un point à un autre sous forme de message et cela, le cas échéant, à la vitesse de la lumière. Un scanner au départ analyse la configuration du corps et la transmet, grâce à un signal lumineux, par exemple, jusqu’à une autre machine, à l’arrivée, qui reforme le corps dans la même configuration. Le télé-transporteur sera utilisé, avec des variations, dans de multiples histoires de science-fiction, dans la série Star Trek, notamment.

17Celui de Wiener comporte cependant deux défauts. Le premier est que le corps sera vraisemblablement détruit dans l’analyse initiale qui isole sa configuration. Cette analyse, anticipe Wiener, sera sans doute conduite au moyen d’une sonde qui endommagera les tissus qu’elle pénètre. Il faudrait commencer par tuer l’architecte dans la cabine du télé-transporteur pour espérer le reconstruire à l’autre bout du fil. Mais, d’autre part et surtout, c’est encore le corps que l’appareil déplace, un corps certes réduit à de l’information, mais qui garde sa nature. Le télé-transporteur est plus rapide que le train, ou l’avion. Il fonctionne sur un autre principe, transporte un message plutôt qu’une matière mais, dans ses effets, n’est pas très différent. Notre architecte s’endort à Paris et se réveille à New York, comme après un voyage aérien qu’il aurait oublié. Ce télé-transporteur ne libère donc pas encore l’humain de son incarnation. Von Neumann, qui se sentait enfermé par son corps souffrant dans une étroite cellule d’espace-temps, rêve d’autre chose. Il ne s’agit pas de se réveiller ailleurs dans le même corps toujours malade.

  • 8 Wiener N., God and Golem, Inc., Cambridge, MIT Press, 1966 [1964], p. 32.

18Dans God and Golem, Inc., Wiener ébauche une seconde version du télétransporteur. L’humain est à nouveau réduit à une certaine configuration, susceptible d’être transmise sous forme de message. Mais ce n’est plus la configuration du corps, la configuration isolée dans The Human Use of Human Beings, cette forme indépendante de la matière et qui se maintient alors que la matière se renouvelle. Ce qui est transmis, dans ce nouveau télé-transporteur, c’est un certain rapport entre les messages entrants et les messages sortants, par lequel toute machine, tout organisme vivant peut être caractérisé : « Pour nous, une machine est un appareil [device] qui convertit des messages entrants en messages sortants8. » Et il en est de même d’un être vivant, et d’un être humain. Notre architecte peut être représenté comme une certaine façon de répondre aux sollicitations de la vie, aux perceptions par des gestes, aux paroles entendues par d’autres paroles, etc. C’est ce rapport, cette façon de répondre, qu’il s’agit maintenant de coder, de transmettre et de réactualiser. Au départ, sans doute, il faudra soumettre notre architecte à une série de tests pour enregistrer ses réponses aux situations les plus probables. Mais, ensuite, il ne sera pas difficile de coder cette configuration pour l’envoyer par télégraphe. Et, en ce qui concerne l’arrivée, qui intéresse surtout le savant dans ces chapitres de God and Golem, Inc. Wiener prouve l’existence d’une machine universelle, susceptible de mimer n’importe quelle configuration, n’importe quel rapport entre messages entrants et messages sortants. Un second modèle de télétransportation peut être envisagé.

  • 9 Ibid., p. 36.

19« C’est une idée avec laquelle déjà j’ai joué – qu’il est en théorie possible d’envoyer un être humain par une ligne télégraphique. […] À présent, et peut-être pour toute la durée de l’existence de la race humaine, l’idée est impraticable mais elle n’en est pas pour cela inconcevable9. » Wiener fait référence aux passages déjà évoqués de The Human Use of Human Beings. Cependant, la télé-transportation, selon le mécanisme qu’ébauche Wiener en 1964, est fondamentalement différente de celle qu’il a imaginée auparavant. Dans ce nouveau modèle, en effet, le corps du voyageur n’est pas reconstitué, mais seulement le rapport entre entrées et sorties qui le caractérise. L’architecte se réveille dans une machine universelle, et non dans son corps, qu’il a laissé en Europe. Il peut interagir avec son environnement, prendre des décisions au vu de l’état du chantier, répondre aux interrogations de l’entrepreneur. Il n’a plus besoin de son corps naturel. Il peut renoncer à son corps et s’installer sur une machine, voyager de machines en machines ou se dupliquer pour exister en même temps dans des machines différentes. Notre architecte posséderait ubiquité et immortalité.

Résonances dans la science-fiction : un premier exemple, Arthur C. Clarke

  • 10 Wiener N., The Human Use of Human Beings, op. cit., p. 131.

20À quoi ressemblerait cette vie sur la machine, cette vie abstraite qui est susceptible de se transmettre sous forme de message ? En réalité, elle a fait l’objet d’une multitude de descriptions dans la science-fiction, dont Wiener a inventé un élément essentiel dans l’après-guerre. Il a bien conscience du reste, à propos de la télé-transportation, « d’envahir le domaine de la science-fiction10 ».

21Une des premières versions de la vie abstraite est due à Arthur C. Clarke. Celui-ci connaît Wiener. Il l’a invité, en 1953, à venir parler des extra-terrestres dans un symposium. Wiener a refusé. Ce qu’il pouvait avoir à dire des extraterrestres et de la possibilité de communiquer avec eux tenait en quelques phrases :

  • 11 Wiener N. à Clarke A. C., 25 juillet 1953, archives Wiener, boîte 12, dossier 176.

J’ai des vues très précises concernant la possibilité de communiquer avec des êtres qui pourraient être intelligents mais qui, s’ils le sont, sont probablement bâtis sur des principes très différents des nôtres. Mon opinion est que si et quand nous réussirons à atteindre la surface d’une autre planète, nous la trouverons ou bien sans vie ou bien pourvue d’une vie sur des principes si différents que nous la reconnaîtrons à peine et n’y verrons rien de plus qu’un film de végétation11.

  • 12 Clarke A. C., The City and the Stars, New York, Warner, 2001 [1956], p. 18.

22En 1953, Clarke avait vraisemblablement déjà lu les textes de Wiener. Ce n’est donc pas par hasard que les habitants de Diaspar, dans le roman The City and the Stars de 1956, survivent sous forme de « configuration », de pattern, le terme même que Wiener emploie dans The Human Use of Human Beings : « Un être humain, comme tout autre objet, est défini par sa structure – sa configuration [pattern]. La configuration d’un homme et plus encore la configuration qui définit l’esprit d’un homme est incroyablement complexe. » Les fondateurs de Diaspar ont cependant « compris comment analyser et stocker l’information qui définit un être humain et comment utiliser cette information pour recréer l’original12 ». Ces humains, ces posthumains, vivent mille ans, puis leur configuration est stockée dans la mémoire de l’ordinateur central, où elle dort encore pour quelques centaines de milliers d’années avant que la machine ne la réactive et ne réveille l’individu dans un nouveau corps.

  • 13 « Préface », idem. Cf. aussi Davis J. E., « If the “human” is finished, what comes next? », The He (...)

23Clarke suit l’analyse de Wiener dans The Human Use of Human Beings, avec cette seule différence que l’individu est télé-transporté dans un autre temps plutôt que dans un autre lieu. L’individu est une configuration, qui se laisse coder et transmettre sur un fil télégraphique, aussi bien que stocker sur un ordinateur. Le roman The City and the Stars est du reste une version augmentée d’une longue nouvelle parue en 1948, « Against the Fall of the Night », dans laquelle cette sorte d’immortalité par réduction au « pattern » ne figure pas. Et Clarke reconnaît que les différences entre les deux textes sont dues à « certains développements en théorie de l’information [qui] suggèrent des révolutions dans la forme de vie humaine encore plus profondes que celles que l’énergie atomique introduit déjà13 ».

24Clarke semble donc prendre l’humain télégraphié, l’individu-pattern, qu’invente Wiener dans cette marge des sciences que représente la cybernétique, pour le faire passer dans le domaine de la fiction.

Un deuxième exemple : Frederik Pohl

  • 14 Archives Wiener, boîte 21, dossier 309, janvier 1962.

25Frederik Pohl correspond avec Wiener au début des années 1960 à propos des nouvelles que le savant cherche à faire publier14. Mais il publie surtout, en 1954, une nouvelle, « A Tunnel Under the World », qui exprime parfaitement les préoccupations cybernétiques.

26Les principaux personnages sont des humains réincarnés dans des corps de machine. Les modalités de cette réincarnation ne sont pas explicitées aussi clairement que dans « L’homme schématique », plus tardif, mais Pohl reprend le terme de Wiener, « configuration » (pattern). L’histoire se passe dans une petite ville qui (cela n’apparaît qu’à la fin) a été entièrement détruite par une explosion, la nuit du 14 au 15 juin. Un publiciste, Dorchin, a réussi à récupérer la « configuration » des habitants pour les reproduire sur des machines. Les habitants eux-mêmes l’ignorent. Ils ne savent rien de l’explosion qui a eu lieu et croient vivre normalement, dans un corps de chair. Mais, chaque nuit, ils sont remis dans la configuration qu’ils avaient avant l’explosion, le 14 au soir, et se réveillent donc au matin, persuadé d’être le 15 juin, et sans se rendre compte que chaque jour est pour eux un 15 juin, qu’ils vivent dans des corps de machine. L’intérêt du dispositif (qui tient tout entier sur une grande table : la ville et les corps des habitants sont reproduits en miniature) est de permettre au publiciste, Dorchin, de tester les campagnes qu’il prépare. Les habitants servent de cobayes et entendent, chaque jour, différents slogans dont les plus efficaces seront retenus et lancés dans le monde réel.

  • 15 Pohl F., « The Tunnel Under the World », in The Best of Frederik Pohl, New York, Double Day, 1975 (...)

27Le rapport avec la cybernétique, outre l’usage du terme de « pattern », tient à l’analogie qu’établit Pohl entre ces humains transplantés, ces humains-robots, et les machines de l’usine automatique. Wiener marquait bien l’analogie de l’usine automatique avec l’organisme vivant. Pohl fait un pas de plus. Pour automatiser l’usine, il a fallu analyser les gestes de l’ouvrier et programmer ceux-ci sur une machine. C’était déjà transférer une part de l’être humain sur une machine. L’idée de réduire l’humain à sa configuration pour le réincarner sur une machine pousse à son terme le même processus qui donne lieu à l’usine automatique. C’est dans une usine automatique, en observant ces machines sur lesquelles semble avoir été transplantée l’âme de l’ouvrier, que le personnage principal, Burckhardt, comprend qu’il est lui-même une machine, une machine à figure humaine : « La preuve en était devant lui. L’usine automatique, avec ses esprits transplantés. Pourquoi ne pas transplanter un esprit sur un robot humanoïde, lui donner les traits et la forme de son propriétaire initial15 ? »

28Le point de départ, et le sens véritable, de ce processus de désincarnation semblent donc se trouver dans l’usine automatique. C’est, du reste, devant le spectacle de celle-ci qu’apparaît dans la nouvelle pour la première fois le terme de « pattern » :

  • 16 Ibid., p. 14.

Selon Barth, chaque machine était contrôlée par une sorte d’ordinateur reproduisant dans son grondement électronique la mémoire et l’esprit d’un être humain. C’était une image désagréable. Barth, riant, l’avait assuré qu’il ne s’agissait plus de dévaliser des cimetières comme le faisait Frankenstein et d’implanter des cerveaux dans des machines. Il s’agissait, disait-il, de transférer la configuration [pattern] des habitudes humaines depuis les cellules du cerveau jusque sur ces cellules que représentent les tubes à vide. Cela n’était pas douloureux pour l’homme et ne faisait pas un monstre de la machine16.

Un autre mode d’abstraction : l’intelligence artificielle

29Je reviendrai sur cette idée que le modèle du pattern implique une rupture, un autre rapport de l’humain et de la machine. Je voudrais auparavant évoquer un modèle, postérieur à la cybernétique proprement dite, mais qui implique également une abstraction de la personne. Le narrateur de la nouvelle de Pohl, « Schematic Man », de 1968, veut se donner une seconde vie sur son ordinateur. Il écrit, avec quelques étudiants, un programme qui permettrait de reproduire sur l’ordinateur les façons de penser de l’être humain. Et il tente de lui donner l’ensemble des connaissances qu’il possède lui-même. Si l’ordinateur est capable de simuler la pensée humaine et qu’il part des mêmes données, ses enchaînements seront identiques à ceux de l’être humain. Il s’agit donc d’analyser la personnalité du sujet, de la réduire à un système de propositions, des prémisses dans un enchaînement formel, et de donner celles-ci à l’ordinateur :

  • 17 Pohl F., « Schematic Man », in Rucker R. (dir.), Mathenauts, New York, Arbor House, 1987 [1968], p (...)

J’ai […] essayé de rendre les réponses de l’ordinateur indistinguables des miennes. Je lui ai appris ce à quoi ressemblait une rage de dents, ce que je me souvenais du sexe. Je lui ai appris à mettre en relation les gens et les numéros de téléphone. Je lui ai appris toutes les capitales des états que je connaissais, pour avoir gagné un prix de géographie quand j’avais dix ans. Je lui ai appris à mal orthographier « rhythme », comme je le fais toujours, et à dire dans la conversation « amener » au lieu de « apporter17 ».

30C’est d’une tout autre façon que les personnages cybernétiques s’implémentent sur leurs machines. Ils ne font que reproduire un « pattern », une configuration, un rapport par exemple entre messages entrants et messages sortants, sans être capables de décrire eux-mêmes selon quels principes, de formaliser la façon dans le corps et l’esprit humain, les messages se transforment. L’humain reste boîte noire, que l’intelligence artificielle tente seule d’ouvrir.

31C’est par exemple aussi dans cette perspective que, dans la nouvelle de Greg Egan, « Learning to Be Me » (1990), la machine apprend à simuler la personnalité humaine. Il ne s’agit pas d’analyser celle-ci, comme se le propose Pohl dans « Schematic Man », mais de la reproduire de l’extérieur, sans en comprendre le mécanisme. Le « diamant » est entraîné à adopter la même configuration que le cerveau, donner les mêmes réponses, dans les mêmes circonstances. S’il adopte une configuration différente, il repère son erreur et, dans une sorte de rétroaction, modifie ses propres paramètres de façon à pouvoir, les mêmes circonstances se reproduisant, prendre la configuration qu’a adoptée le cerveau. Peu importe que les mécanismes du diamant et du cerveau soient entièrement différents. Le diamant (qui utilise du reste le réseau neuronal qu’introduisent McCulloch et Pitts, un mécanisme cybernétique) se règle sur le cerveau qu’il observe seulement de l’extérieur :

  • 18 Egan G., « Learning to Be Me », in Dann J. et al. (dir.), Beyond Flesh, New York, Ace books, 1990, (...)

un réseau neuronal est un dispositif utilisé seulement pour résoudre des problèmes qui sont trop compliqués pour être compris. Un réseau neuronal suffisamment flexible peut être configuré par rétroaction pour imiter à peu près n’importe quel système – pour reproduire la même configuration en sortie à partir des mêmes configurations en entrée – mais réussir cela ne donne aucune lumière sur la nature du système ainsi égalisé18.

  • 19 Sur le thème de la boîte noire dans l’épistémologie de la cybernétique, cf. Pickering A., The Cybe (...)
  • 20 McCarthy J. et al., « Proposal for the Darmouth Summer Research Project on Artifical Intelligence  (...)

32La différence dans la programmation de ces deux machines, l’ordinateur de Pohl et le diamant d’Egan, exprime parfaitement l’écart entre l’intelligence artificielle et le projet cybernétique. Dans la nouvelle d’Egan et la perspective cybernétique, le cerveau, l’esprit, est une boîte noire, que l’on ne tente pas d’ouvrir, mais seulement d’imiter19. Il s’agit, dans les textes de Wiener déjà, de reproduire le rapport entre entrée et sortie sur une machine qui peut procéder d’une façon différente de celle du cerveau, ou de l’esprit humain. En revanche, l’informaticien de Pohl et l’intelligence artificielle entendent analyser le mécanisme de l’esprit humain et implémenter ce mécanisme ainsi analysé sur l’ordinateur. Il s’agit donc de formaliser les enchaînements de pensée, le « programme » de l’être humain, et d’énoncer le système de connaissances qui en forme les prémisses. C’est ce projet d’analyse qui définit l’intelligence artificielle. « L’étude procédera sur la base de la conjecture que tous les aspects de l’apprentissage et tout autre trait de l’intelligence peut en principe être analysée de façon si précise qu’une machine peut être programmée pour le simuler. […] On peut spéculer qu’une large partie de la pensée humaine consiste à manipuler des mots selon certaines règles de raisonnement et de conjecture20. »

33La conférence de 1955 à Darmouth, à l’issue de laquelle est formulé ce texte, à la fois projet et manifeste, marque le début de l’intelligence artificielle et la rupture de celle-ci avec la sphère cybernétique. L’intelligence artificielle est le projet dominant des années 1960, après la mort de Wiener et l’éclatement du groupe cybernétique. À partir des années 1970, avec le développement du « connexionisme » et le retour aux « réseaux neuronaux », l’informatique revient à une perspective plus proche de celle de Wiener. Les deux nouvelles de Pohl, de 1954 et de 1968, et celle de Egan, de 1990, illustrent donc ces revirements.

Retour en arrière

34Le parcours de Pohl, et la confrontation entre ses deux nouvelles, de 1954 et de 1968, montrent bien à la fois la proximité et l’écart entre l’intelligence artificielle et la cybernétique. Pohl peut aller de l’une à l’autre, à la condition de modifier la façon dont l’humain se transfert sur la machine, comme « pattern » ou comme « programme ». Les modalités de ce transfert ne sont pas les mêmes. Cependant, d’un côté comme de l’autre, il y a, bel et bien, transfert, c’est-à-dire réduction de l’humain à une structure abstraite qu’il est alors possible d’imaginer implémenter sur une machine. Et, cela implique une rupture, Pohl le souligne dans sa description de l’usine automatique, dans « A Tunnel Under the World » : il ne s’agit plus de fouiller les cimetières et de greffer des cerveaux sur des machines. Nous disposons d’une tout autre technique.

35Il existe, en amont de l’intelligence artificielle et de la cybernétique, des machines qu’anime un humain. L’idée de reloger l’humain dans la machine ne naît pas avec la cybernétique, ni avec l’intelligence artificielle. Cependant, en amont de ces projets de l’après-guerre et de l’après-Turing, elle prend une forme différente ou, plus exactement, deux formes différentes. Il peut s’agir d’associer un cerveau à la machine. Ainsi, dans la nouvelle de C. L. Moore, « No Woman Born », de 1944, Deirdre a été victime d’un incendie. Seul son cerveau a été sauvé, que l’ingénieur Maltzer a branché sur une sorte de robot. En revanche, dans L’Ève future, le roman de Villiers de L’Isle Adam, de 1886, Sowana, cette femme mystérieuse, anime la créature qu’a construite d’Edison par magnétisme. L’esprit de Sowana interagit avec cette sorte de robot comme, chez l’humain en général, l’esprit interagit avec le corps. Dans les deux cas, est isolée une partie de l’humain (le cerveau, l’esprit) qui est mise en relation avec un corps mécanique. Or, la possibilité de considérer l’humain, ou son esprit, comme une structure abstraite rend inutiles ces opérations de découpe et de greffe. Car il suffit que la machine puisse prendre la même structure pour que l’humain y soit du même coup transféré.

36Je veux souligner que, si, avec l’intelligence artificielle, cette possibilité d’abstraction est liée à la thèse que le cerveau est une machine à calculer (on peut alors remplacer cette machine à calculer qu’est le cerveau par un autre ordinateur qui lui est équivalent), elle n’en dépend pas. Et c’est dans une autre perspective que Wiener entend abstraire son architecte et le télégraphier de l’autre côté de l’Atlantique. L’humain cybernétique reste une boîte noire et il n’est pas nécessaire pour l’abstraire de faire même cette hypothèse qu’il est une machine à calculer.

37On pourrait se demander inversement si la thèse que le cerveau est une machine à calculer implique la possibilité d’abstraire la personne pour la transférer sur une machine à calculer artificielle. Dans Le Voyage au pays de la quatrième dimension (1912), Gaston de Pawlowski imagine par exemple que l’on puisse remplacer le cerveau humain par une « machine logarithmique ». C’est une hypothèse intéressante, puisque le cerveau humain est identifié à une machine à calculer, mais fondamentalement différente de nos ordinateurs, puisqu’elle serait analogique, alors que nos ordinateurs sont digitaux. Cependant, de Pawlowski ne franchit pas le pas consistant à ré-incarner l’humain sur une machine logarithmique, mais semble le faire dans le cadre de ces opérations de greffe qui précèdent la cybernétique. Son personnage décérébré représente l’opposé de Deirdre dans la nouvelle de Moore déjà évoquée : un cerveau-machine branché sur un corps humain au lieu d’un cerveau humain branché sur un corps-machine.

Se télécharger

38J’ai donc voulu m’interroger sur les origines de cette idée de téléchargement. Ce moment de la transmigration, ce moment où nous pourrons nous installer sur des machines, est une étape décisive du récit posthumain. C’est à ce point que l’humain rompt avec les contraintes que lui impose son incarnation.

39Moravec en donne deux versions correspondant à peu près aux deux modèles imaginés par Wiener. Dans le premier, le cerveau est scanné strate par strate, il est détruit dans le processus, mais sa structure est progressivement dupliquée sur une machine. Dans le second, dont semble être directement inspirée la nouvelle d’Egan, « Learning to Be Me », le sujet porte avec lui un programme qui apprend à imiter ses réactions. Il suffit ensuite de remplacer le sujet humain par le programme :

  • 21 Moravec H., Mind Children, Cambridge, Harvard University Press, 1988, p. 109.

Vous portez avec vous cet ordinateur pendant la plus grande partie de votre vie. Il écoute diligemment, il observe, il surveille votre cerveau et apprend à anticiper vos mouvements et vos réponses. Bientôt il réussit à tromper vos amis au téléphone par une imitation convaincante de vous-mêmes. Quand vous mourrez, le programme sera installé sur un corps mécanique qui prolongera sans heurt votre vie et prendra en charge toutes vos responsabilités21.

  • 22 Kurzweil R., The Singularity is Near, Londres, Penguin, 2006, p. 198-199.
  • 23 Ibid., p. 202.

40Kurzweil adopte la même perspective, privilégiant le premier modèle : « Télécharger un cerveau humain signifie en scanner tous les détails saillants et les implémenter sur un substrat computationnel suffisamment puissant. Ce processus capturerait la personnalité entière de la personne, sa mémoire, ses capacités, son histoire22. » Kurzweil estime que les premiers téléchargements de cerveau auront lieu dans les années 2030 et se généraliseront dans la décennie qui suit. Par ailleurs, nous aurons déjà pris peu à peu l’habitude d’augmenter les capacités de nos cerveaux en leur adjoignant des logiciels, de sorte que c’est progressivement que nous passerons du côté de la machine. « Donc nous nous téléchargerons effectivement mais progressivement, sans jamais vraiment remarquer le transfert. Il n’y aura pas un “ancien Ray” et un “nouveau Ray” mais un Ray toujours plus compétent23. »

41D’après les estimations de Kurzweil, il faudra donc attendre les années 2040 pour pouvoir s’offrir ce téléchargement graduel. Pour nous, qui sommes adultes aujourd’hui, cette promesse d’immortalité est un peu hasardeuse. Il n’est pas exclu que nous puissions sauvegarder nos vieux cerveaux. Mais, comme souvent lorsque les savants rêvent d’immortalité, c’est la génération suivante qui devrait surtout en bénéficier.

Bibliographie

Bibliographie

Clarke A. C., The City and the Stars, New York, Warner, 2001 [1956].

Davis J. E., « If The “Human” is Finished, What Comes Next? », The Hedgehog Review, automne 2002.

Egan G., « Learning to Be Me », in Dann J. et al. (dir.), Beyond Flesh, New York, Ace books, 1990.

Kurzweil R., The Singularity is Near, Londres, Penguin, 2006.

Lyotard J.-F., L’Inhumain, causeries sur le temps, Paris, Galilée, 1988.

McCarthy J. et al., « Proposal for the Darmouth Summer Research Project on Artifical Intelligence », 1955.

Moravec H., Mind Children, Cambridge, Harvard University Press, 1988.

Pickering A., The Cybernetic Brain, Chicago, Chicago University Press, 2011.

Pohl F., « Schematic Man », in Rucker R. (dir.), Mathenauts, New York, Arbor House, 1987 [1968].

Pohl F., « The Tunnel Under the World », in The Best of Frederik Pohl, New York, Double Day, 1975 [1954].

Triclot M., Le Moment cybernétique, Grenoble, Champs Vallon, 2008.

Wiener N., God and Golem, Inc., Cambridge, MIT Press, 1966 [1964].

Wiener N., The Human Use of Human Beings, New York, Avon, 1967 [1954].

Notes

1 Je me référerai par la suite uniquement au texte anglais. L’ouvrage paraît en 1950. La deuxième édition de 1954 est largement remaniée, mais aucune différence n’apparaît dans le fond quant à cet épisode de la télégraphie.

2 Lyotard J.-F., L’Inhumain, causeries sur le temps, Paris, Galilée, 1988, p. 20.

3 Triclot M., Le Moment cybernétique, Grenoble, Champs Vallon, 2008, notamment p. 229-230.

4 Wiener N., The Human Use of Human Beings, New York, Avon, 1967 [1954], p. 132.

5 Ibid., p. 139-140.

6 Ibid., p. 141.

7 Ibid., p. 131.

8 Wiener N., God and Golem, Inc., Cambridge, MIT Press, 1966 [1964], p. 32.

9 Ibid., p. 36.

10 Wiener N., The Human Use of Human Beings, op. cit., p. 131.

11 Wiener N. à Clarke A. C., 25 juillet 1953, archives Wiener, boîte 12, dossier 176.

12 Clarke A. C., The City and the Stars, New York, Warner, 2001 [1956], p. 18.

13 « Préface », idem. Cf. aussi Davis J. E., « If the “human” is finished, what comes next? », The Hedgehog Review, automne 2002, p. 110-125.

14 Archives Wiener, boîte 21, dossier 309, janvier 1962.

15 Pohl F., « The Tunnel Under the World », in The Best of Frederik Pohl, New York, Double Day, 1975 [1954], p. 37.

16 Ibid., p. 14.

17 Pohl F., « Schematic Man », in Rucker R. (dir.), Mathenauts, New York, Arbor House, 1987 [1968], p. 260.

18 Egan G., « Learning to Be Me », in Dann J. et al. (dir.), Beyond Flesh, New York, Ace books, 1990, p. 53.

19 Sur le thème de la boîte noire dans l’épistémologie de la cybernétique, cf. Pickering A., The Cybernetic Brain, Chicago, Chicago University Press, 2011, introduction.

20 McCarthy J. et al., « Proposal for the Darmouth Summer Research Project on Artifical Intelligence », 1955. URL : [http://www-formal.stanford.edu/jmc/history/dartmouth/dartmouth.html].

21 Moravec H., Mind Children, Cambridge, Harvard University Press, 1988, p. 109.

22 Kurzweil R., The Singularity is Near, Londres, Penguin, 2006, p. 198-199.

23 Ibid., p. 202.

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search