Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du ciel à la terre

 | 
Florent Quellier
, 
Georges Provost

Deuxième partie. Les églises chrétiennes et les premiers temps de l’agronomie

Prêtres normands exilés pendant la Révolution et agriculture européenne

Bernard Bodinier

Texte intégral

  • 1 Une petite dizaine.

1Contraints de s’exiler par la loi du 26 août 1792 parce qu’ils avaient refusé de prêter serment à la Constitution civile du clergé du 12 juillet 1790, de nombreux ecclésiastiques normands quittent le sol national. La plupart embarquent pour l’Angleterre qu’ils abandonnent souvent pour le continent. Le mauvais accueil, les difficultés d’installation ou d’exercice de la religion, la fuite devant les armées françaises… les amènent parfois à accomplir de longs périples à la recherche d’un havre de tranquillité où ils restent, pour certains, jusqu’en 1797, la majorité ne rentrant en France qu’en 1802. Plusieurs d’entre eux 1 tiennent un journal ou rédigent des mémoires dans lesquels ils racontent leur périple et donnent leurs impressions d’exil. À côté des sentiments personnels, de considérations religieuses, de remarques sur les villes et les mœurs des habitants des régions traversées, ils s’attardent aussi à décrire l’agriculture de celles-ci, « cet art, le premier et le plus précieux de tous » (Lemaître). Après avoir évoqué rapidement les personnalités et les voyages de trois ecclésiastiques normands, je dresserai un tableau de l’agriculture européenne telle qu’ils la décrivent, tout en manifestant un regard curieux et critique, et en suggérant des transpositions possibles en France.

Les récits de quelques prêtres normands

  • 2 Gisèle Tellier, Chantal Mesnil et Yvonne Mannevy, « Journal de route de Louis Nicolas Lemaître, pr (...)

2Louis Nicolas Lemaître, né en 1762, vicaire d’une paroisse proche de Laigle, gagne l’Angleterre où il ne s’attarde pas, préférant la Belgique (18 mois à Alost, entre Gand et Bruxelles) qu’il doit fuir pour Clèves (où il reste près d’un an), puis Hilsdesheim (en Saxe, onze mois) et les Provinces-Unies où il attend de rentrer en France en 1797. Curé d’Aube (Orne), il baptisera plusieurs enfants de la comtesse de Ségur. Il meurt en 1829. Il laisse un journal 2 de 47 pages.

  • 3 Aujourd’hui Saint-Léger-de-Rôtes, après la fusion avec Rôtes, en 1846.
  • 4 Charles Leroy, Sur les routes de l’exil (septembre 1792-mai 1797), Mémoires de M. l’Abbé Sébastien (...)

3Honoré Pétel (1744-1816) est curé de Saint-Léger-du-Bosdel3, près de Bernay. Il quitte la France avec ses deux frères, également prêtres, et un ami vicaire. Après l’Angleterre (Londres, quatre mois, et Douvres, quinze mois), ils s’installent dans le Pays de Waes (près d’Anvers, trois mois) puis dans la région de Clèves (un mois), avant d’entamer un long périple qui les mène vers le sud, à Spalt (sept mois), Constance (cinq mois) et Vicence où ils restent quinze mois. Ils rentrent chez eux le 15 mai 1797. Honoré Pétel devient alors curé de La Haye-du-Theil puis de La Saussaye. Son journal est annoté et publié par Leroy4, avec un synopsis des étapes du voyage et les lieues parcourues (plus de 800). L’auteur est assez savant pour multiplier les citations latines. Il dit avoir rédigé ce journal (de 200 pages) sur les instances de sa famille et pour apprendre à ses neveux et nièces ce qu’il a subi.

  • 5 Abbé Julien Loth, M. Ch. Verge, Mémoires de l’abbé Baston, chanoine de Rouen, d’après le manuscrit (...)

4Fils d’un receveur des impositions de Pont-Audemer, Guillaume André René Baston (1741-1825) entre au collège des Jésuites de Rouen, grâce à la protection du chanoine Carrey de Saint-Gervais, qui lui obtient un canonicat en 1778. Théologien, il critique la politique religieuse de la Révolution. Contraint à l’exil en septembre 1792, il demeure un peu plus d’un an à Londres, puis s’embarque pour le continent. Obligé de quitter Maastricht, il s’installe à Coesfeld en Westphalie, avec son ancien protecteur, et à proximité de l’archevêque de Rouen qui tient une véritable cour à Münster. Il y reste huit ans et demi. Il ne rentre qu’en mai 1803. Rappelé à Rouen par Carrey, il occupe de hautes fonctions, participe au concile de Paris de 1811 et est nommé évêque de Sées mais n’est pas confirmé par le pape. Il reprend sa place de chanoine. Les 1 233 pages de ses mémoires 5 ont été écrites à Coesfeld ou après le retour en France. Le texte est rédigé dans un bon français, avec de nombreuses citations et des références qui montrent la grande culture du théologien. C’est quelqu’un qui lit, qui apprend la langue du pays où il se trouve, qui s’informe, fait des recherches historiques… Il a envie que son œuvre soit connue : « Ne quittons point encore les champs et recueillons-y diverses observations qui peuvent entrer dans notre cadre, soit quant aux choses, soit quant aux personnes. »

  • 6 Sur ces aspects, Bernard Bodinier, « Prêtres normands en exil », actes du 130e Congrès du CTHS, La (...)

5Comme tous les mémoires, ces textes sont sujets à caution. Écrits après les faits, réfléchis, ils peuvent être partisans, voire passionnés. D’une façon générale, ils ne manifestent pas une hostilité de principe, ni envers les révolutionnaires, ni envers les habitants des pays d’exil6. Pour ce qui concerne l’agriculture, peut-on leur faire confiance ? Les prêtres pourraient avoir tendance à magnifier ce qu’ils voient, pour compenser en quelque sorte la désolation de leur situation. Ou, au contraire, n’y voir que les mauvais côtés, ce qui traduirait leur regret d’avoir quitté la France. Ils semblent objectifs. Mais sont-ils pour autant compétents ? Pétel est fils d’un agriculteur du plateau du Neubourg, Lemaître d’un épinglier du Pays d’Ouche. Tous deux sont curés de campagne et fréquentent donc surtout des paysans. Baston appartient à un autre milieu, bourgeois et urbain, mais, derrière le théologien, se cache un intellectuel capable d’analyser les situations. Ce qu’on peut regretter finalement, c’est que l’agriculture ne soit pour eux qu’une préoccupation secondaire à laquelle ils ne consacrent que quelques pages (six-sept chez Lemaître et Pétel), une trentaine toutefois chez Baston, en plus de son étude sur les serfs de Westphalie (29 pages). Aussi devrai-je me contenter de la vision, essentiellement descriptive, qu’ont ces prêtres d’une agriculture européenne limitée en l’occurrence à celle des pays qu’ils ont parcourus, à savoir l’Angleterre, la Belgique, l’Allemagne et l’Italie.

Une vision idyllique ?

Une grande variété de cultures

  • 7 Pétel, p. 41.
  • 8 Lemaître, p. 40.

6Pétel est enthousiasmé par le Pays de Waes qui « est fertile et très peuplé. Les villages y sont nombreux et mieux bâtis que la plupart de nos bourgs de France […]. Le bled et le lin y croissent en abondance, les terres, quoique sablonneuses, sont très bonnes et presque toujours chargées7 ». Lemaître juge également l’agriculture belge favorablement. « J’ai dit que ce peuple (belge) était continuellement attaché à la glèbe parce que ses terres qui, pour la plupart, rapportent deux récoltes par an, exigent une culture continuelle. Froment, seigle, avoine, orge, blé, sarrasin, lin, colza, chanvre, trèfle, navets, telles sont les productions de la Flandre8. »

  • 9 Ibid., p. 63.
  • 10 Choucroute (Lemaître, p. 63).
  • 11 Pétel, p. 67.

7Mais il a préféré le duché de Clèves qui « est peut-être le pays de l’Europe où on se rapproche le plus de la simplicité antique et de la vie patriarcale. Un laboureur, aux habits près, trouve chez lui tout ce qui lui est nécessaire. Le pain est le produit de ses champs et ce pain est tout de seigle. Ce grain dans les pays du nord est plus multiplié, plus commun que le froment, parce qu’il vient mieux, qu’il fatigue moins les terres et donne plus de paille9 ». On supplée au manque de viande par « les légumes dont on fait une grande consommation : navets, carottes, pommes de terre, pommes d’arbres mêlés avec les premières et dans l’hiver le sauer-krauter10 ». Au dîner, on mange du panckouke, pain de froment ou sarrasin avec du lait. On peut y ajouter des œufs, des pommes, de l’oignon haché. Pétel trouve aussi que, dans la région de Paderborn, « la nourriture est simple : beaucoup de légumes, force lard, la bière excellente11 ».

  • 12 Lemaître, p. 63.

8Lemaître dit s’être « habitué à merveille au pain de seigle. Loin de me nuire, il m’a été salubre par la vertu qu’il a d’entretenir le corps et de favoriser les selles12 ». Ce qui n’est pas l’avis de Baston pour qui

  • 13 Ce nom, dont Baston raconte l’origine, viendrait de l’époque de la guerre de Sept Ans. « Un hussar (...)
  • 14 Baston, t. II. 253-254.

« […] les pauvres ne mangent presque jamais de pain, parce qu’il est plus cher que certaines viandes ; et ils ne mangent presque jamais de viande parce qu’elle coûte de l’argent et qu’ils n’en ont point, ou que le peu qu’ils ont, ils l’emploient à d’autres usages. Le père s’enivre avec du genièvre ; la mère et les enfants vivent de pommes de terre, de navets, de carottes et autres légumes, le tout cuit dans un peu de graisse de porc ou simplement à l’eau. N’y ajoute pas qui veut, mais qui peut, une petite tranche de popernick13 : c’est le pain noir de Westphalie […]. Un pain de seigle où le son et la farine, quelquefois un peu de paille, sont mêlés ensemble. Il est d’un brun extrêmement foncé […]. Le pain noir est compact et lourd. L’usage veut qu’on n’y mette aucun levain. C’est du pain azyme. Sa forme ressemble à une rame de papier. Quoiqu’on laisse vingt-quatre heures de plus ces masses de pâte dans le four, les parties intérieures, éloignées de la croûte, sont toujours mollasses, peu ou point cuites14 ».

  • 15 Ibid., p. 254.
  • 16 Ibid., p. 252.

9Les domestiques de Baston refusent d’en manger. « La vérité est que son extérieur choque les yeux. Il n’y a pas dans toute la nature deux choses qui se ressemblent mieux qu’un morceau de pain noir et un morceau de tourbe fossile15. » Le chanoine finit cependant par l’apprécier, en le prenant comme… dessert ! Il dénonce aussi la forte consommation de genièvre (« le gin ») qui accapare une bonne partie de la récolte de seigle d’où est extraite la liqueur mélangée à un peu de genièvre. « Or le seigle est le pain du pauvre. On l’affame donc, ce pauvre, pour exciter sa soif. Il boit ce qui lui profiterait bien davantage s’il le mangeait16. »

10Le chanoine constate qu’en Westphalie,

  • 17 Baston, t. II, p. 311-312.

« […] la culture ressemble à celle de nos provinces à blé ; mais la variété en est beaucoup plus grande. Rarement voit-on une longue suite de sillons couverts de la même espèce de grains ou de légumes. Du froment, du seigle, de l’orge, de l’avoine, des fèves de vallée, des pois, des navets, des carottes, des pommes de terre, du lin, du trèfle, etc., voilà ce que l’œil rencontre souvent dans un espace peu étendu. C’est particulièrement auprès des villes que ces hachures se font remarquer […]. [Les serfs] trouvent chez eux de quoi satisfaire à tous les besoins de la vie : le pain, la viande, les légumes, une partie du vêtement, l’huile de la lampe, les éléments de la bière qu’ils font eux-mêmes […]. Le premier article de la nourriture du bauer et de ses animaux, ce sont les végétaux-racines, la pomme de terre, le navet, la carotte, etc.17 ».

  • 18 Ibid., p. 312.

11Mais il n’y a « aucun arbre fruitier dans les campagnes et peu dans le voisinage des habitations18 ».

  • 19 Pétel, p. 59.

12Pétel juge favorablement l’agriculture allemande. « Les bords du Rhin sont riches et bien cultivés19. » En Franconie, autour de Wurtzbourg,

  • 20 Ibid., p. 82.

« […] les vignes sont plantées en amphithéâtre jusqu’au sommet des montagnes, leur culture est conséquemment fort difficile ; le vin qu’elles produisent est passablement bon et presque toujours blanc. On y voit de beaux vergers d’abricotiers, de pêchers et de pruniers. Le lit où serpente le Main est bordé de bons pâturages et de terres bien cultivées20 ».

  • 21 Ibid., p. 90-91.
  • 22 Ibid., p. 115.
  • 23 Ibid.

13La ville de Spalt « est environnée de côtes élevées couvertes de sapins de différentes espèces. Le terrain est sablonneux mais fort propre à la culture du houblon qui y est le meilleur de l’Allemagne21 ». La Souabe est un « pays fertile coupé par des coteaux plantés de vignes22 », et la Turgovie « présente en amphithéâtre un terrain bien cultivé couvert d’arbres fruitiers et de vignobles23 ».

  • 24 Ibid., p. 148.

14Mais, pour Pétel, « de toutes les contrées que nous avons parcourues, l’Italie est la plus belle, la plus fertile et la plus agréablement située24 ». Le Vicentin est

  • 25 Pétel, p. 151-152.

« […] un pays des plus agréables et des plus fertiles. Les bestiaux, le gibier, la volaille, les bleds, vins, huiles, soies, bois, herbages, légumes, fruits, en un mot, tout y est excellent. C’est comme un jardin riant et délicieux ; c’est le paradis terrestre de l’Europe. Les orangers, les citronniers sont en pleine terre, les figuiers poussent dans les haies, les lauriers dans les bois ; à côté d’une pièce de bled, vous en voyez une de melons dont le parfum flatte également le goût et l’odorat ; des avenues de mûriers bordent les chemins et leurs feuilles servent à nourrir une infinité de vers à soie dont on fait un très grand commerce […]. Les terres sont si fertiles qu’elles sont presque toujours chargées et donnent par an jusqu’à quatre récoltes, je pourrais même dire cinq […]. Je n’essaierai point de vous peindre le gracieux tableau que présentent ces vignes chargées de beaux raisins dont la grosseur est double des nôtres, suspendues en rond autour du noyer ; ce cordon surtout d’où pend une enfilade de grappes dont le coloris pourpré charme l’œil et fait naître l’appétit25 ».

Un élevage plus volontiers critiqué

15Pétel admire la qualité de l’élevage anglais autour de Londres ou Douvres.

  • 26 Ibid., p. 19.

« Le terrain qui avoisine la ville [Londres] donne de gros pâturages couverts de nombreux troupeaux dont le lait fournit aux Anglais le plaisir de prendre deux fois par jour leur thé bien aimé […]. Le petit parc qui est sous les fenêtres du roi [à Saint-James] nourrit un grand nombre de vaches qui lui appartiennent. Les plaisants disent que les profits de ces vaches sont pour les menus plaisirs de Sa Majesté qu’ils décorent du titre fastueux de marchand de lait26. »

  • 27 Abbé Simon, « Dix mois d’exil. Journal succinct des premières pérégrinations de M. Bouic après son (...)
  • 28 Pétel, p. 41.
  • 29 Ibid., p. 59.
  • 30 Lemaître, p. 63.
  • 31 Baston, t. II, p. 312.

16Un autre prêtre, Bouic, avait également été frappé par les énormes mamelles des vaches anglaises, « trois fois plus grosses comme celles de nos vaches, (et la grosseur) des moutons dont le plus maigre surpassait en rotondité le plus gras de chez nous27 ». Pétel retrouve cette qualité de l’élevage dans le Pays de Waes où « il y a de belles prairies et de bons pâturages. Les chevaux y sont beaux et estimés28 ». Sur les bords du Rhin, « il y a de vastes prairies couvertes de nombreux troupeaux de vaches dont l’espèce est belle et grande29 ». Dans le Pays de Clèves, « la viande en usage est le porc, le bœuf et la vache salée. Chaque particulier a coutume de tuer pour l’entretien de sa maison une ou deux bêtes par an, comme aussi deux ou trois cochons gras […]. Autant l’usage de la volaille et des œufs est commun en France, autant est-il rare ici30 ». Baston vante la nourriture des animaux en Westphalie où les chevaux se nourrissent, comme les hommes, de végétaux-racines, « ce qui ne les empêche pas d’être sains et vigoureux31 ».

  • 32 Lemaître, p. 67.

17Ces compliments laissent toutefois la critique percer. Ainsi, Lemaître constate qu’en Saxe « chaque laboureur a deux paires de chevaux, quatre ou cinq porcs, douze à quatorze et jusqu’à vingt vaches, mais qui, par parenthèse, n’en valent pas souvent cinq bonnes32 ». Et il trouve le porc saxon

  • 33 Ibid., p. 67-68.

« […] court et plat, [avec] un poil très rude et, sur le dos, hérissé comme celui d’un sanglier […]. Aussi a-t-il la chair très ferme et est moins fourni en graisse, bien différent en cela de celui du Pays de Clèves, qui est d’une grandeur énorme, et offre jusqu’à huit ou neuf pouces de lard, quand il est fait, c’est-à-dire au bout de deux ans. Il faut observer qu’il est toujours enfermé et nourri à la pomme de terre et au sarrasin pendant les quatre derniers mois de son existence33 ».

18Lemaître constate donc une grande disparité entre le Pays de Clèves et la Saxe, différence qu’il note dans le domaine de la propreté (grande à Clèves, contrairement à la Saxe) et qu’il retrouve dans la préparation du laitage.

  • 34 Ibid., p. 69.

« Sur le Rhin, rien de plus gras, de plus abondant que le lait. Dans la Saxe […], rien de plus maigre, de plus pauvre. J’ai vu quinze vaches donner à peine un très petit seau de lait […]. Comme on ne bat que la crème, on fait des fromages du surplus, mais fromages très maigres et qui sont encore desséchés par l’anis qu’on y fait entrer34. »

  • 35 Baston, t. II, p. 257.

19Si Baston trouve le mouton « aussi bon qu’en aucun autre endroit d’Europe35 », il constate que les troupeaux d’ovins sont rares et peu nombreux. Et il déteste le veau :

  • 36 Lemaître fait la même constatation en Saxe, alors qu’à Clèves on en fait des élèves et qu’on en ve (...)
  • 37 Baston, t. II, p. 258-259.

« Assurément le plus chétif et le plus dégoûtant de l’univers. Sa taille n’excède pas celle d’un grand chien. Pèse-t-il vingt-cinq à trente livres, c’est un beau veau. Les mères sont petites, souvent mal nourries et, dès qu’elles ont mises bas, on porte à la boucherie le nouveau-né, qui ne respire pas l’air plus d’un jour et ne suce pas une seule fois la mamelle que la nature avait remplie pour lui 36 […]. Ce qu’on n’appelle du bœuf n’est, comme dans nos petites villes de France, que de la vache décorée d’un nom qui ne lui appartient pas. Les bœufs ne servent ni au trait ni au labour. On n’en élève plus pour les engraisser… Nous sommes donc restreints aux vaches, et, pour une bonne, on en tue neuf mauvaises, je veux dire maigres et dures37. »

20Le porc trouve grâce aux yeux de Baston car il est bien élevé et lavé régulièrement. Il signale enfin que les Allemands mangent peu de poisson, qu’ils chassent la grive mais pas le lièvre et la caille. La nourriture, complétée par des poulets et oies, est donc surtout à base de légumes. Les Français donneront à leurs hôtes l’habitude de consommer la tête et les pieds de veau.

  • 38 Pétel, p. 49-50.
  • 39 Ibid., p. 66-67.

21Les prêtres exilés donnent donc une vision favorable des régions qui les ont accueillis. Sûrement pas pour plaire aux habitants qui ne liront pas leurs mémoires. Mais parce qu’ils le ressentent ainsi, qu’ils apprécient la variété des plantes cultivées et la bière. Ils font cependant quelques réserves sur le pain et l’élevage allemands, ainsi que sur la qualité de certains sols. Les Campines ne sont que « de mauvaises bruyères et le pays si désert qu’on a besoin de prendre des guides pour les traverser […]. Cette terre ingrate, sablonneuse, et absolument stérile, est dans le Brabant hollandais38 ». La région de Paderborn n’est guère plus avantagée : « Le terrain [est] partout sablonneux et presque stérile, excepté quelques prairies où on élève des chevaux d’une bonne qualité39. »

Des méthodes appréciées ou contestées

Rotation des cultures et engrais

  • 40 Lemaître, p. 40.
  • 41 Pétel, p. 44.

22Lemaître vante le travail humain en Flandre : « Parce que les hommes y font la fonction des chevaux, il n’y a point de laboureur qui ne fouille ou ne fasse fouiller chaque année le cinquième ou le sixième de sa terre à la bêche, de sorte qu’au bout de cinq ou six ans toute sa terre se trouve ainsi travaillée40. » Dans le Pays de Waes, Pétel remarque que « tous les terrains cultivés sont divisés en petites portions entourées de fossés et de haies… Les terres sont extrêmement faciles à cultiver, un cheval seul suffi t pour labourer41 ».

23Mais la vision de l’agriculture allemande est moins enthousiaste. Pour Lemaître,

  • 42 Lemaître, p. 66.

« […] il faut l’avouer, les pays d’Outre-Rhin ne valent pas la Flandre, ni même notre France ! Non que le terrain soit moins fertile [dans le Pays de Clèves], puisqu’à peine en laisse-t-on reposer la septième ou la sixième partie, mais plutôt par défaut de soins, défaut surtout d’engrais […]. Défaut qui est tel que la terre demeure quelquefois jusqu’à huit ans sans recevoir de fumier. Encore celui qu’on emploie est-il d’assez mauvaise qualité. C’est une espèce de gazon, composé de blètres [sic] qu’on va pleurer au bord des chemins ou sur les bruyères. On ramasse ces blètres en un monceau qui a la forme de nos mottes de charbon. On les dispose par lit avec le fumier de l’écurie. Ceux qui ont des bergeries les laissent auparavant cinq à six jours sous leurs moutons, ce qui tient lieu de fumier. Ainsi arrangées, on les laisse fermenter jusqu’au moment du fumage. On conçoit qu’une pareille terrasse doit engendrer bien des mauvaises herbes, aussi les terres sont-elles raisonnablement pourries, surtout de chiendent. Une autre raison de cette excroissance, c’est le labour incomplet qu’on donne à la terre. On laboure à trois grandes raies ou herses, trop légèrement. On n’a pas besoin d’écraser les mottes. Enfin, pour l’ordinaire, on sème très mal42 ».

24Et en Saxe, le même Lemaître fait un constat voisin : des

  • 43 Lemaître, p. 67.

« […] engrais assez abondants, mais il y a un autre défaut, c’est qu’étant tiré trop souvent, le fumier n’est nullement consommé. Ce n’est guère que de la paille salie et la raison de cela est que leur terre est partagée en trop de saisons. De tout cela, il n’y a que la portion de terre qui reçoit le seigle où l’on ne mette point d’engrais, parce qu’on le sème après les pois et les fèves qui sont regardés comme menu compost. En outre, la distance qui se trouve entre les travaux donne le temps d’amasser du fumier43 ».

  • 44 Ibid.

25Lemaître se félicite par ailleurs de « l’usage de parquer : le mouton est dans les champs dès le commencement d’avril jusqu’à la Toussaint44 ». Il a tendance à trouver négatif ce qui est en réalité positif : l’existence – qu’il signale – d’importants troupeaux, de qualité médiocre certes, mais qui donnent du fumier ; et la pratique de cultures fourragères sur la sole en seigle, ce qui évite la jachère.

26Pétel et Baston apprécient l’utilisation d’engrais qui améliorent la terre.

  • 45 Pétel, p. 29.

« Le terrain (autour de Douvres) de lui-même est ingrat mais le cultivateur n’épargne rien pour le fertiliser ; de nombreux troupeaux de moutons et de vaches, vraies richesses du laboureur, font par leurs engrais produire à cette terre les récoltes les plus abondantes en toutes espèces d’herbe et de grains45. »

27En Westphalie, Baston observe que

  • 46 Baston, t. II, p. 313.

« […] jamais les terres ne se reposent ; et si l’on varie les espèces de végétaux qu’on leur fait porter, c’est plutôt caprice et circonstance que système suivi et raisonné. Elles sont donc bien bonnes ces terres à qui l’on demande de toujours produire ? Non, elles sont mauvaises. Les récoltes sont donc pitoyables ? Non, elles excitent l’admiration par leur beauté et leur bonté. Tout le mystère est qu’on fume beaucoup, qu’on tourne et retourne la terre à diverses reprises et que le ciel arrose à souhait, c’est-à-dire peu à la fois mais souvent46 ».

28Dans le Pays de Waes, Pétel constate, à son détriment, qu’

  • 47 Pétel, p. 41-42.

« […] un des engrais les plus précieux dans ce pays, comme dans l’Allemagne, sont les excréments humains ; ils (les paysans) les délayent dans l’eau et en arrosent leurs terres. C’est une branche du commerce dans les villes, mais gare au nez dans la saison où les laboureurs les transportent, surtout dans les semailles de lin qui, si on en croit les Flamands, doit à cet engrais la grande réputation dont jouissent les toiles de Flandre47 ».

  • 48 Pétel, p. 175.

29Pétel ne tarit pas d’éloges sur les pommes de terre qu’il mange tous les jours chez ses hôtes : « Elles sont trop bonnes » (sic). Pour se moquer de lui et faire taire ses réticences sur une telle utilisation, on lui fait arroser les semences de tubercules. Ces pommes de terre, les Suisses les mangent cuites dans une jatte mais encore couvertes de leur peau qu’ils se mettent à éplucher48. Ce sont nos pommes de terre « en robe des champs » que le prêtre découvre.

Les méthodes de travail

30Les prêtres insistent d’une façon générale sur la qualité du travail des paysans. Pétel parle des digues qui ont permis d’enlever des terres à la mer et d’obtenir des récoltes abondantes et de riches pâturages. Il voit des poudres (polders) qui, bien que desséchés depuis cinquante ans, sont chargés chaque année et toujours également fertiles sans engrais. Bouic signale, quant à lui, l’existence des moulins à vent de Harlem qui sont utilisés pour prévenir les inondations.

31Dans la région de Spalt, Pétel décrit les techniques d’irrigation :

  • 49 Ibid., p. 941-92.

« Là ce sont de petits champs bien cultivés, des prairies arrosées par le moyen d’une mécanique aussi simple qu’utile ; c’est une seule roue à chaque rayon de laquelle est attaché un seau mobile ; le courant d’eau fait tourner la roue, chaque seau s’emplit et verse tour à tour l’eau qu’il a puisée en plongeant dans la rivière dans un auget qui répond à des rigoles creusées dans la prairie qu’on veut arroser49. »

32Il retrouve l’irrigation dans la région de Milan.

  • 50 Ibid., p. 164-165.

« C’était le temps de la semaille [sic] du riz. L’eau est absolument nécessaire pour la culture de ce grain, il veut toujours en être couvert, ce qui occupe beaucoup les cultivateurs ; pour en faire venir sur leurs terres, par le moyen de divers canaux, ils la tirent des rivières et des lacs avec beaucoup d’industrie, et disposent avec la même adresse les champs auxquels ils doivent confier leur semence ; ils nivellent en quelque sorte leur terrain pour qu’il soit toujours également humide. On ne fait venir l’eau dans la rizière que lorsque le riz a poussé de trois ou quatre doigts50. »

33Baston est plus circonspect sur le travail des paysans allemands.

  • 51 Paysans.
  • 52 Baston, t. II, p. 313-314.

« Si les bauers 51 arrangent bien leurs terres, ils n’y sont pas fort adroits. Quand ils labourent, il leur faut deux hommes par charrue, quelquefois trois : l’un conduit les chevaux, l’autre tient le manche ; je ne sais ce que fait le troisième ; peut-être n’est-il là que pour donner un coup de main à l’occasion. Et vous noterez que les terres sont légères et sablonneuses52. »

34Surtout, il critique la façon dont procèdent les moissonneurs qui

  • 53 Baston, p. 314.

« […] ne se servent pas de faucilles, qui scient le blé, mais d’une petite faux dont le manche est très court. Le bras droit seul, bien étendu, la met en mouvement, non pas horizontalement et par une action uniformément prolongée, à la manière des faucheurs qui dépouillent les prés, mais dans une direction tant soit peu oblique, de sorte que le moissonneur frappe comme il ferait avec un coupoir quelconque. La main gauche de l’ouvrier est munie d’un crochet qui rassemble les tiges abattues par la faux, dont il n’interrompt pas l’action et qui forme çà et là des javelles d’une grosseur médiocre. On prétend que cette méthode est plus expéditive que celle du sciage avec la faucille. Je le croirais volontiers mais je n’en soutiendrais pas moins que notre procédé est préférable à l’autre. Le coup de faux donné brusquement casse beaucoup d’épis qui échappent au crochet, et, ce qui est pis, lorsque le blé est bien mûr et bien sec, les grains secoués tombent en grande quantité, au point que trois ou quatre semaines après la récolte, les champs, couverts de ces grains qui ont germé, semblent avoir été labourés et ensemencés depuis leur dépouillement53 ».

35Il n’y a donc pas de glanage. De plus, les paysans westphaliens

  • 54 Ibid.

« […] ne serrent jamais leurs gerbes dès qu’elles sont liées. Elles demeurent un certain temps sur le champ, plantées debout, les épis en haut, invitant pour ainsi dire tous les oisillons de la contrée à venir y prendre leur repas ; ce qu’ils font par bandes énormes. J’ai examiné des gerbes de seigle dont les moineaux s’étaient nourris pendant plusieurs jours à bec-que-veux-tu : ce n’était plus que de la paille54 ».

  • 55 Lemaître, p. 68.

36Cet avis n’est pas du tout partagé par Lemaître, même si ce dernier critique la petitesse des gerbes qu’on « laisse pendant dix ou douze jours, pour que le grain prenne de la nourriture. Enfin, comme il n’y a point de glanants, on passe sur le champ un grand râteau de six ou sept pieds pour ramasser les épis échappés55 ».

  • 56 Baston, t. II, p. 313.

37Par ailleurs, Baston signale que les bois ont beaucoup souffert pendant la guerre de Sept Ans et « on n’en replante pas autant qu’on en abat, ce qui provient de l’espèce d’opposition entre les droits respectifs du maître-propriétaire et serf-usufruitier. Ce canton de la Westphalie serait incessamment exposé à mourir de froid, si la tourbe fossile ne suppléait pas le hêtre et le chêne qui commencent à manquer56 ».

Des spécialités

38La choucroute est le plat inconditionnel de l’Allemagne. Lemaître la consomme en Basse-Saxe :

  • 57 Lemaître, p. 55.

« Ces sauer-krauter sont des choux blancs, hachés très menu, qu’on assaisonne de sel et de vinaigre, pour s’en servir tout l’hiver et encore au-delà. Ces choux se mangent avec toutes sortes de viandes mais surtout de la saucisse qui n’est pas le mets dont s’accommodent le mieux nos estomacs français… La boisson est la bière comme dans tous les pays du nord. Les personnes fortunées y substituent le vin du Rhin57. »

  • 58 Pétel, p. 96.

39Pétel n’apprécie pas autant la choucroute : « Ce légume se conserve longtemps et est, dit-on, très sain ; l’Allemand le mange presque cru et même en salade. Le (sic) choucroute, si chéri des Allemands, ne ferait pas fortune en France58. »

40Pétel s’enthousiasme devant la culture du houblon, à Spalt.

  • 59 Ibid., p. 90-91.

« Les habitants en font un grand commerce, ils en envoient jusqu’à Strasbourg et à Besançon, aussi tous les propriétaires sont-ils riches. Les champs qui, pendant l’hiver, nous avaient paru incultes et stériles, changèrent tout à coup de face au printemps. Nous vîmes le houblon montrer la tête et chercher un appui ; nous vîmes s’élever des forêts de gaules de sapin qui, plantées et alignées avec art, forment des avenues sur tous les sens […]. Nous ne fûmes pas témoins de la récolte […] qui se fait en septembre ; nous avions examiné les appartements spacieux où on transporte cette plante précieuse pour l’y faire sécher. C’est bien dans ce pays que nous avons bu la meilleure bière brune ; elle n’a pas la force de celle d’Angleterre mais elle est beaucoup plus fraîche, plus légère et moins amère59. »

41La bière est conservée dans des caves creusées dans les carrières de grès. Le même Pétel s’attarde à décrire la coltura promiscua.

  • 60 Ibid., p. 152.

« Représentez-vous une pièce de terre plantée, non pas de pommiers comme en Normandie, mais de noyers bien alignés à distance de trente à quarante pieds. À chaque pied d’arbre, deux ceps de vigne qui se marient au noyer dont les branches sont arrêtées à quatre ou cinq pieds du tronc et forment un cercle, à chaque bras sont attachées les branches de la vigne, on en laisse échapper une pour la réunir à une autre qui s’échappe également de la vigne voisine ; tous les ans, on élague les branches du noyer, à l’exception d’une qu’on ne coupe qu’après trois ou quatre ans, pour en laisser échapper une autre qu’on appelle à son tour la sève abondante du noyer. Cette forte branche produit les noix que je ne veux pas compter parce qu’elle ne donne pas toujours ; voilà donc une récolte de bois. L’espace intermédiaire produit du grain, récolte qui se fait vers la saint Jean ; aussitôt après on laboure la terre où on sème du maïs qui mûrit à la fin d’octobre : troisième récolte ; enfin, la vigne donne la quatrième vers la fin de septembre60. »

Des progrès transposables en France ?

42Lemaître dit avoir remarqué un certain nombre de particularités Outre-Rhin.

  • 61 La moisson.
  • 62 Lemaître., p. 68-69.

« L’usage de herses en fer, le harnais des chevaux très simple (il ne consiste qu’en bricoles), les charrettes à quatre roues d’égale grandeur, avec des essieux de bois garnis de fer, l’aoûtage 61 qui exige peu de frais. Au lieu de faucilles, on se sert de faux, mais plus camardes et moins longues que celles pour l’avoine […]. Le battage du grain se fait, en grande partie, de nuit, depuis deux ou trois heures jusqu’au jour. La préparation des lins, au contraire se fait de jour. C’est l’inverse de notre manière. Et comment baton ? Cinq, six, huit, jusqu’à dix à la fois. Pour concevoir comment tant de gens peuvent travailler ensemble sans se nuire, il faut connaître la forme des maisons de campagne. Dans un bout, la cuisine et l’étuve ou poële, ensuite la porte d’entrée. Sous le même côté, un cabinet où couchent ordinairement le maître et la maîtresse […]. Le reste est occupé par l’écurie aux chevaux et quelques logements pour les domestiques. De l’autre côté sont les étables à vaches et à porcs et, au milieu, une grande aire ou plate-forme, de 24 à 30 pieds de long sur 8 à 10 pieds de large. C’est là où se bat le grain et où se prépare le lin. Comme cette production forme la principale branche de commerce de ce pays et qu’elle demande beaucoup de soins, c’est ce qui fait que les laboureurs ont beaucoup de domestiques. Il y en avait six chez celui où je demeurais : trois servantes, un charretier et deux jeunes garçons. Tout ce monde, le charretier excepté, est occupé, dans l’été, à battre, à froisser, à écorcher le lin, et, dans l’hiver, à le filer. Le maître, pour l’ordinaire, ne se réserve que l’inspection. S’il travaille dans les champs ou à la maison, ce n’est guère que dans les moments d’urgence62. »

43On se trouve là en présence de paysans riches, le maître se contentant de diriger l’exploitation.

44En matière d’élevage, Lemaître remarque qu’en Saxe, on tire rapidement du lait des brebis qui ont agnelé.

  • 63 Ibid., p. 67.

« On en fait des excellents fromages ou on [le] mange sur le pain, comme la crème, après l’avoir fait bouillir. Cette soustraction ne nuit point aux agneaux qui, par le soin qu’on a pris de faire couvrir les mères de bonne heure, et, par là, d’avancer leur naissance, sont dans le cas de pouvoir être sevrés plus tôt. De sorte que vers la fin de mars, on ne leur donne plus que deux fois à téter par semaine […]. On [leur] donne à manger des feuilles de frêne desséchées, comme quelque chose de très salutaire. À défaut des jachères qui sont en très petit nombre, on les mène le long des forêts et dans les communs réservés exprès63. »

45Lemaître vante aussi la façon dont on nourrit les animaux à l’étable.

  • 64 Lemaître, p. 66.

« Les vaches, sur le Rhin, sont sept mois de l’année dans les pâturages, et cela jour et nuit. Les cinq autres mois qu’elles sont à l’étable, elles consomment, concurremment avec les chevaux, une partie de la paille, et, pour leur faciliter ce manger, on le hache très menu, par le moyen d’un couperet dont le jeu est expéditif. Curieux à voir, l’usage en est très fréquent, car, dans toute l’Allemagne, on ne donne presque, aux chevaux, que du fourrage haché ou de la “paille-seigle” toute simple, ou de la paille d’avoine avec le grain, ou bien tel en Saxe, des pois et des faveroles (espèce de fèves des marais). L’usage de bien préparer la nourriture des chevaux, comme aussi de la mouiller, me fait croire qu’il est excellent pour les préserver de la maladie64. »

46En Saxe, où on a l’habitude de parquer les moutons,

  • 65 Ibid., p. 67.

« […] rien de moins dispendieux et de plus profitable qu’une bergerie. Il n’y a qu’un pasteur pour toute la commune. Il en est de même pour les vaches, les porcs, et il n’y a jusqu’aux oies qui n’aient aussi leur pasteur. Ce pasteur est chargé, pendant toute l’année, du soin des brebis. Tel laboureur en aura six dans le troupeau, tel autre dix […]. Son droit de parcage est en raison de ce nombre65 ».

  • 66 Ibid., p. 69.

47À Clèves, Lemaître a noté l’abondance du lait. On y bat « tout ensemble la crème et le lait caillé, et, pour venir à bout d’un volume si considérable, on attache le manche (de la baratte) sur deux pivots. Dans les maisons où il y a une grande mouvance, c’est le chien qui fait cet office. On le met dans la roue, comme autrefois en France, pour tourner la broche66 ». À Nimègue, Baston avait visité un village où, au moyen d’une mécanique fort simple, on se servait également des chiens pour faire le beurre.

48Cependant, Lemaître ne voit

  • 67 Ibid., p. 66.

« […] que deux usages dont nous pourrions profiter : le premier, d’enduire, comme on fait ici (Pays de Clèves), nos charrues de goudron pour les défendre contre l’influence de l’air et des pluies. Deuxièmement, de substituer à nos granges (qui demandent des frais considérables pour leur entretien) de simples barges seulement couvertes de paille, ou surmontées d’un chapeau soutenu par quatre perches67 ».

  • 68 Pétel, p. 29.
  • 69 Ibid., p. 67.

49Pétel s’étonnait aussi de la façon dont les Anglais conservaient leurs récoltes : « Ils les entassent au bel air ; ils couvrent les tas de bled et de foin d’un toit mobile qui hausse et baisse à volonté et donne un abri peu dispendieux68. » Et Lemaître de poursuivre : « En Pologne, le pays de l’Europe dont les blés sont les plus estimés, on ne connaît point d’autre manière d’engranger. Il existe, cependant, quelques granges dans ce pays-ci, mais ce sont des bâtisses qui ne sont que calfeutrées, et, comme on dit, “faites de boue et de crachats”69. »

50Cette restriction à deux apports n’empêche pas le prêtre, admettant un oubli, d’attirer l’attention sur

  • 70 Mélange d’eaux grasses et de légumes destiné aux porcs.
  • 71 Lemaître, p. 69-70.

« […] les prairies artificielles, par lesquelles on supplée au manque de pâturages. Les laboureurs qui sont en défaut de ce côté-là emploient le moyen suivant pour subvenir à l’entretien de leurs bestiaux. La moisson faite, on donne un tour de labour au champ qui vient d’être dépouillé et on y sème une petite graine appelée spahory qui, lorsqu’elle atteint sa croissance [ce qui demande deux ou trois semaines] ressemble assez aux lentilles. Alors, on y mène les vaches, qu’on attache à un pieu à une distance raisonnable, pour leur pâture quotidienne. Cette production qui, dit-on, donne de la qualité au beurre, est en usage une bonne partie de l’automne ; elle sert aussi à la nourriture des porcs. Dans l’hiver, on la donne, en sec, aux bestiaux ou on en fait des brannées70. Le champ est-il nettoyé ? On laboure de suite, pour y jeter l’autre semence qui, au moyen de l’engrais qu’y ont déposé les bestiaux, ne reçoit aucun préjudice de la première semence71 ».

51Cette technique, qui évite de laisser la terre en jachère et de la livrer à la vaine pâture, permet, de surcroît, de nourrir avantageusement les animaux et d’engraisser le sol.

  • 72 Baston, t. II, p. 315.

52Devenu ami du bourgmestre de Coesfeld, Baston fait refaire à neuf le pavé et fait disparaître les fumiers. Il note que les paysans bénéficient du fait que « la dîme n’a point lieu dans les plaines de Coesfeld, au moins généralement ; et, si elle existe quelque part, est plutôt seigneuriale qu’ecclésiastique. Il arrive même quelquefois que les biens de l’Église la paient comme les autres biens72 ». Les ecclésiastiques remarquent encore l’absence de certaines pratiques communautaires comme la vaine pâture ou le glanage, la faible étendue ou l’inexistence des jachères.

  • 73 En dehors des quelques lignes citées de Lemaître. Pétel (p. 59) écrit que, dans la région de Pader (...)
  • 74 Pétel (p. 29) se contente de dire de celles d’Angleterre qu’elles sont « fort éloignées les unes d (...)
  • 75 Pour Lemaître (p. 70), « les hommes ont à peu près la même manière de se mettre qu’en France », al (...)

53Que retenir finalement des récits de ces ecclésiastiques parcourant l’Europe à la fin du xviiie siècle ? Une description, qui n’exclut cependant pas un regard critique voire contradictoire, de l’agriculture des pays d’exil. Ils insistent sur les points positifs et négatifs, ou qui leur paraissent tels. Mais ils laissent dans l’ombre de nombreux aspects : le paysage agraire, l’habitat rural73, le système de propriété, la taille des fermes74, le mode d’exploitation et le statut des paysans (qu’aborde toutefois Baston dans son étude sur les serfs de Westphalie). Ils sont un peu plus prolixes sur les coutumes, les vêtements75, la coiffure et le nombre de jupes des femmes. Mais ne disent presque rien du niveau de vie des paysans, ce qui rend d’éventuelles comparaisons impossibles. D’autant qu’ils en restent au niveau du qualitatif, qu’il s’agisse de la nourriture ou des rendements. D’une façon générale, ils manifestent un intérêt certain pour les techniques ou méthodes qu’ils découvrent, comme l’assolement à base de cultures fourragères et l’utilisation fréquente d’engrais. Tout en remarquant que, dans de nombreux domaines, l’agriculture française, finalement assez proche de celle des autres pays, n’a rien à envier à celle de ses voisins. Mais ne faut-il pas y voir un rien de nostalgie après l’enthousiasme de la découverte des autres ? Et il serait intéressant de savoir s’ils ont cherché à leur retour en France à propager des nouveautés d’origine étrangère. En fait, ils retrouvent leur mission religieuse, comme curés de campagne (Lemaître et Pétel) ou théologien (Baston). Et leur voyage forcé en Europe n’a finalement laissé de traces que dans les souvenirs jetés sur le papier.

Notes

1 Une petite dizaine.

2 Gisèle Tellier, Chantal Mesnil et Yvonne Mannevy, « Journal de route de Louis Nicolas Lemaître, prêtre émigré du pays d’Ouche, 1792-1797 », Les Amis de Bernay et Les Amis de Laigle, s. d., p. 66.

3 Aujourd’hui Saint-Léger-de-Rôtes, après la fusion avec Rôtes, en 1846.

4 Charles Leroy, Sur les routes de l’exil (septembre 1792-mai 1797), Mémoires de M. l’Abbé Sébastien Jean Honoré Pétel, curé de Saint-Léger-du-Bosdel (Doyenné de Bernay), Rouen, Lestringant, 1929.

5 Abbé Julien Loth, M. Ch. Verge, Mémoires de l’abbé Baston, chanoine de Rouen, d’après le manuscrit original, Paris, Picard et fils, 3 vol., 1897, 1898 et 1899.

6 Sur ces aspects, Bernard Bodinier, « Prêtres normands en exil », actes du 130e Congrès du CTHS, La Rochelle, avril 2005.

7 Pétel, p. 41.

8 Lemaître, p. 40.

9 Ibid., p. 63.

10 Choucroute (Lemaître, p. 63).

11 Pétel, p. 67.

12 Lemaître, p. 63.

13 Ce nom, dont Baston raconte l’origine, viendrait de l’époque de la guerre de Sept Ans. « Un hussard français loge ou est en maraude chez un paysan. L’homme des champs offre au militaire le pain qu’il a, du pain noir. L’homme qui moissonne sans semer dédaigne la nourriture du travailleur et dit que le pain qu’on lui donne est bon pour Nick, son cheval. Le paysan crut entendre popernick et fut charmé d’apprendre d’un étranger le nom propre du pain qu’il mangeait depuis cinquante ans, sans l’appeler autrement que du pain. »

14 Baston, t. II. 253-254.

15 Ibid., p. 254.

16 Ibid., p. 252.

17 Baston, t. II, p. 311-312.

18 Ibid., p. 312.

19 Pétel, p. 59.

20 Ibid., p. 82.

21 Ibid., p. 90-91.

22 Ibid., p. 115.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 148.

25 Pétel, p. 151-152.

26 Ibid., p. 19.

27 Abbé Simon, « Dix mois d’exil. Journal succinct des premières pérégrinations de M. Bouic après son départ de France, tiré des 69 lettres à sa famille », Inventaire des archives du doyenné de Doudeville, 2e partie, Rouen, Vimont, 1857, p. 546 sqq.

28 Pétel, p. 41.

29 Ibid., p. 59.

30 Lemaître, p. 63.

31 Baston, t. II, p. 312.

32 Lemaître, p. 67.

33 Ibid., p. 67-68.

34 Ibid., p. 69.

35 Baston, t. II, p. 257.

36 Lemaître fait la même constatation en Saxe, alors qu’à Clèves on en fait des élèves et qu’on en vend très peu.

37 Baston, t. II, p. 258-259.

38 Pétel, p. 49-50.

39 Ibid., p. 66-67.

40 Lemaître, p. 40.

41 Pétel, p. 44.

42 Lemaître, p. 66.

43 Lemaître, p. 67.

44 Ibid.

45 Pétel, p. 29.

46 Baston, t. II, p. 313.

47 Pétel, p. 41-42.

48 Pétel, p. 175.

49 Ibid., p. 941-92.

50 Ibid., p. 164-165.

51 Paysans.

52 Baston, t. II, p. 313-314.

53 Baston, p. 314.

54 Ibid.

55 Lemaître, p. 68.

56 Baston, t. II, p. 313.

57 Lemaître, p. 55.

58 Pétel, p. 96.

59 Ibid., p. 90-91.

60 Ibid., p. 152.

61 La moisson.

62 Lemaître., p. 68-69.

63 Ibid., p. 67.

64 Lemaître, p. 66.

65 Ibid., p. 67.

66 Ibid., p. 69.

67 Ibid., p. 66.

68 Pétel, p. 29.

69 Ibid., p. 67.

70 Mélange d’eaux grasses et de légumes destiné aux porcs.

71 Lemaître, p. 69-70.

72 Baston, t. II, p. 315.

73 En dehors des quelques lignes citées de Lemaître. Pétel (p. 59) écrit que, dans la région de Paderborn, « les hommes, les chevaux, les cochons, les poules, tous logent sous le même toit ».

74 Pétel (p. 29) se contente de dire de celles d’Angleterre qu’elles sont « fort éloignées les unes des autres […] et considérables ».

75 Pour Lemaître (p. 70), « les hommes ont à peu près la même manière de se mettre qu’en France », alors que Baston (t. II, p. 269) trouve que « les bauers s’habillent comme les nôtres s’habillaient il y a un demi-siècle : le chapeau à cornes, les habits de couleur rousse, à grands parements, à grands plis, chargés de boutonnières et de boutons ; des vestes dont les devants descendent jusqu’aux genoux, des hauts-de-chausse où deux habitants se logeraient à l’aise, des bas à moulettes et une cravate blanche ».

© Presses universitaires de Rennes, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540